AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Reconstruction [PV: Artis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Elsa d'Arendelle
Reine d'Arendelle


Pseudo Heaven : Lou/Kisa
Messages : 177
Triomphe : 149
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 24
Localisation : A Arendelle

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Retrouver la mémoire.

MessageSujet: Reconstruction [PV: Artis]   Lun 29 Sep - 23:54

Il y avait eu une grande lumière… et puis plus rien. A moins que ce ne fut les ténèbres ? Elle ne se rappelait pas bien, tout était si flou…
Tout était amplifié autour d’elle : son cœur qui battait à cent à l’heure, les pulsations de son sang dans son corps et qui résonnait dans ses oreilles, la lumière qui lui brulait les yeux et lui donnait la migraine, le sifflement du vent dans les branches des arbres… sa tête allait exploser d’un instant à l’autre, elle en était sure. La souveraine fit un pas, puis un autre, et s’effondra à genoux. Il fallait que ça s’arrête ! Elle n’en pouvait plus !
Les larmes roulèrent le long de ses joues. De toute façon il n’y avait personne. Elle était seule… désespérément seule…

***

Il s’était passé tellement de choses en une seule journée. Elle avait d’abord traversé un portail, fuyant Arendelle, son royaume, qu’elle avait accidentellement plongé dans une distorsion temporelle en touchant une sphère noire d’origine inconnu. Elle avait été la seule à se rendre compte du problème et personne ne l’avait pris au sérieux quand elle en avait parlé. La souveraine avait donc été contrainte d’abandonner sa sœur et son peuple pour chercher de l’aide ailleurs. Mais les choses ne s’étaient pas déroulées comme elle l’espérait. En arrivant à la Terre des Dragons elle avait rencontré Hans, le prince qui avait tenté de l’assassiner sept mois plus tôt pour faire un coup d’Etat et qu’elle espérait ne jamais revoir, puis un psychopathe avait essayé de la tuer sous prétexte qu’elle ne lui avait pas dit bonjour… heureusement, la famille de ce dernier était arrivée et l’avait calmé. Ensuite un parchemin magique était apparu dans ses mains et l’avait transporté à la Cité du Crépuscule où elle avait fait la connaissance du Dieu des Enfers en personne –un homme tout à fait charmant soit dit en passant- et d’une adolescente surexcitée.
Et puis Abnegatio était apparu et avait ouvert un portail vers l’enfer la tour de Yen Sid. Là-bas ils avaient été accueillis par un comité de réception : les discordians (elle savait de quoi il s’agissait maintenant). Et puis tout s’était enchainé très vite. Son double maléfique, l’incarnation de la distorsion temporelle de son monde, l’avait isolé et torturé à mort et elle n’avait dû son salut qu’à l’intervention miraculeuse de Kagi (le taré qui avait essayé de la tuer en début de journée) et d’Hadès. Au final, ils avaient réussi à survivre et à monter au sommet de la tour où une confrontation avec les Justes avait eu lieu… et puis après… après elle avait été transporté ailleurs. Seule.

***

Le soleil était en train de se coucher lorsqu’Elsa apparu de nulle part. Elle ne portait aucune marque ou cicatrice, aucune blessure, et pourtant n’importe qui la regardant pouvait dire qu’elle venait de traverser quelque chose d’horrible. Il suffisait de voir l’état de sa robe, déchirée et sale, ses cheveux défaits et emmêlés, ou son visage et ses membres couverts de sang. Bref, l’état d’une jeune femme qui venait d’être torturée et soignée magiquement, sans avoir eu le temps de se laver et de se changer. Mais le pire n’était pas son physique, mais son esprit… elle était brisée.

La jeune femme leva des yeux surpris autour d’elle et comprit qu’elle avait été téléportée ailleurs et que ses compagnons ne l’avaient pas suivi. En un instant tous les sentiments qu’elle avait réussi à contenir devant les autres se rappelèrent à elle et envahirent son cœur avec la force d’un boulet de canon. Elle chancela, le souffle coupé par la terreur et la douleur qui s’insinuaient lentement en elle et s’écroula à genoux sans pouvoir retenir les larmes. Elle était épuisée, physiquement et moralement. Elle l’ignorait mais son corps lui avait réclamé toute la journée l’énergie que Celsia avait puisée en elle pendant ses trois semaines d’emprisonnement dans la boucle temporelle pour la contrôler et elle payait maintenant le fait d’avoir forcé ses pouvoirs à fonctionner en dépit de sa faiblesse physique.
Le plus dur dans tout ça n’était pas de subir les contrecoups du traumatisme, non… ce qu’elle regrettait profondément et qui la clouait au sol était le fait de penser qu’elle était à nouveau seule, loin de ses amis. Elle n’avait aucun moyen de savoir s’ils allaient bien et s’ils avaient pu réchapper de cette maudite tour sains et saufs…


« Je ne les reverrai jamais », songea telle amèrement.

Elle ne pourrait jamais remercier Hadès et Kagi de l’avoir sauvé et ramenée d’entre-les-morts, jamais savoir ce que voulait lui dire Hans, jamais faire connaissance avec yuurei ni avec le reste de la famille du shinigami… et à cette idée son cœur se brisa. Elle ne s’était pas rendu compte à quel point elle s’était attachée à eux, à quel point elle leur faisait confiance…
Désormais elle était seule. Seule contre Celsia. Car elle ne doutait pas que la Discordian reviendrait la chercher… elle le lui avait promis.


Incapable de réprimer les sanglots ou de se relever, Elsa se laissa glisser sur le sol dur. Qu’importait si elle mourrait ici, de toute façon elle n’aspirait plus qu’à se reposer, disparaitre et oublier ce qu’elle avait perdu et le combat qu’elle devrait mener seule pour survivre et délivrer son monde.


Dernière édition par Elsa d'Arendelle le Mar 30 Sep - 1:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Mar 30 Sep - 1:23

Bon...être partis de chez Merlin sans crier gare, ça semblait être une bonne idée sur le papier, mais en vrai, c'était tout sauf simple. Au moins avait il pensé à subtilisé quelques munnies, histoire de ne pas mourir de faim avant la moindre embuche. Qui plus est, il avait beau avoir passé sa journée à tenter, pas moyen d'ouvrir un maudit portail de ténèbres. Il était donc coincé là...sans savoir quoi faire. Faire le tour de la ville pour voir si rien n'avait changé avait marché un temps, mais à la longue, pas de quoi en faire une épopée. Il finit par retourner chez Merlin et attendre que celui se décide à faire son apparition. Il s'assit sur une chaise et patienta...plusieurs heures durant, jusqu'à ce qu'il n'aperçoive que le jour était entrain de se coucher. Et puisqu'il était hors de question qu'il dorme chez l'enchanteur (il n'était jamais rassuré à l'idée de rester trop longtemps chez ce vieux fou, qui sait quel sorte de sortilèges pouvait bien finir par s'activer), il se mit à réfléchir quant à un potentiel pied à terre, jusqu'à ce qu'il soit en mesure de créer à nouveau des portails de ténèbres ou bien que Merlin revienne. Et puis, en y repensant, il se rendit compte que toutes ses connaissances au Jardin radieux étaient probablement partis depuis. Enfin, pas toutes, mais ça il l'ignorait. Une idée quelque peu déplaisante lui vint en tête, mais c'était là la seule solution. Son ancienne maison. Située entre le grand vallon et la ville, il s'agissait plus d'un chalet miniature que d'une maison proprement dite. Cela ferait facilement l'affaire, mais bon...il fallait bien que ça lui ressasse encore un souvenir désagréable. Celui des chasseurs.

Il y 3 ans et demi de cela, quelque temps avant son combat final avec Yaminato, Artis avait fait la connaissance d'un groupe de "Chasseurs de sans cœurs". Ils semblaient avoir des idéaux nobles, et, de fil en aiguille, le porteur avait finit par les rejoindre. Ce fut ces mêmes chasseurs qui lui offrirent cette maison, afin qu'il ait une résidence autre que leur base. Cependant, comme rien de bien ne perdure jamais avec le Voiel, tout finit par s'écrouler. Certains de leurs membres se retrouvèrent corrompus par l'ennemi, un puissant sans cœur capable de réveiller la noirceur cachée au fond de chaque individu. Le mi-simili mi-sans cœur se retrouva contraint de détruire cette chose, puisqu'il fut le seul à être incorruptible, de par sa maitrise de ses propres ténèbres. Il dut donc faire face à ses anciens camarades corrompus, et mit un terme à l'existence de leur groupe de Chasseurs. Voilà, ça, c'était pour la petite histoire, puisqu'Artis avait déjà quitté la maison de Merlin depuis un bon moment déjà.
Il se fraya un chemin dans les rues, la clope au bec, pour tenter d'arriver chez lui avant la nuit. Avec de la chance, celle-ci était toujours abandonnée, et personne ne l'avait détruite. Mais il préféra ne pas trop se fier à la chance, elle lui avait rarement rendue service. Soudain, un son parvint à ses oreilles.


-Hé mon gars, tu pourrais m'en filer une ?

Il se retourna lentement, quelque peu intrigué. Il reconnut aussitôt son interlocuteur, ce qui ne fut pas le cas inverse. Il s'agissait de Cid, un vieux râleur vulgaire, mais avec un bon fond. D'après ses souvenirs, il fabriquait aussi des vaisseaux en cachette...et il se pouvait aussi que le jeune homme en ait accidentellement détruit un par le passé, avant de s'enfuir avec un nouveau après s'être platement excusé et lui avoir laissé de l'argent. Heureusement pour lui, Cid semblait avoir oublié la tête qu'il avait. Ou peut être avait il simplement changé...Toujours est il qu'il lui lança une cigarette sans un mot, et que le vieux fabriquant de vaisseau le remercia par un signe de tête avant de s'en aller. Comme quoi, pas "toutes" ses connaissances s'étaient en aller. C'était déjà ça. Il nota également que c'était la première fois que Cid l'avait appelé par un autre dénominatif que "Gamin", ce qui l'avait toujours horripilé.

Après cette rencontre quelque peu inattendue, il se remit en route et ne tarda pas à apercevoir au loin son objectif. Pour une fois, la chance était finalement de son côté, puisqu'à part des signes d'abandon, rien n'était venu entaché son ancienne demeure. Ca, plus son retour ? Deux bonnes nouvelles en une seule journée ? Il devint méfiant. Et à raison, car un spectacle encore plus inattendu se trouvait à la sortie de la ville. Une jeune femme, recouverte de sang séché et les vêtements usés, se tenait par terre, en sanglot. Il hésita quelques secondes entre s'arrêter et continuer son chemin comme s'il ne l'avait pas vu, ce qu'il aurait habituellement fait. Quand bien même son état était lamentable, que pouvait il lui apporter de bon ? Et elle, que pouvait elle lui apporter ? Il décida de continuer à marcher, jusqu'à ce qu'il ne parvienne à apercevoir le visage recouvert de larmes de la jeune fille. Il ralentit quelques instants, jusqu'à finalement se stopper silencieusement. Il faut comprendre que ce qui le poussa à agir ainsi ne fut pas de la pitié, ni même de l’empathie. Car bien qu'il aurait pu se reconnaitre en elle, tant son désespoir semblait insoutenable, il préféra ne pas y prêter attention. En vérité, il fut curieux de savoir ce qui avait bien pu la mettre de cet état. Et puis après tout, il n'avait rien à perdre à au moins la soigner. Pour finir, étant donné son état et son aspect, il supposa qu'elle n'était pas dangereuse. Elle avait beau pleurée allongée sur le sol, elle semblait toujours moins folle qu'au moins la moitié des ténèbreux qu'Artis avait pu rencontré. Il décida donc de prendre le paris, et s'abaissa le plus possible pour que la jeune femme l'entende.


-A ta place j'éviterais de rester là, on va te prendre pour une folle. Je comptais...*il hésita quelques instants, encore réticent à l'idée d'aider une parfaite inconnue à qui il ne devait rien...puis se repris calmement*...retourner chez moi. Je pense que le mieux pour toi serait que tu viennes avec moi, tu pourras t'y reposer et je pourrais soigner tes blessures si tu en as. C'est à prendre ou à laisser.

Cela ne sautait peut être pas aux yeux, mais le Voiel y était allé avec des pincettes. Certes, il la tutoyait sans même la connaitre, mais après tout c'était elle l'égarée allongée par terre...Il lui tendit même la main droite pour l'aider à se relever, en signe de bonne foie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elsa d'Arendelle
Reine d'Arendelle


Pseudo Heaven : Lou/Kisa
Messages : 177
Triomphe : 149
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 24
Localisation : A Arendelle

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Retrouver la mémoire.

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Mar 30 Sep - 3:11

Elsa avait totalement décroché de son environnement. A vrai dire elle n’avait aucune idée du monde et de l’endroit où elle se trouvait, sinon que les rues étaient pavées. En fait elle s’en fichait un peu, elle avait autre chose en tête à ce moment-là. Sauf que la nuit tombait et que la fraicheur arrivait… bon, pour la température elle s’en moquait également, de toute façon elle ne craignait pas le froid, par contre ça allait vite devenir compliqué si elle devait passer la nuit dehors, en pleine ville dans un monde qu’elle ne connaissait pas. Enfin remarque, vu son état d’épuisement elle aurait été capable de s’endormir là tout de suite, quitte à être à la merci du premier violeur du coin.

-A ta place j'éviterais de rester là, on va te prendre pour une folle.

La reine des neiges sursauta violemment et se redressa tant bien que mal. Elle leva les yeux vers l’inconnu, l’air totalement perdu, se demandant si elle était en train d’halluciner ou s’il y avait vraiment quelqu’un devant elle en train de lui parler.

-Je comptais...

Il eut l’air d’hésiter. Il ne fallut pas plus de temps pour qu’Elsa se reconnecte avec la réalité. Un homme d’une vingtaine d’années était accroupi non loin d’elle et venait de l’interpeller. Elle se sentit soudain honteuse d’avoir affiché sa détresse devant un inconnu et essuya les larmes sur ses joues du revers de la main. Elle se croyait seule…  quand était-il arrivé ?


« Qui est-ce ? », se demanda telle.

-...retourner chez moi. Je pense que le mieux pour toi serait que tu viennes avec moi, tu pourras t'y reposer et je pourrais soigner tes blessures si tu en as. C'est à prendre ou à laisser.

Bon, ok, il la tutoyait et s’adressait à elle de manière familière, sans considération particulière. La souveraine n’avait clairement pas l’habitude d’être traitée de la sorte et cela lui faisait légèrement bizarre. Elle ne s’en offusqua pas pour autant. Après tout ce jeune homme ne savait pas qui elle était et ne pouvait donc adapter son comportement en conséquence. Ce n’était pas plus mal après tout, Celsia aurait peut-être plus de difficultés à retrouver sa trace si elle gardait l’anonymat.

Il venait de lui proposer d’aller chez lui pour se reposer et se soigner. Soit, l’intention était là et sa proposition était vraiment généreuse mais il ne fallait pas oublier que la blondinette venait un peu de vivre un calvaire pendant les dernières heures à cause d’un groupe de tarés sociopathes et n’était pas vraiment prête à accorder sa confiance au premier type qui passait – même si ce dernier avait les meilleures intentions du monde. D’autant plus qu’il y avait quelque chose chez lui qui la perturbait… ses yeux… rouge comme le sang. C’était la deuxième fois qu’elle rencontrait une personne avec cet attribut génétique, la première n’étant nul autre que Celsia. Elle accepta de bonne grâce la main qu’il lui tendait et se releva tant bien que mal en murmurant un « merci ». Elle nota qu’elle avait du mal à tenir sur ses jambes. Génial.

Bon, et maintenant ? Il allait falloir lui répondre. Sauf qu’elle était complètement perdue et que son cerveau refusait obstinément de fonctionner correctement. Tout ce qu’elle savait c’est que son instinct de préservation lui soufflait de ne plus faire confiance à personne et de fuir loin de toute civilisation le temps de se remettre d’aplomb. Évidemment c’était stupide mais bon, on est pas toujours raisonnable quand on a peur pour sa vie. Elle se concentra et monopolisa ses dernières forces pour formuler une réponse.


-Je vous remercie pour votre généreuse proposition…

Elle sentit que sa tête commençait à tourner et glissa une main sur son visage près de sa tempe pour essayer de stabiliser son environnement.

« Qu’est-ce qui m’arrive ? »

-Mais… je…je ne peux…

Sa vision se troubla et elle se sentit tomber. Puis plus rien, le noir total.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Mar 30 Sep - 18:49

*Attends...c'est une blague ? Elle doit se foutre de moi...*

Il regarda la jeune fille tomber sans réagir, la laissant s'écraser au sol et perdre connaissance. Il se figea ensuite quelques instants pour être tout à fait certain qu'elle n'allait pas se transformer en abomination, avant de se décider à prendre son pouls. Elle était vivante, mais mal en point, à en juger par sa manie de trainer par terre. Le porteur pesta. Elle était sur le point de décliner son offre, et voilà qu'elle tombait les vapes. Il vérifia autour de lui que personne d'autre ne pouvait lui venir en aide, et constata que les rues avoisinantes étaient désertes. A croire que tout le monde disparaissait à peine le soleil couché...Elle risquait certes l'envoyer promener, mais il apparaissait aussi clairement qu'elle n'était pas en état pour prendre ce genre de décision. De toute façon, au point où il en était...

-Bon...j'espère juste que tu ne vas pas te réveiller et me sauter à la gorge.

Il s'abaissa et ramassa lentement la jeune femme, plaçant un bras contre ses omoplates et l'autre derrière ses genoux. Il se releva en prenant attention à ne pas la faire tomber, pour ensuite reprendre sa marche. Quelle vision pathétique...on aurait cru assister à l'une des scènes que lui racontait son père lorsqu'il était enfant, sur l'histoire des autres mondes. Celle du fier prince charmant tenant la malheureuse princesse endormie dans ses bras. Sauf qu'il n'avait rien d'un prince, et encore moins d'un prince charmant. Quant à la jeune inconnue, jusqu'à preuve du contraire, elle ne ressemblait guère à une princesse dans son état actuel.

Toujours est il qu'il finit enfin par rallier sa demeure, pour finalement se retrouver bloqué par sa simple porte d'entrée. Après 3 ans sans que personne ne l'ait jamais ouverte, pas étonnant qu'elle oppose de la résistance. Agacé d'avoir à batailler de la sorte avec en plus une jeune fille dans les bras, il perdit patience et défonça la porte d'un violent coup de pied. Celle-ci s'envola brusquement et vint s'écraser sur le sol, quelques mètres plus loin. Il fut déçu par ce qu'il trouva, mais rien d'étonnant là dedans. En 3 ans, la poussière et la moisissure avaient largement eut le temps de proférer, pour son plus grand bonheur...mais ce n'était pas tout. La pièce principale était sans dessus dessous : Miroirs brisés, armoires éclatés, meubles sur le sol, la liste était longue. Et pour cause, il avait oublié un détail essentiel.
Le responsable, c'était lui. Car lors de sa dernière visite, il s'était quelque peu laissé emporté à cause du destin qu'avaient connus les Chasseurs. Mais qu'importe, le ménage n'était pas franchement sa priorité. Il se fraya un chemin à travers la pièce jusqu'à atteindre la chambre, et constata avec satisfaction que celle-ci était restée rangée et intacte. Au moins avait il été sélectif en déversant sa colère...

Il déposa l'inconnue sur le lit et s'en alla chercher une bassine d'eau ainsi qu'un tissu propre. Lorsqu'il revint, il prit le temps d'inspecter si son invitée souffrait d'une quelconque blessure, mais il 'en fut rien. Il en conclut rapidement qu'elle avait déjà été soignée, ses vêtements témoignant clairement d'une attaque. Sur le plan physique, elle semblait aller bien, elle avait juste besoin d'un peu de repos. Mais il savait tout aussi bien que la fatigue ne conduisait personne à s’écrouler comme elle l'avait fait, ses nerfs devaient êtres à bout de force. Sa crise de larmes parlait d'elle même après tout...Sans plus attendre, il trempa le tissu et s'en servit pour nettoyer le visage de l’étrangère, qu'il examina ensuite quelques secondes. Encore une fois, aucun sévisse physique n'était apparent, mais l'expression qu'elle affichait traduisait clairement ce par quoi elle avait bien pu passer.


-Mais qu'est ce qui a bien pu t'arriver...

Après avoir vérifié qu'elle ne manquerait de rien (une salle de bain était reliée à la chambre et des vêtements se trouvaient dans un placard) au cas où elle reviendrait à elle, Artis décida d'aller à son tour domir. Il retourna dans la pièce principale et s'effondra sur un vieux canapé poussiéreux, se laissant entrainer par la fatigue que lui avait apporté cette journée. Fatigue plus grande qu'il ne l'aurait pensé, puisqu'il n'émergea qu'en milieu d'après midi, quelque peu désorienté. Il lui fallut un certains moment pour reprendre ses esprits et se rappeler de la journée précédente. Mince...son invitée. Or, son inquiétude n'avait pas lieu d'être, puisque la jeune femme dormait toujours à poings fermés. A croire qu'elle avait bien plus besoin de repos qu'il ne se l'était imaginé. La journée étant déjà bien entamée, le mi-simili mi-sans cœur décida à contre cœur de ranger et de nettoyer les lieux, ainsi que de réparer la porte. S'il comptait s'éterniser ici, autant rendre cela vivable. Méconnu pour sa patience, il ne manqua évidemment pas de se cogner, de tomber, de s'énerver, mais cela ne l'empêcha pas de venir à bout de son objectif. La nuit était dors et déjà tombée lorsqu'il pu enfin se rasseoir à nouveau, faisant face à la cheminée dans laquelle il venait d'allumer un feu. Il s'offrit un cigarette en guise de récompense, et se mit à contempler les flammes, pensif.

Il n'avait toujours pas la moindre idée de ce qu'il était censé faire, ni même de comment se portait les mondes et ses anciens proches. Peut être la jeune femme aurait-elle des réponses à quelques unes de ses questions...ou du moins, il l’espérait. Comment allait elle réagir d'ailleurs ? Après tout, il l'avait emmenée ici malgré une certaine réticence...rien ne garantissait qu'elle ne s'en prendrait pas à lui à son réveil, et à raison. Ni l'un ni l'autre ne se connaissait, et ni l'un ni l'autre ne pouvait s'accorder une confiance aveugle aussi facilement. D'ailleurs, elle avait beau paraitre sans danger, cela n'empêcha pas le porteur d'être sur ses gardes. Enfin ça, c'était vite dit. Il ne lui fallut pas plus longtemps pour tomber dans un profond sommeil, loin de se douter que son hôte était quant à elle sur le point de s'éveiller.   

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elsa d'Arendelle
Reine d'Arendelle


Pseudo Heaven : Lou/Kisa
Messages : 177
Triomphe : 149
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 24
Localisation : A Arendelle

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Retrouver la mémoire.

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Mer 1 Oct - 19:16

La réalité avait fini par céder la place aux songes. Son cerveau luttait pour tenir, mais il avait fini par buguer, planter méchamment, et il s’était éteint. Le redémarrage avait été laborieux… et puis il avait fallu faire les mises à jour. En une seule journée, Elsa avait vu ses croyances et ses convictions s’effondrer. Elle qui n’était pas croyante avait rencontré un Dieu ; son monde, qu’elle croyait unique, était en fait un grain de poussière dans une infinité d’autres dimensions ; et puis elle avait fait la connaissance de fantômes, shinigamis, zombies, démons et discordians… La jeune femme avait beau être quelqu’un d’ouvert d’esprit et n’avait que très peu montrée son étonnement aujourd’hui, cela faisait tout de même énormément à absorber. Et puis elle n’avait pas vraiment eut le temps de se reposer depuis l'épisode d’Arendelle ; il fallait dire que les choses s’étaient enchainées très rapidement.  Bref, son corps s’était effondré, à bout de force, et il lui avait fallu plus de 24h pour se régénérer… en partie du moins.
La nuit était tombée depuis un moment lorsqu’Elsa ouvrit les yeux. La pièce était plongée dans une semi obscurité grâce aux rayons de lune qui filtrait par la fenêtre. La jeune femme avait beau avoir fait le tour de l’horloge, elle se sentait épuisée.

« Ou suis-je ? Que s’est-il passé ? » Se demanda telle et se redressant.

Elle avait les idées confuses et était complètement désorientée. La reine inspira à fond pour calmer les battements de son cœur affolé et se força à réfléchir pour recoller les pièces du puzzle les une avec les autres. Elle était dans la tour de Yen Sid avec les autres, et puis il elle avait été transportée ailleurs, dans un autre monde. Et après ? Le reste était flou. Elle se souvenait vaguement s’être écroulée par terre, et puis quelqu’un était arrivé et lui avait proposé de la soigner… ensuite black out total.

Bon, il y avait peu de chance que cet homme l’ait agressé, elle avait donc dû faire un malaise. La question maintenant était de savoir où elle était et chez qui, même si elle se doutait déjà un peu de la réponse. Au moins elle portait toujours ses vêtements et se trouvait sur un lit, ce qui signifiait que la personne qui l’avait emmené ici n’avait pas l’intention de lui faire de mal… enfin pas pour le moment. Il allait falloir procéder par étapes : tout d’abord trouver un moyen d’éclairer la pièce pour en apprendre plus sur son environnement. Le premier réflexe d’Elsa fut d’essayer de matérialiser des cristaux de glace phosphorescents,  mais rien ne se passa. La reine regarda ses mains, consternée. Pourquoi ça ne marchait pas ? Là, la situation commençait à devenir vraiment préoccupante. Ses pouvoirs étaient son seul moyen de défense, sans eux elle était totalement exposée aux menaces extérieures. Toute sa vie elle avait souhaité ne pas posséder sa magie, être quelqu’un d’ordinaire, mais évidemment il fallait que cela arrive le seul jour où elle en avait besoin !
Bref, inutile de s’apitoyer sur son sort, de toute façon les choses étaient ainsi alors autant s’adapter. Les rayons de lune éclairaient suffisamment la pièce pour qu’elle puisse voir les contours des meubles. Elle repéra deux portes et quelques étagères, ainsi qu’un placard et une armoire. La jeune femme se leva et s’approcha d’un pas silencieux vers la première porte en tendant l’oreille. Elle répéta son manège avec la seconde porte. Aucun bruit ne perçait de l’autre côté. En revanche elle pouvait apercevoir une très faible lumière du côté de la seconde porte. Elle en déduit que quelqu’un se trouvait là derrière. Elle hésita quelques instants à s’enfuir par la fenêtre mais écarta bien vite cette option de sa tête ; après tout si celui ou celle qui l’avait amené ici avait voulu lui faire du mal il ne l’aurait pas gentiment laissé dormir dans son lit. Ne se sentant pas le courage de l’affronter dans l’immédiat, elle recula et se dirigea vers la première porte qu’elle ouvrit tout doucement. Le noir total. Elsa chercha des yeux une bougie ou un briquet qui aurait pu lui permettre d’éclairer un peu l’habitacle. Rien. Bon…  Et maintenant ? Elle s’appuya contre le mur en soupirant : sa situation n’était pas franchement brillante. Un « clic » résonna et la pièce s’éclaira d’un coup, faisant sursauter violemment la dame. Elle se retourna et aperçu un interrupteur sur le mur. Son premier réflexe fut de ré-appuyer dessus et de constater que la lumière disparaissait aussitôt. Elle alluma à nouveau.


« Quelle magie est-ce là ? » Se demanda-t-elle fascinée. Cela lui rappelait beaucoup les étranges piliers lumineux qu’elle avait vus à la Cité du Crépuscule.

Elle tendit l’oreille une nouvelle fois en direction de la seconde porte, convaincu qu’elle venait d’alerter son bienfaiteur ( ?) de son réveil mais personne ne vient. Soulagée, Elsa chercha à tâtons un interrupteur similaire à celui qu’elle venait d’activer dans la pièce noire et l’enclencha, dévoilant une salle de bains qu’elle n’identifia bien sûr pas comme tel puisque rien de semblable n’existait à Arendelle. Elle put donc découvrir une sorte de grosse boite blanche et… une fontaine ? Enfin ça y ressemblait. Elle glissa son doigt sur le robinet et constata qu’il était humide.

« Une fontaine dans une maison… d’accord, c’est original... et pratique ! »

C’était une bonne nouvelle, elle mourrait de soif. Mais comment s’activait telle ? C’est en cherchant la manivelle que ses yeux glissèrent accidentellement sur le miroir… son visage s’assombrit.  Elle regretta aussitôt ce geste mais ne put détourner le regard de l’image que lui renvoyait la glace. Inutile de re-décrire son apparence, nous la connaissons déjà. La reine ne se reconnaissait pas. Qui était cette femme qui l'observait, le regard vide ? Elle avait l’air brisée, comme si quelqu’un l’avait détruite… et elle pleurait. Elsa leva lentement une main vers son visage et fut surprise de découvrir qu’il était mouillé. En état de choc total, il lui fallut un long moment pour prendre conscience que cette femme dans le reflet n’était autre qu’elle. Elle se sentit soudain sale, souillée par le sang et ressentit le besoin urgent de se laver, d’effacer toutes les preuves de sa précédente séance de torture. Le problème c’est qu’elle n’avait rien pour se laver hormis la fontaine devant elle. A moins que… elle leva les yeux vers la boite blanche en se demandant si ce n’était pas une sorte de très grosse fontaine, vu l'apparence du mécanisme qui ressemblait beaucoup à celui du robinet. Et elle n’avait pas tort puisqu’à force de manipulation et de tentatives elle finit par réussir à activer l’eau… qu’elle éteint aussitôt avant d’être trempée. Elle retourna dans la chambre et entreprit d’ouvrir les placards et l’armoire à la recherche de vêtements de rechange et d’une serviette. Elle ne se sentait pas très à l’aise en agissant de la sorte et elle espérait que son hôte ne se vexerai pas en découvrant qu’elle avait fouillé sa chambre mais elle ne se sentait vraiment pas capable de porter sa robe déchirée et tachée de sang une minute de plus. Elle finit par attraper une serviette, un pantalon de survêtement et un t-shirt puis s’enferma dans la salle de bain et consacra les vingt minutes suivantes à essayer de se débarrasser du sang qui collait à sa peau et à ses cheveux. Lorsqu’elle estima que le résultat était concluant, elle se sécha tant bien que mal et enfila les vêtements secs, abandonnant sa robe dans un coin de la pièce. Lorsqu’elle se regarda dans le miroir elle songea qu’elle ressemblait à nouveau à un être humain. Certes elle n’était pas au meilleur de sa forme, mais au moins elle était propre. Par contre ses cheveux étaient légèrement emmêlés… mais elle remédia rapidement au problème en trouvant une brosse à cheveux dans un tiroir (légèrement poussiéreuse certes, elle la nettoya à l’eau avant de s’en servir). Encore une fois elle piochait dans les affaires de son mystérieux hôte et cela la gênait un peu. Une fois ses longs cheveux démêlés, elle entreprit de les tresser comme elle pouvait. A défaut de pouvoir les sécher elle évitait au moins qu’ils ne lui collent au visage.


« Il est temps d’aller voir ce qui se cache derrière la seconde porte », songea telle, légèrement angoissée.

Vu les vêtements qui se trouvaient dans l’armoire, il était clair que la maison appartenait à un homme. Et elle était désormais convaincue que l’homme en question était celui qui l’avait interpellé avant qu’elle ne s’évanouisse.
Elsa ne fut dont guère surprise de le voir dans le salon en ouvrant la porte. Elle traversa la pièce à pas de loup pour se rapprocher de l’inconnu qui semblait dormir profondément dans son fauteuil et en profita pour l’observer plus en détail. Même si elle n’y était pour rien, elle culpabilisa en songeant qu’il avait dû lui céder sa chambre et qu’il ne devait pas être installé très confortablement. Bien sûr elle ignorait qu’il s’était écoulé une journée depuis son réveil et que ce n’était pas la première nuit qu’il passait dans le salon à cause d’elle. Que devait-elle faire ? Le réveiller ? Elle soupira en sachant à l’avance qu’elle ne le ferait pas. En silence, elle retourna jusqu’à la chambre et s’empara d’une couverture qu’elle ramena dans le salon et la déposa tout doucement sur le jeune homme. Après quoi, elle se laissa tomber dans le second fauteuil et s’installa en position fœtus, les bras autour des genoux. Elle espérait que son bienfaiteur se réveillerait vite car le silence avait la mauvaise manie d’inciter à la réflexion, et s’il y avait bien une chose qu’elle ne voulait surtout pas, c’était bien de repenser aux derniers évènements de la tour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Jeu 2 Oct - 16:59

[HRP : C'est bof, je me rattraperais]

-Artis, je peu te poser une question personnelle ?

-Demandez toujours.

-Tu as encore de la famille ?

Qu'est ce que...Pourquoi est ce que je me vois ? Que je m'entend ?

-Plus maintenant. 'vous ?

-Justement non. Et je me demandais...comment fais tu pour faire ce que tout le monde attend de toi, sans proches pour te rappeler ce pourquoi tu le fais ?  

C'est...un rêve ? Non...un souvenir ?

Drôle de question. Personne n'attend rien de moi, à part vous peut être. Comme pourrais-je savoir ce que ça fait ?

-Mais parce qu'avec un tel pouvoir tu pourrais...

-Non, votre majesté. Encore une fois vous êtes le seul à le penser.

Le souvenir s'assombrit peu à peu...il devient difficile à percevoir, un voile noir semble recouvrir mes yeux. Je sent quelque chose me décoller du sol, je sent son étreinte autour de ma gorge...Les ténèbres. Mes ténèbres. Elles me broient, me déchiquette, et réitère leur offre. La moitié de mon cœur contre leur contrôle. Je tente de bredouiller quelques mots, de leurs demander pourquoi elles sont à nouveau autonomes, mais aucun son ne parvient à sortir. L'obscurité m'engloutit...et je rouvre enfin les yeux.


***

Le porteur se réveilla en sursaut, le souffle court et le visage trempé de sueur. Un cauchemars ? C'était son premier depuis 3 ans...à croire que tout, vraiment tout, se passait différemment là d'où il venait. Il essuya son visage du revers de la main et tenta de reprendre ses esprits. Il appuya ses deux mains contre sa figure et se laissa un certains temps pour émerger. Ce n'est qu'alors qu'il finit par remarquer que la couverture qui le recouvrait n'avait pas lieu de s'y trouver. Il lança des regards suspicieux tout autour de lui, jusqu'à apercevoir son invitée. Celle ci s'était installée dans l'autre fauteuil et se tenait recroquevillée sur elle même. Leur regards se croisèrent et restèrent immobiles quelques instants, jusqu'à ce qu'Artis tourne brusquement la tête en se frottant les yeux. Il arborait du coin des lèvres un sourire amusé à peine visible. La manière qu'avait de se comporter cette étrangère et la lueur candide qui animait ses yeux avaient quelque chose de...presque touchant.

-Tu te sens mieux ? Demanda le jeune homme à voix basse, tout en continuant à se frotter les yeux.  

Lorsqu'il cessa enfin de voir des étoiles, il ne lui en fallut pas plus pour se lever lentement et se diriger vers la cuisine. Il se contenta d'un simple geste de la main pour faire comprendre à la jeune fille qu'elle n'avait pas à bouger elle aussi. Il fouilla les placards en quête de quelque chose d'encore consommable, et trouva par miracle ce pourquoi il s'était levé. S'en suivit des bruits de métaux et de machines, qui, bien qu'il l'ignorait, devaient probablement intriguer son hôte au plus haut point. Il s'exprima à voix haute alors qu'il avait encore la tête dans un placard, de manière à se faire entendre.


-Tu ne dois pas être réveillée depuis longtemps, alors je vais t'épargner les questions pour ce soir. Mais tu devrais songer à te ménager.

Il revint ensuite s'asseoir près du feu, deux tasses à la main. Il en tendit une à la jeune femme sans un mot, et sans même la regarder dans les yeux. Il s'agissait simplement d'un chocolat chaud. Elle pouvait néanmoins s'estimer chanceuse, car c'était vraisemblablement la seule chose encore consommable qui se trouvait chez lui. Contrairement au café qu'il s'était servi, qui lui arracha une grimace dès la première gorgée. Son regard resta distant, presque comme s'il redoutait de la froisser en un simple coup d’œil. Le mi-simili mi-sans cœur demeura silencieux un certain moment, les yeux plongés dans les flammes que contenait la cheminée. Il finit néanmoins par prendre la parole.

-Ici tu ne risques plus rien. Et si tu veux partir...Il désigna la porte d'entrée sans même bouger la tête...libre à toi.

Artis porta la tasse à ses lèvres et grimaça à nouveau en sentant un goût immonde parcourir sa bouche. Mais c'était ça ou se mettre des claques à répétition. Il laissa passer quelques secondes et, une fois le silence devenu pesant, il se décida enfin à tourner la tête vers son interlocutrice, la fixant droit dans les yeux.

-Mais si tu souhaites rester le temps de te remettre d'aplomb...tu es la bienvenue.

Il détourna aussitôt le regard, à croire qu'il l'avait fixée trop longtemps à son goût. Il n'était plus très à l'aise avec le fait de discuter de la sorte. De se trouver en présence d'une autre personne tout court d'ailleurs. Il fit en sorte de ne rien laisser transparaitre, mais elle ne semblait pas être dupe. Le jeune homme apparut alors pensif, envahit par un doute. Il s’imagina un trou de mémoire, et demanda calmement :

-Tu as dis t’appeler comment ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elsa d'Arendelle
Reine d'Arendelle


Pseudo Heaven : Lou/Kisa
Messages : 177
Triomphe : 149
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 24
Localisation : A Arendelle

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Retrouver la mémoire.

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Jeu 2 Oct - 21:51

Plusieurs  minutes s’écoulèrent dans le silence ; seul le crépitement du feu dans la cheminée venait troubler la tranquillité des lieux. Elsa attendit sans bouger, recroquevillée sur elle-même. Après avoir passé la journée et la nuit en compagnie d’une vingtaine de personnes particulièrement bruyantes,  elle devait bien s’avouer que tout ce calme lui faisait du bien. Mais il lui rappelait également à quel point elle était seule…et perdue. Dans quel monde avait-elle atterrit ? Comment allait-elle faire pour repartir ? Quelqu’un ici pourrait-il apporter des réponses à ses questions ? Elle soupira. Elle n’avait pas un sous en poche et ses seuls biens monnayables étaient les deux bracelets qu’elle portait autour du poignet.

« Remarque, songea telle, s’ils ont la même valeur dans ce monde qu’à Arendelle je n’aurais plus à m’inquiéter. Il faut juste que je trouve un acquéreur. »

En parlant de ses bijoux, son bienfaiteur n’y avait pas touché. Soit il n’avait pas conscience de leur valeur, soit il était particulièrement honnête. Elle espérait que la deuxième hypothèse soit la bonne. La jeune femme promena son regard sur le mobilier et bloqua sur le piano. Ses yeux se mirent à briller. Il lui semblait qu’elle n’en avait pas joué depuis une éternité, environs un mois en réalité, et elle fut vraiment heureuse de retrouver un instrument qu’elle connaissait bien. La musique, et le piano en particulier, était l’une des rares activités qui parvenait à la calmer lorsqu’elle se sentait mal. Combien de fois s’était-elle réfugiée derrière ses partitions après avoir perdu le contrôle de ses émotions ? Tout particulièrement après le décès de ses parents où elle s’était totalement coupée du monde, recluse dans sa chambre pendant des semaines pour ne pas dévoiler son terrible secret.

Un bruit la tira soudain de ses pensées. Le jeune homme venait de se réveiller. Elle l’observa quelques instants sans rien dire, ne sachant pas très bien quel comportement adopter. Il finit par tourner la tête vers elle et leur regard se croisèrent.

-Tu te sens mieux ?

Elle acquiesça de la tête… et se gifla mentalement en réalisant qu’il ne pouvait pas le voir puisqu’il ne la regardait pas. Il était temps qu’elle brise son mutisme.

-Oui… merci, dit-elle en se ressayant normalement.  

Le garçon se leva et elle amorça un mouvement pour le suivre mais s’abstient finalement en voyant son geste. Elle attendit donc patiemment qu’il revienne en s’interrogeant sur la nature des sons qu’elle entendait.  

-Tu ne dois pas être réveillée depuis longtemps, alors je vais t'épargner les questions pour ce soir. Mais tu devrais songer à te ménager.

Cela lui faisait toujours bizarre d’être tutoyée de la sorte mais qui sait ? Peut-être finirait-elle par s’y habituer. Effectivement il devait avoir des questions… même si elle ne connaissait pas ce monde, elle se doutait qu’il n’était pas courant pour ses habitants de voir débarquer des femmes couvertes de sang et amochées comme elle. Que pourrait-elle bien lui répondre s’il lui demandait ce qui lui était arrivée ? Il allait falloir qu’elle fasse très attention au choix de ses mots…
Il revient quelques instants plus tard avec deux tasses fumantes et lui en tandis une. Elle murmura un « merci » en récupérant le récipient et eut le plaisir de sentir l’odeur du chocolat chaud. Sans le savoir, le mystérieux inconnu venait de faire une heureuse.

-Ici tu ne risques plus rien. Et si tu veux partir... libre à toi.

Elsa regarda la porte pendant un moment, se demandant si c’était une invitation polie pour lui demander de s’en aller. Le silence devenait carrément pesant ; bonjour l’ambiance. Elsa se força à tourner la tête vers le garçon et posa sa tasse sur la table, puis elle leva les yeux vers lui.

« D’accord j’ai compris. »

Leurs regards se croisèrent. Elle s’apprêta à le remercier pour son aide et à lui dire qu’elle allait s’en aller mais il l’a devança.

-Mais si tu souhaites rester le temps de te remettre d'aplomb...tu es la bienvenue.

« Ah. »

Et il détourna aussitôt le regard. Ok, là elle n’arrivait plus à le comprendre. Elle sentait qu’elle le gênait, c’était clair comme de l’eau de roche, et pourtant il venait de lui proposer de rester chez lui.

« Il se sent obligé de le faire par courtoisie », comprit elle soudain.

-Tu as dis t’appeler comment ?
-Je suis la r… (elle s’interrompit net en réalisant qu’elle n’avait pas vraiment intérêt à ébruiter son identité devant un étranger alors qu’elle ne savait pas qui il était ; surtout qu’elle était recherchée par une des psychopathes les plus dangereuses de son temps). Elsa, reprit-elle, Je m’appelle Elsa. Ravie de faire votre connaissance.


Pas du tout louche comme réponse à part ça… Elle attrapa la tasse de chocolat chaud sur la table et avala une gorgée.

« Change de sujet Elsa ! »

-Je vous suis reconnaissance pour votre aide. Comment vous appelez-vous ?

Elle le laissa répondre en se traitant mentalement d’idiote. Il allait vraiment falloir qu’elle change ses habitudes si elle voulait garder l’anonymat. Un nouveau silence s’installa entre les deux protagonistes, ce qui acheva de la mettre mal à l’aise.

« Et c’est reparti… », songea telle avec ironie. Elle soupira.

-Bon, ma question va certainement vous paraître absurde et vous aurez tout le loisir de me prendre pour une folle après mais j’ai vraiment besoin de savoir où je suis alors… pourriez-vous me donner le nom de ce monde et me dire si vous avez été récemment témoin d’un incident étrange ou si vous avez aperçu des gens…« différents » ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Ven 3 Oct - 2:45

-Je vous suis reconnaissance pour votre aide. Comment vous appelez-vous ?

-Artis, et tu devrais oublier les "vous". J'en ai peut être pas l'air, mais je dois être à peine plus vieux que toi tu sais.

Voilà donc à qui il avait à faire, Elsa la r. Elle semblait bien élevée, un peu trop même. Etre à ce point à cheval sur la politesse n'avait rien de gênant, mais tout de même, ça l'avait quelque peu surpris. Au moins était elle reconnaissante, ça devait faire une éternité qu'on ne l'avait pas remercié pour s'être forcé à aider les autres. C'était appréciable. Pour autant, il était toujours incapable de la regarder sans détourner le regard aussitôt, ce qui valut d'installer à nouveau un silence pesant entre nos deux protagonistes. Vous n'allez pas me croire, mais le porteur était en fait (cas rarissime) d'humeur à faire la conversation. Il avait juste trop oublié comment s'y prendre...

Il se demanda logiquement s'il était censé dire quelque chose pour briser ce silence. Bonne idée, mais quoi ? Même si cela le démangeait, il lui avait dors et déjà affirmé qu'il ne lui poserait aucune question. Etant donné la condition physique dans laquelle il l'avait retrouvé, il supposa (probablement à raison) qu'elle ne mourrait pas d'envie de se rappeler ce qui l'avait conduit à se retrouver dans cet état. Mais sans questions...comment maintenir la discussion ? Il faisait certes un effort, mais il n'était pas magicien. A croire que Merlin avait peut être quelques ficelles à lui apprendre, malgré tout...Le problème se retrouva soudain résolu, puisqu'Elsa prit la parole.


-Bon, ma question va certainement vous paraître absurde et vous aurez tout le loisir de me prendre pour une folle après mais j’ai vraiment besoin de savoir où je suis alors… pourriez-vous me donner le nom de ce monde et me dire si vous avez été récemment témoin d’un incident étrange ou si vous avez aperçu des gens…« différents » ?

Le porteur ne put se retenir de rire, il eut beau tenter de le réprimer, ce fut un échec. Il finit par se contrôler et lui déclara, ne masquant pas un léger sourire :

-Ma chère, si je devais prendre le temps de noter chaque "incidents" et chaque personnes "différentes" dont j'ai été témoin, je n'aurais même plus le temps de cligner des yeux. Il va me falloir un peu plus d'infos que ça, mais je doute franchement que ça ma paraisse fou.

Il marqua une légère pause, comme pour reprendre son souffle. En vérité, il se retenait surtout de trop parler.

-Ici c'est le "Jardin Radieux", c'est plutôt sûr comme coin. Et encore une fois, tu peux me tutoyer.

Des personnes différentes...Eh bien premièrement, il y avait lui. Il ignorait sur quel pied danser avec elle. Venait elle tout juste de débarquer, ou parlait elle de quelque chose de différent ? Si elle en savait autant que lui, il aurait eut l'air bien idiot à penser qu'elle voulait parler de sans cœurs, de similis ou même de porteurs. Mais s'il s'agissait de la première option, alors il devrait y aller par étapes. Après tout, elle avait en face d'elle un être hybride porteur de keyblade.
Si c'est de l'étrange qu'elle voulait, elle était servie. Mieux valait lui cacher ça tant qu'il n'était pas certains du réel sens de ses questions. Il croisa les main contre son visage et se pencha en avant. Il fixa le sol un bon moment avant de relever les yeux vers Elsa, et de lui dire d'un ton sérieux :


-Et si ces gens "différents" t'inquiètes, je vais être honnête avec toi. Jamais ils n'oseront franchir cette porte.

Pas besoin d'être devin pour comprendre. C'était vraisemblablement l'une de ces personnes "différentes" qui l'avait mise dans cet état. Peut être même envoyée au Jardin Radieux. Il souhaitait seulement lui faire ainsi comprendre qu'elle n'avait pas à se sentir menacée tant qu'il était dans le coin, mais cela pouvait également s’avérer être à doubles tranchants. En effet, il lui avait explicitement fait comprendre que quelque soit la menace, c'était à elle d'avoir peur de lui. Pour elle qui venait tout juste d'être la victime de quelqu'un d'étrange, elle était en droit de se montrer méfiante à l'égard de tout ce qui n'était pas humain. Si c'était le cas...tant pis après tout, il avait finit par accepter ce qu'il était, même si il lui avait fallut du temps. Si elle était incapable d'en faire autant, le lui cacher trop longtemps n'apporterait rien de bon, elle finirait forcément par le découvrir. Remarque, rien qu'à son air albinos, on pouvait repérer l'anomalie à des kilomètres, elle devait bien déjà se douter de quelque chose.

Fatigué, le jeune homme frotta à nouveau ses yeux et s'horrifia rien qu'en imaginant les cernes qu'il devait afficher. Voilà longtemps qu'il n'avait pas pût faire une nuit paisible, et si les cauchemars revenaient, les choses ne risquaient pas d'aller en s'améliorant. Heureusement pour lui, son interlocutrice venait d'amasser un nombre astronomique d'heures de sommeil, il se prit donc à espérer qu'elle ait aussi peu que lui le désir de se recoucher dans l'immédiat. Mais revenait alors un problème se voulant récurent. Il lui fallait dire quelque chose...


-Je crois qu'il va falloir t'acheter de nouveaux vêtements au fait...Dit il en regardant Elsa porter ses vêtements. De toute façon je  vais probablement devoir passer la journée de demain à acheter ce qu'il nous faut pour manger...Si tu te sens d'attaque tu n'auras qu'à venir aussi. Il marqua une pause. Car tu ne l'a peut être pas encore remarqué, mais je viens out juste de revenir...ici.

En vérité, il comptait sur le fait qu'elle accepte. Cela ne semblait peut être rien, mais il préférait largement l'idée qu'elle reste en sa compagnie. Ne vous méprenez pas, il ne s'était pas soudain prit d'affection pour elle ou ne luttait pas contre la solitude, non. Mais si elle était en effet suivie par quelque chose ou quelqu'un, il ne tenait pas à rentrer et à retrouver son cadavre au milieu des planches calcinées de son logis. Décidément...il avait une tendance certaine à devoir se confronter malgré lui aux problèmes des autres, ça tenait presque du don à ce stade. Il reprit une lampée de café pour ne plus y penser, et se remémora aussitôt pourquoi sa tasse semblait toujours pleine. Il prit ensuite quelques secondes pour scruter l'aspect général d'Elsa. A en juger par les vêtements qu'elle portait en arrivant, par sa manière de parler et enfin par son apparence, il parvint à la conclusion suivante :  

-Je ne crois pas avoir déjà rencontré quelqu'un venant de ton monde...comment s'appelle t-il ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elsa d'Arendelle
Reine d'Arendelle


Pseudo Heaven : Lou/Kisa
Messages : 177
Triomphe : 149
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 24
Localisation : A Arendelle

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Retrouver la mémoire.

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Ven 3 Oct - 19:47

-Artis, et tu devrais oublier les "vous". J'en ai peut-être pas l'air, mais je dois être à peine plus vieux que toi tu sais.

Oula, ce n’était pas gagné. Evidemment, Artis ne pouvait pas savoir que dans les Royaumes du Nord, et plus particulièrement dans la noblesse, le vouvoiement n’était pas conditionné par l’âge mais par le rang. De ce fait, la courtoisie était une valeur centrale dans la famille royale d’Arendelle et le tutoiement était loin d’être naturel pour Elsa, tout particulièrement depuis qu’elle n’était plus dans son monde et qu’elle ignorait les codes sociaux des peuples qu’elle rencontrait au grès de ses voyages. Mais soit, si ça pouvait lui faire plaisir elle essaierait de faire un effort…

Elle lui posa ses questions, brisant le silence, et le regarda rire, légèrement consternée. Elle s’attendait à ce qu’il la regarde bizarrement ou qu’il la traite d’illuminée, c’est ce qu’elle aurait fait elle-même il y moins de quarante-huit heures si quelqu’un avait fait mention d’un autre monde devant elle. Sa réaction la troublait un peu.

-Ma chère, si je devais prendre le temps de noter chaque "incidents" et chaque personnes "différentes" dont j'ai été témoin, je n'aurais même plus le temps de cligner des yeux. Il va me falloir un peu plus d'infos que ça, mais je doute franchement que ça ma paraisse fou. Ici c'est le "Jardin Radieux", c'est plutôt sûr comme coin. Et encore une fois, tu peux me tutoyer.
-Oh…

Le son lui avait échappé. Elle regarda Artis, l’air franchement étonnée. Etais-ce un hasard si toutes les personnes qu’elle rencontrait depuis le début de son odyssée étaient au courant de l’existence d’autres mondes ? Au moins avec un peu de chance il pourrait peut-être répondre à ses questions.

-Et si ces gens "différents" t'inquiètes, je vais être honnête avec toi. Jamais ils n'oseront franchir cette porte.

Le regard de la reine s’assombrit à la mention implicite de ses ennemis. Elle fixa un long moment le garçon, le considérant sous un tout nouveau jour. L’air de rien il venait de sous-entendre, sans même connaître la nature de la menace, qu’il était plus dangereux qu’elle. 

« Est-ce que je suis censée m’inquiéter ? » se demanda telle sans quitter Artis des yeux.

Non, elle ne se sentait pas en danger. S’il avait voulu lui faire du mal il l’aurait déjà fait. Par contre des millions de questions se bousculaient dans sa tête et elle avait vraiment envie d’en savoir plus sur son mystérieux interlocuteur. Qui était ce type au juste ?

-Vous ne… tu ne sais pas de quoi tu parles, soupira telle.

Elle ne remettait pas en cause sa force, seulement la menace se résumait à une chose : Abnegatio ; la créature la plus atypique et puissante qu’elle avait jamais rencontré.

Elle le regarda se frotter les yeux, toujours sans rien dire, et songea avec une pointe de culpabilité qu’elle était en partie responsable de sa fatigue. Elle était légèrement anxieuse. Non pas parce qu’elle avait peur de lui mais plutôt parce qu’il la déstabilisait. Elle n’arrivait pas à le cerner et à comprendre ce qu’il y avait dans sa tête.

-Je crois qu'il va falloir t'acheter de nouveaux vêtements au fait... De toute façon je  vais probablement devoir passer la journée de demain à acheter ce qu'il nous faut pour manger...Si tu te sens d'attaque tu n'auras qu'à venir aussi. Car tu ne l'a peut-être pas encore remarqué, mais je viens tout juste de revenir...ici.

Elsa baissa les yeux et regarda les vêtements qu’elle portait.

-Je… me suis permise de vous…de t’emprunter des vêtements. Les miens étaient légèrement… tachés, dit-elle en s’empourprant. J’espère que cela ne t’ennuie pas.

Elle n’arrivait définitivement pas à savoir si elle le dérangeait ou non ; en tout cas il avait l’air de tenir pour acquis le fait qu’elle passerait la nuit chez lui. Au moins elle avait un refuge pour ce soir. Mais que ferait-elle le lendemain ? Et les jours suivants ?

-Je viendrai avec toi demain. J’ai très envie de visiter le Jardin Radieux, dit-elle en levant les yeux vers lui.

Envie n’était peut-être pas le terme le plus exact, disons qu’il fallait surtout qu’elle repère les lieux pour commencer à établir une stratégie. Même si elle n’avait aucune idée de ce qu’elle devait faire et qu’elle était littéralement perdue…  il fallait bien commencer quelque part. Et puis elle aurait un guide qui connaissait le coin, c'était toujours ça.

-Je ne crois pas avoir déjà rencontré quelqu'un venant de ton monde...comment s'appelle t-il ?

La reine hésita un instant et opta finalement pour la vérité, espérant que le garçon n’ébruiterait pas l’information. Artis avait l’air d’être une personne fiable mais elle ne le connaissait pas assez pour lui faire confiance. Sachant qu’Hans et elle faisait partie des rares personnes à avoir échappé au contrôle de Celsia, cette dernière n’aurait pas de mal à la retrouver si la nouvelle parvenait jusqu’à elle.

-Les Royaumes du Nord. C’est un endroit magnifique mais je te déconseille d’aller y faire du tourisme en ce moment, dit-elle sur un ton ironique. A moins que tu ne souhaites te retrouver piégé dans une distorsion temporelle.

Le regard de la jeune femme s’était fait haineux. Sa colère n’était bien sûr pas dirigée contre Artis mais contre elle-même. Si seulement elle n’avait pas touché cette fichue sphère noire rien de tout ça ne serait arrivé. Elle maudissait Abnegatio et ses discordians, elle maudissait Celsia pour ce qu’elle lui avait fait et…

Elsa tiqua en réalisant soudain quelle avait oublié quelque chose d’important. Elle regarda ses mains l’une après l’autre, puis toucha son cou. Rien. De toute évidence elle l’avait fait tombé lorsqu’elle avait fait son malaise.

-Et m… !

La reine posa sa tasse de chocolat qui ne devait plus être très chaude sur la table et se précipita vers la sortie. C’est donc en t-shirt et pieds nues qu’elle franchit la porte pour se retrouver… dans le noir total. Génial, elle n’avait pas pensé à ce détail-là. La jeune femme fit quelques pas, espérant apercevoir une lumière au loin qui pourrait lui permettre de se repérer, mais rien. Enervée au plus haut point, Elsa aurait volontier hurlé pour évacuer sa frustration. Mais elle n'était pas seule et elle n'avait pas l'intention de se montrer en spectacle devant un inconnu. Elle se contenta donc de serrer les poings à s'en faire blanchir les jointures. Finalement ce n'était peut-être pas plus mal qu'elle ait momentanément perdu l'usage de ses pouvoirs, autrement elle aurait surement provoqué une catastrophe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Sam 4 Oct - 16:47

Une distorsion temporelle ? Ok, là elle avait suscitée son attention. Il nota par ailleurs l'étincelle de colère animant le regard de la jeune femme. Quoi de plus logique après tout...voir son propre monde plongé dans "une distorsion temporelle" sans rien pouvoir y faire, c'était une bonne raison d'avoir ce regard. Bien qu'en vérité, il ignorait totalement de quoi il s'agissait. Cependant, de son ignorance résultat une certaine curiosité. S'il lui restait encore des doutes quant à sa décision d'avoir aidé cette petite blonde, ils furent radicalement dissipés. Néanmoins, l'idée qu'elle était bel et bien en mesure de répondre à certaines de ses interrogations le frustra d’autant plus, puisqu'il s'était promis de ne pas la harceler immédiatement avec ça. Il s’apprêta néanmoins à questionner la jeune femme sur la nature du mal dont été victime les Royaumes du Nord, lorsque celle-ci se retint de lancer une injure et se leva brusquement. Il la suivit du regard, intrigué. Quand il compris qu'elle se rendait à l'extérieur, il écarquilla les yeux d’étonnements. Ce n'était pas franchement une tenue appropriée pour faire face au froid nocturne, mais elle ne sembla pas y prêter attention.

Une fois qu'elle eut disparut de son champ de vision, il souffla et posa à son tour son breuvage sur la table. Il se redressa lentement et marcha vers la sortie, lorsqu'un léger picotement lui parcouru la main gauche. Ses ténèbres cherchaient elles encore une fois à s'échapper ? Une idée lui vint alors. Elsa était quant à elle entrain de bouillir de rage de son côté, à quelques mètres à peine de la porte d'entrée. Elle adoptait certes un comportement des plus étrange, mais il préféra ne pas lui en tenir rigueur. Après tout, il savait qu'il était plus que mal placé pour la juger. Il se contenta de s'adosser contre le coin de la porte et de croiser les bras, sans un mot. Lorsqu'il sentit enfin la colère de la jeune fille s'affaiblir, le porteur se décida à prendre la parole.


-Je ne sais pas ce que tu cherches, mais je doute que ce soit une bonne idée à cette heure. Il se décolla de la porte et décroisa les bras, puis fit quelques pas en direction de son interlocutrice. Tu ferais mieux de rentrer, je vais aller inspecter les environs pour voir si tout va bien.

On pouvait aisément comprendre au ton de sa voix qu'il ne lui laissait pas vraiment le choix. Il n'usa pourtant d'aucune agressivité ni même d'autorité, il se contenta simplement d'être clair. Le jeune homme s'avança quelques mètres avant de se stopper et de pivoter légèrement la tête vers Elsa, comme s'il tenait à vérifier qu'elle l'avait écouté. Il ne s'attarda pas davantage et se rendit dans les hauteurs du grand vallon. Il s'assura être seul à plusieurs reprises avant de méticuleusement détacher chacune des sangles de son gant, après quoi il le retira. Le mi-simili mi-sans cœur contempla sa main souillée par les ténèbres et se demanda curieusement ce qu'Elsa en penserait. Il préféra la chasser aussitôt de ses pensées, se focalisant sur ce pourquoi il était venu. Il continua alors à fixer sa main dans un silence de mort, tandis qu'une fine aura noire se dessinait autour de lui. Le Voiel ferma alors les yeux et fit en sorte de se remémorer la sensation dont il avait été victime lors de son cauchemars. C'était là le seul moyen qu'il avait trouvé pour entrer en communication avec la noirceur qui l'habitait...

Le jeune homme rouvrit brusquement les yeux et constata qu'une obscurité totale recouvrait désormais les lieux. Il appela à plusieurs reprises ses ténèbres, comme pour captiver leur attention. Soudain, un écho lui parvint. Comprenez bien que sa noirceur ne s'exprimait à la manière d'une personne, elle n'était pas douée de parole ni même d'une véritable conscience. Il s'agissait plus de "pensées" venant s'insinuer dans le crâne du porteur, sans qu'elles ne soient les siennes.  


*Tu nous a appelé...pourquoi ?*

*J'ai besoin de savoir. Pourquoi ai-je perdu votre contrôle ?*

*Tu ne le sais pas ? Ta question est vide de sens...tu sais parfaitement comment nous utiliser à nouveau.*

*Oui et c'est hors de question. Jusqu'à là vous m'obéissiez, vous aviez acceptés de devenir une partie de moi...Pourquoi est ce que maintenant vous auriez besoin de vous insinuer en moi davantage ? Ce que mon bras est devenu ne vous suffit plus maintenant !?*

*Décidément tu ne comprends rien...Tu ne comprendras jamais. Tu veux des réponses ? Bien. Tu ne t'ai jamais dis que tu n'étais pas fait pour nous contrôler ? Là bas, il n'y avait ni lumières ni ténèbres, tu étais le seul hôte disponible. Ici, tu n'es pas fait pour nous. Seul ton cœur suffirait à nous contenir.*

Le keybladeur sentit alors les ténèbres s'installer en lui et tomba genoux à terre. Il serra les poings et mit tout en œuvre pour mettre un terme à cette entrevue, ce qu'il parvint à faire avec difficulté. L'obscurité se dissipa progressivement, laissant sa place au paysage du grand vallon. Artis se releva avec embarras, mais indemne. Tout du moins, c'est ce qu'il semblait. Il ignorait alors qu'il venait d'ouvrir grand les portes à ses ténèbres, ce dont il se rendrait compte dans les temps à venir...Après avoir renfilé son gant avec précaution, le jeune homme se décida enfin à rentrer. Il franchit la porte d'entrée et vit avec satisfaction que le feu brûlait toujours. Quant à Elsa, elle s'était rendormie sur le canapé. Il prit à son tour l'initiative de la recouvrir d'une couverture et retourna s'asseoir près du feu, jusqu'à ce que la fatigue ne l'assaille à nouveau...

Les rayons du soleil vinrent le réveiller en fin de matinée. Encore une fois, il avait un peu trop dormis. Ce qui ne l'empêcha pourtant pas d'être le premier à s'éveiller, Elsa étant encore plongée dans un profond sommeil. Le porteur s'offrit alors quelques minutes pour aller prendre une douche et se préparer à sa futur sortie, avant de retourner voir sa jeune protégée. Il remarqua que la jeune femme s'était endormie sa natte en pleine figure. Le mi-simili mi-sans cœur leva les yeux au ciel et pinça délicatement la masse capillaire pour la dégager de son visage. Cela eut au moins pour effet de faire ouvrir un œil à la jeune fille.


-Allez la belle au bois dormant, il faut se réveiller. Le prince charmant ne viendra pas aujourd'hui, et on a une journée chargée.

Il espéra qu'elle ait au moins une fois entendue parler de cette histoire, sans quoi elle risquait de le prendre pour une énergumène. Il lui laissa tout de même le temps nécessaire pour se préparer, l'attendant patiemment devant la maison, une cigarette au bec. Lorsqu'elle le rejoint enfin, il jeta au loin son cancer ambulant et se mit en route pour la ville.

***


Nos deux compères rentrèrent à la nuit tombée, les bras chargés de commissions en tout genre. Artis ne perdu pas une minute pour tout ranger et laissa Elsa se démener avec ses propres achats, tandis qu'il se rendit dans sa chambre. Il y disposa quelques bricoles et tomba de manière inopinée sur un objet dont il avait oublié jusqu'à l'existence. Il s'agissait de l'ultime présent offert par sa "mère", la chevalière des Voiel. Ce n'était là qu'un simple bijoux sans aucune propriété, mais forcé de reconnaitre qu'il était magnifique. Fait d'un métal angélique semblable à de l'argent, et orné d'un losange fait de topaze, n'importe qui aurait payé le prix fort pour posséder un tel objet. N'importe qui sauf lui, puisqu'il ne la portait plus depuis bien longtemps. Il se demanda s'il ferait mieux de la vendre, et se souvint qu'Elsa avait quant à elle cédées ses bracelets l'après midi même. Puisqu'elle semblait adepte de ce genre d'objets, peut être y trouverait elle un quelconque intérêt...Qui plus est, il préférait s'en débarrasser.

Il s'en retourna alors au salon et aperçut la jeune femme le nez dans ses cahiers récemment acquis, entrais d'y griffonner quelque chose. Puisque le froid semblait également vouloir s'inviter, il prit l’initiative d'allumer à nouveau un feu. A ce rythme, la soirée à venir se faisait de plus en plus similaire à la précédente, ce qu'il souhaitait éviter.  D’autant qu'il était désormais grand temps qu'elle réponde à ses questions, il se devait donc de faire l'effort d'être plus loquace qu'à l'accoutumée. Il alla s'asseoir en face d'Elsa et posa la chevalière sur la table, avant de regarder la jeune fille en croisant les bras, quelque peu embarrassé.


-Puisque tu as dû vendre tes bijoux aujourd'hui, j'me permet de t'offrir celui là si tu en veux, personnellement je n'en ferais rien. En découla un long silence, ce qui lui provoqua un froncement de sourcils ainsi qu'un léger rougissement. C'est...c'est pas une demande en mariage hein, juste un cadeau, ahem...

Il détourna aussitôt le regard, à la fois gêné et agacé. Eh bien, que d'efforts pour lui ces jours ci...Mais ce n'était pas le propos. Il avait besoin de réponses, de savoir dans quoi il avait débarqué. Et surtout, de ce qu'il était censé faire. Il avait évidemment conscience qu'elle ne possédait pas toutes les réponses, mais au moins pourrait elle lui donner des pistes. Il prit un ton un peu plus sérieux et se décida à se lançer :

-Je ne sais pas si tu préfèrerais attendre, mais j'ai besoin de savoir Elsa. Pour être honnête avec toi, je n'ai aucune idée de ce qu'est ce que tu appelles une "Distorsion temporelle". Les sans cœurs, les similis et les porteurs, ça je connais. Mais ça, tu es la première à m'en parler. Il s'adossa contre son fauteuil et fixa le plafond, l'air pensif. Comme je te l'ai dis hier, je viens tout juste de revenir, il se peut donc que je ne sois pas courant de ce qui se trame ces derniers temps. Il dirigea à nouveau son regard vers la jeune femme. Et puis...j'aurais besoin de savoir qui t'as mis dans cet état. Parce que s'il compte te traquer jusqu'ici, j'aimerais au moins savoir à quoi m'attendre. Il marqua une pause. C'est vrai, je ne sais pas de quoi je parle. Mais c'est pas ça qui m'empêchera de lui botter le cul s'il cherche à nouveau à s'en prendre à toi.

Cela faisait beaucoup d'un coup. Mais elle avait tout son temps pour répondre, et il ne lui avait mit aucune pression. Il écouta son interlocutrice avec attention, curieux de savoir de quoi il retournait vraiment.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elsa d'Arendelle
Reine d'Arendelle


Pseudo Heaven : Lou/Kisa
Messages : 177
Triomphe : 149
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 24
Localisation : A Arendelle

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Retrouver la mémoire.

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Dim 5 Oct - 4:27

-Je ne sais pas ce que tu cherches, mais je doute que ce soit une bonne idée à cette heure. Tu ferais mieux de rentrer, je vais aller inspecter les environs pour voir si tout va bien.

Elsa leva des yeux surpris vers lui, puis légèrement inquiets lorsqu’elle réalisa qu’il comptait s’éloigner en la laissant seule. Elle ravala sa peur et acquiesça finalement de la tête avant de rentrer au « chaud » dans la maison. Elle se maudissait pour sa lâcheté et songea qu’il allait vraiment falloir qu’elle arrête de compter sur les autres pour la protéger en permanence. Mais pouvait-on lui en vouloir ? Après tout elle n’était pas encore remise du dernier conflit et ne pouvait même pas compter sur ses pouvoirs pour se défendre.

La jeune reine se retrouva donc seule dans la maison, ne sachant trop quoi faire. Après avoir parcouru la pièce du regard, elle se rapprocha de la cheminée et y glissa une buche pour entretenir le feu. Si elle ne craignait pas le froid (bien qu’elle apprécie toutefois la chaleur), ce n’était pas le cas de son protecteur. Elle se laissa tomber dans le fauteuil et contempla quelques instants les flammes en terminant de siroter son chocolat chaud qui serait probablement son seul repas de la journée (ce qui n’était pas très grave en soi puisqu’elle n’avait pas franchement faim). Plusieurs minutes passèrent avant qu’Elsa ne repose sa tasse et ne se décide à aller explorer la maison. C’était l’occasion ou jamais après tout, Artis ne pourrait pas la réprimander puisqu’il n’était pas là et elle avait vraiment besoin de poser des repères sur l’endroit où elle était. Elle entreprit donc de visiter les pièces les unes après les autres, en s’interrogeant parfois longuement sur la nature des objets qu’elle rencontrait. Son inspection terminée, elle revient dans le salon et s’installa sur le canapé pour attendre le retour d’Artis. Mais le garçon ne revenait pas et la fatigue se fit plus présente. La jeune femme finit par s’allonger sur le canapé et se laissa lentement glisser vers le sommeil.



***

Quelque chose chatouilla son visage, la sortant de sa torpeur. Elsa ouvrit doucement les yeux et sursauta en voyant Artis.

-Allez la belle au bois dormant, il faut se réveiller. Le prince charmant ne viendra pas aujourd'hui, et on a une journée chargée.

Il ne lui en fallut pas plus pour achever de réveiller la blondinette. Elle lança un « bonjour » endormis en se frottant les yeux, légèrement ébloui par le soleil. Le garçon finit par s’éclipser devant la maison pour laisser un peu de place à Elsa qui se dépêcha de faire un brin de toilette avant de le rejoindre. Elle fit demi-tour à la dernière minute pour emprunter un pull à Artis. Elle n’en avait pas vraiment besoin mais elle avait conscience qu’une personne se promenant en t-shirt à cette période de l’année risquait d’attirer légèrement l’attention, ce qu’elle tenait à éviter. Sur le trajet, elle aperçut le collier de Celsia qu’elle avait fait tomber l’avant-veille. Elle le ramassa et le rangea précipitamment dans sa poche sans s’attarder dessus. Elle aurait tout le loisir de le regarder plus en détail quand son compagnon ne serait pas là… en tout cas elle était rassurée de l’avoir retrouvé.

La journée passa à une vitesse hallucinante. Elsa ne savait plus où donner de la tête tant il y avait de choses à découvrir. De temps en temps elle posait une question à Artis qui lui répondait comme il pouvait. Elle lui demanda de l’amener jusqu’à une joaillerie où elle put troquer ses bijoux contre une grosse somme d’argent. Le vendeur l’a regarda légèrement de travers lorsqu’elle lui présenta les bracelets :

 -Mais où vous êtes-vous procuré ces merveilles ?

Traduction : vous ne les auriez pas volés par hasard ? C’est vrai qu’avec les vêtements qu’elle portait elle n’avait pas vraiment l’air d’une reine, ceci dit le comportement du marchand était un peu vexant. Elle finit par lui rétorquer qu’elle en avait hérité, coupant court à la discussion. Evidemment c’était un mensonge, si ces bijoux avaient vraiment appartenu à sa mère elle ne les aurait jamais vendus. Mais elle se voyait mal expliquer à cet inconnu qu’un prétendant qu’elle n’avait jamais rencontré lui en avait fait cadeau pour son vingtième anniversaire. Bref. Elle avait maintenant de quoi subvenir largement à ses besoins pour un bon moment, ce qui la rassurait. Au moins elle n’était plus dépendante des autres pour se nourrir et se loger. Elle profita donc de cet argent nouvelle acquis pour acheter un tas de fournitures utiles : un grand sac noir pour tout porter, un certains nombres d’objets usuels (brosse à cheveux, vêtements et chaussures, briquet, lampe torche (OUII ! Une version miniature de la boite lumineuse magique de chez Artis, trop pratique !!), ainsi qu’un gros cahier assortis de stylos, feutres et crayons. Et évidemment : de la nourriture. La jeune femme veilla à ce que son bienfaiteur ne débourse pas un centime, après tout elle avait largement de quoi payer.

***

Lorsqu’ils rentrèrent les bras chargés, la nuit était en train de tomber. Elsa posa son sac par terre et fit l’inventaire de ses achats le sourire aux lèvres. Elle avait passé une excellente journée, sans  personne pour lui parler de mort ou pour la torturer et Artis s’était révélé être une compagnie agréable. Elle se surprit à penser qu’ils avaient des traits de caractères communs tous les deux : ils n’étaient pas très à l’aise pour amorcer la conversation mais arrivaient pourtant à communiquer lorsque l’un ou l’autre faisait l’effort d’engager le dialogue. Par ailleurs, à aucun moment de la journée son compagnon n’avait tenté d’en apprendre plus sur elle ou sur ce qu’il lui était arrivé, ce qu’elle appréciait sincèrement. Même si elle savait qu’elle devrait se confier à lui un jour où l’autre elle n’était pas pressée de le faire.

La jeune femme attrapa son cahier et ses stylos et s’installa sur une chaise, derrière la table. La journée lui avait permis de prendre du recul par rapport aux derniers évènements, elle se sentait un peu plus sereine. Il était temps pour elle de faire le point. Mais par quoi commencer ? Elle avait vu et tellement de choses étranges au cours des derniers jours qu’elle avait vraiment du mal à organiser ses pensées.

« Commençons par les Justes », songea telle.

Et elle entreprit de noter tout ce qu’elle avait pu voir et entendre sur ses ennemis : leurs pouvoirs et leurs faiblesses, leur personnalité, la description de leur apparence, les relations qu’ils entretenaient les uns avec les autres… tout ce qui lui passait sur la tête. Elle se rendit bien vite compte qu’elle n’avait pas grand-chose… déjà parce qu’elle ne les avait finalement que très peu vu à l’action et ensuite parce qu’une partie de sa mémoire restait opaque, comme si son cerveau espérait la protéger en bloquant une partie de ses souvenirs. Elle soupira et referma finalement son cahier lorsqu’Artis vient s’installer en face d’elle. Elle le regarda poser une bague sur la table et lui lança un regard interrogateur.

-Puisque tu as dû vendre tes bijoux aujourd'hui, j'me permet de t'offrir celui là si tu en veux, personnellement je n'en ferais rien. C'est...c'est pas une demande en mariage hein, juste un cadeau, ahem...

La souveraine ouvrit de grands yeux surpris puis se mit à rire doucement.

-Elle est magnifique, dit-elle avec un sourire. Merci beaucoup.

Elle se saisit délicatement de la chevalière et l’observa avec une certaine curiosité. Elle n’avait pas menti, l’objet était vraiment superbe. Elle se demanda pourquoi Artis avait décidé de s’en séparer et de lui offrir alors qu’ils se connaissaient à peine. Pensait-il lui remonter le moral ?

-Je ne sais pas si tu préfèrerais attendre, mais j'ai besoin de savoir Elsa. Pour être honnête avec toi, je n'ai aucune idée de ce qu'est ce que tu appelles une "Distorsion temporelle". Les sans cœurs, les similis et les porteurs, ça je connais. Mais ça, tu es la première à m'en parler. Comme je te l'ai dis hier, je viens tout juste de revenir, il se peut donc que je ne sois pas courant de ce qui se trame ces derniers temps. Et puis...j'aurais besoin de savoir qui t'as mis dans cet état. Parce que s'il compte te traquer jusqu'ici, j'aimerais au moins savoir à quoi m'attendre. C'est vrai, je ne sais pas de quoi je parle. Mais c'est pas ça qui m'empêchera de lui botter le cul s'il cherche à nouveau à s'en prendre à toi.


Elsa le laissa parler sans l’interrompre, toute trace de sourire avait disparu de son visage. Elle posa la bague sur la table et se leva de sa chaise pour aller se poster devant la fenêtre. Évidemment, il n’y avait rien à voir à l’extérieur, mais cela lui donnait l’illusion d’un échappatoire, au moins quelques instants. Elle soupira et se retourna pour regarder Artis.

-D’accord, je vais te raconter mon histoire. Mais je me pose également beaucoup de questions à ton propos et j’aimerai que tu me parles de toi. Le marché te parait-il équitable ?

Elle guetta son approbation et glissa nerveusement une main dans ses cheveux. Sa gestuelle trahissait clairement sa nervosité.

-Par où commencer ?

«  Par le début » Lui souffla une petite voix dans ma tête.

-Il y a deux jours à peine j’ignorais tous sur les autres mondes, je pensais que nous étions seuls dans l’univers. Mais les choses ont brusquement changé le jour où j’ai visité un site de fouilles archéologique. Un chercheur avait découvert un artefact qui était protégé par une sorte de bouclier magique… une première si l’on part du principe que la magie n’est pas quelque chose de très rependu dans les Royaumes du Nord… ce bouclier repoussait physiquement les autres personne, mais pas moi… et j’ai eu la bêtise de toucher l’objet… ce qui a activé son pouvoir et enclenché la distorsion temporelle.


Elle marqua une pause et croisa les bras, les yeux rivés sur le sol.

-Pendant près de trois semaines et sans m’en rendre compte, j’ai revécut en boucle deux jours qui avait eu lieu six mois plus tôt… quelque chose avait effacé ma mémoire et celle de tous les autres et rayé ces six mois de notre esprit pour que nous ne soupçonnions rien. Et puis les choses ont changé. J’ai commencé à me rappeler peu à peu. Personne ne m’a cru quand j’ai tenté d’en parler et quoi que je fasse, les évènements finissaient toujours par se répéter. Alors j’ai essayé de détruire l’artefact qui avait provoqué la distorsion temporelle. En vain, je n’ai fait que l’ébréché, mais cela à suffit pour créer un portail vers un autre monde, la Terre des Dragons. Je ne savais pas ce que c’était mais cela ne pouvait pas être pire que les Royaumes du Nord. J’espérais juste trouver de l’aide ou au moins comprendre ce qui était en train d’arriver. Alors j'ai traversé et là-bas j’ai fais la connaissance de personnes… étonnantes.

Etonnante oui… elle était d’abord tombé sur Hans, puis sur un shinigami complètement taré... mais inutile de rentrer dans ce genre de détails.

-Et puis… un parchemin est apparu dans mes mains. Un certain magicien répondant au nom de Yen Sid expliquait que son monde était victime d’une puissante magie et que la même journée se répétait en boucle. Le parchemin nous a tous téléporté à la Cité du Crépuscule je ne sais comment. Après quelques heures passés là-bas un homme est apparu de nulle part et nous a ouvert un portail vers la tour de Yen Sid.

Elsa prit une grande inspiration dans l’espoir de calmer les battements de son cœur et sa frustration. La jeune femme commençait à perdre totalement la maitrise de ses émotions, ce qui ne lui ressemblait pas. La seule bonne nouvelle c’est que ses pouvoirs étaient endormis, autrement il y aurait eu de fortes chances que sa colère se traduise par une baisse significative de la température et quelques objets congelés… à mesure qu’elle racontait son histoire elle prenait conscience de la stupidité de ses actions : comment avait-elle pu se faire avoir aussi facilement ? La vérité c’est qu’elle était tellement désespérée qu’elle avait sciemment mis en danger sa vie et celle de ses compagnons pour découvrir la vérité.

-Evidemment c’était un piège, poursuivit-elle en veillant à ne pas regarder Artis ; elle avait peur de déchiffrer son expression et d’y voir un quelconque jugement. Et nous avons foncé dedans tête baissée. Un comité de réception nous attendait : les discordians, des créatures monstrueuses engendrées par les distorsions temporelles… Le temps de rentrer dans la tour la moitié de notre groupe avait été mis hors d’état de nuire…

L’articulation de ses idées et de ses phrases commençait à se faire laborieuse. Le fait est qu’elle en arrivait au sujet sensible et qu’elle n’était pas du tout sûre d’avoir envie d’être capable de continuer. Elle s’approcha du fauteuil le plus éloigné d’Artis et s’y laissa tomber.

-Nous nous sommes barricadés à l’intérieur... Grossière erreur. Un homme est sorti de l’ombre et nous a attaqué… enfin, ce n’était pas un homme…maintenant je sais que c’était un discordian avec une apparence humaine… et puis… (elle se recroquevilla sur elle-même et essaya de calmer les tremblements de ses membres) Celsia est arrivée. Une discordian comme l’autre…Elle…elle m’a isolé du groupe pour me… "parler", seules à seules….

La jeune femme ferma les yeux pendant un moment pour reprendre le contrôle. Echec.

-Elle m’a « gentiment » (elle tiqua sur le mot) expliqué que c’était elle qui avait provoqué la distorsion temporelle des Royaumes du Nord et que je l’avais libéré en détruisant partiellement l’artefact dans lequel elle était enfermée (sa vision se troubla et elle sentit les larmes rouler sur ses joues). Cette « chose » a copié mon apparence et mes souvenirs…

« Et mes pouvoirs », songea telle.


-Et elle s’est mise en tête de me renvoyer coute que coute chez moi, à Arendelle… dans la boucle temporelle…

D’un geste de la main elle essuya ses yeux et prit une grande inspiration.

-Et sans l’intervention de mes compagnons elle aurait réussi. (elle leva les yeux pour la toute première fois vers Artis). Tu voulais savoir qui m’a mise dans cet état ? Tu as la réponse. Quand j’ai repris connaissance Celsia n’était plus là, elle avait fui vers le sommet de la tour… et nous avons finis par la rejoindre. Non pas par masochisme mais parce que c’était le seul moyen de fuir cet enfer. Et une fois en haut, poursuivit-elle avec un sourire écœuré, nous avons eu « l’honneur » de rencontrer le grand chef des discordians en personne, Abnegatio… Je n’ai jamais rien vu de tel… sa seule présence suffit à altérer son environnement et à provoquer des paradoxes… c’est comme s’il était partout et nulle part en même temps. Ce type est monstrueux… Il nous a fait tout un discours sur le fait que nous ne faisions pas parti des "élus" qu'il avait décidé de sauver, et que les monde étaient en train de sombrer dans les méandres du temps et de l'espace... et puis il a ouvert un portail que nous avons été obligé de traverser. La suite tu la connais... je suis arrivée au Jardins radieux... seule. Je ne sais pas ce que sont devenus mes compagnons ni s'ils vont bien... ce que je sais en revanche c'est que Celsia va se lancer à ma recherche et qu'elle finira par me trouver tôt ou tard (elle planta ses yeux dans ceux du garçon). Je ne veux pas que tu sois mêlé à ça, elle est beaucoup trop dangereuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Dim 5 Oct - 19:32

Il fallut une petite minute à Artis pour digérer la masse d'informations que son interlocutrice venait de lui offrir. Comme si les sans cœurs et les similis ne suffisaient pas, voilà maintenant que les Discordians faisaient leur apparition. Mais étrangement, le jeune homme n'en éprouva aucune crainte, ni même de réelle méfiance. A l'exception de cet Abne-quelques choses peut être, lui semblait clairement sortir du lot. Après tout, si même Yen Sid s'était vu contraint d’appeler à l'aide, c'est que les choses allaient mal. Il avait déjà entendu parler de lui, il l'avait même aperçut. Aussi, il savait que cet homme ne criait pas au loup si facilement. Néanmoins, le porteur avait confiance en ses propres capacités, et si il lui arrivait de croiser la route d'un Discordians, il était persuadé de n'en faire qu'une bouchée. Témérité ou vérité ? Seul l'avenir le dirait...

-Pour récapituler...C'est cet Abne-machin choses qui est à l'origine de tout ça, correct ?

Il réfléchit quelques instants. Un être capable d'altérer le bon fonctionnement du temps par sa simple présence ? A une époque, cela lui aurait peut être parut inconcevable. Mais après tout ce qu'il avait vu et traversé, il allait en falloir plus que ça pour le surprendre. Qui plus est, personne n'était infaillible, pas même les Discordians. Il lui fallait juste trouver leur point faible. Plus facile à dire qu'à faire ceci dit, d’autant qu'il ne savait même pas à quoi ils ressemblaient. Mais en y repensant à deux fois, il existait peut être un moyen...

-Je pense qu'on devrait se rendre à la Bibliothèque du Jardin Radieux. Qui sait, peut être qu'on y trouvera quelque chose sur ces Discordians.

Et dans le pire des cas, il restait toujours les laboratoires désaffectés de Geran. Il ne mourrait certes pas d'envie d'y retourner, mais avec toutes les recherches que ce malade avait effectué, il existait peut être une chance d'y découvrir quelque chose qui valait le détour. Foncer tête baissée sans connaitre l'ennemi était une très mauvaise idée. Elsa et ses amis en avait fait l'expérience, et ils l'avaient payés très cher. Le porteur refusait de commettre la même erreur, pas après avoir entendu pareille histoire. Qui plus est, il s'était dors et déjà embarqué dans cette histoire sans même le vouloir.

-Et pour ce qui est de me mêler à tout ça...il doit déjà être trop tard. Si cette Celsia est à ta recherche, je doute qu'elle apprécie le fait que tu te réfugies ici. Et puisqu'il n'y a aucune chance pour que je te livre à elle... Il se stoppa, pensif.  Quant au fait qu'elle soit "dangereuse", ne t'en fais pas. Je sais me défendre. Le ton de sa voix s'était soudain fait plus froid. Presque comme s'il souhaitait marqué une distance entre le Artis qu'elle connaissait, et celui qui venait de parler. D'ailleurs...je suppose que sa mort entrainerait la fin de la distorsion temporelle qui sévit aux royaumes du nord, je me trompe ?

*Distorsion temporelle...neuf années passées...ça ne fait pas encore tilt ?*

Attends...ses ténèbres venaient de lui parler ? Sans même qu'il ne rêve, ni qu'il entre en communication avec ? Soit il se l'était imaginé, soit quelque chose n'allait pas. Dans tout les cas, elles avaient raison. Il avait passé 9 années loin de tout, et à son retour la date annonçait seulement 3 ans. Ce qui lui avait paru anodin sur le coup prit soudain un tout autre sens. Plus de doutes, qu'il le veuille ou non, il faisait désormais parti de cette histoire. Il se repassa l'histoire d'Elsa en boucle, et ne put s'empêcher de soulever quelques points que la jeune femme semblait avoir omis. Notamment une chose : Pourquoi était elle la seule insensible au bouclier de la sphère ? Avait elle un lien quelconque avec la magie, pourtant si rare chez elle ? Il s'abstient néanmoins de lui poser la question. Si elle avait tenue à être aussi vague, il estima qu'il n'avait pas à lui infliger sa curiosité. Qui plus est, l'idée qu'elle dispose de magie lui sembla quelque peu invraisemblable, elle semblait bien trop inoffensive. Quoi que...  

Il se rendit compte que sa petite protégée semblait attendre quelque chose de sa part. Ah oui. Son histoire...Par où commencer ? Mais surtout, devait il être honnête ? Elsa ne s'était évidemment pas attardée sur des points trop personnels, devait il en faire autant ? Le problème, c'est que son histoire avait tout de personnelle. A quoi devait il s'en tenir ?


-On dirait que c'est mon tour hein ? Bon... Il fixa le plafond, soucieux. Pour faire simple, je suis un porteur. Etant donné que tu sors tout juste de ton monde, je doute que tu connaisses. Il tendit sa main droite et l'ouvrit. Soudain, un faisceau lumineux s'y matérialisa et prit forme jusqu'à faire apparaitre sa Clée. C'est une Keyblade. Le fait que j'en possède une est censé vouloir dire que j'ai été "choisi" parmi quelques uns pour préserver les mondes. Mais si tu me demandes mon avis, ça signifie surtout que je suis condamné à me battre contre toutes les menaces ambulantes. Comme ce sera probablement le cas avec les Discordians...

Il fit disparaître l'arme et croisa les bras, le regard figé sur la table. C'était maintenant l'heure de la partie délicate.

-Quant à moi, puisqu'un marché est un marché... Il prit une longue inspiration. Je ne sais pas trop quoi te dire...j'ai traversé beaucoup de mondes et vécu de nombreuses batailles, mais la seule chose que j'en ai tiré c'est un pouvoir toujours plus grand...un pouvoir devenu trop grand pour que je puisse le contrôler.

Il s'autorisa quelques secondes de réflexion où il ferma les yeux, puis repris la parole.  

-Pense en ce que tu veux, mais la seule issue que j'ai trouvé a été de demander à un magicien d'ici de... Il souffla. De m'envoyer ailleurs, de m'isoler du reste du monde. Il eut soudain un regard et une intonation très sombre. J'ai passé 9 années là haut, loin de tout, et de tout le monde. Et quand je suis revenu, seulement 3 ans avaient passés. Maintenant je sais pourquoi. Et puis je suis tombé sur toi le soir même. Cela répond à tes questions ?

Non seulement il était resté très vague, mais en plus de ça il avait menti sur certains points. Loin de tout, et de tout le monde ? Il aurait préféré...Le jeune homme se mit à attendre un quelconque jugement de la part d'Elsa, et l'écouta répondre sans faillir, bien que déconcentré. Il semblait...ailleurs, perdu dans ses pensées. Il se leva brusquement et déclara à la jeune fille, sans même la regarder :

-Je vais prendre l'air.

Il avait été un peu sec, mais il ressentait le besoin pressent de s'isoler. Après tout, il venait de traverser 6 années de solitude. Pas étonnant qu'il ait du mal à supporter la compagnie, aussi agréable soit elle. Il sortit de la maison et grimpa sur le toit, pour ensuite s'y allonger et s'allumer une cigarette. La conversation en soit ne le gênais pas. Parler de lui en revanche...il se voyait contraint de mentir, d'omettre des détails. Il avait déjà passé trop d'années à se dire qu'il était un monstre pour que quelqu'un d'autre s'y mette aussi. Il ne pouvait pas être honnête avec elle, il ne le devait pas. Néanmoins...elle n'avait pas méritée une telle froideur. Qui plus est, c'était là le meilleur moyen de la rendre soupçonneuse. Décidément, Artis et les rapports humains, ça faisait deux. Il laissa passer quelques minutes, hésitant, avant de descendre de son toit et de rentrer, non sans afficher une certaine gêne. Il resta tout de même à quelques mètres d'Elsa et lui dit ceci :

-Excuse, j'ai juste plus l'habitude de parler de...moi. Mais passons. Je maintiens que la bibliothèque est notre meilleure piste, que dirais tu de s'y rendre demain ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elsa d'Arendelle
Reine d'Arendelle


Pseudo Heaven : Lou/Kisa
Messages : 177
Triomphe : 149
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 24
Localisation : A Arendelle

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Retrouver la mémoire.

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Mar 7 Oct - 14:50

-Pour récapituler...C'est cet Abne-machin choses qui est à l'origine de tout ça, correct ?

Elsa acquiesça. Si elle avait d’abord eut peur de regarder Artis, elle se rendit vite compte qu’observer sa réaction allait finalement beaucoup lui en apprendre sur lui. Le garçon avait l’air à peine surprit et pas du tout effrayé. Etait-il sincère quand il lui avait dit que quelle que soit la menace elle n’oserait pas franchir la porte de sa maison ? Une telle confiance en lui la laissait perplexe. Soit il était vraiment très fort soit très orgueilleux. Elle préférait la première explication, au moins en cas de problème il ne se ferait pas tuer par sa faute. Elle en vient à se demander si, comme ses anciens compagnons, lui aussi était un genre de shinigami ou autre créature surnaturelle. Plus rien ne pourrait la surprendre maintenant.

-Je pense qu'on devrait se rendre à la Bibliothèque du Jardin Radieux. Qui sait, peut-être qu'on y trouvera quelque chose sur ces Discordians.

La bibliothèque ? Ce n’était pas une mauvaise idée. Après tout s’il y avait bien une chose qu’elle avait compris en découvrant la réalité sur les mondes, c’était que les livres renfermaient parfois de précieux secrets dissimulés au milieu des légendes et des contes de fées.

-Pourquoi pas… murmura telle.

-Et pour ce qui est de me mêler à tout ça...il doit déjà être trop tard. Si cette Celsia est à ta recherche, je doute qu'elle apprécie le fait que tu te réfugies ici. Et puisqu'il n'y a aucune chance pour que je te livre à elle...

Certes. Sauf que là il partait du principe qu’elle allait rester chez lui et il n’y avait rien de moins sur… maintenant qu’elle avait de l’argent et qu’elle était en meilleure forme physique, elle commençait à envisager très sérieusement de louer une chambre ou une maison pour s’éloigner d’Artis. Non pas parce qu’elle ne l’appréciait pas mais parce qu’en dépit de tout ce qu’il disait elle ne tenait pas à l’impliquer dans une histoire qui ne le concernait pas.

-D'ailleurs...je suppose que sa mort entrainerait la fin de la distorsion temporelle qui sévit aux royaumes du nord, je me trompe ?

-Certainement.

Elle ne cherchait pas à être froide, c’est juste que sa voix tremblait légèrement et qu’elle ne se sentait pas vraiment capable de faire la discussion, là tout de suite. Artis se plongea soudainement dans une intense réflexion et elle se demanda ce qui pouvait bien se passer dans sa tête… comme d’ordinaire, elle avait du mal à le cerner et elle espérait qu’il lui raconte son histoire comme elle l’avait fait avec lui. Ce qu’il finit par faire en faisant apparaître sa « keyblade ». Elsa considéra l’objet avec étonnement, tout en écoutant attentivement ce que lui disait le garçon. Les choses commençaient à devenir très intéressantes… d’autant que son cerveau avait rapidement fait « tilt » : elle connaissait cette clé, elle l’avait déjà vu représentée à deux reprises sur différents supports : une fois peinte sur le mur, dans la grotte où se trouvait la sphère de Celsia, et une fois dans son rêve, au pallier de l’éveil… au moment de sa traversée entre Arendelle et la terre des Dragons.

« Serait-il possible que ce que j’ai pris pour un rêve n’en sois pas un ? »

Et à nouveau des milliers de questions commencèrent à fourmiller dans sa tête. Grâce à Artis elle put cependant comprendre que la « keyblade » était une arme magique et unique en son genre et que les personnes qui la portait était condamnées à devenir des protecteurs des mondes. En gros Artis était en train de lui dire qu’il était une sorte de super justicier ? Elle avait un peu de mal à y croire, mais qui était-elle pour contester les choses, elle, pauvre fille qui débarquait fraichement des Royaumes du Nord sans rien connaître des connexions entre les mondes et de tout le reste ?

-Quant à moi, puisqu'un marché est un marché... Je ne sais pas trop quoi te dire...j'ai traversé beaucoup de mondes et vécu de nombreuses batailles, mais la seule chose que j'en ai tiré c'est un pouvoir toujours plus grand...un pouvoir devenu trop grand pour que je puisse le contrôler.

La jeune femme se retient de rire nerveusement et lutta pour conserver un visage impassible. Elle ne voulait surtout pas le vexer c’est juste que… elle se reconnaissait légèrement dans les derniers mots de son bienfaiteur. Bien sûr il ne pouvait pas le savoir puisqu’elle avait soigneuse évité de lui parler de ses propres pouvoirs.

Donc, si elle s’en tenait à ce qu’il lui avait dit, elle avait en face d’elle un homme avec des pouvoirs considérables, choisi par une clé magique et qui avait, de ce fait, pour obligation de protéger les mondes des menaces diverses et variées. D’ailleurs c’était quoi ces autres menaces ? Artis et Abnegatio avaient parlé de « similis » et de « sans-cœurs », cela avait-il un rapport avec ça ?
Son vis à vis finit par conclure en lui expliquant qu’il avait demandé à un magicien de l’isoler dans un autre monde où il avait passé neuf années dans la plus grande solitude. Et il venait de rentrer… Elsa commençait à comprendre le pourquoi de l’attitude distante et gênée de son interlocuteur.

Au-delà de ça, la souveraine ressentait un certain malaise en faisant des parallèles un peu trop évidente avec sa propre histoire. Elle-même avait passé plus de la moitié de sa vie cachée et recluse dans son château, et puis un jour tout le monde avait découvert son secret et sa seule solution avait été de fuir loin de tous. Elle croyait les protéger alors… Artis et elle avait peut-être un peu plus de points communs qu’elle ne le pensait. Et le fait que lui se soit confié à elle sur ses pouvoirs et elle non lui faisait ressentir une certaine culpabilité.


-Cela répond à tes questions ?

Pas vraiment en fait. Il était resté plus que vague sur de nombreuses choses, ce qui avait eu le mérite de soulever plus de nouvelles questions que d’apporter de réelles réponses.

-Ça fait beaucoup à absorber, répondit-elle doucement. Cette… « keyblade », comment t’es telle parvenu ? Est-ce à cause d’elle que tu as décidé de t’isoler du reste du monde ?

Artis semblait plongé dans ses pensées et elle se demanda s’il l’écoutait. Elle pouvait le comprendre cela dit, ça ne devait pas être facile pour lui de s’ouvrir à une inconnu comme ça, pas plus qu’il n’avait été facile pour elle de lui raconter son histoire. Ils faisaient peine à voir tous les deux : elle, tremblant et luttant contre elle-même pour ne pas pleurer, et lui, incapable de la regarder en face plus de quelques secondes.

« Il faut que je lui dise », songea telle.

Elle avait volontairement éludé toutes les parties de son histoire qui faisait référence à la magie. Si au début elle avait cru se protéger de Celsia en agissant ainsi, elle comprenait maintenant que ce n’était pas la seule raison. Elle avait eu peur d’être jugée et traitée de monstre par cet inconnu, ce qui n’avait plus lieu d’être maintenant qu’elle en savait plus sur lui.

- Ecoute, il faut que je te dise quelque chose à propos de m…, murmura telle.

C’est ce moment que choisi Artis pour se lever et sortir de la maison, déclarant qu’il avait besoin de prendre l’air. Il ne l’avait probablement même pas entendu. La jeune femme demeura interdite et fixa le couloir pendant quelques secondes avant de réaliser qu’elle s’était remise à pleurer en silence. Elsa maudit sa faiblesse et essuya ses larmes avec ses mains. Si son corps avait pu parler, il lui aurait certainement rétorqué qu’il s’était déjà contenu pendant tout le temps de l’échange avec Artis et qu’il ne fallait pas trop lui en demander. Se sentant étouffer dans son gilet trop épais, elle l’enleva et l’envoya promener sur l’autre fauteuil. La jeune reine était en colère contre elle-même, mais aussi frustrée par l’attitude de son protecteur. Songeant qu’il finirait bien par revenir à un moment ou un autre, elle se leva et rejoint la salle de bains pour se laver le visage. C’est là qu’elle commença à sentir de légers picotements au bout de ses doigts… 

-Non… non non non, pas maintenant ! Lança Elsa en regardant ses mains, paniquée.

Elle n’osait imaginer ce qui pouvait arriver si sa magie décidait de sortir maintenant… dans l’état d’esprit dans lequel elle était, elle risquait de provoquer une catastrophe.

-Contrôle toi Elsa, respire… contrôle tes sentiments !

Et elle y arriva… partiellement, ce qui n’empêcha pas la température de la maison de chuter drastiquement, au point que sa respiration commence à former de la condensation.

-Pense à quelque chose d’heureux, s’intima-t-elle.


Elle réfléchit à toute vitesse en réalisant qu’elle n’avait pas beaucoup de choses à fêter depuis un mois… son royaume était plongé dans une boucle temporelle, sa sœur prise en otage par une sociopathe, elle-même traquée par cette même femme et perdue dans un monde qu’elle connaissait à peine… et puis elle pensa à Kagi et à Hadès, à la manière dont ils l’avaient protégée alors qu’ils la connaissaient à peine. Les battements de son cœur commencèrent à ralentir, tout doucement ; les picotements dans ses mains disparurent. Mais pour combien de temps ?

-C’est bien, murmura Elsa, on progresse…

Il fallait qu’elle sorte, loin d’Artis et de sa maison, pour se calmer. Elle rejoint le salon et fouilla son sac à la recherche de sa lampe torche et la glissa dans sa poche. Elle espérait juste ne pas croiser le garçon à l’extérieur. Manque de bol ce dernier choisi ce moment pour rentrer.

-Excuse, j'ai juste plus l'habitude de parler de...moi. Mais passons. Je maintiens que la bibliothèque est notre meilleure piste, que dirais tu de s'y rendre demain ?

Elsa le regarda quelques instants sans comprendre de quoi il parlait puis finit par percuter.

-Euh  oui, d’accord… comme tu voudras. Excuse-moi quelques instants, dit-elle le regard fuyant, j-j’ai besoin d’être un peu seule.

Et elle sortit de la maison d’un pas rapide. La poignée se recouvrit d’une fine couche de glace à l’instant où elle la toucha, ce qui, au final, n’était pas forcément étonnant vu la température générale des lieux. Sauf qu’elle réalisa à l’instant où elle mit les pieds dehors et que la maison n’avait pas été la seule cible de sa magie. D’épais flocons de neige virevoltaient dans les airs et tombaient du ciel.

« Oh non, c’est moi qui ait fait ça ? »

Pourtant elle contrôlait mieux ses pouvoirs depuis quelques mois ! Alors pourquoi perdait-elle le contrôle maintenant ? Pourquoi cela n’était-il pas arrivé lorsqu’elle avait rencontré Hans où avait été menacé par Kagi ou les discordians ? La réponse s’imposa d’elle-même : elle était trop faible à ce moment-là. Son corps avait volontairement bloqué sa magie pour lui permettre de ne pas s’effondrer et avait finalement profité de ces deux derniers jours de repos pour reconstruire et remplir se réserves d’énergie.

Elsa renonça à se servir de sa lampe, la lune éclairait bien assez le chemin pour qu’elle puisse se déplacer sans danger. Elle marcha pendant plusieurs minutes, terrifiée à l’idée de reproduire une catastrophe de grande envergure comme elle l’avait fait à Arendelle. Plongée dans ses pensées, elle ne vit pas les ombres qui se détachaient de la surface du sol et commençaient à l’encercler…c’est un craquement sec qui finit par lui donner l’alerte. La jeune femme chercha des yeux l’origine du bruit et finit par apercevoir les créatures.

-C’est quoi ça ?

Ce n’étaient pas des discordians… mais alors ?

« Est-ce que ce serait ça les fameux sans-cœurs/similis ? » se demanda telle en sentant la peur la gagner. Quelques soit la nature de ces créatures elle était convaincu qu’elles ne lui voulaient pas du bien.


A nouveau elle sentit les picotements dans ses mains… Le reste s’enchaina très vite. Plusieurs sans-cœurs bondirent sur elle et la magie d’Elsa s’activa spontanément, matérialisant tout autour d’elle une immense fleur de glace scintillante aux extrémités acérées  et empalant des dizaines de sans-cœurs. La jeune femme regarda tout autour d’elle et constata avec un mélange de stupeur et de soulagement qu’elle venait d’éradiquer la menace. Comme si ses pouvoirs avaient eu besoin de ça pour se calmer, la neige s’arrêta brusquement de tomber. Elsa comprit qu’elle venait de reprendre en partie le contrôle ; c’est là qu’elle aperçut une silhouette dans l’obscurité. La reine leva la main pour l’attaquer et se figea d’un coup en réalisant qu’il s’agissait d’Artis.

« Oups »

Elle se gifla mentalement en réalisant qu’elle venait de commettre la bourde la plus monumentale de son existence. Bonjour la discrétion. En un claquement de doigt elle fit disparaitre la glace tout autour d’elle et sortie se lampe pour éclairer un peu mieux l’endroit.

-C’est une belle soirée n’est-ce pas ?


Nouvelle gifle mentale. Elle venait de lui balancer le premier truc qui lui était passé par la tête et ce n’était pas franchement la phrase la plus intelligente du siècle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Mar 7 Oct - 23:12

-Euh oui, d’accord… comme tu voudras. Excuse-moi quelques instants, j-j’ai besoin d’être un peu seule.

Etant donné cette réaction, il était peut être revenu un peu trop tôt. La jeune femme sembla presque paniquée, comme s'il l'avait surpris en plein milieu de quelque chose. Il eut à peine le temps d’acquiescer qu'elle lui fila sous le nez sans un mot, se précipitant à l'extérieur. Artis vous l'aurait accordé, c'était étrange. Or, il venait de faire exactement la même chose, il n'allait tout de même pas s'en plaindre. Peut être avait elle simplement besoin d'intimité. Elle en avait clairement manqué les jours précédents, aussi décida-t-il de la laisser partir faire son tour et alla se rasseoir dans le canapé. Mais à peine s'était il assis que le Voiel sentit des frissons lui parcourir le corps. Egalement, une fine fumée blanchâtre s'échappait de ses narine au rythme de son souffle et le feu se faisait discret. Le porteur se retourna et compris qu'Elsa n'avait pas prit la peine de fermer la porte. Mais tout de même...il revenait tout juste de l'extérieur, et il n'avait pas souvenir d'un tel froid. Une fois sur le point de refermer, il fut surpris d'apercevoir que la poignée avait gelée. Intrigué, le jeune homme mit le nez dehors et se retrouva ébahi par le spectacle qui s'y trouvait. Il neigeait. Qu'est ce que ça pouvait bien signifier ? Les discordians s'attaquaient aussi à la météo ?

Il ne put s'empêcher de se soucier du cas de la blondinette. Elle n'était probablement pas encore tout à fait rétablie, et à se promener dehors par un temps pareil, elle risquait d'attraper la mort. L’accueillir c'était une chose, s'occuper d'une malade en était une autre. Décidément...il commençait à avoir le sentiment de la materner. C'était en partie pour cela qu'il avait cessé de se mêler aux gens normaux, et cette exception risquait de vite devenir agaçante.


*Tu ferais mieux de tuer cette Celsia au plus vite pour te débarrasser d'elle*

Quoi ? Encore ? Là, ça commençait à devenir inquiétant. Depuis quand pouvaient elles s'incruster dans son crâne ? Mais surtout, jusqu'où allait leur liberté ? Si elles pouvaient désormais s'exprimer librement, rien ne garantissait qu'elles ne pouvaient pas aussi disposer librement de ses pouvoirs...si tel était le cas, il allait devoir se montrer encore plus prudent qu'à l'accoutumée. Néanmoins...elles n'avaient pas complètement tord. Il jugeait sans savoir, mais en regardant d'un peu plus près l'histoire qu'elle lui avait conté, quelque chose l'avait frappé. Elle avait été portée par ses compagnons, et sans eux, Celsia aurait gagnée. Pour beaucoup de monde, rien n'aurait semblé dramatique là dedans. Mais Artis y voyait là de la faiblesse. Si elle était incapable de se défendre par elle même, pourquoi avoir quittée son monde ? Certes elle souhaitait le sauver, et l'intention était louable. Mais si elle devait faire porter cela à d'autres, à quoi bon ? Peut être étais-ce ce qu'elle avait voulue dire, lorsqu'elle avait précisée ne pas vouloir qu'il se retrouve mêlé à tout ça. Comme s'il avait le choix...

Le keybladeur savait les sans cœurs nombreux dans les environs, et l'absence prolongée de la blondinette l'inquiétait. Il voulait certes lui offrir un peu d'intimité, mais pas l'opportunité de se faire tuée. Le mi-simili mi-sans cœur se décida à partir à sa recherche malgré tout, au besoin il se ferait discret. Il n'eut aucun mal à retrouver sa trace, utilisant la neige comme un jeu de piste. La lune se faisait si forte qu'il n'avait aucun mal à se diriger librement. De toute manière, le jeune homme avait naturellement des facultés de nyctalope, c'était l'avantage de disposer d'un corps issu de Midlas. Lorsqu'il trouva enfin sa protégée, celle-ci était aux prises avec des sans cœurs.


-C'est pas vrai...ELS..

Il se stoppa net. Venait il de rêver, ou bien venait elle de détruire ses assaillants...à la magie ? Le Voiel devint stoïque, la mâchoire pendante.

*Elle est pas mal celle-là...*

La vision dont il était témoin lui sembla à la magnifique et invraisemblable. A tel point que la scène lui parut passer au ralentit. La jeune femme, des flocons dansants tout autour d'elle, fit jaillir de ses doigts une glace d'une pureté absolue. Celle-ci prit forme à la manière d'une œuvre d'art, jusqu'à devenir une arme mortelle. En regardant Elsa dans de telles conditions, Artis s'en retrouva...troublé. Soudain, la neige s'atténua, jusqu'à disparaitre totalement. Alors ça aussi, c'était d'elle ? Comme quoi, elle était finalement pleine de surprise. Sans même le savoir, le jeune homme en affichait un sourire béat. Comme quoi, ses ténèbres n'étaient peut être pas de si bon conseil...

La jeune fille ne tarda pas à se rendre compte de sa présence, ce qui le poussa à s'approcher. Il fit disparaitre sa récente fascination de son visage, arborant une attitude un peu plus neutre.


-C’est une belle soirée n’est-ce pas ?

-Derrière toi.

A peine la jeune femme avait elle eut le temps de se retourner pour apercevoir les deux derniers sans cœurs qu'elle avait oubliée bondir sur elle, qu'Artis les terrassa d'un seul coup. En un coup de keyblade, il trancha les créatures en deux, qui disparurent dans un nuage de fumée noire. Une telle vitesse n'était pas naturelle, et pour cause. Elle était due à sa nature angélique. En effet, deux ailes d'énergie recouvrait son dos, (composée d'énergie angélique, d'une teinte entre le doré et l'orange, aux contours semblables à du verre) et de ses yeux jaillissaient une lumière d'un blanc parfait. En un battement, il avait gagné quelques mètres et avait ainsi pu vaincre les sans cœurs avant qu'ils n'atteignent Elsa. Etonnamment, il s'était permis d'user de ses pouvoirs devant elle, malgré l'aspect quelque peu intimidant dont il pouvait faire preuve. Et pourtant, il n'en éprouva nulle crainte ni à priori, il s'était contenté d'agir. Puisqu'elle venait de déployer ses pouvoirs devant lui, pourquoi se priver...

Le mi-simili mi-sans cœurs se redressa lentement, sans se retourner. Il fit disparaitre son arme et ses ailes en un instant, puis laissa passer quelques secondes. Il fit ensuite volte face, et, contre toute attente, affichait un léger sourire en coin.


-Très belle soirée, en effet. Déclara le jeune homme, avant de surenchérir : Je vois que tu m'avais caché "ça". Mais...je suis ravie que tu m’aie réservé ce genre de surprises. Content de voir que tu sais te défendre, d'autant que... c'est une très belle magie.  

Une légère brise vint prendre place, balayant leurs cheveux et leurs vêtements.

-On ferait mieux de rentrer, tu ne crois pas ?

_________________


Dernière édition par Artis le Jeu 9 Oct - 19:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elsa d'Arendelle
Reine d'Arendelle


Pseudo Heaven : Lou/Kisa
Messages : 177
Triomphe : 149
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 24
Localisation : A Arendelle

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Retrouver la mémoire.

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Jeu 9 Oct - 16:19

[HRPG : comme convenu j'ai éludé l'ellipse]


Drôle de nuit. Vraiment. Si elle devait en tirer une leçon c’est qu’il lui restait beaucoup de travail avant de pouvoir dissimuler ses pouvoirs à quelqu’un en habitant sous le même toit que lui… et plus encore pour les contrôler. Moins de quarante-huit heures avaient passé et elle s’était déjà dévoilée… bravo Elsa ! Au moins elle avait réussi à cacher son rang social… enfin pour l’instant.

-Derrière toi.

Il lui fallut une seconde pour décrypter le sens de la phrase de son interlocuteur et une autre pour pivoter sur ses talons. Deux créatures s’apprêtaient à bondir elle. A vrai dire elle n’eut pas le temps d’avoir peur ni même d’utiliser sa magie pour se défendre puisqu’un puissant courant d’air se glissa tout près d’elle et vient pourfendre les sans-cœurs. 

-Waouh…

Le mot « ange »s’imposa de lui-même dans l’esprit d’Elsa en voyant les ailes et la puissance de frappe d’Artis. Le spectacle ne dure que quelques instants et suffit pour faire buguer totalement la jeune femme. Il fallait dire que dans son monde, la religion chrétienne avait une place privilégiée et que, de ce fait, bien qu’elle-même ne soit pas pratiquante ou adepte d’un culte, elle avait baigné depuis toujours dans cette culture. Et puis, croyance religieuse ou non, il fallait dire que le spectacle était à couper le souffle. Son protecteur fit disparaitre son arme et ses ailes et se retourna, faisant face à une demoiselle légèrement… surprise ? Non plus que ça : ses yeux brillaient de curiosité.

-Très belle soirée, en effet. Je vois que tu m'avais caché "ça". Mais...je suis ravie que tu m’aie réservé ce genre de surprises. Content de voir que tu sais te défendre, d'autant que... c'est une très belle magie. 

Elsa afficha une expression incrédule.

-Vraiment ? Bredouilla telle en sentant le rouge lui monter aux joues. Ca ne te fait pas peur ?

Sans le savoir, le garçon venait de lui faire l’un des plus beaux compliments qui soit. Logique. Après tout, pour quelqu’un comme elle qui avait toujours eut peur des réactions liées à la découverte de ses pouvoirs, s’entendre dire ce genre de choses par un quasi inconnu la touchait bien plus qu’on aurait pu le croire.

Elle secoua la tête en se rendant compte qu’elle était en train de se focaliser sur un détail mineur de l’histoire.

-Qu’importe, ce n’est le plus important. C’était quoi ces créatures ? Et toi tu…tu es…
-On ferait mieux de rentrer, tu ne crois pas ?

Elsa atterrit soudain sur terre en réalisant que si elle n’était pas dérangée par la température, ce n’était certainement pas le cas de son nouveau compagnon.

-Oh oui, bien sûr tu dois avoir froid. (Elle hésita un instant) Attends !


« J’espère que ça va marcher… »

La blondinette concentra ses pouvoirs dans ses mains, de manière totalement consciente cette fois ci, et tenta de visualiser ce qu’elle voulait créer… l’air s’illumina et des cristaux de glace se dessinèrent dans le vide puis disparurent peu à peu pour permettre à la matière d’apparaitre. Elsa afficha un grand sourire en constatant qu’elle avait réussi à matérialiser une couverture.

Bon certes, les vêtements que créait Elsa étaient de nature magique, et plus particulièrement de l’essence de glace, ce qui faisait qu’ils étaient moins chauds que la plupart des habits normaux, mais ils dégageaient malgré tout une certaine chaleur et ne fondaient pas au contact de la peau (heureusement sinon elle n’aurait jamais pu les porter puisque son propre corps était tempéré comme un être humain normal, malgré les croyances populaires qui disaient que sa peau était de glace).

-Je commence à retrouver la maitrise de ma magie… lança telle joyeusement. Tiens, ça m’ennuierait que tu tombes malade par ma faute, dit-elle en glissant la couverture sur les épaules d’Artis. Rentrons ! J’ai des milliers de questions à te poser !

Cette distraction avait eu le mérite de lui changer les idées. Elle se sentait bien, presque euphorique.  La demoiselle réalisa que ses pouvoirs lui avait vraiment manqué. Sans eux elle se sentait mal, comme incomplète. Leur retour ajouté à la réaction plus que positive d’Artis l’avait mise de très bonne humeur. Bon, ça allait peut-être changer au cours des prochaines minutes hein, vu comme elle était émotive depuis deux jours, mais elle comptait bien profiter de ce moment de répit.
Les deux jeunes se mirent en route et rejoignirent la maison. Elsa s’assit sur le canapé et attendit patiemment qu’Artis  s’installe à son tour. La température était remontée pendant son absence, ce qui était plutôt bon signe. Avec un peu de chance ses pouvoirs ne causeraient plus de problème pendant la soirée.


-Alors c’était quoi ces créatures qui m’ont attaqué ? Demanda telle avec des yeux brillants de curiosité. Et comment as-tu fais pour te déplacer aussi vite ? Est-ce que tu es une sorte… d’ange ou de dieu ? Tu peux me répondre sans crainte, après tout j’ai bien fait la connaissance du Dieu des morts grecs pas plus tard qu’il y a deux jours alors plus rien ne peut me surprendre. Et ces ailes…tu peux les faire réapparaitre ? Et ta keyblade, d’où vient-elle et quels genres de pouvoirs a-t-elle ?


Bon ok, elle enchainait les questions à une vitesse hallucinante, mais elle préférait les poser maintenant tant qu’elle en était capable plutôt que d’attendre et de se taire. Peut-être qu’il allait l’envoyer paitre, tant pis, elle prenait le risque !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Jeu 9 Oct - 23:07

Sa réaction avait quelque chose...d'adorable. Si avec le temps Artis s'était pensé insensible à ce genre d'émotions, il s'était mit le doigt dans l’œil. Elsa semblait soudain s'être appropriée un côté enfantin malgré sa voix son physique d'adulte. C'était à la fois perturbant, et touchant. En parlant ainsi de son pouvoir, il ne pensait pas la flatter. N'importe qui avec des pouvoirs pareils devait forcément connaitre leur beauté, ou du moins c'est ce qu'il pensait. Qui plus est, pour lui faire ressentir la moindre once de peur, il allait falloir bien plus que la glace. Certes, son pouvoir n'en restait pas moins meurtrier et des plus impressionnant, mais c'était loin de correspondre à sa définition d'effrayant. La jeune femme parvint même à lui créer une couverture, alors vous voyez, pas de quoi avoir peur. Elle vint justement lui poser la couverture en question sur les épaules, ce dont il fut des plus surpris. Une proximité et une affectivité aussi soudaine venant d'elle, c'était inattendu. A croire qu'elle avait perdue toute méfiance envers le porteur, ce qui le laissa perplexe. Cela voulait dire qu'il était censé en faire autant ? Il ne la pensait pas dangereuse, mais il lui était difficile de vraiment lui attribuer sa confiance aussi aisément. A croire qu'il avait vraiment su trouver les mots juste en lui parlant de ses capacités. Mais encore une fois, la question lui trottait en tête.

*Comment peut on penser que ce pouvoir ferait peur ?*

Quand on savait un peu à quoi Artis avait eut à faire, on pouvait comprendre sa réticence à y croire. Il avait vu la vraie monstruosité de près, et pas qu'une fois. Ne serais-ce que son bras, où là encore il aurait compris que cela inspire la peur. Il se demanda d'ailleurs si ce serait aussi le cas d'Elsa. Et puis il finit enfin par comprendre. Comme elle l'avait dit plus tôt, la magie se faisait rare de là où elle venait. Cette peur ne venait pas d'elle, mais des autres.

*Quelle pauvre bande de demeurés...* Pensa-t-il.

Décidément, il n'en pouvait vraiment plus avec les gens "normaux", incapables de discerner quoi que ce soit et d'hurler au monstre à chaque choses qu'il ne connaissait pas. Le Voiel s'efforça néanmoins de chasser la colère montante qu'il ressentait envers ceux qui avaient pu la conduire à penser une chose pareille. Il se contenta d'embrayer le pas en silence, jusqu'à sa demeure. A peine en eut il franchit le seuil qu'il se retrouva envahit d'une certaine satisfaction en constatant que la température était revenue à la normale. Il s’empressa de jeter son manteau sur un fauteuil et d'aller alimenter le feu, qui s'était quasiment éteint en leur absence. Néanmoins il dut faire patienter la blondinette puisqu'il alla se réfugier sous une douche brulante, remontant ainsi la température de son corps. Il fit l'effort de ne pas y rester trop longtemps et revint au salon les cheveux trempés, apprêté d'un simple tee shirt blanc et d'un pantalon bleu trop large, ainsi que de sa serviette autour du cou. Le jeune homme vint s'asseoir auprès de son invitée, qui avait due ronger son frein à force d'attendre. Celle-ci ne perdit pas une seconde de plus, et le mitrailla de questions sans lui laisser le temps d'y répondre.

-Alors c’était quoi ces créatures qui m’ont attaqué ? Et comment as-tu fais pour te déplacer aussi vite ? Est-ce que tu es une sorte… d’ange ou de dieu ? Tu peux me répondre sans crainte, après tout j’ai bien fait la connaissance du Dieu des morts grecs pas plus tard qu’il y a deux jours alors plus rien ne peut me surprendre. Et ces ailes…tu peux les faire réapparaitre ? Et ta keyblade, d’où vient-elle et quels genres de pouvoirs a-t-elle ?

-Houla, une question à la fois Elsa, laisse moi au moins le temps de te répondre. Déclara le jeune homme, d'un léger rire amusé.

Il s'autorisa quelques secondes de temps de réflexion, histoire de garder en mémoire chacune des questions qu'elle venait de lui poser.


-Alors...tout d'abord je suis très loin d'être un dieu, contrairement à Hadès, que je ne savais pas toujours en activité. Mon...Je, suis issu d'une famille d'esprits angéliques que les anges ont crées, d'un côté en tout cas, de l'autre je suis humain. C'est de là que viennent les ailes qui m'ont permis de t'atteindre aussi vite, et oui je peu les faire apparaitre quand je veux.

La vérité est qu'il fallait remplacer tout les "Je" de sa deuxième phrase par "Mon corps", et il avait faillit se trahir de peu. En ce qui concernait Hadès, les deux hommes ne se connaissaient pas, mais Artis en avait plus qu'entendu parler et l'avait même aperçut à quelques reprises lors de ses séjours aux enfers. Néanmoins, il avait toujours mit un point d'honneur à ce que le Dieu en question ne le voit jamais, ce qui n'était donc pas le cas de la jeune femme.

-Ensuite... il lui fallut quelques secondes pour se remémorer les questions qu'elle lui avait posées précedemment. Ceux qui t'ont attaqués étaient des sans cœurs. C'est ce que tu finis par devenir si tu laisses tes ténèbres êtres plus fortes que toi, en gros. Ma keyblade permet justement de les abattre plus facilement, et de libérer les cœurs qu'ils amassent, entre autre. On m'a dit qu'elle permettait aussi tout un tas d'autres trucs mais...pour être honnête, je n'ai jamais eut l'occasion de les mettre en pratique. Elle m'est venue quand...

*Je suis né.*

-J'en ai eut le plus besoin.

Voilà, il avait à présent assouvie la curiosité de la jeune fille. Il ne s'était pas sentit le courage de l'envoyer balader, elle qui venait à peine de retrouver un semblant de joie vivre...Mais c'était à présent à son tour de laisser parler sa soif de savoir.

-Dis moi juste...quand tu as dis "retrouver l'usage de ta magie", ou quelque chose dans ce genre, tu l'avais perdue quand ? C'est à cause de Celsia, ou ça date d'avant ?

La question n'avait pas de réel intérêt, mais il avait décidé de se montrer curieux, à moins que ce ne soit pour être tout à fait sur d'avoir tout les faits. En y repensant, il se trouvait bien idiot d'être parti la chercher sous prétexte qu'elle tomberait malade. Elle qui était la cause de ce froid, et qui avait finie par se soucier de sa santé à lui...Il préféra ne plus trop y penser. Dans sa précipitation, le porteur avait omis un détail pourtant simple. Il se tenait devant elle en manche courte, et le gant à sa main gauche (remontant jusqu'au coude) était clairement visible. Fait d'un cuir sombre, celui-ci était recouvert de symboles magiques couleur or dessinés par les soins de Merlin. Si cela attisait aussi la curiosité d'Elsa, il n'avait d'autre choix que de lui mentir. C'était trop tôt pour lui en parler. Beaucoup trop tôt. Sans même qu'il ne s'en rende compte, il s'était remit à parler :

-Sacré pouvoir que tu as là en tout cas...Celsia a dû en hériter aussi non ? Je vois difficilement comment elle aurait pu te battre sinon...

***

Au lendemain, l'après midi venait de tomber lorsqu'ils arrivèrent enfin à entrer dans la forteresse. Artis en était seul fautif, puisqu'il avait passé la matinée à les perdre. Pour sa défense, cela faisait déjà plus de trois ans qu'il n'y avait pas mit les pieds. A partir de la salle principale, il n'eut aucun mal à les guider jusqu'à la bibliothèque. Il était toujours surpris par la quantité irrationnelle de livres qu'elle contenait. A la vue de ce spectacle, il sentit son passé ressurgir tel une violente gifle en plein visage. La dernière fois qu'il était venu, c'était avec Yaminato. En tout cas, plusieurs jours de recherches les attendait. Une seule question demeurait.

-Bon...on commence par quoi ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elsa d'Arendelle
Reine d'Arendelle


Pseudo Heaven : Lou/Kisa
Messages : 177
Triomphe : 149
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 24
Localisation : A Arendelle

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Retrouver la mémoire.

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Dim 12 Oct - 1:13

[HRPG : Je me suis permise de faire une ellipse sur l’après-midi, si ça t’embête dis le moi et n’en tiens pas compte]
 
Nos deux tourtereaux avaient finis par rentrer au chaud mais Artis semblait frigorifié et il s’éclipsa pour prendre une douche. Ce laps de temps parut interminable à Elsa qui bouillait littéralement de curiosité. Elle attendit malgré  tout bien sagement le retour du garçon… jusqu’à ce qu’il vienne s’assoir. Sa douche avait l’air de l’avoir bien réchauffé puisqu’il était désormais en t-shirt. Ses yeux s’attardèrent un instant sur le gant plutôt étrange qu'il portait avant de se détourner… évidemment elle était intriguée, mais elle sentait aussi qu'il y avait une bonne raison au fait qu'Artis ne lui ait pas parlé de ça et elle préférait ne pas se montrer intrusive envers lui. Chaque chose en son temps, et à l’heure actuelle elle souhaitait lui poser de questions bien spécifiques, ce qu’elle fit.

-Houla, une question à la fois Elsa, laisse-moi au moins le temps de te répondre.

La jeune femme afficha un sourire gêné. Pas faux elle venait de sortir un nombre assez énorme de questions en un temps record.

-Alors...tout d'abord je suis très loin d'être un dieu, contrairement à Hadès, que je ne savais pas toujours en activité. Mon...Je, suis issu d'une famille d'esprits angéliques que les anges ont créés, d'un côté en tout cas, de l'autre je suis humain. C'est de là que viennent les ailes qui m'ont permis de t'atteindre aussi vite, et oui je peux les faire apparaitre quand je veux.

La première observation d’Elsa fut de constater qu’il connaissait Hadès. Étais-ce vraiment étonnant après tout ? Artis avait l’air d’avoir pas mal voyagé dans sa vie. Quant à la seconde… et bien il lui confirma son lien de parenté avec les anges… le genre d’information qui aurait fait sensation dans les Royaumes du Nord. Aucuns doutes que s’ils sortaient ses ailes là-bas la moitié de la population d’Arendelle le traiterait comme un être supérieur… ou le rejetterait en le prenant pour un démon. Allez savoir…

-Ça doit être génial de pouvoir voler, dit Elsa d’un air songeur.


C’est vrai,  elle s’était souvent imaginée dans la peau d’un oiseau lorsqu’elle était enfermée dans sa chambre. Libre comme l’air, capable d’aller là où ils voulaient…

-Ceux qui t'ont attaqués étaient des sans cœurs. C'est ce que tu finis par devenir si tu laisses tes ténèbres êtres plus fortes que toi, en gros. Ma keyblade permet justement de les abattre plus facilement, et de libérer les cœurs qu'ils amassent, entre autre. On m'a dit qu'elle permettait aussi tout un tas d'autres trucs mais...pour être honnête, je n'ai jamais eu l'occasion de les mettre en pratique. Elle m'est venue quand... J'en ai eu le plus besoin.

Donc elle n’avait pas fait d’erreur en faisant la parallèle avec les sans-cœurs et les similis. Elle se souvenait très clairement de ce qu’Abnegatio avaient dit sur les discordians : « Plus intelligents que les sans-cœurs, plus coriaces que les similis... ».  Par contre elle avait du mal à comprendre cette histoire de ténèbres et de cœurs qui s’amassaient, ce qu’elle lui fit remarquer, espérant avoir un complètement d’informations.
La keyblade était vraiment une arme étrange. Y avait-il d’autres instruments magiques dans les mondes, comme elle ? Elle sentait que beaucoup d’informations lui échappaient encore et qu’il lui faudrait du temps pour recoller les pièces du puzzle.

-Dis moi juste...quand tu as dis "retrouver l'usage de ta magie", ou quelque chose dans ce genre, tu l'avais perdue quand ? C'est à cause de Celsia, ou ça date d'avant ?

La souveraine  afficha un léger sourire en coin. Elle n’imaginait pas le carnage que ça aurait été si elle n’avait pas eu ses pouvoirs à la tour. La moitié du groupe au moins aurait surement perdu la vie, elle y comprit.

-Non je l’ai perdu en me réveillant chez toi. Le contrecoup des évènements j’imagine.
-Sacré pouvoir que tu as là en tout cas...Celsia a dû en hériter aussi non ? Je vois difficilement comment elle aurait pu te battre sinon...
-Entre autre, soupira telle. Elle peut également altérer le cours du temps et se téléporter.

La conversation prenait une tournure qui ne lui plaisait pas, aussi décida telle d’y couper court.

-Il se fait tard et tu as l’air épuisé. Tu devrais aller te coucher, lança telle en se levant et en allant s’installer derrière la table, là où elle avait laissé son cahier de note et ses crayons.

Il lui fallut batailler un moment avec lui pour lui faire comprendre qu’il pouvait dormir dans la chambre puisqu’elle-même n’était pas fatiguée et n’avait pas l’intention de se coucher. Elle avait d’autres projets pour la nuit et préférait rester dans le salon. Artis finit par céder et s’éclipsa, laissant la jeune femme à sa solitude.


***
Ce fut le bruit de la porte qui tira la reine de son sommeil. Elle avait passé la nuit à compléter son cahier en retraçant tout ce qu’elle avait vu et observé depuis son arrivée à la Terre des Dragons et avait fini par tomber de sommeil au petit matin, la tête dans ses crayons. Autant dire qu’elle n’était pas très fraiche mais au moins elle n’avait pas fait de cauchemars, chose qu’elle appréhendait particulièrement depuis le retour de ses pouvoirs. Elle se réveilla tant bien que mal à l’aide d’une bonne douche bien chaude et enfila pour la première fois les nouveaux vêtements qu’elle avait acheté en ville : une robe à manche longue bleu foncée, toute simple, bien que jolie et des bottines noires… qu’elle finit par troquer contre des chaussures plus confortable après avoir marché plus d’une heure à la recherche d’une bibliothèque perdu. Au final, ils arrivèrent plusieurs heures plus tard à destination. Elsa ne se plaint pas une seule fois cependant, malgré son état de fatigue bien avancé et cette longue marche qui l’avait littéralement achevé.
Comment décrire une vision pareille ? Elsa fut littéralement bouche bée en entrant dans la bibliothèque et en découvrant les étagères pleines de livres. C’était juste incroyable.

-Comment un tel endroit as-t-il pu être laissé à l’abandon ? C’est un sacrilège !
-Bon...on commence par quoi ?
-Tu devrais jeter un coup d’œil à ça, dit-elle en tendant son cahier au garçon. J’y ai consigné tout ce que pu observer depuis ma fuite d’Arendelle, notamment au sujet des discordians.

La jeune femme sortit deux sandwichs de son sac et en donna un à Artis, puis s’éclipsa dans les rayonnages en se frottant les yeux. Elle parcourut les titres en grignotant son repas. L’ampleur de la tâche s’avérait colossale. Il leur faudrait des mois pour réussir à lire tout ça !

-Bon, quand il faut y aller…

Elle attrapa un livre et alla s’installer à une table…
 
***
L’après-midi s’écoula bien trop vite à son gout… il y avait trop de choses à lire et trop peu de temps. Elsa avait lu un tas de choses intéressantes mais rien en rapport avec les discordians. Elle commençait à se demandait s’ils arriveraient jamais à trouver quelque chose sans savoir où chercher.

« Une journée de perdue, songea telle amèrement, et toujours rien de concret. »

Elle s’inquiétait pour ses compagnons. Comment allaient t-ils et qu’avaient-ils fait ces trois derniers jours ? Elle réprima l’image de leur corps ensanglanté, s’interdisant de telles pensées. Elle ne pouvait pas se permettre de flancher maintenant.

Nos deux amis finirent par rentrer à la tombée de la nuit, bredouilles. Elsa se laissa tomber dans un fauteuil, complètement épuisée. Si elle s’était écoutée elle se serait endormie là, tout de suite. Au lieu de quoi elle fit signe au garçon d’approcher.


-Assieds-toi il faut que je te parle, dit-elle en se frottant les yeux. Demain je ne retournerai pas à la bibliothèque avec toi. Je te suis reconnaissante de tout ce que tu as fait pour moi… mais il est temps que je m’en aille. (elle se força à sourire) Je sais que tu es très fort et que tu n’as pas peur des Justes et des discordians mais j’ai déjà impliqué trop d’innocents dans cette histoire… je ne veux pas que tu en fasses partie.  Maintenant que j’ai retrouvé l’usage de mes pouvoirs je devrais pouvoir me défendre en cas de problèmes. Il faut que je retrouve Yen Sid, et pour se faire j’ai besoin de pouvoir voyager entre les mondes, même si j’ignore comment. J’espère seulement que quelqu’un en ville saura me renseigner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Lun 13 Oct - 23:13

Les bouquins, ça ne l'avait jamais franchement fasciné. La connaissance, le savoir, ça oui. Mais passer des heures le nez plongé dans les écrits d'un autre, en laissant les informations aller et venir à son cerveau, il détestait ça. Contrairement à Elsa, qu'il observa d'un œil curieux toute l'après midi durant. Celle-ci s’empiffrait de pavés toujours plus longs sans défaillir, donnant au jeune homme l'impression d'être à la traine. Ce qui ne l'empêcha pourtant pas de laisser l'après midi s'écouler doucement, jetant de temps à autres un coup d’œil au cahier lorsqu'il en avait assez des livres. Mais quand l’ennui eut finit de prendre le dessus sur lui, il ne résista pas plus longtemps à la fatigue qui continuait de l'accabler, et s'endormit sur la table. Il n’émergea qu'au couché du soleil, constatant avec surprise que la blondinette n'avait pas bougée d'un pouce. Cela ne pouvait signifier que deux choses : Soit elle n'avait toujours rien trouvée, soit c'était une obsessionnelle. Dans les deux cas, cela ne l’avancerait à rien de continuer à chercher. Le porteur prit quelques secondes pour s'extirper de sa torpeur et s'en alla convaincre sa comparse qu'il était temps de rentrer. Il leur fallut peu de temps pour rentrer, et encore moins pour qu'Elsa ne l’assomme avec une nouvelle décision de s'en aller.

-Assieds-toi il faut que je te parle. Demain je ne retournerai pas à la bibliothèque avec toi. Je te suis reconnaissante de tout ce que tu as fait pour moi… mais il est temps que je m’en aille. Je sais que tu es très fort et que tu n’as pas peur des Justes et des discordians mais j’ai déjà impliqué trop d’innocents dans cette histoire… je ne veux pas que tu en fasses partie. Maintenant que j’ai retrouvé l’usage de mes pouvoirs je devrais pouvoir me défendre en cas de problèmes. Il faut que je retrouve Yen Sid, et pour se faire j’ai besoin de pouvoir voyager entre les mondes, même si j’ignore comment. J’espère seulement que quelqu’un en ville saura me renseigner.

Cela commençait à faire trop. Il avait néanmoins prit la peine de l'écouter jusqu'au bout, même si l'envie de lui hurler dessus un bon coup lui avait traversé l'esprit. Le Voiel passa ses mains contre sa figure avant de se lever et de faire les cents pas, l'air songeur.

-Bon sang Elsa...je ne sais plus comment te faire comprendre que je ne suis pas un "innocent" et que si ce n'est pas toi qui m'impliques là dedans, je finirais forcément pas l'être à un moment ou un autre.

Il stoppa sa marche d'un air agacé et posa une main contre son visage. Il tenta de garder son sang froid, en vain.

-Partir ailleurs tant que tu es coincée ici, c'est complètement débile, tu le sais aussi bien que moi. Si c'est moi qui te pose problème, ais au moins l'honnêteté de me le dire, mais arrêtes de te servir des Discordians comme excuse. Et puis...
Le jeune homme se pinça le haut du nez et ferma les yeux.


*Et puis merde ?*
*Et puis merde !*

-J'ai pas envie de te forcer à rester ici ! J'te trouverais un foutu vaisseau, mais en attendant acceptes un peu l'idée que rester là c'est ce qu'il y a de mieux à faire pour tout le monde !

Simplement lui dire "Je préfèrerais que tu restes" aurait peut être mieux marché, mais il en était incapable. Loin de lui l'envie de passer pour quelqu'un que la solitude avait rendu fou, tenant absolument à combler ce manque de compagnie avec elle. Il s’apprêta à se lancer dans une nouvelle tirade, puis se ravisa en observant l'expression du visage de son invitée. Il se dirigea machinalement vers la cheminée, en tentant de relaxer ses nerfs et de regagner son calme. Comme quoi, s'efforcer à jouer le type froid et distant quand on bénéficiait toujours d'un cœur, ça ne fonctionnait pas à tout les coups. Mais devoir jouer un rôle faisait désormais partis de son quotidien, et il devait s'efforcer au mieux de s'y tenir. Le mi-simili mi-sans cœur se saisit d'un buche et la posa nonchalamment dans la cheminée, avant de se retourner et de s'adresser plus calmement à Elsa :

-Bref. C'est la fatigue qui te fait divaguer, je vois bien que tu ne tiens plus debout. Prends la chambre pour cette nuit, je vais réfléchir de mon côté à comment te dégoter un moyen de partir d'ici. S'il te plaît, vas simplement... Il prit soin de prendre un ton adapté, de manière à ne pas froisser la jeune femme. Vas juste te coucher. On en reparlera quand tu auras les idées plus claires.

Il recentra ensuite son attention sur la cheminée, et se mit en tête d'y allumer un feu. Lorsqu'il entendit les bruits de pas de la petite blonde s'éloigner, il lança un : "Bonne nuit" à peine assez audible pour qu'elle puisse l'entendre. Peut être étais-ce le but. Toujours est il qu'une fois seul, il déplaça un fauteuil près du feu et s'y installa avant de s'y déchausser. Il se mit à fixer les flammes, un air sombre sur le visage. Cela lui rappela ses nuits passées à fixer le feu au fond d'une grotte, avec pour seule compagnie son ombre. Etais-ce véritablement mieux ainsi ? L'isolement était il vraiment la bonne solution ? Un doute commença à l'assaillir. Les derniers jours passés en était la cause, à n'en pas douter. Quand bien même il refusait de l'accepter, il se sentait mieux en compagnie de la blondinette que seul, perdu dans un univers inconnu.

*Quand est ce tu comptes te mettre à faire quelque chose ?*

*...Encore ? Mais comment vous faites pour communiquer librement ?*

Les ténèbres se turent. Il ne pourrait donc rien en tirer, seulement faire en sorte d'ignorer ces voix qui parfois s'insinuaient dans sa tête. Cependant...c'était quand même inquiétant.

*Tant qu'elles ne font que parler...* Pensa néanmoins le porteur.

A croire que même l'idée de finir schizophrène ne l'effrayait pas le moins du monde. Toutefois, il lui fallait encore trouver un moyen de transport pour son hôte. Il devait se faire à l'idée qu'il allait à nouveau se retrouver seul dans les jours à venir. Et or de question de retourner voir Merlin, il se sentait certes seul, mais pas à ce point. Soit, un vaisseau. Ayant toujours obtenu les siens par le même vendeur, la solution était toute trouvée pour Artis. Enfin presque. Puisque le vendeur en question avait une dent contre lui, et à raison. Le jeune homme se rappela soudain l'avoir croisé peu de temps avant d'être tombé sur sa petite protégée. Celui-ci ne l'avait alors pas reconnu...avec un peu de chance, ce serait toujours le cas s'il retournait le voir. C'était décidé, il conduirait Elsa chez Cid.

***


Au lendemain matin, le Voiel était en plein duel avec sa cuisine. Levé de bonne heure, il s'était mit dans l'idée de cuisiner un vrai petit déjeuné. Mal lui en prit, puisqu'il n'avait pas eut l'occasion de s’exercer à l'art de la cuisine depuis des années. Lorsque par miracle il entendit la porte de sa chambre s'ouvrir, il se précipita, une poile à la main et le visage recouvert de cendres :  


-Bonjour ! J'ai besoin de ton aide ! Viens !

Sans gêne, il se munit du poignée de la jeune femme à peine levée et l'amena jusqu'à la cuisine où il lui donna avec panique tout un tas d'informations sur ce qu'elle était censée faire. Les deux compagnons durent se démener du mieux qu'ils pouvaient, jusqu'à ce qu'enfin tout soit servi. A n'en pas douter, c'était raté. Brulures, grumeaux et autres échecs en tout genre étaient de mises. Cela n'empêcha pas Artis d'en rire, résolu à se montrer sous son meilleur jour. Une tasse de café à la main, le jeune homme s'adressa à son invitée :

-Je sais où on peut te trouver de quoi voyager. On doit juste trouver un type appelé Cid, fabricant de vaisseaux. Partante ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elsa d'Arendelle
Reine d'Arendelle


Pseudo Heaven : Lou/Kisa
Messages : 177
Triomphe : 149
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 24
Localisation : A Arendelle

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Retrouver la mémoire.

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Mer 15 Oct - 19:11

La jeune femme écouta Artis sans broncher, veillant à conserver un visage neutre et totalement dénuée d’expression. Elle avait appris à contrôler ses émotions, à ne pas se laisser dominer par elles… en revanche elle n’avait pas l’habitude qu’on lui parle sur ce ton. Depuis toujours, les gens lui portaient un respect excessif, on lui faisait de beaux sourires et on courbait l’échine devant elle, c’était ainsi. Elle était reine et donc au-dessus des autres, socialement parlant. Ce n’était pas une question d’égocentrisme ou de narcissisme, c’était juste un fait. Alors forcément elle n’apprécia pas le ton avec lequel le garçon s’adressa à elle ; pas du tout… Et si cela ne se vit pas à son expression, cela ne l’empêcha pas la jeune femme de se crisper de plus en plus au fur et à mesure qu’Artis parlait. Qu’est-ce qui lui prenait ? Elle n’avait pourtant pas l’impression de lui avoir mal parlé, alors pourquoi s’énervait-il de la sorte ?

Et il la congédia. L’intention était là et il s’était radouci. Oui, sauf qu’à nouveau il venait de porter directement atteinte à  l’autorité de la souveraine.

« Garde ton calme… il ne sait pas qui tu es et ne peux donc pas tenir compte du protocole »

La reine des neiges inspira profondément pour se calmer et se leva de son fauteuil pour regarder Artis.

-Il ne me semble pas t’avoir manqué de respect pour mériter pareille réponse de ta part, commença telle en veillant à garder un ton froid et distant. Que les choses soient bien claires, je t’apprécie et je te respecte. Mais je ne tolèrerai pas que tu t’adresses encore une fois à moi sur ce ton. Non je n’ai rien contre toi et oui j’étais sincère en disant vouloir te protéger des discordians. J’ai condamné mon monde par ignorance et ait été contrainte d’abandonner ma propre sœur pour trouver des réponses. Réponses qui ont failli couter la vie à près de vingt-cinq personnes. Et oui je me sens responsable de chacune de ces vies parce que c’est moi qui les ais mené là-bas sans réfléchir aux conséquences. Et je me moque éperdument que tu approuves ou non mes décisions. C’est clair ?

Bon d’accord, le ton froid était devenu légèrement autoritaire au fur et à mesure. Mais les chiens ne faisant pas des chats, la jeune femme ne pouvait renier sa véritable nature. Elsa laissa passer quelques secondes, guettant une réponse d’Artis, en vain. Il était focalisé sur la cheminée et refusait de la regarder. Elle soupira et finit par rejoindre la chambre sans répondre au « bonne nuit » du garçon…

Inutile de dire qu'Elsa passa une nuit atroce. Elle repassa la dispute dans sa tête des dizaines de fois sans comprendre pourquoi les choses s’étaient déroulées de la sorte. Ce n’est que de longues heures plus tard qu’elle finit par s’endormir…

***

Le réveil fut laborieux. Elsa n’avait aucune envie de se lever et d’affronter Artis. A vrai dire elle ignorait comme il allait réagir quand elle sortirait de la pièce… et surtout elle ne savait pas elle-même ce qu’elle était supposée faire. Fermement décidée à laisser passer le plus de temps possible avant la confrontation, la blondinette alla prendre une douche. Elle se sentait un peu mieux lorsqu’elle en sortit entreprit de s’habiller. Maintenant qu’elle avait retrouvé l’usage de sa magie il n’était plus nécessaire de porter les vêtements achetés aux Jardins Radieux. Elle fit donc appel à ses pouvoirs pour matérialiser sur elle une toute nouvelle tenue et se regarda dans le miroir.

« J’ai l’impression d’être l’un ces aventuriers dont je lisais les histoires dans mes livres de contes » songea telle avec un drôle de sentiment.

Pour décrire rapidement l’apparence de la dame, Elsa avait troqué ses traditionnelles robes contre un pantalon noir et une longue tunique bordeaux, plus courte à l’avant qu’à l’arrière et cintrée à la taille par une ceinture. Tenue un peu plus commode pour voyager et se battre, et surtout plus discrète. Pour une fois elle avait décidé de garder ses cheveux détachés et ces derniers tombaient en cascade dans son dos en ondulant. Seul petit clin d’œil à ses pouvoirs : l'accessoire en forme de  flocon de neige accroché à son serre tête.
Bon, elle était propre, habillée et coiffée et n’avait plus aucune excuse pour trainer… il allait vraiment falloir qu’elle se décide à ouvrir cette maudite porte.

« Quand je pense que je règne sur un royaume de plusieurs centaines de milliers d’âmes et que j’ai peur d’en affronter une seule » pensa telle, légèrement blasée par son propre comportement.

Elle soupira et sortit de la chambre… où elle fit accueillit par un Artis couvert de cendre et une poêle à la main. La blonde écarquilla les yeux.

-Bonjour ! J'ai besoin de ton aide ! Viens !
-Euh… ?!


Elle se laissa entrainer dans la cuisine sans trop comprendre ce qu’il se passait et se retrouva face à l’une des missions les plus difficiles de sa vie : cuisiner.
 
-Mais je n’y connais rien !

 
Elle tenta de suivre les consignes de son binôme de son mieux, en vain, le résultat fut un massacre. Mais ce raté avait au moins permis de détendre l’atmosphère et l’ambiance était bien meilleure que la veille. Le rire d’Artis étant communicatif, Elsa finit par rigoler à son tour. Le garçon venait de réussir l’exploit de la faire cuisiner pour la toute première fois de sa vie.

-Je sais où on peut te trouver de quoi voyager. On doit juste trouver un type appelé Cid, fabricant de vaisseaux. Partante ?
 
Elsa ouvrit de grands yeux étonnés. Jamais elle n’aurait cru que trouver un moyen de transport entre les mondes soit si facile.

-Tu es vraiment plein de surprises ! Dis-moi, ça te dirait d’aller déjeuner en ville ? Ne crois surtout pas que je boude notre superbe préparation mais j’ai peur que mon estomac n’y survive pas, lança elle en pouffant de rire.

Elle se pencha et attrapa son sac.

-Tu viens ? Dit-elle en sortant de la maison.

Elle attendit qu’Artis sorte et qu’ils aient se soient un peu éloignés pour reprendre la parole.

-Ecoute, j’ai bien réfléchis à notre discussion d’hier et j’ai finis par me dire que tu avais raison sur certains points. Tu es assez raisonnable pour prendre tes propres décisions et… je serai très heureuse si tu acceptais de m’accompagner dans la suite de mon voyage. Enfin… dit-elle avec une expression soudain hésitante. Bien sûr je ne veux pas te forcer à faire quoi que ce soit hein ! Ne te sens pas obligé de dire oui si tu n’en as pas envie !

 Les contours de la ville commencèrent à se dessiner au loin, ils étaient presque arrivés à destination.

-Au fait Artis… c’est quoi un vaisseau ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Jeu 16 Oct - 0:03

-Tu es vraiment plein de surprises ! Dis-moi, ça te dirait d’aller déjeuner en ville ? Ne crois surtout pas que je boude notre superbe préparation mais j’ai peur que mon estomac n’y survive pas.

Sage décision. Artis avait pour sa part eut l’audace d'y gouter, à son grand regret. Aussi, il ne pouvait se permettre de laisser passer une telle offre, pas après avoir ingurgité ce qui s'apparentait à du charbon. A peine avait il eut le temps de se lever que son invitée sortait déjà, l'invitant à la suivre. Depuis quand était elle aussi compulsive ? Sa faim était elle insoutenable à ce point ? Toujours est il que le porteur se décida à la rejoindre, et même à ouvrir la marche. Les deux compagnons gardèrent le silence jusqu'à la moitié de la descente. Au moins ce genre de calme était gérable, pas comme les vides qui s'installaient durant leurs discussions près du feu... Néanmoins, le Voiel vint à se demander s'il était censé ouvrir la conversation. Ils n'avaient toujours pas reparlés de leur querelle de la nuit précédente. Devait il présenter ses excuses, ou quelque chose dans ce genre ? Que ce fut le cas ou non, il s'abstint de le faire. L'ambiance était des plus agréable, aussi ne voulut il pas y mettre fin. Ce fut Elsa qui se décida finalement à entamer le sujet.

-Ecoute, j’ai bien réfléchis à notre discussion d’hier et j’ai finis par me dire que tu avais raison sur certains points. Tu es assez raisonnable pour prendre tes propres décisions et… je serai très heureuse si tu acceptais de m’accompagner dans la suite de mon voyage. Enfin… Bien sûr je ne veux pas te forcer à faire quoi que ce soit hein ! Ne te sens pas obligé de dire oui si tu n’en as pas envie !

Alors ça, c'était inattendu.

-Pour hier soir, le message est passé t'en fais pas. De toute façon, j'ai eu ce que je voulais. Ca t'a au moins fais sortir de ta coquille.

Alors c'était donc ça ? Il s'était volontairement laissé porter par l'énervement, juste pour la voir laisser tomber ses politesses forcées et s'énerver un bon coup ? La blondinette avait effectivement marquée un point, Artis était vraiment plein de surprise. Au moins, la secouer un peu avait eut l'effet escompté, elle avait vue rouge. Cela l'avait même poussée à se confier, comme quoi. Car il avait maintenant une meilleure idée de la personne à qui il avait à faire. Il accepta volontiers s'être trompé, puisque sa première impression sur elle avait été des plus erronées. Pour lui, elle ne semblait être qu'une jeune fille de bonne famille, polie comme il fallait, et atterrie là par hasard. Or, en plus d'être détentrice de magie, elle faisait maintenant preuve de remords ainsi que d'une force de caractère des plus inattendues. En prenant en compte toutes ces données, on pouvait presque deviner qu'il commençait à bien l'aimer...
Toutefois, la seconde partie du discours tenu par son acolyte le surprit au plus haut point. Elle qui tenait tant à s'en aller, lui proposait maintenant de venir avec elle ? Il n'avait encore jamais envisagé une telle possibilité, mais il lui fallait toutefois réfléchir à une réponse le plus vite possible. L'idée était des plus séduisante...mais peut être pas la plus bonne. Malgré les bons moments qu'il passait en sa compagnie, il ne devait pas oublier la promesse qu'il s'était faite. Celle de ne plus jamais se rapprocher de quelqu'un, pour le propre bien de cette personne. Et pourtant...pourtant il décida de ne pas en tenir en compte.


-Si gentiment demandé...je ne vois pas comment te dire non. Et puis c'est pas comme si j'avais mieux à faire, de toute façon.

Voilà donc où ils en étaient arrivés, à l'aide d'une simple dispute. Elle qui tenait tant à le garder éloigné de cette histoire, et lui qui s'était juré de ne plus se mêler des affaires des autres, s'apprêtaient à se lancer à l'aventure ensembles. Effet radical. S'ils étaient capables de résoudre leurs conflits simplement en se prenant le bec, leur entente semblait durable. Ceci étant dit, le duo se remit en route dans la bonne humeur, bien décidé à entretenir une telle ambiance.

-Au fait Artis… c’est quoi un vaisseau ?

-Ah, c'est vrai que tu débarques à peine. Disons...que c'est une grosse machine volante qui te permet de voyager entre les mondes. C'est pas bien compliqué à piloter, mais ça s'apprend. Des machines... vous avez ça dans les royaumes du Nord ? Un véhicule, ça te parles plus ?

La curiosité de la jeune femme étant assouvie, les deux compères pénétrèrent en ville et se mirent à chercher un endroit convenable où déjeuner. Le porteur stoppa la jeune femme à la terrasse d'un café où il avait eut l'habitude d'aller. Tout deux s'installèrent et passèrent commande, le serveur s'en allant en étouffant des rires. En vérité, le Voiel avait beau s'être essuyé en chemin, une grosse tâche de brulé recouvrait toujours sa joue. Incapable de comprendre, il s'imagina le serveur idiot et n'en tenu pas compte. Le jeune homme profita de leur attente pour prendre la parole.

-Concernant les Discordians...il y a peut être un autre endroit du Jardin Radieux où je pourrais me renseigner. Mais je préfère y aller seul.

Anticipant aussitôt les questionnements d'Elsa, il y coupa court par une boutade.

-J'essaye d'éviter d'amener les jeunes filles seules et perdues dans des endroits glauques. Ca fait mauvais genre. Déclara le keybladeur d'un sourire rieur.

A peine leur déjeuner était il posé qu'Artis s'empressa d'y goûter, la saveur du brûlé toujours en bouche. Ils savourèrent leur repas dans la tranquillité, la ville s'éveillant tout doucement. Une fois rassasié, la jeune homme aperçut quelque chose qui capta aussitôt son attention. Il fit signe à sa petite protégée de ne pas bouger et disparut une bonne minute. Il revint une glace entre les dents, et une autre dans la main qu'il tendit aussitôt à la jeune femme.

-"Glace à l'eau de mer". C'est probablement l'un des aliments les plus populaires dans beaucoup de mondes. Je me suis dis que tu voudrais découvrir.

Une fois l'addition réglée et les glaces engloutis, il leur fallait à présent trouver Cid. Quitte à se trouver en ville, autant tout faire en une fois. Un problème de taille les attendait cependant...puisque qu'aucun d'entre eux ne bénéficiait du moindre indice quant à l'emplacement du fabriquant. Soit...ils devraient donc y aller à l'enseigne. Le mi-simili mi-sans cœur fit l'effort surhumain d'aller questionner les passants, jusqu'à finalement (après de loooooongues recherches) tomber nez à nez avec l'individu cherché. L'homme les dévisagea de bas en haut, surpris de se faire arrêter de la sorte en pleine rue.

-On s'connaît ? Déclara Cid de manière nonchalante.

-On te cherchait, Cid. Tu fais toujours des vaisseaux ?

-J'vois pas de quoi tu parles. Il se détourna d'eux, avant d'être stoppé par Artis.

-Pas à moi, c'est un besoin urgent. Il se mit à chuchoter en désignant Elsa du regard. Cette fille est une princesse de cœurs, et il faut que je la ramène chez elle.

Le fabriquant eut un léger sursaut de recul, intrigué. Il jeta un coup d’œil à la jeune femme en question et chuchota à son tour.

-T'es sur de ça ? Elle a pas franchement l'air d'une princesse ta copine...

-Evidemment, on essaye de rester incognito. Ecoute, on m'a dit que tu étais digne de confiance et qu'on pouvait t'acheter un vaisseau, je dois la mettre à l’abri tu comprends ?

-...et comment tu m'as reconnu au juste ?

-Euh... Il s’efforça d'établir un mensonge cohérent en quelques secondes. Tu te souviens de moi ? Il y a cinq jours, la cigarette. J'étais là en repérage, et je me suis renseigné sur toi.

Malgré le côté peu convaincant de son histoire, le porteur installa un doute chez l'homme. Il réfléchit quelques instants, troublé, puis haussa les épaules et leur fit signe de les suivre. Les deux acolytes s’exécutèrent en silence, Cid les amenant à un immense garage à l’abri des regards. Il les laissa patienter à l'entrée, s'empressant d'aller consulter les vaisseaux disponibles. Artis en profita pour s'adresser à Elsa à voix basse.

-S'il te demande, tu es une princesse et je suis censé t'escorter jusqu'à chez toi. J'ai pas trouvé mieux...

Le vieux bonhomme revint au bout de dix minutes, interrompant la conversation des deux jeunes.

-J'ai plus aucun vaisseau à vendre. L'mieux que j'puisse faire, c'est vous en fabriquer un, mais ça va me prendre du temps. Ce sera pas prêt avant au moins 10 jours, et faut m'payer d'avance pour que j'achète des matériaux.

Le Voiel croisa les bras et laissa la blondinette payer tandis qu'il adressait à Cid un regard négociateur.

-10 jours maximum, on est d'accord ?

Cid leur tourna le dos et se mit à ronchonner, repartant dans son garage.

-Mais oui &^#$# ! Revenez dans 10 jours !

Eh bien, il n'avait pas changé. Toujours aussi peu sympathique, mais utile. Le porteur tourna son regard en direction d'Elsa, quelque peu gêné. Dix jours supplémentaires à passer ici, elle ne l'avait sans doute pas vu venir.

-On dirait qu'on va devoir rester un peu plus longtemps que prévu...

Mais puisqu'ils devraient faire avec, mieux valait en profiter.

-Autant passer le reste de la journée en ville, non ? Qu'est ce que tu as envie de faire ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elsa d'Arendelle
Reine d'Arendelle


Pseudo Heaven : Lou/Kisa
Messages : 177
Triomphe : 149
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 24
Localisation : A Arendelle

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Retrouver la mémoire.

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Ven 17 Oct - 19:22

Elsa avait encore du mal à réaliser qu’elle venait de  proposer à Artis de l’accompagner, brisant par là même toutes ses bonnes résolutions. Mais elle avait bien réfléchis après la dispute de la veille… à leur conversation mais pas seulement. Après de longues heures de réflexion elle avait fini par se dire qu’elle ne pouvait pas se tenir responsable des décisions des autres et qu’elle ne pourrait de toute manière pas contrôler le comportement de son entourage. Par ailleurs, et bien qu’elle aurait aimé qu’il en soit ainsi, elle ne réussirait jamais à sauver son monde en voyageant seule. Premièrement parce qu’elle ne contrôlait pas ses pouvoirs et qu’elle était incapable de riposter correctement en cas d’attaque, et deuxièmement parce qu’elle était bien trop perdue depuis qu’elle avait quitté Arendelle pour savoir quoi faire et qui aller voir pour s’en sortir. La reine avait toutefois été surprise par la réponse d’Artis, même si elle s’en réjouissait. Avec lui à ses côtés, ses chances de mener à bien ses objectifs sur le court terme étaient largement supérieures.

Artis tenta tant bien que mal de lui expliquer ce qu’était un vaisseau, ce qui ne fut qu’une demi-réussite. Une machine volante ? Elle n’avait aucune idée de l’apparence ou de la forme que ça pouvait prendre.

- Des machines... vous avez ça dans les royaumes du Nord ? Un véhicule, ça te parles plus ?

Elsa acquiesça à la dernière question d’Artis.

-Je vois. (bon en fait non elle ne voyait pas du tout) Non n’avons pas ce genre de technologie à Arendelle.

Nos deux amis s’installèrent à la terrasse d’un café et passèrent commande. Elsa remarqua évidemment le manège du serveur et s’en amusa. Bien sûr elle avait vu la tache sur la joue d’Artis, mais elle n’avait pas osé lui en faire la remarque… il allait peut-être falloir qu’elle s’y oblige.

-J'essaye d'éviter d'amener les jeunes filles seules et perdues dans des endroits glauques. Ca fait mauvais genre.
-Mais je ne suis plus seule maintenant, répondit-elle avec un sourire amusé. Elle lui fit un signe pour lui montrer sa joue. J’ai peur que nos expériences culinaires de ce matin n’aient marqué ton visage, poursuivit-elle sans se départir de son sourire. Tu devrais nettoyer ça quand tu auras deux minutes.

Le petit déjeuner se révéla étonnamment bon. C’était un vrai bonheur de gouter les spécialités locales et de découvrir des choses foncièrement différentes de ce qu’elle avait l’habitude de consommer à Arendelle. Il fallait bien avouer qu’il n’y avait pas que du négatif à la découverte des autres mondes ! D’ailleurs Artis s’éclipsa et revient un moment plus tard avec une « glace ». Elsa considéra avec étonnement la chose bleue que lui tendait le garçon. « Glace à l’eau de mer » ? Elle y gouta avec une certaine curiosité.

-C’est… étonnant. Pas mauvais…

La suite fut un peu moins amusante. Quoi que. La longue marche pour retrouver Cid permis à Elsa d’observer attentivement le comportement des habitants de ce pays et l’architecture des lieux. Sur certains points, l’agencement et la formation de la ville lui rappelait un peu celles des Royaumes du Nord avec les rues pavées, les maisons en pierre et les remparts, et pourtant le Jardin Radieux semblaient disposer d’une technologie nettement supérieure à celle de son monde.

« Si je pouvais ramener ne serais-ce qu’un quart de cette science à Arendelle je pourrais tellement améliorer le niveau de vie de mon peuple ! » songea telle en commençant d’ors et déjà à penser aux  aménagements qu’elle apporterait aux grandes villes de son royaume.
 
Artis finit par repérer l’homme qu’ils cherchaient et engagea un dialogue avec lui. Elsa ne comprit pas pourquoi ils chuchotaient… jusqu’à ce qu’ils se déplacent au hangar.

-S'il te demande, tu es une princesse et je suis censé t'escorter jusqu'à chez toi. J'ai pas trouvé mieux...

Ah, là elle comprenait. 

-Qu’est-ce qui t’a pris de lui raconter une chose pareille ? Répondit telle à voix basse en lui faisant les gros yeux.

« C’est qu’il n’est pas loin de la vérité en plus ! »

-Il a vraiment avalé ça ? Il est crédule.

La blondinette n’était pas franchement à l’aise, et on pouvait comprendre pourquoi. Ce qu’Artis croyait être un mensonge n’en était pas vraiment un. Le fait est qu’elle lui avait caché volontairement cette partie-là de sa vie pour demeurer incognito et se protéger, ce qui donnait aujourd’hui lieu à cette situation grotesque. Bref, Cid revient quelques minutes plus tard et leur annonça qu’il ne pourrait pas leur construire de vaisseau avant dix jours. Ouch, coup dur pour le moral de la jeune femme qui espérait partir dès le lendemain.

-On dirait qu'on va devoir rester un peu plus longtemps que prévu...
-Tant pis… J’ai déjà la chance d’avoir trouvé un moyen de transport grâce à toi alors j’imagine que dix jours n’est pas si cher payé.
-Autant passer le reste de la journée en ville, non ? Qu'est-ce que tu as envie de faire ?


Elsa haussa les épaules. Bonne question. Qu’avait-elle envie de faire, là, tout de suite ? Aller en Grèce et à la Terre des Dragons en espérant y trouver Hadès et Kagi et les autres… c’était probablement stupide et les chances qu’ils soient là-bas étaient faibles mais c’était son seul espoir. Et puis il fallait qu’elle retrouve Yen Sid aussi…

Oui mais elle ne pouvait tout simplement pas répondre cela à Artis.

-Tu m’offres une autre glace ? Répondit-elle en essayant de balayer les idées noires de ses pensées.


La journée s’écoula rapidement… de même que les trois suivantes. Nos compagnons avaient finalement trouvé de quoi s’occuper. Les trois premiers jours, Elsa avait décidé de retourner à la bibliothèque et d’explorer les ruines de la forteresse oubliée (quitte à flâner, elle préférait essayer d’en apprendre le plus possible sur le fonctionnement des technologies des Jardins Radieux, et le livres s’étaient révélés de très bons professeurs…). Le quatrième jour, elle sentit qu’Artis n’avait pas franchement envie de remettre les pieds là-bas et décida de lui proposer d’aller se promener en ville.
Cela faisait maintenant huit jours qu’elle avait fui Arendelle. Elle faisait son maximum pour ne pas penser à ce qu’elle avait laissé derrière elle et appréciait vraiment la compagnie de son nouvel ami qui lui offrait une distraction plus que bienvenue. Malheureusement la réalité devait bien vite la rattraper...


Artis et Elsa s’étaient installés à la terrasse d’un café et sirotaient un chocolat chaud. Elsa avait décidé de faire part à Artis de ses projets lorsqu’ils auraient le vaisseau :


-Avant toutes choses, j’aimerai me rendre en Grèce et dans le village de Xidi à la Terre des Dragons. Si j’ai une chance de retrouver la trace de mes anciens compagnons c’est à ces endroits là… bien que je ne me fasse pas beaucoup d’espoir et que j’ai conscience qu’ils puissent être n’importe où en ce moment.

Ils pouvaient être n’importe où oui, mais elle ne serait satisfaite que lorsqu’elle serait allée là-bas pour vérifier. Elle n’aurait pas la conscience tranquille tant qu’elle n’aurait pas essayé. Elle soupira.

-Et toi il y a un endroit où tu voudrais aller en particulier ?
-Mademoiselle ?


Elsa leva les yeux vers le serveur.

-Oui ?
-C’est pour vous, dit-il en lui tendant un morceau de papier plié en deux. La blonde lui lança un regard interrogateur en s’emparant de l’objet.

Un mot unique était inscrit avec une écriture qu’elle connaissait bien puisque c’était la sienne.

"Bientôt"
-De la part de Celsia.

La souveraine palie à vue d’œil en déchiffrant le message, n’ayant guère besoin de cette dernière indication du serveur pour en connaître la provenance. Elle se releva brusquement et regarda autour d’elle à la recherche de la discordian.

-Où est-elle ?!
-Euh… il jeta un œil vers le comptoir. Elle n’est plus là.


Le serveur avait l’air mal à l’aise, ne comprenant pas pourquoi cette cliente s’énervait pour un simple message. A vrai dire Elsa s’en moquait totalement.

-A quoi ressemblait-elle ?
-Une jolie brune avec des lunettes de soleil. Elle vous ressemblait pas mal d’ailleurs, c’est pas votre jumelle ?


Elsa secoua la tête, le visage décomposé. Comment l’avait-elle retrouvé ? Et que voulait dire ce « bientôt » ?


-Non… répondit elle en se baissant pour ramasser son sac.

Et ni une ni deux elle se précipita dehors à la recherche d’air frais. L’intérieur de la salle était bien trop oppressant, elle avait la sensation d’y étouffer.

-Il faut que je trouve Yen Sid… dit-elle à Artis lorsqu’il l’eut rejointe, c’est le seul à pouvoir me protéger de sa magie. Je préfère mourir que de me retrouver à nouveau piégée dans sa boucle temporelle.


***

Artis réfléchit deux secondes avant de lever les yeux vers elle

-Alors on va le trouver, dit-il sur un ton plein d'assurances. Et il partit sans même l'attendre en direction de chez merlin.

La jeune femme le regarda partir sans trop comprendre et finit par lui emboiter le pas. Quelques instants plus tard ils arrivaient devant une petite maison. Artis ne prit même pas la peine de frapper et entra sans plus de cérémonie. Elsa se posta à l'entrée sans oser pénétra dans la maison sans y avoir été invitée et écouta l'altercation avec une gène non dissimulée.

-Yo !

Merlin, surpris, écarquilla les yeux à mesure qu'il le reconnaissait.

-Toi ! S'écria le sage en s'avançant vivement vers lui, les sourcils froncés. Sale garnement ! En plus de retourner ma maison, tu me voles !? Tu n'as donc aucune  limite !?
-Quoi ? Vous comptiez vous acheter d'autres balais parlants ? Des casseroles dansantes peut être ?
-Comment oses t...
-Bref ! Je suis pas là pour ça, mais pour elle. Elsa ?

Elsa écarquilla les yeux en comprenant qu'elle allait devoir prendre la parole dans de telles circonstances. Il n'était tout de même pas sérieux là ? Si ? Bon...

-Bon...bonjour monsieur. Euh...

Elle jeta un coup d'oeil à Artis. Dans quelles circonstances pouvait elle faire confiance à cet inconnu ? Elle en voulait à Artis de ne pas avoir prit le temps de la brieffer avant de la trainer ici. Non mais sérieusement !

« Si Artis lui fait confiance j'imagine que je le peux aussi », songea telle.

-Je suis désolée de faire irruption brusquement chez vous, reprit telle sans oser franchir le seuil de la porte, mais vous représentez mon seul espoir de rencontrer Yen Sid... je fais partie des personnes qui ont reçue son parchemin et qui sont allées dans sa tour pour comprendre les origines de la distorsion temporelle et la combattre...

« Trouve un mensonge, une justification, n'importe quoi... »

-J'ai des informations importantes à lui communiquer. Des informations qui pourraient changer l'avenir des mondes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu



Messages : 37
Triomphe : 52
Date d'inscription : 17/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Dim 26 Oct - 19:29

Il s'en était déroulé des événements depuis sa disparition. Lui-même ne pensait pas s'absenter si subitement en si graves dangers, mais les diverses circonstances actuelles le lui obligèrent. Yen Sid, le seul véritable Maître de la Keyblade dont on a encore le contact par moment, lorsque l'on a besoin de lui, venait enfin de réapparaître.

Au tout départ, il n'avait donc nullement l'intention de déserter son bureau. Il avait compris dès le départ qu'Abnegatio, le chef des Discordians, n'aurait pas accès à sa tour. Seulement, un élément perturbateur suscita son intérêt, un élément qui s'était introduit chez lui déjà bien avant qu'il ne s'en rende compte, plus ou moins au même moment que les failles prirent forme à la Cité du Crépuscule, avant que celle-ci ne tombe sous le piège de la boucle temporelle.

Bien qu'il ne put en connaître l'origine exacte, il avait compris qu'un des sbires du Vide en était le responsable, et qu'il était déjà trop tard pour arrêter ce qu'il comptait faire. Cette entité semblait même piégée dans la Tour Mystérieuse, mais sa simple présence aggravait la situation. Il n'avait plus le choix, le Magicien devait quitter les lieux.

Seulement, une telle épreuve, aussi anecdotique qu'elle soit pour notre Sage, s'avéra bien plus complexe que l'on ne peut s'imaginer. Il pouvait s'éloigner d'Abnegatio, mais pas lui échapper. C'est après de longues recherches dans ses vieux grimoires qu'il découvrit d'anciens sortilèges capable d'isoler du temps un objet ou être vivant. Ce n'était pas quelque chose d'aussi fastidieux que de rester jeune éternellement, ou de devenir plus rapide ou plus lent, non, l'élément ciblé se retrouvé juste en dehors du temps, comme s'il vivait dans la même dimension mais dans un plan différent.

C'est un tel sort qu'il utilisa alors pour pouvoir s'échapper de l'emprise du Maître des failles. Il lui était toujours autant vulnérable que n'importe qui, mais maintenant il pouvait se déplacer librement sans avoir peur d'être suivis à la trace. Il fut mis brièvement au courant des événements qui eurent lieux à sa tour lors de son absence, mais de nombreux éléments ne lui parvinrent pas à cause du piège temporel dans lequel le monde était pris.

Son refuge, c'était en ce moment le Jardin Radieux. Il s'y trouvait depuis quelques temps déjà, mais n'avait prévenu personne de sa visite et était resté enfermé dans un bureau qu'il avait aménagé à l'aide d'un peu de magie. Il voulait être certain que le Néant le suivrait jusque dans ces lieux, et par un heureux hasard, ce monde semblait encore à l'abris des failles du temps et de l'espace. C'est lorsqu'il sentit une présence qu'il décida qu'il était temps qu'il se montre. Une présence, qui venait d'un autre monde, autre que la sienne, et autre de celles dont il avait déjà eu vent. À vrai dire, depuis son arrivée ici, il surveillait de très près les allées et venues de ce monde, vérifiant l'identité de chaque individus étranger à ce monde.

Y.S.: -"Si les étoiles ne se trompent toujours pas, je me dois de rencontrer cette jeune femme. Elle n'est pas arrivée ici sans raison."

Dicta le Sage dans un journal qu'il gardait à jour régulièrement, au cas où il aurait à repartir et qu'il trouverait plus intéressant de laisser dans les mains d'un futur destinataire pour divulguer des informations à ses différents héros, si ceux-ci venaient à revenir. En attendant, il était maintenant temps de réunir les principaux dirigeants de cette Cité en reconstruction. Léon, alias Squall, et son comité de restauration était parmi les rares habitants neutres d'un monde à connaître l'existence des autres mondes, de la Keyblade, et de nombreux secrets que l'on ai censé gardé à l'abris des regards des civils. Au vu de leur implication dans le bien être des différents mondes, il devait maintenant aujourd'hui, encore une fois, faire appel à leur aide.

Il rédigea une lettre à l'attention de Squall et Merlin, les protagonistes les plus importants à cette histoire, et leur confia mot pour mot:

Citation :
Je ne peux révéler l’entièreté de ce message par écrit, sous peine qu'il ne se perde dans de mauvaises mains. Il est dès lors nécessaire que je vous rencontre en personne. Rendez-vous à la forteresse oubliée et laisser vous guider par mes repères jusqu'à mon bureau. Je vous y attendrai le moment que vous jugerai propice. Ne soyez suivis par personne, sauf si cette dernière est liée aux étranges événements qui se propagent à travers les mondes.

Signé: un vieil ami.

Ce message n'était pas signé, mais il était marqué du symbole de maîtrise des véritable porteurs de clés. Un tel message suffisait à faire comprendre l'importance du message. Suite à la réception de ce dernier, Merlin et Léon s'étaient déjà arrangé pour venir à la rencontre du Sage, jour qui tombait en même temps que celui-ci où Elsa et son protecteur, Artis, venaient de choisir pour passer visite chez l'enchanteur.

Merlin: -"Comment peux-tu connaître l'existence de Maître Yen Sid jeune fille?"

Fit l'enchanteur alors qu'il scrutait des yeux la Reine des Royaumes du Nord, ne connaissant pas son statut ni son identité.

Merlin: -"Tu es donc une des personnes choisies qu'il a choisies? Peux-tu me le prouver déjà?"

Il se retournait vers Artis. Avec ses expériences passées il savait que le mec n'était pas son plus grand ami mais il n'aurait pas été du genre à ramener une ennemie avec de telles connaissances. Il se souvint alors des dires du Maître, concernant une personne liées aux événements récents.

Merlin: -"Vois-tu, je dois justement le rencontrer ce soir. Et il m'a parlé de vos petites aventures à sa Tour. Tu y étais toute seule? Passons! Nous n'avons plus beaucoup de temps, j'ai prévu de le rencontrer tout à l'heure, en fin de journée."

Il préparait ses affaires, même s'il n'avait pas besoin de grand chose au final, mais même pour Merlin, cela faisait longtemps qu'il n'avait plus rencontré Yen Sid en chair et en os. Il s'attendait même en fait à le voir sous forme d'illusion, d'hologramme. Enfin, il se rappela un détail...

Merlin: -"Je suis désolé par contre gamin mais tu pourra pas nous accompagner. Il m'a précisé explicitement de ne faire venir que les personnes directement liées à ses problèmes."

Une fois qu'il avait rangé ses livres et manuscrits là où ils devaient être à leur place, il invita l'invitée à s'asseoir.

Merlin: -"Installez-vous donc jeune fille. Oh! Je ne me suis pas encore présenté. Tu peux m'appeler Merlin, je suis magicien mais tu as déjà du le comprendre. Nous partons d'ici une petite demi heure, si tu as des questions, je peux déjà t'y répondre."

Il se caressa la barbe le long de ses poils, réfléchissant en agitant l'autre main.

Merlin: -"Yen Sid nous communiquait à des rares occasions les fais et gestes inquiétants qui avaient lieux sur différents mondes et il nous avait mis en garde que des voyageurs risquaient bientôt de passer un d'un monde à l'autre malgré les règles normalement mises en place. Vois-tu, nul n'est censée s'immiscer dans les affaires des autres, imagine un peu le désastre que cela entraînerait si tous les mondes pouvaient se rencontrer comme ça! Les chocs culturels, politiques, technologies, bref, tu comprends."

Pendant près d'une demi-heure, Merlin discuta brièvement du Jardin, sans pour autant perdre le cours du temps, prenant toujours la peine de répondre aux questions qu'Elsa aurait pu lui poser. Et l'heure tant attendue arriva enfin. Il invita la jeune fille à rester où elle était.

Merlin: -"Je pense que c'est l'heure du rendez-vous. Reste bien à ta place, nous nous y rendons de suite!"

Et avant même que la magicienne de glace ne puisse dire quoique ce soit, l'enchanteur agita sa baguette et d'un éclat magique, les deux comparses se retrouvèrent dans un bureau qui semblait abandonné mais dont on voyait des traces de vies, indiquant que quelqu'un résidait ici depuis quelques temps.

Merlin: -"Il est impoli de faire attendre ses hôtes lorsque l'on est invité ho ho ho! Bonsoir Léon, on ne te voit plus très souvent ces derniers jours."

Léon: -"Contrairement à toi Merlin, le Comité a encore beaucoup de pain sur la planche si l'on veut rénover toute la ville. Bonsoir Merlin et... jeune fille."

Merlin: -"J'ai pris la peine d'inviter cette jeune fille, elle serait liée à ce pourquoi mon collègue nous a convoqué ici. D'après ce que j'en pense, elle..."

?: -"Ce ne sera pas nécessaire, je vais tout vous expliquer moi-même."

Depuis un portail fait de magie pure, Yen Sid arriva sur les lieux, prenant alors place sur son siège, face à ses invités.

Y.S.: -"Bonsoir mes braves amis. Je vous remercie d'avoir accédé à cette convocation. Mais tout d'abord, je me présente à notre invitée surprise ce soir même. Je suis Maître Yen Sid, et bien que je ne pu être présent à ta venue dans ma tour, je te remercie de ta participation à cette enquête. Je m'excuse néanmoins de ne pas avoir pu fournir le moindre soutient..."

Il prit une petite pause. Il se doutait bien qu'Elsa serait en colère contre lui pour l'avoir indirectement liée à un terrible massacre dans sa propre tour, surtout au vu de ce qu'elle a subit avec sa jumelle temporelle.

Y.S.: -"J'ai eu affaire à quelques inconvénient qui m'ont forcé à quitter ma propre tour avant que je ne puisse vous recevoir. Et je n'ai malheureusement toujours pas trouvé la source de ce problème, bien que je peux confirmer que la source des paradoxes à la Cité est piégée là où elle se trouve. Mais pour ceux qui ne sont pas encore au courant, je te demande de faire preuve de patience Elsa."

Ne sachant pas si elle désirait communiquer son statut à des étrangers, Yen Sid se contenta de la dénommer Elsa, sans plus. Pendant les minutes qui suivirent, Yen Sid reprit en long et en large les explications qu'Abnegatio lui-même avait donné à Elsa et ses compagnons à la tour, ce qui pour elle confirmait donc les dires du chef des Discordians: il ne mentait pas. Essayant de rester bref dans ses discours, il reprit enfin la parole directement face à Elsa.

Y.S.: -"Je suis navré que tu aie à devoir réécouter ce que tu savais déjà, mais je me devais de mettre au courant ces deux personnes qui t'accompagnent aujourd'hui. Ils ont été à de nombreuses reprises déjà liés à divers événements qui ont menacés les mondes... Cette fois-ci n'est pas une exception. Je t'écoute donc, dans l'espoir de pouvoir répondre au moins à tes questions et demandes."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elsa d'Arendelle
Reine d'Arendelle


Pseudo Heaven : Lou/Kisa
Messages : 177
Triomphe : 149
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 24
Localisation : A Arendelle

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Retrouver la mémoire.

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Mar 28 Oct - 21:38

Merlin: -"Comment peux-tu connaître l'existence de Maître Yen Sid jeune fille?"

Et encore un qui la tutoyait. Bon, elle commençait à avoir l’habitude maintenant avec Artis mais bon…

-Et bien… techniquement je ne le connais pas. Pas vraiment du moins. J’ai juste reçue un message magique qui m’a envoyé à la Cité du Crépuscule sans que je comprenne comment…

Merlin: -"Tu es donc une des personnes choisies qu'il a choisies? Peux-tu me le prouver déjà?"

Elsa secoua la tête. La seule preuve qu’elle détenait avait été égarée plusieurs jours plus tôt.

-J’ai bien peur d’avoir perdue le parchemin à la Cité du Crépuscule. Et compte tenu des évènements je pense que l’on ne peut pas m’en vouloir…

Merlin sembla peser le pour et le contre avant de se retourner vers elle.

Merlin: -"Vois-tu, je dois justement le rencontrer ce soir. Et il m'a parlé de vos petites aventures à sa Tour. Tu y étais toute seule? Passons! Nous n'avons plus beaucoup de temps, j'ai prévu de le rencontrer tout à l'heure, en fin de journée."

Et il commença à s’affairer pour préparer ses affaires. Le rencontrer ce soir ? Vraiment ? C’était totalement inespéré ! Elle était convaincue qu’il lui faudrait des jours, voir des semaines pour le trouver, et surtout elle ne s’était jamais imaginé qu’il puisse être au Jardin Radieux depuis tout ce temps.

Merlin-"Je suis désolé par contre gamin mais tu pourra pas nous accompagner. Il m'a précisé explicitement de ne faire venir que les personnes directement liées à ses problèmes."

Ah, là ça lui plaisait beaucoup moins. Elle avait déjà été séparée une fois de ses compagnons et n’avait pas tellement envie de renouveler l’expérience. La blondinette jeta un regard inquiet à Artis, lui demandant des yeux s’il faisait vraiment confiance à ce type-là. Vu les relations qu’ils avaient… En même temps si cet homme pouvait la conduire à Yen Sid ça valait peut-être le coup de prendre le risque.

Merlin-"Installez-vous donc jeune fille. Oh! Je ne me suis pas encore présenté. Tu peux m'appeler Merlin, je suis magicien mais tu as déjà dû le comprendre. Nous partons d'ici une petite demi-heure, si tu as des questions, je peux déjà t'y répondre."

La souveraine, qui se tenait toujours sur le paillasson rentra dans la maison et jeta un regard intrigué tout autour d’elle. Elle finit par s’assoir. Merlin lui apprit que les passages entre les mondes étaient règlementés, ce qui la surprit quelque peu.


Merlin-"Imagine un peu le désastre que cela entraînerait si tous les mondes pouvaient se rencontrer comme ça! Les chocs culturels, politiques, technologies, bref, tu comprends."

-Ah oui, répondit elle en étouffant un rire jaune, effectivement ça fait un choc… vous parliez de règles ? Quelles sont telles exactement ? Il y a une « police » pour contrôler les passages d’un monde à l’autre ?

Ils discutèrent  pendant une demi-heure jusqu’à ce que Merlin finisse par annoncer qu’il était temps d’y aller… sans bouger. Ok, bizarre. Mais pas autant que lorsqu’elle se retrouva d’un coup dans un bureau totalement inconnu. Elle se releva d’un coup en ouvrant de grands yeux surpris. Il venait de se passer quoi là ? Elle aperçu un homme, pas beaucoup plus vieux qu’elle.

Léon: -"Contrairement à toi Merlin, le Comité a encore beaucoup de pain sur la planche si l'on veut rénover toute la ville. Bonsoir Merlin et... jeune fille."

-Bonsoir…monsieur ?

Merlin s’apprêtait à justifier la présence d’Elsa –soit disant passant, cette dernière avait l’impression de plus en plus l’impression d’assister à une réunion secrète et de ne pas du tout être à sa place- lorsqu’une nouvelle personne fit son apparition.

Yen Sid. Enfin elle le rencontrait. Et il était foutrement intimidant…

Yen Sid-je te demande de faire preuve de patience Elsa.

« Comment connait-il mon nom ?! »

Le grand sage prit le temps de réexpliquer la situation aux autres, ce qui rassura Elsa, en fin de compte elle était peut-être plus à sa place ici qu’elle ne le pensait. De toute évidence elle en savait plus qu'eux.


-Ils ont été à de nombreuses reprises déjà liés à divers événements qui ont menacés les mondes... Cette fois-ci n'est pas une exception. Je t'écoute donc, dans l'espoir de pouvoir répondre au moins à tes questions et demandes.

-Vous semblez me connaître… commença Elsa d’une voix hésitante. Mais moi je ne vous connais pas. Votre parchemin est apparu dans mes mains peu de temps après que j’ai réussi à fuir mon monde et m’a transporté à la Cité du Crépuscule où Abnegatio a assuré un relais vers votre tour. Nous avons tous faillit perdre la vie là-bas. J’ai besoin de comprendre… qui êtes-vous exactement et comment savez-vous comment je m’appelle ? Est-ce Abnegatio qui vous a forcé à quitter votre tour ? Il a parlé de personnes qui auraient fait des recherches sur les cœurs et sur le « kingdom hearts ». De quoi s’agit-il ?


Elle s’interrompit et se tourna vers Merlin et Léon.

-Pardonnez-moi, je ne me suis pas présentée dans les règles. Je suis la reine Elsa d’Arendelle, des Royaumes du Nord. (elle reporta son attention sur Yen Sid). Mon monde est piégé dans une boucle temporelle au moment où je vous parle.


Et elle entreprit de raconter toute son histoire à Yen Sid, Merlin et Léon, du moment où elle avait trouvé l’orbe dans la grotte à Arendelle jusqu’à maintenant.

-Vous nous avez préservé de la boucle temporelle de la Cité du Crépuscule. Vous représentez mon seul espoir contre la magie de Celsia. Si je ne trouve pas très vite un moyen de la contrer, elle me ramènera de force à Arendelle et effacera ma mémoire pour me piéger à nouveau dans sa distorsion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu



Messages : 37
Triomphe : 52
Date d'inscription : 17/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Sam 1 Nov - 21:19

Il était évident que la jeune reine semblait impatiente, et même si Merlin n'en connaissait pas la cause, il ne pouvait pas le lui reprocher. Si elle était vraiment liée aux événements dont le grand Sage avait parlé, elle devait avoir vécu des situations bien difficiles déjà. Il tentait donc tant bien que mal de répondre aux questions qui lui furent poser, notamment à propos de la connexion entre les mondes.

Merlin: -"Tu vois ma petite, nous n'avons pas de police ou autre pour contrôler tout ça. Normalement les mondes sont fermés et inaccessibles. Les seuls moyens de passer d'un monde à l'autre sont les portails des ténèbres qui peuvent mettent ton cœur en danger, ou alors de puissants sort de téléportation qui ne sont pas à la portée de tous."

Avec sa baguette magique il fit apparaître une espèce d'orbe dans laquelle on voyait le monde du Jardin Radieux, recouvert d'une sphère de verre.

Merlin: -"Il existe cependant un autre moyen connu: déverrouiller des chemins spéciaux que l'on ne peut ouvrir qu'avec l'aide de la légendaire Keyblade. Je ne sais pas si tu en as déjà entendu parlée, c'est une arme spéciale qui choisit son propre maître. Bien sur, tu vas maintenant me demander comment tu es arrivée toi à changer de mon sans cette arme et sans les ténèbres comme beaucoup d'autres personnes que tu as du croisées mais... c'est justement un fait qui est remis en question. Quelque chose a du perturbé l'ordre des mondes et leurs protections ont finit par se briser permettant une nouvelle fois l'accès d'un monde à l'autre. Enfin, tu te doute, ceux qui sont au courant de l'existence d'autres mondes doivent tout de même surveiller s'il se déroule quelque chose de tragique. C'est un peu le rôle de Maître Yen Sid, qui se confie aux étoiles afin d'êtres prévenu en cas de problème."

Après cette brève explication ils s'étaient donc téléporté dans le bureau improvisé de Yen Sid aux côtés de Squall. Revenons donc là où nous nous étions arrêté tout à l'heure. Elsa avait alors posé des questions essentielles à notre Sage, ce dernier prenant alors la peine de répondre calmement.

Y.S.: -"Une fois encore, je m'excuse de ce qui a pu vous arriver à vous ou à vos amis Reine Elsa. Je n'aurai jamais imaginé que les Discordians avaient déjà réunis plusieurs guerriers aussi puissants que ceux dont les étoiles m'ont confiés. Tu me demande qui je suis mais cela risque de prendre un peu de temps. Aussi demanderais-je à nos deux amis de m'aider à t'expliquer brièvement ce que l'on peut te confier sans plus tarder. Tout d'abord, mon titre de Maître me vient du fait que par le passé, j'étais un Maître de la Keyblade. Vu que tu es nouvelle à cet élément important, retiens juste qu'un Maître de la Keyblade est une personne qui manie la Keyblade et qui a passée certains test, un certificat, pour prouver sa valeur. Aujourd'hui, les Maîtres et même les Porteurs de Keyblade en général se font de plus en plus rares. Quant à tes interrogations sur le comment je connaisse ton nom, disons juste que les étoiles m'en disent beaucoup sur les péripéties qui se trament à travers les mondes."

Il finit cette phrase dans un ton un peu amusé, souriant, montrant qu'il n'était pas le vieux grincheux que l'on pouvait penser de lui quand on le rencontre pour la première fois. Bien sur, ça n'expliquait pas en quoi pourquoi Elsa était mêlée à tout ceci.

Y.S.: -"J'ai de plus en plus remarqué la présence de personne comme toi qui subissait des problèmes liés à la connexion entre les mondes lié aux Discordians. Je ne pouvais pas demander l'aide de personnes qui ne connaissaient pas l'existence d'autres mondes alors je me suis contenté d'envoyer des messages à certaines personnes que j'observais indirectement, que j'avais choisie. Maintenant... Concernant ces fameuses recherches mentionnées par Abnegatio... Si tu pouvais lui expliquer Léon."

Squall, qui se contentait d'écouter le tout adossé au mur, s'avança et s'approcha de la reine pour lui parler plus clairement de la situation, vu qu'il avait été directement mêlé à ces histoires de cœurs.

Léon: -"Il y a de cela quelques années, un chercheur que l'on appelait Ansem le Sage menait des recherches sur les cœurs. Que ce soit à propos des cœurs des êtres vivants ou des cœurs des mondes. Il voulait en comprendre le fonctionnement, la nature, tout ce genre de choses. C'est lui qui découvrit par ailleurs la véritable origine des sans-cœurs ces créatures qui proviennent des ténèbres de chaque cœur. Il se mit aussi du coup à mener davantage de recherches sur les ténèbres mais après s'être aperçu de leur dangerosité, il stoppa toute recherche."

Il s'appuya alors sur le bureau de Yen Sid, montrant un portrait où on voyait Ansem le Sage. Il reprit ensuite le fil de la discussion.

Léon: -"Malheureusement, les différents assistants d'Ansem décidèrent de continuer ces recherches en cachette, sous la direction de Xehanort. Il nous faudrait la journée pour te raconter en détail tout ce qui lui concerne, mais pour faire bref, c'est lui qui est responsable de tout ce qui nous est arrivé depuis le début, et c'est cette personne qui tenta d'accomplir ces expériences interdites."

C'est notre cher Merlin qui attira l'attention cette fois-ci, pour continuer sur les histoires de Coeurs.

Merlin: -"En ce qui concerne le Kingdom Hearts, on en sait en réalité que très peu de choses dessus. Le Kingdom Hearts est le cœur de tous les mondes, c'est un lieu qui est reclus au plus profond des ténèbres, mais qui en contre partie représente la lumière la plus pure qui puisse exister. Tous les cœurs prennent leur origine au Kingdom Hearts, et c'est en ce même lieux qu'ils retournent à la fin. Les différents mondes y sont tous connectés d'une manière ou d'une autre, et c'est aussi l'entité que convoite Xehanort."

Y.S.: -"Je suis sur que tout ceci représente beaucoup d'informations à accepter soudainement, donc nous allons en rester là pour l'histoire. Si tu désire plus de détail, n'hésite pas à demander à Léon ou Merlin divers dossiers où tout y est expliqué en long et en large. Mais je crois que l'une des principales raisons pour laquelle tu voulais me trouver était pour ta sécurité."

Yen Sid prit dans sa main un bout de papier qui traînait. C'était le même papier qu'il avait envoyé à gauche à droite pour recruter indirectement des aventuriers.

Y.S.: -"Je peux malheureusement pas te protéger entièrement des Discordians, sinon je vous en aurez déjà fais part depuis longtemps. Par contre, je peux te protéger des boucles des différents mondes, et de quelques problèmes. Retiens cependant que si l'on te force à traverser un portail, je ne pourrai rien y faire, mais si tu es renvoyée dans ton monde enfermé dans sa boucle, tu n'en subira pas les conséquences et tu pourra chercher à t'en échapper aussitôt. Je peux aussi partager une partie de mon pouvoir pour les empêcher de te suivre à la trace. Les étoiles m'ont fait part de cette doublure qui peut te suivre sans que tu ne puisse y faire grand chose."

Le grand magicien se releva, il était grand pour un vieillard, et il en imposait malgré son calme et son apparence. Il s'approcha doucement de notre jeune reine.

Y.S.: -"J'aurai besoin d'un catalyste pour te faire un charme. Je pourrais utiliser la même magie que j'avais utilisé avec les lettres que je vous ai envoyées, mais c'est facile à perdre ou à déchirer, et donc plutôt inconvénient. As-tu quelque chose sur toi qui pourrait servir? Un bijou, un accessoire? Sinon, je peux toujours te procurer quelque chose, il faut juste que ce soit un objet que tu porte tous les jours sur toi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elsa d'Arendelle
Reine d'Arendelle


Pseudo Heaven : Lou/Kisa
Messages : 177
Triomphe : 149
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 24
Localisation : A Arendelle

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Retrouver la mémoire.

MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Mar 11 Nov - 18:53

Celsia tiqua en sentant le lien se rompre. Qu’est-ce qui venait de se passer là, à l’instant ? Pourquoi elle ne sentait plus la présence d’Elsa ?! Une vague de fureur sans précédent envahit le cœur de la ténébreuse. Qu’est-ce que cette garce avait bien pu faire pour réussir à se dissimuler ainsi à elle ?! Il allait désormais falloir qu’elle la suive en permanence pour ne pas la perdre de vue… et cette perspective ne la réjouissait pas.

« Moi qui avait prévu d’être « gentille » avec elle… je vais peut-être ajouter une seconde surprise en fin de compte… »

La brune se téléporta hors de la maison d’Artis et s’installa en haut d’un glacier où elle avait une vue dégagée sur l’habitat en contre-bas. Le spectacle promettait d’être intéressant.
 
***

Lorsque Merlin ramena Elsa chez lui de la même manière qu’il l’avait conduit dans le bureau de Yen Sid, la jeune femme arborait une toute nouvelle expression : elle était déterminée. Yen Sid lui avait donné une arme contre son ennemie mortelle, un moyen de défense qui empêcherait désormais Celsia de la piéger dans sa distorsion temporelle. Si Elsa avait parfaitement conscience que cela ne la protègerait pas physiquement de la discordian, elle était nettement plus confiance : désormais les deux femmes se battraient à armes égales.

L’après-midi avait été riche en révélations, peut-être un peu trop d’ailleurs. La souveraine était complètement perdue. Maintenant, elle savait qu’il existait des informations cachées au reste des mondes, des secrets que les initiés gardaient jalousement pour protéger l’équilibre, et elle avait eu la chance de rencontrer ces personnes qui se portaient garantes de la sécurité de tous. D’une certaine manière elle se sentait honorée, même si elle avait pleinement conscience qu’elle n’avait vu là que la pointe de l’iceberg et que ce qui se cachait là-dessous était beaucoup plus gros que ça. Cela dit, Yen Sid lui avait proposé d’accéder aux archives secrètes du Jardin Radieux et Elsa avait bien l’intention de s’y rendre pas plus tard que le lendemain matin pour s’y plonger et en apprendre plus. C’était pratique d’être quasi hypermnésique, ça permettait de retenir pleins de choses ; et pour ceux qui se demanderaient pourquoi Elsa utilisait un carnet dans ce cas-là, et bien la réponse et simple, ce n’est qu’un moyen d’organiser ses pensées, rien de plus).

Il n’y avait pas de mot pour décrire le soulagement intense que ressentit Elsa lorsque le magicien lui avait dit qu’il était capable de la préserver de la magie de Celsia et d’empêcher cette dernière de la tracer comme elle le faisait jusqu’à présent. Lorsqu’il lui avait demandé un catalyseur, la blonde avait hésité un moment avant de lui tendre le collier de sa jumelle. N’étais-ce pas là une délicieuse provocation ? Celsia lui avait offert ce bijou pour qu’Elsa ne puisse jamais l’oublier (comme si elle le pouvait de toute façon…) et la reine s’apprêtait à s’en servir contre sa propriétaire d’origine. Elle imaginait bien la tête que ferait sa rivale lorsqu’elle le découvrirait et cela valait tout l’or du monde. Cela dit, Elsa avait bien vite soulevé un problème de taille : à quoi cela servait-il de porter une protection si son ennemie jurée pouvait la lui retirer de force ? Yen Sid lui assura alors que personne à part elle ne pourrait lui retirer le bijou sans son consentement… ouf ! Elsa avait alors remercié chaleureusement le groupe, en leur annonçant son intention de consulter les dossiers le lendemain car elle tenait à avoir pleinement conscience de son environnement pour développer la meilleure stratégie d’attaque possible. Elle convient donc d’une heure de rendez-vous avec Merlin avant que celui-ci ne la ramène chez lui.

Elle retrouva finalement Artis qui attendait patiemment (le pauvre…) et salua une dernière fois Merlin avant de sortir et de raconter ce qui venait de se passer à son compagnon.

-J’ai encore du mal à me faire à tout ça… ça fait beaucoup à absorber. Demain j’ai l’intention d’aller lire les fameux dossiers dont Yen Sid m’a parlé. Trop de choses m’échappent et je veux savoir dans quoi je mets les pieds.

La jeune femme avait glissé ça ni vu ni connu dans le fil de la conversation en sachant pertinemment que son ami n’aimait pas les longues journées à la bibliothèque. Tant pis, il n’aurait qu’à faire autre chose pendant ce temps, il fallait absolument qu’elle y aille. Elle lui proposa de manger en ville, ce qui expliqua que la nuit était en train de tomber lorsqu’ils rentrèrent à destination. Elle ne comprit que quelque chose clochait qu’à proximité de la maison en apercevant un objet familier par terre… Elsa se baissa pour ramasser une épée qu’elle ne mit guère de temps à reconnaître… c’était celle de Hans. Et il y avait du sang dessus. La jeune femme bloqua un moment sur l’arme avant de lever des yeux anxieux vers la porte de la maison et de se précipiter à l’intérieur de l’habitacle.


***
De son promontoire, Celsia afficha un grand sourire amusé. Elle connaissait Elsa mieux que personne et savait donc exactement quel point sensible toucher pour la faire souffrir. Elle fut cependant déçue de ne pas l’entendre hurler… il fallait croire que la blonde s’était endurcie.

***
Elsa se retient de ne pas hurler devant l’horreur qui se présentait à elle, au lieu de quoi elle se contenta de serrer les poings à s’en faire blanchir les phalanges. Partout, partout, des photos de Hans ensanglantés… et le symbole des discordians gravé en gros sur son torse. Celsia l’avait massacré et prit soin de photographier ses actes de barbaries sous tous les angles. La souveraine avait la nausée. Il lui fallut un moment avant de remarquer le mot sur la table…

Spoiler:
 

La reine relu le mot plusieurs fois en essayant de se convaincre que tout ceci n’était qu’un cauchemar, une affreuse farce. Pourquoi s‘attaquer à Hans ? Elle savait pourtant ce qu’il lui avait fait ! A moins qu’elle ne s’imagine qu’ils s’étaient réconciliés car ils étaient arrivés ensemble à la tour ? Comment était-elle censée le retrouver ? Il devait exister des milliers de mondes et rien sur ces photos ne permettait d’identifier le lieu de détention… si ce n’est que le prince se trouvait dans une pièce fermée avec des murs en pierres et des meurtrières.

La jeune femme ferma les yeux et inspira un grand coup pour se calmer. Elle était furieuse comme elle ne l’avait jamais été jusque-là. Si elle mettait la main sur Celsia…


« Je la tuerai… »

Un grand bruit se fit entendre à l’extérieur. Elle se retourna vivement et lança un regard mi inquiet mi énervé vers la fenêtre sans rien apercevoir.

***
Celsia regarda avec intérêt l’énorme sans-cœur qu’elle venait d’appeler se diriger vers la maison d’Artis… la suite promettait s’être intéressante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Reconstruction [PV: Artis]   Aujourd'hui à 3:00

Revenir en haut Aller en bas
 
Reconstruction [PV: Artis]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Haiti : Qui va gérer la reconstruction ?
» L'agriculture doit être une des priorités des efforts de la reconstruction
» PREVAL EST CONTRE LA RECONSTRUCTION DA LA PISCINE DE MONTANA AU CAP-HAITIEN ...
» Des idées pour la reconstruction
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts Memento :: Machine à café :: Flood et jeux :: Archives du forum :: Rps-
Sauter vers: