AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Première rencontre [PV Ankou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Première rencontre [PV Ankou]   Sam 25 Oct - 2:30

Xanthia, quelques instants avant le paradoxe :


Blanche se réveilla en sursaut au milieu de la nuit avec le sentiment que quelque chose n’était pas normal. Elle s’habilla et s’équipa en vitesse, attrapa son sac et couru dans le salon. Autour d’elle l’air été déformé, ses mouvements étaient ralentis…

-SIAAA !!!
-VALERYA !!!

Sa colocataire sortie de sa chambre à toute vitesse et couru en direction de Blanche. Leurs doigts s’effleurèrent et…

Le paysage changea brusquement.

En un instant Blanche avait été arraché de Xanthia pour atterrir dans un monde qu’elle connaissait bien… seule. La jeune femme avait beau savoir que cela arriverait, rien ne l’avait préparé au choc émotionnel que cela produirait. Elle avait refait sa vie à Xanthia, elle avait des amis, un travail qu’elle aimait et tout cela lui avait été arraché sans même qu’elle sache pourquoi. Autant dire qu’elle était énervée, vraiment très énervée.

-Merde !!! Hurla la belle en donnant un coup de pied rageur dans une poubelle.

De toute évidence elle avait raison… ses rêves ne mentaient jamais. Mais pour une fois elle aurait tout donné pour avoir tort, parce que ce retour au Jardin Radieux, en plus de marquer sa séparation avec Xanthia et ses amis, avait un sens pour elle…

Le Destin ne laissait jamais rien au hasard. S’il l’avait ramené de force ici c’est qu’il avait des projets pour elle, et cela ne lui plaisait vraiment pas. Toutes ses anciennes connaissances devaient la croire morte à présent, après trois ans sans nouvelles. Et ce n’était pas plus mal, parce qu’elle ne se sentait vraiment pas la force de retourner les voir pour leur expliquer ce qui s’était passé. Bien sûr elle ne pouvait pas savoir que de côté-ci seulement trois mois s’étaient écoulés depuis le coup d’état de Catherine.

Non, elle n’avait pas envie de faire son comeback. Blanche-Neige était morte ce jour-là avec Nathan et Chris, elle refusait de réendosser son ancienne identité et les souvenirs qui allaient avec. Le problème c’est qu’elle n’avait aucune idée de ce qu’elle devait faire maintenant…  c’était bien de vouloir garder l’anonymat, mais Cid était la seule personne du Jardin Radieux, à sa connaissance, qui savait construire des vaisseaux gummies…


La rouquine commença à paniquer. Elle se força à inspirer calmement et à réfréner ses angoisses pour se focaliser sur ses objectifs immédiats : survivre. Elle dressa une liste mentale des choses qu’elle devait absolument faire avant la tombée de la nuit :


1)      Revendre certains de ses biens pour gagner des munies

2)      Trouver un hôtel ou passer la nuit… et éventuellement les suivantes

3)      A ce moment-là et seulement à ce moment-là, commencer à enquêter sur la nature des paradoxes (car oui, elle était convaincu qu’ils étaient la clé du problème).

4)      Dans les prochains jours : se procurer un vaisseau gummie et tenter de retourner à Xanthia


Elle partait avec un avantage : elle connaissait le Jardin Radieux. Par contre elle allait devoir faire profil bas si elle ne voulait pas être reconnue par l’un de ses habitants…

La jeune femme rabattit sa capuche sur sa tête et enfila ses lunettes rouges. Elle avait bien conscience que ses vêtements et son équipement risquait d’attirer l’attention, mais au moins les gens ne feraient pas la parallèle avec la douce Blanche-Neige, brune et portant de belles robes de princesses, qu’ils avaient connu autrefois. Elle jeta un coup d’œil aux alentours, vérifiant qu’il n’y avait personne et sorti sa radio.

-Sia, si jamais tu m’entends, ce qui m’étonnerait très fortement, sache que je suis toujours entière et que je me trouve actuellement dans un autre monde. Je vais chercher un moyen de revenir, je te le promets…

Elle attendit quelques minutes, guettant une potentielle réponse et rangea finalement sa radio en soupirant. Vu la position du soleil, elle avait encore quelques heures avant que la nuit tombe, parfait. Elle emboita donc le pas, se dirigeant directement vers la zone marchande où elle put exécuter la première partie de son plan et récupérer une certaine somme d’argent. Si elle attira le regard, personne ne fit mine de la reconnaitre. Tant mieux. Elle s’éloigna rapidement, ne voulant pas prendre le risque de rester trop longtemps dans une zone trop fréquentée.

« Bon, maintenant l’hôtel », songea telle.


Elle se  mit une gifle mentale en réalisant qu’elle n’avait aucune idée de l’endroit où se trouvaient les potentiels hôtels de la ville et qu’elle aurait dû poser la question à un marchand. Pendant son séjour dans ce monde elle avait toujours été hébergée chez l’habitant et traitée avec les égards dû à son rang social, ce qui expliquait qu’elle se retrouvait désormais en difficulté. Elle hésita à faire demi-tour avant de se raviser. Elle s’était trop éloignée et elle n’avait pas envie de revenir sur ses pas, au risque de rencontrer un membre du comité de restauration de la Forteresse.


« On verra bien si je trouve quelque chose en me promenant dans les rues »

Blanche-Neige se promena un moment sans trouver ce qu’elle cherchait. Elle se sentait vraiment bizarre, nostalgique. C’est comme si une partie de sa vie, qu’elle avait sciemment mit de côté, refaisait surface tout à coup… et avec ça quantité de souvenirs. Certains heureux, d’autres plus douloureux. Jamais elle n’avait cru revenir un jour ici ; jusqu’à il y a quelques jours à peine elle était résolue à passer le reste de sa vie à Xanthia.

C’est au détour d’une rue qu’elle réalisa qu’elle était suivit. C’est vrai, elle était passé devant un bar quelques minutes plus tôt et s’était bien rendue compte des regards intéressés de certains hommes mais elle ne s’en était pas préoccupée, elle avait l’habitude. En revanche le fait que deux d’entre eux aient décidé de la suivre était nettement plus dérangeant.

« A peine de retour et je dois déjà me battre », pensa telle en soupirant.


La demoiselle n’avait aucun doute sur sa capacité à maitriser deux hommes bourrés, mais cela ne l’amusait pas du tout. Elle continua à marcher, l’air de rien, et s’engouffra dans une ruelle qui faisait angle à la rue principale, puis se dissimula dans un renfoncement et attendit patiemment. Elle sortit de sa cachette lorsque le premier homme arriva et le maitrisa sans plus de cérémonie. Elle fut cependant obligée de l’assommer pour pouvoir faire face au second agresseur qui réussit, après un échange « cordial » et quelque peu mouvementé, à lui décrocher un bon coup de poing dans le visage… effet renversent. Ses lunettes s’envolèrent et glissèrent au sol… mais à vrai dire ce n’était pas vraiment le premier souci de Blanche, là, tout de suite. Ce type était nettement plus costaud que le premier et avait l’air un peu moins bourré… de toute évidence la self défense ne suffirait pas à le maitriser. Elle se résolut donc à faire appel à son arme symbiotique et matérialisa son gun qu’elle pointa sur son ennemi. C'était de la dissuasion pure, si elle avait voulu le tuer elle l’aurait fait dès le début plutôt que de se laisser frapper. C’était peut-être ça son problème, elle était trop gentille. Sia le lui avait souvent reproché.


-Prend ton copain et dégage, lança telle en touchant avec sa main libre sa lèvre légèrement ensanglantée. Bon sang, depuis quand le Jardin radieux était si mal fréquenté ?! Le cœur de ces types puait les ténèbres !


Si dans un premier temps son agresseur fut mine d’obéir, il se figea très vite en regardant quelque chose dans son dos. Blanche n’eut pas le temps de faire volte-face que des bras solides la ceinturèrent et la soulevèrent. Son gun glissa de ses mains et tomba par terre.


« Il y en avait un troisième ?! »

Celui-là elle ne l’avait pas vu venir. Le fait est qu’elle se retrouvait dans une position vraiment très embarrassante, avec deux ennemis sur trois en état de se battre et elle-même qui avait les bras coincés.

-Une vraie tigresse comme je les aime, susurra le type qui la tenait. Tu feras moins la maligne quand on se sera occupé de toi.

« Enflure… »

Blanche-Neige brisa la symbiose avec son gun pour éviter que quelqu’un ne s’en serve contre elle et tenta d’attraper l’une de ses armes accrochées à la ceinture. Ses doigts se refermèrent sur son taser… parfait. Cette fois elle n’eut aucuns scrupules à s’en servir contre son agresseur qui poussa un cri avant de s’effondrer, entrainant la belle avec lui par terre. La second type se précipita vers elle pour porter secours à son ami, laissant tout juste le temps à Blanche de réactiver la symbiose et de faire apparaitre son gun. Le coup qu’elle tira en l’air fit un vacarme monumental et stoppa net la course de l’homme. Elle braqua ses yeux sur lui et le foudroya du regard.

-Le prochain coup est pour toi, dit-elle d’une voix haineuse. Dégage !

Son ennemi ne se le fit pas dire deux fois et prit ses jambes à son cou, abandonnant ses compagnons derrière lui. Blanche soupira et fit un rapide état des lieux : deux hommes inconscients, un fuyard. Le combat était terminé. Elle avait gagné.

Blanche fit disparaitre son gun et rangea son taser à sa ceinture, puis entreprit de se relever avant de se raviser. Elle avait pris quelques coups pendant le combat et elle n’était pas vraiment au top de sa forme, il valait mieux attendre un peu.

-Trois agresseurs maitrisés sans en avoir tué aucun… j’imagine que le bilan est positif, soupira telle en soignant magiquement sa lèvre ensanglantée.


Avait-elle bien fait de le laisser fuir ? Ces types étaient des violeurs en puissance, leur place était derrière les barreaux, pas en liberté… d’ailleurs à ce propos, elle se trouvait à présent en plein dilemme : devait elle prévenir la police ? Bien sûr, elle pouvait aussi partir et oublier tout simplement cette histoire, mais elle courrait le risque que ces enflures récidivent et tuent une innocente la prochaine fois. Et dire qu’elle ne voulait pas se faire remarquer…

La jeune femme se décida finalement à se relever et prit le temps d’inspecter ses membres pour vérifier qu’elle n’était pas blessée. Rien de grave, juste quelques bleus, elle s’en tirait bien. Le problème étant qu’elle n’avait toujours pas prit de décisions…  A quelques mètres gisaient toujours les deux hommes inconscients.


« Je suis étonnée que la détonation n’ait pas attirée de curieux… » Pensa telle.


Bien sûr elle avait tort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ankou
Shinigami Ardent


Messages : 22
Triomphe : 19
Date d'inscription : 21/09/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Sam 25 Oct - 13:39

-Trois agresseurs maitrisés sans en avoir tué aucun… j’imagine que le bilan est positif.

Il s'alluma une clope et remonta doucement ses lunettes sur son petit bout de nez en regardant la rouquine soigner magiquement sa blessure à sa lèvre.

Qui est-ce ? Elle est douée pour le combat, mais elle semble un peu trop gentille. Pourquoi ne pas les avoir tuer ? Hum...Je le sens, ils sentent la mort, la mort rôde autour d'eux comme un loup guettant sa proie. Ils ne vont pas tarder à mourir; mais ce sera à cause de quoi ? Ou bien de qui ?

Sa tête tourna légèrement pour regarder sa propre ombre au sol, comme si elle était là, présente avec lui.

Tu sais, j'ai toujours du mal à comprendre ce que tu veux comme j'ai du mal à comprendre pourquoi cette liaison et ce pouvoir, mais je suppose que tu me diras rien, n'est-ce pas ?...tss...Ankou, tu es en train de parler à ton ombre; réfléchis, elle n'est pas là, elle ne t'écoute probablement même pas...oublie et va parler à cette fille. Elle doit être perdue et ne doit pas savoir quoi faire. Quant au fuyard, il sent la mort lui aussi, il ne devrait pas tarder à faire la mauvaise rencontre de trop...

Un cri puissant retentit non loin des deux protagonistes, le cri d'un homme qui tentant de fuir venait de faire une mauvaise rencontre de trop. Qu'avait-il essayé de faire ? Avait-il rencontré une autre jeune fille dans sa fuite et avait-il essayé de lui faire ce qu'il voulait faire avec la rousse ? Un quelconque ennemi peut-être ?
Quoiqu'il se fût passer, le cri avait été celui d'un homme surpris par la mort.

Quel autre tour as-tu inventé pour lui prendre la vie ? Au moins il ne risque plus de faire du mal à quelqu'un, c'est bien ce que tu dirais si tu étais vraiment là n'est-ce pas ?

Quelques cendres de sa cigarette tombèrent sur le sol.


-Bonsoir.

D'une main il tenait sa cigarette et de l'autre il tenait deux grands sacs. Il y avait de la nourriture à l'intérieur. De la viande, quelques fruits, beaucoup de légumes. Il revenait de la zone marchande et devait rentrer avant que Bérénice ne s'impatiente encore plus.

-Le bilan serait encore plus positif si on était sûr qu'ils ne recommencent pas.

L'Ankou n'était plus l'Ankou, mais comme n'importe quelle âme ayant été au moins une fois le charretier sinistre de la Mort, il avait ce léger don de savoir si une personne en face de lui allait bientôt mourir ou non; même s'il était incapable de prédire comment cette personne allait décéder.
Les deux bonhommes n'allaient pas tarder à trépasser, ils puaient la mort.


-Vous ne devriez pas rester ici, n'importe qui pourrait rappliquer et vous pourriez avoir des problèmes; ils vont bientôt mourir, je ne sais comment mais la Mort ne tardera pas à venir les prendre sur sa charrette. On pourrait vous confondre avec un agresseur alors que vous étiez l'agressée. Vous n'êtes pas du coin mais vous semblez connaître à peu près les lieux, venez avec moi je connais un hôtel sympa où vous pourriez passer la nuit; je travaille là-bas à temps partiel pour payer ma chambre.

La monture de ses lunettes à verres fumés descendirent à nouveau de son nez, laissant à l'inconnue, tout le loisir de regarder des flammes fictives danser dans son regard de braise. Le jeune homme qui ne l'était plus tout à fait tourna le dos à la jeune femme, prêt à rentrer à l'hôtel, seul. Il était conscient qu'elle pouvait très bien ne pas avoir confiance en lui, et il s'en fichait tout à fait. D'ordinaire il n'aimait pas à se mêler des affaires d'autrui, mais il ne savait comment elle avait encore réussi à le détourner de son indifférence.

Si jamais elle me sort que je suis liée à quelqu'un d'autre en prime...


-On m'appelle l'Ankou.

Et il avança.

Blanche-Neige pouvait lire dans le coeur du jeune homme, une lumière pure, cette même lumière de vaillance qui avait poussé le garçon à se tuer le jour où la sirène l'avait emportée au fond des eaux, l'arrachant pour toujours à sa famille.
Et depuis lors, son coeur n'avait jamais cessé de brûler.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Sam 25 Oct - 18:30

« Oh et puis zut, les affaires du Jardin Radieux concernent le Jardin Radieux. Qu’ils se débrouillent avec leur racaille ! » songea la belle.

Blanche-Neige venait finalement de décider de s’en aller lorsqu’un cri effroyable retentit. Elle tourna la tête par réflexe, même si elle se doutait bien qu’elle ne verrait rien. Elle n’avait que trop entendu ce genre de hurlement… il portait la signature de la mort. Le fuyard venait de se frotter à plus fort que lui et avait perdu.

« Des sans-cœurs »

Ce n’était qu’une possibilité parmi tant d’autres mais elle ne pouvait pas s’empêcher de penser qu’ils étaient impliqués dans l’affaire. Peut-être était-ce lié au fait qu’elle sentait une petite concentration de ténèbres non loin d’ici…

Bref, au moins le cas d’un des trois agresseurs était réglé.

Par contre un nouvel élément venait d’intégrer le tableau… et cet élément prenait la forme d’un charmant jeune homme. Blanche le considéra quelques instants sans trop savoir comment réagir. Ses yeux se posèrent sur la poitrine de l’inconnu et remontèrent sur son visage… ok, son cœur dégageait une lumière vive, il était dans le bon camp. Au moins celui-là n’essaierait pas de lui fracasser le crâne quand elle aurait le dos tourné, c’était toujours ça. Vu sa dégaine générale, il avait dû être surpris par le bruit de la bagarre en sortant des courses et il était venu jeter un coup d’œil.

-Bonsoir.
-Bonsoir, répondit Blanche avec une certaine prudence.
-Le bilan serait encore plus positif si on était sûr qu'ils ne recommencent pas.

Depuis quand était-il là ? De toute évidence il avait assisté à une partie du combat et n’était pas intervenu pour l’aider ou lui demander si elle était blessée. Sympathique. La rouquine se baissa pour ramasser se lunettes et les remit tranquillement après s’être assurée qu’elles n’étaient pas cassées, cachant ses beaux yeux bleus derrière un masque de verre.

-Vous ne devriez pas rester ici, n'importe qui pourrait rappliquer et vous pourriez avoir des problèmes; ils vont bientôt mourir, je ne sais comment mais la Mort ne tardera pas à venir les prendre sur sa charrette. On pourrait vous confondre avec un agresseur alors que vous étiez l'agressée.

Blanche-Neige tiqua. C’était quoi cette prédiction qu’il venait de faire ?

-Vous n'êtes pas du coin mais vous semblez connaître à peu près les lieux, venez avec moi je connais un hôtel sympa où vous pourriez passer la nuit; je travaille là-bas à temps partiel pour payer ma chambre.

En une phrase le blond venait de lui dire qu’il avait deviné qu’elle ne venait pas d’ici mais qu’elle avait l’air de connaitre le coin malgré tout. Comment savait-il une chose pareille alors qu’il venait de la rencontrer ? Ok pour la première partie, vu son look c’était assez facile à deviner, mais pour le reste ? Est-ce qu’il l’avait reconnu ? Et pourtant non… rien ne laissait croire que c’était le cas. Bizarre. Le regard de Blanche croisa celui de son interlocuteur et elle put y lire de la chaleur. Malgré ses airs détachés, ce type avait l’air de se soucier vraiment des autres. Cela ne l’étonna guère, après tout elle avait bien vu la lumière dans son cœur. Elle sentait qu’elle ne risquait rien avec lui et qu’elle pouvait lui faire confiance. Décidant de s’en remettre à son instinct, qui ne la trahissait jamais pour ce genre de choses, elle accepta la proposition qu’il venait de lui faire.

-D’accord, je vous suis.
-On m'appelle l'Ankou.

Blanche-Neige tiqua. Quelque chose clochait avec son prénom, elle le ressentait très fortement. D’ailleurs il suffisait de voir la formulation qu’il avait employé :  « on m’appelle », comme si c’était un nom qu’on lui avait donné et non le sien. La demoiselle se gifla intérieurement. Non d’un chien elle n’était pas là pour faire de la psychologie ! Mais c’était plus fort qu’elle, ce genre de pressentiment  venait sans qu’elle le veuille, elle arrivait à sentir des choses sur les gens, c’était l’un de ses pouvoirs.

-Et moi Valerya.

Techniquement c’était vrai, elle aussi on « l’appelait » Valerya… Cette dernière pensée l’amusa.

-J’ai une question, quand vous dites que la mort ne tardera pas à venir les prendre, c’est une métaphore ou bien vous êtes vraiment capable de sentir la mort ?

« Quel pouvoir horrible ce serait… »

Elle écouta sa réponse en chemin et finit par apercevoir l’entrée du fameux hôtel dont il lui avait parlé : « The weeping Angel ». Jolie nom. Elle entra et aperçu la réception un peu plus loin.

-Merci l’Ankou, heureuse d'avoir fait votre connaissance, lança telle avec un sourire avant de se diriger vers la réceptionniste. Elles échangèrent les politesses d’usage et la demoiselle lui demanda combien de nuits elle voulait rester.

-Euh… très bonne question. Une, ce sera un bon début. Cela dit il y a de grandes chances que mon séjour se prolonge un peu.
-Vous êtes en vacances ?
-Quelque chose comme ça, répondit Blanche avec un sourire en coin.

Elle régla le prix de la chambre pour la nuit et attendit patiemment que la réceptionniste aille chercher les clés. Bon, elle avait passé une journée bien pourrie, mais au moins elle n’avait croisé personne qu’elle connaissait, le bilan n’était donc pas si mauvais. Ou pas.


Elle écarquilla les yeux de surprise et se mit à paniquer en voyant Cid entrer dans l’hôtel.

« Mais qu’est-ce qu’il fou là ?! »

Sans attendre les clés de sa chambre, elle se précipita vers la porte la plus proche d’elle et s’y engouffra, veillant à la refermer derrière elle.

-Il ne manquait plus que ça… soupira telle.

Elle se trouvait dans un grand couloir qui conduisait vraisemblablement aux chambres des différents étages. La jeune femme fit quelques mètres et alla s’installer sur les marches de l’escalier entre deux étages, résolut à attendre patiemment que Cid s’en aille pour pouvoir récupérer les clés de sa chambre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ankou
Shinigami Ardent


Messages : 22
Triomphe : 19
Date d'inscription : 21/09/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Sam 25 Oct - 22:50

-Et moi Valerya.

Ce n'était pas son vrai nom.
Le jeune homme qui ne l'était pas savait reconnaître quand on disait son véritable nom ou non. Mais il nota qu'il valait mieux l'appeler par ce pseudonyme, il avait appris au fil du temps que si quelqu'un préférait être appelé ainsi, c'était pour une excellente raison.
Par exemple, lui, il savait très bien que son vrai nom n'était pas l'Ankou comme il le prétendait, mais c'était là la seule identité dont il se souvenait; il avait oublié son vrai nom, et il ne savait même plus pourquoi.
Quelques bribes de souvenirs venait le hanter la nuit quand il essayait de se reposer, les rêves étaient si agréables !


-J’ai une question, quand vous dites que la mort ne tardera pas à venir les prendre, c’est une métaphore ou bien vous êtes vraiment capable de sentir la mort ?

-Ils puent la mort, elle rôde tout autour d'eux. L'odeur est si persistante qu'ils n'en n'ont vraiment pas pour longtemps; et je n'ai pas envie de rencontrer l'instrument de leur décès.

La façade de l'hôtel était en pierres grises. L'établissement en lui-même était tout en longueur et s'étalait sur trois étages - rez-de chaussée, premier étage, deuxième étage et troisième étage - et il y avait également une cave et un grenier. Trois chambres étaient présentes pour chaque étage et à partir du premier étage, chaque chambre s'y trouvant était réservée pour un client. Les trois autres du rez-de-chaussée étaient pour la famille Devilius, propriétaire de l'hôtel - une assez petite pour les parents, une autre encore plus petite pour les deux frères qui devaient dormir l'un sur l'autre, car elle était si petite qu'on aurait cru qu'ils dormaient dans un placard, et enfin les trois soeurs de la famille se partageaient une chambre un peu plus grande dans laquelle on y rangeait le linge et quelques malles; parfois le grenier servait de chambre à coucher.
L'Ankou avait une chambre au dernier étage.

Arrivés à la réception, les chemins de Valerya et d'Ankou se séparèrent, il la laissa régler pour la nuit ou les nuits qu'elle passerait ici, tandis qu'il descendit à la cave dont il avait la clef et y déposa ce qu'il avait ramené de la zone marchande. Baillant tandis qu'elle sortait quelque chose du four qui sentait rudement bon, Bérénice lui indiqua où ranger les ingrédients et il s'exécuta aussitôt.
Il remonta de la cave avec une assiette de porcelaine joliment décorée de roses couleur rose et de bleuets avec beaucoup d'arabesques d'un mauve envoûtant, dans le plat qu'il portait d'une main il y avait deux parts de la tarte à la fraise que Bérénice venait de sortir du four. Il salua Cid qui était à la réception et lui désigna l'endroit d'où il venait.


-Allez-y avant qu'elle ne se remette à cuisiner; vous savez à quel point elle déteste quand on la dérange quand elle n'a pas fini quelque chose ? dit-il dans un demi-sourire. Elle est où la nouvelle ?

Marjorie était l'aînée de Bérénice de quatre ans. Ses cheveux châtains foncés étaient longs et attachés en queue-de-cheval dans laquelle elle avait mis une fleur blanche, s'accordant parfaitement avec sa longue robe couleur neige. Elle était grande et gracieuse, ses yeux étaient comme deux pierres turquoise. Et elle était toujours là à la réception.
Marjorie tendit donc les clefs à l'Ankou en lui souriant, lui disant qu'il pouvait essayer de la trouver pour les lui donner. Depuis qu'il était arrivé ici, l'aînée comme la cadette ne cessaient de tenter de rester toujours seules avec lui, mais c'était à la plus jeune qu'il parlait le plus. Non pas qu'il n'aimait pas les deux autres soeurs, mais il n'était pas capable de reconnaître les signes d'une attirance quelconque chez une autre personne; il ne s'y intéressait même pas. Il les trouvait juste étranges, et Bérénice qui n'était pas intéressée par lui, se comportait à ses yeux de manière normale.

Il poussa la porte menant au couloir par lequel on pouvait accéder à la chambre des soeurs si on tournait à gauche, à celle des parents et des frères si on tournait à droite; tandis que si l'on continuait tout droit on avait face à soi l'escalier assez petit dont les marches grinçaient à chaque pas menant au premier étage. Les boiseries du couloir étaient mignonnes, il y avait beaucoup d'oiseaux représentés, tous des merles et des mésanges.
Valerya se tenait dos à une statue d'un ange féminin en train de pleurer. Et près de la jeune femme, il y avait un tableau encadré dans un cadre de bois un petit tableau représentant un paysage qui pourrait faire rappeler à Elsa, si elle était là, son propre monde, en quelque sorte.


-Vous vous cachiez ? Vous avez l'air ennuyée par quelque chose ou bien quelqu'un je me trompe ? Si c'est Cid que vous évitez, ne vous en faites pas, il était juste venu voir Bérénice, il est dans la cave maintenant.

Il lui tendit les clefs de sa chambre en s'approchant d'elle, c'était un petit trousseau de deux petites clefs en métal argenté.

-Votre chambre se trouve juste à côté de la mienne au troisième étage. Je me rends là-haut également, allons-y ensemble si vous le voulez.

Il désigna la statue de l'ange.

-Il y en a un dans la cave, un au grenier et un à chaque étage au niveau des escaliers. Une rumeur veut que des gens les aient déjà vu bouger dans l'hôtel, et que les mauvais payeurs ou bien les gens animés d'une mauvaise intention les voient pour la dernière fois, juste avant de disparaître. Pour toujours. Hier je suis passé devant celui de mon étage, j'ai cru entendre son cou de pierre bouger, mais quand je me suis retourné il n'y avait rien de suspect; je crois que ce n'est qu'une blague.

Il grimpa les marches puis se retourna vers celle qui disait s'appeler Valerya.

-Si j'ai dit m'appeler l'Ankou tout à l'heure, c'était uniquement pour la raison suivante: je suis incapable de me souvenir de mon passé et encore moins de mon nom; si des fois quelques bribes me reviennent, mon identité ne revient jamais. L'Ankou est le dernier nom que l'on m'ait donné. Mais vous, pourquoi vous appelle t-on ainsi ? Ah...Bérénice veut qu'on soit à dix-neuf heures pile pour le dîner; elle n'aime pas les retardataires.

Il continua à monter les marches.

-Et j'espère que vous aimez les fraises, Bérénice veut que nous servions de cobayes afin de tester sa nouvelle recette de tarte.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Dim 26 Oct - 2:45

S’il fallait qu’elle se cache ainsi à chaque fois qu’elle croisait une ancienne connaissance cela risquait de vite devenir invivable. Mais que faire pour l’éviter ? Elle avait pourtant bien fait attention toute la journée, mais évidemment il fallait qu’elle choisisse L’HÔTEL où Cid connaissait quelqu’un. Des bruits de pas résonnèrent dans l’escalier et Blanche se mit à espérer qu’il ne s’agisse pas de la personne qu’elle tentait désespérément d’éviter. Heureusement ce n’était que l’Ankou. Ouf.

-Vous vous cachiez ? Vous avez l'air ennuyée par quelque chose ou bien quelqu'un je me trompe ? Si c'est Cid que vous évitez, ne vous en faites pas, il était juste venu voir Bérénice, il est dans la cave maintenant.

Blanche venait d’être prise la main dans le sac, génial. Elle avait l’impression d’être revenue à l’enfance lorsqu’elle se faisait coincée après avoir fait une bêtise et c’était très légèrement gênant parce que... et bien parce qu’elle avait vingt-quatre ans.

-Je vois, répondit elle en se relevant, mal à l’aise.

Elle tendit la main pour récupérer les clés et remercia le garçon.

-Votre chambre se trouve juste à côté de la mienne au troisième étage. Je me rends là-haut également, allons-y ensemble si vous le voulez.
-Bien sûr, avec plaisir.

L’Ankou lui fournit une petite explication sur une légende urbaine qui entourait les statuts d’ange de l’hôtel, ce qui amusa beaucoup Blanche. Si l’objectif était de lui faire peur, c’était raté.

-Vous avez conscience qu’après une telle explication je vais me sentir obligée de brancher des caméras pour surveiller ces statuts ? Déclara telle en rigolant. Cela signifie que vous avez le cœur pur alors, puisque ces anges ne se sont pas occupés de vous ! Quelle chance j’ai de vous avoir rencontré !

Techniquement ce n’était pas si loin de la réalité, cet homme avait en effet un cœur très lumineux. Pas pur certes, car en chacun subsistait une part de ténèbres (c’était une question d’équilibre), mais son éclat rayonnait avec beaucoup de force. C’était agréable de faire de telles rencontres, à Xanthia ce genre de personnes se comptait sur les doigts d’une main. L’Ankou commença à monter les escaliers et Blanche lui emboita le pas.

-Si j'ai dit m'appeler l'Ankou tout à l'heure, c'était uniquement pour la raison suivante: je suis incapable de me souvenir de mon passé et encore moins de mon nom; si des fois quelques bribes me reviennent, mon identité ne revient jamais. L'Ankou est le dernier nom que l'on m'ait donné.

Là, il venait de de la prendre de court. Il fallait dire qu’elle ne s’attendait vraiment pas à ce qu’il s’ouvre à elle de la sorte, surtout qu’ils étaient en train de plaisanter quelques instants plus tôt. Il avait repris un air nettement plus sérieux. Alors comme ça il était amnésique ? Elle-même avait connu ça… ce n’était pas une situation plaisante. Elle le plaignait, vraiment.

-Mais vous, pourquoi vous appelle t-on ainsi ? Ah...Bérénice veut qu'on soit à dix-neuf heures pile pour le dîner; elle n'aime pas les retardataires. Et j'espère que vous aimez les fraises, Bérénice veut que nous servions de cobayes afin de tester sa nouvelle recette de tarte.

Euh… c’était un gentil sous-entendu pour lui faire comprendre qu’il savait qu’elle lui avait mentit ? Comment il avait fait pour deviner ?  Ça commençait à faire beaucoup de coïncidences là… et pourtant non, encore une fois son instinct lui soufflait qu’il ne savait pas qui elle était. Est-ce qu’il était comme elle, capable de lire dans le cœur des gens ?

Dix-neuf heures précises hein ? Elle avait du caractère cette Bérénice… elle qui pensait être tranquille en se posant dans cet hôtel se retrouvait avec des contraintes horaires pour manger.

-Oui, j’aime les fraises, répondit-elle. Il y a peu de choses que je n’aime pas en fait, à part les pommes.
 
En même temps vu la quantité de trucs bizarres qu’elle avait dû avaler dans sa vie pour survivre, entre autre, dans la forêt… elle n’était pas du genre difficile.

-Juste pour savoir… est-ce que Cid est convié au repas ?

Ils étaient arrivés au troisième étage et la jeune femme entreprit d’ouvrir sa porte pour voir ce qui se cachait derrière. Oh, c’était plutôt jolie… sobre, mais cosie. Elle s’arrêta sur le seuil et se retourna pour regarder l’Ankou. Il allait falloir qu’elle réponde à sa question…

« Pourquoi m’appelle-t-on ainsi… que puis-je lui révéler sans me trahir ? »

-Je suis sincèrement désolée pour votre amnésie… je sais très bien ce qu’on peut ressentir puisque j’ai traversé exactement la même chose. A la différence près que j’ai fini par retrouver la mémoire… à ce moment-là j’ai fais le choix de renoncer à mon ancienne identité pour adopter définitivement celle de Valerya Doll, le nom que l’on m’avait donné quand j’avais perdu mes souvenirs.

C’est en faisant une croix sur le passé qu’elle avait réussi à aller de l’avant et à surmonter sa dépression…

-Vous… vous voulez entrer pour discuter ?

La rouquine s’effaça du seuil de la porte pour laisser passer le garçon, ce qui lui permit de découvrir un peu mieux sa chambre. Elle jeta un coup d’œil rapide à la pièce avant de laisser tomber son sac dans un  coin et de s’approcher de la fenêtre. La vue était plutôt agréable… Des yeux, elle inspecta le système de fermeture de la fenêtre et les volets (les habitudes étaient tenaces… à Xanthia on ne rigolait pas avec la sécurité). La rouquine se retourna finalement pour regarder l’Ankou.

-On peut peut-être se tutoyer ? Je ne pense pas qu’il y ait une grande différence d’âge entre nous… quoi que, les apparences sont parfois trompeuses, ajouta telle avec un sourire polie.

Elle ne savait pas à quel point elle avait raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ankou
Shinigami Ardent


Messages : 22
Triomphe : 19
Date d'inscription : 21/09/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Dim 26 Oct - 15:25

L'Ankou nota que Valerya n'aimait pas les pommes et rangea l'information dans son palais de la mémoire; même si techniquement son palais de la mémoire n'était pas un palais mais prenait la forme d'une petite maison où il ferait bon d'y vivre.

-Juste pour savoir… est-ce que Cid est convié au repas ?

-Il est seulement invité quand c'est l'anniversaire de Bérénice; c'était il y a deux mois.

Les chambres étaient toujours sobres bien qu'ayant un côté quelque peu coquet à cause des fleurs et de quelques tableaux présents. Chaque chambre était légèrement différente et les clients étaient libres d'y ajouter une légère touche personnelle surtout si ceux-ci restaient très longtemps.
L'Ankou avait viré les fleurs de sa chambre en demandant d'abord l'autorisation à Bérénice, qui avait fait le nécessaire afin d'enlever les deux vases qui trônaient sur le bureau et près du lit du jeune homme qui n'en était pas un. Non pas qu'il n'aimait pas les fleurs, mais s'il pouvait éviter d'enflammer l'établissement à cause d'un éternuement trop fort...Hum...


-Je suis sincèrement désolée pour votre amnésie… je sais très bien ce qu’on peut ressentir puisque j’ai traversé exactement la même chose. A la différence près que j’ai fini par retrouver la mémoire… à ce moment-là j’ai fais le choix de renoncer à mon ancienne identité pour adopter définitivement celle de Valerya Doll, le nom que l’on m’avait donné quand j’avais perdu mes souvenirs.

-Hum...

-Vous… vous voulez entrer pour discuter ?

Il la regarda faire ce qu'elle faisait, sans parler, quand il entra.

-On peut peut-être se tutoyer ? Je ne pense pas qu’il y ait une grande différence d’âge entre nous… quoi que, les apparences sont parfois trompeuses.

Il déposa l'assiette de porcelaine contenant les deux morceaux de tarte à la fraise sur le petit bureau près de la seule fenêtre de la chambre, l'obligeant à contourner le lit dont les draps très propres avaient la couleur des fleurs de cerisier et sentaient la cerise, tandis que le matelas était moelleux.

-Les morts n'ont pas d'âge.

Il sourit malicieusement puis tourna la tête vers le tableau accroché au-dessus du lit de la jeune femme.
Un ange pleureur au milieu d'un champ de blé.


-Bérénice a toujours dit que tout ce qui contient l'image d'un ange pleurant peut devenir un ange. Elle n'arrête pas de peindre des choses étranges...

Au-dessous de l'ange, sur la peinture, Bérénice avait peint une toute petite phrase "Ne cligne pas des yeux !".

L'Ankou mit une main devant la bouche tandis qu'il baillait.


-L'amnésie permet à l'esprit d'oublier des évènements traumatisants. Malheureusement j'aimerais vraiment pouvoir récupérer mes souvenirs, quitte à souffrir. Je ne peux aller de l'avant si ma mémoire me fait défaut. Enfin, je le pense...Valerya Doll...joli nom. Valerya...j'espère que vous avez faim; Bérénice fait toujours de bons petits plats.

Il avait décidé de la vouvoyer, il avait gardé cette marque de respect depuis un moment. C'était sa façon à lui de dire qu'il se montrait courtois. Il ne la connaissait pas après tout, elle restait une inconnue.

-Il me semble déjà sentir l'odeur de la soupe aux champignons et de la viande rôtie...simple supposition je pense que c'est du porc...hum...le dîner ne va pas tarder à être servi je crois; cela se déroule au rez-de-chaussée, dans une pièce à côté de la réception. Vous venez ? Je pense que vous avez peut-être faim. Oh, et il est probable qu'on ait droit à du vin ce soir.

Rachel était en train de mettre la table dans ladite pièce, tandis que Bérénice s'activait pour que le dîner soit prêt pile à l'heure; Cid était déjà parti depuis cinq minutes.
Rachel était l'aînée de Bérénice mais la cadette de Marjorie. Elle était plus petite que ses soeurs mais était encore plus mince qu'elles et son teint légèrement bronzé contrairement à ses mains qui avaient la couleur de l'ivoire. Ses cheveux coupés à la garçonne étaient bruns un peu gras et ses yeux étaient vairons; l'un semblait être tel une émeraude et l'autre semblait tel un saphir. Elle portait un pantalon et une chemise rouge.

L'odeur de la soupe aux champignons et de la viande rôtie s'infiltrait maintenant partout dans l'hôtel. Au deuxième étage, une porte s'ouvrit, l'odeur de la nourriture venait de faire sortir un homme relativement grand, vêtu d'un coupe-vent marron et d'un costume-cravate bleu à rayures verticales; les chaussures rouges qu'il portait étaient parfaitement dépareillés et il avait l'air d'un excentrique. Mais son regard, malgré son visage quelque peu juvénile, montrait qu'il était déjà vieux, qu'il avait connu moult batailles. Un personnage sans âge véritable, tout comme l'Ankou, en partie seulement.
Il referma la porte de sa chambre derrière lui, salua joyeusement les deux qui descendaient et descendit les marches en quatrième vitesse. On ne put entendre qu'un vague "Allons-y !" de sa part, à peine murmuré.
Bérénice remontait une grande marmite de la cave qui lui servait aussi de cuisine.


-Bonsoir monsieur Smith ! Tenez-moi ça et allez posez cette marmite de soupe sur la table, je vais chercher la viande !

-Jonathan Smith, le seul autre client que l'on peut rencontrer dans cet hôtel pour l'instant.

L'Ankou venait de murmurer l'information à Valerya avant d'aller poser la marmite sur la table correspondante.

_________________



Dernière édition par L'Ankou le Dim 26 Oct - 21:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Dim 26 Oct - 20:02

-Les morts n'ont pas d'âge, dit-il avec un sourire.

C’était un esprit. D’accord, pourquoi pas. La nouvelle ne la surprit pas plus que ça ; à vrai dire elle avait vu et entendu tellement de chose dans sa vie… elle savait, pour l’avoir déjà vu de ses propres yeux, que les fantômes conservaient leur cœur, même si ce dernier ne battait plus. Cet esprit-là s’était visiblement incarné puisqu’il était matériel et avait une consistance. Cela dit, il était physiquement très différent des fantômes qu’elle avait rencontré dans le monde d’Halloween, beaucoup moins effrayant. Un esprit incarné, amnésique, à la recherche de son passé… le genre de scénario que les adolescentes adoraient à Xanthia. Elle comprenait mieux d’où lui venait sa capacité à sentir la mort, c’était déjà plus cohérent. Étais-ce pour ça que son cœur s’accrochait au monde des vivants, à cause de sa mémoire ? Le blondinet avait réussi à piquer sa curiosité.

-Bérénice a toujours dit que tout ce qui contient l'image d'un ange pleurant peut devenir un ange. Elle n'arrête pas de peindre des choses étranges...

« ll semble tenir cette dame en haute estime. Je me demande quoi elle a l’air ? »

Décidément cet établissement aimait les anges malheureux… d’abord les gargouilles, ensuite les tableaux… elle trouvait ça un peu macabre.

« Et accessoirement il vient de me mettre un vent monumental… »

La rouquine pensait détendre l’atmosphère et se montrer plus sympathique en lui proposant de rompre les barrières du vouvoiement mais de toute évidence sa proposition avait été malvenue. Elle se sentit légèrement stupide. C’était idiot de sa part, si le tutoiement venait assez spontanément à Xanthia ce n’était peut-être pas le cas-là d’où il venait. Elle se promit de ne pas refaire la même erreur à l’avenir.

« Ça m’apprendra… »

Stupide oui, elle l’avait été. D’autant qu’elle n’était ici pour se faire des amis mais pour en apprendre plus sur les paradoxes et trouver rapidement un moyen de retourner dans son monde adoptif.

-L'amnésie permet à l'esprit d'oublier des évènements traumatisants. Malheureusement j'aimerais vraiment pouvoir récupérer mes souvenirs, quitte à souffrir. Je ne peux aller de l'avant si ma mémoire me fait défaut. Enfin, je le pense...
-On se sent incomplet tant qu’on n’a pas retrouvé l’intégralité de ses souvenirs. Je comprends tout à fait ça.

Et le jour où on les retrouvait, on se mettait à souhaiter oublier à nouveau… Bien sûr elle n’allait pas dire une chose pareil à ce pauvre garçon, ce serait profondément méchant de sa part. Avec un peu de chance, il ne connaitrait jamais les souffrances qu’elle-même avait enduré et tout se finirait en happy end pour lui. Peut-être. Ou pas.

-Valerya...j'espère que vous avez faim; Bérénice fait toujours de bons petits plats.

Faim… oui elle avait faim vu qu’elle n’avait rien mangé de la journée. En même temps son horloge interne était légèrement détraqué avec le changement horaire… il faisait encore nuit à Xanthia lorsqu’elle avait été téléporté au Jardin Radieux… en plein après-midi.

-…Vous venez ? ...
-Oui, j’arrive…

Avec tout ça elle n’avait pas eu une minute pour se poser et réfléchir. Ce n’était peut-être pas plus mal, au moins ça l’empêchait de se torturer avec de mauvaises pensées… elle renonça donc à l’idée de se changer ou de se faire un brin de toilette avant de manger et suivi l’Ankou dans les couloirs. Ils croisèrent un monsieur au deuxième étage, probablement un client (cette supposition fut confirmée par l’Ankou). Ils prirent finalement place dans la pièce et mangèrent dans une ambiance très familiale. Blanche rencontra ainsi toute la famille gérant l’hôtel et pu associer enfin un visage à Bérénice. Elle se fit cependant discrète pendant le repas, esquivant habilement les questions un peu trop personnelles sur les raisons de sa présence ici, son passé, ou encore ce qu’elle comptait faire ces prochains jours… les convives étaient agréables et l’ambiance chaleureuse, mais la jeune femme ne se sentait pas à sa place ici…

« Je devrais être dehors en train de chercher des informations et non pas à perdre mon temps à table avec des inconnus… »

Cette pensée n’était pas méchante, elle n’avait rien contre eux, au contraire elle les trouvait sympathiques, seulement elle n’était pas dans le meilleur état d’esprit depuis qu’elle était arrivé au Jardin Radieux ni très disponible émotionnellement. Elle se décida donc à poser la question qui lui brulait les lèvres en glissant ça sur le ton de la conversation, ni vu ni connu :

-Avez-vous récemment été témoins de phénomènes « bizarres » en ville comme des « paradoxes » ou des « bugs » ?

S’ils avaient ici ils avaient peut-être vu des choses. Elle avait besoin de savoir si ce phénomène s’était généralisé à l’ensemble des mondes ou si seulement certains étaient touchés.

Le repas s’acheva finalement et tout le monde se dispersa. Blanche s’éclipsa dans sa chambre sans demander son reste, trop heureuse de pouvoir enfin être seule. La nuit était tombée depuis un moment. Devait-elle sortir pour faire le tour des bars et tenter de récolter des informations ou attendre le lendemain et mener son inspection pendant la journée ? Les populations ciblées n’étaient clairement pas les mêmes dans un cas ou dans l’autre. Malgré le décalage horaire, elle se sentait fatiguée et n’avait pas envie de se battre cette nuit, elle avait eu sa dose dans l’après-midi. Elle décida donc de s’accorder une soirée de repos avant d’attaquer ses recherches le lendemain à l’aube.

« Peut-être que la bibliothèque m’apprendra quelque chose… en trois ans quelqu’un à peut-être écrit quelque chose sur le sujet » songea telle.

Blanche verrouilla volets et fenêtres, ferma sa porte à clé puis alla prendre une longue douche. Elle enfila un short et un débardeur et fouilla dans son sac (sac de petite taille mais dans lequel elle avait casé un nombre absolument phénoménal de choses… merci à la biotechnologie) et en sorti l’équivalent d’un mp3 et son carnet de croquis. Elle avait désespérément besoin de se détendre.

La jeune femme mit ses écouteurs et alluma la musique à fond, puis se mit à dessiner ce qui lui passait par la tête… en l’occurrence le rêve qu’elle faisait depuis une semaine : un combat entre lumière et ténèbres : la jeune femme blonde contre son antagoniste brune. Elle avait toujours été particulièrement douée pour reproduire les choses et ce dessin ci ne fit pas exception. Pour ceux qui les connaissaient, Elsa et Celsia étaient parfaitement reconnaissables. Blanche-Neige contempla longuement son dessin. Qui étaient ces femmes ? Pourquoi rêvait-elle d’elles depuis des jours ? Elle soupira et déposa son carnet de croquis ouvert et son crayon sur son chevet. Elle éteignit la grosse lumière et brancha la lampe de chevet, puis s’allongea sur le lit, contemplant le plafond sans vraiment le voir, perdue dans ses pensées. Combien de temps arriverait-elle à garder l’anonymat ? Le pourrait-elle seulement ? Plus le temps passait et plus elle commençait à penser qu’elle n’arriverait à rien sans contacter le comité de restauration. Eux avaient probablement des réponses à lui donner… ils étaient toujours au courant de tout.

Sans s’en rendre compte, les écouteurs toujours dans les oreilles, elle glissa peu à peu dans le sommeil… un sommeil sombre et cauchemardesque.

Blanche-Neige se retrouva dans un village de Lystera qu’elle connaissait bien : Salsbourg. Plusieurs centaines d’habitants, un lieu toujours vivant et dynamique. Mais cette fois l’ambiance n’était pas à la fête, loin de là… les gens courraient, les maisons étaient en flammes, des corps ensanglantés jonchaient les rues, et partout partout… des soldats.


-Où est Blanche-Neige ?!
-Je ne sais pas ! Pitié !!
-Je suis là, arrêtez ça !!! Cria Blanche-Neige en se précipitant vers le soldat à l’instant où ce dernier levait son épée pour l’abattre sur le villageois.


Le soldat transperça le corps de victime sans le moindre remord, cet dernier s’effondra par terre en se vidant de son sang.

Blanche était totalement invisible, témoin impuissant d’un spectacle macabre qui se déroulait dans son monde. Elle assista au massacre d’un village entier sans pouvoir rien y faire, hurlant aux hommes de Catherine de la tuer elle et pas ces innocents. Et puis elle aperçue une petite fille, près du corps de sa mère… et le soldat qui s’approchait d’elle… Horrifiée, la jeune femme se précipita entre eux pour faire obstacle, mais le soldat traversa son corps sans la voir et exécuta l’enfant. La dernière chose qu’elle vit fut le regard vitreux de la petite fille, et son expression figée dans la douleur.

-NOOOOOON !!!!!

Blanche-Neige se réveilla en sursaut. Elle se recroquevilla sur elle-même par réflexe, incapable de réprimer  les sanglots silencieux et les tremblements de son corps. Son mp3 glissa et tomba sur le lit. Elle le savait, tout ce qu’elle avait vu était en train de se passer en ce moment même dans son monde natal. Voilà trois ans qu’elle n’avait pas fait de rêve prémonitoire sur Lystera, et il suffisait qu’elle arrive au Jardin Radieux pour que ça change. De toute évidence, même après trois ans d’absence, Catherine ne reculait devant rien pour la retrouver… pas même à bruler un village et massacrer ses habitants... pour rien puisqu’ils étaient incapables de lui fournir la moindre information sur elle.

La rouquine avait l’habitude de faire des rêves prémonitoires. Ces derniers étaient beaucoup plus réalistes et intenses que les rêves normaux et elle se réveillait souvent en panique comme maintenant. A la différence près que ce rêve là l’avait beaucoup plus touché que les autres… c’était son peuple qu’elle venait de voir se faire massacrer. Et le pire dans tout ça c’est qu’elle ne pouvait strictement rien y faire.

Elle avait probablement crié dans son sommeil ou dis des choses, à vrai dire elle ne s’en souvenait pas. Tout ce qui lui importait à présent était d’essayer de retrouver son calme et la maîtrise de son corps… Il lui sembla entendre la voix de Sia dans sa tête : "respire doucement et fait le vide dans ta tête...". C'était pas gagné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ankou
Shinigami Ardent


Messages : 22
Triomphe : 19
Date d'inscription : 21/09/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Dim 26 Oct - 21:43

Le dîner avait été chaleureux et convivial et si la question de Valerya avait paru étrange, cela n'avait semblé choquer personne et tout le monde fit comme si de rien n'était. Cependant, un œil attentif aurait perçu la lueur intéressée du mystérieux monsieur Smith qui s'était aussitôt retenu histoire de ne pas attirer trop l'attention; au vu de ce qu'il était vraiment; mais nous y reviendrons plus tard.
Aussi, personne ne put fournir de réponse immédiate à la rousse.

La nuit était tombée, pas un chat dans les rues. L'Ankou avait souhaité une bonne nuit à sa voisine de palier, à l'étrange monsieur Smith ainsi qu'à toute la famille Devilius puis il s'était écroulé sur son lit après avoir refermé la porte de sa chambre à clef.

Un sommeil sans rêve s'empara du mort qui fut bientôt réveillé par un hurlement soudain. Il ouvrit sa porte à la volée et tenta d'ouvrir celle de Valerya, en vain. Le mystérieux monsieur Smith arriva alors et réussit à l'ouvrir grâce à un étrange objet.


-J'ai bien fait de l'uploader !

Le mort haussa les épaules et entra. Quand les deux hommes entrèrent, c'était pour y voir une jeune femme recroquevillée sur elle-même, tremblante et sanglotant. L'étrange bonhomme redescendit dans sa chambre en constatant que ce n'était pour lui qu'un mauvais rêve; et en chemin il rencontra Bérénice, la jeune fille au sommeil léger et lui dit brièvement que la cliente n'avait fait qu'un cauchemar. Mais il ne put empêcher la demoiselle d'aller voir, car elle semblait inquiète.

Bérénice Devilius.
Une grande demoiselle aux longs cheveux noirs couleur jais et des yeux tels des rubis brillants, un visage d'ivoire et une silhouette mince et gracile. Bien qu'elle paraissait fragile, la jeune fille était plus solide qu'on ne le pensait.
Elle portait sur elle qu'une simple chemise de nuit d'un rouge éclatant et elle était pieds nus.

Quand la jeune fille entra dans la chambre, elle remarqua la jeune femme sur le lit et un Ankou incroyablement séduisant l'ayant prise dans ses bras dans une étreinte réconfortante. Ce dernier fit signe à Bérénice de faire quelque chose si elle le pouvait et elle chuchota qu'elle allait faire de la tisane pour tous ceux qui étaient éveillés actuellement, c'est-à-dire quatre personnes. La brune descendit rapidement les escaliers, saluant les statues des anges au passage, comme s'ils allaient lui répondre.

Le mort tenait la jeune femme dans ses bras, contre son torse nu et imberbe, quelque peu blafard, car il n'était qu'une âme incarnée.


-Chut, cela va aller...Mauvais rêve ? Ou quelque chose de plus traumatisant ? Quoiqu'il en soit vous êtes en sécurité ici.

Il était sorti de sa chambre tellement précipitamment qu'il n'avait pas même pris le temps de se vêtir. Il était assis sur le lit de la jeune femme. En boxer quelque peu moulant, couleur noir, une couleur sobre qu'il aimait bien. Sa silhouette mince était ainsi mise en valeur, mais il aurait préféré que ce soit dans d'autres conditions, nettement plus favorables et joyeuses. On pouvait maintenant admirer la fine musculature de l'âme incarnée qu'il était, la pâleur de sa peau, ses bras protecteurs dans lesquels on pouvait se sentir très bien. Sa peau était douce et chaude, il émanait de lui une chaleur naturelle, sûrement due à son pouvoir ardent. Il avait un faible sourire légèrement charmeur, mais ce sourire ne voulait rien dire puisqu'il était tout naturel, il fallait l'interpréter comme étant un sourire aimable et chaleureux; car il n'est pas connu pour être un dragueur. Sa peau fine comme de la porcelaine avait une odeur d'orange et ses cheveux sentaient la mandarine. Il était presque à croquer.

-Ce cri...Nous avons tous des démons à affronter. Moi je ne me rappelle que de quelques bribes de mémoire...Je me souviens avoir été un passeur de morts, je me souviens vaguement d'une femme qui aurait pu être mon épouse mais je ne me souviens pas l'avoir aimé, je ne me souviens que de l'alliance que je portais mais que j'ai perdu. Je me souviens d'un fils mais pas de l'avoir vu grandir; et pourtant je me souviens vaguement d'une silhouette adulte, qui, quand je tente de m'en rappeler chaque détail, mon esprit me dit que c'est peut-être mon enfant. Je me souviens lui avoir donné mon arme du temps où j'étais passeur de morts, et mon esprit me dit chaque fois qu'il s'agit de l'ersatz de mon possible fils. Ai-je donc vraiment eu un enfant ? Pourquoi je ne m'en souviens pas ? Est-il vivant ? Si oui est-il en bonne santé ? Va t-il bien ? Ou alors l'ai-je oublié parce qu'il est mort et que cela m'a traumatisé ? Quant à cette femme, était-ce mon épouse ? Ma fiancée ? Ma petite-amie ? Une soeur, ou bien une cousine ? Qui était-ce ? Et cette alliance dont j'ai encore la trace au doigt, avec qui m'étais-je marié ou bien fiancé ? Cette femme dont je me souviens ou quelqu'un d'autre ? Nous avons tous nos démons, pour l'heure, pour moi, il s'agit de ma mémoire. Je voudrais tellement me rappeler de tout...Tout le monde doit faire face à ses démons, mais si cela nous fait souffrir, car une fois fait, une fois nos démons anéantis, nous ne souffrons plus. Plus jamais. Ils disparaissent pour toujours et c'est un happy end, enfin ! Je veux mon happy end. Mais vous ?

Bérénice arriva entre temps, un plateau avec trois tasses - elle en avait donné une à monsieur Smith - dans ses mains qu'elle déposa sur la table de chevet.

-La camomille, ça aide pour le sommeil !

Elle tendit gentiment une tasse couleur orange à Valerya.

-Tout à l'heure j'ai eu peur que l'on ne me prenne pour une folle, enfin, ma famille du moins. Mais vous pourriez trouver des renseignements à la bibliothèque. Au demeurant, monsieur Smith pourrait peut-être vous aider, il m'a dit qu'il avait déjà eu à faire avec des "bugs" temporels et le cas d'une personne qui relevait elle-même d'un "bug" dimensionnel.

On sentait les guillemets dans sa voix.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Dim 26 Oct - 23:58

De toute évidence elle avait réveillé la moitié de la maisonnée malgré elle ; elle le réalisa lorsqu’elle entendit la porte de sa chambre s’ouvrir et des personnes rentrer. La jeune femme n’eut cependant pas la force de relever la tête pour les rassurer ou leur demander de s’en aller, elle savait d’avance qu’elle serait incapable de parler dans l’état dans lequel elle se trouvait.

« Allez vous-en ! » Pensa telle. Elle n’avait pas envie d’être vu par des étrangers dans cet état, elle aurait préféré qu’ils partent.


Seulement, non seulement ils ne partirent pas, mais l’un d’entre eux vient s’assoir sur le lit et la prit dans ses bras. Elle reconnut la silhouette et l'odeur de l’Ankou et fut soulagée. D’entre-tous c’était le seul qui ne lui était pas totalement étranger.

-Chut, cela va aller...Mauvais rêve ? Ou quelque chose de plus traumatisant ? Quoiqu'il en soit vous êtes en sécurité ici.

Sa présence et ce geste protecteur avait quelque chose de rassurant. A l’époque, Nathan aussi la prenait dans ses bras lorsqu’elle faisait des cauchemars... à une époque lointaine où elle était heureuse de vivre et se réveillait avec le sourire aux lèvres.

Blanche se laissa aller contre la poitrine de l’homme sans résister, finissant par l’étreindre à son tour. Oui, elle était en sécurité ici… et elle l’était aussi dans ses rêves. C’était bien ça le problème, elle était totalement impuissante pendant que les autres souffraient. La jeune femme écouta l’Ankou parler, se laissant bercer par sa voix. Comment faisait-il pour se confier ainsi ouvertement ? Elle-même en était tout simplement incapable. Mais le fait est qu’il réussit peu à peu à la calmer ; son corps s’arrêta de trembler et ses larmes se tarirent… elle se sentait plus apaisée.


-Tout le monde doit faire face à ses démons, mais si cela nous fait souffrir, car une fois fait, une fois nos démons anéantis, nous ne souffrons plus. Plus jamais. Ils disparaissent pour toujours et c'est un happy end, enfin ! Je veux mon happy end. Mais vous ?

La rouquine se dégagea doucement des bras de l’Ankou et s’essuya les joues avec le revers de sa main avant de lever les yeux vers lui.

-J’ai bien peur d’avoir déjà affronté mon démon et de l’avoir vaincu, dit-elle à ma voix, mais il est revenu, plus fort que jamais et m’a arraché ce que j’avais de plus précieux au monde… plus de happy end pour moi, c’est trop tard… cela dit, ce n’est pas la raison de mon cauchemar…

Elle glissa une main dans ses cheveux et joua avec en entortillant une mèche entre ses doigts. Une personne observatrice pouvait y voir un geste trahissant son malaise... Son regard se fit plus distant.

-Passé… présent… futur… je vois parfois des choses, et cela se réalise. Toujours.

Elle repensa à sa dernière vision et son cœur se serra.

-Je viens d’assister au massacre de tout un village de mon…pays natal.

Elle avait failli dire « monde » et s’était abstenue à la dernière minute, ne sachant pas si les personnes présentes étaient initiées à ce secret.

-C’est ainsi, dit-elle en soupirant. On y peut rien.
-La camomille, ça aide pour le sommeil !

Blanche-Neige prit la tasse et remercia Bérénice en la gratifiant d’un petit sourire. Elle avala un gorgée de la tisane. La chaleur du liquide lui fit du bien –pas autant que les bras de l’Ankou certes, le contact humain étant bien plus efficace que le plus puissant des breuvages- mais c’était tout de même agréable.

-Merci, mais je ne pense pas me rendormir.

Des yeux glissèrent sur le corps à moitié dénudé de l’Ankou et sur la chemise de nuit de Bérénice. Elle-même n’était pas très habillée avec son débardeur et son short…

-Je suis désolée de vous avoir tiré du lit. Vous pouvez aller vous recoucher, je vous promets de ne pas me remettre à hurler d’ici demain, dit-elle en plaisantant.

-Tout à l'heure j'ai eu peur que l'on ne me prenne pour une folle, enfin, ma famille du moins. Mais vous pourriez trouver des renseignements à la bibliothèque. Au demeurant, monsieur Smith pourrait peut-être vous aider, il m'a dit qu'il avait déjà eu à faire avec des "bugs" temporels et le cas d'une personne qui relevait elle-même d'un "bug" dimensionnel.

Blanche considéra Bérénice d’un air grave, la jeune femme avait réussi à capter son attention et pas qu’un peu. Alors c’était ça la nature des paradoxes, le temps ? Elle réfléchit à toute vitesse. Et ce monsieur Smith avait des informations ? Pourtant il ne lui avait rien dit tout à l’heure au moment du repas !

-Je vois. J’avais en effet l’intention de me rendre à la bibliothèque demain matin, en espérant que les sans-cœurs soient moins nombreux qu’autrefois. Quant à monsieur Smith, j’ignorais totalement qu’il savait quelque chose sur le sujet. Je vous remercie pour ces précieuses informations, j’irai le voir demain. A ce propos… ce n’est peut-être pas l’heure la plus propice pour en parler mais je pense rester quelques jours de plus en fin de compte, pensez-vous pouvoir me réserver la chambre ? (elle tourna la tête vers l’Ankou) Pour votre mémoire je… je peux peut-être vous aider. J’ai été suivi pendant des mois par des psychologues et je connais leurs méthodes. Bien sûr, je ne serai pas aussi efficace qu’eux mais peut-être que certains exercices ou que l’hypnose vous permettra de ramener certains souvenirs au grand jour. Cela implique que nous passions du temps ensemble et que vous m’ouvriez votre cœur… c’est à vous de prendre cette décision. Prenez votre temps pour y réfléchir.

Qu’est-ce qui lui prenait tout à coup ? Il y a quelques heures à peine elle s’était fixée comme objectif de passer tout son temps à trouver un moyen de rentrer à Xanthia et maintenant elle proposait à un quasi inconnu de lui consacrer de longues heures de son temps libre. Comme toujours, c’était plus fort qu’elle, elle ne pouvait s’empêcher d’aider les gens. Le fait est qu’elle comprenait mieux que quiconque ce qu’il pouvait ressentir et qu’elle ne pouvait pas l’abandonner alors qu’elle possédait peut-être certaines clés pour l’aider. Bien sûr il ne tenait qu’à lui d’accepter ou de refuser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ankou
Shinigami Ardent


Messages : 22
Triomphe : 19
Date d'inscription : 21/09/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Lun 27 Oct - 13:36

Bienveillant Ankou.
A la base tu étais censé être indifférents aux problèmes d'autrui, tu te serais contenté de la laisser geindre dans son coin sans même tenter de vouloir en savoir plus, car les problèmes humains ne t'intéressent plus. C'est dans ton caractère, l'indifférence aux soucis des autres, mais bien sûr tu ne peux t'en empêcher. C'est un reste de ton ancien toi, d'avant que tu perdes la vie et la mémoire; tu es un noble, on t'as appris à être courtois et ce n'est pas courtois de rester indifférents aux problèmes d'une demoiselle n'est-ce pas ?
La politesse c'est tout toi, bien sûr. La courtoisie, c'est un reste, alors tu ne peux t'empêcher de ressentir le besoin de l'aider.

Tu ne peux pas te taire ?...Je sais ce que j'ai à faire, je n'ai pas besoin de toi pour l'instant. Laisse-moi respirer un peu !

L'âme incarnée nota tout ce qu'elle disait, cela pouvait servir pour plus tard. Valerya avait décidé d'abandonner au profit de son démon; il songea que ce devait être une personne très dangereuse et possiblement puissante. Il nota également, toujours d'après les dires de la jeune femme, qu'elle avait perdu des êtres chers dans la bataille, d'où son renoncement; peut-être avait-elle peur de perdre encore bien plus d'êtres qu'elle aimait ? C'était là une chose à envisager.

Avait-elle un don de voyance ? C'était ce qu'il pensa quand elle lui dit qu'elle pouvait voir des choses que cela se réalisait toujours; rêves prémonitoires, visions ? Peu importe comment elle s'y prenait.
Quand elle avoua qu'elle venait d'assister au massacre d'un village entier, Ankou prit la peine de pas exploser de rage. Littéralement. Qui pouvait se permettre de tuer des innocents ? Il devait y avoir des enfants, et quand bien même il pouvait être indifférent au sort d'autrui, il ne pouvait s'empêcher de vouloir toujours sauver les enfants; car ils étaient encore purs et innocents, on ne pouvait pas leur faire de mal, c'était impossible...non, on ne pouvait pas...
Il nota que le mot "pays" ne devait pas être celui de base. C'était assez simple à deviner pour lui; il venait d'un autre monde également.

L'Ankou fit signe à Bérénice qu'elle pouvait laisser sa tasse sur la table de chevet, il prendrait la tisane plus tard.


-Je vois. J’avais en effet l’intention de me rendre à la bibliothèque demain matin, en espérant que les sans-cœurs soient moins nombreux qu’autrefois. Quant à monsieur Smith, j'ignorais totalement qu’il savait quelque chose sur le sujet. Je vous remercie pour ces précieuses informations, j’irai le voir demain. A ce propos… ce n’est peut-être pas l’heure la plus propice pour en parler mais je pense rester quelques jours de plus en fin de compte, pensez-vous pouvoir me réserver la chambre ? Pour votre mémoire je… je peux peut-être vous aider. J’ai été suivi pendant des mois par des psychologues et je connais leurs méthodes. Bien sûr, je ne serai pas aussi efficace qu’eux mais peut-être que certains exercices ou que l’hypnose vous permettra de ramener certains souvenirs au grand jour. Cela implique que nous passions du temps ensemble et que vous m’ouvriez votre cœur… c’est à vous de prendre cette décision. Prenez votre temps pour y réfléchir.

Ankou acquiesça, un léger sourire aux lèvres, mais on voyait bien qu'il n'avait du tout l'habitude de sourire, ce n'était pas naturel chez lui; mais cela ne l'empêchait pas d'être bienveillant.

-Je serai ravi de retrouver ma mémoire, aussi ferais-je tout ce qui est nécessaire afin de la retrouver...mais ne me dites pas que par "ouvrir mon coeur" je dois l'arracher et le disséquer....

Une vague lueur d'inquiétude passa dans ses yeux.

-C'est une expression idiot !..enfin je crois ! s'exclama Bérénice dans un fou rire incontrôlé. Mais pour répondre à votre question, je serai ravie de vous réserver cette chambre; sauf si vous voulez en changer, on en a encore quelques unes et peu de monde passe par chez nous ces derniers temps. Si jamais vous avez besoin d'aide pour vous repérer dans la ville et trouver la bibliothèque, vous pouvez demander à l'Ankou, il connaît un peu mieux le coin maintenant; et sinon n'hésitez pas à me déranger, je suis toujours contente de pouvoir aider. Monsieur Smith risque de sortir assez tôt demain; je peux aller lui demander s'il peut vous attendre; lui aussi doit aller à la bibliothèque, mais pas pour les mêmes raisons. Si ça peut vous rassurer, y a plus trop de Sans-Coeurs, on les trouve plutôt la nuit, et pas du tout par chez nous.

Elle avala une gorgée de sa tisane.

-D'ailleurs...ça me fait penser qu'un bruit court comme quoi trois hommes, cette nuit, ont été victimes d'un mystérieux assassin; bon et apparemment, vu qui ils étaient, ça soulage tout le monde. C'est triste parce que c'étaient des humains et que j'aime pas trop souhaiter la mort d'autrui, mais je me souviens qu'une fois ils avaient tenté de s'en prendre à Marjorie, ma grande soeur aînée. Heureusement elle a été sauvée par nos deux frères.

-Je savais bien que leur mort était proche... murmura Ankou à Valerya, de sorte à ce que la jeune fille ne l'entende pas tandis qu'elle continuait à parler.

-Il y a aussi une rumeur comme quoi quelqu'un aurait vu un gros reptile rôdant près de la bibliothèque; faites attention à vous quand vous y irez demain !

Bérénice souriait, cela voulait dire qu'elle n'était pas totalement sérieuse; bien qu'il y avait effectivement un gros reptile qui se baladait dans le coin - vous le verrez dans un autre sujet, on se calme.

Elle salua les deux clients et s'en alla en prenant soin de refermer la porte derrière elle; on voyait à ces cernes qu'elle était épuisée.


-Ce n'est pas qu'un gros reptile, mais bref...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Lun 27 Oct - 20:56

-Je serai ravi de retrouver ma mémoire, aussi ferais-je tout ce qui est nécessaire afin de la retrouver...mais ne me dites pas que par "ouvrir mon coeur" je dois l'arracher et le disséquer....

Blanche-Neige écarquilla les yeux d’effroi avant de se mettre à rire de concert avec Bérénice. Cette question était tellement… tellement… ok il n’y avait pas de mot en fait. Comment avait-il pu s’imaginer une chose pareille ? C’était monstrueux !

-Non en effet, laissez votre cœur à sa place je ne tiens pas à l’étudier de trop près. Cela signifie simplement qu’il vous faudra vous confier à moi, car plus vous entrerez dans les détails de votre vie privée et plus je serai à même de vous aider. Se confier à un étranger n’est pas facile, c’est toute la difficulté de la chose.

Elle avait veillé à ne pas utiliser de métaphore cette fois ci pour éviter les malentendus

-Si jamais vous avez besoin d'aide pour vous repérer dans la ville et trouver la bibliothèque, vous pouvez demander à l'Ankou, il connaît un peu mieux le coin maintenant; et sinon n'hésitez pas à me déranger, je suis toujours contente de pouvoir aider.

Blanche remercia poliment la demoiselle en se gardant bien de lui dire qu’elle connaissait relativement bien le jardin radieux, et plus particulièrement la Forteresse et sa superbe bibliothèque. Après tout, c’est dans ce château qu’elle avait été retenu prisonnière par Maléfique et ses sbires et qu’Ansem avait ouvert la serrure pour déverrouiller l’accès au cœur des cœurs, le Kingdom hearts.

-Monsieur Smith risque de sortir assez tôt demain; je peux aller lui demander s'il peut vous attendre; lui aussi doit aller à la bibliothèque, mais pas pour les mêmes raisons.

-N’en faites rien, je partirai certainement avant lui. Nous nous retrouverons peut-être là-bas dans la journée et, dans le cas contraire, nous pourrons toujours parler demain soir.

Bérénice expliqua que ses trois agresseurs avaient finalement trouvé la mort comme l’avait prédit l’Ankou… leur regard se croisèrent de manière entendue. Si la rouquine avait eu le moindre doute sur ses talents ils étaient balayés ; ce garçon était capable de sentir la mort. C’était un peu glauque.

-Il y a aussi une rumeur comme quoi quelqu'un aurait vu un gros reptile rôdant près de la bibliothèque; faites attention à vous quand vous y irez demain !

-Un reptile ? Demanda telle, sceptique.

C’était quoi encore cette histoire ? Une nouvelle forme de sans-cœur ou de simili ? Une légende urbaine ? Elle n’avait jamais rien vu de tel dans la forteresse. Elle se demanda un moment si Bérénice ne se moquait pas d’elle. Au final, la brune s’éclipsa en leur souhaitant bonne nuit et referma la porte derrière elle.

-Ce n'est pas qu'un gros reptile, mais bref...
-Ah bon, et qu’est-ce que c’est alors ? Vous pensez qu’il y a vraiment quelque chose là-bas ?

C’était bon à savoir si elle devait se préparer à l’affronter…

Elle se leva et fouilla son sac pour en sortir son débardeur made in brigade de Xanthia et un pantalon et s’éclipsa dans la salle de bains pour s’habiller. Elle revient deux minutes plus tard et se laissa tomber sur le lit pour enfiler ses bottes.

-Je suis vraiment désolée de vous avoir réveillée au milieu de la nuit. vous devez être éreinté… et frigorifié dans une tenue pareille. (elle se leva et ramassa sa ceinture à laquelle était fixée une partie de son équipement de combat et l’accrocha autour de sa taille). Cela dit vous portez très bien ce vêtement et je suis certaine que la clientèle féminine de l’hôtel triplerait si vous vous promeniez ainsi pendant la journée, glissa telle avec un sourire amusé.

Elle reprit un air sérieux.

-Pour ce qui est de votre mémoire, je vous propose de fixer une première séance demain soir, si vous ne travaillez pas. Je vous réserve ma soirée. Si vous n’êtes pas disponible dîtes le moi, que je ne vous attende pas pour rien. Le temps est précieux en ce moment…

La jeune femme attrapa son mp3 sur le lit et le rangea dans son sac. Elle entreprit de faire la même chose avec son carnet de dessin et son crayon.

-Je vais aller faire un tour à la bibliothèque, dit elle comme si c'était la chose la plus naturelle à faire au milieu de la nuit. J’imagine que vous allez vous recoucher ? Je n’ai plus qu’à vous souhaiter une bonne nuit alors. Je ne serai plus là pour vous embêter cette fois, ajouta telle avec un sourire gêné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ankou
Shinigami Ardent


Messages : 22
Triomphe : 19
Date d'inscription : 21/09/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Lun 27 Oct - 22:35

-Ah bon, et qu’est-ce que c’est alors ? Vous pensez qu’il y a vraiment quelque chose là-bas ?

Une nuit, alors qu'il était sorti afin de prendre l'air - malgré les recommandations de Bérénice - il était passé près de la bibliothèque. Il avait bien sûr vu des Sans-Coeurs qu'il avait éliminé grâce à son pouvoir de feu, puis il avait fait face à la chose. Le monstre avait dû le prendre pour un ennemi et l'Ankou avait préféré éviter le combat; il lui avait été si simple de lui échapper; le truc ne l'avait pas poursuivi et il avait pu partir sans combattre; il avait vraiment autre chose à faire. Il n'avait rien dit à personne mais il aurait tout dit s'il avait appris que la chose s'était mise à blesser des gens; mais il n'y avait rien eu de tel. Juste des passants effrayés, des superstitieux croyant en un monstre sanguinaire - qui de fait n'existait pas - et des curieux qui ne le voyaient jamais; il fallait dire que la chose, que vous découvrirez ultérieurement, avait un don assez particulier. Car oui, elle existait. Enfin, il existait, ce serait un peu juste.

L'Ankou acquiesça.


-Oui, je pense qu'il y a vraiment quelque chose là-bas.

Il regarda Valerya aller dans la salle de bain puis revenir.

-Je suis vraiment désolée de vous avoir réveillée au milieu de la nuit. vous devez être éreinté… et frigorifié dans une tenue pareille. Cela dit vous portez très bien ce vêtement et je suis certaine que la clientèle féminine de l’hôtel triplerait si vous vous promeniez ainsi pendant la journée.

Il était resté assis sur le lit.

L'Ankou haussa un sourcil surpris.
La...clientèle féminine ?
Oh...oui...d'accord...Il avait légèrement zappé qu'il portait uniquement son boxer noir moulant; hum, c'était assez gênant. Cependant, il pouvait aisément contredire les dires de la jeune femme: il ne pouvait pas avoir froid, il ne pouvait avoir que chaud; voire trop chaud.


-Pour ce qui est de votre mémoire, je vous propose de fixer une première séance demain soir, si vous ne travaillez pas. Je vous réserve ma soirée. Si vous n’êtes pas disponible dîtes le moi, que je ne vous attende pas pour rien. Le temps est précieux en ce moment…

-Le mien également, ne vous en faites pas.

-Je vais aller faire un tour à la bibliothèque. J’imagine que vous allez vous recoucher ? Je n’ai plus qu’à vous souhaiter une bonne nuit alors. Je ne serai plus là pour vous embêter cette fois.

Il rejoignit le couloir.

-Les âmes incarnées n'ont pas besoin de manger, de boire ou de se laver, mais elles ressentent la fatigue, bien qu'elles soient mortes; c'est assez contradictoire n'est-ce pas ? Prenez soin de vous Valerya Doll, et sachez que vous ne m'embêtez pas; ne vous inquiétez jamais pour moi, je suis incapable d'avoir froid, j'ai plutôt tendance à avoir très chaud.

Il claqua des doigts afin de faire apparaître une toute petite flammèche qu'il éteignit d'un souffle dans le but de ne pas mettre le feu par accident bête à l'établissement. Il révélait à Valerya son pouvoir ardent. Les flammes qui embrasaient son coeur et son âme dans une très douce chaleur.

L'Ankou lui sourit une dernière fois faiblement avant d'ouvrir la porte de sa propre chambre, il lui souhaita bonne chance avant qu'elle ne parte à la bibliothèque, puis il referma la porte à clef derrière lui.
Le mort se coucha sur son lit et ne tarda pas à s'endormir.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Cedric
The Cursed Bookseller


Messages : 10
Triomphe : 13
Date d'inscription : 09/07/2014
Localisation : Quelque part il ne sait où...

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Lun 27 Oct - 23:34

C'était pourtant sa forme originelle. Avant, chaque fois qu'il se transformait en humain, il ne pouvait garder cette apparence qui n'était pas sienne très longtemps, à moins d'avoir de l'énergie à revendre; mais généralement il ne pouvait pas la conserver à cause des Gardiennes. Mais depuis qu'il avait disparu, depuis qu'il était sorti du livre de Ludmoore, c'était l'inverse qui se produisait; sa forme humaine avait pris le dessus et garder longtemps sa forme de Galahaut n'était pas très aisé. Et chaque changement était quelque peu douloureux; modifier la structure de ses os, sa peau se couvrant d'écailles, les muscles qui se dilatent, grandissent...c'était douloureux. Vraiment très douloureux.

Le jour il squattait la bibliothèque où il y avait très peu de monde, comme à son habitude depuis les deux jours qu'il était arrivé ici. Il n'avait pas d'argent pour se payer un hôtel et il était dans un monde qu'il ne connaissait pas et où il ne connaissait personne. Il avait réussi à subtiliser un peu de nourriture, seulement un peu de pain et quelques fruits; ce n'était pas assez, mais cela lui permettait de ne pas mourir de faim. Et puis la nuit il essayait de survivre aux créatures appelées Sans-Coeurs; il était obligé de se transformer afin de les vaincre, car il ne savait pas se battre correctement. Et alors les passants qui étaient dans le coin s'éloignaient effrayés, non pas par les créatures mais par lui, il était plus grand et d'allure plus menaçante.

Voilà le bref résumé de deux jours passés dans ce monde.

Le libraire maudit - c'était bien le cas de le dire pour lui ! Le pauvre... - regardait le soleil se coucher en soupirant; il était déjà bien fatigué, mais il n'avait pas le choix. Il devait survivre. Il avala sa dernière bouchée de pain et mangea la dernière pomme qui lui restait dès qu'il fut sorti de la bibliothèque. Dès qu'il était sûr qu'il n'y avait plus personne dans les environs, il se changea et reprit sa forme originelle, celle du Galahaut qu'il était.
Un grand reptile humanoïde aux yeux turquoise chercha du regard d'éventuels Sans-Coeurs et il ne fut pas déçu; malheureusement.

Le serpent ne laissa pas le temps aux créatures de l'attaquer, il avait foncé le premier et il balaya le dernier avec sa longue queue reptilienne. Cependant, d'autres revinrent et il dût continuer la bataille alors qu'il n'en avait pas envie, qu'il était déjà bien las et épuisé. Un observateur attentif pouvait le remarquer à la lenteur de ses mouvements. D'ailleurs les créatures semblaient l'avoir remarqué car elles ne cessèrent de l'attaquer, de leurs attaques répétitives et furieuses.
Il s'effondra sur le sol poussiéreux mais il réussit à abattre l'une de ces choses. Et puis, dans un élan soudain, dans la rage du désespoir il abattit ses poings puissants sur les créatures. Le voilà tiré d'affaire apparemment pour la nuit. Mais uniquement en ce qui concernant les Sans-Coeurs. Il haletait, essoufflé.

Il pensait être seul, il ne l'était pas; il s'en rendit compte quand en se relevant, il se mit à toiser involontairement une jeune femme rousse qu'il n'avait jamais vu.


-Euh...

Il recula de quelques pas...ou plutôt glissa grâce à sa longue queue reptilienne vers l'arrière - mais avec difficulté; les jambes c'est plus pratique !
Allait-elle attaquer, fuir, hurler ? Il n'en savait rien.
Instinctivement, il siffla comme les serpents le faisait, mais cela était naturel chez lui puisqu'il en était un; une sorte de gros serpent...
Ce n'était pas une agression pour lui, juste un réflexe.


-Bonssssoir...

Raaaah, que ce n'était pas pratique d'avoir la langue fourchue, mais bon...Pour l'instant il n'avait pas envie de ressentir à nouveau la souffrance en se retransformant, cela le blessait déjà suffisamment; et c'était cela qui l'épuisait grandement.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Mar 28 Oct - 13:42

Blanche-Neige contempla la flamme avec une certaine surprise d’abord, puis avec un air appréciateur.

-Je vois… Bonne nuit l’Ankou.

Qui que fut cet homme avant de perdre la mémoire il était clair qu’il n’était pas qu’une simple âme incarnée. Qui sait, peut-être qu’elle en apprendrait plus lui le lendemain s’ils passaient leur soirée ensemble comme elle le lui avait proposé. Elle regarda la porte se refermer derrière l’Ankou et regagna sa propre chambre pour enfiler une veste et attraper son sac, puis elle verrouilla la pièce et sortie de l’hôtel.  L’air frais lui fit du bien et acheva totalement de la réveiller. Et puis ce silence nocturne et la solitude qui l’accompagnait avait quelque chose d’agréable. Ici elle n’avait pas besoin de se forcer à être quelqu’un d’autre ou à cacher son identité, elle était seule avec elle-même pour seul juge.

La rouquine se mit à marcher tranquillement vers son but : les ruines de la Forteresses, ou plutôt l’ancien château d’Ansem le Sage aujourd’hui abandonné qui contenait la bibliothèque la plus fournie qu’elle n’avait jamais vu. Elle aimait bien les livres. Ce n’était pas une passion, mais elle avait conscience qu’ils renfermaient souvent de lourds secrets sur le passé et sur la partie cachée de l’histoire des mondes que la plupart des gens ne connaissaient pas… une vérité dont seuls les initiés avaient conscience. Initiés dont elle faisait partie depuis que Maléfique l’avait enlevé pour se servir de son cœur comme d'une arme afin d’ouvrir la serrure et déverrouiller l’ultime porte menant au Kingdom Hearts. Lorsqu’elle quitta la zone éclairée de la ville, elle matérialisa une sphère lumineuse dans sa main pour s’éclairer, consciente que cela risquait d’attirer l'attention des sans-cœurs. Mais qu’importe, elle les sentirait venir de loin. Et puis accessoirement les sans-cœurs n’avaient pas besoin d’attendre qu’elle daigne utiliser sa magie pour l’attaquer, son cœur pur rayonnait et la trahissait sans qu’elle le veuille. Quel que soit l’endroit où elle allait, les ténèbres finissaient toujours par la suivre… c’était dans l’ordre des choses : la lumière attirait les ténèbres qui eux même semaient la mort. Sa famille en avait fait les frais.

Elle rencontra les premiers sans-cœurs lorsqu’elle arriva à proximité du château et les repoussa intuitivement grâce à ses pouvoirs innés de princesse de cœur. Les créatures des ténèbres ne l’inquiétaient pas, ils n’étaient pas assez nombreux pour lui faire du mal, en revanche elle redoutait d’avantage de tomber sur cette créature dont avait parlé Bérénice. Quoi qu’elle fût, Ankou avait l’air convaincu qu’elle existait bel et bien.

Et elle finit par la rencontrer.

La jeune femme arriva aux portes principales du château et sentit immédiatement une concentration de ténèbres dans le hall. Elle se prépara à les repousser encore une fois… et se figea en sentant les sans-cœurs disparaître les uns après les autres.

« Qu’est-ce qui se passe ? »

Elle ouvrit les portes et se glissa dans l’immense hall d’entrée du château où l’attendait un spectacle… étonnant. Le fameux serpent était en train de combattre les sans-cœurs. Il avait l’air essoufflé et épuisé, mais il luttait vaillamment et finit par détruire les derniers sans-cœurs avec la rage du désespoir. Elle n’eut guère le temps d’aller l’aider, tout était allé beaucoup trop vite. Et puis accessoirement elle ne connaissait pas les intentions de cette créature ; le fait qu’il combatte un ennemi commun ne faisait pas de lui son allié.

Le serpent humanoïde se releva et finit par se rendre compte de sa présence.

-Euh...

Blanche fit disparaître sa boule de lumière qui ne servait plus à rien puisque l’intérieur du château était éclairé par de grandes lampes, et matérialisa son gun qu’elle pointa sur Cédric. Réflexe défensif pur et dur. Elle le vit reculer. D’accord, il parlait et semblait intelligent… il lui faisait vaguement penser au compagnon de Belle, autrefois surnommé la Bête. Etait-il lui aussi victime d’un quelconque enchantement ?

-Bonssssoir...

Un cœur tiraillé. Il avait probablement servit les ténèbres avant de se tourner vers la lumière… à présent ses ténèbres n’étaient plus qu’une part infime de son être, la lumière luttant pour reprendre le dessus. Son interlocuteur était épuisé, désespéré, faible, affamé… seul et perdu et…

« STOP ! »

Blanche-Neige se força à détourner son cœur de celui de la créature. Voilà une éternité qu’elle n’avait pas réussi à lire dans un cœur avec une telle facilité… elle n’avait même pas cherché à le faire ! Les sentiments de son interlocuteur s’étaient imposés à elle sans qu’elle le veuille, comme si son cœur lançait un appel à l’aide...

« Ok j’ai compris, ce n’est pas un ennemi. Mais stop, je ne veux plus ressentir ça… »

La jeune femme fit disparaître son arme.

-Bonsoir, dit-elle calmement  en se demandant si elle avait opté pour la meilleure des solutions en rangeant son arme… cœur lumineux ou pas, cette créature était affaiblie et risquait de l’attaquer si elle se sentait menacée. Vous n’êtes pas originaire du Jardin Radieux n’est-ce pas ? D’où venez-vous et que vous est-il arrivé ?

Elle fouilla dans son sac quelques instants et finit par mettre la main sur ce qu’elle cherchait.

-Ce sont les sans-cœurs qui vous ont mis dans cet état ? Vous n’avez plus rien à craindre, tant que je serai là ils ne reviendront pas. Tenez (elle lui tendit un sachet remplie de nourriture… encore fallait-il qu’il s’approche pour la récupérer), ce sont des rations de la brigade : de la viande séchée et des barres énergétiques. Le gout est un peu fort mais c’est ultra nourrissant. C’est ce qu’on mangeait quand on était en intervention sur le terrain pendant plusieurs jours… Bien sur, vous ne devez pas savoir ce qu’est la brigade…  peu importe, ce n’est pas empoisonné c’est tout ce qui compte.

Blanche-Neige lui adressa un sourire qui se voulait rassurant. De toute évidence ses recherches à la bibliothèques allaient subir un léger contre-temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Cedric
The Cursed Bookseller


Messages : 10
Triomphe : 13
Date d'inscription : 09/07/2014
Localisation : Quelque part il ne sait où...

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Mar 28 Oct - 23:05

Ce fut avec soulagement qu'il constata que la jeune femme baissa son arme; il n'avait vraiment envie de finir avec le cerveau grillé maintenant. Bien qu'en fin de compte, cela aurait été une plutôt bonne idée après ce qu'il avait vécu; mais il savait qu'il y avait forcément pire que lui. Orube l'avait oublié et avait essayé de le tuer, l'Oracle n'avait pas voulu lui rendre sa mémoire, il ne pouvait pas rentrer à Meridian ni reposer en paix auprès de sa propre famille car l'endroit lui était interdit y compris une sépulture décente...il était rentré sur Terre, s'était enfermé dans sa librairie et avait tenté de se tuer...Et il y avait eu cette lumière blanchâtre.

-Bonsoir. Vous n’êtes pas originaire du Jardin Radieux n’est-ce pas ? D’où venez-vous et que vous est-il arrivé ?

Il ne répondit pas tout de suite alors qu'elle fouillait dans son sac. Il crut qu'elle allait sortir une arme plus conséquente ou de quoi le maîtriser, mais en fin de compte...son odorat lui disait qu'il y avait de la viande séchée; de la nourriture ! Enfin !

-Ce sont les sans-cœurs qui vous ont mis dans cet état ? Vous n’avez plus rien à craindre, tant que je serai là ils ne reviendront pas. Tenez, ce sont des rations de la brigade : de la viande séchée et des barres énergétiques. Le gout est un peu fort mais c’est ultra nourrissant. C’est ce qu’on mangeait quand on était en intervention sur le terrain pendant plusieurs jours… Bien sur, vous ne devez pas savoir ce qu’est la brigade…  peu importe, ce n’est pas empoisonné c’est tout ce qui compte.

Il nota toutes ces précieuses informations dans son palais mental...qui avait la même apparence que sa librairie à Heatherfield. Il glissa tout doucement vers elle pour lui faire comprendre qu'il n'allait pas attaquer. Elle était gentille de lui donner de quoi se sustenter, la gentillesse, il n'avait plus connu cela depuis des lustres. Le léger problème était que ses paluches de reptile étaient trop grandes et que pour ouvrir le sachet...bah...oups...
Bon, il n'avait pas le choix...et si elle disait vrai, il n'aurait rien à craindre des Sans-Coeurs, donc.

Il ne prit pas le sachet tout de suite mais recula soudainement et très rapidement, à au moins trois mètres d'elle ou peut-être quatre ou cinq, puis il entama la phrase de transformation. Le cri qu'il poussa était atrocement inhumain tellement il hurlait de douleur. Changer la taille de ses os et se faire rétracter crocs dans une mâchoire humaine plus petite et plus fragile sans se blesser, griffes et écailles, oui, cela faisait terriblement mal.

Une vague aura dorée l'entoura tandis qu'il se changeait peu à peu en une forme humaine. Quand ce fut fini, devant Valerya se trouvait, au sol et sur le dos, gémissant, une silhouette masculine aux traits caractéristiques d'un humain de vingt-trois ans, une peau blanche, légèrement pâle mais nul doute qu'elle le serait moins s'il était en meilleur forme. Ses longs cheveux blonds et dorés masquaient ses beaux yeux bleus couleur turquoise et il ne manqua pas, d'un geste hésitant de la main, de dégager les mèches gênantes et de se relever tant bien que mal. Il était habillé d'un pantalon marron et d'un pull gris-noir, ses chaussures étaient également noires, il portait également un long manteau violet-mauve. Il remonta ses montures sur le bout de son nez et s'approcha lentement de la jeune femme.


-Je...je m'appelle Cedric...Cedric Hoffman...Je...j'ai été transporté ici...enfin...un portail...je ne sais pas comment décrire cela...

Il attrapa le sachet et s'assit par terre, il était vraiment fatigué. Il prit une barre énergétique avant de continuer à répondre aux questions, n'oubliant pas - évidemment - de remercier la jeune femme avant, pour le don généreux qu'elle venait de faire.

-Je viens d'un endroit que l'on appelle Métamonde...enfin c'est là que je suis né. Avant d'être amené ici - vous appelez cela Jardin Radieux ?! - j'étais à la Cité du Crépuscule...je crois que cela se nomme ainsi...Mais je n'y suis pas resté bien longtemps. Et encore avant j'étais sur la Terre, dans une ville appelée Heatherfield...Oui, les Sans-Coeurs m'ont mis dans cet état de fatigue; j'espère vraiment qu'ils ne reviendront pas. J'ai déjà affronté pire, les éléments eux-mêmes, mais ces fichues bestioles ne connaissent pas la pitié.

Les éléments eux-mêmes; vu le pouvoir des Gardiennes, oui, tu peux le dire, mon coco...Et le pire c'est que Valerya ne pourra pas te contredire vu que tu dis bien la vérité.

-Quant à l'apparence que vous venez de voir...c'est normal. C'est plutôt le fait que j'ai une apparence humaine qui est inquiétante...Je suis un Galahaut, la forme que vous avez vu est ce que je suis réellement; cette forme humaine est un cadeau. Douloureux cadeau mais pratique...Peu de gens passent ici; permettez-moi d'être curieux, mais que faites-vous ici ?...mais j'imagine que cela ne me regarde pas, excusez-moi...Certaines habitudes ne changent pas je crois...Vous m'avez aidé, puis-je rester avec vous s'il vous plaît ? Je n'ai pas envie de recroiser ces bestioles, et de plus, je me dois bien de vous aider puisque vous m'avez sauvé de la faim...J'ai toujours connu cela, je suis fait pour servir; je suis un ancien général, mais cette époque est finie...J'espère...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Mer 29 Oct - 20:19

La métamorphose de Cédric fut spectaculaire… et terriblement bruyante. Elle ne comprit pas tout de suite ce qui était en train de se passer, et puis son apparence commença à changer et elle fut frappée par l’évidence : quel que soit l’origine de cet inconnu il était capable de se transformer en reptile ET en humain quand bon lui semblait. Très impressionant.

-Je...je m'appelle Cedric...Cedric Hoffman...Je...j'ai été transporté ici...enfin...un portail...je ne sais pas comment décrire cela...


Ca, elle s’en doutait un peu.

-Un paradoxe temporel, j’imagine. Je m’appelle Valerya.

La jeune femme le regarda s’assoir par terre et l’observa en silence. Il avait l’air d’en avoir sérieusement bavé le pauvre… il lui faisait de la peine.

-Je viens d'un endroit que l'on appelle Métamonde...enfin c'est là que je suis né. Avant d'être amené ici - vous appelez cela Jardin Radieux ?! - j'étais à la Cité du Crépuscule...je crois que cela se nomme ainsi...Mais je n'y suis pas resté bien longtemps. Et encore avant j'étais sur la Terre, dans une ville appelée Heatherfield...Oui, les Sans-Coeurs m'ont mis dans cet état de fatigue; j'espère vraiment qu'ils ne reviendront pas. J'ai déjà affronté pire, les éléments eux-mêmes, mais ces fichues bestioles ne connaissent pas la pitié.

Elle ne connaissait pas ces mondes. Pas si étonnant que ça puisqu’il en existait des milliers. Ce pauvre homme avait été balloté d’un monde à l’autre vraisemblablement –du moins elle le pensait- à cause des paradoxes. Qu’entendez-t-il par « affronté les éléments ? », était-ce une métaphore ?

-Quant à l'apparence que vous venez de voir...c'est normal. C'est plutôt le fait que j'ai une apparence humaine qui est inquiétante...Je suis un Galahaut, la forme que vous avez vu est ce que je suis réellement; cette forme humaine est un cadeau. Douloureux cadeau mais pratique...

-Je vois. Il serait cependant plus prudent pour vous de garder forme humaine si vous décidez de vous promener dans le Jardin Radieux, les habitants de ce monde seraient trop effrayés autrement.

-Peu de gens passent ici; permettez-moi d'être curieux, mais que faites-vous ici ?

Blanche le considéra sans répondre. Elle n’eut pas besoin d’hésiter très longtemps dans la mesure où il connaissait déjà la vérité sur les autres mondes.

-...mais j'imagine que cela ne me regarde pas, excusez-moi...Certaines habitudes ne changent pas je crois...
-J’essaie de trouver un moyen de rentrer chez moi. Et accessoirement je cherche à comprendre l’origine et la nature de ces mêmes paradoxes qui vous ont entrainé ici.
-Vous m'avez aidé, puis-je rester avec vous s'il vous plaît ? Je n'ai pas envie de recroiser ces bestioles, et de plus, je me dois bien de vous aider puisque vous m'avez sauvé de la faim...J'ai toujours connu cela, je suis fait pour servir; je suis un ancien général, mais cette époque est finie...J'espère...


Blanche sourit avec bienveillance et s’accroupit près de Cédric.

-C’est vous qui avez besoin d’aide, pas moi. Vous ne survivrez pas une nuit de plus ici tous seul.

Ca, c’était une évidence. Le prochain groupe de sans-cœurs qu’il rencontrerait finirait par le tuer.

-Et je n’ai pas l’intention de vous abandonner à votre sort. Tant pis pour mes recherches, je vous ramène à mon hôtel, vous avez besoin de repos. Il y a une bonne heure de marche, vous vous sentez capable de vous déplacer ?

Décidément le Destin avait l’air de s’acharner à vouloir l’empêcher à tout prix de disposer de son temps pour mener à bien ses objectifs. Mais au diable la bibliothèque, la vie d’un innocent primait sur tout le reste.

-Non, observa telle, vous êtes trop faible. Prenez votre temps pour manger, je vais vous transmettre un peu de mon énergie.

La rouquine posa une main sur la tête de Cédric et y concentra ses pouvoirs de guérison. Si elle ne pouvait pas lui rendre la totalité de sa force, cette dernière ne pourrait revenir qu’avec une bonne grosse cure de sommeil, elle pouvait au moins lui donner un peu d’énergie pour marcher. C’était mieux que rien.

-Et abandonnez d’office cette idée de vouloir me servir, je suis votre égale, pas votre supérieur.

Elle se releva et lui tendit la main pour qu’il en fasse de même.

-Le soleil ne devrait plus tarder à se lever maintenant. Allons-y.

Ils se mirent en route. Blanche veilla à adapter son rythme à la marche de son nouveau compagnon, faisant des pauses régulières et gardant un œil sur lui en permanence pour s’assurer qu’il ne s’effondre pas en route. Le fait est qu’ils mirent près d’une heure et demie au lieu d’une seule pour arriver dans le centre-ville car ils avançaient doucement. Blanche avisa une boulangerie et demanda à Cédric de l’attendre quelques instants. Elle en revient avec deux sacs pleins de gâteaux et de viennoiseries.

-Servez-vous, dit-elle en grignotant un pain au chocolat. C’est bien meilleur que les rations de la brigade. Vous voyez le bâtiment là-bas ? C’est l’hôtel. On est arrivé. Avant qu’on entre… j’imagine que vous devez vous poser des tas de questions et je serai très heureuse d’y répondre. Mais je ne vous demande qu’une chose : la plupart des gens ne sont pas au courant de l’existence d’autres mondes et c’est mieux ainsi alors essayez de rester discret sur ce sujet d’accord ?

Quelques instants plus tard ils pénétrèrent dans le fameux hôtel. Blanche s’avança vers la réception et salua Marjorie.

-Je voudrai réserver une chambre pour mon ami Cédric ici présent. Disons pour… une semaine ? J’en profite aussi pour réserver la mienne pour la même durée.

Blanche paya sa commande et tendit un des deux sacs à Marjorie.

-Cadeau, pour me faire pardonner pour cette nuit, dit-elle avec un sourire. Je vous laisse les distribuer au personnel qui est réveillé ?


La jeune femme récupéra les clés de la chambre de Cédric et les lui donna, puis elle lui fit signe de la suivre et entreprit de grimper les escaliers pour le conduire à sa chambre.

-Voilà, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles il n’y a pas de sans-cœurs ici. (Elle lui donna le second sachet de pâtisserie). Et si jamais vous avez faim ceci devrez-vous aider. Je pourrai répondre à vos questions quand vous vous serez reposé et… que nous serons seuls à seuls bien sûr (elle insista bien sur ce point). Ca va aller ?

Quant à elle, et bien... si elle s'était mit en tête de retourner à la bibliothèque dès qu'elle aurait mit Cédric à l'abri, elle venait de changer d'avis en sentant la fatigue revenir en force. Si Cédric n'avait plus besoin d'elle sa prochaine destination était sa chambre à coucher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Cedric
The Cursed Bookseller


Messages : 10
Triomphe : 13
Date d'inscription : 09/07/2014
Localisation : Quelque part il ne sait où...

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Jeu 30 Oct - 18:10

C'était assez agréable quand quelqu'un prenait la peine de vous considérer alors que juste avant vous arboriez l'apparence de ce que la personne d'en face appelle sûrement monstre, et que ladite personne accepte de vous aider sans que vous n'ayez rien demander. Bon d'accord, j'exagère un peu, il a connu quelques instants de répit...seulement quelques...Mais bref, on s'en fiche.

Non, le Galahaut n'était pas capable de marcher durant une heure avec la fatigue que son faible corps humain endurait; s'il était sous sa forme originale il n'y aurait pas eu de problème, mais il n'avait pas la force de supporter une autre transformation, c'était suffisamment douloureux ainsi. Déjà que sa forme humaine était nettement plus fragile...

De là d'où il venait à la base, les gens ayant le don de guérir ainsi les autres étaient peu nombreux. Souvent parce qu'il fallait maîtriser le grand pouvoir de la Terre, ou bien quelque chose de similaire, ou alors avoir un don quelconque en rapport avec la Lumière. Les seules personnes qu'il avait connu pouvant ainsi soigner avaient été la Gardienne de la Terre - Cornélia Hale - l'Oracle qu'il détestait tant et la reine Elyon. Ah et il y avait le prince Phobos, mais sa manière de guérir les autres était pas très tendre; mais au moins cela fonctionnait bien.


-Servez-vous. C’est bien meilleur que les rations de la brigade. Vous voyez le bâtiment là-bas ? C’est l’hôtel. On est arrivé. Avant qu’on entre… j’imagine que vous devez vous poser des tas de questions et je serai très heureuse d’y répondre. Mais je ne vous demande qu’une chose : la plupart des gens ne sont pas au courant de l’existence d’autres mondes et c’est mieux ainsi alors essayez de rester discret sur ce sujet d’accord ?

Il prit un croissant; il aimait bien leur goût, quand ils étaient bien faits, c'était agréable. Ceux-ci étaient frais, c'était parfait. Il remercia timidement la jeune femme et d'une certaine manière elle lui rappelait Orube, mais il chassa bien vite ce souvenir de ses pensées. Il devait essayer de survivre pour comprendre ce qu'il se passait, et pourquoi pas se reconstruire ailleurs ? C'était une occasion inespérée, surtout qu'ici, personne ne le connaissait.

-Ne vous inquiétez pas, je ne dirai rien.

Bizarrement cela lui rappelait quand il était sur Terre et qu'il ne devait rien dire sur l'existence du Métamonde ou de la Forteresse de Kandrakar; et de tout un tas d'autres mondes et dimensions sous la coupe de Kandrakar.

Cedric frissonna en observant le nom de l'hôtel; "The Weeping Angel". Ce nom lui disait quelque chose et pour une quelconque raison, il s'était mis à frissonner, mais pas de froid. Il savait qu'il avait déjà entendu ce nom quelque part et pour une raison inconnue, son esprit liait cela à quelque chose de négatif; mais pourquoi ?...il ne se souvenait plus s'il avait lu quelque chose dessus, ou si c'était le prince qui lui en avait parlé, mais il n'aimait déjà pas le nom choisi.


-Je voudrai réserver une chambre pour mon ami Cédric ici présent. Disons pour… une semaine ? J’en profite aussi pour réserver la mienne pour la même durée.

Le mot "ami" fit sursauter le Galahaut; voilà bien des lustres qu'il n'avait pas entendu ce mot à son égard...D'ailleurs l'avait-il déjà entendu ?
Non.
Bien sûr que non.

Marjorie était aujourd'hui vêtue d'une magnifique robe aux couleurs joyeuses faisant ressortir son teint et la couleur de ses yeux. Son regard rencontra celui du libraire maudit et elle oublia très vite l'Ankou; par contre le Galahaut ne pensa rien du tout de la demoiselle. La jeune fille accepta le paquet avec joie et nota que deux chambres étaient donc réservées. Celle de Cedric était au deuxième étage; à côté de celle qu'occupait l'étrange monsieur Smith.


-Voilà, vous pouvez dormir sur vos deux oreilles il n’y a pas de sans-cœurs ici. Et si jamais vous avez faim ceci devrez-vous aider. Je pourrai répondre à vos questions quand vous vous serez reposé et… que nous serons seuls à seuls bien sûr. Ca va aller ?

-Oui, merci beaucoup mademoiselle Valerya.

Il était encore en train de grignoter un autre croissant.

-Vraiment, merci beaucoup.

Il se jura intérieurement de lui rendre la pareille si un jour elle avait besoin d'aide.

-Je voudrais tout de même pouvoir vous aider en retour, un jour. Cela fait deux jours que j'ai passé à la bibliothèque, j'ai lu quelques ouvrages, pas tous. J'ai une assez grande affinité avec les livres, plus qu'avec les gens. Je peux peut-être vous aider dans vos recherches ?

Un bruit étrange arriva à leurs oreilles, venant de la chambre de l'étrange monsieur Smith.



Certains auront reconnu le bruit du tournevis sonique.
C'est d'ailleurs ce bruit légèrement trop amplifié qu'entendirent nos deux protagonistes; mais qu'était-il en train de faire l'étrange monsieur Smith ? A priori, pour ceux qui connaissent, en train d'analyser quelque chose ou de tenter de réparer un truc; et sans faire gaffe il a dû amplifier les ondes soniques...bon ce sont des choses qui arrivent...
Par contre il devrait faire attention quand il parle; après tout, on pouvait entendre une partie de son monologue - en était-ce vraiment un ? - mais certains bouts de phrase manquaient, à cause du bruit incessant des ondes soniques.


-C'est vraiment fascinant ! Fantastique !.....paradoxes temporels.....je peux............repérer.......éliminer ou annuler les paradoxes...............Je............Est-ce que....................argh ! Je crois que...................et si.......................un instant............ne me dites pas que......................plus tard.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Sam 1 Nov - 19:56

Cette manière de la remercier était touchante, il avait l’air vraiment heureux. Tant mieux, au moins elle n’avait pas fait ça pour rien. Il était en sécurité maintenant… et puis le fait de l’avoir amené au Weeping Angel lui permettrait de garder un œil sur lui. Certes, il lui avait promis qu’il ne dirait rien sur les autres mondes mais en soit rien ne prouvait qu’il tiendrait parole, elle ne le connaissait pas.

Elle se gifla mentalement.

« Qu’est-ce qui te prend de penser comme ça Valerya ? Blanche-Neige n’existe plus, ce n’est pas à toi de surveiller la bonne marche des mondes à présent, tout ça ne te concerne plus ! »

-Je voudrais tout de même pouvoir vous aider en retour, un jour. Cela fait deux jours que j'ai passé à la bibliothèque, j'ai lu quelques ouvrages, pas tous. J'ai une assez grande affinité avec les livres, plus qu'avec les gens. Je peux peut-être vous aider dans vos recherches ?
-…Pourquoi pas. Si vous avez lu des choses à propos des paradoxes je suis preneuse.

Il y avait tellement de livres dans cette bibliothèque qu’une seconde paire de mains ne serait pas de trop. Surtout si c’était celles d’une personne partiellement initiés aux secrets des mondes.

-Maintenant si cela ne vous ennuie pas je vais aller me repos…

Blanche tourna la tête vers la porte de monsieur Smith. Quelle était l’origine et la nature de ce bruit qu’elle venait d’entendre ?

-C'est vraiment fascinant ! Fantastique !.....paradoxes temporels.....je peux............repérer.......éliminer ou annuler les paradoxes...............Je............Est-ce que....................argh ! Je crois que...................et si.......................un instant............ne me dites pas que......................plus tard.

La jeune femme écarquilla les yeux. Avec les derniers évènements elle avait complètement oublié monsieur Smith et ce que Bérénice lui avait dit à son propos. Mais là… là, et bien elle venait d’avoir la preuve que la brune ne se trompait pas. De toute évidence ce monsieur Smith avait l’air de savoir beaucoup de choses sur les paradoxes.

« Et il s’est bien gardé de m’en parler quand j’ai posé la question il y a quelques heures » songea telle.

Et ce qu’il venait de dire sur le fait de les éliminer ou de les annuler…


« Une discussion s'impose »

Bon, encore une fois elle allait remettre ses plans à plus tard. Mais il fallait vraiment qu’elle parle à cet homme.

Elle se détourna donc de Cédric pour toquer à la porte de l’étrange individu.

-Monsieur Smith ? C’est Valerya. Il faut qu’on parle des paradoxes... et probablement d’autres choses.. Je peux entrer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Cedric
The Cursed Bookseller


Messages : 10
Triomphe : 13
Date d'inscription : 09/07/2014
Localisation : Quelque part il ne sait où...

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Mer 5 Nov - 21:50

Blanche-Neige avait entendu l'étrange bruit venant de la chambre du mystérieux monsieur Smith, tout comme l'ancien général. Mais si elle était curieuse de connaître ce qu'il se cachait dans la pièce voisine, le Galahaut avait appris que parfois, il fallait plutôt se tenir sur ses gardes et ne pas ennuyer ce type de personne. De plus, il était bien fatigué, et son corps humain ne l'aidait pas à supporter l'épuisement qu'il ressentait dans tous les muscles de son être. Aussi salua t-il la rouquine, très poliment afin de prendre congé.
Le Galahaut prit soin de se déshabiller, ne gardant que son caleçon blanc, avant de se glisser sous les couvertures et de s'endormir bien vite; alors il n'entendit pas la discussion des deux personnes à côté.


-Monsieur Smith ? C’est Valerya. Il faut qu’on parle des paradoxes... et probablement d’autres choses.. Je peux entrer ?

Le mystérieux monsieur Smith.
L'étrange monsieur Smith.
L'inexplicable devenait explicable avec lui, et l'indéchiffrable n'était pas un problème.
Drôle de voyageur voyageant à travers les mondes dans sa cabine téléphonique rouge.
Le lecteur aura tôt fait de savoir de qui il est inspiré...très grandement d'ailleurs.

Quand la jeune femme toqua à la porte, le bruit étrange cessa et il arrêta ses divagations pour aller ouvrir.


-Oui ? Qu'y a t-il ?

Le drôle de monsieur Smith était un homme ayant une apparence humaine, il était plutôt grand et svelte, des cheveux châtains-bruns en bataille, des favoris et toujours ce sourire curieux de l'aventurier ravi de partir vers d'autres péripéties. Il portait un complet bleu à fines rayures blanches et des chaussures dépareillées; tous diront qu'il a si mauvais goût, mais lui s'en fichera totalement.

Il détailla scrupuleusement la jeune femme comme s'il la voyait pour la première fois. Il avait une main sur la poignée de la porte s'ouvrant vers l'intérieur, et de l'autre main il avait un étrange bout de métal d'où émanait une vague lueur bleutée.

La porte étant grande ouverte, Blanche-Neige pouvait facilement voir le...C'EST QUOI CE BAZAR DANS CETTE CHAMBRE ?!!!!!!
(Kagi: Veuillez l'excuser, la narratrice ne supporte pas le désordre total d'une chambre; elle en a une peur bleue.)
Hum...bref...
Le lit était défait, il y avait des...euh...bouts de métal partout, des ustensiles de cuisine, des vêtements un peu partout et des trucs non identifiés. Mais alors quand je dis non identifiés, c'est vraiment non identifiés. Tellement non identifiés que je ne pourrais même pas vous dire si cela pourrait se rapprocher de quelque chose.


-Euh...je ne suis pas sûr que vous vouliez rentrer ici.

Il sortit de sa chambre en refermant la porte soudainement derrière lui et s'appuya contre le mur.

-Que puis-je pour vous ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Jeu 6 Nov - 12:17

-Euh...je ne suis pas sûr que vous vouliez rentrer ici.

Non en effet. C’était quoi ce bordel ? De toute évidence ce monsieur Smith n’était pas seulement excentrique dans son apparence, il l’était aussi dans sa manière d’être. Qu’était-il en train de bricoler là-dedans ? En fin de compte il n’était pas partie à la bibliothèque… elle avait dû l’intercepter avant qu’il parte.

« Drôle de personnage… » songea telle.

-Que puis-je pour vous ?

Bonne question. Elle avait frappé à sa porte sans penser à la manière dont elle allait formuler sa requête. Jusqu’où pouvait elle allait ? Que pouvait-elle dire ou ne pas dire ? Elle s’accorda quelques secondes pour l’observer à son tour, essayant de dresser un portrait psychologique du protagoniste qui lui faisait face (elle y arrivait bien avec les Skygge, il n’y avait pas de raison qu’elle ne puisse pas avec lui !).

« Un homme excentrique, maitrisant un sujet que la plupart des gens prennent pour une légende ou un mythe, un cœur penchant pour la lumière et une volonté de rester discret… »

Nous ne développerons pas ici la totalité de ses suppositions, le fait est qu’à la fin elle en était arrivée à une conclusion : il n’était pas originaire du Jardin Radieux, son comportement était trop décalé.

« J’y vais franc jeu au risque de me planter ? Allez…. »

Elle regarda de part et d’autres du couloir pour s’assurer que personne n’était là et ne puisse surprendre la conversation avant de se lancer.

-J’ai surpris une partie de ce que vous disiez à l’instant à propos des paradoxes, comme quoi vous pouviez les repérer ou les annuler, dit-elle à voix basse. Autant la jouer franc jeu, ni vous ni moi ne sommes originaires de ce monde et nous cherchons visiblement tous les deux à comprendre et à étudier ce phénomène.

Elle marqua une pause pour observer sa réaction et reprit :

-Je ne sais pas qui vous êtes ni d’où vous venez, mais je peux lire dans votre cœur que vos intentions sont pures et que vous ne servez pas les ténèbres... (Blanche tiqua) attendez, vous avez DEUX CŒURS ?! Mais comment est-ce possible ?! HUM, bref... Je vous propose donc de mutualiser nos connaissances pour faire avancer nos recherches respectives.

S’il refusait… et bien, elle ne savait pas ce qu’elle ferait. Mais elle avait la possibilité d’obtenir des informations sur les paradoxes sans passer par le comité de restauration de la forteresse et elle ne pouvait pas laisser passer cette chance. Elle n’avait plus qu’à espérer avoir piqué sa curiosité.

-Je vous propose de poursuivre cette discussion dans ma chambre, à l’abri des oreilles indiscrètes. Si vous le voulez bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ankou
Shinigami Ardent


Messages : 22
Triomphe : 19
Date d'inscription : 21/09/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Ven 14 Nov - 21:40

-J’ai surpris une partie de ce que vous disiez à l’instant à propos des paradoxes, comme quoi vous pouviez les repérer ou les annuler. Autant la jouer franc jeu, ni vous ni moi ne sommes originaires de ce monde et nous cherchons visiblement tous les deux à comprendre et à étudier ce phénomène.

Le visage de l'étrange monsieur Smith s'illumina d'un grand sourire ravi.

-Je ne sais pas qui vous êtes ni d’où vous venez, mais je peux lire dans votre cœur que vos intentions sont pures et que vous ne servez pas les ténèbres... attendez, vous avez DEUX CŒURS ?! Mais comment est-ce possible ?! HUM, bref... Je vous propose donc de mutualiser nos connaissances pour faire avancer nos recherches respectives.

Il arqua un sourcil surpris.
Oui, bien sûr qu'il avait deux coeurs, en quoi cela était étonnant ?


-Vous êtes en mesure de lire dans les cœurs ?! Eh bien...j'ai déjà vu des êtres dotés de la capacité de lire dans les pensées ou bien dans l'âme...mais dans les cœurs...Mes deux cœurs...Je suis un peu spécial, tout le monde me le dit...Fou aussi...Mais un brin intelligent et perspicace le plus souvent...mais ça c'est parce qu'ils ont vu ce que je faisais...Rassurez-moi...Vous êtes bien humaine ? Vous venez d'un autre monde donc...euh...je préfère demander. Y a pas d'oreilles indiscrètes ici, à part les Anges, mais ils ne font rien de mal en gardant l'hôtel. Et rien ne leur échappe. Je crois...Enfin bref, mon nom est Smith. Jonathan Smith. Bien sûr c'est un mensonge, on préfère m'appeler le Médecin; c'est aussi un mensonge ce n'est pas mon vrai nom non plus. Mais je n'ai plus de nom. Enfin si, mais je ne le sais plus. Enfin...non, si je m'en souviens, mais je préfère ne pas le dire. Enfin bref, pour tout le monde c'est monsieur Smith, Jonathan ou le Médecin. A votre convenance ! Personnellement je préfère Smith ou Jonathan.

Ce mec était un vrai moulin à paroles. Et en plus il parlait suuuuuuuuuper vite. C'était...pas facile à suivre. En tous cas il était toujours là, à regarder Valerya, sans faire mine de bouger.

-Quant aux paradoxes c'est...paradoxalement paradoxal ce que j'ai dit...vous avez peut-être pas tout entendu mais c'est vraiment un vrai paradoxe tout ce que je dis, tout ce qu'il se passe...Mais j'aime bien les paradoxes, ça met du piment dans le quotidien, non ? Et j'aime bien ce mot, paradoxe. Paradoxe...Paradoxe, ouais, ça me plaît bien...joli mot. Paradoxe. Oui je peux annuler certains, mais c'est très compliqué...c'est simple mais paradoxalement peu aisé; tout simplement parce que ce sont des paradoxes, et si je ne réussis pas je dois recommencer, donc je rencontre un autre paradoxe qui est sûrement le paradoxe de moi-même; pas cool hein ? Et situation paradoxalement paradoxale...non. Paradoxalement pas cool, ouais...Je vous en dirai plus une autre fois...enfin si je ne retombe pas ailleurs; ce qui serait paradoxal avec ma situation actuelle !

Il sourit et ouvrit la porte de sa chambre, la saluant.
Si elle avait quelque chose à demander, c'était maintenant.


****


L'Ankou se réveilla doucement. Il avait plutôt bien dormi, lové confortablement au fond du lit, sous les chaudes couvertures.

Bon, ok, lève-toi, lave-toi et habille-toi ! Et oublie pas d'aller voir Bérénice, elle a toujours besoin d'aide. Ah et Valerya aussi. Très important.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Ven 14 Nov - 23:49

Woh…   Ecouter monsieur Smith c’était comme écouter un moulin à parole brasser de l’air. Bon, le personnage était sympathique, mais elle commençait légèrement à se demander s’il ne faisait pas exprès de tourner autour du pot pour chercher à l’embrouiller. Oui elle était bien humaine, et non, d’accord il n’y avait pas d’oreilles indiscrètes. Par contre c’était quoi cette histoire d’ange ? De la religion ? Non, il n’avait pas l’air d’être du genre croyant.

-Vous parlez… des statues ? Vous prenez cette histoire au sérieux ?

Il lui fit son charabia sur les paradoxes, ce qui eut l’effet immédiat de faire fumer son cerveau… elle qui était fatiguée, il venait de l’achever ! Il lui indiqua finalement que la conversation était terminée. Enfin « conversation »…, disons plutôt monologue. Et le pire dans tout ça ? C’est que Blanche n’avait strictement rien appris de plus. Nada, que dalle, niet ! Elle renonça finalement à le retenir, songeant qu’il valait mieux revenir plus tard en meilleure forme physique pour lui tirer les vers du nez. Non pas pour le frapper, mais parce qu’il fallait avoir les nerfs bien accrochés pour ne pas se laisser perdre par cet homme.

-Je reviendrai plus tard. Si vous avez envie de parler « sérieusement » des paradoxes… vous savez où me trouver. Bonne journée Jonathan.


Elle lui adressa un dernier sourire avant de se diriger vers les escaliers. Sur le chemin, elle jeta un coup d’œil à la statue de l’ange en se demandant ce qu’ils avaient tous avec elles, puis poursuivit sa route… avant de s’arrêter brusquement.
Non… ça ne pouvait pas être possible ? Elle s’approcha de la statue et la détailla avec attention pour la toute première fois depuis son arrivée à l’hôtel. Sa vision ne pouvait pas la tromper. Cette chose avait un cœur. Un cœur lumineux. Ce qui signifiait que…

-Elles sont vivantes ?! S’exclama Blanche-Neige, totalement ahurie.

« Ok, du calme Blanche. Tu es fatiguée, tu vas donc aller dormir et tu réfléchiras à tout ça lorsque tu seras reposée »

Elle se détourna de la statue en lui jetant quelques coups d’œil pour s’assurer qu’elle ne bougeait pas et finit par la perdre de vue en arrivant près de sa chambre. La belle entra et se laissa tomber sur son lit avec un soupir de soulagement. Quitte à avoir été expulsée de Xanthia, elle était contente d’être tombée sur un monde avec un minimum de confort, c’était très appréciable. Avant de s’endormir, Blanche alluma sa radio et glissa quelques phrases à l’intention de Sia, tentant désespérément d’établir un contact, en vain. Elle était désespérément seule.

« Non pas seule, songea telle. L’Ankou compte sur moi pour l’aider… »

Qu’allait-il se passer ce soir ? Elle doutait vraiment être capable de pouvoir faire quelque chose pour lui, mais elle ne pouvait pas lui enlever l’espoir. Peut-être que sa famille l’attendait quelque part ? Peut-être que son passé était heureux et que le retour de ses souvenirs apporterait le bonheur dans sa vie ? Si c’était le cas elle espérait sincèrement pouvoir l’aider. C’est sur ces douces pensées qu’elle se laissa finalement sombrer dans le sommeil…
 
***
La journée était radieuse, tout était parfait. Partout on disait que la princesse d’Arendelle était sur le point de naitre et la ville était en fête. Blanche-Neige se laissa peu à peu envahir par la gaité générale des lieux, c’était si agréable ! Elle se promena de ci et là, découvrant un monde qu’elle ne connaissait pas. Et puis elle aperçut l’Ankou au loin, accompagné d’une femme dont la beauté aurait fait pâlir Catherine d’envie. Ah, c’était donc ça la raison de ce rêve ? Elle était en train de voir le futur de l’Ankou ? A moins que…

Non, elle n’était pas dans son futur mais dans son passé. Comment était-ce possible ? Jamais encore elle n’avait réussi à faire de rêve sur commande. Son cœur s’était-il inconsciemment connecté à celui de l’Ankou lorsqu’elle avait formulé le souhait de l’aider à retrouver sa mémoire ? Quoi qu’il en soit, elle se devait de glaner le plus d’informations possible pour les lui rapporter lorsqu'elle se réveillerait. Elle le suivi donc pendant un moment et l’écouta discuter avec son amie, le sourire aux lèvres. Était-ce sa femme ? La suite devait très vite lui faire comprendre que ce n’était pas le cas. L’inconnue plongea et attira son amant avec elle sous l’eau. Lorsque Blanche vit qu’il ne remontait pas, elle décida de plonger à son tour et pu assister à tout le reste de la scène.


« Quelle horreur ! » Pensa telle en le voyant se trancher la gorge.



C’était donc ainsi qu’il était mort ? Il s’était suicidé pour empêcher une sirène d’en faire son esclave ? La rouquine regarda le cadavre couler doucement vers le fond de l’eau, incapable de détacher son regard. Quelque chose se produisit alors. Quelque chose de bref, rapide et violent. L’eau laissa place à des flammes, et partout ailleurs... l’obscurité. Cette vision ne dura que le temps d’un battement de cil. En un instant Blanche en fut expulsée, littéralement, et elle se retrouva au sommet d’une colline.

« Il vient de se passer quoi là ?! »

Son cœur battait à tout rompre ; elle était totalement incapable d’expliquer ce qu’elle venait de voir ; mais de toute évidence elle n’aurait pas dû le voir, et la chose qui protégeait ce souvenir le lui avait bien fait comprendre.

Blanche regarda autour d’elle, cherchant un repère, quelque chose qui lui permettrait de comprendre où elle était. Elle vit une femme. Et l’Ankou. Tout se passa très vite, et pourtant chaque détail se grava dans sa mémoire. L’alliance que portait la femme, similaire à celle de l’Ankou, le livre qu’elle lui lança dans les bras, les vêtements qu’elle portait, son expression lorsqu’elle se jeta du haut de la falaise et celle de l’Ankou qui vit sa femme mourir…


Horreur.


Le passé de cet homme n’était pas joyeux, il n’était que désespoir et mort.


Comme elle.

La vision se troubla peu à peu et Blanche-Neige ouvrit les yeux, dans sa chambre d’hôtel. Son premier réflexe fut de bondir de son lit et d’ouvrir la fenêtre pour prendre une grande bouffée d’air. Comment allait-elle lui annoncer ça ?

« Salut l’Ankou, j’ai fais une sieste, c’était génial ! Sinon, je t’ai vu te trancher la gorge et ai regardé ta femme, enfin ton ex-femme, se suicider. Cool hein ! »

Blanche se massa les tempes en soupirant. Pourquoi fallait-il que ça tombe sur elle ? Sa montre annonçait 17h… sacré sieste qu’elle venait de faire ! Elle décida d’aller prendre une douche pour finir de se réveiller et se retrouva quinze minutes plus tard à se demander ce qu’elle devait faire. Aller voir l’Ankou tout de suite pour lui dire ? Non, elle n’en avait pas le courage. Elle décida donc de s’installer sur son lit avec son carnet de croquis et se mit à dessiner ce qu’elle avait vu en rêve : Arendelle, la sirène et l’Ankou, le livre, la femme de l’Ankou, les deux alliances…

Elle sursauta lorsqu’on frappa à la porte. Sa montre indiquait qu’il était presque vingt heures… oups. Elle n’avait pas vu l’heure passer et n’avait donc pas fait honneur au repas de Bérénice. Tant pis.

-Entrez, s’écria telle.


C’était l’Ankou. Le cœur de Blanche se mit à battre la chamade… elle était légèrement stressée.

-Venez, asseyez-vous, dit-elle en le gratifiant d’un sourire forcé. J’ai quelque chose à vous dire. Vous vous souvenez de ce que je vous ais dis cette nuit à propos de mes rêves ? Je vois des choses qui ne se  sont pas encore produites et parfois… parfois… des scènes du passé.

Elle planta son regard dans le sien, guettant sa réaction. Avait-il comprit où elle voulait en venir ?

-Je viens de voir des choses vous concernant. Votre mort… et celle de votre femme. Je suis sincèrement désolée.

Blanche entreprit de lui raconter ce qu’elle avait vu : l’épisode de la sirène, les flammes, le suicide de Kaku… elle fit de gros efforts pour donner le plus de détails possibles tout en évitant de parler des choses trop choquantes. L’exercice était dur, vraiment. D’une certaine manière cet homme la renvoyait à son propre passé et ce n’était pas une situation facile à gérer.

-J’ai retranscrit le plus fidèlement possible ce que j’ai vu en image, dit-elle en lui tendant son carnet de croquis. Peut-être que cela pourra vous aider à vous souvenir ?

La jeune femme posa une main amicale sur l'épaule d'Ankou. Si elle ne pouvait pas lui éviter ce moment difficile, elle pouvait au moins soulager son cœur, c’était l’un de ses pouvoirs…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ankou
Shinigami Ardent


Messages : 22
Triomphe : 19
Date d'inscription : 21/09/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Lun 1 Déc - 18:58

-Entrez.
 
Le mort entra.
Bien que son regard affichait l'indifférence la plus totale, comme à son habitude, il ne put s'empêcher, intérieurement, d'être surpris. La jeune femme était-elle stressée ?


-Venez, asseyez-vous. J’ai quelque chose à vous dire. Vous vous souvenez de ce que je vous ai dis cette nuit à propos de mes rêves ? Je vois des choses qui ne se  sont pas encore produites et parfois… parfois… des scènes du passé.

...euh...ouais et ensuite ?
Ah d'accord, elle essayait de lui faire comprendre qu'elle avait vu son passé. Chose qu'elle confirma par la suite, tout en plantant son regard dans le sien. Guettait-elle sa réaction ? Elle ne pourrait y voir que de l'indifférente surprise.


-Je viens de voir des choses vous concernant. Votre mort… et celle de votre femme. Je suis sincèrement désolée.

Heureusement que le bonhomme s'était assis; parce qu'il serait tombé. Enfin, non. Mais presque.
Le choc de la nouvelle fit descendre les verres fumés du mort sur le bout de son nez; et si d'ordinaire il les remontait, là, il ne le fit pas. Bon ok, il savait qu'il était mort, bien sûr; ceci n'était donc en rien extrêmement choquant pour lui, c'était tout simplement la nouvelle qu'il avait bien eu une femme...mais qu'elle était morte. Cependant il restait à savoir comment. L'avait-il tué ? Avait-elle été victime de quelqu'un d'autre, ou bien avait-elle succombé à une maladie quelconque ? La rousse prit soin de tout lui raconter; et son indifférence extérieure fut plus flagrante. C'était là un Masque. Il cachait la souffrance que ressentait son petit coeur lumineux sous le masque visible de l'indifférence. En réalité, il serait plutôt en train de hurler et de pleurer; non pas uniquement pour le fait qu'il ait effectivement eu quelqu'un dans sa vie qui ensuite s'est tuée...mais parce qu'il en parvenait pas à s'en souvenir !


-J’ai retranscrit le plus fidèlement possible ce que j’ai vu en image. Peut-être que cela pourra vous aider à vous souvenir ?

Il observa les dessins sur le carnet. Il les regarda TOUS. En détail. Mais il était trop...bouleversé pour faire le lien ou en reconnaître totalement certains.
Aucune larme ne coula; d'ailleurs il ne pouvait pas en verser. Son corps ne contenait pas d'eau, il était une âme incarnée. Un fantôme que l'on pouvait toucher, et il contrôlait les flammes. Pas d'eau, donc aucune larme. Seulement du feu, d'ardentes flammes brillant dans son regard.

 
-Les flammes...Alors...peut-être que vous aussi vous l'avez vue ? Ou bien peut-être qu'entraperçue ? L'horrible choses dessous les flammes...Cet hideux corps et ces monstrueux yeux multiples de bête !
 
Il soupira.
 
-Merci beaucoup pour vos efforts. Mais je crains que pour l'instant, ma mémoire ne soit en train de...
 
Il hurla et s'écroula sur le sol. Sa mémoire. Presque tous ses souvenirs étaient revenus d'un seul coup dans sa tête, ils étaient tels un torrent de lave balayant une forêt; c'était soudain, rapide et douloureux. Et principalement, c'était comme en train de griller son esprit. Il porta les mains à ses tempes. Tellement de choses, tellement de souvenirs ! Joyeux, malheureux, tout se mélangeait si bien qu'il pourrait aisément les confondre ! Il fallait de l'ordre dans sa tête, ou bien tout exploserait !
Cela faisait douloureusement mal. Au prix d'un effort considérable, il parvint à tout remettre en place, ou presque. Certains souvenirs s'étaient de nouveau effacés.

 
-Je...je crois que...je m'appelle...non...Je ne sais plus...
 
Il était toujours au sol, dans une position fœtale. Il souffrait.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Jeu 4 Déc - 23:02

Elle avait fini par lui raconter ce qu’elle avait vu, non sans mal. Et maintenant que c’était finit, elle ne se sentait pas plus soulagée pour autant. Elle n’aimait pas savoir les gens malheureux et encore moins être la raison de leur malheur. Mais les choses étaient ainsi, et elle avait pris la décision de parler plutôt que de garder ce qu’elle avait vu pour elle. Il méritait d’être au courant. Elle observait ses réactions du coin de l’œil, intriguée par le fait qu’il affiche si peu ses expressions compte tenu de la situation. Comment faisait-il pour rester si stoïque ? Peut-être était-ce de la pudeur. Dans tous les cas, la jeune femme n’était pas dupe et savait pertinemment qu’il s’agissait d’un masque, il ne pouvait en être autrement.


-Les flammes...Alors...peut-être que vous aussi vous l'avez vue ? Ou bien peut-être qu'entraperçue ? L'horrible choses dessous les flammes...Cet hideux corps et ces monstrueux yeux multiples de bête !

Blanche-Neige essaya de se replonger dans le rêve pour tenter de se rappeler de la créature en question.

-Quelque chose de puissant m’a expulsé du souvenir sans que je ne puisse rien faire… j’ai juste eu le temps de voir le feu, partout. C’est quoi cette histoire de monstre ? Et ces flammes… qu'est-ce que c'était ?
 
L’Ankou soupira.
 
-Merci beaucoup pour vos efforts. Mais je crains que pour l'instant, ma mémoire ne soit en train de...
 
Il hurla et s'écroula sur le sol sans crier gare sous les yeux effarés de Blanche. Le choc des révélations ? Est-ce que par hasard certains de ses souvenirs étaient revenus ? C’en avait l’air tout l’air.

-Je...je crois que...je m'appelle...non...Je ne sais plus...

Déception. Pour lui, probablement, comme pour elle. Elle avait vraiment cru qu’il s’était rappelé de son nom. Dommage. Il ne s’était pas relevé et s’était recroquevillé sur lui-même… et il avait l’air de souffrir.

« Tu es responsable de son état, fait quelque chose »

Et dire qu’elle s’était promit de se tenir loin des gens et de rester seule, le temps de trouver le moyen de rentrer à TerraNostra ! A croire que c’était totalement incompatible avec sa nature, que c’était plus fort qu’elle... Il était déjà au courant qu’elle pouvait faire des rêves prémonitoires, elle n’était plus à ça prêt hein ? Avec un peu de chance il serait trop mal en point pour réaliser ce qu’elle s’apprêtait à faire, et dans le cas contraire et bien… il découvrirait un autre de ses talents. De toute façon il en avait surement vu d’autres, maintenant qu’elle savait qu’il ne venait pas de ce monde…

« Espérons juste qu’il ne connaisse pas la légende des princesses de cœur et qu’il ne fasse pas la parallèle avec mes pouvoirs »

Elle n’avait aucune envie de se justifier maintenant.
La belle se laissa tomber à côté du blond et le prit dans ses bras comme lui-même l’avait fait avec elle quelques heures plus tôt. Il allait peut-être détester ce contact et elle s’en fichait, c’était nécessaire pour le calmer.

-L’Ankou, concentrez-vous sur ma voix, dit elle en glissant une main sur le cœur du garçon. Ne tentez pas de retenir vos souvenirs, laissez les glisser… ils ne partiront plus maintenant. Écoutez seulement ma voix et faites en une île, loin de tout, là où plus rien ne peut vous atteindre ou vous faire du mal.

Apaiser un cœur lumineux et lui insuffler la paix avait le mérite de ne pas demander un gros effort, ce qui était radicalement différent quand il s’agissait de cœurs rongés par les ténèbres (n’est-ce pas Hans !). Elle ressentit, dans une moindre mesure, la détresse de son voisin, mais elle la mit de côté pour se concentrer sur sa guérison. Les gens n’étaient pas toujours réceptifs à sa magie, mais la plupart du temps cela marchait. Il n’y avait plus qu’à espérer que ça fonctionne pour lui.

-Vous êtes en sécurité. Nous passerons le temps qu’il faudra pour vous aider à vous souvenir, alors ne vous acharnez pas à essayer de courir après votre mémoire. Détendez-vous seulement et décrispez-vous.

La jeune femme attendit patiemment que l’Ankou se décontracte et relâcha doucement son étreinte.

-Vous vous êtes souvenu de quelque chose ? Vous devez certainement avoir mal à la tête, c’est normal. Maintenant que vous avez déverrouillé la porte de votre mémoire, il est possible que vos souvenirs reviennent pendant les prochaines nuits, à travers vos rêves. Comment vous sentez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ankou
Shinigami Ardent


Messages : 22
Triomphe : 19
Date d'inscription : 21/09/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Dim 21 Déc - 15:28

-Quelque chose de puissant m’a expulsé du souvenir sans que je ne puisse rien faire… j’ai juste eu le temps de voir le feu, partout. C’est quoi cette histoire de monstre ? Et ces flammes… qu'est-ce que c'était ?

Malheureusement, l'Ankou ne put pas même répondre à cette question qui méritait pourtant bien des réponses !

Retour à cette scène où nous en étions restés la fois dernière.

Le jeune homme était écroulé sur le sol, hurlant de douleur. Imaginez tout plein de souvenirs tentant de rentrer dans votre petite tête, tous ceux que vous auriez aimé oublié et bien d'autres encore ! Tous. Des plus importants aux plus insignifiants. La mémoire totalement revenue, celle qui vous faisait défaut.
Et qui maintenant est en train de presque vous exploser le crâne.

Voilà ce que cela lui faisait.

La jeune femme venait de le prendre dans ses bras. Ô combien il détestait qu'on le prenne ainsi ! Mais cela lui importait peu à présent. Il tentait d'écouter la voix de Valerya, cette douce voix réconfortante.


-L’Ankou, concentrez-vous sur ma voix. Ne tentez pas de retenir vos souvenirs, laissez les glisser… ils ne partiront plus maintenant. Écoutez seulement ma voix et faites en une île, loin de tout, là où plus rien ne peut vous atteindre ou vous faire du mal.

Ok.
Il était concentré sur sa voix. Il obéit, et alors tout devint limpide. Il se souvint brièvement de tout, et cela ne lui apportait aucune douleur. C'était incroyable à quel point la magie de la jeune femme était impressionnante !


-Vous êtes en sécurité. Nous passerons le temps qu’il faudra pour vous aider à vous souvenir, alors ne vous acharnez pas à essayer de courir après votre mémoire. Détendez-vous seulement et décrispez-vous.

Et c'est ce qu'il fit.
Mais alors qu'il se détendit, tout plein de souvenirs disparurent de sa mémoire.


-Vous vous êtes souvenu de quelque chose ? Vous devez certainement avoir mal à la tête, c’est normal. Maintenant que vous avez déverrouillé la porte de votre mémoire, il est possible que vos souvenirs reviennent pendant les prochaines nuits, à travers vos rêves. Comment vous sentez-vous ?

-...j'ai mal au crâne. annonça t-il sobrement sans sourire; et dire que pour lui, cela relevait d'un léger humour.

L'Ankou se dégagea doucement de l'étreinte de Valerya. Il n'appréciait pas trop qu'on le prenne dans les bras; il préférait l'inverse. Ce n'était pas son genre de se laisser aller dans les bras de quelqu'un d'autre qu'il connaissait peu. Il se sentait gêné.


-Je me souviens de la sirène, du froid. Je n'ai pas eu peur de ce qui allait advenir, juste de la tristesse car peu importait mon choix; je n'allais jamais retrouver ma famille avant longtemps. Alors je n'ai pas hésité, et je n'ai pas eu peur de me trancher la gorge. Il faisait si froid...Je désirais seulement un peu de chaleur. Et j'ai eu les flammes tout autour de moi. Des flammes qui ne me brûlaient pas, j'étais en plein milieu, dans le noir. Le noir à perte de vue, et les flammes pour me réchauffer...Et cette chose au-dessous de moi...Un long corps qui n'en finit pas...un crissement d'écailles, le feu qui se reflète sur de grosses écailles étranges...Et cette voix...Je suis à jamais lié à Elsa d'Arendelle. Je suis mort le jour de sa naissance. Elle avec des pouvoirs de glace, et moi avec des pouvoirs ardents. Je suis son contraire, son opposé, et je dois veiller sur elle...Je n'ai jamais pu tenir ma promesse...

Il la regarda droit dans les yeux.

-Je...je crois que mon nom a un rapport avec un loup...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Première rencontre [PV Ankou]   Aujourd'hui à 6:42

Revenir en haut Aller en bas
 
Première rencontre [PV Ankou]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» Première mission
» "Ne lui jetez pas la première bière..." [The Simpsons]
» Felen Ankou Vs Raphael Michaelis [Felen Ankou Vainqueur]
» Le 26 mai... La première armée permanente française...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts Memento :: Machine à café :: Flood et jeux :: Archives du forum :: Rps-
Sauter vers: