AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "SOMEONE" [Blanche-Neige / Eren Illyrio / Parasite Kurokami]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maître du Jeu



Messages : 37
Triomphe : 52
Date d'inscription : 17/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: "SOMEONE" [Blanche-Neige / Eren Illyrio / Parasite Kurokami]   Dim 24 Mai - 12:25

Vous pouvez atteindre ce passage si vous avez déjà rencontré Le Chat de Cheshire et qu'il vous donner comme dilemme de suivre deux chemins (post en question : http://www.kh-memento.com/t366-un-labyrinthe-paradoxal-libre). Ici, vous avez choisi le chemin avec marqué « SOMEONE » au dessus du passage. Ce chemin est la suite du Labyrinthe mais il est possible que certaines choses changent.

Après avoir marcher pendant de longues minutes, le petit trio arriva dans une autre clairière. Une maison assez petite se tenait vers la gauche de cette clairière. Cette maison avait de grandes oreilles et de la fourrure sur son toit. L'endroit était entouré d'arbres gigantesques qui semblait tantôt pencher vers l'intérieur, tantôt vers l'extérieur de la clairière. Une grande table était au centre de cette dernière et trois personnages singuliers, tous vêtus d'habits très colorés, en train de discuter tout en buvant ce qui semblait être du thé. L'un d'eux était humain, il portait un chapeau gigantesque qui faisait presque sa taille. L'autre était un lièvre, qui semblait être rempli de tics corporels. Le troisième était une souris... Ou un loir peut être, qui dormait au milieu des deux autres, alors que ces derniers parlaient avec force et vivacité. Soudain, l'homme au chapeau remarqua le groupe :

- Par mon chapeau ! Si cette créature que voilà n'est pas un Bandersnatch, je ne m'appelle pas Chapelier Fou.
- Voilà qui est étrange, continua le lièvre, jamais un Bandersnatch ne nous a rejoins pour le thé. Arrivez donc !
- Arrivez... prononça difficilement la souris dans un sursaut de réveil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eren Illyrio



Messages : 180
Triomphe : 77
Date d'inscription : 29/03/2015
Age : 22

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Survivre le plus longtemps possible en honorant la mémoire de Milly

MessageSujet: Re: "SOMEONE" [Blanche-Neige / Eren Illyrio / Parasite Kurokami]   Mer 27 Mai - 0:34

Une fois avancé entre les haies en compagnie de ses deux nouveaux compagnons, Eren commença à se demander s'il avait fait le bon choix. Qu'on soit d'accord, il ne pensait pas Erston faible, au contraire, mais les trio l'avait laissé aller seul dans son chemin. Et si de l'autre côté se trouvait, cachait, des choses bien plus fortes et nombreuses que lui. Ils auraient un cadavre sur les bras et surtout un mort sur la conscience.
*Comme si c'était le premier cher prince Eren...* corrigea Eren dans sa tête. Ses récentes actions avaient fait resurgir un passé enfouie au plus profond de sa mémoire. La presque découverte de son "statue" l'avait plongé, depuis le début du chemin, dans un silence pesant. Le Eren froid et asocial commençait à reprendre le dessus contre son gré. Il avait pourtant la chance, aujourd'hui, de compter sur une jeune femme talentueuse dans son équipe qui inspirait la confiance, ce qui se faisait rare pour lui. Il n'était pas du genre à aimer faire équipe mais pourtant, il se sentait bien en sa présence, apaisé.
A la différence, le sans-coeur qui les suivaient lui inspirait toujours autant de méfiance malgré ce qu'avait pu dire Erston. Sa méfiance venait probablement du fait qu'il ne connaissait pas ces créatures, n'avait aucune idée de ce qu'elles étaient en général mais savait toutefois qu'elles n'inspiraient pas la confiance.

Au bout de plusieurs minutes de silence, Eren s'approcha de sa partenaire. Il voulait mettre les choses au clair immédiatement :

"-Tu avais raison... Tout à l'heure tu voulais savoir si j'étais un prince. C'est le cas, au niveau du sang en tout cas. Pour le reste c'est compliqué. Disons que je n'ai pas..."

Eren ne put finir sa phrase car leur chemin se mettaient à changer, les arbres ayant des torsions étranges. Au centre d'une sorte de clairière se dressant devant eux, une table près de laquelle se trouvait des personnes étrangement vêtus. Ils prenaient visiblement le thé ensemble, un homme , un lapin hyperactif et une sorte de loir endormi. Ce monde était décidément très étrange mais Eren s'était décidé à être très TRÈS large d'esprit. En ce moment, il fallait au moins ça.

"- Par mon chapeau ! Si cette créature que voilà n'est pas un Bandersnatch, je ne m'appelle pas Chapelier Fou.

Fou, ça oui il semblait l'être. Son chapeau était beaucoup trop grand pour sa tête, semblant presque être aspirée à l'intérieur et il y avait laissé l'étiquette du prix : 10/6. Toutefois Eren, observant l'accoutrement de ces gens, pensa que finalement il pouvait largement se fondre dans le décor des fous. Ce n'était pas vraiment le cas de ses deux partenaires.

"- Voilà qui est étrange, jamais un Bandersnatch ne nous a rejoins pour le thé. Arrivez donc !"

Eren n'avait aucune idée de ce qu'était un Bandersnatch mais il n'avait pas entendu Parasite se présenter sous ce nom, il se douta alors que ce n'était pas le cas. Ils les prenaient pour quelqu'un d'autres ou bien ils cherchaient à leur faire perdre du temps.

- Arrivez... Prononça le Loir difficilement

Ils n'avaient pas le temps de boire avec ces personnes. Ils avaient toujours à leurs trousses la sorte de battement de coeur et chaque minutes qui passait pouvait signer la mort de la princesse. Eren s'avança alors vers la table, regardant les personnes présente dans les yeux avant de déclarer :

"-Désolé de vous déranger Messieurs mais nous sommes à la recherche d'une... Amie... que nous avons égarée dans le labyrinthe. L'auriez vous vu ou rencontrez ? Demanda Eren de ses manières princière. Elle est relativement jeune, cheveux d'un noir d'encre, couteau plutôt aiguisé et aussi démesuré que votre chapeau, robe bleue, tablier blanc ? "

Volontairement, Eren n'avait pas mentionné le statut que Valerya avait évoqué. Ils ne connaissaient pas ses interlocuteurs et pouvaient très bien être aux ordres de la reine ou même simplement n'être pas dans leur camp. Prudence était mère de sûreté lorsqu'on disposait de titre honorifique, les rapts et les meurtres étaient légions dans ces conditions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: "SOMEONE" [Blanche-Neige / Eren Illyrio / Parasite Kurokami]   Mer 27 Mai - 13:25

Gaius se dirigea vers l’autre porte, seul. Blanche-Neige ne put s’empêcher de s’inquiéter pour lui : ce n’était jamais une bonne idée de se séparer dans ce genre de situation. C’est ce qu’ils faisaient toujours dans les films d’horreurs et ils se faisaient tous massacrer.

-Ce n’est pas une bonne idée Erston… tu es sur de toi ? Bon… soit.

Ca ne lui plaisait pas mais elle ne pouvait pas le forcer à la suivre. Elle lui fit donc un signe d’adieu, convaincu qu’elle ne le reverrait pas, ce monde était trop changeant, trop dangereux. Peut-être qu’il aurait plus de chance qu’eux, que c’est son groupe à elle qui allait se faire massacrer. Au moins elle obtiendrait le repos et la paix qu’elle avait tant souhaité… et pourtant, quelque chose en elle luttait pour rester en vie. A mesure qu’elle renouait avec son ancienne vie, elle commençait à retrouver ce qui l’avait toujours caractérisé : son engagement pour la lumière, le besoin de repousser le mal… non, elle ne pouvait pas mourir tant que les mondes étaient en danger.

Le petit groupe franchit donc les portes sans Gaius, et se retrouva… dans le labyrinthe. Génial. Le Chat s’était probablement joué d’eux et il avait réussi à les séparer. Le sans-cœur les suivait toujours, pour son plus grand déplaisir. Cependant, il fallait avouer que la créature l’intriguait. Jamais encore elle n’avait rencontré de sans-cœur capable de parler sous une forme si primitive. Etait-il possible que celui-ci ait réussi à conserver une petite part de sa conscience, comme les sans-cœurs majeurs ? A moins que ce ne soit un piège… la rouquine aurait donné cher pour discuter de cet étrange cas avec un membre du comité de restauration de la Forteresse Oubliée, voir avec Yen Sid en personne, lui qui était toujours au courant de tout. Cela dit, il fallait déjà qu’elle renoue avec eux puisqu’ils la croyaient probablement tous morte. La jeune femme fut tirée de ses pensées par la voix d’Eren.

-Tu avais raison... Tout à l'heure tu voulais savoir si j'étais un prince. C'est le cas, au niveau du sang en tout cas. Pour le reste c'est compliqué. Disons que je n'ai pas...

Elle ne sut jamais la suite car ils débarquèrent dans une clairière, face à un groupe des plus étranges.

« Qu’est-ce qu’un Bandersnatch ? » se demanda Blanche en détaillant les protagonistes qui leur demandait d’approcher.

Eren prit l’initiative d’aller à leur rencontre pour leur poser une question et elle lui emboita le pas, sur ses gardes. C’était peut-être un piège.

-Désolé de vous déranger Messieurs mais nous sommes à la recherche d'une... Amie... que nous avons égarée dans le labyrinthe. L'auriez-vous vu ou rencontré ? Elle est relativement jeune, cheveux d'un noir d'encre, couteau plutôt aiguisé et aussi démesuré que votre chapeau, robe bleue, tablier blanc ?

-Alice, ajouta-t-elle.


Elle écouta leur réponse en se doutant qu’une fois de plus, elle n’en serait pas satisfaite. Les habitants du Pays des Merveilles étaient tous décalés, parlaient par énigmes. C’était pire encore depuis que les paradoxes frappaient.

-Eren…vient, il faut que je te parle, lança-t-elle en l’entrainant dans un coin à l’écart et en espérant que le Chapelier et ses amis ne s’en offusquerait pas. Loin des oreilles indiscrètes elle espérait. Alice n’est pas une princesse, pas au sens où tu l’entends. Elle n’est pas la fille d’un roi et d’une reine mais elle n’en est pas moins importante.


La belle sentit qu’elle avait tout intérêt à approfondir ses explications : l’homme qu’elle avait en face d’elle était perdu. Comment réussir à lui faire comprendre ? Il y avait tant à dire et si peu de temps…

-Je vais reprendre les bases pour que tu comprennes mieux. Le cœur de tous les êtres vivants est composé d’une part de lumière et d’une part de ténèbres. Ce n’est pas qu’un organe, c’est plus comme… comme une âme. Plus le cœur est sombre et plus une personne aura tendance à faire le mal et à attirer les sans-cœurs. Un sans-cœur (elle lui montra Parasite Kurokami du doigt) peut avoir forme humaine ou ressembler à ça. Ces créatures sont constituées de ténèbres pures et se nourrissent du cœur des autres. La victime du sans cœur qui perd son cœur devient sans-cœur à son tour, une créature sans sentiment, une machine à tuer. Ils peuvent ravager la population d’un monde en quelques heures quand ils attaquent en masse, et détruire le monde lui-même en lui dérobant son cœur. Je sais, c’est difficile à croire mais c’est la vérité.

Elle fit une petite pause pour laisser le temps à Eren de digérer la masse d’informations avant de reprendre.

-Revenons aux princesses de cœur maintenant. Je t’ai dit que le cœur de toutes les créatures vivantes étaient composés de ténèbres et de lumière. C’est vrai, sauf pour sept femmes : les sept princesses de cœur. Leur cœur est lumineux, incorruptible et elles ont le pouvoir de repousser les ténèbres, sans-cœurs y comprit. Tu comprends pourquoi il faut protéger Alice maintenant ? Je ne sais pas pourquoi les Justes s’en prennent à elle, mais en essayant de la tuer c’est l’équilibre entre le bien et le mal qu’ils sont en train de rompre.

Que répondrait-elle s’il lui demandait comment elle était au courant de tout ça ? Combien de temps lui faudrait-il pour comprendre qu’elle-même faisait partie des sept ? Avec un peu de chance il ne ferait pas la parallèle. Blanche attendit, se doutant qu’il aurait surement des questions. Du coin de l’œil elle observait Parasite qu’elle tenait toujours à distance avec son bouclier, veillant à ce qu’il n’approche jamais à moins de deux mètres, de l’autre, elle surveillait les étranges personnages attablés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parasite Kurokami
Le Doppelgänger d'Ombre et de Sang


Messages : 57
Triomphe : 45
Date d'inscription : 27/11/2014
Age : 20
Localisation : Toujours en train de regarder la Lumière de loin...

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Retrouver la Lumière.

MessageSujet: Re: "SOMEONE" [Blanche-Neige / Eren Illyrio / Parasite Kurokami]   Jeu 28 Mai - 0:29

Parasite Kurokami était obligé de rester en arrière à cause du bouclier étrange qui le maintenait à distance de la Princesse. Pendant que les deux humains avançaient en lançant des regards inquiets en direction du Sans-Cœur, ce dernier essayait différentes tactiques pour s'approcher de la Princesse. Par en haut, en sautant depuis les haies, non. Sur les côtés, en prenant appui sur les arbres, non. En venant doucement, non. Plus vite, non. Il ressemblait à un chimpanzé qui tentait de traverser une fenêtre pour attraper une sucrerie. Cela aurait pu faire rire ses deux compagnons s'ils n'étaient aussi méfiants envers le Doppelgänger.

Ce dernier commençait à reprendre une forme d'humanité à force de tenter de forcer le bouclier de lumière. L'aura nocive de La Reine de Cœur, imprégnée dans son corps, s'évaporait un peu à chaque contact avec la lumière pure de Blanche. Ce qui était normalement dangereux pour lui mais le jeune homme possédait des ténèbres dans son cœur. Il suffisait à Parasite d'être près de lui pour se soigner presque complètement à chaque coup. Qui plus est, l'état du monde dans lequel il était lui est assez favorable.

Soudainement, le trio arriva en face d'un autre trio. Dans une autre clairière, d'étranges humains étaient en très de… de… Parasite ne savait pas nommer l'action qu'ils faisaient. On dirait qu'ils se nourrissaient, mais de quelque chose qu'il ne faut pas croquer. Le Sans-Cœur s'assit comme un chien et pencha la tête d'un côté, ne comprenant pas leur action. Soudain, l'un d'eux, celui avec un grand chapeau, remarqua la créature et s'exclama :

-Par mon chapeau ! Si cette créature que voilà n'est pas un Bandersnatch, je ne m'appelle pas Chapelier Fou.
- Voilà qui est étrange, continua le lièvre, jamais un Bandersnatch ne nous a rejoins pour le thé. Arrivez donc !
- Arrivez… prononça difficilement la souris dans un sursaut de réveil.

Un Bondeur… quoi ? Parasite pencha la tête de l'autre côté, encore plus confus. L'homme qui s'appelait Chapelier Fou s'avança et commença à admirer le Sans-Cœur. Ce dernier, plutôt discret de nature, se réfugia près de l'entrée de la clairière et feula tel un félin sur Chapelier, le conseillant de ne pas s'approcher.

Le jeune homme s'avança vers la tablée et commença à converser avec eux. Parasite sentait bien qu'on ne voulait pas de lui donc il resta à l'entrée de la clairière. Il regarda les dialogues se faire de loin sans rien dire. Il émettait de temps à autre un grognement quand un membre du trio cinglé le fixait avec trop d'intérêt.

Blanche et Eren s'isolèrent pour parler. Une fois leur discussion terminée, Parasite s'avança et fixa la Princesse. Cette fois, il s'avança dans une zone à risque du champ de protection de Blanche et y resta quelques instants pour montrer à la Princesse sa détermination et son innocence :

- Parasite n'est pas comme les autres. Fera aucun mal. Juste trouver sa Lumière. Celle qui partie. Princesse… Peut aider. Donc Parasite aide pour être aider. C'est tout…

Il recula soudainement en lâchant un petit couinement de douleur et il commença à se frotter le visage frénétiquement, comme si quelque chose l'avait brûlé. Mais une chose était notable, il arrivait de nouveau à parler sans trop de mal. Mais sa construction de phrase était encore altérée. Il attendait cependant une réponse compréhensive de la Princesse.

_________________


-dialogue1 -dialogue2 -dialogue3
*pensée1* *pensée2*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu



Messages : 37
Triomphe : 52
Date d'inscription : 17/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: "SOMEONE" [Blanche-Neige / Eren Illyrio / Parasite Kurokami]   Jeu 28 Mai - 16:33

jocolor Chapelier Fou jocolor albino Lièvre de Mars albino Sleep Le Loir Sleep



Le trio de fous s'émerveillait devant la créature noire qui accompagnait le couple de voyageurs. Chapelier tenta alors de le toucher mais la créature se mit à fuir et se réfugia près de l'entrée de la clairière.

- Et bien. Quelles manières ! L'avais-vous bien nourris ? Un Bandersnatch rassasié est un Bandersnatch aimable. D'ailleurs, est-ce bien un Bandersnatch ? Ils ont normalement une queue et ne sont aussi sombres. Mais le monde regorge de mystères et différentes conséquences ont pu amené cette créature à perdre sa queue et à devenir plus sombre.

Chapelier parlait très vite et ne laissait pas le temps à ses interlocuteurs de répondre. Mais lorsqu'il finit cette dernière phrase, Eren réussit à s'exprimer avant que le petit homme ne se remettent à déblatérer des inepties :

- Désolé de vous déranger Messieurs mais nous sommes à la recherche d'une... Amie... que nous avons égaré dans Le Labyrinthe. L'auriez-vous vu ou rencontré ? Elle est relativement jeune, cheveux d'un noir d'encre, couteau plutôt aiguisé et aussi démesuré que votre chapeau, robe bleue, tablier blanc ?
- Mmmm… Non désolé ça ne me dis rien ! s’exclama le Lièvre. Et puis qui pourrait bien porter une rose bleue, un tableau blanc, des chevaux d'encre et un glaive vorpalin et tout cela, SUR SON DOS !!! cria-t-il.
- Alice, ajouta Blanche. La simple prononciation de ce nom provoqua un effet de surprise chez le trio de fous. Le Loir se réveilla et se mit à parler d'un ton très assuré et viril.
- Alice, la veste délinquaille, condamnée par La Reine, aussi folle que le Fou Chapelier, Alice… dit-il en montrant son comparse avant de se rendormir et à répéter sa phrase en désordre.
- Vous cherchez LA Alice ? Pourquoi ? Cela a autant de sens que de trouver la ressemblance entre un corbeau et un bureau ? D'ailleurs… Savez-vous pourquoi un corbeau ressemble à un bureau ?
- Nous n'avons pas le temps, ni la place pour ça, Chapelier. Ils cherchent QUELQU'UN, ils ne cherchent pas des réponses. Si vous ne cherchez pas de réponse, pas besoin de REPONDRE !
- Quel jour sommes-nous… ?

Chapelier et le Lièvre frappèrent Le Loir tous deux à la tête sans raison et continuèrent à discuter comme si de rien n'était. Le rongeur ne semblait pas avoir remarqué qu'on l'avait frappé et il continua à dormir. Blanche et Eren ne semblaient pas comprendre ce qui venait de se passer, donc Blanche décida de mettre certaines choses aux claires. Lorsqu'elle eût finit son explication et ses réponses aux questions du jeune prince, Chapelier apparu entre eux deux, la mine triste et demanda à la Princesse :

- Vous voulez dire que votre petit compagnon n'est pas un Bandersnatch ? Je suis grandement déçu ! Moi qui espérais tant avoir un tel invité à notre table. Tiens ! Le voilà d'ailleurs.

Le Sans-Coeur s'approcha doucement de Blanche et lui dit d'un ton souffrant :

- Parasite n'est pas comme les autres. Fera aucun mal. Juste trouver sa Lumière. Celle qui est partie. Princesse… Peut aider. Donc Parasite aide pour être aider. C'est tout…

Il recula soudainement en lâchant un petit couinement de douleur et il commença à se frotter le visage frénétiquement, comme si quelque chose l'avait brûlé. Le Lièvre monta alors sur la table, s'assit jambes croisées en direction de l'autre trio et répondit enfin à la question qu'ils avaient posé plus tôt :

- Nous avons étaient très impoli avec vous, laissez-moi nous présenter. Je suis le Lièvre de Mars, mais le nom Mars suffit. Voici le Chapelier Fou. Appelez-le juste Chapelier. Et ici, c'est Le Loir. Ne l'appelez pas, il dort donc ça ne sers à rien. Vous avez demandé où se trouve Alice n'est-ce pas ?
- Alice, aussi folle que le Fou Chapelier, condamnée par La Reine, la veste délinquaille, Alice…
- Oui c'est vrai… Nous ne l'avons pas vu malheureusement… Mais si vous êtes ici, c'est que vous cherchez quelqu'un. Or, vous avez trouvé trois personnes. Les plus folles du Pays des Merveilles en plus. Mais bon, la graduation de la folie est impossible dans un pays de fous.
- C'est à croire que les fous sont sains quand des sains sont dans un pays de fous où tout le monde est fous. Est-ce que la folie ne tiens donc que grâce à la société qui la décrit ?
- Nous n'avons pas le temps, ni la place pour cela, Mars. Si vous voulez à tout prix voir Alice, posez-vous cette question : Cherchez-vous quelque chose ou quelqu'un ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eren Illyrio



Messages : 180
Triomphe : 77
Date d'inscription : 29/03/2015
Age : 22

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Survivre le plus longtemps possible en honorant la mémoire de Milly

MessageSujet: Re: "SOMEONE" [Blanche-Neige / Eren Illyrio / Parasite Kurokami]   Jeu 28 Mai - 23:28

Eren attendit et écouta attentivement la réponse des trois drôles de personnages mais elle fut aussi bizarre que leur attitude ou leur comportement. Entre ces trois là complètement fou, le Chat parlant par énigme, les cartes qui les avaient attaqué ou encore l'autre énorme reine, Eren commençait vraiment à croire que rien, ici, n'était réellement censé.
Pourtant lorsque Valerya évoqua le nom de la princesse, les trois personnes semblèrent soudain reconnaître ce nom, même évoquer pas "Alice" tout simplement mais plutôt "LA Alice" ce qui renforça Eren dans l'idée qu'Alice était une princesse très reconnue. Très vite cependant, leur discours redevint totalement incohérent.
*La ressemblance entre un corbeau et un bureau ???*

Cherchant la réponse à cette énigme, comme si elle pouvait avoir un sens quelconque pour leur recherche, il semblait à Eren qu'il avait déjà entendu cela par le passé. Parfois venait au château des conteurs d'histoires et d'énigmes afin de cultiver l'esprit. Il lui semblait que cette énigme était venu un jour mais il ne parvenait pas à trouver la réponse qui se trouvait pourtant sur le bout de sa langue. Il fut tiré de ses pensées par Valerya qui l'éloigna en sa compagnie. Eren fut étonné par le geste de sa femme qui, depuis le début, n'avait encore jamais fait le premier pas pour s'adresser à lui. Si elle voulait lui parler dans ces termes, ça devait être important mais aussi relativement secret car elle laissa Parasite Kurogami en arrière. Elle commença alors ses explications que le prince écouta avec la plus grande attention :

"-Alice n’est pas une princesse, pas au sens où tu l’entends. Elle n’est pas la fille d’un roi et d’une reine mais elle n’en est pas moins importante."

Au sens où l'entendait Eren, du point du vue du sang ou bien du point de vue du statut ? Même lui n'en avait aucune idée puisqu'il se trouvait dans cette situation. Néanmoins il savait que les personnes les plus importante n'était pas forcément issue de sang bleu, il repensait à Milly une simple fille d'artisan qui représentait un véritable trésor à ses yeux.

"-Je vais reprendre les bases pour que tu comprennes mieux. Le cœur de tous les êtres vivants est composé d’une part de lumière et d’une part de ténèbres. Ce n’est pas qu’un organe, c’est plus comme… comme une âme. Plus le cœur est sombre et plus une personne aura tendance à faire le mal et à attirer les sans-cœurs. Un sans-cœur peut avoir forme humaine ou ressembler à ça. Ces créatures sont constituées de ténèbres pures et se nourrissent du cœur des autres. La victime du sans cœur qui perd son cœur devient sans-cœur à son tour, une créature sans sentiment, une machine à tuer. Ils peuvent ravager la population d’un monde en quelques heures quand ils attaquent en masse, et détruire le monde lui-même en lui dérobant son cœur. Je sais, c’est difficile à croire mais c’est la vérité.

Des coeurs remplis de lumière ou de ténèbres, difficile à croire ? Pas plus que d'admettre qu'un loir, un lapin et un chat leur avait adressé la parole ou bien qu'elle était capable de faire apparaître une arme. Tout ici semblait incompréhensible alors un peu plus ou un peu moins. Toutefois cela souleva dans l'esprit d'Eren une question à propos des ténèbres d'un coeur. Il fut aussi scié par la connaissance de la jeune femme sur tout ce domaine inconnu à Eren.

"-Revenons aux princesses de cœur maintenant. Je t’ai dit que le cœur de toutes les créatures vivantes étaient composés de ténèbres et de lumière. C’est vrai, sauf pour sept femmes : les sept princesses de cœur. Leur cœur est lumineux, incorruptible et elles ont le pouvoir de repousser les ténèbres, sans-cœurs y comprit. Tu comprends pourquoi il faut protéger Alice maintenant ? Je ne sais pas pourquoi les Justes s’en prennent à elle, mais en essayant de la tuer c’est l’équilibre entre le bien et le mal qu’ils sont en train de rompre."

Eren en fut certain sur le coup, Milly avait quelque chose de pure en elle, il le savait depuis le début. Sans doute Milly était une sorte de princesse de coeur ayant la force de repousser les sans-coeur. Eren réfléchis bien à sa question, voulant utiliser les bons mots afin de ne pas alarmer la jeune fille qui constituait sa seule alliée dans ce monde de barge.

"-Valerya tu es sacrément cultivée sur ce sujet, Eren était réellement sincère, j'ai une question de plus à te poser... Il réfléchit de nouveau à ses mots, laissant un petit silence s'installer, est-ce que les ténèbres issue d'un coeur peuvent faire surface et prendre le contrôle du corps d'un homme ? Est-ce qu'on peut perdre son coeur ainsi ?

Voyant qu'Eren et Valerya en avaient fini, Parasite s'approcha plus encore qu'habituellement de la jeune femme avant de dire tout en semblant souffrir :

- Parasite n'est pas comme les autres. Fera aucun mal. Juste trouver sa Lumière. Celle qui est partie. Princesse… Peut aider. Donc Parasite aide pour être aider. C'est tout…

Eren observa alors le sans-coeur avec, pour une fois, de la pitié et même un certaine forme d'humilité. Il semblait souffrir réellement de la présence de cette femme et pourtant il demeurait avec eux, quitte à mettre sa santé en jeu. *Un sans-coeur devrait faire le mal habituellement alors pourquoi celui-ci est à l'envers de tout ?*
Soudain les yeux d'Eren s'écarquillèrent tandis que lui revenait en tête un souvenir qu'il tentait de faire resurgir depuis de longues minutes. Entre temps, les trois personnes s'étaient présenté à leur tour et continuait de s'adresser au groupe mais Eren se revoyait en compagnie de l'homme qui posait les énigmes lorsqu'il était enfant. Il s'approcha soudainement de l'homme nommé "Chapelier" et le prit par l'épaule :

"-Je sais la réponse... A votre énigme ! Parce qu'il peut produire quelques notes, encore qu'elles ne fussent rien moins que claires ; et it is nevar put with the wrong end in front ! On ne met jamais le derrière devant et mettez "Nevar" dans l'autre sans ça donne "Raven" ou "Corbeau". Maintenant que nous avons la réponse, on voudrait savoir où se trouve quelqu'un, Alice alors répondez nous à votre tour. Que préférez-vous, la voir mourir et laissez la reine rouge vous décapiter ou nous indiquer où elle est et nous aidez à remettre de l'ordre !?

La colère commençait à monter en Eren devant l'urgence de la situation. Il avait l'impression qu'à chaque étape de leur voyage, ils tombaient sur des fous encore plus fous mais cette fois c'était lui qui avait posé les questions et espérait avoir une réponse claire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abnegatio
Capitaine de l'Arche


Messages : 125
Triomphe : 667
Date d'inscription : 25/06/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: "SOMEONE" [Blanche-Neige / Eren Illyrio / Parasite Kurokami]   Dim 7 Juin - 20:06


C'était une émotion que le Capitaine de l'Arche ne ressentait que rarement: le frustration. Bien qu'il y mêlait une part de déception, envers lui-même, pour ne pas avoir dénoncé le problème plus tôt. Quel problème me dirait vous?

Abnegatio, comme plusieurs autres protagonistes de cette histoire, se sont soit retrouvé séparés dans différentes dimensions parallèles, soit se sont retrouvée dupliquées autant de fois que de dimensions existaient. Notre chef des Discordian se trouvait dans le second cas, résultant donc sur expérience assez nouvelle pour lui... Il ne l'avait pas oublié: il ne crée pas les paradoxes, mais il peut les influencer. Encore faut-il que pour influencer un paradoxe, il doit en avoir conscience, mais celui-ci semblait particulièrement puissant. Un cas qui serait intéressant à étudier s'il n'avait pas plus grande affaire sous les bras.

La plupart de nos "héros" si on puisse les appeler ainsi s'étaient retrouvé dans le premier cas, et sont donc restés entiers mais séparés les uns des autres. Le petit problème était qu'en arrivant dans ce labyrinthe maintenant complètement anéantis par les failles, ils s'étaient retrouvé plus ou moins sur le même plan et pouvaient donc se regrouper.

Les Discordians allaient devoir adopter la même stratégie, enfin, c'est ce qui devrait se faire, mais le manque d'alliés dans une telle situation était ce qui allait faire le plus de mal aux plans du Tacticien de l'Arche. Après avoir récupéré les souvenirs de ses différentes copies, il put se rendre compte qu'ils étaient en très grande infériorité numérique... Celsia, une de ses précieuses alliées, était déjà occupée à détourner l'attention des voyageurs de l'artefact... ou plutôt du voyageur, qui était seul.

De son côté Abnegatio et Makoto allaient devoir stopper trois autres personnes, dont une qu'il soupçonne fortement d'être une princesse de cœur, mais il en aura la certitude bientôt. Cette épreuve allait être l'occasion à leur nouvelle recrue de faire valoir ses preuves. Ils avaient aussi recruté Skarn, ou plutôt, l'avait laissé les suivre. Au cas où il se rebellerait contre eux, le Capitaine avait déjà d'autres plans en marche prêts à être lancés.

Les voici maintenant arrivé sur les lieux de la "fête", où étaient planqués les différents personnages du Pays des Merveilles. Ils semblaient être toutes et tous en pleine discussion des plus endiablées, mais aucun d'eux ne semblait avancer dans cette recherche. C'était donc l'occasion de les arrêter net pour regagner du terrain sur ce que les Discordians avaient déjà perdu.

-"Comme c'est touchant, vous voila - presque - tous réunis ici en cette petite fête... Laissez moi deviner Chapelier, vous fêtiez l'anniversaire de 100 ans à l'avance sur notre victoire aussi sur ces pauvres voyageurs."

Il venait d'apparaître à l'assemblée et était maintenant visible. Il ne comptait pas dévoiler cette histoire de multivers tout de suite, après tout, si lui-même n'était pas au courant, il y avait de fortes chances que c'était le cas pour eux aussi, et c'était donc plus intéressant de garder cette information confidentielle...

-"Je pense que c'est la première fois que nous nous croisons de manière plus officielle je pense. Prince et Princesse, tous deux gardés de loin par une bête noire qui renie son instinct primaire. Comme c'est touchant... Ah mais bien sur! Vous vouliez organiser vos fiançailles? Vous ne pensez pas que c'est un peu tôt pour ça?"

Il ne cherchait pas spécialement à rire ou à se moquer d'eux, il voulait juste étudier leur comportement, voir comment ils réagiraient à telle ou telle remarque, mieux les comprendre.

-"Trêve de bavardages... Vous recherchez Alice n'est-ce pas? Ou si je devais m'exprimer plus clairement pour nos spectateurs, vous voulez la rencontrer en chair et en os, pouvoir lui serrer la main et ainsi la protéger? Je pense néanmoins que vous vous y prenez un peu tard."

Peut-être qu'une telle discussion forcerait quelqu'un à parler sur la position exacte d'Alice, ce qui serait tout aussi intéressant pour les voyageurs que pour lui. Étrangement, l'aura que dégageait Abnegatio n'était pas aussi oppressante que d'habitude, mais il se trouvait actuellement dans un monde tout aussi "puissant" qu'Abnegatio lui-même, les deux entités se trouvaient sur une même longueur d'onde...

-"Je vous présente deux camarades que j'ai ramené avec moi, même si l'un d'eux doit encore prouver sa valeur, sauf s'il désire retourner sa veste le cas échéant j'aimerai qu'il déclare ses intentions maintenant..."

Il parlait bien entendu de Skarn, et comptait maintenant laisser son allié et le "mercenaire" prendre la parole, pour mieux superviser la situation...



Suite: SOMEONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.kh-memento.com
Skarn



Messages : 38
Triomphe : 35
Date d'inscription : 16/02/2015

MessageSujet: Re: "SOMEONE" [Blanche-Neige / Eren Illyrio / Parasite Kurokami]   Mar 9 Juin - 21:52

RP précédent: http://www.kh-memento.com/t372-coupable-skarn#1545

(HRP: Skarn a donné le nom de Sire Horacio au tribunal, et ne s'est jamais présenté autrement)

Skarn franchit le portail avec ses deux compagnons improvisés. L'étrange type enturbanné semblait posséder d'immenses pouvoirs, et Skarn se félicitait intérieurement de ne pas le compter parmi ses ennemis. Quant à l'autre type au regard de psychopathe, Skarn faisait tout son possible pour ne jamais l'avoir dans son dos... Prudence est mère de sûreté !!

Après avoir franchi le portail ouvert par Mister "J'me prends pour le chef", la bande se retrouva à l'orée d'une clairière au centre de laquelle se déroulait une étrange scène; une sorte de lapin mal vêtu agité de spasmes tenait compagnie à un homme tout aussi mal accoutré, coiffé d'un chapeau tellement grand qu'on ne voyait presque plus sa tête. Non loin de la table, un homme et une femme semblaient occupés à une discussion accaparant toute leur attention, et c'est donc sans que personne ne prête attention à eux que les trois drilles s'approchèrent silencieusement du groupe. Les parties en présence avaient de ce temps, repensé leurs occupations, et cette-fois ci, plus d'aparté; tous semblaient jouir de la même conversation. L'homme-loup remarqua à cet instant la présence d'un tout petit rongeur ronflant sur la table, et d'une masse informe, ou peut-être même difforme, qui avait rejoint le reste du groupe.  Ces deux êtres, trop petits pour être vus de loin, contrastaient totalement avec les autres convives, surtout le bidule noir, qui rappelait à Skarn la bestiole dont il avait botté l'arrière-train lors de son aventure onirique. (http://www.kh-memento.com/t307-skarn-a-sa-rencontre)

Herr General surprit alors Skarn, prenant pour la première fois la parole dans le but de prononcer plus de trois mots d'affilée !!

"Comme c'est touchant, vous voila - presque - tous réunis ici en cette petite fête... Laissez moi deviner Chapelier, vous fêtiez l'anniversaire de 100 ans à l'avance sur notre victoire aussi sur ces pauvres voyageurs."

Les voix se turent, des regards se braquèrent...

"Je pense que c'est la première fois que nous nous croisons de manière plus officielle. Prince et Princesse, tous deux gardés de loin par une bête noire qui renie son instinct primaire. Comme c'est touchant... Ah mais bien sûr! Vous vouliez organiser vos fiançailles ? Vous ne pensez pas que c'est un peu tôt pour ça ?"

De l'ironie ? Skarn appréciait ceci... en temps normal. Ce qui intrigua le fauve, en cette situation, était le fait que du peu qu'il ait pu en déduire sur cet étrange personnage à la grosse tête, ce dernier n'était guère du genre à gaspiller salive ou énergie pour quelque chose de si futile que du bavardage. Encore moins de l'ironie...

"Trêve de bavardages... Vous recherchez Alice n'est-ce pas ? Ou si je devais m'exprimer plus clairement pour nos spectateurs, vous voulez la rencontrer en chair et en os, pouvoir lui serrer la main et ainsi la protéger ? Je pense néanmoins que vous vous y prenez un peu tard."

Cette phrase venait corroborer les déductions primaires de Skarn; ce type n'était pas homme à faire quoi que ce soit sans une bonne raison derrière la tête. Le fait qu'il se mette, d'un coup, à faire de l'ironie, en s'adressant à une assemblée respirant l'excentricité -pour ne pas dire autre chose- signifiait qu'il portait à ces personnes un intérêt particulier. Il devait déjà donc plus ou moins avoir idée de leur identité, peut-être même les avait-il déjà rencontré.

"Je vous présente deux camarades que j'ai ramené avec moi, même si l'un d'eux doit encore prouver sa valeur, sauf s'il désire retourner sa veste; le cas échéant j'aimerais qu'il déclare ses intentions maintenant..."

Les derniers mots étaient indubitablement adressés à Skarn, qui resta de marbre, jaugeant l'ensemble de la scène. Après un bref instant de silence, il plaça de manière nonchalante sa hallebarde sur son épaule, comme un voyageur l'eut fait d'un baluchon, puis se mit en mouvement.
D'un pas détendu, il passa à côté de l'énergumène au regard jaune, et se dirigea en direction du groupe composé d'une rouquine qui lui rappelait quelque chose, sans qu'il ne sache quoi, d'un jeune gringalet qui se tenait près d'elle comme un enfant colle aux basques de sa mère, et de l'étrange caniche noir, ressemblant trait pour trait à celui que notre homme avait fait voler en éclat d'un spectaculaire drop dans le popotin.

Arrivant à leur niveau, le personnage ne ralentit ni ne pressa l'allure, et, contournant l'espèce de bidule sombre, passa entre le jeunot et la dame sans même leur adresser quelque attention. La situation ici était bien trop tendue, et quelque soit le lien entre l'autre grande bouche et l'assemblée présente sur les lieux, il ne faisant aucun doute que ces derniers n'avaient guère apprécié ses traits d'humour. Skarn se demandait combien de temps allait pouvoir s'écouler avant que les six compères ne décident de s'en prendre à ce type louche, afin de tenter d'écourter sa carrière de comique sans talent.

Après quelques mètres supplémentaires, Skarn stoppa sa course, et, se retournant en direction de l'autre insupportable mégalomane en puissance, lui répondit:

"J'ai offert mes services à votre reine, pas ma personne. Je ne suis ni à ses ordres, ni aux vôtres. Continuez à vous amusez ici s'il vous en convient, questionnez qui vous voudrez sur celle que nous sommes censés ramener. Mais ne vous y trompez pas; je ne suis pas un enquêteur, je suis un chasseur. Je n'ai guère le temps de jouer aux devinettes et aux questions, j'ai une traque à mener. Alice n'est visiblement pas ici, je n'ai donc aucune raison de m'y attarder. A bon entendeur..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parasite Kurokami
Le Doppelgänger d'Ombre et de Sang


Messages : 57
Triomphe : 45
Date d'inscription : 27/11/2014
Age : 20
Localisation : Toujours en train de regarder la Lumière de loin...

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Retrouver la Lumière.

MessageSujet: Re: "SOMEONE" [Blanche-Neige / Eren Illyrio / Parasite Kurokami]   Mer 10 Juin - 16:26

Parasite, comme à son habitude, restait en dehors des conversations entre humains. Il se mettait à l'écart et restait assis calmement. Soudain, une aura apparue dans son dos. Pour la seconde fois, le Sans-Cœur ressentit le sentiment de peur. Il se retourna vivement et vit l'homme masqué du Tribunal qui se tenait à l'entrée de la clairière. Le Doppelgänger recula et se mit proche de la Princesse de Cœur en grognant. Il avait beau tenté d'être impressionnant, Parasite n'arrivait pas à supprimer quelques légers tremblements. Deux autres énergumènes se tenaient à ses côtés et n'avaient pas vraiment des visages très amicaux.

Tout en continuant son intimidation animal, Parasite écouta l'homme masqué sans rien dire. Sarcasme et prétention. Voilà tout ce que Parasite entendit sortir de sa bouche masquée. Puis, le Masqué se mit à dire quelque chose à l'attention de l'un de ses accompagnateurs, ce qui fit réagir ce dernier. Le jeune homme armé d'une hallebarde appartenant aux cartes-gardes s'avança vers le petit groupe. Parasite ne sentit pas en lui une envie de tuer immédiate, mais il resta quand même sur ses gardes.

Le Sans-Cœur grogna de plus belle que ce dernier s'approcha. Il eût comme bon réflexe de contourner la créature noire avec pas mal de distance. S'il faisait quelques mouvements suspects envers la Princesse rousse, Parasite n'hésiterait pas une seule seconde à lui lacérer le visage d'un coup de griffe. Il dépassa le groupe calmement et une fois à une bonne distance du trio, il lança d'un ton désinvolte à l'attention du Masqué :

- J'ai offert mes services à votre reine, pas ma personne. Je ne suis ni à ses ordres, ni aux vôtres. Continuez à vous amusez ici s'il vous en convient, questionnez qui vous voudrez sur celle que nous sommes censés ramener. Mais ne vous y trompez pas; je ne suis pas un enquêteur, je suis un chasseur. Je n'ai guère le temps de jouer aux devinettes et aux questions, j'ai une traque à mener. Alice n'est visiblement pas ici, je n'ai donc aucune raison de m'y attarder. A bon entendeur...

Alice… C'est le nom de la Princesse brune que Parasite a perdu dans le Labyrinthe. Cet humain lui veut du mal. Le Sans-Cœur ne réfléchit pas et se positionna devant Skarn lentement. Il se dressa sur ses pattes antérieures. Il faisait la taille du jeune homme et le fixait d'un air mauvais. Il se mit à grogner et soupira :

- Tu ne toucheras pas à Alice…

Le Sans-Cœur rugit et son aspect changea. Il devint géant, une crinière rouge poussa sur son dos, une queue touffue apparue et ses griffes et son visage devinrent ceux d'un animal. Une fois complètement transformé en Nervure, il posa son énorme patte gauche griffue à côté de Skarn. Ce dernier sursauta à cause de l'impact de la patte du Sans-Cœur géant sur le sol. Parasite rugit aussi fort qu'il pût à la figure du l'homme à la hallebarde. Il leva lourdement sa patte droite, prêt à détruire celui qui voulait du mal à sa Princesse de Cœur…

_________________


-dialogue1 -dialogue2 -dialogue3
*pensée1* *pensée2*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: "SOMEONE" [Blanche-Neige / Eren Illyrio / Parasite Kurokami]   Mer 10 Juin - 19:17

Comme elle s’y attendait, les trois habitants du Pays des Merveilles répondirent à côté de la plaque et les firent tourner en bourrique. Quel monde de fous ! Alice n’avait pas été gâtée en tombant ici. Fort heureusement pour elle, le pays des Merveilles n’était qu’une face de ce monde. Quelque part, caché, se trouvait le pays natal d’Alice, un lieu fréquenté par des personnes « normales ». Elle se demanda si cet endroit était également en proie au chaos ou si c’était propre à Wonderland.

Eren eut l’air de la croire, ce qui la surprit agréablement. Au moins elle n’aurait pas besoin de se perdre dans de longues justifications.


-Est-ce que les ténèbres issue d'un coeur peuvent faire surface et prendre le contrôle du corps d'un homme ? Est-ce qu'on peut perdre son coeur ainsi ?

-Oui, répondit elle. Cela peut arriver parfois quand une personne est vraiment malintentionnée et fait le mal autour d’elle.  Mais il me serait plus facile de te répondre si tu m’expliquais exactement à quoi tu penses.

Les yeux de Blanche-Neige se posèrent sur le sans-cœur. Son comportement était inexplicable, il semblait attiré par elle comme un insecte par la lumière et ne cessait de répéter qu’il cherchait sa lumière. Si elle avait d’abord cru que la lumière dont il parlait était celle qu’elle dégageait, elle commençait à se poser des questions. Et s’il faisait allusion à autre chose ? Peut-être à son propre cœur perdu ?

-Comment puis-je t’aider Parasite ? Qu’attends-tu de moi ?

Voilà un spécimen qu’un homme comme Xehanort aurait certainement prit plaisir à étudier.

Pendant que son attention était focalisée sur l’entité, Eren tenta une nouvelle approche avec les habitants du Pays des Merveilles, commençant à faire preuve d’impatience. N’avait-il pas comprit qu’il n’aurait jamais de réponse claire avec de telles personnes ? Pourquoi le Chat les avait ils amenés là ? Il devait y avoir une raison… la rouquine se mit à chercher une issue des yeux, un endroit où aller pour poursuivre leur quête. Il y avait bien une maison au fond, et plusieurs portes. Au Pays des Merveilles, les portes ne menaient jamais là où on le croyait… peut-être que c’était là qu’ils devaient aller.

Ils n’en eurent guère le temps.

Abnegatio.

Le Chat les avaient ils trahi, lui qui prétendait contrôler ce labyrinthe ? Au moins cette fois il n’y avait pas une armée avec lui, seulement deux hommes qu’elle ne connaissait pas. Des Justes ? S’ils étaient du niveau de Celsia… ils étaient vraiment en danger. Un instant elle envisagea de fuir, encore, puis rejeta cette idée stupide : ils seraient probablement rattrapés en un rien de temps cette fois. Elle n’avait plus qu’à prier pour qu’Abnegatio ne souhaite pas leur mort, car elle n’avait aucun doute sur le fait qu’elle ne serait pas à la hauteur contre lui.

La belle se revit, l’espace d’un instant, face à Maléfique contre laquelle elle n’avait rien pu faire. Elle balaya ses pensées pour se forcer à calmer sa peur. Cette rencontre était une chance inespérée de glaner des informations sur les Justes… si elle s’en sortait.

-Je pense que c'est la première fois que nous nous croisons de manière plus officielle. Prince et Princesse, tous deux gardés de loin par une bête noire qui renie son instinct primaire. Comme c'est touchant... Ah mais bien sûr! Vous vouliez organiser vos fiançailles ? Vous ne pensez pas que c'est un peu tôt pour ça ?

Bien. Comme elle s’en doutait il l’avait démasquée. A moins que cela ne soit un coup de bluff ? Elle l’écouta parler sans rien dire, immobile, et une phrase d’Artis lui revient soudain en mémoire. Phrase qu’elle ne manqua pas de ressortir avec un certain sarcasme.

-Votre problème à vous les méchants, c'est que vous vous écoutez beaucoup trop parler.

Elle avait l’air sure d’elle ? Bien. Parce qu’au fond elle avait vraiment peur. Que n’aurait-elle pas donné pour qu’Artis soit là à cet instant ! Il aurait été un allié de poids dans l’affrontement qui se profilait.
 
« Il n’a pas de cœur, comme les similis ! Songea t-elle avec inquiétude, car une absence de cœur signifiait en principe que l'on ne pouvait pas ressentir de sentiments. Mais il dégage la même aura que Celsia… alors il existe plusieurs variétés de Discordians ? »

-Tu ne sais pas où se trouve Alice sinon tu ne serais pas là à nous conter fleurette. Tu espères que l’on te mène à elle peut-être ?

C’était un raisonnement ridicule. Comment auraient-ils pu le mener à elle alors qu’ils étaient perdus dans ce labyrinthe ? A moins qu’il ne pense qu’une princesse de cœur pouvait en trouver une autre ? C’était raté.

Le comportement d’Abnegatio allait très vite vérifier son hypothèse : soit il l’attaquait sur le champ et essayait de la tuer, auquel cas elle considèrerait que les Justes cherchaient à nuire à toutes les princesses de cœur, soit il la laissait partir et dans ce cas-là la seule cible était Alice. Mais pourquoi Alice ?

-Que recherchez-vous au juste ? Qu’avez-vous à gagner à détruire ce monde et en quoi cela concerne Alice ? Pourquoi vouloir la tuer ?

« Pensent-ils d’une manière ou d’une autre que la mort d’Alice peut nuire à ce monde ? Ou à quelque chose d’autre peut-être ? »

Et si elle s’était trompée ? Et si ce n’était pas la destruction du Pays des Merveilles qu’ils voulaient mais autre chose ? En tout cas, tout était lié à Alice.

« Bluff, essai de lui faire peur »

-La résistance sait que vous vous terrez à la Calligraphie des Interdits. Combien de temps leur faudra-t-il pour vous détruire maintenant ?

La vérité c’est qu’elle ne savait pas où était la Calligraphie des Interdits, pas plus qu’elle ne savait s’il existait une quelconque résistance. Si c’était le cas, elle n’avait jamais eu de contact avec elle. Mais ça, ils n’avaient pas besoin de le savoir. Personne ne lui enverrait de secours pour la simple et bonne raison que toutes ses anciennes connaissances initiées la croyaient morte ou tout du moins portée disparue.

-Je vous présente deux camarades que j'ai ramené avec moi, même si l'un d'eux doit encore prouver sa valeur, sauf s'il désire retourner sa veste le cas échéant j'aimerai qu'il déclare ses intentions maintenant…

Trop généreux…

Blanche décrocha quelques instants ses yeux d’Abnegatio pour regarder ses compagnons. L’un d’entre eux transpirait la loyauté, il n’y avait aucun doute quant à ses intentions mais l’autre…

Il avait l’air confiant et sur de lui. Mais Blanche-Neige étant une empathe, elle ressentait ce que d’autres ne pouvait percevoir, et elle sut en quelques instants que ce n’était qu’une façade. L’homme qui était en train de s’avancer vers eux était anxieux, sur la défensive. Elle fit un pas sur le côté pour prendre de la distance lorsqu’il passa non loin d’elle pour s’éloigner. Elle ne voulait pas ouvrir les hostilités, mais elle se retrouvait à présent avec deux ennemis devant elle et un potentiel derrière. Génial.

-J'ai offert mes services à votre reine, pas ma personne. Je ne suis ni à ses ordres, ni aux vôtres. Continuez à vous amusez ici s'il vous en convient, questionnez qui vous voudrez sur celle que nous sommes censés ramener. Mais ne vous y trompez pas; je ne suis pas un enquêteur, je suis un chasseur. Je n'ai guère le temps de jouer aux devinettes et aux questions, j'ai une traque à mener. Alice n'est visiblement pas ici, je n'ai donc aucune raison de m'y attarder. A bon entendeur...

« Un mercenaire ? Cela expliquerait qu’il ne souhaite pas se mêler du conflit. »

Il ne manquait plus que ça ! Mais avec un peu de chance, Abnegatio prendrait mal la remarque et attaquerait l’homme, ce qui leur laisserait potentiellement le temps de s’échapper…

…Sauf que Kuro s’en mêla et lui sauta dessus.

Blanche Neige se tourna de manière à avoir l’ensemble des protagonistes dans son champ de vision et chuchota à Eren en jetant un coup d’œil vers la maison qui, elle espérait, pouvait leur offrir un refuge potentiel en leur donnant accès à une autre partie du labyrinthe.

-Prépare toi, dès que possible on court.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu



Messages : 37
Triomphe : 52
Date d'inscription : 17/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: "SOMEONE" [Blanche-Neige / Eren Illyrio / Parasite Kurokami]   Ven 12 Juin - 1:20

jocolor Chapelier Fou jocolor albino Lièvre de Mars albino Sleep Le Loir Sleep



Le trio de fous n'avaient pas bougé. Ils étaient comme glacés dans le Temps. Seul leur poitrine se soulevait pour montrer qu'ils étaient encore en vie.  Mais une chose le réveilla de façon impressionnante. Le rugissement du Sans-Cœur les tira de leur immobilisation mais ce cri puissant ne fit pas que ça. Leur corps changèrent subitement. En un claquement de doigt, Mars avait un bras et une jambe métallique armé d'une pointe tranchante. Le Loir avait les yeux écarquillés et rouge sang. Des roues remplacèrent ses pattes arrières. Chapelier lui, devint plus grand et ses habits devinrent blanc et ressemblèrent à une camisole de force. Une canne affabulée d'une cruche à thé apparue dans sa main. Son chapeau grandit et devint un véritable damier mal repassé. (Ils ressemblent à ça : http://sournoishack.com/uploads/1201797912March_Hare.png)

Ils se mirent alors à être agiter de soubresauts et de crise de fou rire. Ils renversèrent la table, mangèrent les tasses, lancèrent les soucoupes. Puis soudain, ils se retournèrent vers leur hôtes et dirent tout les trois à la suite :

- La règle est juste… Juste à portée de voix… La voie qui mène au savoir… Savoir comment mesurer les règles… Avec une règle, évidemment… Ah, règles cruelles…
- L'insolence, l'arrogance, les mauvaises manières à table ! Ils détruisent le Pays de Merveilles ! Détracteurs dérangeants, diaboliques, délicieux !
- N'espérez plus ! Oubliez le passé ! Le Mal est fait ! Que la Folie commence ! Place à la démence ! Cherchez celle qui vous aidera vous aidera vous-même ! Alice, la Princesse de Cœur du Pays des Merveilles…

Leurs phrases devinrent de plus en plus déconstruites. On aurait presque pu voir les majuscules et les points aux mauvais endroits. Les compères rirent une dernière fois en chœur avant de lancer une attaque vers les différents groupes. D'un bond, Chapelier fonça sur Abnegatio en levant sa canne pour frapper comme une massue. Mars donna un grand coup d'épaule à Horacio/Skarn, ce qui lui permit d'esquiver l'énorme griffe rouge qui s'écrasa lourdement au sol. Mars attendit que Skarn se releva pour se mettre en garde. Quand au Loir, il roulait à toute vitesse en cercle autour de Blanche et Eren.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makoto
Vérité et Honneur


Messages : 8
Triomphe : 15
Date d'inscription : 16/04/2015

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: "SOMEONE" [Blanche-Neige / Eren Illyrio / Parasite Kurokami]   Jeu 18 Juin - 0:25

(Je vous prie de m'excuser pour l'attente ! Là où il y a la flèche correspond au moment d'entrer sur ce sujet-là, les paragraphes avant décrivant simplement ce qu'il se passait avant.)


Someone

Event

A vrai dire, Makoto ne s’attendait surement pas à ce que cet homme se mette à faire un discours argumenté, sur le dévouement qu’il portait à la grosse femme. La tournure des événements étaient surprenantes, mais le Discordian ne chercha pas à réagir, il s’arrêta simplement proche du nouveau venu pour l’examiner. Sans arme, il ne pouvait se battre, mais la reine faisait preuve d’intelligence, en lui en donnant une. Certes la fiabilité de l’arme semblait laisser à désirer, surtout que l’utilisateur ne devait pas savoir vraiment comment s’en servir, mais peut-être était-ce mieux que rien. Dans tous les cas, Makoto avait fait une erreur, et même s’il désirait poser ses genoux à terre pour s’excuser auprès de son seigneur, ce n’était pas le moment. Il fallait attendre, parce que quelque chose d’étrange était à l’œuvre. Le Discordian ne savait encore rien de tous ces mondes, de la magie qui entourait ces personnes. D’ailleurs, il lui semblait même qu’il n’était pas celui qui avait d’étranges armes ici. Avec la jeunesse de son esprit, cela semblait normal, mais il semblait que son seigneur n’était pas tout à fait au point non plus sur ce qu’il se passait autour de lui. Cela n’entacha cependant en rien la loyauté que Makoto lui vouait.

Ils se dirigèrent finalement vers le labyrinthe, Abnegatio avait donc choisi de les suivre et c’était avec honneur et presque fierté que Makoto entrait dans ce labyrinthe. Qu’est-ce qui pouvait être de plus honorable que de servir tout proche de son seigneur, après tout ? Sur le visage de Makoto ne se trouvait cependant rien qui trahissait son état d’esprit, et ses traits paraissant las faisaient plutôt penser qu’il s’ennuyait. Pour la protection de son seigneur, Makoto ouvrit la marche dans le labyrinthe géant. Tout faisait si enfantin encore une fois dans ce monde, cela rendait Makoto mal à l’aise, puisqu’il n’avait vraiment rien à voir avec ce monde coloré. Lui, il était plutôt sombre, autant de cœur que de corps. Il ne comprenait pas ces couleurs hypocrites qui cachaient finalement, quelque chose de très sombre aussi. Au bout d’un moment, le Discordian entendit son seigneur s’arrêter, Makoto s’arrêta peu de temps après, pour se retourner et lui faire face. Le corps de son seigneur était plus fin, il était aussi plus petit et semblait presque chétif. Cependant, ce n’était qu’une illusion, et cela rendait son seigneur bien plus impressionnant encore qu’il ne le paraissait, et bien mystérieux. D’après lui, il n’y avait personne ici. En même temps, qui irait dans un labyrinthe pour se cacher, n’était-ce pas le meilleur moyen de s’y perdre et mourir ? En excluant bien sûr la possibilité de pouvoir créer des portails.

Et c’est ce qu’Abnegatio fit sur l’un des murs buisson qui les entourait, afin de sortir d’ici, puisque de toute manière, la personne recherchée, Alice, n’était pas là. Et là, Makoto regarda l’expression de surprise de son seigneur, alors qu’il fixait ce qu’il se trouvait derrière le portail. Le guerrier ne fit aucun geste, ni ne montra aucune expression, mais voir Abnegatio de cette façon… Quelque chose avait dû se produire, quelque chose qu’il n’avait pas prévu. Quand Makoto leva les yeux vers le portail, il y voyait le labyrinthe, où les paradoxes semblaient être bien plus impressionnants que là où ils se trouvaient. Abnegatio se mit à lui parler directement, ils avaient de plus grands problèmes ? Cette affaire commençait à devenir de plus en plus sombre, mais Makoto ne fit que simplement hocher la tête. Il faisait une totale confiance en son seigneur, il attendait simplement ses ordres. Quand celui-ci traversa le portail après en avoir changé la destination, Makoto le suivit simplement, sans rien dire de plus. Il n’avait pas à réfléchir, seulement agir lorsqu’il en avait l’ordre.

--> Ils étaient à présent au cœur de la fête. Dans une clairière, avec des personnages tout aussi colorés et une maison, pour le moins amusante sur le côté. Abnegatio se remit à parler une nouvelle fois, et sa voix prit l’attention de la clairière entière, tandis que Makoto se tenait près de lui. Son bras posé sur le manche de son sabre lui permettait de le dégainer rapidement au cas où, tout en gardant une posture confortable, voire passive. Le regard du Discordian s’attarda sur un trio d’étranges créatures, pour enfin se porter vers une jeune femme rousse, un jeune homme aux cheveux bruns, et une créature entièrement noire qui lui rappelait largement le rêve qu’il avait fait, il n’y a pas si longtemps que cela. Makoto ne savait pas de qui il pouvait s’agir, mais il semblait qu’Abnegatio le savait, puisqu’il leur parlait d’une façon familière, les appelant tour à tour princesse, prince et bête noire. Le seigneur semblait vouloir tester leur patience à la suite, et Makoto resta complètement transparent pendant ces instants. A la suite de cela, Abnegatio chercha à trouver des informations sur la position d’Alice, et surtout savoir où ces jeunes gens en étaient dans leur recherches. Bien qu’il ne l’exprima pas clairement, c’était assez clair sur ce côté-là.

Enfin, Abnegatio demanda à Horacio de parler de ses intentions et un bref instant de silence s’appliqua sur le groupe entier. Le nouveau venu semblait réfléchir, il n’était évidemment pas du tout du même côté qu’Abnegatio et Makoto, c’était un étranger engagé par la reine. Mais il fallait rester patient et attendre ce qu’il avait à dire. Allait-il se dévoiler au grand jour ? Ou bien allait-il esquiver ? Horacio se mit alors à avancer, dépassant bientôt le trio qui leur faisait face, pour finalement se retourner. Tout semblait si théâtral, il mentait. Ce que souhaitait Horacio, c’était survivre, et c’est ce qu’il réussissait à faire à nouveau, avec sa tirade. Cela ne plût apparemment pas au sans-cœur noir qui s’approcha de l’homme et parler. Ces choses-là savaient-elles vraiment parler ? Il articula une phrase, comme s’il dictait l’avenir d’Horacio, comme s’il savait qu’il n’allait jamais pouvoir atteindre Alice. Et en disant ses paroles, le sans-cœur poussa un rugissement et se métamorphosa. Makoto lança un regard à Abnegatio, avant de revenir vers la créature.

S’agissait-il donc des personnes qu’ils allaient devoir combattre ? Non. En passant son regard vers la jeune femme rousse, Makoto comprit que le couple ne semblait avoir aucune raison de se battre. Une menace plus grande que le sans-cœur étouffait peu à peu le groupe qu’ils formaient tous. En effet, le trio étrange s’était mis à changer, comme si les paradoxes qui s’étaient établis dans cette partie du monde s’étaient soudainement réveillés. Ils ne ressemblaient plus aux créatures guillerettes et colorées dont le monde avait l’habitude. Ils apparaissaient maintenant sous une forme sombre, brisées. Makoto avait-il changé de cette manière aussi, par rapport à son homologue humain ? Avait-il perdu ses couleurs de cette façon, une fois transformé en Discordian ? Etait-ce la preuve qu’ils ne pouvaient plus redevenir comme avant ? Qu’ils ne pouvaient s’approcher de la réalité ? Le trio était devenu aliéné, jusqu’à perdre ce qui faisait d’eux des êtres vivants. Ils n’avaient plus de sens avec leurs rires, alors qu’ils renversaient la table tout en croquant de la porcelaine. C’était une vue qui aurait pu choquer, voire faire frissonner certain, et même si Makoto n’en laissa rien paraître, ce spectacle le rendait mal à l’aise. Allait-il perdre toute cohérence lui aussi ?

Le trio se mit à parler, chacun à leur tour, et cela n’avait aucun sens. Cependant, ce n’était pas le moment de s’interroger, puisque qu’ils se mirent à rire de folie une nouvelle fois, avant de se mettre à attaquer. L’un des trois s’élança sur Abnegatio, c’était un homme au grand chapeau, une peau de couleur verte, avec une canne aiguille. Il ne fallut pas longtemps à Makoto pour réagir, alors qu’il para de peu la canne de son nouvel ennemi avec le dos de sa lame de katana, à moitié dégainé. Le Discordian fronça légèrement les sourcils en regardant l’être hideux qui avait osé attaquer son seigneur. Il ne tarda pas à repousser l’attaque de la créature, avant de se mettre droit, puis en position de combat, les deux mains sur le manche de son sabre. Le combat était une chose que Makoto appréciait, et défendre Abnegatio était un grand honneur. Il n’avait pas à se poser des questions sur ce qu’il était, ou son avenir, son seigneur s’en occuperait pour lui. Makoto n’avait qu’à le défendre, et lui faire confiance.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eren Illyrio



Messages : 180
Triomphe : 77
Date d'inscription : 29/03/2015
Age : 22

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Survivre le plus longtemps possible en honorant la mémoire de Milly

MessageSujet: Re: "SOMEONE" [Blanche-Neige / Eren Illyrio / Parasite Kurokami]   Jeu 18 Juin - 12:44

Eren avait eu la réponse à l'énigme alors pourquoi l'homme au grand chapeau ne leur montrèrent pas où se trouvait Alice. Ces personnes commençaient à lui taper sur le système. Il était prêt à reposer sa question sur l'emplacement de la princesse quand une voix s'éleva. Il mit une seconde à la reconnaître mais il se rappela rapidement son propriétaire, l'homme qui lui faisait froid dans le dos au tribunal. Eren lâcha alors son interlocuteur avant de rechercher l'origine de la voix. Elle semblait provenir de partout à la fois, comme si son propriétaire était invisible à ses yeux.
C'est alors que l'homme au masque décida d'apparaître devant les aventuriers et les résidents de ce monde. Il était accompagné de deux autres personnes, deux hommes qui, bizarrement, n’impressionnaient pas outre mesure Eren. A côté de cet homme masqué, il faisait plutôt larbins sans cervelle, des sortes d'écuyers. L'homme au masque prit alors ouvertement la parole :

-"Je pense que c'est la première fois que nous nous croisons de manière plus officielle je pense. Prince et Princesse, tous deux gardés de loin par une bête noire qui renie son instinct primaire. Comme c'est touchant... Ah mais bien sur! Vous vouliez organiser vos fiançailles? Vous ne pensez pas que c'est un peu tôt pour ça?"

Il était clair que cet homme connaissait la véritable identité d'Eren puisqu'il l'avait appelé par son titre, bête noir devait être pour Parasite Kurogami mais alors ça voudrait dire que Valerya était elle-même une princesse. Tous les renseignements qu'elle avait donné au prince déchu semblaient alors prendre une autre signification. Elle en savait autant car elle était peut-être elle-même une princesse de coeur tout comme Alice. Il mettrait les choses au clair bien assez vite.
A l'évocation des fiançailles, Eren regarda la réaction que pouvait bien avoir sa compagnonne d'infortune mais celle-ci resta de marbre, osant même répondre à cet homme.

Tous deux finirent par évoquer Alice au cours de leur discussion et lui sembla clair que l'homme masqué ne savait pas où elle se trouvait. Eren ne voulait pas savoir ce qu'il lui voulait, il avait dit à Valerya qu'il irait avec elle et protégerait la princesse de coeur. Il posa alors sa main sur la garde de son arme et vit que l'un des "chiens de gardes" en faisait de même. L'affrontement ne tarderait pas, il le sentait et le redoutait. Trois contre trois, le combat aurait pu être équitable mais l'homme masqué était visiblement très dangereux. La tension était palpable.

-Je vous présente deux camarades que j'ai ramené avec moi, même si l'un d'eux doit encore prouver sa valeur, sauf s'il désire retourner sa veste le cas échéant j'aimerai qu'il déclare ses intentions maintenant…

Ce n'était donc que de simples hommes de mains ? L'un d'entre eux, sans doute celui qui pouvait retourner sa veste, commença à se détacher de son petit groupe et vint même passer entre Eren et  Valerya. Eren serra d'autant plus fort la garde, prêt à lui planter son épée au moindre geste mais il n'en fit rien et continua sa route.

-J'ai offert mes services à votre reine, pas ma personne. Je ne suis ni à ses ordres, ni aux vôtres. Continuez à vous amusez ici s'il vous en convient, questionnez qui vous voudrez sur celle que nous sommes censés ramener. Mais ne vous y trompez pas; je ne suis pas un enquêteur, je suis un chasseur. Je n'ai guère le temps de jouer aux devinettes et aux questions, j'ai une traque à mener. Alice n'est visiblement pas ici, je n'ai donc aucune raison de m'y attarder. A bon entendeur...

Un simple mercenaire, voilà qui pouvait jouer en leur faveur. Les mercenaires n'était rien d'autre que des personnes suivant les ordres des personnes qui ont de l'argent ou du pouvoir. Ils étaient donc facilement corruptible, Eren en savait quelque chose puisque lui-même l'avait été avant d'arriver ici.
Tout ceci c'était sans compter l'intervention de Parasite qui le menaça en pensant défendre Alice. "Ne t'attaque pas à lui ! C'est les autres qu'il fallait arrêter !"
Eren observa la situation par dessus son épaule sans se détourner de l'homme masqué et de son "écuyer". Il vit la transformation de leur compagnon, la mutation de sa masse noire juste avant qu'il n'attaque. Eren ordonna dans sa direction :

-Kuro couché ! Garde tes forces pour tes vrais ennemis !

C'était la première fois qu'il parlait au sans-coeur et sa voix se voulait dur avec celui-ci. Il n'avait pas confiance en cette chose noir, c'était un fait mais ils devaient s'allier contre leurs ennemis. De plus il avait vu le sans-coeur durant son combat contre les cartes. Allié ou pas, il était d'une grande force et il pouvait aider Valerya qui semblait plutôt tirer de loin.
Eren réfléchis à leur meilleur stratégie d'attaque : Le sans-coeur en première ligne, au corps à corps, Valerya tirant sur leurs ennemis en étant éloignée et protégée et Eren la protégeant du mercenaire ou si Parasite venait à tomber au combat.

Il fut alors stoppait dans ses pensées par Valerya qui lui glissa à l'oreille :

-Prépare toi, dès que possible on court.

La même tactique qu'au tribunal, la même qui les avaient conduit dans le labyrinthe mais pour qu'elle dise ça à Eren, il fallait qu'elle redoute réellement le combat. Il leur fallait une diversion, rapidement. Il réfléchit et trouva une idée.
S'approcher de l'homme au chapeau, le prendre d'un geste vif et le lancer vers l'homme masqué et son écuyer, tirer une flèche à travers le chapeau, courir... Simple, rapide, efficace et éventuellement ça pourrait blesser.

Eren voulu mettre son idée à exécution lorsqu'il vit avec horreur les personnes de ce monde se changer, devenir des bêtes monstrueuses. L'attaque commença alors là où il ne l'attendait pas. L'homme au chapeau se lança vers l'écuyer et l'homme masqué, le lièvre alla vers le mercenaire et le sans-coeur. Eren et Valerya eurent droit au loir qui se mit à rouler autour d'eux à toute vitesse. Eren se plaça dans le dos de la princesse, protégeant ses arrières et sortit son arc.
Il tira une flèche, puis deux, puis trois mais aucune n'atteint son but. La fuite était sans doute leur meilleur option à cet instant. Il tourna son visage vers celui de Valerya et lui dit :

"-Ouvre la marche princesse, je te couvre. Te soucie pas de moi et fonce j'ai peut-être une idée."

Eren continua alors à tirer des flèches en essayant de s'améliorer à chaque tire manquait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abnegatio
Capitaine de l'Arche


Messages : 125
Triomphe : 667
Date d'inscription : 25/06/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: "SOMEONE" [Blanche-Neige / Eren Illyrio / Parasite Kurokami]   Ven 26 Juin - 19:48


Il ne fallut pas longtemps pour que notre invité d'honneur n'obtienne ses réponses. Tout d'abord, vu leur réaction, ils ne savaient pas non plus où était Alice, donc le plus simple serait de se débarrasser d'eux. Ensuite, Horacio ne se fit pas attendre puisqu'il décida de rejoindre le côté de personne et comptait aller pourchasser la princesse de cœur tout seul, jusqu'à ce que le sans-cœur conscient l'interrompe. Enfin, Eren semblait comprendre le danger car il tenta de calmer la bête noire pour mieux se défendre.

Une partie de plaisir! Se disait le Chef des Discordians alors qu'il se mit à répondre à son interlocutrice favorite.

-"Très bien, libre à toi de chasser Alice tout seul, pour peu que tu y arrive. Je pense cependant que tu es arrivé un peu en retard si tu comptait réellement poursuivre les ordres de la Reine de ce monde prêt à sombrer non pas dans les ténèbres, mais dans le néant."

Il n'avait ni un ton menaçant, ni un ton narquois. Il exposait simplement son avis sur la situation, mais c'était normal pour un inconnu des mondes comme cet Horacio de ne pas vraiment comprendre ce qu'il se passait ici. Il se retourna alors vers l'adorable rouquine.

-"Même pas une réaction? Ne t'inquiète pas pour moi, je n'aurai aucun mal à retrouver Alice après avoir finis notre petite entrevue. Et pour notre Arche, je ne doute pas une vous puissiez réellement la retrouver, mais de là à pouvoir y accéder, je pense que vous aurez encore quelques théoriques à développer."

Le Capitaine de l'Arche ne cherchait même pas à nier le fait que leur monde pouvait être trouvé, mais il savait bien que pour y accéder, il fallait passer par des failles spécifiques que seuls les Discordians ou ceux choisis par Abnegatio pouvaient retrouver. Il était même prêt à leur donner un indice de plus, mais son il de pensée fut coupé par les déblatérations incompréhensibles des trois mousquetaires de la table qui devinrent complètement fous et déformés. Ce monde n'en avait vraiment plus pour très longtemps décidément...

L'un des trois, le Chapelier Fou qui était devenu un espèce de troll complètement barjot s'était élancé sur Abnegatio, mais ce dernier n'eut même pas besoin de se déplacer que son épéiste prit place pour parer le coup. Il posa brièvement sa main sur l'épaule de Makoto comme un geste de remerciement puis se déplaça sur le côté pour les contourner et se diriger vers les hôtes de cette fête.

-"Je pensais pas en arriver là aussi vite, mais si ces drôles de personnages commence à nous déranger, il va falloir faire un peu de ménage."

Deux petites sphères apparurent autour du Capitaine, qui tournaient à vive allure autour de lui jusqu'à s'arrêter doucement au dessus de la paume de sa main, comme pour les soutenir. Ces deux petites orbes se trouvèrent être en fait deux dés, tous les deux noirs, un aux arrêtes bleutées et l'autre aux arrêtes rouges. Ils tournaient doucement sur eux-même, tout en lévitant de manière circulaire, comme si la paume de cette main servait de centre de gravité.

Alors qu'il préparait cette "arme", il était maintenant à quelques mètres d'Eren et Valerya, avec un certain personnage qui le dérangeait dans sa trajectoire. Il attendit que le Loir fasse un nouveau tour complet avant de tendre sa main, une puissante aura s'en dégageant qui servit à déformer une partie du sol qui servit de mur, stoppant net la folie de l'étrange créature.

-"Je n'ai pas besoin d'être dérangé par celui là."

Du petit muret se détachèrent plusieurs parois qui enfermèrent la bestiole dans un cube, cube qui détona une explosion d'énergie qui ne semblait pas extravagante mais proprement concentrée en un seul point. Il n'y était pas allez si fort tout de suite... Un Lion dévore sa proie même la plus faible avec toute sa force, mais un stratège étudie ses ennemis pour mieux économiser ses forces.

Justement, il devait économiser le plus possible son pouvoir, parce qu'il sentait que quelque chose n'était pas net dans ce monde... Il perdait le contrôle sur les distorsions et son corps semblait avoir du mal à se recomposer entièrement suite à lé réunion des différents multivers.

-"Alors ma chère, on se sent pas trop mal à l'aise? Pour répondre à ta question précédente, la mort de ce monde m'importe peu. Je suis intéressé par d'autres choses plus intéressantes, je pourrai t'expliquer tout ça maintenant mais si j'en crois la situation tu devrai finir par vite comprendre ce qu'il se passe, si tu ne cède pas d'ici là."

L'aura qui émanait de cet être masqué était toujours aussi effrayante, mais pas aussi puissante que d'habitude. Il espérait jouer sur les émotions de ses ennemis pour compenser sa faiblesse passagère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.kh-memento.com
Skarn



Messages : 38
Triomphe : 35
Date d'inscription : 16/02/2015

MessageSujet: Re: "SOMEONE" [Blanche-Neige / Eren Illyrio / Parasite Kurokami]   Sam 27 Juin - 16:28

"J'ai offert mes services à votre reine, pas ma personne. Je ne suis ni à ses ordres, ni aux vôtres. Continuez à vous amuser ici s'il vous en convient, questionnez qui vous voudrez sur celle que nous sommes censés ramener. Mais ne vous y trompez pas; je ne suis pas un enquêteur, je suis un chasseur. Je n'ai guère le temps de jouer aux devinettes et aux questions, j'ai une traque à mener. Alice n'est visiblement pas ici, je n'ai donc aucune raison de m'y attarder. A bon entendeur..."

Skarn déclama ces mots le plus calmement du monde, sur un ton posé mais ferme, ne laissant transpirer ni doute, ni crainte. Mais plus que tout, ce ton ne tolérait de réplique, encore moins de contradiction ! Chose que la tête de poulpe enturbannée ne sembla pas percuter, puisqu'elle se permit une réponse dont Skarn se fichait bien:

"Très bien, libre à toi de chasser Alice tout seul, pour peu que tu y arrives. Je pense cependant que tu es arrivé un peu en retard si tu comptais réellement poursuivre les ordres de la Reine de ce monde prêt à sombrer non pas dans les ténèbres, mais dans le néant."

"Causes toujours tu m’intéresses ! Bon, allez, hop, il est temps que j’m’en aille d’ici !"

L'homme-loup n'avait pas même finit de penser sa phrase que l'espèce de tas d'ombre rase-moquette vint se camper devant lui, se redressant sur ses deux pattes arrières. Pour le coup, il ne rasait plus vraiment la moquette, puisqu'il était alors approximativement de la même taille que Skarn.

"Tu ne toucheras pas à Alice..."

Fait rarissime; Skarn commençait à perdre son sang froid. Non pas qu'il paniquait, mais plutôt que cette journée trop longue, avec ses changements d'environnements répétitifs avait largement entamé son capital patience. Il le regretterait sans doute plus tard, mais pour une fois, l'homme fauve ne chercha pas à désamorcer la situation par le dialogue, bien au contraire:

"Hoooo tu sais faire le beau !?" et tournant légèrement la tête de manière à s'adresser à la rouquine, que semblait accompagner cette chose informe: "Et il sait aussi donner la pâte ?
_Même pas une réaction? Ne t'inquiète pas pour moi, je n'aurai aucun mal à retrouver Alice après avoir fini notre petite entrevue. Et pour notre Arche, je ne doute pas une seconde que vous puissiez réellement la retrouver, mais de là à pouvoir y accéder, je pense que vous aurez encore quelques théoriques à développer."

Si de telles railleries n'allaient sûrement pas désamorcer la situation, elles avaient au moins le mérite de pouvoir agacer la bestiole au point de la pousser à commettre une erreur, en venant s’ajouter aux boutades répétées du type masqué. Et en effet, la bestiole devint folle (ou l'était-t-elle déjà ?), et, dans un hurlement où semblaient se mêler rage et douleur, se métamorphosa en une masse beaucoup moins informe, mais encore plus moche que la précédente. Une fraction de seconde avait suffit à ce machin pour devenir plus grand, plus gros, avec une crinière rouge rappelant celle de Ghurch. La ressemblance ne semblait pas devoir s'arrêter ici, puisque la chose devant lui semblait avoir bien plus de muscle que de cervelle...

"Kuro couché ! Garde tes forces pour tes vrais ennemis !"

L'homme... non. Le gamin qui venait de prendre la parole, malgré les airs altiers qu'il se donnait tant bien que mal, était presque effacé, et ce depuis le début de cette scène digne d'un théâtre burlesque. Non pas qu'il n'eut agit, parlé, voire même échangé quelques messes basses avec la rouquine qu'il ne cessait de reluquer comme s'il pouvait voir au travers de ses fringues, mais plutôt que sa présence, autant que ses actions, n'eurent jamais aucun impact sur le soap-opera qui se jouait en ces lieux. Et cette dernière phrase, comme les autres, n'eut guère d'effet; la Bête se fichait éperdument de cet ordre, trop occupée à beugler sa colère.

Les trois cloportes situés sur le côté, toujours affairés à leur petite tea party, choisirent cet instant pour amorcer une mutation des plus instables: le type au chapeau grandit, et se jeta tête baissée (mais canne levée) sur l'Homme Mystère, et l'espèce de petit rat qui était encore léthargique la minute d'avant se retrouva perché sur des roues et atteint d’hyperactivité, qu’il choisit de canaliser en roulant à grande allure autour de la rouquine et de son bambin.

"Je ne pensais pas en arriver là aussi vite, mais si ces drôles de personnages commencent à nous déranger, il va falloir faire un peu de ménage."

La course folle du loir fut cependant vite stoppée par un soulèvement de terrain, la terre formant comme un mur dans lequel l’embarcation improvisée vint s’écraser dans un bruit de succion des plus horribles. L’instant d’après, le rongeur était enfermé dans une sorte d’étrange cube, au sein de laquelle il se fit littéralement exploser la tête…

"Je n'ai pas besoin d'être dérangé par celui là."

Skarn, le regard happé par la scène, ne vit pas le lièvre sous amphétamine se ruer sur lui. Il en fut quitte pour un bon coup d'épaule qui le fit valdinguer de trois ou quatre pas en arrière. Par Chance, l'autre excité de "Kuro" était bien trop pataud pour changer la trajectoire du coup qu'il venait d'armer à l'intention de l'homme fauve, et sa pâte s'écrasa donc à quelques centimètres de Skarn, créant un petit cratère au point d'impact.
Au final, la force de cette bestiole, toute prodigieuse qu'elle soit, n'avait de danger que si elle parvenait à toucher sa cible…

"Alors ma chère, on se sent pas trop mal à l'aise? Pour répondre à ta question précédente, la mort de ce monde m'importe peu. Je suis intéressé par d'autres choses plus intéressantes, je pourrai t'expliquer tout ça maintenant mais si j'en crois la situation tu devrais finir par vite comprendre ce qu'il se passe, si tu ne cèdes pas d'ici là."

Alors que l’autre mégalomane continuait son one-man show, Skarn, lui évaluait ses moyens d’action:

"L’attaque de ce Kuro était si lente, que j'aurais pu l'esquiver en faisant une sieste... Puisque c'est ainsi, la meilleure chose à faire est de le prendre de vitesse.

Il y avait cette maison plus loin, dont l'étrange toit reprenait la forme de deux oreilles de lapin, avec la fourrure en prime ! Sa porte d'entrée était un peu petite pour quelqu'un de la stature de Skarn, et il était donc tout à fait improbable que cette bestiole hystérique à crinière orange puisse y pénétrer sous sa forme actuelle. La table où goûtaient les trois autres loufoques était située sur le trajet, mais puisque les drilles avaient déserté leurs tasses, il ne restait plus que ce camé de Lièvre Au-Bras-D'Argent pour lui barrer le chemin.

En gros, il y avait un tas de muscle pataud, et un rachitique lièvre débile à passer avant de pouvoir se mettre à courir…

Passer le roquet noir, c’est une chose, mais les autres ? Je dois donc allier vitesse et surprise; la vitesse laissera Médor sur place, et la surprise me donnera un temps d’avance le temps que tout le monde ne réagisse. Pour peu que l’autre taré continue ces déblatérations, leur temps de réaction sera finalement triplé, et je serai loin avant qu’ils n’aient même tourné la tête !
Vitesse et surprise… vitesse et surpr…
"

Soudain, sans crier gare, Skarn se mit à charger en direction du lièvre, la pointe de sa hallebarde en avant. Déjà la cible se préparait à réagir, armant son bras métallique, que ce soit pour parer ou contre-attaquer. Quant au gros chien noir, il semblait avoir été pris de court, et n’esquissa pas le moindre geste...

Alors que le choc était imminent, l'homme loup planta sa pointe dans le sol aux pieds du lapinou, se servant de son élan et de l'impact afin de se faire propulser dans les airs par la hampe de son instrument. Il attendit d’être dans les airs avant d’extraire l’arme du sol d’un mouvement de poignet, et se retrouva ainsi projeté à deux bons mètres au-dessus du sol, et du Grandes-Zoreilles ahuri qui s'y trouvait. Celle-ci leva la tête pour regarder le personnage passer, puis finit par tomber à la renverse en continuant de le suivre du regard, ce qui ne manqua pas d'ajouter une couche supplémentaire à son air d’attardé.

Touchant terre quelques pas plus loin, Skarn se rétablit promptement, et, le temps que l’assemblée réalise ce qu’il venait de se passer, l’homme encapuchonné avait déjà parcouru une bonne distance en direction de son but, arrivant presque à la table. Plutôt que de la contourner, il décida de sauter sur celle-ci, écrasant au passage le peu de vaisselle encore intacte, renversant ce qui tenait encore debout, et, l’instant suivant, cet individu on ne peut plus pressé atteignait l’entrée de la masure.

La porte, de forme ovale, n’était pas sans rappeler celle d’un oeuf (d’un gros oeuf), et le bois qui la composait semblait si vieux que l’on se demandait si l’ensemble n’allait pas s’écrouler sur lui-même d’un instant à l’autre. Ouvrant cet huis à la volée, Skarn se précipita à l’intérieur, et s’afféra immédiatement à barricader la porte en plaçant son arme derrière..

Certes, il venait de s’enfermer, et n’avait guère plus d’issue, mais il serait toujours temps de sortir lorsque les autres masochistes du dehors se seraient tous entre-tués. Ceci fait, le personnage se retourna afin de prendre mesures du lieu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu



Messages : 37
Triomphe : 52
Date d'inscription : 17/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: "SOMEONE" [Blanche-Neige / Eren Illyrio / Parasite Kurokami]   Mar 7 Juil - 12:04

Alice Liddell

Alors que le combat faisait rage entre tous les protagonistes présents ; Eren le Prince Déchu, Blanche-Neige la Princesse de Coeur, Parasite Kurokami le Sans-Coeur Polymorphe, Skarn l'Homme-Loup, Makoto le Sabreur Discordian, Abnegatio le Seigneur des Discordians et le Trio de Fous ; le Temps se figea au moment où le jeune humain-loup pénétra dans la maison. Tout se mit à voler en éclats et à se réorganiser en une salle gigantesque. Le Trio de Fous disparu et les autres personnes se retrouvèrent soudainement attablés autour d'une table de plusieurs dizaine de mètres de long. Abnegatio se trouvait au bout de la table. A sa droite, son épéiste sinistre ainsi que le jeune humain armé de sa hallebarde. A sa gauche, une ou deux chaises le séparait de la belle rousse, du jeune brun et de la créature noire, qui dormait, roulé en boule à côté de la jeune femme. Ils se regardaient tous avec des yeux vides, ne pouvant agir sur la réorganisation de l'Espace.

Rien ne bougeait dans cette salle somptueuse où le Temps avait cessé sa course quand soudain un objet apparu dans le fond de cette salle. Peut-être à une centaine de mètres de la table. Un miroir, de forme ovale orné de bords d'argent dont les formes rappelaient la pièce d'échec de la reine. A l'intérieur de ce miroir, on pouvait discernée une forme humaine, ressemblant fortement à une fille en position fœtale. Lorsque le Temps reprit son cours, une jeune fille vêtue d'une robe bleue, d'un tablier blanc et d'un couteau de cuisine qui avait la taille d'une épée courte apparue en face du seigneur masqué, à l'autre bout de la table et prit la parole avec une voix douce mais pleine d'autorité : 

- Cessez donc ce combat futile. L'heure ne pas à l'affrontement. Ou plutôt, l'heure n'est plus, en tout cas, plus en ce lieu. J'ai besoin de votre aide à tous. Je suis Alice Liddell, Princesse de Cœur du Pays des Merveilles. Mon royaume se meurt et est en proie aux paradoxes et aux Discordians, ces êtres hors des lois du Temps et de l'Espace qui cherchent à faire sombrer les mondes dans les abysses des Dimensions. J'ai été séparée en deux partie distinctes à cause d'un paradoxe dont je soupçonne Abnegatio, maître des Discordians, d'être le créateur. Elle regarda l'homme masqué avec une pointe de colère. J'ai absolument besoin de traverser le miroir pour rejoindre ma moitié, mais quelque chose m'empêche d'approcher... Le Pays des Merveilles va s'écrouler sous les paradoxes si on ne se dépêche pas ! Si j'arrive à reconstituer mon cœur, je pourrais aider ce monde contre les paradoxes qui le ronge. Aidez-moi à rouvrir le passage dans le miroir s'il vous plaît !

La jeune fille regardait tour-à-tour chaque personne qui se trouvait ici. Allait-ils l'aider ? Ou bien refuser ? Nul ne peut le savoir… Pour l'instant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eren Illyrio



Messages : 180
Triomphe : 77
Date d'inscription : 29/03/2015
Age : 22

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Survivre le plus longtemps possible en honorant la mémoire de Milly

MessageSujet: Re: "SOMEONE" [Blanche-Neige / Eren Illyrio / Parasite Kurokami]   Sam 11 Juil - 17:41

Tandis que tous étaient plongé dans leur bataille respective, Eren se tenait prêt de Valerya afin qu'ils s'entraident. Le plan était relativement simple : Passer la porte et partir le plus vite possible mais il n'était pas question qu'il parte en premier. Il précéderait la princesse de quelques pas afin de couvrir ses arrières.
L'idée qu'il se faisait était que Valerya fuit, suivit par lui. Arrivant au niveau de la table, il glisserait en dessous en espérant être suivi par le Loir. Il aggriperait le nappe rose maintenant remplie de morceau de céramique et la ferait tomber sur son poursuivant, lui bloquant ainsi la vue. Sans vision, finir leur ennemi serait relativement simple et la porte ne serait qu'à quelques pas.

Il continuait à garder le Loir au milieu de sa vision, mieux valait ne pas l'avoir dans le dos et avait désormais remis son arc dans son dos. La créature était trop rapide pour les flèches que pouvait tirer le prince et il n'en avait déjà plus qu'une dizaine dans son carquois. En revanche sa main droite se crispa sur la poignée de sa lame qu'il sortit de son fourreau. Il ne se tenait plus droit mais de profil afin de devenir une cible beaucoup plus difficile à atteindre pour ses adversaires. De plus il fléchit les genoux pour être sur ses appuies. Son style de combat ne se fondait pas sur la force brute et cette position lui permettait une plus grande liberté d'esquive et d'attaque. Il était prêt à attaquer s'il le fallait.

Mais il ne le fallut pas. Avant même que le Loir n'ai l'occasion de n'esquisser ne serait-ce qu'un geste vers Eren ou Valerya, il fut enfermé dans une sorte de prison de terre. C'était Abnegatio qui était parvenu à se soustraire à l'attaque du monstre à la canne afin de s'en prendre à eux. Le Loir avait juste été dans son chemin ça ne faisait aucun doute, il n'était pas là pour les aider. En une seconde, une explosion, et il n'y avait plus de Loir.
Ce fut le moment que choisit le mercenaire qui se trouvait avec le Sans-Coeur pour s'élancer et prendre la fuite en utilisant sa hallebarde.

Eren posa une main dans le dos de Valerya et la repoussa en direction de la porte pour se mettre entre elle et Abnegatio. Il lui ordonna alors :

"-Va chercher Alice, je te rejoins plus tard !"

Et il s'élança le plus rapidement qu'il pouvait vers son nouvel adversaire. Il n'y avait plus de peur en lui, simplement de la détermination. Soit il était assez fort pour le repousser soit il allait mourir mais elle aurait gagné un peu de temps d'avance. C'était déjà ça.
Arrivé à moins de deux mètres de son adversaire, Eren déplaça son pied gauche devant son pied droit, comme s'il se déportait vers sa droite puis prit appuie sur ce même pied pour se balancer vers la gauche dans un saut. Il tournait, sa lame voulant trancher Abnegatio au niveau de son cou et il cru sincèrement que cela pouvait marcher. C'est alors que tout s'arrêta, tout se figea autour d'eux.

Lorsque réellement le temps sembla reprendre son cours, Eren se trouvait attablé à quelques chaises de leurs ennemis. Valerya, Kurokami et même le mercenaire était présent autour de cette table. Eren aurait voulu se lever, refaire face à Abnegatio mais sentait que quelque chose l'en empêchait. Une fille en robe bleue les interpella alors, elle n'était autre qu'Alice, la Princesse de Coeur. Elle expliqua à l'assemblée ce qui lui était arrivée et demanda de l'aide. Eren fut le premier à s'adresser à elle, sans lâcher des yeux celui qui, encore quelques secondes auparavant, était sa cible :

-Je t'aiderais Alice, tu peux compter sur moi. J'irais à l'intérieur de ce miroir s'il le faut mais je te rendrais ton coeur ! Et au passage tu aura peut-être aussi sa tête...

Eren ne savait pas contre qui il venait de proférer des menaces mais, même si cet homme avait quelque chose de maléfique, il n'en avait désormais plus aussi peur. Il se battait pour quelque chose qui semblait lui donner du courage : La lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abnegatio
Capitaine de l'Arche


Messages : 125
Triomphe : 667
Date d'inscription : 25/06/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: "SOMEONE" [Blanche-Neige / Eren Illyrio / Parasite Kurokami]   Sam 18 Juil - 17:15


Ce combat qui ressemblait plus à une comédie musicale aurait pu durer une éternité, et perdre du temps à des sottises n'était pas ce que préférait le Capitaine de l'Arche. Débarrassé du Loir qui semblait déjà être parti en fumée, il devait maintenant faire face au jeune Eren qui prit d'un courage soudain le défia. Se préparant à contrer son attaque, Abnegatio fit voleter ses petits cubes autour de son bras, jusqu'à ce qu'une des chaines qui tombait de sa veste se mis à briller pour se dissoudre, laissant s'échappe une énergie pure qui revint vers sa main avant de se matérialiser sous la forme d'une épée courte. Il était prêt à combattre cette personne maintenant, vu qu'il se mettait en travers de son chemin, de son objectif premier.

Que ce soit pour le pire ou pour le meilleur, cette confrontation n'eut pas lieu. En effet, le temps se figea, pour tout le monde, même pour les Discordians, même pour leur chef. Quelques instants plus tard, toute la population se retrouva autour d'une table, les trois fous de tout à l'heure en moins. Et alors que chacun cherchait à comprendre ce qu'il se passait, un sourire caché derrière son masque se dessina sur les lèvres du Maître des Discordians : Elle était enfin arrivée.

Alice, ou du moins ce qu'il en restait. Durant sa petite histoire, Abnegatio se laissait faire, ne cherchant pas à se libérer, ni même à l'interrompre ou à argumenter un quelconque point de vue, non, il ne faisait qu'observer, et attendait. Petite mauvaise nouvelle pour lui, elle avait trouvée comment peut-être sauver ce monde, et sa propre personne. Bonne nouvelle, le Miroir qu'il recherchait depuis le début était enfin là, à bout de bras.

Et une fois que la jeune fille se tût, que le jeune prince rétorqua, que le silence reprit place, il pouvait maintenant briser le sort, au sens propre. Toute cette concentration depuis tout à l'heure avait pour unique but de permettre au temps de se mouvoir à nouveau, pour tout le monde.

Il aurait pu attendre et laisser les choses se faire, mais rien ne garantissait que les Discordians puissent bouger aussi. Du coup, il préférait permettre à toutes les personnes ici présentes de  se déplacer à nouveau. Le combat allait surement reprendre, mais la première chose que fit le Seigneur de l'Arche, ce fut d'ériger une barrière entre Valerya et le Miroir. Il n'était pas spécialisé en magie défensive, ce qui faisait que même pour une personne du calibre d'Abnegatio, elle ne tiendrait pas longtemps, mais elle serait suffisante pour laisser le temps à l'intéressé de s'approcher lui-même de ce qu'il convoitait.

-"Voilà qui est fort intéressant. Si je m'attendais à ce que je recherchais vienne réellement à moi, je n'aurai même pas pris la peine d'exécuter tout ce remue-ménage. Je pourrai perdre davantage de temps à expliquer la réelle cause de tous ces paradoxes liés à ce monde, mais… vous me comprendrez, on a déjà perdu assez de temps comme ça : ce miroir est à moi. Ou plutôt, soyez certains que je n'ai nullement l'intention de vous laisser vous en approcher."

Des deux mains du Discordian se formèrent deux globes d'énergies pures, dénuées d'éléments. Elles semblaient se distordre plus ou moins fortement, démontrant la personne qui employait cette magie. Et avant même que quiconque puisse y dire quelque chose, il les lança en direction d'Eren et du Sans-cœur majeur, qui étaient pour le moment les deux menaces principales.

-"Ruine !"

[Hpr: Imaginez le sort Ruine² des Final Fantasy]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.kh-memento.com
Maître du Jeu



Messages : 37
Triomphe : 52
Date d'inscription : 17/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: "SOMEONE" [Blanche-Neige / Eren Illyrio / Parasite Kurokami]   Lun 20 Juil - 0:37

king Les Personnes Merveilleuses queen

Alors que le combat fut lancé et que chacun eût réagi à sa manière à l'arrivée de ses dangereuses nouvelles, le miroir ; ou plutôt la forme à l'intérieur du miroir bougea. La jeune fille, aux cheveux plus proches du blanc que du blond, leva doucement la tête et le miroir se brisa. Juste quelques fissures. Qui prirent bien vite toutes la largeur de l'artefact et commencèrent à le briser, voire à le pourfendre dans toute sa longueur. Une voix sortait du miroir. Ou plutôt… Une mélodie, envoûtante, lugubre, entêtante. 



Le miroir explosa à la fin de la mélopée. Ainsi que tout le décor, encore une fois. Dans une obscurité opaque, un amphithéâtre de personnes merveilleuses, éclairées par une source de lumière inconnue, parlaient avec des mines accusatrices : 

« Vous n'avez pas vu grand-chose, c'est un fait. Savez-vous pourquoi un corbeau ressemble à un bureau ? Vous n'êtes qu'un jeu de cartes ! Un jeu d'échecs… D'où viens-tu ? Et où vas-tu ? Lève la tête, réponds poliment, n'agites pas tes mains. Plus vite ! Ne parle pas ! Tu n'es qu'un élément de son rêve… La question est de savoir qui sera le maître. L'autorité doit être obéit ou elle doit être surpasser ! Oublie ! Le train vient avec ses voitures brillantes. Avec des assises confortables et des roues d'étoiles. Or, dépêches-toi mon petit, n'aie pas peur. L'homme de la Lune est l'ingénieur. »

Parmi cette amphithéâtre, des personnes aux habit différents criaient avec leur faciès accusateur et certains se démarquaient car ils semblaient vieillir et dépérir au fur et mesure de leurs récitations. Ces derniers étaient un charpentier, une comtesse, un chapelier, un chevalier, une cuisinière, des soldats, des valets, trois rois, des jumeaux, et une reine, qui avait un air familier. Cette reine avait un regard vraiment haineux et au lieux de vieillir, elle rajeunissait, devenant de plus en plus belle et de plus en plus rouge. Une fois complètement écarlate, elle hurla une phrase incompréhensible qui fit apparaître un manteau rouge titanesque qui souleva une hache colossale qui s'abattit sur les spectateurs.
Pendant les quelques secondes où ils crurent être tranchés, la voix des personnes s'éleva encore une fois : 

« Le Roi des Cartes, ses chaînes sont pouvoir, son masque est mensonge, son œil est La Vérité. Le Chien Géant, montre les crocs, montre les dents et reste humain. Le Prince Rouge, ses armes faibles, son corps brisé et essaye de sauver ceux qui sombrent. Le Valet à l’Épée, sa lame réprime la dissidence, sa loyauté est une erreur et sa foi est d'or, comme ses yeux. La Reine Rousse, son cœur est propre, son futur est mort, comme eux. Le Monstre Poétique, cherchant sa vie, cherchant sa raison, grandissant et mourant face aux Soleils. »


[Vous êtes tous téléporté dans l'unique sujet du « Monde Réel ». Veillez écrire votre dernier post ici et continuer l'aventure là-bas.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "SOMEONE" [Blanche-Neige / Eren Illyrio / Parasite Kurokami]   Aujourd'hui à 21:02

Revenir en haut Aller en bas
 
"SOMEONE" [Blanche-Neige / Eren Illyrio / Parasite Kurokami]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parasite Social & Cie
» Koldram Eren [Rôdeur]
» [Terminé] Pour quelle raison tu te bats ? (ft Eren Jäger)
» Eren Jaeger // You told me about the outside world
» Mission Trip

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts Memento :: Machine à café :: Flood et jeux :: Archives du forum :: Rps évenements :: Pays des Merveilles :: Labyrinthe des paradoxes accrus-
Sauter vers: