AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les roses d'Eden [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fantoche
L'Idée aux deux Roses


Pseudo Heaven : Gromnax - Xelcesté - Yrredry - Neo - Ambre/Pluie
Messages : 71
Triomphe : 36
Date d'inscription : 25/06/2014
Age : 22

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Preuve d'Existence

MessageSujet: Les roses d'Eden [Libre]   Sam 4 Avr - 23:51

Roses. Des roses, partout. Dans les cieux, sous ses pieds, tout autour de lui, il n'y avait qu'elles. Grandes et magnifiques, brillantes d'un léger éclat bleuté teinté de bonheur. Fantoche se sentait bien. Un sourire s'était affiché sur son visage alors qu'il flottait dans l'infini. Des pétales tournaient autour de son corps, venant de temps à autres caresser sa joue ou la pulpe de ses doigts. Une douce chaleur envahissait sa poitrine et colorait ses joues de rouge alors que ses iris parcouraient le néant duquel il venait.

Étoiles dans le néant, douces lueurs dans l'obscurité, deux roses fabuleuses faisaient face au concept. L'une, bleue ciel, brillait d'un éclat vif et énergique, agissant tel un soleil pour le petit Fantoche qui se sentait revigoré par cette vision. L'autre, noire comme la nuit, éclairait pourtant Fantoche de sa lumière si particulière. Douce et calme, elle était sa Lune qui lui permettait de rêver là où l'autre le poussait à agir.

Timide et réservé, Fantoche tendit respectueusement les mains vers les objets de son émerveillement ; ses joues se tintèrent d'un rouge plus violent encore quand il effleura les pétales des roses de la pulpe de ses doigts. Quelques instants durant, ses yeux se perdirent dans le néant floral. Devait-il ? Pouvait-il seulement ? D'innombrables questions assaillirent le jeune enfant qui semblait plus que décontenancé. Puis, finalement, il cessa de penser ; il s'empara des roses.

Tout s'effondra sous ses pieds alors qu'il chuta inexorablement vers l'infini.

Ses yeux s'entrouvrent. De l'herbe. Beaucoup d'herbe. Il se lève doucement, se tient la tête, laisse ses yeux parcourir les environs. Des cartes. Des cartes, partout. Énormément. Puis cette grosse dame habillée en rouge et en noir… Et ce lapin blanc, qu'il pense avoir déjà vu… Et ce masque…

Fantoche laisse tomber son bras le long de son corps alors qu'il regarde tout autour de lui/d'elle. Tout le monde les observe. Les ? Oui, car il semble que Fantoche ne soit pas seule. Une jeune femme et un monsieur bizarre sont à ses côtés.

L'idée s'assied silencieusement, attendant de voir ce qu'il se passe. Il ne comprend apparemment pas les enjeux de la situation.

_________________


      Fantoche parle en #0099FF ;
      Ses roses murmurent en
      #000000 et #00FFFF.


Dernière édition par Fantoche le Dim 5 Avr - 23:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eren Illyrio



Messages : 180
Triomphe : 77
Date d'inscription : 29/03/2015
Age : 22

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Survivre le plus longtemps possible en honorant la mémoire de Milly

MessageSujet: Re: Les roses d'Eden [Libre]   Dim 5 Avr - 14:59

Eren revoyait encore la porte et cette lueur éblouissante dans laquelle il s'était laissé tomber en poursuivant Milly. Il se rappelait du rude combat qu'il avait du livrer contre lui-même. Non il se refusait à penser cela, il n'était pas un monstre. Dès qu'il eu franchi cette porte, ce fut le trou noir dans son esprit et lorsque son esprit commença à émerger de nouveau, il sentit qu'il ne touchait plus terre. Seuls ses pieds traînaient au sol tandis qu'il se sentait tiré, comme s'il était porté. Sa tête pendait encore le long de son torse et ses yeux qu'il entrouvrit perçurent un forte lumière par rapport à ce qu'il avait pu percevoir auparavant.
Il ouvrit finalement les yeux découvrant un tapis d'herbe s'étendant sous ses pieds. Il s'aperçut aussi que ses récentes blessures avaient complètement disparu. "Ce n'était qu'un rêve ? Ca semblait si réel...". Il ne souffrait plus du tout ce qui le confortait dans cette pensée. Il releva la tête et pu voir l'identité de ses porteurs. Son étonnement fut à son paroxysme tandis qu'il se dégageait subitement de leur prise tout en s'exclamant :
"-Des cartes ? Qu'est ce qui se passe ici ! "

Devant son dégagement les cartes qui l'entourait, 5 en tout, tendirent vers lui leur hallebardes dans une expression menaçante. Eren porta alors la main à son épée mais ne put attraper que du vide. On l'avait dépouillé de ses armes avant de l'emporter. Il leva les mains en signe de reddition, il n'avait que ça à faire.
Il fut alors conduit vers une sorte de tribunal en plein air où il était étroitement surveillé par une dizaine de cartes. Près de lui se trouvait deux autres personnes, une femme et, il supposait, un garçon assis dans l'herbe et les regardant d'un air hagard. Eren lui tendit une main pour qu'il puisse se relever. Dans sa situation, toute l'aide serait la bienvenue.
Alors que la femme ronde qui semblait présider cette sorte de tribunal allait s'adresser à ses gardes, quelqu'un apparu sur un monticule de terre. C'était un homme portant un masque qui les accusa avant de disparaître aussi mystérieusement qu'il était apparu.

-QU'ON LES ARRETE ! s'exclama cette femme présidant le tribunal.

Toutes les cartes autour des trois prisonniers firent alors un salut militaire avant d'empoigner leur hallebarde dans une pose de combat et de s'approcher d'eux en les menaçant.

-Quelqu'un a un plan ? dit Eren en s'apprêtant à combattre à main nu, apercevant du coin de l’œil ses effets personnels posés dans un coin du tribunal, gardés par une autre carte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Les roses d'Eden [Libre]   Lun 6 Avr - 12:19

[RP précédent : http://www.kh-memento.com/t221p30-les-westerguard-pv-kagi-hades-et-compagnie#1276 ]
 

Elle avait finalement réussi à s’en aller. Hans était presque guérit et allait mieux de jours en jours et la seule chose qui la retenait dans cet hôtel était la promesse qu’elle avait faite aux anges pleureurs. Elsa avait fixé le départ du groupe au lendemain matin, ce qui signifiait que plus rien ne l’obligeait à rester, elle allait pouvoir partir, enfin. Elle aurait dû être heureuse, alors pourquoi son cœur se serrait-il de la sorte ? Elle refusait de croire qu’elle s’était attachée à ces gens, ça ne pouvait pas être le cas. D’ailleurs elle ressentait un soulagement intense à l’idée de s’éloigner d’Hadès ; avoir passé trois jours et deux nuits dans le même bâtiment que lui la rendait malade.

Lorsqu’ils avaient décidé de se rendre à la grande fête du Jardin Radieux, elle avait décliné poliment l’invitation, prétextant une grande fatigue. La vérité était tout autre… elle voulait profiter de cette occasion pour fuir, tout simplement. Sans adieux pas de souffrance, c’était plus simple ainsi. Tout particulièrement pour l’Ankou… elle avait tissé une étrange relation avec lui, ils s’étaient entraidés pendant une dizaine de jours et avaient vécu des choses fortes, difficiles à oublier. Mais elle devait partir tant qu’elle en avait la force. Surtout maintenant qu’elle savait que sa belle-mère avait envoyé un assassin pour la traquer. Elle était restée trop longtemps au Jardin Radieux, elle était en danger.


Partir d’accord, mais partir où ? Et pour faire quoi ? Jusqu’à preuve du contraire elle était toujours coincée au Jardin Radieux puisqu’elle ne pouvait pas aller voir Cid sans révéler sa présence au comité de restauration de la Forteresse Oubliée. Rappelons-le, son intention première était de rentrer à TerraNostra, sa terre d’accueil, sans se faire remarquer. Ses anciennes connaissances la croyaient tous mortes et c’était mieux ainsi. Si jamais elle croisait l’un de ses amis il lui faudrait se justifier et déterrer des souvenirs trop douloureux… elle préférait oublier.


Oui mais le problème c’est qu’elle avait croisé Elsa et ses amis, apprit qu’un nouveau groupe de fous furieux menaçaient les mondes et provoquaient des paradoxes temporels, rencontré plusieurs de ces fous furieux, parmi lesquelles Celsia, Alastair et Lynns, puis elle avait croisé la route d’Alice dans une dimension onirique étrange… sauf que cette Alice n’avait physiquement rien en commun avec la Alice qu’elle connaissait. Et cela l’inquiétait. Les Justes s’en étaient-ils pris à elle ?  

C’est en tournant et retournant ces questions dans sa tête qu’elle errait sur les remparts de la forteresse. Après avoir quitté Elsa, l’Ankou, Hans et tous les autres, elle avait finalement opté pour se trouver un autre hôtel : elle avait besoin de réfléchir, seule et au calme. Après une nuit agitée de cauchemars, comme à son habitude, elle s’était finalement levée à l’aube et avait rejoint les remparts qui offraient une vue imprenable sur la cité. La belle avait beau tourner et retourner la question dans sa tête, elle ne trouvait pas de solution. Les mondes étaient en danger… devait elle fuir et se cacher comme elle l’avait fait jusqu’à présent ou bien entrer dans la bataille et combattre de toutes ses forces ? Elle était fatiguée de se battre, elle avait déjà tant perdue… Mais se cacher ne servait à rien, si les mondes s’effondraient à cause des paradoxes il n’y aurait bientôt plus d’abri nulle part. Il était temps qu’elle se révèle à ses anciens alliés, que Blanche-Neige réapparaisse aux yeux du monde.

« C’est bien beau de vouloir « récussiter », mais je n’ai pas intérêt à crier mon identité sur tous les toits si le chasseur me recherche… »

La première chose à faire était d’aller voir le comité de Restauration de la Forteresse Oubliée… partager avec eux les informations qu’elle détenait sur les Justes, se procurer un vaisseau gummie et partir à la recherche d’Alice pour s’assurer qu’elle allait bien. Ensuite… elle préférait ne pas y penser. Elle n’avait aucune envie de se battre, ni de repenser à son monde natal, mais elle savait que c’était un mal nécessaire. Elle ne croyait pas au hasard, le destin ne l’avait pas renvoyé au Jardin Radieux pour rien, il avait des projets pour elle.

La rouquine  entreprit de descendre les marches des remparts pour rejoindre la ville en jetant de fréquents coups d’œil autour d’elle pour s’assurer qu’elle n’était pas suivie. Comment le chasseur avait-il pu être ramené à la vie ? Elle l’avait pourtant vu mourir ! Si Catherine avait obtenu la puissance nécessaire pour récussiter quelqu’un elle ne donnait pas cher de sa peau, elle allait devoir être extrêmement prudente. Avec le soutien de Squall, Merlin et Yen Sid elle serait plus en sécurité, et avec un vaisseau gummie elle pourrait voyager et fuir plus facilement au besoin. Elle s’était enfin décidée : se prochaine destination était la maison de Cid.

Ou pas.

En chemin, il lui sembla apercevoir un lapin qui filait à toute vitesse et disparut au coin de la rue.

-En retard, je suis terriblement en retard !

-Qu’est-ce que ?!

Prise d’une irrépressible envie de le suivre, Blanche-Neige se hâta à sa suite… et ne vit pas l’énorme trou qui se cachait au tournant. Les minutes suivantes furent certainement les plus longues de sa vie, ou presque ! La chute n’en finissait pas et pas moyen de se raccrocher aux parois trop friables ! C’est à bout de souffle qu’elle atterrit dans un endroit qu’elle ne pensait pas revoir si vite. Elle eut du mal à reconnaitre le Pays des Merveilles qui n’avait plus rien de merveilleux… l’endroit était glauque à souhait, sinistre. Le ciel était chargé de nuages menaçants, les oiseaux ne chantaient pas. C’est uniquement grâce à la présence des cartes qu’elle réalisa qu’elle était dans le monde d’Alice. Elle était déjà venue ici à plusieurs reprises pour rendre visite à son amie, mais elle avait toujours soigneusement évité la reine de Cœur qu’elle savait folle à lier. Elle n’eut cependant pas de mal à la reconnaître grâce aux descriptions que lui avait faite Alice.

Comment était-elle arrivée ici ?

Un coup d’œil autour d’elle lui permit de cerner la situation dans son ensemble : des gardes en grands nombre, des nobles, la reine de Cœur, un gamin à l’air perdu, un homme qui n’a pas l’air de venir du coin… mais c’est surtout Alice qui retient son attention : perchée sur un promontoire, seule face à la reine, comme prisonnière…

-Comment osez-vous interrompre le jugement ?! S’écrit-elle.

C’était donc un jugement. Comme à l’époque, juste avant qu’Alice ne se fasse enlever par les sbires de Maléfique… décidément, le passé semblait rattraper son amie tout comme il l’avait rattrapé, elle. La suite s’annonçait compliquée.

Une voix retentit alors, calme et assurée.

-Sauf votre respect, votre majesté, je pense que ces personnes sont des alliés d’Alice. Elles sont sans aucuns doutes responsables de la déchéance du Pays des Merveilles.

Blanche leva les yeux vers la dite personne, incrédule. D’où sortait-il ? Elle ne l’avait pas vu arriver ! Il les accusait d’avoir provoqué la « déchéance de ce monde », le problème c’est qu’elle ne le connaissait pas.

« Il dégage la même énergie que Celsia et Alastair » réalisa-t-elle.

Non, pas tout à fait, il était beaucoup, beaucoup, beaucoup plus puissant qu’eux. Aucune erreur possible : il faisait partie des Justes.

-QU'ON LES ARRETE !

Le cri la tira brusquement de ses pensées. Son regard glissa du Discordian, aux cartes, puis à Alice.

-Quelqu'un a un plan ?

-Restez calme, quoi qu’il arrive.

« D’abord calmer les gardes, ensuite discuter »


Blanche matérialisa son arme de prédilection, son gun, et fit ce qui lui semblait le plus logique dans l’immédiat : elle tira en l’air. La décharge d’énergie retentit dans un vacarme épouvantable, provoquant l’effet recherché : l’arrêt provisoire des gardes. Mais pour combien de temps ?

-La prochaine balle est pour la reine si vous continuez à avancer. Dites à vos gardes de reculer, majesté. Bien, maintenant nous allons pouvoir parler.

Ses yeux se posèrent sur Alice.

-Descend, rejoint-nous ! T’ont-ils fait du mal ?

Elle regarda la reine, puis Abnegatio.

-J’ignore précisément ce qui est en train d’arriver au Pays des Merveilles, mais sachez que nous n’y sommes pour rien, tout comme Alice. Des évènements du même genre frappent simultanément d’autres… pays en ce moment même. L’homme que vous abritez (elle pointa du doigt Abnegatio) fait partie d’un groupe baptisés les Justes. Ce sont eux les responsables, pas nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Liddell
Hysteria Princess


Messages : 22
Triomphe : 26
Date d'inscription : 09/11/2014

MessageSujet: Re: Les roses d'Eden [Libre]   Mer 8 Avr - 16:05

Une étrange sensation avait saisi Alice tandis qu'elle effectuait son périple à travers les mondes. A chaque pas qu'elle faisait hors du pays des Merveilles, elle pouvait ressentir un manque, un gouffre profond s'emparer d'elle. Son monde natal lui manquait-il ? Pas vraiment... Elle était partie avec comme seul et unique objectif de retrouver et vaincre Abnegatio... Elle qui voulait se libérer de son emprise, récupérer sa vie et son équilibre. Regardez-la aujourd'hui ! A moitié folle et hystérique... La chute d'une princesse de coeur ! Mais au moins, elle avait maintenant les moyens de se battre et de vaincre ses ennemis.
Mais voilà que cette fois, les choses furent différentes ! Alors qu'elle errait sans but au travers des plaines désolées d'un monde abandonné, un étrange portail s'ouvrit alors devant elle. Soudain, elle ressentit une présence... Familière... De l'autre côté se trouvait son monde, celui qu'elle avait quitté il n'y a que peu de temps ! Alice n'avait pourtant aucune envie d'y retourner et pourtant, ce portail trônait devant elle, la défiant presque de passer au travers.
Mais voilà qu'une autre présence se fit ressentir... Une présence plus singulière, plus étrange et détraquée... Cette aura si particulière, elle l'avait déjà ressenti auparavant ! Si elle ne se trompait pas et comment pourrait-elle se tromper, Abnegatio était au pays des Merveilles.

Il n'y avait pas une seconde à perdre ! Sa cible était là, inutile de réfléchir au pourquoi du comment ! Elle bondit alors à travers le passage et une seconde plus tard, la voilà au milieu de la vallée des larmes. Cette endroit était maintenant en proie à la destruction, aux flammes et aux Discordians. Une vive douleur s'empara d'elle en repensant à ce monde qu'elle avait jadis connu... Son refuge était maintenant qu'un tas de cendres. Puis en un instant, Abnegatio se trouvait devant elle... Silencieux et immobile... Etait-ce une hallucination ? Surement mais une chose est sûre c'est qu'elle se retrouva alors clouée au sol. Une puissante vague d'énergie semblait se déverser du sol tout autour d'elle, traversant la princesse de part en part. La douleur était atroce, si terrible qu'Alice ne put s'empêcher de crier... Mais cela ne s'arrêta pas et sa douleur s'accentua jusqu'à ce que le pire se produise. Son coeur se déchira en deux... Dans le même instant, le paradoxe s'estompa et deux Alice tombèrent au sol. L'une aux cheveux noirs de jais et l'autre aux cheveux blonds comme le blé... Ce fut juste après qu'Alice perdit connaissance.

Lorsque la princesse se réveilla, tout avant changé autour d'elle. Le paysage qui était déjà ravagé était maintenant en proie à l'explosion, des Discordians s'étaient regroupés autour d'elle. Ce fut alors qu'elle comprit ce qui lui manquait. La Reine Blanche, la Alice aux cheveux blonds, celle qu'elle avait été avant... Elles avaient été séparé et maintenant, elle n'était plus là... Pour la première fois de sa vie, Alice se sentit plus seule que jamais. Sortant son arme, elle abattit alors sa colère sur le premier Discordian en travers de sa route...

La seconde d'après, elle se trouvait dans la cour suprême de la Reine de Coeur... Les lieux étaient eux aussi ravagés par la destruction du coeur de la princesse. D'ailleurs, la Reine était là, devant elle, l'accusant d'être à l'origine de la destruction de ce monde et de l'arrivée des créatures ici. Comment osait-elle se plaindre ? Faisait-elle quelque chose pour libérer ce monde ? Et puis que pouvait bien faire le chat quand on avait besoin de lui ?
Ce fut à ce moment-là que tout bascula pour elle... Son esprit se dupliqua, était-elle ici ou ailleurs ? Un autre effet du paradoxe ? En tout cas, en cet instant, les choses avaient changé.

Dans le cas présent, plusieurs personnes venaient de faire irruption au pays des Merveilles. Le premier était du genre calme contrairement au second protagoniste qui ne manqua pas de faire arrêter à son tour... Mais que pouvait bien faire ces gens ici ? Le Chapelier avait-il des invités pour le thé ? A moins que ce n'était qu'une nouvelle farce du Chat... Vivement que ce procès finisse... Puis alors, une troisième personne arriva et cette fois, elle ne put que la reconnaître... Son coeur meurtri résonna avec celui de Blanche-Neige... Comment avait-elle pu arriver ici ? Mais avant qu'elle puisse faire quelque chose, la reine les accusa d'être les complices.


Comment osez-vous accuser ces gens ? Si il y a une coupable ici, c'est moi alors laissez-les tranquille !

Et les choses dégénérèrent rapidement... Pourquoi fallait-il que les gens soient toujours aussi pressé ? Le lapin était d'ailleurs un très mauvais exemple... Incapable de tenir un quelconque horaire celui là...
Voilà que Blanche tira en l'air, réduisant tout le monde au silence.


La prochaine balle est pour la reine si vous continuez à avancer. Dites à vos gardes de reculer, majesté. Bien, maintenant nous allons pouvoir parler. Puis Blanche se tourna vers Alice.
Descend, rejoins-nous ! T’ont-ils fait du mal ?

Je vais bien...

J’ignore précisément ce qui est en train d’arriver au Pays des Merveilles, mais sachez que nous n’y sommes pour rien, tout comme Alice. Des événements du même genre frappent simultanément d’autres… pays en ce moment même. L’homme que vous abritez  fait partie d’un groupe baptisés les Justes. Ce sont eux les responsables, pas nous !

Abnegatio était là... Comment n'avait-elle pas pu le voir ? La source de tous ses maux, la perte de sa moitié, tout était de sa faute... Et il allait payer !
Alice fit apparaître son glaive vorpalin dans sa main droite mais avant qu'elle puisse attaquer, Blanche lui attrapa vigoureusement le bras...

Lâche-moi ! C'est lui qui m'a pris la Reine Blanche, lui qui détruit mon monde ! C'est lui qui a fait de moi ce que je suis devenu ! Le Chapelier a fini de préparer le thé maintenant, préparez-vous à le boire très chaud !

Un éclat mauvais brillait dans son regard... Alice perdait totalement pied, il était évident qu'elle ne pourrait survivre plus de quelques heures tant que son coeur ne serait pas reconstitué. En attendant, elle se trouvait au milieu de cette place, telle une furie qui menaçait de tout détruire sur son passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abnegatio
Capitaine de l'Arche


Messages : 125
Triomphe : 667
Date d'inscription : 25/06/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: Les roses d'Eden [Libre]   Jeu 9 Avr - 16:31


L'attention de la salle toute entière était portée sur Alice, la coupable du procès. Peut-être aussi parce que les seules personnes composant ce procès n'était d'autre qu'elle et de la Reine, accompagné de sa cour.

Mais la raison pour laquelle notre Majesté perdait encore plus ses moyens qu'à l'accoutumée, ce n'était d'autre que la présence même d'Abnegatio, dans ce monde déjà en proie à de nombreux paradoxes et à la destruction. Cet être encore mystérieux de tous et dont personne ne sait grand chose, si ce n'est qu'aujourd'hui, il endosse le rôle de Procureur de la Reine, de conseiller. Bien entendu, le but d'une telle démarche était évident au plus idiot: rendre coupable coûte que coûte Alice. Abnegatio connaissait ce monde, du moins, connaissait l'état d'origine de ce monde, et savait déjà que la Reine de Cœur avait un penchant à rendre coupable n'importe qui, mais il était aussi au courant de la célèbre naïveté de cette même Reine qui permettait parfois à des chanceux de s'en sortir vivant. Et c'était quelque chose qui ne devait pas arriver.

Vous vous demandez pourquoi le Capitaine de l'Arche n'agit pas de lui-même? Peut-être parce que pour lui, tout ceci n'est qu'un jeu, posé sur un grand échiquier sur lequel il bouge les pièces une à une. Après tout, il a été créé à l'origine pour observer les habitants des mondes et tenter de guérir les blessures - entendez par là les paradoxes - causés par eux-mêmes. C'est ce qui joue aujourd'hui sur sa manie à vouloir s'intéresser aux réactions de ses interlocuteurs, d'en apprendre plus sur eux. Mais n'oublions pas que notre Maître Discordian est avant tout stratège, et que de ces observations résulteront des éléments qui seront par la suite pris en compte pour établir des plans contre les Voyageurs des mondes.

Et encore une fois, notre invité d'honneur esquissa quelques mots à l'attention de Sa Majesté.

-"Au cas où vous auriez encore des doutes votre Majesté, j'ai aperçu de mes propres yeux la coupable être à l'origine d'un paradoxe étrange, d'une chose que je n'avais encore jamais vu!"

Bien sur, il ne développait jamais trop ses arguments, pour éviter d'embrouiller la reine. Il était inutile d'expliquer grand chose à une gourde pareille et Alice le savait malheureusement mieux que quiconque.

_____

Il se faisait tard et le procès devait arriver à terme. La Reine s'apprêtait à rendre son si célèbre jugement qu'un étrange phénomène retentit à travers le Pays des Merveilles. Un étrange phénomène, encore? Non, le Capitaine de l'Arche avait cette étrange impression de revivre la même chose, mais il devait rester sur ses gardes. Il avait face à lui une princesse de cœur dont il ne connaissait pas tous les pouvoirs. En effet, au fil de l'histoires, ces princesses de lumières n'ont jamais eu l'occasion d'exploiter tout leur potentiel, les rendant dangereuses de par le manque d'information à leur sujet.

Plusieurs individus se rameutèrent, les uns après les autres, dans la "salle" du tribunal. Il y avait cet étrange garçon, ou plutôt, cette étrange "chose" qu'il avait pu croiser du regard à la Cité du Crépuscule. Il semblait particulièrement attiré par les roses, mais son enjouement prit vite fin quand il se rendit compte qu'il était là où il ne devait pas être... ou alors il devait n'avoir aucune idée de ce qui se tramait autour de lui.

Un jeune homme lui tendit la main, le second inconnu à être arrivé ici. Il avait été "chaleureusement guidé" par les gardes-cartes jusqu'ici, sans doute afin d'être lui aussi exécuté. Il savait que le premier garçonnet ne représentait aucun danger, mais il n'avait jamais vu cet autre individu. Ce qui complexa davantage les événements fut l'arrivée d'une autre personne, une jeune femme cette fois-ci, jeune femme qui le fit réagir vivement.

Son regard se fixait alors sur cette rouquine, qui à l'heure actuelle, menaçait déjà la reine de se faire tirer d'une balle dans la tête au moindre mouvement. Il fallait avouer que c'était délicat, si on prenait en compte que cette Reine n'avait aucun moyen de défense. Abnegatio avait bel et bien fait d'assister à ce procès...

-"Mademoiselle, vous vous trouvez en présence de sa Majesté et je vous prierai d'avoir un minimum de respect en ces lieux. Et si vous commenciez déjà par décliner votre identité, plutôt que de menacer les habitants de notre royaume?"

Vous vous doutez bien qu'il ne s'intéressait guère aux bonnes manières, mais qu'il cherchait à obliger l'inconnue à se présenter. Bien sur, il y avait le risque qu'elle donne une fausse identité, parce que cette demoiselle dégageait un étrange pouvoir, ou plutôt, ne dégageait qu'un seul genre d'énergie... de la lumière, et rien d'autre. Oui, il y avait une forte chance qu'elle était une autre princesse de cœur.

-"Pour prendre un peu d'avance, oui, je fais partie d'un groupe appelé les Justes, mais votre Majesté, pensez-vous vraiment qu'une organisation portant un tel nom rechercherait le mal pour votre Royaume? Je n'ai pour argument que ma sincérité et mes loyaux services envers votre personne, mais face à nous se trouve une inconnue qui nous menace d'une arme inconnue."

Quelque chose ne tournait pas rond chez Alice. Le Maître Discordian lui-même avait remarqué qu'elle ne se sentait pas bien dernièrement, et qu'elle se comportait bizarrement. Elle était devenue littéralement folle, ce qui semblait impossible pour une princesse de cœur, mais encore moins pour la jeune Alice. Elle l'accusait d'avoir provoqué des problèmes chez elles, ce qui n'était pas foncièrement faux, mais pas réellement vrai non plus à la base. Les paradoxes apparaissent et les Discordians en profitent. Mais arrêtons de jouer sur les mots...

Non, ce qui était dérangeant, c'était cette histoire de voler sa Reine Blanche. Qu'entendait-elle par là? Il allait devoir suivre de très près ces princesses s'il voulait en avoir le cœur net.

-"Ces accusations contre ma personne restent infondées, et vous cherchez davantage à vous défendre avec des armes qu'avec des mots."

Il cherchait à provoquer la dingue pour en tirer quelques mots de plus, mais s'apprêtait à protéger la reine si nécessaire...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.kh-memento.com
Maître du Jeu



Messages : 37
Triomphe : 52
Date d'inscription : 17/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: Les roses d'Eden [Libre]   Jeu 9 Avr - 23:30

<3 La Reine De Cœur <3

Siégeant royalement à son Tribunal, La Reine de cœur fixait Alice. Ses soldats-cartes l'entouraient de leurs lances et les Discordians, œuvres de Abnegatio, tremblaient d'excitation de pouvoir dépecer leur prisonnière. Mais l'ordre fatal devait venir de La Reine. Cela a toujours été ainsi. Elle était le juge, le procureur, l'avocat et le bourreau. Toutes décisions ne reposer que sur elle. Et en plus de cela, cette... pimbêche avait menée à mal le Pays des Merveilles. SON Pays des Merveilles ! Abnegatio avait raison. Il semblait toujours avoir raison... Comme La Reine. Tous les deux avaient tellement de point commun... Souverain, commandant, maître absolu... Ensemble, ils faisaient régner une justice ultime sur le Pays des Merveilles. La Reine espérait que cela dure... Mais avant de voir cela, il fallait faire en sorte que cette petite ignorante d'Alice soit raccourci d'une tête au niveau du cou. Car...

- Tout est de sa faute... murmura La Reine.

Sur ces mots, des inconnus apparurent de nulle part. Toute la cour les regardèrent d'un air incrédule en se demandant d’où ils sortaient. La Reine, perchée sur son trône, les regarda d’un air outré.

-Comment osez-vous interrompre le jugement ?! S’écriat-elle. 

__________________________________________________

Les soldats de La Reine de cœur apportèrent un jeune homme et le jetèrent au sol. Son accoutrement complètement loufoque montrait clairement que cette homme n'était pas du Pays des Merveilles. La Reine se leva à sa vue. Elle cligna des yeux. Un petit garçon (ou fille... Qu'importe !) se tenait allonger à côté de lui et s'étira comme une fleur. Comment osait-il faire comme si La Reine n'existait pas ! Et une autre femme, rousse, habillée encore plus ridiculement que les deux autres apparue, comme si elle était tombée du ciel. Mais personne ne tombe du ciel un Jeudi. La Reine perdit son calme.

Abnegatio regarda l’assistance avec amusement. Ce détail échappa à La Reine, trop concentrée sur les revendications des nouveaux venus (bien qu'elle n'écoutait même pas ce qu'ils disaient.).

- Sauf votre respect, lança le Maître des Discordians de sa voix calme et posée, votre majesté, je pense que ces personnes sont des alliés d’Alice. Elles sont sans aucuns doutes responsables de la déchéance du Pays des Merveilles.

A ces mots, la Reine de Cœur devint rouge de colère.

-QU’ON LES ARRÊTE !!! Hurla-t–elle.

Les Cartes-Gardes commencèrent à se rapprocher des inconnus d’un air menaçant… Voilà tout le pouvoir de La Reine. L'autorité... ABSOLUE ! Mais Alice ne semblait pas être d'accord sur ce point et elle remit le jugement de La Reine en cause.

- Comment osez-vous accuser ces gens ? Si il y a une coupable ici, c'est moi alors laissez-les tranquille !
- Coupable ! Dit La Reine, toute euphorique. Elle se prononce coupable !!! Elle accepte sans déclin de lune et lever de soleil qu'elle est coupable. Tant mieux. Pile au moment où je perds patience. Elle se tourna vers les jurés et leur ordonna de noter cela. Puis elle leva ses bras vers le ciel. Enfin le moment que j'attendais ! LA SENTENCE ! QU'ON LUI C-

Un coup de feu. La rousse venait d'utiliser un objet inconnu vers le ciel. Toute l'assistance se tût et les gardes eurent un sursaut. Puis la jeune fille pointa son objet ridicule vers La Reine.

- La prochaine balle est pour la reine si vous continuez à avancer. Dites à vos gardes de reculer, majesté. La Reine lança un regard à ses gardes qui reculèrent à peine et gardaient les inconnus sur le fil de leurs lances. Bien, maintenant nous allons pouvoir parler.

Alice rejoignit le petit groupe d'inconnu. Après une petite discussion et des accusations OUTRAGEANTES envers le Seigneur Abnegatio, ce dernier se défendit verbalement de façon royale, comme l'inclus une personne de son rang. La Reine se rassit et écouta attentivement le Discordian.

- Pour prendre un peu d'avance, oui, je fais partie d'un groupe appelé les Justes, mais votre Majesté, pensez-vous vraiment qu'une organisation portant un tel nom rechercherait le mal pour votre Royaume? Je n'ai pour argument que ma sincérité et mes loyaux services envers votre personne, mais face à nous se trouve une inconnue qui nous menace d'une arme inconnue.
- Oh, Seigneur Abnegatio, vous avez absolument raison. Comment un groupe prénommé « Les Justes » ne sont-ils pas du côté de la justice ? Et la justice, c'est moi ! La Reine s'adressa à Blanche avec un petit rire. N'est-ce pas mademoiselle ? Êtes-vous si inéduquée que cela ? Ce qui est juste est allié à la justice. Et la justice, c'est juste ici. Donc ces « Justes » ne peuvent pas être néfastes. C'est d'un ridicule. Elle rigola doucement en regardant le Discordian masqué. De plus, vous commettez de grave accusations contre mon conseiller personnel. Et de moins, vous pointez un objet ridicule vers moi, qui, d'après mon conseiller le Seigneur Abnegatio, est une arme. Il n'y a donc aucune chance que vous ne soyez pas des alliés de cette délinquaille d'Alice. Votre sentence se fera donc dans la même sentence qu'elle. La Reine de cœur devint rouge écarlate en moins d'une seconde. QU'ILS PASSENT TOUS A LA GUILLOTINE !!! QUE LE BOURREAU S'OCCUPENT DE LEUR CAS !!! QU'ILS SOIT RACCOURCI D'UNE TÊTE AU NIVEAU DU COU !!! QU'ON LEUR COUPE LA TÊTE !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fantoche
L'Idée aux deux Roses


Pseudo Heaven : Gromnax - Xelcesté - Yrredry - Neo - Ambre/Pluie
Messages : 71
Triomphe : 36
Date d'inscription : 25/06/2014
Age : 22

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Preuve d'Existence

MessageSujet: Re: Les roses d'Eden [Libre]   Ven 10 Avr - 0:55

Fantoche commençait mine de rien à somnoler un petit peu. Toutes ces roses rouges autour de lui l'apaisaient et lui donnait envie de se rendormir. L'herbe était douce et invitait à la sieste, les quelques perles de rosée qui s'y cachaient lui permettrait de se rafraîchir si Fantoche en ressentait le besoin. Ci et là, quelques boutons d'or perçaient le tapis vert de leur couleur jaune merveilleuse, et même si ces fleurs n'étaient pas aussi magnifiques que les roses, elles restaient très jolies. Oui, Fantoche était serein(e), et un léger sourire paisible s'affichait sur son visage. Tout semblait aller pour le mieux. Après tout, pourquoi quelque chose n'irait pas ?

L'Idée aux deux roses n'avait pas remarqué ni la grosse dame qui le regardait de manière de plus en plus outrée, ni le lapin qui restait estomaqué face à ce manque d'éducation. Comment est-ce qu'un gamin, un nabot comme Fantoche pouvait oser se comporter ainsi ? C'était absolument indécent. C'était Fantoche : Il était tout à fait étranger à ce genre de concepts et était quelqu'un qui cherchait à être vrai.

Bientôt, un jeune homme entouré de cartes armées s'avança. Celui-ci lui tendit la main afin de l'aider à se relever. Pendant quelques secondes, Fantoche cligna des yeux, cherchant à comprendre ce que voulait cet homme en lui tendant ainsi la main. Ce n'est qu'après quelques instants qu'il s'en saisit et qu'il se releva grâce à son aide, profitant de ce moment pour lui lancer un sourire de remerciement.

Vint alors une autre personne, cette fois-ci une femme, d'un âge proche de l'homme qui était venu quelques secondes plus tôt. Mince alors, l'endroit commençait à être bien remplit, ça allait être difficile de faire une sieste dans l'herbe. Fantoche examina longuement les deux personnes qui allaient devenir ses compagnons pendant au moins quelques instants, ne prêtant guère attention à Abnegatio ni à la Reine de Cœur, qui devait assurément être en train d'exploser de rage. Elle ne tarda d'ailleurs pas à s'exprimer.

« Comment osez-vous interrompre le jugement ? », lança-t-elle de sa grosse voix rauque.

Un jugement ? Fantoche balaya la salle du regard. Qui ou quoi jugeait-on ? Et pourquoi ? Était-ce le concours de la plus belle rose du monde, ou quelque chose dans le genre ?

Son regard se posa sur une jeune fille aux cheveux noirs comme les siens, qui était apparemment sous étroite surveillance. Elle avait un air bizarre sur le visage. Comme si… Comme si elle avait peur, ou comme si elle était triste. Quelque chose que Fantoche n'arrivait pas à nommer mais qui l'affectait bien vite, si bien que son sourire s'effaça et que ses sourcils s'arquèrent tristement. Si c'était vraiment le concours de la plus belle rose, alors elle ne devait pas vraiment avoir confiance en elle… Fantoche se disait que, peut-être, il allait pouvoir discrètement l'aider pour lui donner une petite chance supplémentaire d'être choisie par la reine comme gagnante de ce jugement. Fantoche fit pousser une rose bleue, encore fermée, et la cueillit. Il s'approcha de cette fille aux cheveux noirs pour lui donner cette rose – mais malheureusement, sans qu'il comprenne pourquoi, on le repoussa violemment. Le petit être lâcha la rose, qui finit broyée sous la botte d'un Sept de Cœur. Intérieurement, Fantoche sentit son petit cœur se déchirer.

Une voix étrange fit avancer le débat sur ce prétendu jugement.

« Sauf votre respect, votre majesté, je pense que ces personnes sont des alliés d’Alice. Elles sont sans aucun doute responsables de la déchéance du Pays des Merveilles. »
Quelques secondes de silence qui parurent une éternité pour Fantoche, qui n'arrivait pas à détacher son regard humide des pétales déchirées qui dépassaient de sous la semelle de la carte.

«  Qu'on les arrête ! »
Hein ? Quoi ?

Fantoche leva ses yeux abasourdis vers la grosse dame rouge avec une couronne sur la tête. Qu'on les arrête ? Pourquoi ? Qu'est-ce qu'ils avaient fait de mal ?

Par réflexe, Fantoche rejoignit les deux autres personnes qui étaient arrivées peu après lui. Il se cacha derrière l'homme qui l'avait aidé à se relever, fixant d'une manière un peu effrayée la grosse dame rouge et l'homme avec le masque.

« Quelqu'un a un plan ?
- Restez calme, quoiqu'il arrive. »

« Comment osez-vous accuser ces gens ? Si il y a une coupable ici, c'est moi alors laissez-les tranquille ! »
«  Coupable !  Elle se prononce coupable !!! Elle accepte sans déclin de lune et lever de soleil qu'elle est coupable. Tant mieux. Pile au moment où je perds patience.  Enfin le moment que j'attendais ! LA SENTENCE ! QU'ON LUI C-  »

La femme sortit quelque chose que Fantoche ne connaissait pas et qui l'intrigua un peu… Jusqu'à ce qu'un bruit infernal se fasse entendre. Surpris par ce son horrible, Fantoche lâcha un cri de frayeur et s'enfuit pour bondir dans un buisson, à quelques pas d'ici.

Qu'est-ce qu'il se passait ? Il ne comprenait plus rien… Il voulait juste dormir un peu, et voilà qu'il se faisait arrêter et qu'on essayait de lui faire peur avec des gros bruits effrayants… Et qu'est-ce que celle à qui il voulait offrir la rose voulait dire par coupable ?
Mais qu'est-ce qu'il se passait ici ?!

« La prochaine balle est pour la reine si vous continuez à avancer. Dites à vos gardes de reculer, majesté. Bien, maintenant nous allons pouvoir parler.  »

À l'autre fille.
« Descend, rejoins-nous ! T’ont-ils fait du mal ?
- Je vais bien...

- J’ignore précisément ce qui est en train d’arriver au Pays des Merveilles, mais sachez que nous n’y sommes pour rien, tout comme Alice. Des événements du même genre frappent simultanément d’autres… pays en ce moment même. L’homme que vous abritez  fait partie d’un groupe baptisés les Justes. Ce sont eux les responsables, pas nous ! »

La fille qui avait les cheveux aussi noirs que les sien sortit un immense couteau et s'apprêta à attaquer quelqu'un, mais se fit couper dans son élan par la dame qui venait de parler.

« Lâche-moi ! C'est lui qui m'a pris la Reine Blanche, lui qui détruit mon monde ! C'est lui qui a fait de moi ce que je suis devenu ! Le Chapelier a fini de préparer le thé maintenant, préparez-vous à le boire très chaud ! »
Une lueur étrange brillait dans son regard… Une lueur qui faisait encore plus peur que celle qu'elle avait quand il avait voulu lui parler… L'idée se perdit un peu plus dans le buisson, persuadé d'être à l'abri et qu'on ne le verrait pas…

C'était ensuite au monsieur masqué de parler.

« Mademoiselle, vous vous trouvez en présence de sa Majesté et je vous prierai d'avoir un minimum de respect en ces lieux. Et si vous commenciez déjà par décliner votre identité, plutôt que de menacer les habitants de notre royaume? Pour prendre un peu d'avance, oui, je fais partie d'un groupe appelé les Justes, mais votre Majesté, pensez-vous vraiment qu'une organisation portant un tel nom rechercherait le mal pour votre Royaume? Je n'ai pour argument que ma sincérité et mes loyaux services envers votre personne, mais face à nous se trouve une inconnue qui nous menace d'une arme inconnue. Ces accusations contre ma personne restent infondées, et vous cherchez davantage à vous défendre avec des armes qu'avec des mots.  »

Fantoche ne comprenait pas grand-chose à ce qu'il disait, car il se fixait sur autre chose. Cette personne, Fantoche l'avait déjà vue. Mais où ? Quand ? Dans quelles circonstances ? Le rosier fit travailler sa faible mémoire à toute vitesse…
C'était ensuite à la reine de parler.

« Oh, Seigneur Abnegatio, vous avez absolument raison. Comment un groupe prénommé « Les Justes » ne sont-ils pas du côté de la justice ? Et la justice, c'est moi ! N'est-ce pas mademoiselle ? Êtes-vous si inéduquée que cela ? Ce qui est juste est allié à la justice. Et la justice, c'est juste ici. Donc ces « Justes » ne peuvent pas être néfastes. C'est d'un ridicule.  De plus, vous commettez de grave accusations contre mon conseiller personnel. Et de moins, vous pointez un objet ridicule vers moi, qui, d'après mon conseiller le Seigneur Abnegatio, est une arme. Il n'y a donc aucune chance que vous ne soyez pas des alliés de cette délinquaille d'Alice. Votre sentence se fera donc dans la même sentence qu'elle. QU'ILS PASSENT TOUS A LA GUILLOTINE !!! QUE LE BOURREAU S'OCCUPENT DE LEUR CAS !!! QU'ILS SOIT RACCOURCI D'UNE TÊTE AU NIVEAU DU COU !!! QU'ON LEUR COUPE LA TÊTE !!!  »

Fantoche bondit hors de son buisson de roses. Il était couvert d'écorchures qui, à la surprise de ceux qui s'en étaient rendus comptes, avaient cicatrisé en moins de temps qu'il fallait pour le dire, et il n'avait montré aucun signe de douleur.

« ATTENDEZ ! »

Le petit être aux deux roses pointa Abnegatio du doigt.

« Je te connais toi ! Je t'ai déjà vu dans cette ville toute orange, même qu'il y avait plein de gens qui te cherchaient parce qu'à cause de toi le temps était tout bizarre ! Même qu'on avait monté une expédition pour te trouver ! Mais… Je me suis perdu et... »

Fantoche sentait qu'il commençait à s'embrouiller et se força à retourner dans le droit chemin.

« Tout ça pour dire, c'est toi le méchant, pas nous ! Si il y a des choses bizarres avec des trucs sur le temps et d'autres machins comme ça c'est de ta faute, pas d'elle ! », fît-il en montrant Alice du doigt.

Il s'adressa ensuite à la reine.

« Tu sais madame, ça sert à rien de s'énerver, je suis sûr que c'est lui le gros méchant ! En plus il porte un masque, c'est peut-être pour pas qu'on le reconnaisse quand il est vraiment lui ! Puis c'est un gros menteur ! Menteur menteur menteur, t'es un gros menteur ! »

Fantoche s'approcha ensuite de la carte qui avait écrasé sa rose du pied.

« Et toi tu es qu'un méchant ! Vraiment un gros méchant ! C'est malpoli d'écraser les roses des gens, et c'est pas gentil du tout ! »

Fantoche avait toujours eu un train de retard vis à vis de la réalité.  Ça ne l'avait jamais dérangé jusque là, et il était vrai que le pays des merveilles n'était pas tout à fait logique de base. Qui sait, peut-être que son argumentation allait toucher quelqu'un ?

Le petit être se mit à courir vers les quelques roses rouges qui constituaient le jardin de la reine et qui étaient accessibles depuis la court. Il se tourna vers la reine.

« J'ai pas très bien compris tout ça mais je crois que c'est un peu comme si dans un jardin de roses rouges, d'un coup hop ! Ya une fleur bleue qui pousse, on sait pas pourquoi ! »

Fantoche s'agenouilla et fit effectivement pousser une fleur bleue au milieu des roses rouges. Il se tourna ensuite vers la reine.

« C'est un peu bizarre, on peut être étonné, mais c'est pas pour ça qu'il faut dire tout de suite +Oh, c'est de ta faute, t'es un gros méchant+ à n'importe qui alors qu'on sait même pas qui a fait ça ! »

L'idée aux deux roses s'agenouilla à nouveau et cueillit la rose bleue.

« Faut juste essayer d'être sûr de qui c'est, et si on sait pas on prend juste la rose pis on l'enlève, et c'est tout, c'est pas si grave au final ! »

Il envoya la rose à Alice, avant de se retourner vers la reine une dernière fois.

« Sois gentille, je suis sûr qu'Alice elle est pas méchante et qu'elle a rien fait ! Laisse-lui une chance de prouver son innocence ! »

Il réfléchit un peu.

« Oh, je sais ! Si on trouve qui cause les paradoxes, tu laisseras Alice tranquille ? »

_________________


      Fantoche parle en #0099FF ;
      Ses roses murmurent en
      #000000 et #00FFFF.


Dernière édition par Fantoche le Ven 10 Avr - 14:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parasite Kurokami
Le Doppelgänger d'Ombre et de Sang


Messages : 57
Triomphe : 45
Date d'inscription : 27/11/2014
Age : 20
Localisation : Toujours en train de regarder la Lumière de loin...

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Retrouver la Lumière.

MessageSujet: Re: Les roses d'Eden [Libre]   Ven 10 Avr - 1:09

Parasite Kurokami. Un Sans-Cœur spécial cherchant une lumière qu'il confonds avec celle des autres. Et encore une fois, son sens de Sans-Cœur s'affola en sentant des lumières puissantes sur un monde qu'il ne connaissait pas. Dans les chemins d'ombres qu'empruntent les Sans-Cœurs, il est facile de rejoindre un monde, même si celui-ci est brisé. Et aujourd'hui, dans sa pèlerine errance, il tomba dans certainement le monde le plus brisé qu'il ai jamais vu de toute sa courte existence, le Pays des Merveilles.

Lorsqu'il arriva, Parasite ne trouva rien que de l'herbe et des statues brisées de fillettes en pleurs. Quand soudain, un lapin blanc déboula devant en hurlant qu'il ne serait jamais à l'heure. Le Doppelgänger, curieux comme un lièvre, suivit le petit animal. Quand finalement, il arriva dans une grande cour avec un grand trône rouge en plein milieu. Une vague de différentes auras déferla sur le pauvre Sans-Cœur. Comme si un problème avait caché toutes les auras avant qu'il n'entre dans le Tribunal de La Reine de Cœur. Parasite se mit à analyser les auras des personnes présentes. Il y avait beaucoup d'auras sans particularités mais il en nota cinq dont une extrêmement particulière.

Cette aura particulière était celle d'un homme masqué qui se tenait à côté du trône et qui murmurait des choses une femme toute vêtue de rouge. Cette dernière avait une aura dangereuse et explosive mais elle n'avait pas l'air extrêmement dérangeante. Mais cet homme... Son aura... Il est impossible de décrire ce genre d'aura. Mais un sentiment afflua en Parasite quand il se focalisa sur cette aura : la peur. Cet homme était plus fort que n'importe quel être existant dans l'univers. Parasite en était sûr.

Parmi les trois autres auras intéressantes qui restaient, il y avait une aura évanescente, on aurai pu croire que la personne en question allait cesser d'exister à chaque seconde. Une autre aura avait un sentiment familier mais elle semblait briser, comme couper en deux. Et le Doppelgänger était incapable de reconnaître une moitié d'aura. Mais la dernière était vraiment familière. Une aura de lumière pure, une Princesse de Cœur. « La » Princesse de Cœur. Celle qu'il avait rencontrée dans un rêve. Une fille rousse et divinement belle. Une envie folle de la revoir le prit soudain. La femme en rouge fulminait et se moquait des personnes présentes, que Parasite n'arrivait pas à apercevoir de là où il se tenait. Le Sans-Cœur se rapprocha donc de l'assemblée en toute discrétion. Et la reconnu bel et bien. La Princesse de cœur rousse. Et à côté d'elle, il reconnu la seconde princesse qu'il avait rencontré dans son rêve. Une Princesse aux cheveux aussi noirs que le corps du Sans-Cœur.

Après avoir admiré avec envie l'aura lumineuse des deux Princesses qui brillaient à l'unisson, il remarqua que le petit groupe des deux filles se faisait agressé par des sortes d'humains avec des corps carrés et plats. Parasite n'aimait pas vraiment que l'on fasse du mal aux créatures de lumières pures. Mais la créature à l'aura volatile venait de calmer le jeu avec un petit discours enfantin. Parasite devait rester dans l'ombre et attendre que l'assemblée remontre encore des signes d'hostilités pour intervenir. Il voulait tellement parler avec les Princesses.

Peut-être savent-elles où trouver sa Lumière à lui.

_________________


-dialogue1 -dialogue2 -dialogue3
*pensée1* *pensée2*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eren Illyrio



Messages : 180
Triomphe : 77
Date d'inscription : 29/03/2015
Age : 22

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Survivre le plus longtemps possible en honorant la mémoire de Milly

MessageSujet: Re: Les roses d'Eden [Libre]   Ven 10 Avr - 8:57

La déflagration qui suivit la réponse de la fille rousse vrilla littéralement les tympans d'Eren autant qu'elle le surpris. Elle avait fait apparaître un... *Mais c'est quoi ce truc ?*. Elle pointait désormais la reine avec cet outils qu'Eren considéra comme dangereux, sans doute une arme et la menaçait. Plus personne n'osait bouger hormis une petite aux cheveux noirs dont ils semblaient avoir interrompu le procès. Elle vint les rejoindre rapidement et s'entretenue rapidement avec cette autre fille.

-J’ignore précisément ce qui est en train d’arriver au Pays des Merveilles, mais sachez que nous n’y sommes pour rien, tout comme Alice. Des événements du même genre frappent simultanément d’autres… pays en ce moment même. L’homme que vous abritez  fait partie d’un groupe baptisés les Justes. Ce sont eux les responsables, pas nous ! se justifia t'elle devant la reine.

Décidément le prince déchu ne comprenait plus rien à la situation sinon une chose, ils étaient très en danger car les cartes continuaient de les menacer de leurs armes malgré la mise en garde de cette fille. C'est alors que la fille au cheveux noir vu cet homme masqué qui les avaient accusé et sembla soudain s'emporter, sortant elle aussi une arme avant d'être rattrapée par la rousse. *Tout le monde est armé sauf moi ou quoi ?*. Eren s'approcha alors de cette fille à l'arme si bizarre et posa sa main sur son épaule pour lui chuchoter à l'oreille :

-Le rapport de force est inégale, tu le sais autant que moi. Débrouille toi pour me couvrir quand j'irais reprendre mes effets...

Il voulu se retourner pour s'assurer de la protection du gamin qu'il avait aidé à se relever mais il se rendit compte qu'il avait totalement disparu. Il était réellement tombé dans un pays de fou. Il le chercha du regard mais fut interrompu dans ses pensées par cet homme masqué qui semblait répondre aux accusations de la rousse. Sa défense était relativement bonne, qui plus est il semblait proche de cette grosse femme présidant le procès, sans doute une reine. Recoupant toutes ses informations, Eren comprit qu'ils n'avaient aucune chance de s'en sortir par la raison. Le temps pressait et il devait s'armer à son tour car il ne donnait pas cher de sa peau dans le cas contraire.

Ses craintes furent alors confirmées lorsque la reine reprit la parole :

- Oh, Seigneur Abnegatio, vous avez absolument raison. Comment un groupe prénommé « Les Justes » ne sont-ils pas du côté de la justice ? Et la justice, c'est moi ! Donc ces « Justes » ne peuvent pas être néfastes.

Abnegatio, c'était alors ça le nom de cet homme masqué conseillant la reine, et "Les Justes", qu'est-ce que tout ça signifiait. Ce n'était pas seulement une sorte de procès qu'Eren semblait avoir interrompu mais réellement quelque chose de grande envergure touchant d'autres "pays".

De plus, vous commettez de grave accusations contre mon conseiller personnel. Et de moins, vous pointez un objet ridicule vers moi, qui, d'après mon conseiller le Seigneur Abnegatio, est une arme. Il n'y a donc aucune chance que vous ne soyez pas des alliés de cette délinquaille d'Alice. Votre sentence se fera donc dans la même sentence qu'elle. QU'ILS PASSENT TOUS A LA GUILLOTINE !!! QUE LE BOURREAU S'OCCUPENT DE LEUR CAS !!! QU'ILS SOIT RACCOURCI D'UNE TÊTE AU NIVEAU DU COU !!! QU'ON LEUR COUPE LA TÊTE !!!

Ça y était, le moment de s'élancer pour reprendre ses armes. Il avait déjà trop attendu car l'ordre de la reine venait d'être donné. Il s’apprêta à foncer lorsque le garçon disparu surgit d'un buisson, surprenant et interrompant l'élan d'Eren. Il commença alors un discours à propos d'Abnegatio de manière très enfantine et pure tout en s'approchant d'un jardin, y fit même pousser une fleur qu'il donna à la fille au cheveux noir. On aurait cru que son discours interrompait le fil même du temps car plus personne ne semblait bouger autour. A la fin de son beau discours, un court silence s'installa durant une seconde.

*Maintenant !*

C'est alors qu'Eren s'élança, misant sur sa vitesse pour s'emparer rapidement de ses affaires et sur son agilité pour éviter ce qui pouvait l'attendre. Dix mètre seulement le séparait de ses armes pourtant il s'y trouvait trois gardes dont un proche de ses effets.
Arrivé à portée du premier garde, la carte leva sa hallebarde et l'abattit vers l'avant pour embrocher le prince déchu. Celui-ci poussa son poids vers la gauche, évita de justesse la pointe et tourna le long de l'arme avant de prendre appui de ses mains sur son adversaire pour prendre son élan, le laissant sur place.
Il arriva au second obstacle qui frappa de manière circulaire horizontalement. Eren glissa alors sur l'herbe sous l'hallebarde, évitant totalement le coup et poussa sur ses mains, se relevant d'un bond en gardant quasiment toute sa vitesse.
Le troisième eu le temps de voir arriver Eren et leva, au dessus de sa tête, son arme avant de l'abattre verticalement. Eren fit alors un bond de côté, évitant l'hallebarde qui alla se figer dans l'herbe. Le garde chercha à retirer son arme de la terre et se remettre en garde mais le garçon prit appui sur le manche, y fit deux bas poussa la tête de la carte d'un geste et passa derrière elle d'un saut.

Son arc, ses flèches et son épée était là, à ses pieds. Il empoigna le tout à la va-vite, s'écarta tout en préparant son arc et l'arma d'une flèche qu'il pointa, non vers la reine tout comme l'autre fille, mais vers son conseillé masqué qui n'inspirait que méfiance à Eren.

-On cherche pas d’effusion de sang ! Vous nous laissez partir sans encombre et il ne vous sera fait aucun mal ni à sa majesté ni à son conseillé ! Prévint Eren, froid. Mais avant ça j'exige des explications c'est quoi tout ce délire ? Des phénomènes dans d'autres pays ? Les Justes ? Un paradoxe étrange ? C'est quoi tout ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Les roses d'Eden [Libre]   Sam 11 Avr - 0:36

C’était du bluff.


Jamais elle n’aurait pu abattre quelqu’un de sang-froid si sa vie n’était pas directement menacée, elle n’en avait pas le tempérament. Cela dit, sa petite mise en scène leur avait fait gagner de précieuses secondes. Il fallait qu’elle trouve une solution pour les sortir de là, rapidement. Ses yeux cherchèrent une issue et se posèrent sur l’entrée du labyrinthe que l’on distinguait au loin. Les cartes n’en bloquaient pas l’accès, peut-être qu’en courant vite… mais comment faire comprendre aux autres qu’ils devaient aller là-bas sans le faire également savoir à la reine et à tous les gardes ?

Alice l’avait rejointe, elle avait l’air d’aller bien. Au moins une bonne nouvelle. Cependant, la brune matérialisa son glaive –depuis quand elle savait se battre ?!- et esquissa un geste pour se battre. Instinctivement, Blanche la retient par le bras malgré ses protestations.

-Ne fais pas l’idiote, nous sommes clairement en infériorité numérique !

Elle la lâcha cependant. C’était quoi cette histoire de reine Blanche ? Une fois encore elle se demanda ce qui était arrivée à Alice mais ses soupçons concernant les Justes se renforcèrent : ils étaient forcément liés à l’état de la princesse. Le contact avec Alice provoqua une réaction très désagréable pour elle. Empathe, elle était capable de ressentir certaines choses chez les gens, bien qu’elle s’efforçait la plupart du temps de taire ce pouvoir qui avait tendance à lui pourrir la vie. Il n’y avait pas de mot pour décrire ce qu’elle ressentit chez son amie, c’est comme si… si elle était incomplète.

Elle avait dû se tromper.


Oui, elle s’était forcément trompée.


Blanche-Neige s’efforça de rejeter les sentiments un peu trop envahissant d’Alice pour se concentrer sur l’altercation qui avait lieu en ce moment : d’abord fuir, ensuite se poser des questions.


-
Mademoiselle, vous vous trouvez en présence de sa Majesté et je vous prierai d'avoir un minimum de respect en ces lieux. Et si vous commenciez déjà par décliner votre identité, plutôt que de menacer les habitants de notre royaume?

Elle jeta un regard blasé à Abnegatio. Quoi, il s’attendait vraiment à ce qu’elle lui facilite la tâche au point de lui révéler son identité ? Il se doutait peut-être de quelque chose la concernant, mais elle décida de le narguer un peu en utilisant son nom d’emprunt. Avec un peu de chance, Alice comprendrait le message et éviterait de l’appeler par son véritable prénom devant les autres.

-Valerya Doll, répondit-elle placitement. On nous a accueilli avec les armes, j’en déduis donc que c’est une coutume locale. Il aurait été impolie de ma part de ne pas répondre à ce salut n’est-ce pas ?

La brigade de Xanthia lui avait appris à garder le contrôle de ses émotions pour ne pas montrer sa peur sur le terrain mais elle était loin d’éprouver le calme qu’elle laissait transparaitre.

-Le rapport de force est inégale, tu le sais autant que moi. Débrouille toi pour me couvrir quand j'irais reprendre mes effets...

Blanche acquiesça.

L’argumentaire qui suivit lui donna la nausée et la réponse de la reine tout autant. Sa réaction n’était pas une surprise, elle avait su dès le début que l’horrible femme ne changerait pas d’avis, elle était trop heureuse de pouvoir couper des têtes. Mais elle dit quelque chose qui retient son attention, un nom…


Abnegatio.


Aussitôt, son cœur se mit à battre la chamade et sa tension monta d’un cran. L’homme qui leur faisait face et qu’elle avait pris pour un simple Juste n’était ni plus ni moins que le chef de l’organisation !! Enfin elle le rencontrait… et dans quelles circonstances ! Elle comprenait maintenant pourquoi il dégageait une telle aura, et cette découverte n’était pas pour la rassurer… la situation était tout simplement catastrophique ! Une reine folle à lier voulait leur peau, des dizaines de gardes étaient prêt à les empaler et Abnegatio en personne supervisait l’opération comme si c’était la chose la plus naturelle au monde.


-QU'ILS PASSENT TOUS A LA GUILLOTINE !!! QUE LE BOURREAU S'OCCUPENT DE LEUR CAS !!! QU'ILS SOIT RACCOURCI D'UNE TÊTE AU NIVEAU DU COU !!! QU'ON LEUR COUPE LA TÊTE !!!

Eren profita que l’attention de tous était focalisée sur la reine hystérique pour s’élancer et récupérer ses affaires. En fin de compte il n’eut pas besoin de son aide, c’est qu’il savait bien se battre le bougre ! Il serait un allié précieux pour la suite.

-On cherche pas d’effusion de sang ! Vous nous laissez partir sans encombre et il ne vous sera fait aucun mal ni à sa majesté ni à son conseillé ! Mais avant ça j'exige des explications c'est quoi tout ce délire ? Des phénomènes dans d'autres pays ? Les Justes ? Un paradoxe étrange ? C'est quoi tout ça ?

Il n’avait pas conscience du danger. Ils ne pouvaient pas se permettre de discuter, ils devaient fuir. Blanche Jeta un coup d’œil à la reine, qu’elle tenait toujours en joue, puis à Abnegatio et enfin vers le labyrinthe. Elle savait ce qu’elle devait faire…

-Le labyrinthe !! S’écria t-elle.


Sans prévenir, elle pivota sur ses talons et pointa l’arme sur les Cartes-Gardes qui étaient entre le labyrinthe et elle et les autres. Trois détonations retentirent, les cartes s’effondrèrent. Elle espérait du fond du cœur ne pas les avoir tué, le contraire l’aurait peiné. Elle se rassura en se disant que ces étranges créatures n’avaient probablement pas d’organes… après tout elles venaient du Pays des Merveilles, tout était différent ici !

Le passage était libéré, pour elle comme pour les autres, il n’y avait plus qu’à courir.

-Maintenant !! Cria telle en se précipitant et en espérant que les autres en feraient de même.


Il n’y avait plus qu’à prier pour qu’Abnegatio n’intervienne pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Liddell
Hysteria Princess


Messages : 22
Triomphe : 26
Date d'inscription : 09/11/2014

MessageSujet: Re: Les roses d'Eden [Libre]   Ven 24 Avr - 18:45

Ce procès n'avait plus aucun sens... Tant de gens étaient venus au Pays des Merveilles, tout ça pour la sauver ? Pourquoi ? Personne ne se préoccupait d'elle maintenant, seul le chat venait la voir de temps en temps mais la plupart du temps, elle restait seule. Mais non, voilà qu'un groupe d'individus s'était invité au procès ! Un procès pour quoi ? Pour juger de son intégrité mentale ? Dans ce cas, elle était COUPABLE ou simplement innocente... Tout lui semblait tellement flou. Puis il y avait Blanche... Sa lumière avait toujours eu le don de l'apaiser et cette fois encore, cela marchait. La résonance entre le coeur des deux princesses lui permit de reprendre pied. L'absence de la Reine blanche lui semblait maintenant une chose surmontable et elle était prête à en découdre avec la reine et son conseiller... Abnegatio ! Lui aussi était ici, le responsable de tout ceci, celui qui avait détruit son monde ! Celui qui lui avait tout pris ! La Reine Blanche n'était plus, il allait payer... Mais voilà que Blanche la retenait, mais pourquoi elle ne la laissait pas faire ? Ne comprenait-elle pas ce qui se passait ici ? Alors que la demoiselle allait forcer davantage pour échapper à l'étreinte de la rousse autour de son bras, Alice toucha le coeur de Blanche.
Les émotions de deux princesses se mélangèrent pendant quelques instants. Alice put alors ressentir la tristesse, la joie, la détermination et la crainte de la jeune femme. Cependant, la fille aux cheveux noirs déversait elle aussi ses sentiments, ce qui ne devait pas être très agréable.
Heureusement, cela ne dura que quelques secondes et le calme revint. De ses yeux verts, Alice balaya la scène avant de faire disparaître son arme.


Pour prendre un peu d'avance, oui, je fais partie d'un groupe appelé les Justes, mais votre Majesté, pensez-vous vraiment qu'une organisation portant un tel nom rechercherait le mal pour votre Royaume? Je n'ai pour argument que ma sincérité et mes loyaux services envers votre personne, mais face à nous se trouve une inconnue qui nous menace d'une arme inconnue.

Abnegatio... Voilà qu'il avait déjà corrompu son monde... Les Justes... Est-ce que cela avait un sens caché ou bien était-il des gens distingués qui ne faisaient pas d'erreurs ? Le chat aurait encore une réponse à cette question mais encore une fois, il ne montrait même pas un bout de moustache...
Puis la reine se mit alors à parler, soulignant sa stupidité et sa croyance en Abnegatio... Comme quoi même un monde qui oublie ses principes sait rester fidèle à certaines règles ! Et les gens osent critiquer les coutumes après ! Si seulement la Tortue avait pu garder son fidèle train à vapeur, les choses auraient été différentes.
Puis vint la sentence irrévocable de la reine, une phrase à laquelle elle avait été habitué maintenant.


QU'ILS PASSENT TOUS A LA GUILLOTINE !!! QUE LE BOURREAU S'OCCUPENT DE LEUR CAS !!! QU'ILS SOIT RACCOURCI D'UNE TÊTE AU NIVEAU DU COU !!! QU'ON LEUR COUPE LA TÊTE !!!

Alors que tous les muscles du frêle corps d'Alice se tendirent, prête à se défendre, un jeune enfant se mit alors à parler. Son innocence et sa candeur touchèrent Alice au plus profond d'elle-même et plus il parlait et plus la princesse de coeur se trouvait comme troublée par les dires de ce petit être. Il était semblable à une jeune rose qui pousse dans un jardin et qui cherche ce désir de liberté... Un peu comme elle ! Et tout se mélangea en elle, les roses qu'elle avait peintes pour la reine, Fantoche, le jardin, le procès... Tout devint clair ! Le jeune enfant lui offrit alors une rose bleue. La jeune fille prit la fleur et l'épingla à sa robe tout en souriant avec joie à la personne qui lui avait offerte.

Merci Rosieriste... Je me demande où tu étais passé depuis la fois où nous avons peint les fleurs de la Reine. Je suis heureuse de voir que tu vas bien !

Pendant ce temps, un des protagonistes avait réussi à s'emparer de ses armes et menaçait la reine d'une flèche. En l'espace de seulement quelques instants, un mur de cartes se dressa entre le courageux archer et la reine de de ce tribunal... Mais cela avait été la seconde de trop et les gardes étaient en train de négliger le groupe des princesses de coeur. Ce fut Blanche qui fut la première à saisir l'opportunité.

Le labyrinthe !!

Puis elle tira et les cartes tombèrent au sol, blessées mais pas mortes. Alice ne perdit pas une seconde, elle était elle aussi prête à se battre. En un instant, son cheval-bâton apparut entre ses mains et une rapide mouvement circulaire accompagnée par une rotation des hanches mit à terre deux des gardes qui se trouvait devant elle.

Maintenant !! cria Blanche.

Le cheval-bâton disparut alors pour faire place au moulin à poivre qui assaisonna alors un groupe de cartes situés à seulement une dizaine de mètres devant eux. La voie était libre pour s'enfuir même si cela lui faisait mal de devoir le faire. Mais pour le moment, sa priorité était de retrouver la dame blanche et cette dernière n'était pas ici... Elle arrivait encore à sentir sa présence dans ce monde... Mais ce n'était pas pareil ! Alice avait maintenant rejoint le Rosieriste, lui attrapa la main et l'emmena avec elle vers l'entrée du labyrinthe, assaisonnant avec violence quiconque tentait de l'approcher d'un peu trop près !


On y est presque ! Il n'y a pas un groin à perdre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abnegatio
Capitaine de l'Arche


Messages : 125
Triomphe : 667
Date d'inscription : 25/06/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: Les roses d'Eden [Libre]   Jeu 30 Avr - 17:55


La situation actuelle venait de prendre une tournure assez endiablée. Entre cette rousse qui menaçait la reine d'une balle dans la tête, suivis plus tard par le jeune archer qui la pointait du bout d'une flèche, notre chère Majesté était l'attention de toutes les têtes, dans toute sa rondeur.

Mais si quelque chose retint particulièrement l'attention d'Abnegatio en ce moment même, ce n'était pas ces menaces idiotes, qui de toutes façon ne risquaient pas d'être exécutées - il était inconcevable que la rouquine ou le jeune homme ne tue un être vivant, qui en plus était la Reine d'un monde qui ne leur appartenait pas - et ce n'était pas non plus la Reine elle-même, qui de toute son incrédibilité croyait les yeux fermés aux paroles du Capitaine de l'Arche. Non, c'était une toute autre personne, ou plutôt, une toute autre "chose", sans vouloir insulter l'objet de ses interrogations.

Ce petit garçon... ou cette petite fille? Non, cette "chose", mais chose serait sans doute un terme trop vulgaire. Peut-être fallait-il lui trouver un qualificatif plus adapté? Il ou elle semblait très attaché aux roses... Et Alice le surnomma par ailleurs Rosieriste. Pourquoi pas une rose, tout simplement? Qu'était-il vraiment?

-"Tu ne t'en rends sans doute pas compte mon petit, mais tu parle de chose qui t'échappent à un point que tu en peux imaginer. Cependant, ton innocence n'est pas un défaut en soi..."

Acceptant la "provocation" de la Rose, Abnegatio descendit de son estrade, où il se tenait aux côtés de la Reine, et descendit tout à son aise. Celui qui portait attention pouvait entendre les claquement des chaines qui composaient sa tenue, malgré le brouhaha causé par les soldats cartes et la reine qui gueulait par moment.

C'est ainsi qu'après quelques secondes de marche, il se tenait maintenant en face de Fantoche, non pas d'un air menaçant, mais inspirant un certain respect. Le Maître Discordian était ferme, toujours aussi calme et posé, pour le moment, et ne tarda pas à s'accroupir face à son interlocuteur.

-"Dis moi petit... Qui es-tu?"

Une simple question qui devait être pleine de sens, mais qui ne devait sans doute rien représenter aux yeux du concerné, chose dont se rendit vite compte Abnegatio qui se releva, posant sa main gauche sur son masque.

-"Tu as raison n'empêche... Je porte un masque qui cache la majeure partie de mon visage. Pourquoi? Et bien, je n'ai rien à cacher, vraiment..."

Abnegatio retira alors son masque, dévoila ce qui devait être son visage. Était-ce vraiment le sien? Après tout, un Discordian comme lui dans un monde dans un si piteux état n'aurait aucun mal à se créer une fausse facette, dans l'unique but d'inspirer davantage confiance à la Reine. Il était facile de s'approprier sa confiance, il suffisait de répondre positivement aux accusations principales contre lui, et de les transformer en décharge pour sa personne.

Spoiler:
 

L'expression qu'il avait avant de reprendre parole était neutre. Il ne semblait ni en colère, ni joyeux. Ni pensif, ni paniqué. On pouvait remarquer d'étrange cicatrices qui arborait son visages, dont il ne perdit pas de temps à expliquer.

-"Comme vous le voyez, j'ai moi aussi été victime des paradoxes. Et c'est donc une des raisons pour laquelle je me permet de réunir un groupe, ces Justes dont il était question, afin de sauver ceux que je peux. Je vais cependant remettre ce masque, pour éviter de montrer un tel visage déchiré à votre Majesté."

Un mélange de vérité et d'extrapolation, de poudre magique et féerique, pour embellir son histoire. Et il n'en fallait pas plus pour convaincre la Reine. Maintenant, tout était question d’appréhender ces jeunes aventuriers qui voulait se mêler de ce qui ne les regardaient pas. Peut-être était-il temps de jouer un peu avec eux? En effet, la scène devenait des plus intéressantes: Alice s'était calmée, et se concentrait maintenant sur son objectif... L'autre plausible-princesse elle s'était libéré un chemin vers le labyrinthe, invitant ses compagnons de fortune à la suivre. C'était donc là bas que tout aller se jouer...

-"Votre Majesté, ce sera le moment idéal pour tous les avoir d'un coup. En dehors d'Alice, aucun d'entre eux ne connait le labyrinthe. Il serait judicieux de ré-organiser nos soldats paniqués et de les envoyer à la chasse une fois préparé. Ils ne feront pas long feu dans un domaine qui va les faire tourner en rond jusqu'à leur perte."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.kh-memento.com
Maître du Jeu



Messages : 37
Triomphe : 52
Date d'inscription : 17/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: Les roses d'Eden [Libre]   Dim 10 Mai - 0:38

<3 La Reine de Cœur <3

La colérique Reine n'avait rien dit durant les différents dialogues des accusés et du conseiller. Si ce n'est quelques grognements rageurs. Elle passa par toutes les teintes de rouges possibles et imaginables (même les rayés et les tachetés) et redevenait instantanément blanche dès qu'Abnegatio prenait la parole. Quand soudain, les accusés s'enfuirent par le Labyrinthe. La peau de la Reine devint alors noire, ses yeux brillèrent d'un rouge sanglant et une énorme hache dont la lame ressemblait à un cœur apparu dans la main de la souveraine. Elle abattit sa hache sur le bureau de juge qui se brisa sans difficultés. Elle prononça des mots sans ordre avec une voix qui semblait être plusieurs voix mélangées :

- ILS S'ECHAPPAS DOIVNENT !!! ALES-RRÊTER !!! LEUR QU'ON COUTÊPE LATE !!!

La voix d'Abnegatio ne tira pas la Reine de sa « colère noire » mais il attira son attention avec un « Votre Majesté ? » extrêmement calme et posé. La Reine tourna la tête furieusement et écouta son conseiller :

- Ce sera le moment idéal pour tous les avoir d'un coup. En dehors d'Alice, aucun d'entre eux ne connaît le Labyrinthe. Il serait judicieux de ré-organiser nos soldats paniqués et de les envoyer à la chasse une fois préparé. Ils ne feront pas long feu dans un domaine qui va les faire tourner en rond jusqu'à leur perte.

La Reine lança un regard apaisé à Abnegatio (qui ne sourcillait pas d'un poil) puis elle dégonfla littéralement et devint une petite fille aux cheveux noirs avec une voix qui en regroupe plusieurs. Sa robe avait quelques petits détails en plus mais elle gardait les mêmes grandes lignes. Ses mains étaient devenu des grandes griffes de chair pur à l'aspect gluant. Elle avait dans sa main gauche un sceptre en or avec un cœur au bout et une couronne qui flottait au-dessus de sa tête.
Spoiler:
 

La nouvelle Reine se rassit sur son trône et au moment où son séant toucha la chaise de velours rouge vif, toute la salle devint toute détruite, noire, pourrie et corrompue. Le trône de la Reine devint un siège de chairs sanguinolentes et elle se mit à parler, tandis que la corruption lancée par son assise gagnait de plus en plus les lieux :

- Vous avez raison, Seigneur Abnegatio. Il est temps d'apprendre à cette petite peste qui commande ici. CARTES !!! Vous connaissez le Labyrinthe. Partez chercher les accusés et ramenez-les moi vivant. Surtout Alice ! Je vous autorise à en tuer certains pour calmer les autres. MAIS PAS TOUS !!! Oh et un dernier avertissement ! Faites-vite car je ne veux pas qu'il se mêle de mes affaires ! Ce fichu ch-

La Reine n'eût pas le temps de finir sa phrase. Une énorme créature noire venait d'apparaître et de bloquer le passage vers le Labyrinthe. La Reine se leva de son siège et ordonna l’assassinat de l'étrange bête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parasite Kurokami
Le Doppelgänger d'Ombre et de Sang


Messages : 57
Triomphe : 45
Date d'inscription : 27/11/2014
Age : 20
Localisation : Toujours en train de regarder la Lumière de loin...

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Retrouver la Lumière.

MessageSujet: Re: Les roses d'Eden [Libre]   Dim 10 Mai - 15:28

Parasite avait vu beaucoup de choses étranges en tant que Sans-Cœur. Des cœurs brisés, des gens inexistants, des sentiments vivants... Mais jamais il n'avait vu quelqu'un devenir complètement autre chose juste par le biais de la rage. Et pourtant, la grosse femme avait réussi à le faire. Et cela ne plaisait pas beaucoup à Parasite, qui sentait que la rage de la Reine était un véritable danger. Mais juste avant que le Sans-Cœur ne se jeta sur la souveraine pour la tuer, l'homme masqué prit la parole et calma la Reine.

Cet homme est vraiment dangereux. Mais Parasite ne pouvait pas lui faire de mal. Par contre, la grosse femme rouge (qui était noire à présent) étais beaucoup trop lunatique pour ne pas être dangereuse envers les Princesses. C'est pourquoi le Sans-Cœur projetait de l'attaquer. Sauf que le petit speech du Masqué avait eu un effet incroyable sur la Reine. Elle changea encore. Mais cette fois, elle était petite avec des cheveux noirs et lorsqu'elle s'assit sur sa chaise, la salle se remplit de son aura de haine froide.

Parasite fut touché grièvement par l'aura de haine de la nouvelle Reine et il se sentit plus « animal » que d'habitude. Alors qu'il tentait de repousser cette animalité qui grandissait en lui, il remarqua que les cartes se dirigeaient vers là où les Princesses avaient fui. Hors de question qu'ils touchent aux Princesses de Cœur. Parasite sauta devant l'entrée du Labyrinthe et fit barrage de son corps en grognant.

La Reine se leva de son siège et ordonna l'assassinat de l'étrange bête. Les hommes plats se jetèrent sur Parasite, lances en avant et le plantèrent dans l’œil gauche, l'épaule droite, le cœur et l'estomac. Ou du moins, là où les organes cités devraient se trouver. Mais au lieu de sang, une matière épaisse et noire coula doucement du corps du Sans-Cœur, qui, à cause de l'aura remplie de ténèbres de la Reine, n'a subit aucun véritable dégâts. Il attrapa la lance plantée dans son œil et le brisa par la pression de sa main. Les hommes plats, apeurés, reculèrent de quelques pas. D'autres hommes arrivèrent sur Parasite. Ce dernier tenta de les frapper de ses griffes mais son coup passa au travers de leur corps. Comme s'ils n'existaient pas.

Parasite connaissait ce type de phénomène mais il était incapable de le dénommer correctement. Il appelait ça des « Problèmes ».  Voyant bien que sa tentative était vaine, il décida d'aller chercher les Princesses et de les protéger plutôt que de tenter d'empêcher les ennemis de les rejoindre.

C'était la meilleure chose à faire.

_________________


-dialogue1 -dialogue2 -dialogue3
*pensée1* *pensée2*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les roses d'Eden [Libre]   Aujourd'hui à 3:01

Revenir en haut Aller en bas
 
Les roses d'Eden [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saoirse Ronan ▬ Inghean Eden (libre)
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts Memento :: Machine à café :: Flood et jeux :: Archives du forum :: Rps évenements :: Pays des Merveilles :: Tribunal de la Reine de Coeur-
Sauter vers: