AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vies Mêlées [PV : Blanche-Neige]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Vies Mêlées [PV : Blanche-Neige]   Sam 15 Aoû - 22:13

" Les sans cœurs s’écartèrent les uns après les autres. Ils offrirent une place de choix au porteur, avant de bondir sur lui à l'unisson. Sa keyblade fendit l'air et envoya valdinguer ses attaquants, qui aussitôt remis répétèrent leur assauts effrénés. Au bout de quelques minutes à peine, le troisième quartier était déjà pollué par l’immonde fumée noirâtre que laissaient derrière elles les créatures en mourrant. Or, juste après être venu à bout de la horde, Artis s'écroula d'épuisement. De multiples secousses le ramenèrent à lui, qui découvrit en relevant la tête que le quartier était désormais en proie à une dizaine de Darksides. Les géants de ténèbres s'amassèrent autour du keybladeur, bien résolus à l'idée d'en finir. Mais c'était sans compter sur notre mi-simili mi-sans cœur, qui, dans un élan mêlé au désespoir et à l’héroïsme, fit jaillir de sa poitrine une lumière immense qui balaya le... "

-Conneries !

-Hein ?

-Ton histoire. Ca s'est pas du tout passé comme ça.

-Mais...tu peux pas m'interrompre en plein milieu pour ça ! Et puis, t'as jamais entendu parler des légendes ? Évidemment que les auteurs exagèrent les faits !

Feather, toujours confortablement avachit sur sa chaise de bureau, alla jusqu'à détourner le regard de l'écran pour le porter à l'attention d'Artis, toujours en pleine séance de ses exercices matinaux, dans l'espoir que celui-ci lui formule enfin une réponse. Ce qu'il fit, tout en adaptant sa locution au rythme de ses pompes.

-De 1, tu sais très bien que je déteste que tu écrives mes aventures, même si pour je ne sais quelles raisons elles continuent de te fasciner. De 2, ma vie est bien assez invraisemblable, alors pas besoin d'en rajouter. Et de 3, tu sais tout aussi bien que moi que je n'ai pas nettoyé le quartier. J'y ai fait un détour, quelques sans cœurs me sont tombés dessus, fin de l'histoire. L'endroit grouille toujours de ces saletés, va pas mettre de faux espoirs dans la tête des gens.

-Parlant de ça...tu comptes rien y faire ?

Le jeune homme se releva lentement et alla se diriger vers la barre de tractions.

-Non.

-Bah voyons ! Monsieur le chasseur a peur de se battre on dirait !

-Ca n'a rien à voir. Je ne chasse que les menaces actives et récentes. Le troisième quartier n'a rien de dangereux, à condition d'être assez intelligent pour ne pas s'en approcher. Alors non. Tant que les sans cœurs ne s'aventurent pas dans le premier quartier, je ne vois aucun intérêt à aller les ch...

-Mais oui ! Trouves toi des excuses pour ne pas agir, comme toujours ! Faut pas prendre parti, l'équilibre des choses, et gnia gnia gnia...

-...rappelles moi pourquoi je t'ai retrouvé déjà ?

-Parce que je te loge, crétin.
---

Ruines du Château de la bête, époque inconnue

La porte de la chambre vola en éclat. Quelques secondes plus tard, une silhouette en jaillit, et se précipita à travers le couloir. Il ne lui fallut qu'une brève minute pour atteindre l'entrée, qu'elle s'empressa d'ouvrir. Cependant, elle se ravisa aussitôt en contemplant la horde pullulante de Discordians qui l'attendaient à l'extérieur. Elle referma brusquement la porte et la barricada le plus rapidement qu'elle pût, avant de s'adosser contre un mur en début de décomposition. Elle cramponna ensuite ses doigts contre le col de son manteau (qui n'était pas sans rappeler ceux de l'Organisation XIII) et se laissa glisser le long de la paroi, jusqu'à tomber assise. Elle pleura, comme bien trop souvent. Néanmoins, les Discordians encore présents dans le château ne tardèrent pas à l'extirper de sa crise de larmes en se rassemblant dans les escaliers. Comprenant qu'elle avait tout intérêt à prendre la poudre d’escampette si elle ne comptait pas finir hachée menue, la jeune fille se redressa et joint ses mains l'une à l'autre. En un instant, la pièce se retrouva baignée de lumières.

Ville de Traverse, 3ème quartier, de nos jours

Au beau milieu de la rue, une immense fissure lumineuse se matérialisa dans l'air. Elle éclata en milles morceaux lorsque l'inconnue la traversa, avant de s'écrouler la tête la première sur le sol. Exténuée et blessée, la jeune femme trouva tout de même la force de se retourner sur le dos. Ses yeux s’écarquillèrent avec vivacité lorsqu'elle compris enfin où elle avait atterrit.

-...Traverse !?

---

Ville de Traverse, 1er quartier

-Je suppose que tu comptes passer la soirée à écrire en me faisant des leçons de moral ?

-Et toi à te lamenter sur ton sort injuste. Je sais mon pauvre Artis, on est tellement prévisibles toi et moi...

Le porteur leva les yeux au ciel et extirpa de son paquet une cigarette qu'il porta à sa bouche.

-Très peu pour moi, je préfère encore sortir.
---

Ville de Traverse, 2ème quartier

Son corps avait beau la supplier de faire un halte, elle s'évertuait à faire la sourde oreille comme personne. Ruelles après ruelles, quartiers après quartiers, elle avait bien l'intention d'explorer chaque partielle de ce monde. Les sans cœurs, eux, finirent par faire preuve d'un avis bien différent. Une intrus dotée d'un cœur aussi appétissant ne pouvait hélas pas passée inaperçue, et elle ne tarda pas à le découvrir. Bondissants hors de leurs cachettes, les créatures fondirent sur elle par surprise. Elle esquiva de justesse l'assaut grâce à un pirouette improvisée, puis dégaina son arme en haletant.

-Amenez vous !
---

Ville de Traverse, 1er quartier

Le porteur demeurait statique, la fumée du tabac recouvrant son visage. Il avait les yeux rivés sur la porte conduisant au deuxième quartier, convaincu que quelque chose s'y tramait. Il brûlait d'envie de s'y rendre, et d'en découdre avec la moindre sans cœur qui lui barrerait la route. Mais...à quoi bon ? Il était bien plus facile de rester là à supposer et à ne rien rien faire, plutôt que de s'exposer aux problèmes des autres. Feather avait on ne plus raison sur un point : Artis se trouverait toujours des excuses. Comme cela avait été le cas pour ne pas tuer Yaminato plus tôt, ou pour s'isoler du monde, ou pour refuser d'apporter son aide à Elsa, ou pire, pour refuser à tous de prendre part dans le conflit que générait Abnegatio et les Discordians. Pourtant, il l'ignorait encore, mais la seule raison capable de le pousser à prendre les armes était déjà là. Ce n'était désormais plus qu'une question de temps.

Il jeta allégrement son mégot par terre sans prendre la peine de l'écraser avant de s'en aller. Ses pas le menèrent jusqu'à l'entrée d'un bar où il avait l'habitude de se rendre. Généralement, il se contentait de s'asseoir dans le fond, et de savourer son breuvage en espionnant les conversations des voyageurs de passages. Il avait beau ne pas vouloir prendre parti, il faisait tout de même preuve d'un intérêt considérable lorsque le mot "Discordian" était mentionné. Mais ces quelques ragots ne lui avait jamais rien appris de concret, il ne s'agissait que de ce qu'il savait déjà ou bien d'un tissu de mensonges qu'un quelconque soiffard se vantait d'avoir traversé pour pouvoir impressionner ses congénères et espérer de leur part une tournée en son honneur. Mais ce soir là, ce qui le poussa à entrer fut tout autre. Un parfum. Mélangé aux différentes effluves d'alcools qui embaumait l'endroit, il était à peine perceptible, et pourtant, il reconnut aussitôt à qui il appartenait. Etrange...il lui avait certes donné rendez vous à Traverse, mais de là à ce qu'elle vienne...

Le jeune homme se fraya un chemin à travers la masse de personnes remplissant le bar, se laissant guider par son odorat, et ne tarda pas à apercevoir celle qu'il cherchait. Elle était seule, plusieurs verres vides agonisants déjà sur sa table. Apercevant un serveur s'excuser auprès d'une cliente pour lui avoir servit un boisson allégée et non 0% comme elle l'avait précisément stipulée, Artis fit signe au pauvre homme de resservir la table à laquelle se trouvait la princesse. Sa commande passée, il tira la chaise en face de Blanche dans sa direction à lui.

-Surprise.

Le jeune homme prit le temps de s'asseoir et d'attendre que le serveur ne revienne avec les commandes à bout de bras, pour reprendre la parole.

-Je pensais pas te revoir si tôt dis moi. Je te manquais déjà ?

Au vu de l'état de fatigue et de stress qu'avait l'air d'avoir traversé la jeune femme, le porteur regretta aussitôt ses paroles et en conclut qu'il ferait mieux de garder ce genre d'humour pour lui même. Il reprit donc son sérieux.

-Comment tu vas, sincèrement ?


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Vies Mêlées [PV : Blanche-Neige]   Lun 24 Aoû - 18:49

Vie de merde.

Blanche-Neige n’en avait plus douté depuis le jour où sa mère adoptive l’avait envoyée dans la forêt avec un assassin. Elle avait cru pouvoir se reconstruire et donner un nouveau sens à sa vie en épousant Nathan, jusqu’à ce qu’elle soit maudite avec une pomme. Puis elle avait été kidnappée par des tarés interplanétaires pour des pouvoirs dont elle ignorait tout, utilisée, sauvée in extremis. La chance lui avait alors sourit un peu et elle avait été heureuse, avec son maris et son fils, jusqu’à ce que sa belle-mère ne récussite (encore une arnaque narrative !) et ne trucide tout le monde, et qu’elle soit expulsée de son monde, amnésique. Elle était alors devenu une sorte de super soldat dans un monde pourri, rongé jusqu’à l’os.

Oui, Blanche-Neige avait une vie de merde, elle n’en doutait plus à présent. C’était à se demander pourquoi le destin s’acharnait contre elle d’ailleurs, comme si elle était sa cible préférée. Ne pouvait-il pas aller voir le voisin pour une fois ? Elle en avait marre, et c’était pire depuis qu’elle avait prédit sa propre mort. Maintenant elle vivait avec une épée de Damoclès au-dessus de sa tête, en se demandant quand elle lui tomberait dessus. Elle aurait pu mettre fin à ses jours et à sa souffrance pour régler le problème une bonne fois pour toute, le problème c’est qu’elle en était incapable : elle aimait trop la vie. Peut-être était-ce de la lâcheté ?

Errant dans les ténèbres, la belle chercha une lueur et ne trouva que celle de son propre cœur. Mais les ombres de son esprit étaient trop présente, elles menaçaient de la submerger.

Elle était seule. La bataille était finit, ils avaient perdu. Alice avait bien essayé d’activer l’Artefact et elle-même avait bondit à sa suite dès que Celsia s’était tût, sans aucune hésitation. Mais le Pays des Merveilles était trop malade, il s’était disloqué avant qu’ils n’aient le temps d’intervenir. Trop tard, les Justes avaient gagné. Encore. Ça commençait à devenir routinier, elle n’aimait pas ça. Où était donc Sora ? Lui, arrivait toujours à un résultat. Que n’aurait-elle pas donné pour avoir sa chance ! Mais pourquoi donc les Justes cherchaient ils à détruire les mondes ? Qu’y gagnaient-ils ? Elle aurait tellement aimé savoir !
Où était-elle ? Ah oui, dans le domaine des ténèbres. C’est là qu’échouaient les gens qui perdaient leur monde, avant d’être brisé par les ténèbres. Il fallait qu’elle se réveille, qu’elle se bouge. Il y avait peut-être des gens qui avaient besoin d’aide !


-Il y a quelqu’un ?! S’écria-t-elle dans l’espoir d’entendre une voix familière. Alice ?!

Pas de réponses. Au comble du désespoir, la rouquine se laissa tomber par terre. La solitude lui pesait de plus en plus. Elle en vient à se demander comment elle avait pu croire qu’elle supporterait de faire profil bas et de cacher son identité, de se condamner à la solitude. Les choses se seraient peut-être passées différemment si elle était allée voir directement le comité de restauration de la Forteresse Oubliée. Elle n’avait que fuir jusqu’à présent… mais il était temps d’accepter la situation et de se battre. Puisqu’elle, de toute façon, était condamnée, autant faire le plus de dégâts possible. Elle se mit alors à souhaiter de toutes ses forces sortir d’ici, avoir une seconde chance. C’est alors qu’une lumière répondit à son appel, une porte… son salut.

***
Blanche-Neige émergea de l’inconscience, dans une ruelle. Il faisait nuit. Où était-elle ?
Réfléchir, remettre les choses dans leur contexte, se rappeler… où allaient parfois les réfugiés du domaine des ténèbres ?

-La ville de Traverse, murmura-t-elle.


Un sourire stupide émergea sur son visage avant d’être rapidement balayé par le rappel à l’ordre de ses souvenirs. Qu’étaient devenus les autres ? Alice ? Et ce gentil garçon, Eren ? Avec un peu de chance elle les recroiserait à Traverse… peut-être.  La fatigue et la déprime s’abattirent sur elle devant l’ampleur du drame qui venait de se jouer. Un monde venait d’être détruit, ses habitants étaient probablement tous morts. Elle se força à avancer, un pied devant l’autre. Elle était fatiguée, complètement abattue, il aurait donc été logique qu’elle se mette à la recherche d’un endroit où manger ou bien d’un hôtel, au lieu de quoi elle se dirigea vers le pub qui lui faisait face un peu plus loin, sur la place du premier quartier.


« Juste un verre », songea-t-elle.


Il était encore tôt et le bar était peu fréquenté. Tant mieux, elle n’avait pas envie de parler et elle n’était clairement pas d’humeur à supporter les tentatives de dragues de certains – ce qui ne manquait jamais d’arriver quand elle trainait dans ce genre d’endroit. Son verre trop vite vidé, Blanche-Neige fit signe au serveur de lui en servir un autre. Elle profitait de ce moment de calme pour réfléchir à ce qu’il convenait de faire, tentant de faire abstraction de sa douleur. Etre pragmatique, mettre les sentiments de côtés… Elle allait payer le barman, quitter cet endroit douteux et s’acheter à manger. Ensuite il lui faudrait trouver un hôtel où elle prendrait le temps de se reposer. Puis il lui faudrait se mettre en quête d’un vaisseau gummie pour retourner au Jardin Radieux.


« Dire que j’y étais », songea la jeune femme avec amertume.


Elle ne connaissait personne capable de lui fabriquer un vaisseau ici. Elle allait devoir mener l’enquête.


-Surprise.

La belle leva des yeux blasés vers lui, s’attendant à voir un de ces emmerdeurs qui se croyaient irrésistibles. Ses yeux exprimèrent une franche surprise lorsqu’elle reconnut Artis. L’alcool lui jouait-il des tours ?

-Je pensais pas te revoir si tôt dis-moi. Je te manquais déjà ?

Tentative d’humour foireuse. Elle reconnaissait bien le garçon. Ok, ce n’était pas une hallucination. C’est vrai, Artis l’avait prévenu qu’il trainerait dans le coin, elle l’avait complètement oublié. Quelles étaient les probabilités qu’ils se croisent ici, juste après son arrivée ? Le destin lui souriait-il enfin ? Oui, surement pour mieux la troller ensuite.

Silence. Elle ne lui avait pas répondu. Pourquoi faire ? Elle n’avait pas franchement envie de rire.

-Comment tu vas, sincèrement ?

Blanche-Neige baissa les yeux et fixa la table quelques instants, le temps de rassembler ses pensées.

-Je reviens d’un séjour dans le domaine des ténèbres. J’ai failli t’envoyer une carte postale.

La belle se frotta les yeux pour tenter d’en chasser la fatigue. Quelle journée de merde !

-Une bataille de perdue. Le Pays des Merveilles est tombé. Littéralement. Il s’est disloqué. Alice est portée disparue.

Silence. Et ouais, ce genre d’info faisait toujours son effet.

-J’ai besoin de toi Artis, il faut que je retourne au Jardin Radieux. Tu es capable de te déplacer d’un monde à l’autre, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Vies Mêlées [PV : Blanche-Neige]   Lun 24 Aoû - 22:58

Le porteur sirota sagement son verre sans la couper. Abnegatio ne tardait décidément pas à faire main basse sur les mondes, ce qui devenait toujours plus inquiétant. De plus, une princesse de cœur manquait désormais à l'appelle. Alors comme ça elles l'intéressaient ?

-J’ai besoin de toi Artis, il faut que je retourne au Jardin Radieux. Tu es capable de te déplacer d’un monde à l’autre, non ?

Le jeune homme se mit soudain à afficher une mine contrariée, avant d'attraper son verre et d'avaler ce qu'il en restait cul sec.

-Je peu, mais si j'étais toi j'attendrais. Il faudrait qu'on passe à travers les ténèbres, et m'est d'avis que ton corps en a déjà trop fait l'expérience dernièrement.

Il fit signe au barman de les servir à nouveau.

-D'ailleurs, étant donné ton..."statut" les risques sont plus grands. Il prit quelques secondes pour se recueillir intérieurement. D'instinct, je dirais au moins trois jours. Deux, si tu es vraiment pressée de retrouver l'autre loustique masqué.

Le barman déposa les verres en affichant un large sourire, s'attendant certainement à ce que l'un des deux clients attablés le lui rende. Ce ne fut pas le cas. Il quitta la table d'un air dépité, avant que la cliente de toute à l'heure ne lui hurle sa nouvelle commande allégée. De son côté, Artis finit enfin par achever son monologue.

-Enfin bref, je veux bien t'aider si tu en as la patience. Mais pourquoi à nouveau le Jardin Radieux ?


***


Quelques temps plus tard, les deux comparses sortirent du bar en poursuivant leur conversation. Leurs pas les guidant à travers le 1er quartier, le keybladeur ne tarda pas à se munir d'une cigarette en s'asseyant confortablement sur les marches de la grande place.

-Donc, si je résume...à l'heure actuelle, Abnegatio a déjà contaminé Arendelle, ton monde et maintenant le Pays des merveilles, c'est bien ça ? Merde, il va sacrément réduire ma liste de destinations de vacances.

Une bouffée de nicotine, suivi d'une seconde, mais le troisième ne vint jamais. A la place de quoi, le mi-simili mi-sans cœur se redressa d'un bond et laissa le mégot s'écraser par terre. Il se retourna in-extremis en faisant s'abattre sa keyblade contre la lame qui venait de fondre en sa direction. Le choc fut brutal, et envoya valser les deux bretteurs, qui parvinrent chacuns à se rattraper avec dextérité. Mais à peine Artis avait il eut le temps de relever la tête que le sabre de l'inconnue s'abattait de nouveau sur lui. Il esquiva l'attaque d'un jolie pas de côté, et frappa de son poing gauche. L'étranger fut propulser en arrière et s'écrasa lourdement contre les escaliers, allant jusqu'à lâcher son arme tant l'impact était brutal. Le porteur, encore sous le choc, adressa un regard hébété à Blanche, comme pour lui demander ce qui venait de se passer.

Toutefois, l'inconnue ne se fit pas prier pour revenir à lui, et se mit à ramper en direction de son arme, sur laquelle se porta toute l'attention d'Artis. Il savait parfaitement de quelle arme il s'agissait. Aussitôt, il abattit violemment son pied contre le plat de la lame, la figeant ainsi au sol.

-Comment tu as mis la main sur "ça" ?

L'étranger, toujours à plat ventre, lui adressa un sourire plein de défi. Il n'en fallut pas plus à notre porteur pour perdre son sang froid, qui saisit brutalement l'inconnue par le col avant de le maintenir en l'air, à quelques centimètres à peine de son visage.

-Je répète : Comment...

L'inconnue venait tout juste de s'évanouir. Il faut dire qu'en y regardant à deux fois, rien d'étonnant là dedans. Son manteau était jonché de sang et d'éraflures en tout genres. Le mi-simili mi-sans cœur lâcha net sa prise et se mit à faire les cents pas, d'un air songeur. Absorbé par ses pensées, il ignora une bonne minute durant le moindre bruit avoisinant. Enfin, il se tourna vers Blanche.

-Je loge chez un ami, on a qu'à l'emmener là bas. J'ai un tas de questions à lui poser.

La cramponnant dans ses bras, Artis constata avec effroi qu'il s'agissait d'une jeune fille de 16 ans, tout au plus. Le petit groupe ne perdit ainsi pas une minute pour se rendre chez Feather, toujours en pleine séance d'écriture. La bande rentra dans un brouhaha inimitable, allant jusqu'à faire sursauter l'auteur qui ne tarda d'ailleurs pas à pester.

-Te gêne pas ! Fais rentrer des inconnues chez moi et installe les sur mon canapé ! Elle a quoi elle d'abord ?

-Blanche, tiens lui les jambes pendant que je l'installe s'il te plaît.

-Blanche ? ...blanche....ATTEND NE ME DIS PAS QU...

Comprenant sa gaffe, le keybladeur se précipita sur l'écrivain et appuya sa main droite contre la bouche de ce dernier.

-Abrutis ! Elle est là incognito !

Après quelques secondes, le jeune homme finit enfin par lâcher son ami. Celui-ci essuya méticuleusement sa chemise avant de se racler la gorge, pour finir par une révérence des plus pitoyable à l'égard de la princesse.

-Mes excuses madame, je ne m'attendais pas à recevoir...si j'avais su, j'aurais au moins rangé...

La seconde d'après, il se trouvait déjà au côté d'Artis. Il lui adressa une série de coups de coudes discrets tout en lui murmurant :

-Mon salaud ! Tu m'avais bien caché que tu fréquentais des princesses ! Et pas la plus moche en plus !

-Tu vois, c'est exactement pour ce genre de raisons que je voulais pas t'en parler... Lui susurra le porteur d'un air désespéré.

-Oh je sens déjà venir l'inspiration ! L'amour défendue entre un porteur et la princesse qu'il avait juré de protéger !

Le mi-simili mi-sans cœur leva les yeux aux ciels un bon moment, puis se dirigea  vers le sabre de la jeune fille. Il saisit l'arme dans main droite et se mit à la scruter de haut en bas. Feather, déjà de retour sur son clavier, pâlit en apercevant l'arme en question entre les mains du jeune homme.

-Qu'est ce que tu fous avec ça ? Je croyais que tu l'avais enfermée dans le temple !

-Ouais, je le croyais aussi. Mais elle m'a attaquée avec déclara le porteur en désignant la jeune fille évanouie. Si elle travaille pour Abnegatio, ça veut dire que Midlas est déjà foutu...

-Dans tout les cas balance moi ce truc !

Le Voiel s'adressa alors à Blanche, qui ne devait probablement rien comprendre à la conversation.

-Désolé si t'es larguée. Pour faire court, ce sabre appartenait à la même personne à qui je dois mon bras gauche. Je l'avais enfermé dans mon monde, là où personne d'autre que moi ne pourrait le trouver. Seulement voilà... Il tourna la tête en direction de la jeune femme affalée.

-Et je répète, tu vas me faire le plaisir de balancer cette saloperie !

-Non, j'ai une meilleure idée. Blanche, tu voudrais bien t'occuper de ses blessures ?

-Hein !? Tu comptes faire quoi !?

-Rien qui te regarde ! Il s'adressa de nouveau à Blanche. Désolé, je serais pas long.

Et sur ces mots, le jeune homme quitta l'appartement, armé du sabre de la jeune fille. Feather, tout penaud, tremblota en s'adressant à la princesse.

-Euh...je vous sers quelque chose ?

De son côté, Artis s'était rendu au Troisième Quartier. Il prit quelques profondes minutes de réflexions quant à ce qu'il s'apprêtait à faire, pesant tant bien que mal le pour et le contre. Lorsqu'enfin les sans cœurs commencèrent à se matérialiser, la réponse s'imposa d'elle même. Retirant méticuleusement son gant un doigt après l'autre, le keybladeur ne put s'empêcher de penser :

*En voilà une d'histoire pour toi Feather...*

Ses doigts maculés de noirceurs s’enveloppèrent autour du manche, et les ténèbres jaillirent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Vies Mêlées [PV : Blanche-Neige]   Mar 25 Aoû - 16:15

Blanche sirotait  son verre de bière en écoutant Artis. Ses yeux se promenaient dans toute la salle et surveillait régulièrement la porte, comme si quelqu’un pouvait soudain entrer pour lui nuire. Toujours aucunes nouvelles du chasseur, mais elle n’était pas à l’abri pour autant.

-…D'instinct, je dirais au moins trois jours. Deux, si tu es vraiment pressée de retrouver l'autre loustique masqué.

Blanche reporta son regard sur Artis, sans faire attention au barman qui était venu leur déposer un nouveau verre (il allait falloir qu’elle se calme sur la consommation d’alcool, elle tenait à rester maitre de ses pensées) et songea qu’elle ne savait rien de lui. Mais elle avait décidé de lui faire confiance… la lumière dans son cœur, et surtout la keyblade avait achevé de la convaincre. Sans compter qu’elle avait besoin de lui. Elle supposa qu’il lui suggérait de se reposer car il la pensait fatiguée, après tout il devait forcément savoir qu’elle faisait partie des rares personnes capables de traverser une zone de ténèbres sans être affectée.

-Enfin bref, je veux bien t'aider si tu en as la patience. Mais pourquoi à nouveau le Jardin Radieux ?

-Cid. J’ai besoin d’un vaisseau gummie. Et je dois entrer en contact avec le comité de restauration avant que…

« Que le chasseur ne me trouve »

-…J’ai des informations à leur communiquer. Ne t’inquiète pas pour moi, je ne suis pas sensible aux ténèbres. Mais tu n’as pas complètement tort, j’ai besoin de me reposer au moins quelques heures et de me restaurer.

La jeune femme fit signe au serveur et lui demanda l’addition, puis régla la note en lui laissant un généreux pourboir. Elle attrapa son sac et se leva pour sortir. La grande place était calme, comme toujours, ce qui la tranquillisa légèrement mais ne l’empêcha pas d’être en alerte. Un bon chasseur savait se dissimuler n’importe où et attendre le bon moment…

« Tu deviens parano Blanche ! »

Les deux comparses s’installèrent sur les marches des escaliers, desquelles ils avaient une vue privilégiée sur la place qui s‘étendait devant eux. La belle sentit son estomac gargouiller et entreprit de fouiller son sac à la recherche d’une barre énergétique, en attendant de trouver un endroit où elle pourrait s’offrir un vrai repas. Ses rations de survie commençaient à diminuer, il allait falloir qu’elle les reconstitue.

-Donc, si je résume...à l'heure actuelle, Abnegatio a déjà contaminé Arendelle, ton monde et maintenant le Pays des merveilles, c'est bien ça ? Merde, il va sacrément réduire ma liste de destinations de vacances.

-Pas seulement, lança Blanche, les yeux braqués sur le contenu de son sac. Il y a aussi la tour de Yen Sid, et par extension la Cité du Crépuscule et le monde où je séjournais ces dernières années, TerraNostra. Je pense –ce n’est qu’une hypothèse- qu’Abnegatio ne provoque pas ces catastrophes. Tu te souviens de ce que nous a dit Celsia au Jardin Radieux ? Que les paradoxes n’obéissaient pas à une logique précise, qu’ils étaient là, tout simplement. Je pense que les Discordians sont apparus en même temps que les paradoxes et qu’ils sont capables de les accentuer ou de les utiliser car leur nature est semblable. La question est maintenant de savoir ce qui a provoqué la naissance de ces paradoxes. Quelque chose ou quelqu’un a détraqué l’espace-temps.

« Trouvé ! », songea victorieusement la belle en sortant une barre chocolatée de son sac.

Au même moment Artis bondit et esquiva un estoc. Blanche-Neige sursauta : elle n’avait rien vu venir. Elle se releva et recula de quelques mètres pour mieux cerner la scène. Qui les attaquait ? Pourquoi ?! Elle n’eut pas le temps d’intervenir, Artis mit leur adversaire K.O, prit d’une soudaine colère en découvrant l’arme utilisée par l’agresseur.

-Je répète : Comment...

-Artis, elle ne peut plus te répondre… lança-t-elle d’une voix douce.

Le garçon, réalisant qu’il n’en tirerait rien de plus la lâcha brutalement et s’éloigna. Blanche-Neige profita de l’accalmie pour s’approcher et examiner l’inconnue. Elle remarqua en premier l’état de ses vêtements et grimaça en imaginant l’état de la personne, en dessous. Etrangement et malgré l’altercation, elle ne se sentait pas en danger, aussi ne fut-elle pas surprise de découvrir une adolescente, et blessée de surcroit. Cette enfant ne dégageait pas la même aura de danger que les Justes. Se pouvait-il qu’elle soit une de leur alliée malgré tout ? Pourquoi l’aurait-il envoyé dans un état pareil ? Non, cela ne tenait pas la route. Blanche s’assura qu’aucune des blessures n’étaient vitales, prête à intervenir si besoin. Rassurée, elle la  passa au crible fin dans l’intention de la désarmer, lui retirant tout ce qui lui paraissait suspect, bijoux y comprit.

-Je ne sais pas d’où elle vient, mais cette petite en a bavé.

-Je loge chez un ami, on a qu'à l'emmener là-bas. J'ai un tas de questions à lui poser.   

-Attend une seconde. On ne sait jamais.

Elle fouilla dans son sac, et en sorti une paire de menottes dont elle se servit pour lier les mains de l’adolescente.

-J’ai bien fait d’emporter du matériel militaire en fin de compte, souffla-t-elle. Allons-y.

La belle mit de côté ses questions sur l’arme mystérieuse et s’interrogea sur l’ami d’Artis. Ainsi donc il logeait chez quelqu’un ? Étonnamment, elle l’aurait plutôt cru du genre solitaire. Ils passèrent les minutes suivantes à échanger des suppositions sur l’identité de leur agresseur, avant d’arriver à destination.

-Ton ami risque de tirer la gueule en nous voyant débarquer non ?

Supposition vérifiée lorsqu’ils rentrèrent tant bien que mal dans le logement de l’ami en question.

-Te gêne pas ! Fais rentrer des inconnues chez moi et installe les sur mon canapé ! Elle a quoi elle d'abord ?  

-Blanche, tiens lui les jambes pendant que je l'installe s'il te plaît.

La dite Blanche obéit en lançant un petit « bonjour polie » à Feather et en s’excusant pour le dérangement. L’altercation qui suivi apprit à Blanche-Neige que « l’ami » était un initié et connaissait le prénom des princesses de cœur. Elle en déduit donc qu’il devait être assez proche d’Artis pour que ce dernier se soit donné la peine de lui parler.

-Abrutis ! Elle est là incognito !

« Il le réprimande pour son erreur ? » Se demanda-t-elle d’un air blasé.

Changement radical d’attitude. Feather s’intéressa de prêt à sa chemise qu’il tenta de nettoyer et de défroisser, puis tenta une révérence qui n’avait rien de naturel. Tout dans son attitude trahissait sa gêne, pas besoin d’être empathe pour le sentir.

-Mes excuses madame, je ne m'attendais pas à recevoir...si j'avais su, j'aurais au moins rangé...

-Ne vous inquiétez pas pour ça, c’est moi qui suis désolée de m’être invitée chez vous sans prévenir.  

Elle se désintéressa d’eux quand ils se mirent à parler en chuchotant, se doutant bien du  sujet de conversation, et observa plus en détail l’adolescente. Elle déposa le matériel qu’elle lui avait retiré sur une table, hors de portée et attendit qu’Artis daigne lui expliquer, ce qu’il finit par faire.

-Désolé si t'es larguée. Pour faire court, ce sabre appartenait à la même personne à qui je dois mon

bras gauche. Je l'avais enfermé dans mon monde, là où personne d'autre que moi ne pourrait le trouver. Seulement voilà...

-Cela explique pourquoi cette jeune fille s’en est prise à toi et non à moi. Il y a surement un rapport avec cette arme.  

« Il n’y a probablement aucuns liens avec les Justes »

Après quoi, Artis lui demanda de soigner les blessures de la fille et sorti sous le regard désapprobateur de Blanche.

-Il fait souvent ça ? Demanda-t-elle en s’installant à côté de l’inconnue.

Si ses blessures disparurent en un rien de temps avec un peu de magie et de lumière, la princesse de cœur sentit la fatigue s’installer dans ses muscles. Elle se prit à rêver d’une douche chaude et d’un lit confortable.

-Euh...je vous sers quelque chose ?

-Si vous avez quelque chose de consistant à manger, je suis preneuse, répondit-elle avec un sourire.


Une petite bataille sur un monde délabré contre des ennemies en surnombre, ça creusait.

-Ça fait longtemps que vous connaissez Artis ?

La reine déchue alla s’assoir dans un fauteuil en gardant un œil sur la dangereuse inconnue tout en jouant par réflexe avec sa bio-arme. Des particules argentées se mirent à danser dans sa main droite, formant tour à tour des formes d’objets sans jamais devenir solide. Cette arme était une extension de son esprit à présent, il lui suffisait de penser à elle pour l’invoquer, ce qui était loin d’être le cas au tout début…

« Artis a interêt à me fournir un peu plus d’informations que ça à son retour… » songea-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Vies Mêlées [PV : Blanche-Neige]   Mar 25 Aoû - 20:41

Feather se précipita dans la cuisine et commença à retourner le contenu de son frigo, jusqu'à en sortir un plat tout fait à cuire au micro-onde. Un plat bien indigne pour une princesse, mais elle allait devoir faire avec. Celle-ci lui adressa d'ailleurs une question alors qu'il était encore à mi parcours entre le salon et la cuisine.

-Ça fait longtemps que vous connaissez Artis ?

-Ah ça !

Constatant qu'il était bien incapable de s'adresser à une princesse sans faire preuve d'hésitations, de bafouillements et autre inconforts, l'écrivain ramena également de la cuisine un pack de bière assez consistant, qu'il entama aussitôt.

-Ca doit bien faire...of, 5 ans ? Enfin, faut tenir compte du fait que personne ne l'a vu ces trois dernières années, grâce à ses idées ingénieuses...

Il observa la jeune femme s'amuser avec les différentes formes dont était dotée son arme, non sans une certaine crainte. Lorsqu’il entama sa deuxième bière, l'auteur ne put se retenir de lui poser la question qui lui brûlait les lèvres depuis son arrivée.

-Si je puis me permettre...qu'est ce vous faites avec Artis ? Comprenez moi bien, c'est probablement mon meilleur ami et je tiens énormément à lui. Mais...je pense que vous savez tout aussi bien que moi qu'il n'est pas le genre de porteur à défendre les Princesses. Lui c'est plutôt...

-MON COLLIER !

La jeune fille venait de s'éveiller en trombe, entrant aussitôt dans une crise de panique en constatant que son collier lui avait été retiré. Elle se débattit quelques secondes avec les menottes avant de tourner son regard vers Blanche et Feather, qu'elle observa chacun leur tour. Sans aucune gêne, elle déclara à l'écrivain :

-Toi je ne t'ai jamais vu...

-Ecoute ma petite, il se leva pour se rendre à son niveau, tu es en état de choc, tu devrais commencer par te calm...

Elle lui asséna un violent coup de boule. Choqué, l'écrivain recula d'un bond en hurlant de douleur.

-Elle...elle m'a pété le nez ! Mais elle est complètement cinglée !

L'inconnue, quant à elle, affichait un large sourire de satisfaction. Elle se tourna à nouveau vers Blanche, et lui adressa un regard des plus froid.

-Mon collier, rends le moi tout de suite.

La seconde d'après, un bruit sourd retentissait à travers l'appartement. La porte d'entrée. Ce fut un Artis boiteux et trempé de sueurs qui se dirigea vers la salon, s'appuyant sur le sabre pour pouvoir marcher. Le reconnaissant, l'inconnue se tut et baissa le regard, comme pour se faire oublier.

-Je confirme, c'est le bon sabre. Au moins maintenant, on sait qu'en cas de coups durs j'ai ce genre de pouvoirs. Le troisième quartier devrait être fréquentable pour quelques...Mais qu'est ce que j'ai loupé ?

D'un côté, Feather continuait d'essuyer le sang qui s'échappait de ses narines. De l'autre, l'étrangère, éveillée, se recroquevillait sur elle même. C'était donc bien à Blanche que s'adressait la question. Mais alors qu'ils étaient en pleine conversation, ils se turent tous au même instant, lorsqu'une impulsion énergétique traversa la demeure.

-MON, COLLIER !

L'impulsion venait d'elle, et avait fait jusqu'à vibrer l'objet de ses convoitises, toujours en possession de Blanche. La matière en était très étrange, et ce n'était pas une représentation, seulement un petit fragment irrégulier grisâtre. Pourtant, cela évoqua quelque chose au Keybladeur, qui ne parvint toutefois aucunement à identifier quoi. Enfin, l'inconnue s'adressa au mi-simili mi-sans cœur.

-Dis moi, Artis. Tu te demande ce que j'ai faisais avec cette arme, et pourquoi je t'ai attaqué non ? Elle changea brusquement de ton. Alors dis à Blanche de me rendre ce putain de collier !

Le jeune homme hésita un moment. Puis, sans crier gare, il ôta l'objet des mains de la princesse et le passa autour du cou de l'adolescente, qui cessa aussitôt sa crise. Sans adresser la moindre parole, Artis traina une chaise jusqu'au canapé et entama une bière.

-Bon...on commence par où ?

-Par m'enlever les menottes ? ...non ? J'aurais essayée au moins...

-Arrêtes ça tout de suite, je suis pas d'hum...

-Le futur. C'est de là que je viens.

Un silence religieux s'instaura, suivi d'un fou rire de la jeune fille.

-Si vous pouviez voir vos têtes, je vous jure !

-Et comment est ce qu'on est censés la croire !?

-Très bien. Artis, Blanche, vous allez mourir dans la résistance d'ici quelques années. Abnegatio continuera alors son ascension, et tout les mondes seront frappés par les paradoxes.

-Je vois...et en admettant que ce soit vrai, d'où tu tiens cette arme ?

Elle sourit.

-Du temple de Midlas, tu le sais très bien. C'était une bonne planque pour la résistance, au début. Un endroit hors de l'espace et du temps, normalement indétectable par Abnegatio. Dommage que les justes aient finit par y faire un raide, et tuer tout le monde.

-Tout le monde sauf toi...

Son sourire s'élargit davantage.

-Tout le monde ne voyage pas dans le temps.

Le mi-simili mi-sans cœur fronça les sourcils, ce que mima aussitôt la jeune fille pour se moquer.  

-Pourquoi m'avoir attaqué ?

-C'était le meilleur moyen d'attirer ton attention. Et puis, je voulais vérifier que c'était bien vous, je ne suis jamais remontée aussi loin. Pour être honnête, c'est même la première fois que je vois Traverse en si bon état.

Artis s'extirpa lentement de la chaise et engouffra une cigarette entre ses lèvres. Puis, il se tourna vers Blanche et Feather et leur déclara sans hésitation :

-Je veux bien croire à un paquet de choses, mais ça c'est juste impossible.

Sans argumenter davantage, il sortit fumer sur la terrasse. Feather de son côté, se grattait la tête d'un air ahuri. Profitant de l'occasion, la voyageuse s'adressa d'une voix mielleuse à Blanche.


-Au fait, je m'appelle Lyn. On peut oublier les menottes maintenant que les présentations sont faites ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Vies Mêlées [PV : Blanche-Neige]   Jeu 3 Sep - 19:21

Huit ans que ces deux personnes se connaissaient, donc. Une fois de plus, Blanche-Neige fut un peu surprise. Non pas qu’elle ne pensait pas Artis capable de se faire des amis, mais il lui donnait l’impression d’être un solitaire, quelqu’un qui fuyait la compagnie des autres.

-Si je puis me permettre...qu'est ce vous faites avec Artis ? Comprenez moi bien, c'est probablement mon meilleur ami et je tiens énormément à lui. Mais...je pense que vous savez tout aussi bien que moi qu'il n'est pas le genre de porteur à défendre les Princesses. Lui c'est plutôt...

« Un être imprévisible et distant »

-MON COLLIER !

Blanche sursauta et se retourna vers leur mystérieuse agresseuse qui avait l’air d’avoir repris connaissance. Elle la regarda se débattre, regrettant un instant de ne pas l’avoir attaché à un meuble pour l’empêcher de trop bouger. Elle fut cependant rassurée en constatant que les menottes tenaient bon. Pourquoi s’excitait-elle comme ça à propos de son bijoux ? Ce n’est pas comme si elle l’avait vendu pendant son sommeil… sa panique était tangible et elle en fut surprise. Que représentait cet objet pour l’adolescente ?

S’en suivi une scène des plus hallucinantes où l’inconnu éclata le nez de Feather alors que ce dernier avait tenté de faire preuve de gentillesse. La sympathie de Blanche pour la jeune fille baissa d’un cran, elle n’appréciait pas la violence gratuite.

-Mon collier, rends le moi tout de suite.

-Cela devrait pouvoir s’arranger avec un s’il te plait et un merci, souligna la rouquine en attrapant le collier.


Elle n’aimait pas ce qu’elle sentait chez cette fille. Ni la peur et l’angoisse qu’elle percevait dans son cœur, ni son arrogance et son côté provocateur. Artis choisi ce moment pour rentrer, ce qui lui valut un regard blasé de la belle.

- …qu'est ce que j'ai loupé ?

-Si tu n’étais pas parti comme un sauvage tu le saurais peut-être, rétorqua-t-elle d’une voix calme.

Pourquoi fallait-il que le destin s’acharne ? Etais-ce trop demandé, une seule petite soirée de repos ? La conversation coupa court au moment où une impulsion énergétique balaya l’air. Artis prit donc l’initiative de rendre son collier à la demoiselle, ce qui calma aussitôt les tensions. Blanche se demanda si ce bijou était une sorte de catalyseur capable de bloquer ses pouvoirs.

-Le futur. C'est de là que je viens.

Silence.

« Quoi ? »

-Si vous pouviez voir vos têtes, je vous jure !

Blanche-Neige soupira. Non pas parce qu’elle était fatiguée, affamée et blasée par la vie, non, mais parce qu’elle sentait que la fille disait vrai. Ou tout du moins elle était persuadée de dire vrai. Ce qui signifiait qu’elle allait devoir la prendre au sérieux et donc qu’elle n’était pas prête d’aller se coucher.

-Je viens de passer la journée à jouer au chat et à la souris avec les Justes et leur chef, avant d’assister à la mise à mort d’un monde, sur lequel je me trouvai, et de ses habitants. Alors on arrête les vannes et les détours et on dit les choses franchement une bonne fois pour toute.

-Très bien. Artis, Blanche, vous allez mourir dans la résistance d'ici quelques années. Abnegatio continuera alors son ascension, et tous les mondes seront frappés par les paradoxes.

Blanche-Neige tiqua. Première incohérence dans le récit, elle ne pouvait pas mourir dans quelques années… parce qu’elle allait mourir bien avant. Après quoi elle leur raconta leur soit disante histoire et ce qui devait advenir au cours des prochaines années. Ça devenait complètement farfelu. Farfelu, mais cohérent, c’était bien ça le problème.
Et encore une fois Artis prit la fuite. Moyen efficace, elle devrait faire pareil tiens…

-Au fait, je m'appelle Lyn. On peut oublier les menottes maintenant que les présentations sont faites ?

-J’y penserai quand tu te seras excusée. Le respect existe toujours dans le futur ? Lança-t-elle en se retournant et en entreprenant de soigner Feather.

L’os ne mit pas longtemps à se réparer, par contre, la rouquine sentit la vague de fatigue s’abattre sur elle comme une enclume. Elle s’assit sur un fauteuil pour faire croire à une légère lassitude. En réalité, elle tenait à peine sur ses jambes.

-Admettons, tu viens du futur. Ce n’est pas totalement impossible vu la nature des paradoxes. Si certains permettent de se déplacer dans l’espace, alors pourquoi pas le temps ? Cela dit, il y a un point sur lequel tu t’es trompée et qui rend ton argumentation caduque : je vais mourir, mais pas dans quelques années. Au mieux il me reste quelques mois, au pire… je ne sais pas. Dis-moi maintenant, à quoi te sert ce collier ? Pourquoi étais-tu si pressée de le récupérer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Vies Mêlées [PV : Blanche-Neige]   Sam 5 Sep - 18:59

Après avoir remercié une bonne dizaine de fois la princesse, Feather ne tarda pas à aller chercher Artis, lui imposant un violent sermon pour s'être à nouveau éclipsé de la sorte. De son côté, Lyn fixait Blanche de ses deux grands yeux d'améthyste.

-Admettons, tu viens du futur. Ce n’est pas totalement impossible vu la nature des paradoxes. Si certains permettent de se déplacer dans l’espace, alors pourquoi pas le temps ? Cela dit, il y a un point sur lequel tu t’es trompée et qui rend ton argumentation caduque : je vais mourir, mais pas dans quelques années. Au mieux il me reste quelques mois, au pire… je ne sais pas.

La jeune femme fronça soudain les sourcils.

-Bizzare...Comment expliques-tu alors le fait que j'ai des souvenirs te concernant ? Je ne suis pas censée naître avant un ou deux ans, donc ta "mort" n'est surement pas incurable. A moins que... Elle prit quelques secondes pour réfléchir. A moins bien sur que l'un de mes sauts temporel n'ait finit par avoir des conséquences sur ce passé, le rendant alternatif... Elle plissa les yeux. Ca expliquerait cette affreuse tignasse que tu portes...Où est passée ta fameuse crinière noire ?

Blanche ignora sa remarque.

-Dis-moi maintenant, à quoi te sert ce collier ? Pourquoi étais-tu si pressée de le récupérer ?

La jeune fille décocha et léger rire et enfonça son regard dans celui d'Artis, exactement comme si elle attendait que ce dernier réponde à sa place. En fin de compte, elle se tourna à nouveau vers la princesse.

-Ce truc me protège des répercussions que pourraient avoir...certaines de mes actions. Ca garantie mon existence quoi que je fasse dans le passé, tu piges ? C'est pour ça que je peu pas m'en séparer, t'imagines pas les conséquences que peuvent avoir le moindre battement de cil à la mauvaise époque.

-Ingénieux... maintenant tu peux me dire pourquoi est ce que ça m'évoque quelque chose ?

-Parce que c'est un morceau du temple, modifié et enchanté. Ca me permet aussi d'y conserver ma mémoire, des fois que les voyages finissent par me vriller le cerveau.

-Hmmf, sauf que je ne connais personne capable de t'avoir crée un objet pareil, à part peut être Yen Sid...

Lyn haussa les épaules d'un air provocateur, ce qui exaspéra Artis au plus haut point.

Et tu peux me dire qui sont tes parents ? On va aller leur montrer à quel point ils vont foirés l'éducation de leur gamine, ça te dirais ?

La jeune femme prit soudain un air plus grave et détourna le regard. Apparemment, il venait de toucher une code sensible.

-Vous ne les connaissez pas encore. Et puis de toute façon ils...oh et puis laisse tomber merde !

Le porteur prit alors le temps d'inspecter convenablement son interlocutrice, ce qu'il n'avait guère fait auparavant. Une première chose le frappa : Elle était sale, et mal entretenue. Ses cheveux étaient fourchues, sa peau maculée de saletés et de poussière. Elle ne portait même pas une trace de maquillage, à croire que personne ne lui avait jamais appris à s'en servir. Mais ce fut Blanche qui capta ensuite l'attention du jeune homme. Elle avait beau feindre l'ennui, elle ne trompait personne. Le mi-simili mi-sans cœur voulut se rendre à son chevet, pour lui proposer du repos, mais les cris de Lyn l'en dissuadèrent aussitôt.

-Déjà !? Et merde, c'est l'impulsion de tout à l'heure qui les a attirés !!!

En quelques secondes, la scène devint surréaliste. 5 discordians venaient de se matérialiser à l'intérieur de l'appartement, tous pointés en direction de la voyageuse. Dans un réflexe surhumain, Artis abattit sa keyblade sur l'une des créature à proximité, qui bloqua le coup sans aucune difficulté. Les monstres poussèrent un cri simultané, et passèrent à l'assaut. Feather se retrouva rapidement cloué au sol par un discordian, tandis que le Voiel tentait tant bien que mal de venir à bout de son assaillant sans tout détruire. Après chaque échange, on pouvait entendre l'écrivain brailler :

-Attention ! Pas mon armoire !!! Non ça c'était...oh non...Pas la télé non ! Ou ce genres de plaintes.

Mais contre toute attente, l'auteur parvint à se défaire de l'emprise de la créature et se releva, attrapa une chaise pliante et frappa son ennemi avec. Le discordian, recroquevillé sur lui même, poussait des cris qui traduisait une colère montante à mesure que Feather continuait de le frapper de la sorte. De son côté, le porteur venait de terrasser son premier discordian, non sans mal. Il ne perdit pourtant pas un seconde pour se précipiter sur un autre adversaire, au prise avec Lyn. Ce deux derniers se retrouvèrent alors à rouler au sol, faisant s'écrouler la table basse. Artis se jeta littéralement sur l'ennemi, se retrouvant ainsi à son tour à rouler par terre. Malgré tout, l'un des assaillants parvint tout de même à se frayer un chemin jusqu'à la jeune fille, qui poussa un cri aiguë avant de disparaitre dans une impulsion lumineuse, qui traversa tout l'appartement.

Le mi-simili mi-sans coeur reprit difficilement ses esprits, et constata qu'il demeurait un Discordian au sein de la demeure. Puisant dans ses dernières ressources, Artis se releva lentement et pointa son arme en direction de l'adversaire. Ce dernier fondit sur le porteur à un vitesse ahurissante, et se déchaina sur celui-ci. Bloquant successivement les attaques, le jeune homme parvint à prendre la créature par surprise en lui assénant à un violent direct du gauche, ce qui propulsa la créature contre le mur. Sans une once d'hésitation, le Voiel lança sa keyblade, qui vint se loger dans le thorax du Discordian. Emergeant depuis les débris, Feather se releva droit comme un I et constata les dégâts. Aussi dur que cela puisse paraitre pour lui, il fit l'effort de ne pas pleurer. D'ailleurs il n'avait pas vraiment le choix :

-Blanche et la gamine...Où est ce qu'elles sont passées !?


***

Ville de Traverse, 2ème Quartier, époque inconnue




Un portail se matérialisa brusquement depuis le sol. Les deux jeunes femmes en furent projetées dans le seconde qui suivit. Lyn roula par terre, ravit de voir que ses menottes s'étaient brisées lors du saut. Malheureusement, elle n'était pas parvenue à récupérer son sabre, ce qui lui impliquait donc de devoir y retourner. Par ailleurs, la présence de Blanche lui imposait cette option.

-Oups ! Désolée pour le voyage improvisé...oui je sais, ça donne la nausée les premières fois !

Après quoi la jeune femme se mit à observer les alentours, avant de compter sur ses doigts de manière assez étrange.

-Ce saut à du nous ramener...3, 4 ans grand maximum en arrière.

Elle se mit alors à afficher une mine songeuse.

-Te ramener dans ton époque va pas être simple, je peu pas me permettre d'enchainer les sauts au même endroit sans qu'Abnegatio ne le remarque...

Elle se mit alors à tourner en rond en se parlant elle même, et ce durant une bonne minute.

-Je sais ! On va suivre le flux temporel en passant par une autre monde ! Ah, mais il faudrait qu'on...Je sais je sais !

Sans prendre le temps d'expliquer sa démarche à la princesse, elle prit brusquement la main de cette dernière, avant de les faire à nouveau disparaitre au travers d'une impulsion lumineuse. Malheureusement, Lyn n'aurait pu prendre de pire décision, puisqu'elle venait tout juste de les téléporter au beau milieu du passé de Blanche, à l'époque où cette dernière était encore mariée, mère, et heureuse...

***

Monde de Blanche, plusieurs mois auparavant



Toutes deux se matérialisèrent au détour d'un escalier, au beau milieu du château. Lyn fut ébahit de le voir en si bon état, mais ne laissa pas le temps à la princesse de réaliser qu'elle la tirait déjà pas le bras. En effet, quelqu'un venait, et certainement pas n'importe qui. Puisqu'il s'agissait de la Blanche passée. Abaissant sa voix le plus possible, la voyageuse s'adressa à la Blanche du présent.

-Pardon, mais j'avais pas d'autres choix ! C'était le seul moyen de garantir là où on allait atterrir et...enfin surtout n'entre pas en contact avec elle ! Enfin, toi... Bref, on a juste à se faire discrète les 5 prochaines minutes, le temps que je récupère pour faire un autre portail.  


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Vies Mêlées [PV : Blanche-Neige]   Mer 9 Sep - 18:07

Lyn venait-elle vraiment du futur ? Parce que si ses prévisions étaient avérées, aussi affreuses soient-elles, cela signifiait qu’elle allait survivre à l’épisode du haut de la falaise. Elle n’avait même pas songée à cette possibilité, il y avait bien trente mètres de hauteur et un violent torrent en bas, comment aurait-elle pu en réchapper ? Lyn se permit une remarque sur ses cheveux qu’elle ignora, ne s’offusquant pas des mauvaises manières de cette adolescente, qui, semble-t-il, avait vécu des choses très difficiles. Elle se comportait comme ces enfants des rues qui adoptaient une posture défensive et agressive pour se protéger de la souffrance. Ses parents faisaient ils partis des victimes d’Abnegatio ?

S’en suivi un petit échange entre Artis et Lyn, sur la fonction et l’origine de son collier. Toujours dans l’hypothèse que l’adolescente disait vrai, ce bijou était d’une valeur inestimable ! Etre capable de modifier le cours du temps sans en subir les conséquences, c’était un sacré pouvoir qu’elle détenait entre ses mains.

-Et tu peux me dire qui sont tes parents ? On va aller leur montrer à quel point ils vont foirés l'éducation de leur gamine, ça te dirais ?

Blanche se sentit désolée pour la jeune fille. Pas la peine d’être empathe pour se douter de ce qui était arrivé à ses parents, il suffisait d’être un peu observateur… mais le mal était fait.

-Dis moi, Lyn, lança Blanche pour changer de sujet. Toi qui as vu le futur et qui est capable de voyager dans le passé, pourquoi n’utilise tu pas ton pouvoir pour modifier les évènements ? Si le temps est linéaire, comme tu as l’air de le penser, il suffirait de remonter assez loin pour trouver la cause des paradoxes et les bloquer. D’ailleurs, avez-vous trouvé la source des paradoxes ? Comment les arrêter ? Ou des informations sur les Justes ? La localisation de la Calligraphie des Interdits ?

Hélas, une attaque de discordians mineurs devait très vite interrompre leur conversation.

-Déjà !? Et merde, c'est l'impulsion de tout à l'heure qui les a attirés !!!

« Merde », c’est tout ce qu’elle eut le temps de penser avant d’être assailli par les monstres.


Elle eut une pensée de remerciement pour la brigade de Xanthia qui l’avait formé à se battre dans toutes les situations, y compris dans les pires moments de fatigue. C’était un peu plus dur de garder la concentration pour matérialiser sa bioarme, mais elle le fit et entra dans la mêlée… puis il y eut une lumière vive, et plus rien.


***

 L’arrivée fut relativement violente et Blanche se sentit éjectée de quelque chose. Sans comprendre ce qui arrivait, elle ne put que limiter la casse en projetant son poids sur le côté et en roula sur son épaule. Elle se redressa ensuite, et du se retenir au premier objet stable qui passait pour ne pas retomber, tant la tête lui tournait. Qu’est-ce qui venait de se passer ?

-Oups ! Désolée pour le voyage improvisé...oui je sais, ça donne la nausée les premières fois ! Ce saut à du nous ramener...3, 4 ans grand maximum en arrière.

-Pardon ?! Attends, nous sommes dans le passé ?

Blanche-Neige regarde autour d’elle d’un air perplexe. Rien ne laissait penser qu’elles n’étaient pas à la bonne époque.

-Mais pourquoi as-tu fais ça ? Les garçons sont restés là-bas, avec les discordians ! Ramène-nous tout de suite !

Elle la suivi des yeux, observant son manège sans rien comprendre.
Si l’adolescente avait pris le temps d’expliquer ce qu’elle allait faire, les choses se seraient bien différemment.
Mais elle ne le fit pas. Au lieu de quoi elle la transporta un certain soir, dans le pire lieu qui puisse être pour la reine déchue…



***

Lystera, environs quatre mois plus tôt :

Nouveau voyage, Blanche-Neige recommença à avoir la nausée. Où l’avait-elle amené cette fois ? Cet endroit lui disait vaguement quelque chose. Sans lui laisser le temps de se remettre, Lyn la tira par le bras et l’obligea à descendre les escaliers et à entrer dans un petit salon qu’elle reconnut aussitôt. Des voix résonnèrent dans les escaliers, et Lyn entreprit de la trainer derrière les épais rideaux pour se dissimuler.

-Par ici, vite ! La Garde Noire a franchi les murailles du château, elle sera bientôt là !
-Comment ont-ils pu entrer aussi vite sans qu’on ne les remarque ? Qui les commande ?

La princesse de cœur se laissa faire, comme un automate, incapable du moindre mouvement. Elle avait reconnu le son de sa propre voix et celui de la nourrice de son fils. Quant à la teneur de leur propos… oh bon sang, Lyn n’aurait pas pu choisir pire moment de sa vie !
La nourrice, et la Blanche-Neige du passé qui portait son fils dans les bras, entrèrent dans la salle et vinrent se poster à hauteur de la cheminée. Âgé d’un an et demi environs, Chris était sage, pour le moment, se contentant d’émettre une protestation de temps à autre en poussant un petit cri.
Plongé en plein cœur de son passé, la Blanche-Neige du présent tressailli et du se faire violence pour ne pas pousser le rideau et se faire voir. Des petites gouttes de sang perlèrent sur son bras, là où elle enfonçait ses ongles pour tenter de se maitriser et d’obéir aux recommandations de Lyn. Son cœur battait la chamade. Ce cauchemar qu’elle revivait chaque nuit depuis trois ans était en train de se rejouer devant elle.

-Je l’ignore, répondit la Blanche-Neige du passé. Ecoutez-moi bien, Lucie, nous n’avons que trop peu de temps. (elle fit une manipulation et un pan du mur pivota soudain pour laisser place à une ouverture béante) Je vous confie Chris. Traversez le tunnel sans perdre de temps, il débouche derrière le cimetière. Allez vers l’est, au village de Semh-Lel et demandez après Louis Gareck, Joyeux, de son surnom, il saura quoi faire.

-Vous ne venez pas avec nous, majesté ?

-Me séparer de Chris me brise le cœur, mais je ne peux pas. (elle serra Chris contre elle et sa voix se brisa : ) Je t’aime tellement mon ange ! Sois sage avec Lucie. Je vous rejoindrai bientôt…

C’était un mensonge. La Blanche du passé savait bien qu’elle n’en réchapperait probablement pas, tout comme Nathan. Mais elle ne pouvait pas partir sans avoir détruit les cartes, son journal et toutes les informations dont elle disposait sur les autres mondes. Si la Garde Noire mettait la main là-dessus, ce serait une catastrophe. Au moins avait-elle réussi à mettre son fils à l’abri… Elle l’embrassa une dernière fois et le confia à sa nourrice. Lorsque l’enfant réalisa qu’on le séparait de sa mère, il se mit à hurler, ce qui brisa le cœur des deux Blanche.

-Protégez l’héritier du trône au péril de votre vie, vous tenez l’avenir des deux royaumes dans vos bras. (elle lui mit une lampe dans les mains) Maintenant partez !

« Ne les laisse pas partir, ne les laisse partir», hurla Blanche dans sa tête à l’attention de son passé.


Elle savait ce qui allait arriver… Lucie et Chris allaient être arrêtés dans la forêt, et exécutés sans sommation. De même que Nathan qui était en train de se battre dehors pour empêcher la garde de pénétrer dans le château. Peut-être était-il déjà mort…

Mais l’histoire suivant son cours, la nourrice disparue dans les ténèbres et la reine referma le passage derrière elle avant de quitter la pièce en courant. Passé et présent pleuraient le départ de leur fils, l’une plus que l’autre.

-Je ne peux pas… je ne peux pas rester là sans rien faire ! S’écria la Blanche du présent en bondissant hors de sa cachette et en actionnant l’ouverture du passage secret.

Elle s’y engouffrant sans attendre et descendit les escaliers qui conduisaient au tunnel à une vitesse hallucinante, s’éclairant à l’aide de sa magie. Le mécanisme du passage enclencha la fermeture de la porte quelques minutes plus tard, laissant largement le temps à Lyn de se faufiler à l’intérieur.

-Attendez !

Quelques mètres plus loin, Lucie s’arrêta et fit volte-face.

-Votre majesté ? Mais… vos cheveux, et vos vêtements… qui…qui êtes-vous ?
-Mama ! S’écria Chris sans hésiter, lui tendant les bras.

Blanche s’empressa de le prendre et de le serrer contre son cœur, chérissant ce moment comme aucun autre.

-N’allez pas plus loin, vous êtes attendu dans les bois ! Les hommes de Catherine vous tueront. Lyn, ramène les dans le présent ! Je t’en supplie, sauve mon fils !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Vies Mêlées [PV : Blanche-Neige]   Jeu 10 Sep - 6:44

-BLANCHE !!!

-Attendez !

-Blanche ne fais pas ça !

-Mama !

-Blanche !!!

- Lyn, ramène les dans le présent ! Je t’en supplie, sauve mon fils !

-TU NE PEUX PAS LE SAUVER !

La voix de la jeune fille fit écho dans tout le souterrain. A bout de souffles, elle concentrait un regard plein de mal être sur le bambin. A mesure qu'elle reprit la parole, ses nerfs se mirent à craquer et les larmes à jaillir.

-Tu crois peut être...que peut être je n'ai pas déjà essayée d'arranger les choses !? De vous sauver, toi et tout les autres !? Elle eut soudain un mal fou à trouver ses mots. Il m'a fallut vous regarder mourir, quoi...des dizaines ? Des centaines de fois !? L'adolescente reprit lentement son calme. On ne peut pas changer les évènements, à moins de les détruire à grands coups de paradoxe, ce que tu es entrain de faire. Réfléchis, c'est sa mort qui a fait qui tu es. Sans ça tu n'aurais peut être même pas été à Traverse, et je ne t'aurais jamais renvoyée ici, et alors tu ne serais pas entrain d'essayer de le sauver. Elle ne put retenir une nouvelle averse de larmes. Tu saisis mon dilemme maintenant ? C'est impossible de sauver ceux qu'on aime sans annuler ce qui nous a poussé à le faire ! Si je ramène ton fils dans le présent, ça va le désintégrer !

La jeune fille eut soudain un mouvement de recule assez brutal. Ses yeux s’écarquillèrent à mesure que son corps frémissait d'angoisse. Blanche et son enfant était déjà entrain de se changer en paradoxe, elle pouvait le percevoir. Commandée par ses réflexes, Lyn se jeta sur Blanche et la frappa si fort au visage que cette dernière chuta. In-exetremis, lucie parvint à rattraper le petit Chris, dont les hurlements déstabilisèrent la voyageuse, elle qui avait si peu l'habitude des enfants. Elle s'efforça d'en faire abstraction et passa son collier autour de la nuque de la princesse, avant d'en enfiler un deuxième qu'elle avait auparavant dissimulé dans la doublure de sa poche. Ne perdant pas une seconde de plus, Lyn se mit à étreindre Blanche avant de les faire disparaitre dans une lumière aveuglante.


***

Ville de Traverse, 1er Quartier - Appartement de Feather, Présent


Les deux jeunes femmes s'effondrèrent sur le sol de l'appartement, toujours recouvert de débris en tout genres. Encore incapable de tenir sur ses jambes, Lyn se mit aussitôt à ramper en direction de la sortie. A peine remise, elle s'appuya contre le mur et enclencha le verrou de la serrure, pour ensuite s'engouffrer à travers l'entrée sans même prêter attention à Blanche. Après ce qu'elle venait de lui faire subir, elle se sentait bien incapable de pouvoir la regarder dans les yeux.

De leur côté, Artis et Feather avait dors et déjà commencés à ratisser la ville, se séparant pour occuper plus de terrain. Le premier devait s'occuper du deuxième quartier, tandis que le second passait au peigne fin le troisième quartier, fraichement nettoyé par le porteur. Enfin, ils retournaient régulièrement à l'appartement pour vérifier qu'elles n'y étaient pas retournées. Seulement, leurs recherches n'avaient rien données. Et pour cause : En précipitant son saut temporel, Lyn avait provoqué leur retour au moins six heures après leur disparition. Le matin était proche, si bien que l'écrivain préféra abandonner ses recherches, en quête de repos. Or, lorsqu'il retourna chez lui, quelle ne fut pas sa surprise en y découvrant une Blanche à demi consciente portant un hématome sur le visage.

Quant à Lyn, cette dernière avait élue domicile sur le plus haut toit qu'elle avait put trouver dans le deuxième quartier. Elle s'était assise sur le rebord, et balançait ses pieds tout en balayant son regard sur ce qui se trouvait en bas. Elle regrettait amèrement ce qui venait de se produire, ce qui l'avait conduite à se remémorer toutes ses veines tentatives d'aider qui ce soit. Il lui semblait à présent évident que ses facultés étaient en tout point comparables à celles d'Abnegatio : Elles n'étaient bonnes qu'à semer le chaos. Une pensée lui traversa alors l'esprit. Une horrible pensée.

*Et si...je ne valais pas mieux que lui ?*

Elle se secoua énergiquement la tête en espérant y chasser cette idée, mais c'était peine perdue. Progressivement, elle commença à s'avancer le long du rebord, avec l'idée d'en finir. D'abord hésitante, elle se mit à peser le contre et à envisager ce que l'avenir pouvait peut être lui réserver. Mais rapidement, son esprit s'obscurcit, et l'idée de se laisser tomber devenait de plus en plus séduisante. Peut être étais-ce pour le mieux. Sans elle, plus personne n'aurait à souffrir de ses erreurs.

-Autant te prévenir, c'est loin d'être une bonne idée.

La jeune femme esquissa un sourire ironique sans se retourner.

-Et qu'est ce que tu en sais ? Tu n'as aucune idée du mal que je fais autour de moi...

Le porteur, situé quelques mètres derrière elle, croisa les bras calmement. Il arborait une mine des plus exténuée, et pourtant, rien dans ses mouvements ne trahissait un quelconque signe de fatigue.

-Crois moi, je sais bien de quoi tu parles. Mais te tuer n'aura pas l'effet inverse.

La jeune fille fit alors preuve d'une réaction instinctive et se redressa net, avant de fondre sur le mi-simili mi-sans cœur de manière plus qu'agressive, si bien qu'elle l’empoigna par le col.

-Alors dis moi pourquoi c'est la seule Putain de solution que j'ai trouvée !!!

Aussitôt après, elle s'effondra en pleurs dans les bras du jeune homme. Elle lâcha d'affreux jurons entre ses sanglots, jusqu'à ce que le keybladeur ne se décide enfin à l'étreindre et à essayer de la calmer, tout en levant les yeux au ciel. Cinq bonnes minutes plus tard, l'adolescente avait enfin recouvrée ses esprits. A la suite de quoi, elle essuya ses larmes et bafouilla au Voiel :

-Je...je crois que je ferais mieux de repartir. Dis à Blanche que j...

-Tu lui diras toi même quand je l'aurai retrouvée, pour l'instant je te ramène chez Feather. Et ne pense pas que tu vas de nouveau pouvoir filer quand ça te chante, mademoiselle la voyageuse du temps.

-Quoi ? Mais non ! Blanche est déjà là bas, et puis je...

-Tant mieux, ça m'épargneras les recherches. Bref, tu viens, point. Oh, et autre chose. Une fois là bas, tu fonces prendre une douche, ça non plus c'est pas négociable.

Sans même attendre de réponses, Artis fit volte face et se dirigea aussi sec vers les escaliers, laissant derrière lui une Lyn quelque peu dépitée. Et pourtant, cette dernière finit malgré tout par le suivre.
Ils n'échangèrent que très peu durant le trajet. Il faut dire que le porteur était encore moins causant qu'à l'accoutumé, la fatigue en étant probablement la cause. Toujours est il que nos deux protagonistes se firent attendre, mais parvinrent indemnes à l'appartement de l'écrivain (qui soit dit en passant, avait trouvé le temps d'y faire un brin de ménage). Ce dernier, à deux doigts de s'injecter du café par intraveineuses, se précipita dans l'entrée en les voyant arriver.

-C'est quand même pas trop tôt  ! Il abaissa le volume de sa voix. T'as pas idée de me laisser seul avec une princesse de cœur !? Je connais rien aux protocoles moi, j'ai dû passer pour une belle andouille !

Artis soupira lourdement.

-Faut vraiment que t’arrêtes avec ça, t'es parano vieux.

Sans prendre le temps d'argumenter davantage, le porteur émit un signe de tête à l'attention de Lyn, qui traversa l'appartement tête baissée pour aller se réfugier dans la salle de bain. Pour ce qui était de nos deux autres comparses, le ton vint à monter lorsqu'ils arrivèrent dans le salon.

-Je vois pas ce qui te tracasse là dedans.

-Tu le vois pas ? On est quatre ! Je te rappelle que j'ai qu'un lit et qu'un canapé, alors à moins que tu veuilles dormir à tour de rôle...

-T'as une chaise et un bureau non ? Ca fera bien l'affaire pour toi. Tu n'as qu'à donner ta chambre à Blanche et le canapé à la petite.

-Hein ? Et toi, tu comptes t’étaler par terre peut être ?

-T'occupes pas de moi 'va.

Le débat étant clôt (du moins était il supposé l'être, on ne pouvait jamais en être complètement certain avec Feather), Artis reporta son attention sur Blanche, et constata immédiatement le reste d'hématome sur sa joue. Il lança alors à l'écrivain un regard lourd de reproches, mais ce dernier ne se fit pas attendre pour prendre sa propre défense.  

-Quoi !? J'ai plus que des médicaments, et plus de glaçons parce que t'as détruit mon congélateur à coups de keyblade ! Je suis écrivain moi, pas médecin !

Le keybladeur fit l'effort de ne pas s'emporter et glissa lentement une main contre sa figure, avant de diriger à nouveau son regard sur la princesse et de s'approcher d'elle.

-Bon, laisses moi juste te soigner, et on parlera de tout ça demain, d'accord ? A mon avis, tu as avant tout besoin de sommeil.

Lyn, pour sa part, bloquait depuis un bon moment devant le miroir. Elle avait passée tellement de temps à voyager que l'occasion de pouvoir se contempler ainsi était une chose rare. Sans aucune pudeur, elle contemplait une à une les cicatrices et autres marques dont elle ignorait l'existence, et dont son jeune corps était pourtant déjà recouvert. Après quoi elle se décida enfin à se rendre dans la cabine de douche, dont elle fit émerger une eau des plus brûlante. Comme à son habitude, elle se recroquevilla sur elle même, le menton posé sur ses genoux. Mais à mesure que sa peau rougissait sous l'effet de la chaleur, l'adolescente se mit à envisager une nouvelle solution pour réparer tout les dégâts qu'elle avait pût causée. Or, cela nécessiterait une quantité astronomique de pouvoir...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Vies Mêlées [PV : Blanche-Neige]   Ven 11 Sep - 18:59

-TU NE PEUX PAS LE SAUVER ! -Tu crois peut être...que peut être je n'ai pas déjà essayée d'arranger les choses !? … C'est impossible de sauver ceux qu'on aime sans annuler ce qui nous a poussé à le faire ! Si je ramène ton fils dans le présent, ça va le désintégrer !

La réponse de Lyn pulvérisa le cœur de la princesse. Elle s’en doutait, oui, mais l’espace d’un instant elle avait cru que…

Non, elle refusait l’évidence ! Jamais elle ne pourrait abandonner Chris ici ! Pas une seconde fois, pas en sachant ce qui l’attendait dehors.

-Alors va t'en, lança-t-elle d’une voix brisée par l’émotion, laisse-moi ici. Je préfère mourir que de l'aband…

La violence du coup de poing l’envoya valser au sol. Celui-là, elle ne l’avait pas vu venir. KO en un coup, elle s’effondra en lâchant son fils. La suite, elle ne s’en souvient pas. Elle reprit ses esprits dans l’appartement de l’ami d’Artis, avec un horrible mal de crâne. Elle se sentait mal, nauséeuse, sa tête lui tournait. Près d’elle, Feather avait l’air inquiet. Que s’était-il passé ? Puis les images se rappelèrent à elle, avec une lenteur exagérée, comme si elles la narguaient. Elle aurait pu croire que les évènements précédents n’avaient été qu’une série de cauchemars s’il n’y avait pas eu la douleur pour lui rappeler que tout était bien réel.

-On est rentrées… murmura-t-elle d’un air hébété, comme si elle n’arrivait pas à y croire.

L’espace d’un instant elle avait cru avoir la chance de pouvoir choisir, choisir de mourir aux côtés de son fils, une bonne fois pour toute. Mais encore une fois la vie refusait de lui offrir la paix qu’elle souhaitait si ardemment. Elle avait tenu Chris dans ses bras, elle avait pu lui parler…

Incapable d’émettre un son, elle se recroquevilla sur elle-même à même le sol, cachant son visage dans ses bras et sanglota en silence. Pauvre Feather, il ne devait certainement pas comprendre.

Sa torture ne prendrait-elle jamais fin ?

Elle se mit à comater, et perdit toute notion du temps, jusqu’à ce que la voix d’Artis la ramène au présent.

-Bon, laisses moi juste te soigner, et on parlera de tout ça demain, d'accord ? A mon avis, tu as avant tout besoin de sommeil.

Blanche fit un effort pour briser sa bulle de solitude et leva des yeux éteints vers lui. Ses joues étaient mouillées par les larmes.

La voix de Sia raisonna en elle et elle se rappela ses conseils pour la sortir de sa dépression : « quand tu sens que tu perds bien, force toi à te focaliser sur un objectif. Bouge, passe à l’action, mais ne reste pas passive parce que l’inactivité te rendra folle. »

Etait-elle en train de ressombrer  ?

Elle utilisa les manches de sa veste pour essuyer ses yeux sans faire fi de sa joue qui la lançait et respira un grand coup.

-Je n’ai pas l’intention de dormir.

Elle se laissa malgré tout soigner et apprécia de sentir la douleur et la nausée refluer. Au moins elle n’aurait pas de traumatisme crânien. Dommage, si ça avait pu la tuer une bonne fois pour toute…

« Ne reste pas inactive »

La  belle se força à se lever. Son corps aurait certainement apprécié de manger quelque chose, après la journée qu’elle venait de passer, mais elle avait l’appétit coupé. Elle se contenta de lancer à Feather :

-Oubliez le protocole, il n’y en a pas. Être une princesse de cœur n’est pas un rang, c’est une malédiction.

Après quoi elle sorti de la pièce et alla se camper devant la porte de la salle de bains. Elle savait qu’elle mettait Feather mal à l’aise, elle s’en irait donc dès que possible. Mais pas avant d’avoir parlé à Lyn. Elle attendit donc patiemment que la jeune fille sorte de la pièce et l’apostropha.

-Plus jamais de voyage dans le temps sans prévenir. Ni dans le passé, ni dans le futur, nous sommes d’accord ?

Silence.

Blanche-Neige reprit la parole, essayant de ne pas être trop froide.

-Maintenant tu sais pourquoi j’ai fuis mon monde et pourquoi je n’aime pas parler de moi. J’imagine que tu n’en savais rien… ce qui est fait est fait.

« Pas question d’imposer plus longtemps notre présence au propriétaire des lieux »

-Allons manger quelque chose dehors, je t’invite. Tu me raconteras ce que tu sais des Justes et de la manière de les combattre. Dans la limite de ce que tu peux révéler sans… sans provoquer de paradoxes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Vies Mêlées [PV : Blanche-Neige]   Sam 12 Sep - 3:44

Château de la bête, époque inconnue

Les Discordians s’écartèrent les uns après les autres en le voyant arriver. Il figea ses doigts en l'air et inspira longuement, avant de fermer brusquement son poing. Dans un flash de lumière, le passage temporel semé par Lyn se rouvrit. Il esquissa un sourire de satisfaction et s'engouffra dedans.

***

Lyn n'avait que rarement l'occasion de bénéficier d'une salle de bain, elle en profita donc du mieux qu'elle put. Elle s'empara d'une paire de ciseau et l'employa à tailler les pointes de ses cheveux, après quoi elle dépoussiéra ses vêtements avant de les renfiler. Lorsqu'elle rouvrit la porte, Blanche lui tomba dessus.

-Plus jamais de voyage dans le temps sans prévenir. Ni dans le passé, ni dans le futur, nous sommes d’accord ?

Elle écarquilla les yeux, incapable de répondre. La princesse ne perdit alors pas de temps pour lui rétorquer :

-Maintenant tu sais pourquoi j’ai fuis mon monde et pourquoi je n’aime pas parler de moi. J’imagine que tu n’en savais rien… ce qui est fait est fait. Allons manger quelque chose dehors, je t’invite. Tu me raconteras ce que tu sais des Justes et de la manière de les combattre. Dans la limite de ce que tu peux révéler sans… sans provoquer de paradoxes.

-Eh bien...Ok.

L'adolescente n'osa toujours pas la regarder dans les yeux, se contentant de fixer son regard sur sa gorge. Elle trépigna quelques secondes avant de suivre la jeune femme, et interrompit Artis qui s'apprêtait à la questionner.

-On va juste se faire une sortie entre fille, panique pas !

Et sans ajouter quoi que ce soit, elle quitta l'appartement, suivie par Blanche. Un long silence en découla entre Feather et le Voiel.

-Bah voilà ! T'es fier de toi ? Tu les a fais fuir avec tes manières de rustre !

-...non mais tu dois te payer ma gueule là ! Tu sais quoi ? Moi aussi je vais prendre l'air, je supporte plus de voir ta tronche de déterré !

Le jeune homme se dirigea alors d'un pas ferme vers la porte d'entrée, mais se fit brusquement interrompre par l'écrivain.

-Avant ça...tu préfèrerais pas le laisser ici ?

-De quoi tu parles ?

-De ce sabre que tu ballades sur ton dos. Je préfère pas te savoir avec ça.

-Je ne compte pas m'en servir. Et puis, ça m'a bien servie à purger le troisième quartier non ?

-Ca c'est sur qu'avec, tu devais être encore plus horrible que les sans cœurs...enfin, tu ferais mieux de le rendre à la sauvageonne de toute façon.

Sur cette phrase, Feather se décida à laisser le keybladeur s'en aller malgré tout. Quant à la sauvageonne en question, Blanche la conduit dans un petit bistrot ouvert toute la nuit. Lorsque les plats arrivèrent, Lyn se baffera comme jamais, réalisant seulement à quel point elle était tiraillée par la faim. Elle ne se gêna pas pour remercier la rouquine de cette copieuse invitation. L'adolescente engloutie les uns après les autres les plats qu'on lui apportait, jusqu'à finalement abattre son verre un grand coup sur la table, repus. Elle s'efforça de retenir un rot en plaçant son poing contre sa bouche et souffla un grand coup, avant de reprendre un certain sérieux et de s'adresser à Blanche.

-Pour être tout à fait honnête avec toi, j'ai peur de ne pas avoir grand chose à t'apprendre....Mais bon, je vais quand même essayer ! Pour commencer, mes parents se sont rencontrés dans la résistance, j'ai donc grandis entouré par vous tous. Je vous voyais toujours vous agiter à droite à gauche, entrain de chercher des infos' sur les Justes ou Abnegatio. Vous en avez faites pas mal avec le temps, mais j'étais qu'une gosse, vous ne m'en parliez pas à moi. Elle se servie à nouveau un verre. Et puis quand j'ai eut 9 ans...les choses se sont gâtées. Certains des résistants ont finis par rejoindre le camp adverse, et ça a causé votre perte. Abnegatio vous a tendu un piège, et on nous a tous acculés au château de la bête pour en finir. Ca a été...une vraie boucherie, et je préfère pas m'attarder dessus. La jeune fille se racla la gorge et hésita à reprendre la parole. Elle avala alors son verre cul sec, puis déclara : Avant de continuer...il va falloir que je te parle de quelque chose qui me...tracasse.

Artis s’assit confortablement sur les marches de la grande place et bailla un grand coup. Il se gratta le menton et constata qu'il était largement temps pour lui de faire appel un rasoir. Après quoi le porteur engouffra ses mains dans les poches et en sortis un briquet cabossé ainsi que son péché tout sauf mignon. Il tira une longue latte, les yeux rivés sur la grande porte lui faisant face. Quelque chose s'y tramait, à nouveau. Or, le keybladeur savait de source sure que ce ne pouvait être les sans cœurs. Lorsqu'il vit la porte s'entrouvrir, il retira la cigarette de sa bouche et souffla un grand coup tout en scrutant le nouvel arrivant. Quelque chose n'allait pas chez lui...Le mi-simili mi-sans cœur fronça les sourcils tout en se redressant, pour se mettre au niveau de l'inconnu se dirigeant droit sur lui. Ce dernier plongea alors ses deux yeux luisants dans ceux d'Artis, qui lui grogna :

-Tu cherches quelqu'un ?

Le jeune homme lui décocha en réponse un sourire des plus angoissant.

-Artis est mon père.

Lyn baissa lentement la tête pour esquiver le regard de son interlocutrice, tant elle avait eut du mal à prononcer ces mots. Elle s'efforça néanmoins de reprendre son courage à deux mains et releva soudainement la tête.

-Ou plutôt, le sera...tu comprendras que ça me met dans un position assez délicate par rapport à lui. Je te supplie de garder ça secret jusqu'à ce que je reparte, je ne veux surtout pas qu'il l'apprenne. Elle reprit son calme et se décida à continuer son récit. Donc, ma mère et vous autres s'étant fait tués au château de la bête, Artis fut l'un des seuls à pouvoir s'enfuir, et il m'a prise avec lui. On est allés au Temple dont on parlait tout à l'heure et...Il m'y a entrainée, pendant 3 ans. Il ne m'a hélas pas enseigné grand chose d'autre qui t'apprendrais quoi que ce soit...Je pense qu'il comptait me parler plus avant des justes et du reste, mais plus je n'étais pas assez mûre, j'étais intenable à cette âge. Après ce que j'avais vécue, et la frustration de me retrouvée coincée seule avec lui, on peut dire que j'étais en crise...Du coup, il a dû se dire qu'il devrait mettre cette énergie à profit, et il m'a donc entrainée quotidiennement. C'est d'ailleurs lui qui, après avoir étudié de long en large comment fonctionnait le temple, a façonné nos colliers pour pouvoir nous protéger contre les pouvoirs d'Abnegatio. Oh, et entre deux crises il arrivait même à me parler un peu d'histoire, ce qui me sers on ne peut plus maintenant quand je me rend dans le passé, t'as pas idée !

Elle se secoua vivement la tête.

-Pardon, je dois t'ennuyer avec mes histoires ! C'est juste que, ça fait du bien de pouvoir simplement...parler. Mais bref ! A partir de mes 13 ans, Abnegatio nous est tombé dessus, et mon pè...Artis, s'est interposé pour me laisser le temps de fuir. J'ai pris nos colliers et puis j'ai...j'ai filée. Elle détourna le regard. Ce n'est qu'après avoir voyagé clandestinement pendant des mois que j'ai commencée à découvrir mes facultés. Je ne saurais même pas te dire si je suis nées avec, ou si je les ais acquis par un moyen quelconque. Je me suis alors mis à voyager à travers le temps et à affronter les discordians à ma manière, pendant ce qui me semble avoir été...je sais pas, bien trop longtemps. Je suis finalement parvenue à me rendre à la Caligraphie des Interdits, mais pour ça... Elle esquissa malgré elle un rictus gêné. Disons juste que ça a pas été facile...tout ce que je peu te dire, c'est que c'était une erreur. Là haut, Abnegatio contrôle absolument tout, et il m'a aussitôt pulvérisée. C'est mes pouvoirs qui m'ont sauvés la vie en me renvoyant à l'instant où j'allais me rendre à la Caligraphie, et depuis il me traque sans relâche avec ses Discordians, ce qui m'oblige à devoir voyager constamment.

Elle haussa alors soudainement les épaules en arborant un jolie sourire.

-Voilà voilà...Je sais pas si tu as appris grand chose, en tout cas j'espère ne pas t'avoir trop assommée avec tout ça !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Vies Mêlées [PV : Blanche-Neige]   Jeu 17 Sep - 17:07

Blanche attrapa son sac, qui était son second meilleur ami après sa bioarme, et ouvrit la porte de l’appartement.

-A plus tard, lança t-elle à Artis. Je sais où te trouver maintenant, je reviendrai. (elle se tourna vers Feather) Au revoir et désolé pour le dérangement.

Puis elle sortit, bientôt rejointe par l’adolescente. Elles marchèrent un moment en silence, puis avisèrent un bistrot un peu plus loin. Ambiance intime, calme, pratiquement pas de clients à cette heure-ci et un service quasi non-stop, le graal. Elle n’avait eu que peu d’occasion de venir à Traverse par le passé, et elle devait avouer qu’elle aimait bien ce monde. Un tantinet ténébreux, mais ça semblait logique vu son lien avec la fin des mondes et le domaine des ténèbres. Traverse offrait un refuge à ceux qui perdait leur monde, ce qui en faisait le lieu salvateur par excellence. Elle songea avec tristesse que quelques-uns des habitants du pays des merveilles en avait peut-être réchappés et avaient atterri ici. Ils devaient-être perdus à l’heure qu’il était…
Et Eren, s’en était-il sorti ? Elle se mit en espérer que oui, elle n’en pouvait plus de voir des gens mourir, encore et encore. Elle n’avait même pas pu lui révéler son vrai nom…mais tout le monde n’avait pas la chance de s’enfuir du domaine des ténèbres, il fallait qu’elle soit réaliste. Les probabilités de revoir ce nouvel allié étaient bien faibles. Quant à ce sans-cœur qui parlait… elle était impatiente d’échanger à ce propos avec Yen-Sid. Elle n’avait jamais rien vu de semblable dans sa vie.

Les filles s’installèrent en terrasse et commandèrent. Blanche se força à manger, bien qu’elle n’en ressente pas l’envie. Etonnamment, elle parvient à avaler le contenu de son assiette sans problème.

-Pour être tout à fait honnête avec toi, j'ai peur de ne pas avoir grand-chose à t'apprendre....Mais bon, je vais quand même essayer ! Pour commencer, mes parents se sont rencontrés dans la résistance, j'ai donc grandis entouré par vous tous.

Blanche-Neige l’écouta distraitement en regardant passer une dame avec sa poussette. Elle détourna le regard et ferma les yeux pour se couper de son environnement. La vision de Chris s’imposa aussitôt à elle. La rouquine s’empressa de rouvrir les yeux et de sortir son carnet de croquis pour se forcer à se concentrer sur les dires de sa voisine en prenant des notes.

-Je vous voyais toujours vous agiter à droite à gauche, en train de chercher des infos' sur les Justes ou Abnegatio. Vous en avez faites pas mal avec le temps, mais j'étais qu'une gosse, vous ne m'en parliez pas à moi.

Pas d’information intéressante jusqu’à présent, la belle se mit à griffonner sur son carnet en écoutant Lyn.

-Et puis quand j'ai eu 9 ans...les choses se sont gâtées. Certains des résistants ont finis par rejoindre le camp adverse, et ça a causé votre perte. Abnegatio vous a tendu un piège, et on nous a tous acculés au château de la bête pour en finir. Ca a été...une vraie boucherie, et je préfère pas m'attarder dessus.

« Château de la Bête ». Blanche prit note.

-Quel âge as-tu, Lyn ? En quelle année es-tu née ?

Il lui suffirait de faire la différence pour savoir dans combien de temps ces évènements se produiraient. Elle se remit à griffonner sur son cahier pour occuper ses mains et son esprit. Dès qu’elle arrêtait de se concentrer, ses pensées la ramenaient illico vers son pays natal.
Avant même qu’elle ne reprenne la parole, Blanche-Neige sentit le trouble de l’adolescente.

-Avant de continuer...il va falloir que je te parle de quelque chose qui me...tracasse. Artis est mon père.

La princesse leva des yeux ronds vers son interlocutrice. Ça pour une surprise ! Elle s’attendait plutôt à une révélation du genre « je suis une discordian » ou un truc du genre qui aurait expliqué ses capacités extraordinaires à voyager dans le temps.
Elle acquiesça. Effectivement, mieux valait ne rien dire à Artis. Certaines choses devaient rester secrètes pour le bien de tous. Elle écouta la jeune fille avec une attention décuplée, notant tout ce qui lui paraissait utile, c’est-à-dire pas grand-chose.

-Voilà voilà...Je sais pas si tu as appris grand chose, en tout cas j'espère ne pas t'avoir trop assommée avec tout ça !

Appris grand-chose, non, pas autant qu’elle l’espérait. Blanche posa son carnet sur la table. En vingt minutes elle avait eu le temps de reproduire, sans rentrer dans les détails, le portrait de Lyn.

***
Troisième quartier :

Une silhouette passa  à une trentaine de mètres d’Artis. Si elle l’avait regardé, la jeune reine aux cheveux d’or et aux yeux bleus n’avait pas cillé et avait tracé sa route sans réagir, disparaissant au détour d’une ruelle. Vérité ou illusion ?


***

Retour au premier quartier  :

-La fille d’Artis… ça pour une surprise ! Qui est ta mère ? Demanda-t-elle par curiosité.

Elle écouta sa réponse, avant d’enchainer :

-Je vais te poser un certain nombre de questions. Réponds-moi si tu peux, d’accord ? Sais-tu où se cache Yen Sid actuellement ? Le comité de restauration de la Forteresse Oubliée fait il partit de la résistance ? Y a-t-il d’autres résistants ailleurs ? Et si oui, où peut-on les trouver ? Comment sortir un monde d’une boucle temporelle ? As-tu déjà entendu parler des Artefacts ? Apparemment ce sont eux qui génèrent les boucles, comme un dispositif de protection. Peut-être qu’ils ont d’autres capacités, si seulement on savait les contrôler…

La jeune femme prit le temps de noter toutes les réponses qui lui paraissaient intéressantes.

-Ah oui, tiens…

Elle tourna les pages de son carnet de croquis et lui montra le dessin d’Elsa et de Celsia qu’elle avait fait il y a plusieurs semaines de ça.

-Tu les connais ? Est-ce que tu sais si Elsa a réussi à tuer Celsia et à reprendre le contrôle de son monde ?

La rouquine se figea soudain et tourna la tête en regardant en direction du troisième quartier. C’était quoi cette concentration de ténèbres subites ? Un rassemblement de sans-cœurs ?

-Il se passe quelque chose, lança-t-elle calmement en sortant son portefeuille et en posa quelques billets sur la table pour régler l’addition. Dans notre état de fatigue, je dirai que ce n’est pas responsable d’aller là-bas.

Elle rangea son carnet et ses affaires et glissa son sac en bandoulière. Avec un peu de chance elle retrouverait la trace de certaines connaissances, puisqu’elle avait tendance à ne fréquenter que des gens qui se mettaient dans le pétrin. Pas question d’esquiver le problème, donc.

-Tu devrais retourner chez l’ami d’Artis, dit elle en réalisant qu’elle ne connaissait pas son nom. Je vais aller voir ce qu’il se passe.

Si elle était restée un peu plus longtemps elle aurait pu entendre le brouhaha occasionné par l'invasion des créatures et le tabassage d'Eren, mais les évènements l'entrainèrent ailleurs, vers d'autres problèmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Vies Mêlées [PV : Blanche-Neige]   Jeu 17 Sep - 22:46

-Tu cherches quelqu'un ?

-Suis moi. Lui lança l'inconnu.

Le jeune homme fit soudainement volte face et se dirigea de nouveau en direction du troisième quartier, sans accorder un regard au porteur. Ce dernier marqua une longue hésitation, ça puait le piège à plein nez. Mais contre toute attente, le mi-simili mi-sans cœur ne daigna pas en tenir compte, et se décida malgré tout à suivre l'étranger. Une fois le quartier atteint, Artis crut y apercevoir Elsa. Mais alors qu'il s'apprêtait à s'adresser à cette dernière, il se fit brusquement couper la parole. Quelques secondes plus tard, elle avait disparue.

-Tu portes son arme, je suppose donc que tu sais où elle se trouve. Je me trompe ?  Demanda le jeune homme, dos au keybladeur. Ce dernier se mit alors à lui rôder autour, à la manière d'un prédateur.

-Parce que tu crois peut être que je vais te conduire à elle ?

L'étranger répliqua aussitôt.

-Je peu tout aussi bien te tuer et la trouver par mes propres moyens, qu'en dis tu ?

-Tu essaieras...

L'inconnu se contenta d'un sourire, avant de dégainer une longue lame argentée qu'il fit tournoyer tout autour de lui. Loin d'être impressionné, le Voiel brandit le sabre de Lyn en réponse. Ils se jetèrent alors l'un sur l'autre.

***
1er Quartier

-La fille d’Artis… ça pour une surprise ! Qui est ta mère ?

-Tu ne la connais pas encore, et je ne saurais même pas te dire où elle est maintenant. Elle devrait rejoindre la résistance d'ici un an, c'est tout ce dont je sois sûre.

-Je vais te poser un certain nombre de questions. Réponds-moi si tu peux, d’accord ? Sais-tu où se cache Yen Sid actuellement ? Lyn hocha la tête en signe de négation. Le comité de restauration de la Forteresse Oubliée fait il partit de la résistance ?

-Faisaient, ils ont étés parmi les premiers à essuyer des raides de Discordians. Ils ont bien aidés au début mais...ils n'ont pas fait long feu.

-Y a-t-il d’autres résistants ailleurs ? Et si oui, où peut-on les trouver ?

Lyn fronça les sourcils.

-Elle est bizarre cette question...les résistants se manifesteront un peu partout, et surtout d'eux mêmes. Ce n'est que lorsque vous avez compris à quel point vous étiez nombreux que vous avez réellement formé une "Résistance".

-Comment sortir un monde d’une boucle temporelle ?

-Ah ça ! Si je le savais je ne serais pas ici...

-As-tu déjà entendu parler des Artefacts ? Apparemment ce sont eux qui génèrent les boucles, comme un dispositif de protection. Peut-être qu’ils ont d’autres capacités, si seulement on savait les contrôler…

Lyn sembla des plus surprise.

-Ils sont liés aux cœurs des mondes, tu ne le savais pas ? Sans eux, les paradoxes auraient probablement déjà tout détruit...

-Ah oui, tiens...Tu les connais ? Est-ce que tu sais si Elsa a réussi à tuer Celsia et à reprendre le contrôle de son monde ?

La jeune fille esquissa un sourire gênée.

-Elsa...la reine des neiges ? J'ai entendue l'histoire...Elle se racla la gorge. Elle est sortie victorieuse oui, mais leur combat a coûté la vie à son monde en provoquant une nouvelle ère glaciaire dont personne n'a réchappé, pas même elle...

***
3ème Quartier

L'inconnu se révéla être un escrimeur hors pair. Il était vif, précis, et chacun de ses mouvements était aussi bien réglé qu'une horloge. Nul doute qu'il avait dût s'exercer des heures durant pour parvenir à enchainer des attaques aussi précise avec autant de fluidité. Pour un autodidacte tel qu'Artis, ce genre d'adversaire était une vraie plaie. Il esquiva de justesse une botte élaborée destinée à lui perforer le cœur, avant de perdre définitivement patience. Le mi-simili mi-sans cœur jeta son gant sur le sol, puis empoigna le manche de son arme à deux mains. Les ténèbres s’étendirent tout autour de lui.

***
1er Quartier

-Il se passe quelque chose.

Un frisson parcourut le corps de l'adolescente.

-Ouais, je le sens aussi. Ca vient du troisième quartier...

-Dans notre état de fatigue, je dirai que ce n’est pas responsable d’aller là-bas. Tu devrais retourner chez l’ami d’Artis. Je vais aller voir ce qu’il se passe.

-Mais !

Lyn ne se sentit pas la force de débattre. Elle se ravisa et émit un soupire consterné.

-Vas-y, tu me rejoindras quand t'en aura finie.

L'adolescente regarda Blanche sans un mot. Rester en retrait ? Et puis quoi encore. Elle n'avait d'autre choix que de prendre la princesse de cour en arrivant avant elle sur les lieux. Ainsi, Lyn se jeta en travers d'une ruelle, sprintant comme jamais.

***
3ème Quartier

Le sabre entailla profondément la chaire du jeune homme, qui exécuta malgré tout un bond en arrière pour esquiver l'attaque. Il poussa alors un râle de douleur avant de porter les mains sur sa plaie, constatant que le ténèbres pullulaient déjà sur celle-ci. Artis, recouvert d'un monstrueux voile de noirceur, fondit de nouveau sur son adversaire. Celui-ci s'évertua tant bien que mal à parer les assauts répétés que lui infligeait le porteur, avant de fuir la mêlée à l'aide d'un nouveau bond. Plus que jamais déterminé à en finir, le Voiel fit apparaître sa keyblade dans la main droite, resserrant son emprise sur le sabre à l'aide de l'autre main. Il se propulsa littéralement sur l'ennemi, et l'accabla de coups d'une rare violence. Incapable de gérer autant d'attaques à la fois, l'inconnu se retrouva propulsé à plusieurs mètres, le corps laminé. Lorsqu'il voulut se relever, il aperçut le mi-simili mi-sans cœur se préparer à asséner le coup final. Il prit appuie sur sa jambe droite tout en armant son bras gauche, et se figea net. Il venait tout juste de franchir le point de non retour. Profitant de l'occasion, l'adversaire se redressa et fonça, l'épée en avant, en plein sur Artis. Il ne bougea pas d'un pouce. La lame s'engouffra au plus profond de son épaule, le poussant à tomber à genoux. L'étranger retira son épée d'un coup sec, puis la plaça contre la gorge du porteur. Mais les ténèbres s'intensifièrent brusquement autour de ce dernier, qui demeura pourtant immobile.

Sortit de nul part, Lyn décocha un violent high-kick à  l'inconnue, qui recula en se tenant le visage. Elle plaça ensuite ses mains vers l'avant, et lui envoya une décharge d'énergie cinétique (semblable à l'impulsion qu'elle avait dégagée chez Feather). L'adversaire se retrouva alors propulsé dans les airs, allant s'écraser contre un mur. L'adolescente, à bout de souffle, se précipita aux côtés d'Artis.

-Qu'est ce que t'as foutu !? T'es ténèbres, elles...

-Elles sont sur le point de jaillir.

-Mais ça va te tuer !

-Et probablement emporter la moitié de la Ville de Traverse avec, je sais... Le porteur s'efforça d'ignorer le poids des ténèbres qui l'écrasait et la douleur qui parcourait son épaule. Ouvre moi un portail.

-C'est hors de question !

-On est à court de temps et de solutions ! Ne discute pas et fais le !

-Lyn...

L'adolescente pivota en direction de l'étranger, qui balaya la poussière qui le recouvrait d'un revers de la main.

-Cette fois tu ne m'échapperas pas !

-On...on se connaît ?

-Ne joues pas à ce petit jeu avec moi !

Lyn prit alors quelques secondes pour réfléchir. Ce genre de cas lui était familier : Un inconnu sortit de nulle part, clamant qu'il avait une revanche à prendre sur elle. C'était là une des conséquences des paradoxes qu'elle causait, comme bien trop souvent. De plus, le fait de porter son collier l'empêchait d'avoir un quelconque souvenir d'eux, l'objet conservant sa mémoire actuelle. Ainsi, elle s'était retrouvée plus d'une fois à devoir faire face à quelqu'un dont elle n'avait aucun souvenir, mais qui, dans les faits, était étroitement lié à elle. L'adolescente retira le sabre de la main du porteur et se mit en garde, ignorant toujours à qui elle avait à faire. Mais c'était sans compter sur Blanche (Lyn n'était parvenue à la dépassée que d'une trentaine de secondes), qui fit son entrée.

-Blanche ne t'approches pas !

-...Blanche ?

Au vu de la réaction de l'inconnu, Lyn eut peur de comprendre. C'était Chris.

-Alors...alors pendant que je passais mon enfance à fuir Catherine, toi...toi tu complotais avec ces Monstres !?

-Chris, j'ai aucune idée de ce qu'on a pu te raconter, mais...

-La ferme ! Je sais que c'est toi qui a causé le retour de Catherine ! Je sais que tu as changé mon destin !

-Quoi !? Je n'ai pas causée ce paradoxe ! Quand nous sommes revenus, ta mère et moi t'avons sauvé !

-Faire de moi un Discordian, tu appelles ça me sauver !? Cette conversation ne mène nulle part, Abnegatio m'a déjà tout dis sur toi...Meurs !

Chris se jeta sur elle, l'épée en avant. Lyn esquiva l'attaque en tournant sur elle même et frappa verticalement pour tenter de faucher l'escrimeur, qui contra le coup avec le plat de sa lame. Il riposta aussitôt, la pointe de sa lame griffant la joue de la voyageuse. S'en suivit alors un échange des plus intense entre les deux adolescents, les étincelles de leurs lames virevoltant tout autour d'eux. Artis et Blanche, impuissants, durent assister à cette scène des plus surréaliste : Un combat à mort entre leurs enfants. D'un côté Lyn, aux réflexes surhumains, et de l'autre Chris, dont la technique frôlait la perfection. Le combat prit cependant une toute autre tournure lorsque le jeune homme, à l'aide d'une feinte, enfonça sa lame dans la cuisse de la jeune fille, qui s'écroula aussitôt sur le sol. Chris s'apprêta à l'achever en abattant son épée sur elle, quand cette dernière joint les mains en sa direction. Une violente déflagration d'énergie synthétique propulsa alors l'adolescent, qui s'effondra à son tour par terre. A bouts de forces, l'un comme l'autre tenta de se relever, en vain. Chris porta alors son regard sur sa mère, et laissa libre court à sa rage.

-Tu m'as abandonné !!!

Lyn exploita leur échange verbal pour se rendre aux côtés de son père, dont l’intégralité des veines avaient noircies. Nul doute qu'il ne pourrait pas retenir ses ténèbres encore bien longtemps.

-Tu as toujours voulu t'en débarrasser non ? Donnes les moi.

-Ca va pas !? Ton corps ne pourra jamais les contenir !

-Fais moi confiance.

-Non Lyn, c'est une mauvaise idée.

-Fais moi, confiance.

De son côté, Chris bouillonnait de colère. Il s'appuya contre son épée pour parvenir à se relever, et s'avança en boitant vers Blanche.

-J'en ai assez de tout ces mensonges...tu n'es pas ma mère, et tu ne l'a jamais été !

Et dans un ultime élan de désespoir, alors qu'il tenait à peine debout, Chris se jeta sur elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Vies Mêlées [PV : Blanche-Neige]   Mer 23 Sep - 0:27

C’était un véritable scénario catastrophe que lui prédisait Lyn, et force était d’admettre que cela commençait à faire très peur à Blanche-Neige. Jusqu’à présent, ils avaient toujours réussi à repousser le mal, même in extremis. Mais pas cette fois. Cette fois, même Sora avait été impuissant à sauver l’univers. Et un problème commençait à germer dans la tête de Blanche : comment changer ce futur morbide, sans créer de paradoxe comme elle l’avait fait avec Chris ? A quoi ça servait d’apprendre tout ça si elle devait subir sans rien pouvoir faire ?



-Vas-y, tu me rejoindras quand t'en aura finie.

Evidemment, elle fit l’inverse de ce qu’elle dit et partit en courant. Blanche lâcha un juron et lui courut après en l’appelant. Elle avait un étrange pressentiment. Mais c’est qu’elle était rapide la bougresse ! Bien entendu, Lyn arriva au troisième quartier avant elle.

Lorsqu’elle débarqua sur la place, une série de détails lui sautèrent aux yeux :

   1)  Artis était blessé et entouré d’un nuage de ténèbres. Pire, il les transpirait et semblait prêt à se faire engloutir par elles.

   2)  Il y avait un inconnu non loin, armé et menaçant, mais blessé. Il n’était probablement pas étranger à l’état de l’élu.

   3)  Lyn lui faisait face, avec le fameux sabre.

-Blanche ne t'approches pas !

La jeune femme se figea à quelques mètres d’Artis.

-Ne déconne pas, je suis la seule à pouvoir repousser les ténèbres ici !
-...Blanche ? … Alors...alors pendant que je passais mon enfance à fuir Catherine, toi...toi tu complotais avec ces Monstres !?

La reine déchue reporta son attention sur l’inconnu qu’elle avait délaissé au profit d’Artis. Il lui fallut un moment pour comprendre ce qu’il lui disait.

« Enfance… Catherine… »

-Chris, j'ai aucune idée de ce qu'on a pu te raconter, mais...

Chris… CHRIS ?!! Blanche-Neige écarquilla les yeux. L’homme qui lui faisait face était son fils ? Mais comment ?! Elle l’avait vu mort, Lyn lui avait même assuré que le futur ne pouvait être changé ! Alors comment… ? Comment pouvait-il être ici, vivant, adulte ?

S’en suivi un court échange entre Lyn et lui, qu’elle écouta sans bouger. A vrai dire, elle affichait une expression totalement incrédule et se sentait bien incapable de formuler le moindre mot. Elle assista au combat, impuissante, et sursauta à l’onde de choc. Fort heureusement, tous deux se mirent à bouger, signe qu’ils allaient bien. Blanche voulu esquisser un geste vers Chris, mais une phrase de sa part la stoppa net dans son mouvement.

-Tu m'as abandonné !!!

Ses yeux se mirent à briller. L’accusation était trop injuste !

-Chris…
-J'en ai assez de tout ces mensonges...tu n'es pas ma mère, et tu ne l'a jamais été !

Elle le vit arriver et n’eut pas de mal à le désarmer sans le blesser en utilisant sa bioarme. Epée contre épée, comme à l’ancien temps. Elle était fatigué, mais le prince tenait tout juste debout, elle avait largement la force de le dominer.

La rouquine ne lui laissa pas le temps de contre-attaquer. Elle se précipita sur lui et l’étreint de toutes ses forces, le serrant contre elle. Les larmes roulèrent sur ses joues et sa voix se brisa. Tant pis s’il décidait de la frapper, elle n’avait pas l’intention de se battre contre lui. Comment pourrait-elle blesser sa propre chaire ? Il ne lui vient même pas à l’esprit que cet homme n’était peut-être qu’un subterfuge d’Abnegatio. Elle savait que c’était lui, elle le sentait. Tout comme elle sentait l’aura de discordian qu’il dégageait… que lui était-il arrivé ?

-Chris ! Ecoute moi, écoute moi, je t’en prie, je t’en supplie. Oh Chris, c’est impossible… tu étais mort, j’en suis sure. Catherine m’a enfermé deux jours durant avec ta dépouille et celle de ton père… tu ne devrais pas… Mais Lyn est apparue tout à l’heure et m’a renvoyé dans le passé, le soir de… j’ai essayé de te sauver, j’ai essayé mais elle m’a dit que c’était impossible. Mais pourtant tu es là, c’est la preuve que j’ai réussi. Si tu savais, si tu savais comme je t’aime ! Jamais je n’aurai pu t’abandonner ! Si jamais su que tu étais vivant…

Traverse pouvait bien sauter avec Artis, il n’était pas question qu’elle lâche son fils. Plus jamais.

-Parle-moi s’il te plait ! Comment as-tu survécut ? Qui t’a élevé ? Que je sache où me rendre pour venir te chercher…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Vies Mêlées [PV : Blanche-Neige]   Mer 23 Sep - 18:03

Chris trembla de tout son être. Il mourrait d'envie de la frapper, de la battre à mort pour tout ce qu'il avait subit. Et pourtant, il n'en fit rien, incapable de lever la main sur celle la même qui lui avait donné la vie. Ses dents grinçaient à mesure que Blanche lui parlait, tandis qu'une confusion des plus totale le gagnait. Comment différencier le vrai du faux ? Comment savoir ? A bout de nerf, il finit par la serrer contre lui et poussa un cri bestial, tandis que des larmes perlaient sur ses joue. Lyn, quant à elle, prit les mains d'Artis dans les siennes, tout en lui adressant un sourire réconfortant. Tout deux poussèrent un cri horrible, accablés par la douleur. Les ténèbres s’extrairent lentement du porteur, s’accumulant tout autour de la voyageuse. La souffrance qu'ils ressentirent était insupportable, mais aucun ne daigna lâcher. Ils firent front ensembles, plongeant leur regard dans celui de l'autre. Les excroissances sur le bras du Voiel commencèrent à s'effriter, dévoilant une peau pâle jonchée par les vergetures et autres cicatrices. Enfin, la noirceur s'insuffla entièrement dans le corps de Lyn, lui arrachant un ultime hurlement. Le mi-simili mi-sans cœur lâcha prise et s'effondra, incapable de tenir sur ses jambes. Lyn, toujours tiraillée par la douleur, se pencha vers lui. Le jeune homme dut alors puiser dans ses dernières ressources pour se saisir de la main de l'adolescente.

-Lyn...

-Chut. Tu en as assez fais comme ça. Laisse moi tout arranger maintenant...

La jeune fille retira son collier et le passa au cou du keybladeur, pour ensuite se redresser minutieusement et porter son regard à l'attention de Chris, qui crisait de plus belle.

-Parle-moi s’il te plait ! Comment as-tu survécut ? Qui t’a élevé ? Que je sache où me rendre pour venir te chercher…

-Lu...Lucie a fuie le château avec moi et nous avons traversé Lystera. Nous nous sommes réfugiés un certain temps chez tes amis, mais...mais Catherine n'a pas tardée à retrouver notre trace et...

-Hem Hem.

Chris adressa un regard plein de haine à la jeune femme, dont les veines noircissaient à vue d’œil tandis que des excroissances se formaient un peu partout sur son corps. De plus, son regard était dénué de toute émotion. Elle s'avança à pas lents, et s'adressa au Discordian avec froideur.

-Chris...J'avoue ne même pas comprendre par quel paradoxe tu peux bien exister, enfin...Les règles qui régissent le temps sont loin d'êtres immuables, toi et moi sommes bien placés pour le savoir. Mais tu pourrais peut être dissiper mes doutes, c'est important. Abnegatio, les Justes, et toi. Vous aussi, vous ne faites que survivre, n'est-ce pas ?

Malgré lui, le jeune homme hocha la tête en signe d'approbation.

-C'est bien ce que je pensais...Blanche, tu dois savoir ce que j'ai vue à la Calligraphie des Interdits. Ce monde est...comment dire...sans vie, ni cœur. Ce n'est qu'une base, destinée à attendre que l'orage passe. Ce qui veut logiquement dire qu'Abnegatio...

Profitant d'une demie seconde d'inattention, Chris parvint à se défaire de l'étreinte de Blanche et se précipita en direction de l'adolescente, l'arme au poing.

-Assez !!!

Le voyant s'approcher, Lyn acheva sa phrase tout en dressant son bras, générant un portail de ténèbres dans lequel s'engouffra le garçon avant de disparaitre.

-Subit les paradoxes tout autant que nous...

En remarquant les ténèbres qui s'échappaient déjà de son corps, Lyn compris qu'il était désormais grand temps pour elle de partir pour son ultime voyage. Artis de son côté, tenta de se relever pour calmer Blanche. Mais ses jambes tremblaient tellement qu'il chuta presque aussitôt, captant ainsi l'attention de la voyageuse.

-Mais de quoi est ce tu parles !? Depuis quand quelqu'un d'autre qu'un Discordian peut se rendre à la Calligraphie ?

Lyn lui adressa un sourire radieux.

-Si c'est des réponses que tu cherches, ce collier, elle désigna l'objet accroché au cou du porteur c'est ta mémoire qu'il contient.

Perplexe, le jeune homme se mit à trifouiller l'objet en question sans comprendre son fonctionnement. Puis, sans qu'il comprenne comment, des flashs se mirent à lui apparaitre. Le mi-simili mi-sans cœur fut prit de violentes convulsions, son cerveau accumulant près de 15 années de souvenirs supplémentaires en quelques instants. Lyn détourna le regard, et murmura quelque chose avant de disparaitre dans un ultime flash de lumière.

Au début, les souvenirs défilèrent trop vite pour qu'il puisse les comprendre. Il parvint toutefois à reconnaitre son passé, et quelques uns des nombreux visages qui l'accompagnaient. Les images se stabilisèrent enfin lorsqu'il fut question d'un femme, une résistante, et du secret honteux qui l'accablait. Il se vit alors la conforter, la comprendre, et enfin l'aimer. Puis ce fut de nouveau une ribambelle de flashs, jusqu'à ce que la femme dont il était question ne tombe enceinte, et finisse par mettre au monde une petite fille. Les années passèrent en quelques secondes, jusqu'au massacre du château de la bête, où les compagnons du keybladeur tombèrent les uns après les autres, y compris sa bien aimée. Puis vint enfin les années passées au temple, où il forma sa progéniture à combattre les Justes. Il la vit pester, jurer, échouer, pleurer, s'exercer, mais aussi s'amuser, rire, apprendre, rêver, grandir...Jusqu'au dernier souvenir contenu par le collier.

-Dis moi papa...je voulais te demander...

-Si c'est à propos de sortir du temple, tu connais la réponse.

-Non ce n'est pas ça, c'est...pourquoi est ce que vous avez toujours cachés à la Résistance le passé de maman ?

-Parce qu'ils n'auraient pas compris.

-Mais...elle s'est pourtant retournée contre les Justes !

-Et alors ? Tout ce qu'ils auraient vus, c'est qu'elle était une Discordianne. Ils l'auraient probablement chassée, et auraient prit peur de toi, peur de ce que tu pouvais faire.

-Et pas toi ?

Il ébouriffa les cheveux de la petite fille en lui souriant.

-Au contraire Lyn, moi je vois toutes les grandes choses que tu peux accomplir.


***
Citée du Crépuscule, Un an plus tard

La jeune femme, blessée, s'appuya contre un banc. Elle balaya la longue mèche blonde qui lui cachait les yeux, et se laissa tomber contre le support en bois. Ses deux grands yeux violets se rivèrent sur le couché de soleil, quand soudain un voix lui parvint.

-C'est magnifique.

A ses côtés se trouvaient une jeune fille encapuchonnée, sortit de nulle part. La Discordianne fit alors l'effort de se redresser, et lui répondit d'une voix nonchalante.

-Sans doute...

Elles marquèrent toutes deux un long silence, assistant à l'un des plus beau spectacle que la Citée du Crépuscule avait à offrir. Mais une fois le soleil disparut, la femme reprit la parole.

-C'est Abnegatio qui t’envoie ?

-Non, rassures toi.

Et sans rien ajouter, elle lui prit la main, les faisant toutes deux disparaitre à travers un portail. Celui-ci les mena au plus profond du domaine des ténèbres, où seul la noirceur la plus complète régnait.

-Qu'est ce que !? Je ne vois plus rien !

-Calmes toi.

-Où est qu'on est !?

-Calmes toi maman, je suis là...

Ce fut les dernières paroles de Lyn. La seconde qui suivit, les ténèbres qu'elle avait contenue tout ce temps finirent par exploser, anéantissant toute trace de son existence.


***
3ème Quartier

Les colliers se mirent à vibrer avec frénésie. Ils déployèrent pour la toute dernière fois leur fonction, protégeant ainsi la mémoire de leurs deux porteurs. Après quoi, ils se changèrent en poussière, n'ayant jamais existé. Artis s'éveilla en sursaut, et compris aussitôt ce qui venait de se produire. Il se laissa tomber en arrière, et fut prit d'une crise de rire nerveuse.

*Annuler ta propre existence...C'était CA, ta solution miracle !?*

Solution qui se solda par une conséquence tout à fait inattendue, et qui concernait Blanche. Une fois le collier disparut, une idée, ou plutôt une certitude, s'était instaurée dans sa mémoire. Chris était bel et bien vivant. Lyn elle même n'aurait pu prédire cela, mais peut être n'étais-ce qu'une question d'équilibre. Le sacrifice d'un enfant, pour la survie d'un autre.

-Rentrons... Murmura le keybladeur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Vies Mêlées [PV : Blanche-Neige]   Ven 25 Sep - 14:50

[RP terminé, la suite ici : http://www.kh-memento.com/t405-le-temps-des-decisions-artis-libre#1713 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vies Mêlées [PV : Blanche-Neige]   Aujourd'hui à 3:02

Revenir en haut Aller en bas
 
Vies Mêlées [PV : Blanche-Neige]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vies croisées ( cherchez la lettre absente ) à suivre
» WENDY chienne croisé caniche âgée d'1 an TRESOR DE VIES
» A l'aube de nos vies [PV: Ly'] *CLOS*
» [Batman le Défi] Les 9 vies de Catwoman
» Le Sahara, un désert qui se sourit à prendre des vies.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts Memento :: Jouer :: Ville de Traverse :: 1er quartier-
Sauter vers: