AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ellebast Syrial [Fiche terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Ellebast Syrial [Fiche terminée]   Mar 8 Juil - 18:45



Ellebast «Elly» Syrial 17 ans Lumière Elementaris
Winged knight of light

Il est vrai que me décrire mentalement pourrait se résumer facilement étant donné que comme jeune homme, j'ai une personnalité assez enfantine, aimant beaucoup m'amuser ainsi que la sensation de liberté à laquelle j'ai accès. Cependant, cette description est assez légère pour moi et je me doute que vous voulez en savoir plus. Si je devais aller dans la profondeur, pour reprendre ce que j'ai dit plus tôt, je suis comme un enfant, car je prends beaucoup de choses à la légère et il m'est difficile de rester concentrer ou garder mon sérieux en général. Je fais beaucoup de blagues que certains définissent comme boiteuses et sans le vouloir, je semble narguer mes ennemis car je ne fais pas attention à eux. Tout ça pour dire que je suis tel un enfant, gaffeur mais souriant et qui positive la plupart du temps. Cependant, si ça s'arrêtait là, vous pourriez crier à l'injustice pour manque d'originalité ou personnalité trop simple et c'est là que je me dois de continuer en passant de la lumière... aux ténèbres.

Suite à un épisode traumatisant de ma vie, j'ai développé une seconde personnalité à l'exact opposé de la mienne et cette dernière se déclenche n'importe où, n'importe quand, n'importe comment. Elle est beaucoup plus brutale et psychopathe que moi, une véritable machine de guerre assoiffée de combat qui ne sera rassasié qu'une fois morte. Cette partie de moi, je ne la comprends pas et j'avoue qu'elle n'est pas très enclin à parler calmement. Ce que je sais d'elle, je ne l'ai apprit que par ses agissements, mais si on creuse un peu derrière ce gouffre à violence et à destruction, on découvre une personnalité maligne et calculatrice, qui joue de son aspect sanguinaire pour camoufler le côté intelligence et réflexion qu'elle possède. Cette personnalité est finalement la partie guerrière de mon être, une partie avec laquelle je peux toutefois entrer en symbiose quand nous arrivons à nous mettre sur la même longueur d'onde. Je ne saurais dire si à nous deux, nous formons un être complet, mais je sais sans cette personnalité psychopathe, je ne suis plus tout-à-fait moi même.

Pour voir ce à quoi je ressemble, regardez-moi... C'est bon, vous avez assez regardé ? Bon, démarrons cette description. Je mesure environ un mètre-soixante-quinze de haut, sans compter la mèche rebelle, sinon je suis à un mètre quatre-vingt, pour environ une soixantaine de kilos et que du muscle, s'il-vous-plaît ! En parlant de muscles, les miens ne sont pas forcément super marqué, mais sont tout de même un minimum visibles. Je n'ai aucune cicatrice sur mon corps, mais je porte le tatouage que tout les Elementaris de la lumière ont, une épée blanche entouré d'un halo lumineux, ce tatouage étant pour ma part situé dans mon dos. Mes cheveux, coiffés en bataille avec une mèche rebelle de taille conséquente, sont d'un magnifique blond assez classique et répandu tandis que mes yeux sont d'un vert émeraude tout-à-fait sublime, mais ces derniers peuvent prendre une teinte rouge sang.

Au niveau vêtements, parce que oui, je me balade pas à poil, mon haut est une veste bleue qui s'arrête au-dessus des pectoraux et qui est maintenu par une ceinture en haut, cette dernière redescendant en croix dans le dos et au à l'avant au niveau de la taille. Ses bras sont plongés dans de longues manches noires qui remontent jusqu'au bas de l'épaule et un bracelet tricolores à chaque poignet, ces derniers étant blanc, azur et jaune. Je porte aussi un pantalon noir avec des bandes jaunes qui partent en croix, ce dernier étant tenu par une simple ceinture noire. Mes pieds sont eux plongés dans des chaussettes blanches qui sont aussi dans des chaussures noires avec une bande jaune au milieu et le talon étant blanc, les entrées des chaussures étant entourées par des poids de 2 kilos pour l'entraînement. Pour finir, je garde une écharpe noire à mon coup pour me donner un peu d'élégance, ça ne fait jamais de mal.

Style de combat
J'ai un style de combat assez souple et évasif, misant plus sur mon agilité, ma précision et ma vitesse que ma puissance. Ce style de combat est agrémenté par l'utilisation de deux épées longue d'environ un mètre, la largeur de la lame faisant beaucoup plus ressemble l'épée à un sabre qu'à une simple épée, le tout étant accompagné d'un manche surplombé par une garde pour protéger la main de l'utilisateur. Le complément de mes capacités est une maîtrise de la lumière qui augmente ma polyvalence au combat. 

L'objectif de votre personnage
Trouver le lien qui le lie à une pierre mysique.
Histoire
Il était là, devant moi, assumant les crimes qu'il avait commit à l'égard de tout le monde : sa famille, son entourage, son honneur et surtout, à l'égard de ma mère qu'il avait tué de ses propres mains. Je pouvais enfin me venger, la vengeance que j'attendais depuis 10 longues années, le destin me donnait enfin l'occasion d'appliquer la justice que j'attendais, mais je ne sais pourquoi, mon bras refusait de s’abattre sur lui, comme-ci...

Je dois d'abord retourner 17 ans en arrière pour que vous puissiez comprendre. Mais cette histoire débute d'abord non pas par la mienne, mais par celle de mon père, Arthurio Pyronï. Ce chevalier était connu et respecté de ses semblables, mais il n'était pas aussi pur que ce qu'il voulait faire croire. Un soir, après son retour d'une énième campagne, il passa une soirée discrète auprès d'une dame avant de s'en aller le lendemain. Seulement, il n'avait pas conscience que cette dame allait me donner naissance 9 mois plus tard. Ma mère aurait pu le retrouver et l'obliger à assumer cet acte, mais sa fierté l'en empêcha et elle prit la décision de m'éduquer seule, me donnant le prénom de mon grand-père, Ellebast.

Il faut savoir que le monde auquel j'appartiens abrite la race des Elementaris, des êtres humains qui dés la naissance sont affiliés à un élément. Ce détail est important car l'élément dont nous sommes l'hôte définit en majeur partie notre caractère et notre futur. Il y a, bien entendu, des exceptions, mais elles sont encore assez rare. Dans mon cas, j'ai été touché par la lumière, sans mauvais jeu de mots et est-ce-que j'en suis une exception ? Vous verrez bien.

Ma mère m'a élevé de la manière qui était la meilleure à son goût, faisant de moi un garçon poli, aimable, serviable, mais surtout d'une grande gentillesse. Le petit village dans lequel nous vivions était rempli de personnages aussi original les uns que les autres, passant des jongleurs de rue au musiciens de taverne sans oublier les marionnettistes. Ma vie semblait être bien partie pour être simplette et paisible, mais bon, comme dans toutes les histoires, il faut un twist, un retournement de situation, sinon, ben c'est pas une vraie histoire.

Quand j'avais 7 ans, je revenais d'une sortie avec ma voisine et je rentrais à la maison, fier de montrer à ma mère la magnifique pierre scintillante que j'avais trouvé. Quand je vis le salon, mon sourire disparu d'un seul coup et laissa place à un torrent de larmes. Je courais vers le corps de ma mère, la secouant pour voir si elle était toujours vivante ou non. Elle semblait toujours parmi nous, mais le sang continuait de quitter peu à peu son corps et elle me disait de ne pas s’inquiéter, que tout allait bien aller et avant qu'elle ne rende son dernier soupir, elle me donna l'identité de son assassin, Arthurio Pyronï, mon père.

Ses funérailles furent courtes et au final, c'était tant mieux. Je n'avais plus qu'une seule idée en tête, la vengeance. Je voulais me venger de cet être immonde qu'était mon géniteur, je voulais qu'il souffre autant que ce que je souffrais en ce moment et je refuserai d'abandonner cet objectif, peu importe le temps que cela me prendrait. Je fit monter en collier la pierre que j'avais trouvé et je le porterai jusqu'au jour où je pourrais le tuer. Une semaine après l'enterrement de ma mère, je pris le peu d'affaires que j'avais et je quittais cette maison qui était la mienne pour rejoindre la capitale et devenir quelqu'un capable de venger ma mère. Ma voisine ne m'arrêta pas, elle m'adressa simplement un sourire le jour de mon départ et tenant sa petite fille par la main. Sa petite fille me donna simplement un dessin de moi où mes yeux étaient différents. Le joli vert émeraude venait de changer brutalement au rouge sang de la vengeance.

Je ne mis que douze heures à atteindre la capitale et il ne me fut guère plus d'une heure pour trouver l'habitat d'Arthurio. Je serrais le poing, étant prêt à me venger, mais au moment où la porte s'ouvrit, je ne vis pas l'homme que je voulais tuer, mais une jeune fille d'environ le même âge que moi. Je ne savais pas quoi dire et avant même que je ne prononce le moindre mot, une dame arriva derrière celle qui semblait être sa fille elle me demanda poliment de me présenter, mais quand j'allais ouvrir ma bouche, je me mis à chuter et je percuta violemment le sol, mon corps ne tenant plus.

Je me croyais mort, me sentant chuter inexorablement dans les profondeurs des ténèbres, mais ce n'était pas le cas. Je sentais une douce odeur de miel et mes yeux se rouvrirent doucement, me permettant de voir la mère, sa fille ainsi qu'une autre petite fille, celle-ci plus jeune, s'occuper de la nourriture. Je tournai mes yeux dans ce qui semblait être le salon et je repérai un homme qui semblait écrire quelque chose dans son journal. Il leva les yeux et me vit réveiller, appelant par la même sa femme et ses filles pour voir si tout allait bien. Je ne comprenais plus rien, l'homme qui était face à moi était vraiment le même qui avait tué ma mère ?

Je ne savais plus quoi faire, pouvais-je vraiment le tuer, laissant derrière sa mort une veuve et ses deux filles ? Je ne pouvais pas leur faire ce qu'il m'avait fait, je n'en avais pas le droit, mais est-ce-que je pouvais ne pas venger ma mère morte par l'épée de cette homme ? Je ne savais plus quoi penser et lorsqu'on me demanda qui j'étais, je répondis simplement par mon prénom, Ellebast. La plus petite des filles me surnomma directement Elly, le même surnom que ma mère me donnait. Arthurio me regardait et me demanda si j'étais venu pour devenir un de ses disciples. Il avait, sans le vouloir, soulever un point que j'avais négligé. Je voulais le tuer, mais je ne savais rien faire, même pas porter une épée. Je répondis oui à sa question et sans même comprendre comment, je me suis retrouvé à vivre chez lui et à devenir son disciple.

Mes premières semaines d'entraînement furent compliquées, j'avais du mal à m'habituer, mais mon objectif de la vengeance, plus que flou, me permit de continuer de progresser. J'appris d'abord à me battre à l'arme en en essayant plusieurs et mon choix se rabattit sur deux épées. J’appris à me battre avec les bases et après, je me devais de développer mon propre style selon les dires de mon professeur. Après, je suis passé à la partie la plus ardue de mon apprentissage : la maîtrise de mon élément de naissance.

Autant le dire tout de suite, il me fallu plusieurs mois pour ne serait-ce qu'arriver à le matérialiser sous une forme simple, mais apparemment, c'était la partie la plus dure de mon entraînement, le reste n'étant qu'une question d'entraînement et de volonté et il avait raison. Une fois que je réussi à matérialiser ne serait-ce qu'une petite étincelle de lumière, au fur et à mesure de mes entraînements, je réussissais à manipuler de mieux en mieux mon élément. C'est à l'âge de 13 ans, 6 ans après être arriver chez ma cible, que j'étais devenu un bon guerrier. Il était temps pour moi de devenir chevalier afin de devenir encore plus fort et surtout, me faire une réputation surpassant celle d'Arthurio.

Je rejoignis la garnison royal en temps que simple soldat, étant parmi les quelques jeunes à avoir rejoins l'armée très tôt. Durant les combats que j'ai mené, je me suis toujours illustré par mes actions splendides et surtout le fait que je mettais K.O. mes adversaires sans les tuer, l'unique règle que je m'étais appliqué. Je voulais que la première personne que j'allais tuer serait l'assassin de ma mère. Je montai les échelons assez vite et en moins d'un an, j'étais devenu un chevalier qui s'occupait personnellement de la garde du roi et de sa famille. Ma rancœur vis-à-vis d'Arthurio n'avait pas diminué, mais il avait toutefois gagné une partie de mon estime quand je voyais le rôle qu'il avait avec sa famille et en temps que chevalier. Mais j'en avais plus qu'assez d'attendre, je voulais que cela soit finit le plus vite possible. J'ai alors décidé de le provoquer en duel devant tout le monde, pour qu'ils voient tous le vrai visage de cette homme.

Nous étions tous les deux dans l'arène, entouré par l'ensemble des soldats, les chevaliers, la famille royale et même la famille de mon ennemi. Nous commençâmes le duel calmement, nous faisant quelques passes sans grande violence avant que je ne porte un coup plus violent qui le fit reculer de quelques mètres. Je lâchais mes armes et je le regardai droit des les yeux, finissant par cracher toute la vérité sur qui j'étais et ce que je lui voulais réellement. Il semblait choqué, étant certain que ma mère n'avait pas eu d'enfant cette fois là et il certifiait ignorer mon existence, mais je m'en moquais bien, je voulais ma vengeance. J'arrachais le collier que je portais en l'honneur de ma mère et brisa la pierre d'un seul coup dans ma main, laissant un flot de magie m'envelopper et me faisant réapparaître avec une nouvelle tenue et deux épées différentes. Je venais d'obtenir le pouvoir de cette fameuse pierre mystique que beaucoup considérait comme maudite car elle tuait tout ses utilisateurs, mais surtout, j'entendais une voix inconnue dans ma tête, mais j'avais bien plus important pour l'instant, tuer Arthurio. Quant à l'assemblée, elle était stupéfaite de ce changement et elle retenait son souffle pour voir qui de nous deux allait survivre à ce combat qui était officiellement un combat à mort.

Notre duel était violent, plus violent que tous les autres auquel nous avions participer lui et moi, mais nous refusions d'abandonner, l'un étant porter par le désir de vengeance, l'autre par son désir de survie. Personne n'osait prononcer le moindre mot, fixant avec attention les deux combattants pour voir lequel des deux allaient ressortir gagnant, mais pour moi, il n'y aurait aucun gagnant à ce combat. Si je gagnais, j'aurais ma vengeance, mais j'aurais fait autant de mal à sa famille que lui m'en a fait plus jeune et si lui gagnait, il aurait simplement tuer un enfant qui voulait justice. Au final, ce combat ne ferait apparaître aucun gagnant, mais uniquement des guerriers qui devraient se confronter à la tristesse. Durant notre duel, je vis une brèche dans la défense et j'en profita alors pour planter mon épée dans ses côtes et le clouer contre un mur, l'empêchant ainsi de bouger. Au final, j'allais avoir ce que je voulais, justice allait être faite...

J'allais le trancher une bonne fois pour toute, en finir avec ce mal qui me rongeait depuis 7 longues années. Il lâcha ses armes et me lança simplement un carnet, le journal dans lequel je l'avais vu écrire à mon arrivée chez lui. Je le pris et me mis à le lire pour savoir ce qu'il écrivait depuis ce jour et ce que je trouvai me déconcerta au plus haut point. Il avouait tout ses crimes dans ce journal, disant regretter chacun d'entre-eux, mais le meurtre de ma mère étant celui qu'il regrettait le plus. Je ne savais plus quoi penser... Pouvais-je tuer quelqu'un qui expiait chacune de ses fautes en mettant à chaque reprise sa vie en jeu ? Malgré ses erreurs, il protégeait toujours les innocents, il était un véritable chevalier si on ne comptait pas ses fautes, sûrement le plus pur de tous. Pour en rajouter, il avoua tout à haute voix, devant l'assemblée et il était même prêt à accepter que je le tue si cela pouvait soulager mon âme. Je jetai le carnet, reprit mon épée, avançai vers lui, levai ma lame au ciel et...

Le seul bruit que toute l'arène entendit fut celui de mes pleurs... Je ne pouvais le tuer, je n'en avais pas la force. Je rabaissai mon épée, continuant de pleurer, en fixant Arthurio. Il semblait choquer de mon regard et me demanda pourquoi je ne l'avais pas achever. Je lui expliquai alors mon point de vue et que si me venger me conduisait à engendrer la même douleur que celle qu'il avait commise, je ne pouvais le faire. A ce moment précis, je sentais que mon esprit était à la fois composé de deux personnalités, le jeune moi qui avait disparu à la mort de ma mère et le moi vengeur qui était là depuis la mort de ma mère et cela se ressentait dans mon regard, un oeil rouge et un oeil vert, chaque couleur exprimant une personnalité. En fin de compte, je suis devenu bien plus fort physiquement et mentalement, assez pour passer au dessus de la vengeance. Finalement, justice a été faite, mais pas de la manière où je l'imaginais.

J'étais resté trois ans de plus au service du roi et de sa famille, bien qu'à mon sens, je n'avais plus rien à y faire vu qu'Arthurio n'était plus un ennemi pour moi. Je voulais rentrer chez moi, mais sur demande du roi et de sa fille, j'ai fini par accepter de rester, la princesse étant forte heureuse de cette nouvelle. Selon les dires des autres chevaliers, elle aurait flasher sur moi, chose que j'ai du mal à imaginer étant donné que je ne suis qu'un simple chevalier. Cependant, je fis un peu plus attention à la jeune princesse et mes collègues avaient peut-être raison au final, mais je préférais ne pas me lancer dans ce genre d'histoire. Je fis mine de ne pas savoir et de ne pas faire attention, mais elle se mit à faire de légères manigances comme demandé de l'aide à ses servantes et même à d'autres chevaliers et je fus bien vite confronté à la princesse qui voulait absolument savoir ce que je ressentais et là situation commença à être de plus en plus tendue pour moi. Alors que je voulais parler face à face avec elle, le château fut attaquer et pas par nos ennemis habituels.

Il me fallut une simple seconde pour sauter par la fenêtre et atterrir sur un toit inférieur duquel j'arrivais à voir une armée de créatures noires de toutes sortes. Il y avait des sortes d'ombres, des soldats, des petits êtres flottants magiques, des armures géantes et même un dragon. Nous étions à l'aube du grande bataille où toute notre armée allait devoir mettre la main à la pâte et peu importe si on sortait vivant ou non, il fallait absolument gagner. Je descendis du toit en sautant dans une botte de foin avant de rejoindre mes alliées, de dégainer mes armes et de charger dans l'armée ennemie. Les adversaires n'étaient forcément très résistants, quelques coups suffisant à les achever, mais les armures et le dragon étaient des ennemis bien plus puissants. Notre camp commençait à faiblir, mais je refusais d'abandonner et mon côté barbare refusait aussi et c'est alors que nous nous sommes mit en symbiose pour la première fois et là, le tout changea radicalement. Nous étions plus fort, nous arrivions à contenir nos adversaires et à les vaincre jusqu'à ce qu'il ne reste plus que le dragon. Ce dernier ne laissa que les plus braves chevaliers encore debout et un combat titanesque se lança. Il fut extrêmement rude, je manquai même d'y rester lorsqu'il voulu me lancer un puissant souffle de feu sur moi, mais Arthurio, qui était toujours débout, m'éjecta de la trajectoire et se prit l'attaque de plein fouet. Son affiliation au feu lui permit de ne pas mourir sur le coup, mais l'attaque fut trop puissante, même pour lui. Il tomba au sol, inerte et son coeur commençait à battre de moins en moins vite, la mort l'emportait. Dans un accès de rage, je fonçai sur le dragon, sautai pour atteindre son front et je réussis à lui planter une de mes épées entre les deux yeux. Il tombait peu à peu au sol, mais alors que son corps inerte allait s'écraser, il se mit à briller et disparut d'un seul coup, m'aspirant avec lui. Je n'avais pas peur, au contraire, cette voix inconnue me disait que j'allais pouvoir chercher qui j'étais et pourquoi je pouvais manier le pouvoir de cette pierre.

Test-Rp
Le soleil commençait à peine à se lever quand je me dirigeais vers un village où ma prochaine mission m'attendait. Depuis plusieurs mois, les rapports de nos éclaireurs affirmaient que de nombreux monstres rodaient autour d'un petit village au nord et malheureusement, il n'y avait plus beaucoup de chevaliers pour s'occuper de cette mission, voilà comment je me suis retrouvé à aller sauver un village tout seul. J'ignorais si j'avais le potentiel pour m'en sortir seul, mais selon les rapports, je devais m'en sortir.

Je finis par arriver au village où les villageois semblaient faire comme-ci de rien n'était. Soit ils étaient très calmes, soit ils cachaient cette peur aux visiteurs, mais bon, cela m'importait peu, je devais uniquement me débarrasser des monstres. Je pris donc la décision d'aller à la pêche aux infos et c'est bien à ce moment que je compris que quelque chose n'allait pas, l'ensemble des villageois semblaient me prendre pour un fou quand je leur parlais de problèmes avec des monstres. Je ne savais plus trop quoi dire à ce moment là. Nos éclaireurs s'étaient-ils trompés ou les villageois voulaient absolument tout caché ?

Pendant une bonne heure, je tournai en rond, n'obtenant aucune informations sur ce que j'étais venu faire, ce qui commença sérieusement à m'énerver. J'allais partir quand soudain, un monstre apparut en plein milieu du village. Les villageois ne réagirent même pas, chose qui me choqua fortement, mais bon, je me devais de la vaincre. Je dégainai une de mes armes en tranchant d'un seul coup la créature noire qui disparu comme-ci de rien n'était. Je ne connaissais pas ce genre de créatures et autant le dire, elles n'étaient pas du tout imposante, ni même dangereuse, du moins, c'est ce que je croyais.

J'avais à peine détruit le premier monstre que l'ensemble des villageois se mirent en cercle autour de moi et ils se transformèrent tous en la même créature. Cela expliquait pourquoi ils faisaient comme-ci de rien n'était, mais c'était quand même étrange que les éclaireurs n'aient pas remarqué cela. Enfin, l'heure n'était pas à la réflexion. Je continuai de me battre contre tous les monstres, les tranchant les uns après les autres et leurs dépouilles disparaissant d'un seul coup. Je finis par tous les achever, mais je ne comprenais rien à la situation. Je rengainai mon épée quand un vieil homme sortit d'une maison et s'approcha de moi pour me faire rentrer dans sa maison afin de m'expliquer ce qui se passait exactement.

Les sans-coeurs, le nom de ces créatures, et les similis, d'autres créatures, furent les seuls sujets dont nous parlions lui et moi. Ils semblaient exister sous de nombreuses formes, bien plus dangereuses que celle affronté auparavant, et certains pouvaient même être sous forme entièrement humaine, faisant d'eux les plus dangereux de leurs races. Il me regardait droit dans les yeux avant de me dire que je ne devais jamais oublier la lumière, car elle serait la seule chose qui pourrait me sauver. Il me parla aussi de la pierre autour de mon cou, une pierre rare qui prendrait la forme de ce que je voulais. Je le remerciai avant de me lever et de quitter sa demeure, prenant le chemin du retour pour faire mon rapport et méditer sur toutes ces histoires.


Dernière édition par Ellebast Syrial le Lun 4 Aoû - 20:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Abnegatio
Capitaine de l'Arche


Messages : 125
Triomphe : 667
Date d'inscription : 25/06/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: Ellebast Syrial [Fiche terminée]   Mar 8 Juil - 19:46

Validé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.kh-memento.com
 
Ellebast Syrial [Fiche terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LADY MASTERMIND ♠ Whatever Gets The Job Done [Fiche Terminée]
» L'impossible. (Fiche terminée)
» Signaler une fiche terminée
» Amber. La solitude n'est pas. [fiche terminée]
» Matabei ASASUISEI - Shodaime Kazekage || Fiche terminée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts Memento :: Machine à café :: Flood et jeux :: Archives du forum :: Autres-
Sauter vers: