AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fiche de présentation de Blanche-Neige

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Fiche de présentation de Blanche-Neige   Jeu 23 Oct - 18:02

Blanche-Neige de Lystera - 24 ans - Lumière - Humaine -
Princesse de coeur
Autrefois, Blanche-Neige était une jeune fille douce et aimante, presque naïve. Malheureusement, la vie l’a fortement éprouvée et elle a beaucoup changé au cours des dernières années. Comme tout le monde le sait, c’est une princesse de cœur, et de ce fait, son cœur est pur et ne peut être souillé par les ténèbres. D’une certaine manière elle rayonne donc… ce qui explique pourquoi les gens lui font naturellement confiance. Oui c’est bizarre, mais on se sent vite à l’aise en sa compagnie et on a envie de lui parler. Malgré ses problèmes et le fait qu’elle tente de se tenir à l’écart des gens, Blanche n’en a pas moins gardé une certaine fibre sociale et ressentira le besoin compulsif de protéger ceux qui en ont besoin (je parle des lumineux bien sûr, les ténébreux elle a plutôt envie de leur tirer une balle dans la tête). Bref, sous sa carapace de dure à cuire, elle reste donc une femme profondément généreuse et bienfaisante. Seulement voilà, elle le cache. Le fait est qu’elle a légèrement été traumatisée par sa Belle-mère qui a tué son fils et son mari sous ses yeux (d’ailleurs on peut remercier la force de son cœur qui l’a préservé des ténèbres, sans ça elle aurait certainement plongé la tête la première du mauvais côté de la force). Le problème donc, c’est que pour surmonter sa dépression, la belle a forgé une barrière tout autour de son cœur et s’est endurcie.

C’est une femme franche, peut-être un peu trop parfois (elle peut vraiment être désagréable quand elle s’y met). Le fait est qu’elle a fait son comeback malgré elle et qu’elle n’avait aucune envie de revenir… elle n’a donc pas spécialement envie de se faire des amis ou de supporter la compagnie d’une personne qu’elle n’apprécie pas. D’ailleurs, ne vous étonnez pas qu’elle se présente à vous sous le nom de « Valerya », elle ne tient pas à être reconnue et fera le nécessaire pour dissimuler son identité et esquiver les gens qu’elle connait (elle fait tout pour oublier sa vie d’avant et ce qui peut lui faire penser à Nathan et à Chris, son mari et son fils). Si autrefois Blanche assumait pleinement son statut de princesse de cœur, aujourd’hui elle préfère voir cela comme le souvenir d’une époque lointaine et révolue.

Blanche possède un certain nombre de dons liés à sa condition de princesse de cœur qui peuvent influer sur son comportement d’une manière ou d’une autre :

-Elle inspire la confiance aux gens et est capable de se faire rapidement une idée de leur personnalité en les observant et/ou en discutant avec eux un petit moment, d’une certaine manière on peut dire qu’elle peut lire dans les cœurs (d’ailleurs elle peut identifier instantanément le degré de lumière/ténèbres contenus dans un cœur).

-Elle est capable de faire des rêves prémonitoires. Elle ne les contrôle pas, ils viennent de temps en temps. En revanche, quand elle en fait un, elle sait l’identifier et est capable de se rappeler des moindres détails.

-Elle a le pouvoir d’insuffler des émotions positives aux gens et s’en sert généralement pour redonner le sourire aux personnes déprimées (ça explique aussi pourquoi les gens lui font confiance, ils se sentent bien en sa présence).
Blanche-Neige est… parfaite. Techniquement, le miroir magique la décrit comme étant la plus belle femme de son monde et à raison. Tout est gracieux chez elle, que ce soit ses longues jambes et sa silhouette, ou bien son visage si parfait et ses grands yeux bleus. Son teint est très clair, ses joues roses et ses cheveux noirs comme l’ébène… ou du moins ils l’étaient. Blanche a décidé de se colorer les cheveux à Xanthia et les a teint en roux flamboyant… ce qui l’arrange bien au final puisque ça lui permet de garder plus facilement l’anonymat. Bref, 1m72 de pure splendeur et un corps musclé et sculpté par l’entrainement physique qu’elle a reçue à Xanthia.

Si elle avait plutôt tendance à porter des couleurs pastel à l’époque, aujourd’hui elle s’habille beaucoup plus sobrement, privilégiant le noir et le blanc (surtout le noir, qui est une couleur assez passe-partout à Xanthia). Elle a troqué ses magnifiques robes de reine contre des vêtements plus adaptés au mode de vie du monde où elle a passé ses trois dernières années : un monde futuriste. Autrement dit : vêtements relativement moulants et… en fait le mieux c’est de regarder l’image, ça donnera une meilleure idée du style de Blanche au moment de son comeback :

Spoiler:
 

Blanche-Neige s’habille toujours avec classe, jamais vulgairement. Elle ne se gêne cependant pas pour mettre son corps en valeur sans se préoccuper de l’effet qu’elle produit chez les gens (elle est légèrement blasée de ça en fait donc elle préfère ne plus s’y attarder). La jeune femme se promène généralement avec de fines lunettes rouges, souvenir de Xanthia et de son amie Sia.

Petite liste des accessoires qu’elle porte, issus de la biotechnologie et ramenés de Xanthia : un bracelet espagnol sur sa main droite (son arme symbiotique) ; un collier rouge et tout un tas de bijoux aux multiples usages que vous découvrirez au fil des rps.
Style de combat
Blanche-Neige n’est pas une guerrière et excelle dans le soutien et la défense (soin et bouclier pour repousser les ténèbres). Cela dit, elle a appris à se battre et a subis un entrainement d’élite pour intégrer la brigade de Xanthia, elle se débrouille donc plutôt bien au corps à corps et dans la manipulation d’armes en tout genre (surtout les armes à feu de petites tailles comme les guns). La jeune femme possède une arme symbiotique, c’est-à-dire un objet qui peut prendre absolument toutes les  formes inimaginables selon l’imagination et les besoins de son porteur… généralement elle aura plutôt tendance à matérialiser un gun, son arme de prédilection (dans ce cas-là les balles tirées sont de l’énergie pure, énergie puisée dans les réserves du porteur), mais elle sait aussi se battre à l’épée et à l’arc (merci aux deux ans de cavales dans les forêts de Lystera et de Belfort).
La magie de Blanche-Neige est constituée de lumière pure, à l’instar de son cœur. Elle privilégiera l’usage de ses pouvoirs contre des créatures de type ténèbres comme les sans-cœurs et les similis et aura plutôt tendance à se servir de son arme symbiotique contre les humains et humanoïdes résistant à la lumière.

L'objectif de votre personnage
Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire :  rencontrer Elsa et/ou Celsia
Histoire
Vous pensiez connaître l’histoire de Blanche-Neige ? Alors oubliez tout, car ceci ne ressemble en rien à ce que vous avez déjà pu lire dans les livres… non, cette version est plus réaliste, plus sombre, plus longue aussi. Et si nous commencions par le commencement ? Comment les contes de fées débutent-ils tous déjà ? Ah oui… « Il était une fois… ».

Par une froide journée d’hiver,  une reine, assise à la fenêtre, brodait un ouvrage sur un cadre d’ébène. L’aiguille lui piqua le doigt et trois gouttes de sang tombèrent sur la neige accumulée sur le rebord de la fenêtre. Le sang paraissait si beau sur la neige blanche qu’elle s’exclama : « j’aimerai tant avoir une fille au teint blanc comme la neige, aux joues rouges comme le sang et à la chevelure noire comme l’ébène ! ». Peu de temps après la reine donna naissance à une fille répondant à ces caractéristiques. Elle eut le temps le temps de l’appeler Blanche-Neige et mourut avec un doux sourire aux lèvres.

Blanche-Neige eut une enfance heureuse, choyée par son père et aimée de son peuple. Elle accueillit la nouvelle épouse de son père avec bonheur, espérant trouver auprès d’elle l’amour d’une mère qu’elle n’avait jamais connue et ce fut le cas. Mais un jour, son père mourut brusquement et Blanche-Neige se retrouva orpheline à treize ans. Dès lors le comportement de sa marâtre changea du tout au tout. Cette dernière repoussa l’enfant et devient chaque jour un peu plus désagréable et colérique. L’ambiance se dégrada dans le royaume ; on déplorait la perte du roi et l’arrivée de cette reine tyrannique au pouvoir.

Blanche-Neige passa les quatre années suivantes dans la solitude la plus totale, n’ayant plus guère le droit de franchir les portes du château pour aller se promener en ville. La reine cachait jalousement la princesse, terrifiée à l’idée qu’un prince puisse s’intéresser à elle et qu’ensemble ils nourrissent l’espoir de la renverser pour prendre sa place sur le trône. Cela n’entacha pas cependant la bonté et le cœur pur de la princesse qui grandit et devient une magnifique jeune femme… pour son plus grand malheur.
Elle venait de fêter son dix-septième anniversaire lorsque la reine interrogea un jour son miroir magique :

-Miroir, ô mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle d’entre toutes les femmes.

La réponse ne fut pas celle qu’elle attendait.

« Tu es très belle en vérité, mais Blanche-Neige l’est encore plus ! »

A ces mots le visage de la reine se déforma de jalousie et de rage. Comment Blanche-Neige avait-elle osé ?! C’était elle la plus belle femme du monde ; elle et personne d’autre ! Dans l’heure qui suivit, elle mandata un chasseur que la réputation précédait et lui ordonna de conduire Blanche-Neige dans la forêt et de la tuer. Si la princesse se réjouit dans un premier temps de cette promenade inattendue, elle finit par réaliser que quelque chose clochait.

- Ne devrions-nous pas rentrer avant la tombée de la nuit ?  Demanda-t-elle innocemment.
- Non princesse, vous ne rentrerez pas ce soir, ni jamais… répondit le chasseur. La reine m’a demandé de vous tuer et de lui ramener votre cœur.

A cette explication le visage de la belle se figea d’horreur.

- Mais que lui ai-je fait ?!
-Vous êtes plus belle qu’elle, voilà votre erreur…  rétorqua l’homme en se rapprochant d’elle, un couteau à la main. Tellement plus belle… ce serait un crime de ne pas en faire profiter un homme avant votre mort…

Lorsqu’elle réalisa ce qu’il s’apprêtait à lui faire, Blanche-Neige tenta de s’enfuir. Seulement voilà, essayez de courir avec une robe dans la forêt, vous verrez vite que ce n’est pas très pratique. La jeune fille se prit les pieds dans une racine et trébucha de tout son long. En quelques instants le chasseur était sur elle et essayait de lui arracher ses vêtements. La brune se débattit et hurla, mais rien n’y fit, elle était désespérément impuissante. Son destin était tout tracé, elle allait se faire violer et mourir ici, loin de tous ceux qu’elle aimait. Mais les choses ne se passèrent pas comme prévu. Soudain une flèche vient se planter dans le dos du chasseur qui s‘effondra sur elle, tué sur le coup. Des bras repoussèrent l’agresseur et d’autre soulevèrent Blanche-Neige qui recommença à se débattre en paniquant.

-Du calme jeune fille, on ne va pas te faire de mal d’accord ? Par contre on va s’éloigner d’ici… à moins que tu ne veuilles discuter à côté d’un cadavre.

Ladite jeune fille finit par se calmer et accepta de suivre à contrecœur les deux hommes qui la conduire à leur chaumière. Elle songea plusieurs fois à s’enfuir, mais où aurait-elle pu aller ? Et puis ces inconnus la rattraperaient sans aucuns problèmes, ils avaient l’air de connaître la forêt comme leur poche. Sa peur s’accentua lorsqu’elle découvrit cinq autres hommes dans la maison. Elle songea qu’il aurait peut-être mieux valut que le chasseur réussisse son coup finalement, au moins elle aurait moins souffert. Mais elle avait tort ; malgré leur apparence peu recommandable, ces hommes semblaient avoir un minimum de principes. Ils l’accueillirent avec curiosité et lui demandèrent de leur raconter son histoire, ce qu’elle fit. Un énorme brouhaha s’éleva à la fin de son récit… de toute évidence ces inconnus n’avaient pas l’air d’être d’accord les uns avec les autres sur ce qu’il convenait de faire vis-à-vis d’elle mais tous s’accordaient à dire que l’attitude du chasseur était injustifiable.

-On pourrait toucher une récompense si on la ramenait à la reine !
-Autant me tuer tout de suite alors. C’est ce qui m’arrivera si je retourne là-bas, répondit Blanche-Neige.
-Non, personne ne te fera le moindre mal. Tu vas rester ici avec nous.
-Quoi ?!

Un nouveau concerto de protestations s’éleva dans la salle. Les uns étaient pour, les autres contre. Ils finirent par s’éclipser dans une autre pièce pour parler tranquillement et revinrent de longues minutes plus tard. Le chef prit alors la parole :

-Très bien, tu peux rester. Mais à la condition que tu t’occupes de la maison pendant notre absence.

Blanche-Neige n’hésita pas longtemps avant d’accepter, consciente qu’elle n’avait nul-part où aller et qu’elle se ferait clairement tuer si elle restait seule. Certes ce n’était pas rassurant de rester en compagnie d’inconnus, mais au moins aucun d’entre eux ne tenterait de lui faire du mal contre sa volonté, c’était toujours ça. Après une longue discussion, la brune apprit qu’elle avait affaire aux « sept nains », une bande de brigands réputés pour s’attaquer régulièrement aux voyageurs et plus particulièrement aux convois de la reine. Ils s’étaient baptisés ainsi par autodérision car aucun d’entre eux ne dépassait les un mètre soixante. Bien sûr elle avait déjà entendu parler d’eux et elle n’appréciait pas leurs méthodes... toujours est-ils qu’ils lui offraient un refuge et qu’elle ne pouvait se permettre de le refuser. Après quelques jours, notre petite troupe dû bien vite se rendre à l’évidence que Blanche-Neige n’était clairement pas douée pour tenir une maison. Mais pouvait-on s’en plaindre ? Après tout il s’agissait d’une princesse et elle n’avait jamais, au grand jamais, fait le ménage dans son château. L’idée était bien trop absurde ! Ceci étant, nos petits nains s’étaient très vite attachés à la belle et aucun d’entre eux ne lui demanda de partir, bien au contraire. La jeune femme avait le pouvoir d’apaiser les cœurs et sa simple présence pouvait redonner le sourire à la plus triste des personnes. Ne supportant pas d’être inactive, Blanche-Neige décida très vite de prendre sur elle et demanda à ses nouveaux amis de lui enseigner comment survivre en forêt. Les nains ne se firent pas prier, trop heureux de pouvoir passer du temps avec elle. Elle reçut donc des cours de tir à l’arc, d’épée, mais aussi de botanique et d’herboristerie et tout un tas d’autres choses utiles. Bref, au bout de quelques mois elle commençait à se débrouiller plutôt bien pour se déplacer furtivement dans la forêt et chasser.  Pendant ce laps de temps, la reine Catherine avait déclaré Blanche-Neige coupable de trahison envers le royaume et mis sa tête à prix. Les soldats ratissaient villages et forêts à sa recherche sans jamais la trouver, ce qui rendait la marâtre folle de rage… malgré tous ses pouvoirs, elle-même ne pouvait pas la localiser et bien sûr cette colère se répercutait sur l’ensemble du royaume. Les taxes étaient toujours plus importantes, le traitement réservé à ceux qui ne payaient pas toujours plus dur… la reine était tyrannique.

Depuis quelques temps, Blanche-Neige avait noté des mouvements anormaux de troupes de part et d’autres des grandes routes et ne se l’expliquait pas. Un jour, la traque d’un gibier l'entraîna à la frontière du royaume et elle aperçut un campement de soldats. La jeune fille fit aussitôt demi-tour et ne s’accorda une pause pour respirer qu’après avoir mis le plus de distance possible entre elle et le campement. Pourquoi les hommes de la reine se trouvaient-il si près de la frontière ?  Sa belle-mère avait-elle décidé d’envahir le royaume de Belfort ? Une fois de plus la brune ragea contre la reine. Et dire que son père avait mis des années à établir une paix durable ! Comment osait-elle tout briser en quelques mois seulement ? Le lendemain, elle décida de partir en reconnaissance et traversa la frontière pour essayer d’en apprendre plus. Elle courait le risque d’être capturée en agissant de la sorte mais elle avait besoin de savoir. Tapis derrière un bosquet, elle espionna la conversation de plusieurs soldats qui confirmèrent ses craintes. Elle avait donc visé juste. Mais ce qui devait arriver arriva… alors qu’elle était sur le chemin du retour, la jolie demoiselle tomba nez à nez avec un jeune homme. Elle s’injuria mentalement devant son manque de vigilance. Ce type portait des vêtements de noble et elle en déduit qu’il devait s’agir d’un duc ou d’un baron recruté par la reine… ce qui signifiait que ses hommes ne devaient pas être loin. Bravo la bourde ! Blanche-Neige recula précipitamment, prête à prendre ses jambes à son cou, consciente que si ce type avait un cheval il n’aurait aucun mal à la rattraper. Elle aurait dû écouter ses compagnons et ne pas s’aventurer trop loin de la maison sans eux, quelle imbécile !

-Vous… vous êtes la princesse Blanche-Neige de Lystera?

Évidemment il l’avait reconnu ; c’était bien sa chance ! Bon en même temps c’était pas comme si son visage était placardé sur la moitié des arbres du royaume hein…
La brunette esquissa un geste pour s’enfuir mais son vis-à-vis l’attrapa par le bras pour la retenir.

-Attendez, je ne suis pas…

Si elle avait pris le temps de bien le regarder, elle aurait pris conscience que cet homme ne lui voulait pas de mal. Elle avait toujours eu la capacité de sentir le bien et le mal chez les gens, et ce don s’était développé ces derniers mois avec son entrainement. Seulement voilà, elle était bien trop terrifiée pour s’accorder le temps de réfléchir, elle agit donc par instinct et mit en pratique l’enseignement des sept nains : elle balança violemment son pied dans l’entrejambe de l’homme et lui retourna une droite pour le mettre à terre avant de s’enfuir en courant. Elle ne s’arrêta que quelques kilomètres plus loin lorsqu’elle fut sure de l’avoir semé. Lorsqu’elle raconta son aventure à ses compagnons le soir-même, ces derniers la disputèrent et envisagèrent de quitter leur demeure pour s’installer ailleurs. Il fut finalement décidé de garder un œil particulièrement vigilant sur les alentours pendant quelques jours pour être sûr qu’aucun soldat n’ait remonté la trace de Blanche. Une semaine plus tard aucun étranger ne se présenta et l’incident fut oublié. Les nains repartirent à la chasse aux convois et tout rentra dans l’ordre… ou pas.

Une nuit, Blanche-Neige se réveilla en sursaut, totalement paniquée. Elle était incapable de se l’expliquer mais elle savait que le rêve qu’elle venait de faire allait se dérouler dans la réalité et, si elle avait raison, quatre de ses amis couraient un grand danger. Ce n’était pas la première fois que les voleurs s’en allaient plusieurs jours certes, mais cette fois il allait leur arriver quelque chose et pas plus tard que le lendemain. Elle se hâta de réveiller Atchoum, Timide et Joyeux (oui elle leur avait donné des surnoms affectueux selon leur trait de caractère dominant) et leur expliqua son pressentiment. Si les hommes ne semblèrent pas la croire au début, elle insista tellement qu’elle finit par les convaincre et ils décidèrent de partir dès l’aube à la recherche des quatre nains manquant. Ils tentèrent de suivre leurs traces tant bien que mal… ce qui se révéla plus compliqué que prévu puisque les voleurs avaient veillé à ne pas en laisser. Désespérée, la princesse finit par décrire le paysage qu’elle avait vu dans son rêve, ce qui permit aux garçons qui connaissaient parfaitement la forêt de s’orienter vers la bonne destination. La journée passa trop vite au gout de Blanche-Neige qui surveillait la course du soleil avec appréhension… ils arrivèrent à destination en fin d’après-midi, juste assez tôt pour voir leurs amis encerclés par des soldats. Blanche-Neige se décomposa en revoyant la scène de son rêve et en présageant la suite…. S’ils ne faisaient rien les quatre brigands se feraient tailler en pièce, elle ne pouvait pas le permettre. Parmi les soldats, elle reconnut le jeune noble qu’elle avait frappé quelques jours plus tôt. Il se tenait légèrement en retrait du groupe, aussi décida telle de faire la chose la plus stupide de son existence (mais qui permit à ses amis de ne pas se faire trancher dans l’instant) : elle sortit son épée et s’avança vers le groupe. Le jeune noble eut juste le temps de faire volteface avant de se retrouver avec une épée posée contre sa gorge.

- Relâchez-les, ordonna telle en essayant de se donner un air autoritaire.

Le garçon la regarda comme s’il n’en croyait pas ses yeux. N’aimant guère la tournure que prenaient les évènements, mais fidèles malgré tout, Atchoum, Timide et Joyeux sortirent leur épée et vinrent se placer de part et d’autre de Blanche-Neige pour la protéger.

-Vous ? Mais… comment ? Vous êtes avec eux ?
-vous allez  laisser partir mes compagnons c’est clair ?
-Mais ce sont des voleurs ! (La princesse fit un peu plus pression sur la gorge du garçon avec son épée), d’accord d’accord j’ai compris. Posez votre épée et je vous promets de les laissez partir.
-J’ai bien peur de ne pas accorder beaucoup de crédit à la parole des hommes de la reine, rétorqua Blanche. Laissez partir mes compagnons et vous pourrez ensuite marchander votre libération.
-Les hommes de la reine ? Attendez, il y a un malentendu, je suis le prince Nathan de Belfort, pas un soldat de Lystera.
-Je crois qu’il dit vrai Blanche, lança Joyeux, regarde l’emblème sur son cheval…

Un coup d’œil vers le cheval plus tard, Blanche-Neige dû se rendre à l’évidence qu’elle s’était trompée sur toute la ligne. Ok génial, et maintenant ?

-Aucun mal ne vous sera fait je vous en fais le serment. Mais de grâce, posez cette épée. Faites en autant, dit en s’adressant à ses hommes. Nul sang ne sera versé en présence d’une princesse.

Bon… au moins elle était tombée sur un prince qui avait des principes… prince qu’elle avait frappé une semaine plus tôt et qu’elle venait de menacer de mort à l’instant. Au moins Nathan ne pourrait pas dire que la brune manquait de caractère ! Blanche-Neige consentit à ranger son arme, ce qui détendit immédiatement l’atmosphère.

-Je crois que nous avons beaucoup de choses à nous dire princesse, retournons au campement nous y serons plus à l’aise pour discuter.

Si l’intonation était polie il était clair que l’ordre n’était pas discutable. Blanche et les sept nains se résolurent donc à suivre ce prince étranger jusqu’à sa tente où ils passèrent les heures suivantes à justifier mutuellement leur présence ici. Le prince lui confirma que la reine Catherine était en train de lever une armée pour marcher sur Belfort et qu’il était là pour préparer la contrattaque. Quant à Blanche, et bien, elle lui raconta sa propre histoire et réussi à convaincre Nathan de ne pas punir ses amis pour avoir tenté de le voler.

-Laissez-moi vous conduire en sécurité à Kalim, vous y serez traitée en invitée d’honneur, avec tout le respect dû à votre rang.

Kalim, capitale de Belfort et résidence principale de la famille royale. L’offre était des plus généreuses, cependant Blanche-Neige ne pouvait se résoudre à laisser derrière elle son propre pays et ses nouveaux amis. Elle déclina donc l’offre et réussit à convaincre le prince de la laisser repartir malgré ses protestations.
Mais un évènement tragique devait faire changer d’avis la belle. Deux jours plus tard, les soldats de la reine brulèrent un village qui avait refusé de collaborer pour leur dire où se cachait Blanche-Neige. Cette découverte brisa le cœur de la jeune femme qui décida qu’il était temps de mettre un terme à la tyrannie de sa marâtre. Elle retourna voir le prince et lui annonça qu’elle était prête à prendre part à la guerre. Si Nathan s’y opposa vivement dans un premier temps (la place d’une princesse n’était pas sur un champ de bataille), il réalisa vite qu’il était impossible d’imposer la moindre décision à Blanche-neige, elle était bien trop têtue. Par ailleurs malgré les campagnes de propagandes que colportait Catherine sur le compte de la princesse, le peuple lui était toujours dévoué et elle semblait avoir un don pour faire adhérer les gens à sa cause… c’est comme si elle leur inspirait naturellement confiance. La jeune femme devient très vite une leadeuse dans le combat aux côté de son prince. Inutile de dire que l’année qui passa marqua un rapprochement significatif entre nos deux héros. Si Nathan semblait totalement subjugué par la beauté et la personnalité de Blanche, il fallait bien avouer que cette dernière n’était pas indifférente non plus. Ils se tournèrent autour un moment, puis finirent par se fréquenter en cachette jusqu’à ce qu’ils se rendent compte qu’ils ne trompaient personne en agissant de la sorte. Ils officialisèrent donc leur relation et Nathan se décida à la demander en mariage. Faut-il préciser la rage de Catherine lorsqu’elle l’apprit ? La situation lui échappait totalement et elle était clairement en train de perdre la guerre. Ce mariage risquait de déchainer les foules et d’inciter son peuple à se révolter contre elle, elle ne pouvait se le permettre ! La bonne nouvelle c’est qu’elle savait désormais où se trouvait sa belle-fille puisque cette dernière était retournée à Kalim pour les préparatifs du mariage… il ne lui restait plus qu’à la tuer.
Elle fit une première tentative en envoyant un assassin à Belfort. Ce dernier tenta d’étrangler la princesse mais fut neutralisé avant de réussir sa mission. La reine fit un second essai en envoyant un peigne empoisonné à Blanche, faisant passer ce cadeau pour un présent de mariage. Mais là encore elle échoua puisqu’une servante curieuse toucha le peigne et s’empoisonna avant qu’il n’arrive entre les mains de Blanche-Neige.  Folle de rage, elle décida de se déplacer elle-même à Kalim en changeant d’apparence et se fit passer pour une vendeuse de fruits. Grâce à son miroir magique elle avait pu observer les habitudes de Blanche et savait que cette dernière se déplaçait deux à trois fois par semaine en ville pour parler avec les gens et acheter des fruits frais au marché (et oui, princesse ou pas, la demoiselle avait gardé la fibre sociale). Elle n’eut donc aucun mal à la convaincre de gouter à l’une de ses pommes qu’elle avait soigneusement ensorcelée auparavant. La princesse n’y vit que du feu et gouta au fruit empoisonné, provoquant sa propre perte. Elle s’effondra au sol, inerte. Quant à la reine… et bien elle retourna à Lystera, heureuse comme elle ne l’avait jamais été. Pour la première fois depuis un an et demi, le miroir lui révéla qu’elle était la femme la plus belle au monde.

Fou de chagrin, Nathan ne put se résoudre à enterrer sa fiancée et passa de longs journées à ses côtés, pleurant toutes les larmes de son corps. Et le pire dans tout ça ? C’est que le sortilège qui maintenait Blanche-Neige en léthargie l’empêchait de mourir. Son esprit était piégé dans son corps et elle entendait tout ce qu’il se passait sans pouvoir répondre… pour l’éternité. Sachant que son corps ne pouvait vieillir ou mourir malgré l’absence de nourriture, sa belle-mère l’avait tout simplement condamné à être enterrée vive. Ceci étant, elle avait eu de la chance dans son malheur puisque son prince l’avait momentanément enfermé dans un cercueil de cristal, interdisant à quiconque de la porter en terre tant qu’il ne serait pas revenu. Il quitta Kalim le jour même en présence du roi George de Belfort et de son armée pour marcher sur Terreflamme, capitale de Lystera où se tapissait Catherine. Le prince Nathan – ou plutôt roi puisque son père avait perdu la vie au cours de la grande bataille- revient en conquérant de longues semaines plus tard. Son premier réflexe fut d’aller voir Blanche dont la beauté n’avait nullement été altérée par la mort… il ouvrit le cercueil de verre et vient s’asseoir près d’elle, le cœur en morceau.

-Mon amour nous avons réussi… Catherine est morte et nos deux royaumes sont enfin sauvés. Si seulement tu étais là pour voir ça…

Il était temps pour lui de faire son deuil. Il se pencha et déposa ses lèvres sur les siennes en un ultime baiser d’adieu… et quelque chose d’inattendu se passa. Un courant de magie balaya l’air et le fit frissonner et soudain… la femme de sa vie ouvrit les yeux. Inutile de dire que les deux royaumes festoyèrent comme jamais ce soir-là et tous les suivants pendant un mois. Quant aux noces de nos deux tourtereaux et bien… ce furent certainement les plus belles jamais fêtée à Belfort. Blanche-Neige monta sur le trône aux côtés de son mari et ils gouvernèrent les deux royaumes en faisant tout ce qui était en leur pouvoir pour réparer les préjudices causés par la guerre. Nous aurions pu nous arrêter là pour faire une happy end, mais il y a toujours une ombre sur le tableau n’est-ce pas ? Et cette ombre ci s’appelait Maléfique…

La reine Blanche-Neige avait un peu plus de dix-huit ans lorsqu’elle se fit enlever par un inconnu surgit du néant. Des semaines durant, elle fut séquestrée dans une cellule (expérience quelque peu traumatisante) sans obtenir la moindre information sur ses ravisseurs. Puis un jour la porte de sa cellule s’ouvrit et… black out total. Le jour où elle reprit ses esprits (grâce au sacrifice de Sora qui lui avait permis de retrouver son cœur) elle découvrit la vérité sur les autres mondes, le Kingdom hearts et sur les objectifs monstrueux de Maléfique et de ses acolytes. Certes, cela lui fit un sérieux choc, mais pas tant que ça au final. Elle avait toujours eu conscience d’avoir des dons que les autres n’avaient pas et elle était soulagée de pouvoir enfin mettre un nom sur sa différence. Elle était une princesse de cœur, une élue. Elle s’évertua donc à se battre aux côtés des autres  princesses de cœur pour repousser les ténèbres au-delà de la serrure de la Forteresse Oubliée qu’Ansem avait ouverte et laissa à Sora le soin de terminer le travail. Grâce au héros de la keyblade, les mondes détruits par les ténèbres furent sauvés et Blanche pu rentrer chez elle. Lorsqu’elle raconta son histoire à Nathan, ce dernier la regarda longuement avec stupéfaction.

-J’ai toujours su que tu étais spéciale, finit-il par dire avant de la serrer dans ses bras.

Spéciale, oui elle était. Si les derniers évènements avaient été forts en émotion ils avaient permis à Blanche de se découvrir de nouvelles capacités : le pouvoir de repousser les ténèbres ou de les détruire par exemple. Les princesses de cœur étaient nettement plus puissantes lorsqu’elles alliaient leur pouvoir, mais elles n’en restaient pas moins redoutable, même isolée.

En théorie, après cet évènement les passerelles entre les mondes auraient dû rester fermer. En théorie. Un jour Blanche-Neige réalisa que quelque chose ne tournait pas rond et prit l’initiative de retourner au jardin Radieux à bord du vaisseau gummie que Cid lui avait offert avant la séparation des mondes. Elle apprit qu’une nouvelle menace avait fait son apparition : les similis. La jeune femme décida de prendre part au combat à sa manière, voyageant d’un monde à l’autre pour s’assurer que l’équilibre était toujours respecté et assurant une communication permanente avec les autres princesses de cœur et le comité de restauration de la Forteresse Oubliée tout en assumant ses responsabilités de reine de Lystera et de Belfort. Bref, un travail certes monstrueux mais fascinent pour la jeune femme curieuse qu’elle était. Elle rencontra un tas de gens intéressant et fit des découvertes incroyables. Mais un heureux évènement devait très bientôt la forcer à limiter ses voyages…

Blanche-Neige donna vie à un merveilleux petit garçon qu’elle baptisa Chris. Son bonheur était total.
Oui mais voilà, comme la narratrice que je suis est une foutue sadique, je vais poursuivre l’histoire encore un peu plus longtemps et vous allez voir que la suite n’est pas si cool que ça.

Je disais donc, son bonheur était total. La menace de l’organisation XIII était écartée, hélas, un nouveau type de problème devait très bientôt arriver… La jeune reine venait de fêter ses vingt et un an et le prince son premier anniversaire lorsqu’un paradoxe temporel ramena la reine Catherine à la vie… nous n’entrerons pas dans les détails, mais sachez seulement que ce fut un carnage. Nathan et Chris perdirent la vie sous les yeux de Blanche qui, malgré ses puissants pouvoirs, ne put les sauver. Par ailleurs, comme si cela ne suffisait pas, Catherine décida d’enfermer Blanche pendant deux jours avec les cadavres de son mari et de son fils (histoire de bien la rendre dingue). Inutile de préciser que Blanche-Neige accueillit l’annonce de sa condamnation à mort le matin du troisième jour comme une délivrance. Elle fut trainée sur la place publique où Catherine (qui avait repris le pouvoir après son coup d’Etat) en personne l’attendait pour exécuter la sentence. Au passage elle lui glissa à l’oreille qu’elle était aussi responsable de la mort de son père (oui oui normal).

-Tu vois ma chère… susurra telle, j’obtiens toujours ce que je veux.

Ou pas. Car un nouveau bug temporel projeta Blanche dans un autre monde à l’instant où Catherine allait lui arracher le cœur. C’est con hein !

Et la jolie brune, qui avait déjà l’impression de nager en plein cauchemar se retrouva loin de tout ce qu’elle connaissait, dans un monde futuriste et post-apocalyptique ô combien différent du sien. Elle chancela un moment, regardant tout autour d’elle d’un air complètement ahuris et fixa bizarrement les deux lumières qui se rapprochaient à grande vitesse d’elle… jusqu’à ce qu’elle se fasse percuter violemment par la voiture en question et que sa tête se fracasse au sol.

BLACK OUT TOTAL.


Test-Rp
24h plus tard…


-Elle n’est pas fichée et prétend être amnésique.
-Une Skygge ?
-Et bien… c’est le raisonnement le plus probable mais…
-Mais ?
-Il y a quelque chose de différent… regarde son dossier.

Le brigadier tendit un dossier à sa collègue qui prit le temps de lire son contenu en détail. Effectivement, le profil était très différent d’un Skygge traditionnel. Il suffisait de voir les vêtements de cette fille, ils étaient trop…étranges. C’est comme si elle était tout droit sortie de l’époque médiévale. D’après le témoignage du conducteur, elle était apparue de nulle part, comme par magie et il n’avait pas pu l’éviter. La biotechnologie l’avait soigné en un clin d’œil bien sûr, seulement elle avait tout oublié de sa vie d’avant, du moins c’est ce qu’elle prétendait. L’hôpital avait finalement appelé la brigade, ne sachant pas ce qu’ils devaient faire de cette inconnue. C’est ainsi que le dossier était arrivé entre leurs mains.

-Où est-elle en ce moment ? Demanda Sia à son voisin.
-En cellule, répondit Mika. Elle a l’air terrorisée, comme si elle ne reconnaissait rien à ce qu’elle voyait. C’est bizarre non ? Peut-être qu’elle ne simule pas et qu’elle est vraiment amnésique... ou alors elle ne vient pas de notre monde... même si techniquement on a jamais pu prouver qu’il existait d’autres mondes parallèles au notre.
-Si cette fille vient « d’ailleurs » elle peut peut-être nous aider à comprendre les paradoxes qui touchent Xanthia. (Elle soupira) le plus simple c’est d’aller parler directement avec elle hein ?

Sia s’exécuta donc et entra dans la cellule de cette mystérieuse inconnue. Elle fut frappée par la beauté de cette femme qui n’était en rien altérée par la peur que l’on pouvait lire sur son visage. Ses vêtements étaient déchirés et salement amochés à cause de l’accident mais n’en demeuraient pas moins bizarres. La brigadière n’avait jamais rien vu de tel, pas même au carnaval. Les deux jeunes femmes s’observèrent en silence, puis Sia prit la parole. Elle se présenta et tenta de dresser un topo de la situation.

-Ecoute, je ne sais pas qui tu es mais nos ordinateurs ne retrouvent pas de trace de toi ce qui signifie que tu es une Skygge, une « ombre » littéralement, ou encore une non déclarée, ce qui fait de toi une hors la loi. Si je respectais le protocole je devrais te reconduire à la frontière dans l’heure qui suit. Seulement voilà, si je fais ça tu ne survivrais pas une journée. Le reste du monde est beaucoup trop dangereux pour une jeune fille perdue comme toi.

La brune l’écoutait avec attention mais Sia voyait bien qu’elle avait du mal à suivre.

-Tu as eu beaucoup de chance de ne pas mourir tu sais ? La biotechnologie t’a sauvé la vie. (au froncement de sourcil de sa voisine, Sia comprit qu’elle l’avait perdue). La biotechnologie c’est, par exemple, ce qui fournit la lumière et la chaleur de cette pièce ou qui fait rouler les voitures. Bref c’est la technologie principale de Xanthia. Et « bio » parce qu’elle se sert de l’énergie du vivant pour fonctionner. Bon c’est un peu compliqué dis comme ça mais on aura l’occasion d’y revenir, tu comprendras au fur et à mesure…

-C’est quoi Xanthia ? Demanda la brune qui prenait la parole pour la première fois depuis le début de l’échange.
-Xanthia c’est le pays dans lequel tu te trouves actuellement. Ecoute, il faut que tu saches que notre planète est dans un sale état. La faute aux guerres, tout ça. Bref, à force de trop se taper dessus, les pays ont fini par s’autodétruire et le système s’est écroulé. Quelques Etats ont réussi à garder la tête hors de l’eau comme Xanthia, au prix de très gros efforts et de sacrifices et surtout grâce à la biotechnologie. Quant au reste du monde et bien… les gens essaient de survivre comme ils peuvent... Nous appelons Skygge tout ce qui n’est pas enregistré sur notre base de données ; autrement dit, toute personne qui n’est pas citoyenne de l’un des trois Etats providences : Xanthia, Prométhée et Effrée. Ça arrive tout le temps que des sans-papiers essaient de franchir la frontière, la vie est plus facile ici tu comprends ? (la brune hocha la tête) Très bien. Seulement voilà, je ne pense pas que tu sois une Skygge, tu es trop différente. Depuis quelques mois notre planète subis des évènements troublants… c’est comme si les choses buguaient. Il y a moins d’une semaine par exemple on a retrouvé une voiture qui flottait à un mètre du sol, sans raison. Et c’est loin d’être un cas isolé. On a surnommé ces bugs des « paradoxes » mais si nous avons quelques hypothèses sur leurs origines nous n’avons actuellement aucune preuve pour les confirmer. Et puis tu es apparue. D’après le conducteur qui t’a renversé tu es arrivée de nulle part… comme par magie. Ce qui me fais sérieusement penser que tu es issue d’un paradoxe toi aussi et que tu ne viens pas de ce monde. Bien sûr tu ne te rappelle de rien et c’est vachement frustrant parce que je suis sure que tu aurais pu apporter des réponses à nos questions !

Sia soupira.

-Tu dois être complètement perdue à l’heure qu’il est. Mais rassure toi, je ne te reconduirais pas à la frontière.
-Alors qu’allez-vous faire de moi ?
-Dans un premier temps je vais te donner des vêtements propres et de quoi te restaurer. On aura tout le temps de parler après d’accord ? Allez viens, suis moi !

Sia conduit la jeune femme jusqu’à un vestiaire où elle lui laissa le temps de se doucher et d’enfiler des vêtements propres, puis elle l’emmena au réfectoire.

-Tu dois faire craquer un paquet d’hommes et de femmes hein, tu es vraiment jolie ! Lança telle à la brune avec un sourire.

Elle fut satisfaite en la voyant rougir. Tant mieux, cette jeune femme réagissait à ce qu’elle lui disait, l’état de choc était donc passé. C’était plutôt positif.

-J’ai une proposition à te faire et je pense que tu as tout intérêt à accepter. Je ne veux pas que tu t’éloignes de la brigade tant que tu n’auras pas retrouvé la mémoire, ce qui implique que tu demeures à Xanthia pendant un moment. Mon colocataire est parti il y a quelques jours et je me retrouve avec une chambre de libre sur les bras, donc tu es la bienvenue chez moi.
-Pourquoi faites-vous ça pour moi ? Demanda la brune, perplexe.
-Parce que quelque chose me dis que tu es la clé qui nous permettra de comprendre les paradoxes.
-Parce que vous pensez que je viens…d’un autre monde ?
-Voilà, tout à fait. Je vais te donner les moyens de demeurer à Xanthia et t’apprendre à vivre dans notre société. En contrepartie j’attends de toi que tu fasses ton maximum pour aider la brigade à comprendre les paradoxes. L’échange te parait équitable ? Parfait. Bon, la première chose à faire est de te donner une identité…

***

Deux jours plus tard...

Sia tendit une carte d’identité à la jeune inconnue.

-Valerya Doll, lut cette dernière à voix haute en déchiffrant l’écriture.
-Ton nouveau nom. Te voilà officiellement citoyenne de Xanthia !

Blanche-Neige, ou nouvellement Valerya, leva les yeux vers Sia et lui sourit avec reconnaissance.

-Merci pour tout.

Deux mois plus tard...

-Valerya, je veux que tu intègres la brigade.

L’interpellée écarquilla les yeux et posa la tasse de thé qu’elle était en train de siroter sur la table. Elle, intégrer la brigade ? Cela faisait maintenant deux mois qu’elle habitait chez Sia et elle commençait à s’habituer au mode de vie de Xanthia. Chaque jour elle suivait Sia au bureau de la brigade et l’aidait dans ses enquêtes sur les paradoxes et sur les Skygge en général (en réalité elle faisait surtout de l’observation puisqu’elle découvrait chaque jour de nouvelles choses sur cet étrange monde) mais elle n’était jamais allée sur le terrain avec sa nouvelle colocataire, c’était bien trop dangereux. Sa mémoire n’était toujours pas revenue mais elle ne perdait pas espoir et subissait régulièrement un tas de test médicaux destinés à booster son cerveau…

-Mais je ne suis pas du tout formée pour ! S’exclama Blanche-Neige.
-Tu plaisantes ? Tu as une capacité d’adaptation qui est juste hallucinante. Et puis j’ignore comment tu fais mais tu arrives à cerner la personnalité d’une personne juste en l’observant et en l’écoutant parler… pire, les gens te font instinctivement confiance. Je ne sais pas qui tu étais avant d’arriver à Xanthia mais ça ne m’étonnerait pas que tu aies beaucoup voyagé dans ta vie. La seule chose qu’il te manque pour être efficace sur le terrain c’est un bon entrainement physique, et ça, ça peut facilement s’obtenir avec du travail.
-Tu penses que ça m’aiderait à retrouver la mémoire ?


Sia réfléchit quelques instants avant de répondre.

-Je pense que oui. Etre confronté au danger stimulerait tes réflexes et permettrait peut-être de ramener certains souvenirs. Je veux que tu réfléchisses sérieusement à ma proposition. Tu toucherais un salaire plus que correct et tu serais indépendante et puis… je sais que tu es particulièrement intéressée par le sujet des paradoxes,  en intégrant la brigade tu pourrais accéder à la base de données du service et apprendre pas mal de choses.
-Ok j’accepte.


C’est pas comme si elle avait quelque chose à perdre de toute manière… elle n’avait pas d’amis en dehors des personnes qu’elle côtoyait à la brigade, pas de salaire ou d’appartement à elle, et surtout elle ne se souvenait même pas de son propre nom. Techniquement, la situation ne pourrait pas être pire. Et puis… elle n’avait jamais eu trop l’occasion d’explorer la ville où elle habitait, Sia lui disait que c’était trop dangereux de sortir seule et elle était curieuse d’en apprendre plus.

-Parfait, tu commences l’entrainement demain.

***

Huit mois plus tard…

Armes à feu, corps à corps et self défense, couteau,… Blanche-Neige subit un entrainement d’élite visant à compenser deux ans de formation en quelques mois.

Comment résumer ça ? Disons que les premiers temps furent particulièrement durs et qu’elle allait directement se coucher en rentrant, trop épuisée pour manger, puis, au fur et à mesure, son corps commença à s’adapter à ce nouveau rythme et à se sculpter. Un jour Sia estima que Blanche était prête et lui fit passer les tests d’aptitude permettant à la belle de devenir officiellement membre de la brigade. Pour fêter ça, Sia offrit à Blanche sa première arme symbiotique et lui apprit à s’en servir. Pour tous les lecteurs qui doivent se demander ce que c’est, une arme symbiotique, sachez que cette dernière est issue de la biotechnologie et prend la forme d’un joli bracelet espagnol. Lorsque son utilisateur veut s’en servir, il connecte son esprit à l’arme et peut lui faire prendre absolument n’importe quelle forme. Attention toutefois, si l’arme venait à être détruite pendant une symbiose, l’esprit de l’utilisateur pourrait être endommagé à hauteur du niveau de symbiose. Bref, c’est une arme particulièrement appréciée dans le milieu et chaque brigadier de terrain en possède une (normal c’est hyper pratique).

Blanche fut envoyée sur sa première intervention et se découvrit un pouvoir totalement insoupçonnée : celui de guérir. Sia avait été gravement blessée en appréhendant un groupe de Skygge et les secours mettaient trop de temps à arriver. C’est en demeurant près d’elle et en lui appliquant les premiers soins que Blanche activa, sans le vouloir, ses pouvoirs de guérison et soigna Sia qui la regarda d’un air totalement incrédule (et oui, dans ce monde-là la technologie est hyper avancée mais la magie n’existe pas). Cette démonstration finit de convaincre Sia que Blanche ne venait pas de ce monde…

Sans le savoir, le fait d’avoir débloqué sa magie entraina progressivement le retour de sa mémoire… cela se traduit d’abord par des cauchemars, puis les visions se firent plus précises en journée, jusqu’à ce que les souvenirs refassent totalement surface.


Le choc fut total : pour Sia qui apprit qu’elle hébergeait une reine et pour Blanche-Neige qui sombra dans la dépression et tenta de mettre fin à ses jours…

Elle réussit finalement à remonter tout doucement la pente, grâce à Sia qui veilla à ne jamais la laisser seule trop longtemps et à la tirer vers le haut quand ça n’allait pas. Blanche-Neige répondit à toutes les questions de son amie et de la brigade, regrettant de ne pas avoir d’informations à lui donner sur les paradoxes (cela dit, la brigadière était plus que satisfaite de la quantité de nouvelles données que lui avait apporté la brune) et déclara à Sia qu’elle ne tenait pas à reprendre son ancien prénom… ce dernier appartenait à une existence aujourd’hui révolue.

Si l’ancienne reine surmonta sa dépression, une partie d’elle se brisa à jamais. Elle forgea une carapace tout autour de son cœur et s’endurcit. Si jamais elle eut quelques aventures d’un soir à droite et à gauche, jamais elle ne permit à une relation de durer par peur de souffrir à nouveau. La douce Blanche-Neige n’existait plus, Catherine l’avait détruite.

Deux ans plus tard…

Blanche-Neige se réveilla en sursaut. Elle avait encore fait cet étrange rêve dont elle ne comprenait pas le sens... qui était cette jeune femme blonde aux yeux bleus et son antagoniste qui lui ressemblait comme deux gouttes d’eau ? Si elle avait pioché dans la symbolique elle aurait dit que ces deux femmes représentaient la lumière et les ténèbres. Mais quelque chose au fond d’elle lui disait qu’il y avait autre chose… qu’il ne s’agissait pas que de symboles mais de personnes réelles. Ce n’était pas la première fois qu’elle faisait un rêve prémonitoire mais cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas rêvé d’un autre monde… il suffisait de voir le paysage, il ne ressemblait en rien au monde sombre et futuriste dans lequel elle vivait actuellement.

La jeune femme se leva et entreprit de finir de se réveiller sous une bonne douche brulante. Elle ne comprenait pas pourquoi elle faisait ce même rêve depuis près d'une semaine… et ça l’inquiétait. Parce que si ce rêve annonçait une future rencontre entre elle et ces femmes, cela signifiait deux choses : soit qu’elles allaient débarquer à Xanthia un de ces prochains jours, soit qu’elle-même allait être transporté ailleurs d’une manière ou d’une autre.


« Et j’ai comme l’intuition que c’est cette deuxième solution qui va primer » songea Blanche avec une certaine rancœur.

Elle avait refait sa vie ici et elle n’avait aucune envie de partir. Car oui, le monde dans lequel elle vivait n’était pas le monde le plus beau qu’elle connaisse et le taux de pollution et de criminalité y était anormalement élevé, mais au moins elle était loin de sa vie d’avant et rien ici ne lui rappelait ce qu’elle avait perdu à cause de Catherine.
Blanche entreprit de coiffer ses longs cheveux roux (elle les avait teint quelques temps après sa dépression, espérant que ce changement lui permette de tourner la page sur son passé) et s’habilla en vitesse avant de se rendre compte qu’elle avait tout son temps pour se préparer : c’était son jour de repos. Elle alla se servir un café et se laissa tomber sur une chaise en soupirant, elle était de mauvaise humeur.

-Quelque chose te tracasse ? Demanda Sia en s’assaillant près d’elle, une tasse de café à la main. Vas-y, je t’écoute, il me reste quinze minutes avant d’aller bosser.


Blanche-Neige entreprit de lui raconter son rêve et les déductions auxquelles elle était arrivée.

-J’ai peur que mes jours ne soient comptés ici. Quelque chose me dis qu’un de ces fichus paradoxes va m’envoyer dans un autre monde malgré moi dans très peu de temps.
-Ah.


Sia reposa doucement sa tasse de café sur la table et regarda Blanche-Neige.

-Tu es sure de ça ?
-Tu me connais assez pour savoir que mes rêves ne mentent jamais. La question ce n’est pas « si » ça va se passer mais plutôt « quand ».
-‘Manquait plus que ça, soupira Sia. Est-ce que tu crois qu’il y a un moyen pour que je voyage avec toi ?
-Je n’en sais rien mais j’en doute.


Sia poussa un juron.

-Bon, je dois y aller. J’espère juste que tu seras encore là à mon retour ce soir. T’en fais pas je m’occupe d’avertir la brigade.

Blanche acquiesça et regarda partir Sia, songeant que c’était peut-être la dernière fois qu’elle la voyait. Elle profita de la journée pour préparer son départ à contrecœur, se constituant un kit de survie avec de la nourriture et tout un tas d’accessoires utiles pour éviter de mourir stupidement (elle savait de quoi elle parlait avec la brigade), ainsi que des bien monnayables (et oui, on n’utilisait pas de munnie à Xanthia donc il valait mieux prévoir des objets à revendre là-bas pour ne pas se retrouver démunie). L’avantage de la biotechnologie de Xanthia c’est qu’on peut entasser un nombre assez astronomique de choses dans un sac de petite taille puisque ce dernier diminue automatiquement la masse et la taille de son contenu. Elle entreprit donc de ne plus quitter son sac, ne sachant guère quand viendrait le moment du grand départ.

Sia rentra en milieu de soirée et fut soulagée de voir que son amie était toujours là. Les deux protagonistes passèrent leur soirée à parler de tout et de rien, chacune espérant secrètement que Blanche s’était trompée et que rien n’arriverait. Elles décidèrent d’un commun accord qu’elles garderaient chacune une radio dans l’espoir que Blanche puisse communiquer avec elle depuis l’autre monde (ça ne coutait rien d’essayer même s’il y avait peu d’espoir que ça marche).

Cette nuit-là Blanche ne rêva pas de la jeune femme blonde… non, les images qui se formèrent dans son esprit furent d’une tout autre nature. Blanche reconnu très vite le Jardin Radieux… en revanche elle n’identifia pas les silhouettes qui s’y trouvaient. Qui étaient ces hommes ?

Elle se réveilla en sursaut au milieu de la nuit avec le sentiment que quelque chose n’était pas normal. Elle s’habilla en vitesse, attrapa son sac et couru dans le salon. Autour d’elle l’air été déformé, ses mouvements étaient ralentis…

-SIAAA !!!
-VALERYA !!!

Sia sortie de sa chambre à toute vitesse et couru en direction de Blanche. Leurs doigts s’effleurèrent et…

Le paysage changea brusquement.

Blanche venait d’atterrir dans un monde qu’elle connaissait bien… seule.

-Merde !!! Hurla la belle en donnant un coup de pied rageur dans une poubelle.

De toute évidence elle avait raison… ses rêves ne mentaient jamais.

Bien sur elle ignorait encore que les trois ans qu'elle venait de passer à Xanthia n'était en fait que trois mois dans les autres mondes...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fiche de présentation de Blanche-Neige   Ven 24 Oct - 21:26

Princesse, j'ai, et avec le plus grand des honneurs, la joie de vous valider !
Revenir en haut Aller en bas
 
Fiche de présentation de Blanche-Neige
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Codes pour fiche de présentation
» Code pour votre fiche de présentation
» Modèle - Fiche de Présentation
» La fiche de présentation : le modèle obligatoire
» Codes Pour La Fiche De Présentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts Memento :: Tutoriel :: Fichiers de sauvegarde :: Fiche de présentation :: Fiches validées-
Sauter vers: