AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Orphen...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Orphen...   Dim 26 Oct - 20:31

Justes Orphen 124 ans (17 en apparence) Justes Humain
The murderous shadow
;Mon mental n'est pas une chose facile à décrire, car il est à la fois simple, mais aussi complexe dans le sens où mon éducation ne m'a pas réellement permit de développer un mental nuancé comme pour beaucoup d'autres. On va me prendre pour une sorte de monstre incapable de ressentir des sentiments et ce n'est pas faux d'un côté étant donné que ma pensée d'assassin se résume à éliminer ma cible sans me poser de questions. Je ne ressens aucune joie à réussir quelque chose, aucune tristesse à rater, aucune peine, remords ou même fierté dans mes actes, la seule chose que je ressens est une profonde mélancolie pour l'être inhumain que je suis. Je sais ce qu'est la colère, je l'ai ressentie une fois, mais même quand des sentiments forts comme celui-ci prennent le contrôle de moi, je reste calme, seule l'expression sur mon visage pouvant réellement montrer comment je suis en ce moment.

Pour être plus précis dans mon caractère, je ne laisse rien transparaître, me contentant simplement de faire ce que je dois faire. On peut dire que je n'ai pas réellement de volonté propre, bien qu'elle se développe relativement vite et cela est tant mieux, car je n'aurais pas à nouveau voulu être le soldat loyal de quelqu'un de malhonnête. Je peux "aimer" certaines choses, bien que cela se rapproche plus du stade de l'appréciation qu'autre chose, et je peux aussi en détester certaines, terme à nouveau excessif étant donné qu'il s'agit plus d'une non-appréciation. Il y a peut-être une chose que je peux ressentir, c'est l'empathie. Mon passé m'a permis de développer de l'empathie vis-à-vis des personnes dont le destin a été volé ou brisé et d'essayer de les aider à remonter la pente, créant donc ce seul côté "sympathique" que j'ai.
Je suis censé être discret, une ombre parmi tant d'autres, une lame dans la foule, puis-je réellement vous laisser avoir une description de moi ? Je suppose que j'ai pas réellement le choix. Je suis un jeune homme relativement fin et élancé, mesurant un mètre soixante-quinze pour une soixantaine de kilos à tout casser. Je suis légèrement tracé au niveau des muscles, mais vraiment léger, bien que mes muscles en eux mêmes sont relativement puissants. Je porte une coupe des plus naturels avec mes cheveux noirs, tandis que mes yeux, bien souvent vide d'expression, sont d'un brun ni trop clair, ni trop foncé. Au niveau de ma bouche, elle est, comme pour la plupart, avec 28 dents (8 incisives, 4 canines et 16 molaires), mais je n'ai quasi jamais de sourire aux lèvres.

Au niveau des vêtements, le tout est relativement simple : Tout en noir. Je porte un t-shirt noir avec une veste sportive à capuche noire par dessus, cette dernière cachant les lames secrètes que j'ai aux poignets, ainsi qu'un pantalon noir. Le pantalon est légèrement travaillé dans le sens où il est parfaitement adapté à l'entièreté des mouvements que je pourrais être amené à faire. Je porte aussi des chaussures noires qui, elles aussi, sont adaptées afin que je puisse faire les mouvements que je souhaite sans pour autant les endommager ou autres. Voilà, c'est tout.
Style de combat
Je suis un assassin, je sais donc parfaitement me battre au corps à corps, que ce soit à mains nues ou avec mes épées. Je mise principalement sur la rapidité de mes mouvements et ma précision. Je suis aussi un expert au tir à l'arc, pouvant être bien plus redoutable que quelqu'un avec une arme à feu perfectionnée. A cela s'ajoute une maîtrise correcte du vent et de la foudre. Je dispose aussi de lames secrètes qui sont cachés sur mes avants-bras et que j'utilise pour tuer quelqu'un discrètement ou pour me battre sans mes épées. Dans le combat à l'épée, je maîtrise trois styles : Le Ittôryû (style à une épée), le Nitôryû (style à deux épées) et le Mûtôryû (style sans épée), le dernier se faisant uniquement avec mon esprit de manieur d'épée.
L'objectif de votre personnage
Vivre...
Histoire
L'histoire que vous allez suivre est relaté à travers deux journaux, celui de Yamato et celui de Reno.

Journal de Yamato, H – 3 minutes avant projet A

Le fils de Nédil est né ce matin, ce fils qu'il attendait depuis bien longtemps. Il a déjà tout préparé pour lui : sa chambre, ses vêtements, son futur dans l'ordre... Cet enfant rassemble le plus grand héritage des assassins de notre monde, faisant de lui la plus grande des menace pour mes plans... si je n'avais pas trouvé une solution pour qu'il ne soit plus une menace, mais un allié. Je vais prendre cet enfant et l'élever comme-ci il s'agissait de mon propre fils. Je vais l'élever dans mon univers, faire de lui l'assassin dont j'ai besoin. Il est temps d'aller le récupérer...

Journal de Yamato, 14 août 0 AE (Après l'Enlèvement)

Le petit est là, dans le lit à côté de moi. Il est parfaitement innocent, je ne devrais peut-être pas le garder et le rendre à ses parents, mais je ne saurais m'y résoudre, car je veux cette vengeance, cette vengeance que je garde en moi depuis près de 10 ans... Je m'arrête là, je dois laisser le petit dormir.

Journal de Yamato, 14 août 2 AE

Deux ans aujourd'hui, jour pour jour, que le petit est dans ma maison. Je l'élève comme mon fils en attendant qu'il puisse suivre l'entraînement des assassins. Il ne sait encore rien faire et pourtant, je sens émané de lui ce potentiel illimité, comme-ci il était bien plus qu'un simple enfant. Il a hérité ça de ses parents et de tous ses ancêtres. La bénédiction qu'est la génétique lui a permit d'hérité de tellement de choses, j'en serais presque jaloux... Il va devenir très fort, peut-être même trop fort à la fin, je devrais le garder sous constante surveillance quand il sera un assassin.

Journal de Yamato, 25 décembre 2 AE

Le petit a déjà ses sens aiguisés et possède des réflexes innés. Il a réussi à lancer son couteau sur une pomme de terre qui tombait de la table et cela sans même la regarder. Nous étions tous choqués et cela était une preuve qu'il serait le plus doué de tous. J'allais attendre ses 5 ans pour lui faire commencer l'entraînement, un an plus tôt qu'à l'accoutumé, car son grand potentiel serait suffisant pour qu'il commence un an plus tôt. J'étais ému de voir une telle mine d'or dans le creux de ma main et savoir que je pourrais la modeler comme je le souhaitais m'enchantais encore plus. Je n'avais qu'à attendre.

Journal de Yamato, 16 août 3 AE

J'avais tort, j'avais totalement tort depuis le début ! Je pensais savoir où pouvait se situer son potentiel, mais non, j'avais tout faux depuis le début ! Ce petit pouvait déjà débuter l'entraînement et il le fit de lui même, sans même que je fasse quoi que ce soit. Il réussit la première session le jour de ses 3 ans comme ci tout ceci n'était qu'un simple jeu pour lui. Je n'en revenais pas. Peut-être m'étais-je trompé sur toute la ligne, peut-être pourrait-il devenir encore plus que ce que je ne l'espérais. Si cela était le cas, j'aurais à ma disposition le prédateur le plus dangereux de notre monde. Peut-être était-ce dangereux pour moi si ce chasseur venait à mordre la main qui le nourrissait, mais étrangement, je ne craignais pas tant que ça que cela arrive. Après tout, serait-il réellement capable de s'en prendre à son "père" ?

Journal de Yamato, 24 juillet 5 AE

Cela va bientôt faire 3 ans qu'il suit l'entraînement des assassins et les résultats sont tout simplement hallucinants. Vitesse, agilité, précision, intelligence, dextérité, sang-froid, toutes les compétences d'un assassin, il les avait et les maîtrisait déjà plutôt bien malgré son très jeune âge. Il allait simplement avoir 6 ans et il était déjà aussi fort que certaines de nos recrues de 12 ans. Toutefois, il restait un problème que je n'avais pas encore résolu : sa gaieté. Tout cela était comme un jeu pour lui et cela risquerait de lui jouer des tours plus tard, je me devais donc de me débarrasser de ce qui allait être une gêne plus que majeur dans mes plans. Je ne savais pas encore comment, mais je devais trouver un moyen...

Journal de Yamato, 14 août 7 AE

La solution finit par être trouver quand le petit finit l'entraînement des assassins aujourd'hui même. D'abord, je dois parler du prodige qu'il est. L'entraînement prend normalement 9 années entières pour posséder toutes les habilités des assassins et on fait démarrer cet entraînement à l'âge de 6 ans. Le petit a démarré l'entraînement à l'âge de 3 ans et l'a finit en seulement 4 années. Nous étions tous choqués quand il est revenu aujourd'hui nous annoncés qu'il avait finit tout ce qui était possible et qu'il était aussi doué que nos apprentis qui avaient déjà la quinzaine. Pour en revenir à la solution, nous allions le faire participer à l'épreuve finale, le survival. Cette épreuve est celle utilisé pour savoir quel assassin de chaque classe sera réellement promu et ils savent à l'avance qu'un seul d'entre-eux en sortira vivant, ici, le petit n'est pas au courant qu'il devra tuer réellement pour survivre, ce qui risque de lui faire un sacré choc. Mon coeur me serre rien que de penser à l'idée de lui faire ça, mais si je veux vraiment avoir un tueur à mes côtés, je dois le faire.

Journal de Yamato, 16 août 7 AE

Le petit est sortit vivant du survival, mais son regard n'était pas le même qu'à l'entrée, celui de la sortie était vide d'émotion ou même de conscience, comme-ci je regardais un être sans-âme. J'avais mal pour lui, mais cela me passerait et je devais continuer mon plan. Il allait pouvoir commencer ses missions d'assassinats, mais d'abord, j'allais avoir quelques expériences à faire sur lui et sur les nouveaux composants que nous avions récupérés...

Journal de Yamato, 24 mai 7 AE

Il fallut plus de temps que prévu pour cela fonctionne, mais nous avions finalement réussi à faire ce que nous voulions, à savoir implanter des parcelles d'esprits originels dans son corps. Il était maintenant doté de pouvoirs de foudre et de vent, perfectionnant encore plus ses talents. Nous avions créé le meilleur de tous les assassins et rien que son regard pouvait en effrayer certains. Il était bel et bien prêt.

Journal de Yamato, 14 août 10 AE

Le petit à 10 ans aujourd'hui, 10 ans que je l'ai chez moi et que je m'occupe de lui, moins comme un fils que comme un instrument de mort, je l'admets, mais il m'appelle de lui même père. Père... Un nom que je n'aurais jamais cru entendre de toute ma vie, mais finalement, c'est le cas, bien qu'il ne soit pas réellement mon fils. Il semble me tenir en haute estime, je ne sais pas dire si c'est une bonne chose pour moi à pas, car son regard vide ne sait rien m'apprendre sur ses pensées. Maintenant, il doit rédiger son propre journal à travers lequel sera retracé son histoire, ses pensées et surtout, ses ambitions.

Journal de Reno, 15 août 10 AN (Après Naissance)

J'ai eu 10 ans hier, j'ai reçu ce journal de mon père et il m'a demandé d'écrire dedans toutes mes pensées, mes missions, etc. Je pars en mission demain et je recevrais mes propres armes avant le départ. Je ne suis pas réellement inquiet, ni même stressé. Je me contente de faire mon travail comme-ci de rien n'était. Je vais avoir comme armes deux lames secrètes qu'on cache aux avants-bras ainsi que deux épées et un arc. Les épées et l'arc sont technologiques, donc ils sont stockés en permanence dans les bracelets de mes lames et apparaîtront sur commande par ma pensée. Je vais en rester là, je dois me préparer pour demain.

Journal de Reno, 20 août 10 AN

Ma mission a été un succès et j'ai pu tester l'entièreté de mes armes, elles semblent toutes fonctionnelles et elles sont utiles. Ma mission ne fut pas bien compliqué, le plus long fut finalement le voyage qui me prit 3 jour pour l'aller-retour, l'assassinat en lui même ne me prenant pas plus de 10 heures. Ma cible était un homme d'affaires malhonnête, simplement. Pour le tuer, je me suis contenté de lui décocher une flèche en plein coeur. Le seul souci, c'est le bruit de mon arc qui pourrait devenir une gêne au fur et à mesure, je dois trouver une méthode pour régler le problème.

Journal de Reno, 15 janvier 11 AN

Cela fait maintenant presque un an et demi que je m'occupe de tuer des gens et il y en a eu un paquet, comme je te l'ai déjà écrit par le passé. Mes cibles semblaient toutes se connaître, je supposais donc que mon père m'avait chargé d'exterminer une organisation moi même, ce qui était une sorte d'honneur qu'on me demande à moi seul de m'occuper de ça. J'ai aussi amélioré toutes mes capacités et j'essaie des techniques pour rendre mes tirs à l'arc plus silencieux, mais cela reste encore incomplet. Je finirais bien par compléter cette technique.

Journal de Reno, 17 février 12 AN

Mes dernières cibles connaissaient les premières, cette organisation est-elle si grande que cela ? Je sais que père à confiance en moi, mais il me semble que sa confiance est un peu démesuré pour que je me débarrasse à moi tout seul d'une organisation dont j'ai déjà tué une cinquantaine de membres environ. Peut-être que d'autres personnes s'occupent aussi de cela de leur côté, mais pourquoi ne suis-je pas mit au courant si c'est le cas ? J'ignore ce qui se trame dans la tête de mon père, mais je sais que je peux lui faire confiance, je n'ai aucune raison de douter de lui. Il est le seul en qui j'ai totalement confiance.

Journal de Reno, 16 septembre 13 AN

Toute cette histoire devient étrange... On m'accuse de tuer ceux de mon camp, mais je m'occupe uniquement des cibles désignées par père, donc comment pourrais-je tuer ceux de chez nous ? Je ne comprends plus rien. Il y a t'il quelque chose que j'ignore et que je devrais savoir ? Je vais commencer quelques recherches, car cela me pèse beaucoup trop et tellement de mes victimes m'ont répétés que j'étais un traître que je commence à douter de ce que je suis réellement.

Journal de Reno, 29 mars 13 AN

J'ai réussi à récupérer quelques infos et je comprends un peu mieux pourquoi on me traite de traître. L'ordre dans lequel je suis est séparé en deux et les deux ordres se font la guerre depuis bien longtemps. L'autre ordre nous prend pour des traîtres et depuis le début, j'assassine uniquement des gens de chez eux. Je comprends mieux maintenant quel est réellement le travail que je fais et je continuerais jusqu'à avoir exterminer l'entièreté de cet ordre de mes propres mains.

Journal de Reno, 4 novembre 15 AN

J'ai tué tellement de gens, j'en ai perdu le compte. Je ne sais plus si ce que je fais est bien ou pas, tuer est presque devenu une chose naturelle pour moi, tellement que je ne suis pas certain d'avoir apprit quelque chose de bien. J'ai tellement de sang sur les mains que même en les nettoyant plusieurs fois par jour, j'ai la sensation d'être sale jusque dans mon âme. J'ai l'impression que mon corps devient lourd, portant le poids de toutes les âmes que j'a arraché de leurs enveloppes humaines. Je ne sais plus si je peux encore supporter tout cela. Je pense sérieusement arrêter ça une fois l'autre ordre détruit. Je me demande juste qu'elle sera la réaction de père...

Journal de Reno, 12 août 15 AN

J'ai bientôt 16 ans et j'ai expliqué à père que je voulais arrêter tout ça. Il n'a rien dit, il m'a juste sourit et m'a donné mon dernier contrat d'assassinat. Une famille, en apparence classique, qui est composé d'assassins de hauts rangs. J'allais devoir faire preuve de beaucoup de jugeote pour les approcher et réussir à les tuer, car mes nombreux assassinats ont amenés une certaine méfiance et donc, un renforcement de la sécurité autour d'eux. Pourquoi eux particulièrement ? Ils sont si hauts placés dans l'autre ordre pour qu'on me demande de prendre autant de précautions ? J'allais bien voir ce que ça allait donner.

Journal de Reno Orphen, 14 août 16 AN

J'ai tué ma famille... J'ai tué ma vraie famille... Je viens de découvrir toute la vérité et elle est réellement dure à encaisser. Les gens que je viens de tuer était ma vraie famille : mon père, ma mère, mes deux grandes soeurs, je les ai tous tué en pensant que j'allais enfin mettre fin à cette guerre et que notre ordre allait gagner... J'ai offert la victoire aux traîtres, à celui qui m'avait arraché de ma vraie destinée. Dés que je les ai tous les quatre tués, j'ai fouillé leur maison, ce que j'ai découvert m'a brisé le coeur. Tout ce à quoi je pouvais me raccrocher n'était qu'un tissu de mensonge. J’appris tout sur ma famille et je finis même par trouver le véritable nom que je devais porter. C'est sous ce nom que j'allais retourner à l'ordre et tuer mon "père", sous le nom d'Orphen.

Journal d'Orphen, 16 août 16 AN

J'ai directement pénétré dans la forteresse et j'ai bien comprit que j'allais devoir me battre pour réussir à trouver le patron et le tuer. J'allais devoir tuer encore des gens, mais cette fois-ci, j'avais une raison précise de le faire, venger ceux que j'aimais et dont j'avais été séparé. Mes mouvements n'avaient pas la moindre hésitation, me battant comme-ci je n'avais plus rien à perdre, ce qui était le cas au final. J’enchaînais les coups d'épées qui mettait à terre chaque personne étant touché par une de mes lames. Je finis par arriver en face à face avec mon "père" et il voyait bien que je n'étais pas là pour plaisanter. Il m'expliqua tout : mon enlèvement, ma formation, ses projets. Il m'expliqua même la raison de cette haine entre les ordres. Son ordre nouveau voulait prendre le pouvoir sur l'ancien et il avait presque réussit, jusqu'au moment où mon vrai père avait réussi à le vaincre et donc l'obliger à se replier. Cette vengeance était stupide et ma vie avait été gâché pour ce genre de raisons stupides ! J'en avais plus qu'assez ! Je lâchai mes épées, fit apparaître mon arc et décocha une flêche direct qui perça le crâne de mon interlocuteur, le tuant sur le coup.

Journal d'Orphen, 3 janvier 46 AN

J'ai été transpercé, trois jours après avoir tué mon faux père et j'ai été amené dans ce labo. Là, j'ai subit des expériences semblables à celles avec les esprits originels, mais en bien plus poussé. Ils ont incorporés un gêne en moi venant d'un phénix. Il m'avait rendu éternel, la vieillesse ne pouvait plus m'atteindre, j'allais garder éternellement 16 ans. Bah, ça n'était pas plus mal au final. Suite à une erreur technique, je fus libéré de la cuve dans laquelle j'étais après 30 ans d'emprisonnement. Ça peut paraître long, mais quand on passe la majeur partie de son temps à dormir, ça passe vite 30 ans. Je sortis vite du labo, récupérant mon équipement, prenant des vêtements et sortant de là. En 30 ans, mon monde avait bien changé et je n'avais plus rien qui m'obligeait à rester là où j'étais. Je pris donc la décision de partir en voyage pour découvrir d'autres mondes, peut-être cela allait-il me rendre un côté humain, côté que j'avais, hélas, perdu.

Journal d'Orphen, 24 juin 86 AN

J'ai exploré l'univers pendant 40 ans, j'ai découvert un grand nombre de mondes et de gens différents, mais je n'ai pas récupéré de sourire une seule fois. Au final, j'étais peut-être un cas désespéré, incapable de récupérer cette parcelle d'humanité qui m'avait été volée. Mais lorsque je croyais que la vie ne pouvait plus me réserver le moindre tour, je me mis à entendre une voix, une voix que je n'avais jamais entendu et pourtant, elle me semblait tellement familière. Je n'arrivais pas à déterminer comment je pouvais la connaître, mais apparemment, je devais attendre le bon moment. Je ne comprenais rien, vraiment rien...

Journal d'Orphen 14 août 124AN

Ce moi à 124 ans et est la seconde plus vieille version d'Orphen. Cette histoire est complexe et difficile à raconter, mais je vais essayer. Orphen, le tout premier, était un être mystique puissant qui aurait pu devenir quelqu'un de grand, mais beaucoup se méfiait de cette puissance et ils décidèrent donc de se débarrasser de lui et de le torturer. Comment ont-ils fait ? Ils ont séparés Orphen en 10 âmes différentes, dans 10 dimensions différents, à 10 époques différentes, le tout étant fait de sortes à ce que les 10 ne puissent jamais être rassemblés. Cependant, de nombreuses distorsions m'ont permit à moi ainsi qu'à 8 autres Orphen de rejoindre le plus vieux de nous tous qui nous expliqua comment ne reformer qu'un. L'un de nous devait absorber tout les autres, obtenant alors les souvenirs de tout le monde, mais pas leurs pouvoirs. Le choix fut apparemment rapide, car ils me désignèrent tous pour être celui qui absorberait les 9 autres. Je n'ai pas comprit pourquoi, mais je n'ai pas cherché non plus pourquoi. Et c'est ainsi que moi, Orphen, un être dont la vie a voulu me briser entièrement, voyage à travers les mondes en errant, sans le moindre but...
Test-Rp
J'observais... J'observais tout et tout le monde... Chaque mouvement, chaque pas, chaque personne rencontrée, j'observais tout ce qui se passait ici, recherchant du regard la personne que je devais tuer. J'étais simplement assis sur un banc, un couple d'amoureux sur ma gauche et une petite avec sa glace sur ma droite. Tout était paisible et la personne que je recherchais ne se douterait jamais que quelqu'un tenterait de l'assassiner, pas ici en tout cas. Je continuai d'observer, analysant chaque personne sous toutes leurs coutures possibles. Tout-à-coup, la petite se tourna vers moi et me proposa de jouer aux cartes. Le visage qu'elle avait à ce moment là, ses yeux brillants et ce sourire, elle était parfaitement innocente et lumineuse, je n'avais pas le coeur à lui dire non, alors j'acceptais de jouer avec elle.

Nous jouâmes pendant une bonne demi-heure avant que sa mère ne l'appelle car elle devait s'en aller. Elle reprit ses cartes avant d'aller vers sa mère et une fois la main de sa mère entre les siennes, elle se tourna vers moi et me demanda si je serais là le lendemain. Je répondis oui, sans même me rendre compte de la stupidité que je venais de dire, mais je ne savais lui dire non, son visage angélique étant tout simplement déconcertant. Je réexaminais les environs et je finis par repérer ma cible. Il était accompagné de trois gardes du corps, évidemment. Il n'était pas fou au point de sortir seul étant donner que beaucoup de gens voulaient sa peau, mais peu avait réellement le pouvoir de s'occuper de lui. Je me levais de mon banc et j’avançais doucement vers lui, sans pour autant éveiller les soupçons. Je le suivis discrètement jusqu'à un terrain vague où là, je m'écartais de lui pour prendre un peu plus de hauteur.

J'observais son rassemblement de malfrats en tout genre. Soixante-dix, quatre-vingt... Non, ils étaient au minimum une centaine. Ce n'était qu'une simple formalité, aucun d'eux ne dégageait d'aura particulière ou même le moindre pouvoir. J'observais et j'écoutais comme-ci de rien n'était, jusqu'à ce que cette bande de bras cassés finissent par me remarquer, se rendant bien compte que je faisais tâche dans la paysage. Cela n'avait rien d'étonnant, étant donné qu'ils étaient tous des bandits avec un faciès peu recommandable et moi, je n'avais que dix-sept ans en aspect. Ils me menacèrent avec plusieurs fusils et je ne poussai qu'un léger soupir en guise de réponse, faisant apparaître mon arc. Ils rigolèrent un bon coup en voyant que j'allais leur faire face avec un arc face à une dizaine de fusils, mais ils firent une grave erreur quand ils baissèrent leur garde ne serait-ce qu'un instant.

Je bandais mon arc sans la moindre flèche, leur faisant croire que j'ajustais simplement mon arme, mais quand je relâchais la corde, une pluie de flèches de vent s’abattirent sur eux, la quasi totalité d'entre-eux se faisant descendre rien qu'avec ce tir, ne laissant que ma cible dont le sourire venait de disparaître pour un visage touché par l'horreur. Il prit la fuite et je le suivis, laissant quelques mètres d'écart entre lui et moi. Il courait aussi vite qu'il pouvait, passant même à travers des foules denses, mais il ne pouvait pas m'échapper. Il finit par arriver aux abords de la vile où il sauta dans une énorme machine entièrement en métal et me menaça avec. Je fis réapparaître mon arc et je décochais une flèche de foudre qui fit exploser la machine, le faisant tomber à mes pieds. Il ne put voir la suite des événements, j'avais déjà planté ma lame secrète dans sa gorge. Le lendemain, j'étais de retour sur le banc où j'étais la veille, car j'avais une partie de cartes à jouer avec une petite fille.

Revenir en haut Aller en bas
Abnegatio
Capitaine de l'Arche


Messages : 125
Triomphe : 667
Date d'inscription : 25/06/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: Orphen...   Dim 26 Oct - 20:44

Validé. Content de te revoir, Orphen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.kh-memento.com
 
Orphen...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts Memento :: Machine à café :: Flood et jeux :: Archives du forum :: Autres-
Sauter vers: