AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eren Illyrio



Messages : 180
Triomphe : 77
Date d'inscription : 29/03/2015
Age : 22

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Survivre le plus longtemps possible en honorant la mémoire de Milly

MessageSujet: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Dim 1 Nov - 23:52

**Stitch**

Stitch venait de quitter la bibliothèque et ses occupants, content d'avoir pu trouver un moyen de réparer son vaisseau. Rien n'était encore fait et tout était encore à faire, comme chuinter le réacteur auxiliaire afin d'optimiser l'énergie mais dans les fait, il ne lui restait surtout qu'à trouver des pièces de remplacement. Ça avait du bon de réfléchir plus vite qu'un super-ordinateur.

Néanmoins il ressentait un peu de tristesse, s'étant senti si proche de savoir où se trouvait Kawai grâce à la peluche mais finalement ses espoirs s'étaient effondrés devant l'impuissance du Mog. Il leva les yeux au ciel, regardant l'infini se dressant au dessus de sa tête. Kawai se trouvait là-haut, peut-être à des années lumières de là où il se trouvait aujourd'hui. Il ne pouvait pas se permettre de perdre espoir et d'arrêter les recherches, Lilo comptait sur lui.

Il rejoint son vaisseau d'un pas décidé, observant le déluge de gravât qu'il avait créé par son atterrissage forcé. Décidément, il était vraiment destructeur même lorsqu'il ne cherchait pas à l'être. La carrosserie de son vaisseau était rayée par endroit, tordue par d'autres. Il allait devoir procéder au redressement de la coque lors des réparations. Avant même d'avoir fait le moindre effort, il sentit la fatigue l'assaillir. Il allait avoir du travail avant qu'il redémarre.

Il ouvrit la cale de son petit vaisseau et observa les circuits électriques et fils qui couraient un peu partout. Il y avait toutes les couleurs possibles et imaginable, notamment du noir pour les fils ayant grillé. Il entreprit de débrancher certains câbles afin de remplacer les autres défectueux. Il chercha tout ce qui ne lui était pas utile et le débranché frénétiquement.

Au bout d'une bonne demi-heure, la boule bleue ressortit du vaisseau, noir de cambouis et fatiguée. Il cracha alors dans ses mains et commença alors à se frotter afin de retrouver sa teinte naturelle avant de se diriger vers le poste de pilotage. Il mit le contact et son vaisseau crachota de nombreuses fois avant de finalement produire un vrombissement indiquant qu'il venait de démarrer. Il enclencha les stabilisateurs afin de s'élever dans les airs toutefois, lorsque le vaisseau commença à voler, il se mit à trembler de plus en plus avant de retomber lourdement au sol. Les réparations n'étaient visiblement pas encore terminée...

**Eren Illyrio**

Eren voyait toutes les personnes dans l'appartement rentrer littéralement en effusion en émettant des hypothèses sur la démarche à suivre pour s'attaquer ou non au chasseur. Eren commençait à douter lui même de leur capacité à abattre un homme visiblement aussi effrayant et, surtout, cherchait à protéger sa princesse à tout prix. L'idée de l'appât ne lui plaisait pas vraiment mais finalement ça se tenait, ils pourraient l'attaquer tous ensemble par surprise. Non cette idée ne resta pas dans sa tête déjà confuse, hors de question de se servir de Blanche c'était clair. Ainsi lorsque Feather l'interrogea sur le plan, il ne fit qu'un geste de la tête avant de répondre :

-Blanche est beaucoup trop importante pour lui faire courir ce risque, même si ton plan se tient Artis.

La réponse d'Eren ne fut pourtant qu'à peine écoutée, les personnes se tournant déjà vers les fenêtres, scrutant la neige noire qu'il avait vu auparavant. Visiblement, d'après le comportement encore plus pressant d'Artis, celle ci n'avait réellement rien de bon. Il s'agita dans tous les sens, évoquant le nom de Celsia, une servante de l'homme au masque, au détour de la conversation. Pouvait-elle être celle qui était présente le jour de la destruction du pays des merveilles.

Le sang d'Eren se mit à bouillir dans ses veines. Elle se trouvait ici, peut-être à quelques rues de lui, peut-être assez proche pour lui planter une flèche... Puis se rappela qu'il n'avait plus de flèches et s'imagina la passer au fil de l'épée. Cette pensée raviva chez lui une envie d'en découdre. Il fallait la faire payer et venger Alice.

Artis ne semblait visiblement pas de cet avis car il commençait à se préparer pour un voyage. Feather rangeait ses affaires à toute vitesse, sans doute aurait-il battu des records en présence de jurys. Artis demanda ensuite à Eren et Blanche de venir le rejoindre avant de laisser apparaître de grandes ailes blanches. Je veux les mêmes ! pensa immédiatement Eren avant de se rappeler son apparence et se dire que des ailes de dragons ou de démons seraient plus appropriée. Enfin les yeux d'Artis devinrent blanc et il s'adressa à Blanche, repliant ses ailes autour de toutes les personnes présentes.

Ils furent alors immédiatement transporté à une vitesse impressionnante dans les airs, traversant littéralement la manière ou la défonçant, Eren n'avait pas senti le choc du plafond alors il n'arrivait pas à le déterminer. Avant même qu'il ne s'en rende réellement compte, les ailes se déplièrent et s'ouvrit alors à eux un nouveau paysage. C'est alors que la pesanteur reprit ses droits et Eren chuta  des deux mètres qui le séparait du sol. Ils étaient arrivés dans les airs.

Le coeur d'Eren se soulevait suite à ce transport, son estomac semblait s'être totalement retourné et désormais il tombait, basculant légèrement en arrière. Avant même d'avoir pu esquisser le moindre geste, il heurta la carrosserie d'un vaisseau spatial avec son dos. Il eut presque l'impression de sentir les os de son dos se briser mais il était visiblement plus résistant que ça. Néanmoins, il n'eut guère de repos car une ombre bleue fila vers lui à une vitesse folle, l'empoigna et le projeta au loin.

De nouveau il s'écrasa, tel une marionnette dont on aurait coupé les fils, tentant vainement de se remettre de son voyage sans vomir. La créature bleue en profita pour puiser dans toutes ses forces pour soulever le vaisseau rouge, pourtant largement plus grand que lui, et le maintenir juste au-dessus du prince. Il aurait pu l'écraser d'un geste mais ne fit rien, grognant tel un animal. Ses yeux roulèrent alors vers la princesse de coeur. Il mit quelques secondes à réfléchir, qu'Eren tenta vainement de mettre à profit en cherchant son épée mais n'eut pas le courage de la tirer de son dos.

**Stitch**

Stitch se reposait après avoir longuement, au moins pendant quelques minutes de plus, travaillé sur son vaisseau. Il pensait ne plus en voir le bout. Il se tenait à l'intérieur, sur son siège, réfléchissant à une future destination, quand quelque chose de noir heurta la carrosserie. Croyant reconnaître un sans-coeur, ou une autre créature qui se faisaient de plus en plus nombreuses dans cette ville, il sortit en trombe de son vaisseau et s'attaqua à lui. Cette chose avait l'allure d'un homme et d'un sans-coeur et Stitch s'apprêtait à l'écraser quand il aperçut une femme.

Il avait une drôle d'impression, comme s'il la connaissait. Il stoppa net son action pour la regarder en réfléchissant. Il refit en trombe son aventure avec le jeune porteur de Keyblade mais ne se souvint pas d'elle. Ses souvenirs venaient d'encore plus profond. Soudain il vit l'image d'une jeune femme, allongée dans une sorte de mort, se faisant embrasser par un prince et revenant à la vie. C'est alors qu'il se rappela de Blanche-Neige, la princesse qu'il avait rencontré en compagnie des anciens porteurs de Keyblade il y avait pas mal d'années. Tout ceci ne le rajeunissait pas. Il l'avait pas ailleurs recroisé par la suite dans un autre monde dont il ne se souvenait plus le nom en compagnie de Sora. En bref l'important était qu'elle était de son côté, cette chose à forme humaine peut-être aussi. Il reposa délicatement le vaisseau et alla se mettre assis aux pieds de la princesse comme le ferait un chien en disant :

-Grr Bonjourr...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Mer 4 Nov - 17:59

Traverse


Pendant qu’Artis, Feather, Eren et Blanche-Neige quittaient Traverse en croyant fuir un piège, une ombre arpentait les rues de la ville. Voilà plusieurs heures que Celsia était entrée dans ce monde et elle avait fini par mettre son plan en action. Simple, et pourtant redoutablement efficace. Elle avait compris quelques jours plus tôt qu’il ne servait à rien de pourchasser les rescapés du Pays des Merveilles ici, la ville était trop grande et il serait trop difficile de remonter jusqu’à eux, même en enquêtant. Traverse était une cité de passage, trop de gens atterrissaient ici après avoir perdu leur monde. Ses ennemis s’étaient fondus dans la masse, en toute discrétion. Il convenait donc d’adapter une autre stratégie pour se débarrasser d’eux : plutôt que d’aller à eux, c’était eux qui viendraient à elle.


La bataille du Pays des Merveilles avait finalement confirmé ses soupçons : la rouquine était une princesse de cœur. Elle ne savait pas laquelle, mais même Abnegatio s'en était rendu compte. Cette fille était un danger pour eux, elle devait être neutralisée et ramené auprès du big boss qui saurait comment s’occuper d’elle. Cela dit, elle était sous bonne escorte. Ce maitre de la keyblade… oh combien elle pouvait le détester ! Bientôt il serait mort. A défaut d’avoir déterminé la localisation d’Elsa, elle occuperait son temps à détruire tous ceux qui pensaient pouvoir nuire aux Combattants de l’Arche, à commencer par lui. Artis et la rousse connaissaient la particularité de la couleur de sa magie, aussi décida t-elle de s'en servir pour les attirer dans son piège. En faisant tomber de la neige noire, Celsia leur criait sa présence dans  ce monde. La réaction la plus censée était la fuite ou la confrontation. Et où irait se cacher la princesse de cœur ? Auprès de ses alliés les plus puissants, au Jardin Radieux où elle était prête à les cueillir. La Discordian observa un groupe de gens s’étonner de la couleur de la neige qui tombait du ciel, sourire aux lèvres. Ah, s’ils savaient…

Bientôt, très bientôt elle pourrait se débarrasser des gêneurs. Ensuite elle aurait tout le loisir de se lancer à la recherche de son sosie…

***

Jardin Radieux



L’arrivée fut douloureusement fracassante.

De retour sur la terre ferme, Blanche-Neige chancela et tomba à quatre pattes, l’estomac en lambeaux. Il lui fallut luter pour ne pas rendre son dernier repas. Les passages de ténèbres étaient une partie de plaisir à côté de ça ! Un grand fracas retentit dans son dos et elle se força à bondit sur ses pieds pour faire face à la nouvelle menace. Grand mal lui prit car elle chancela en arrière, toujours étourdie par le voyage. Cela dit, la sensation commençait à s’estomper et la princesse pouvait maintenant voir une boule de poil portant un vaisseau à bout de bras au-dessus d’un Eren étalé au sol. Wow… le voyage avait dû vraiment lui retourner le cerveau pour qu’elle se mette à halluciner des choses pareilles.

Elle se frotta les yeux.

Ok, c’était réel. Une peluche était manifestement en train d’attenter à la vie de son allié. Que pouvait-elle faire ? Rien. Elle avait trop peur de bouger. Si elle se sentait menacée, la créature risquait d’écraser Eren comme une crêpe. Comment cette petite créature arrivait elle à soulever autant de poids ?! Contre toute attente, la boule de poils la dévisagea et reposa son vaisseau avant de venir s’installer à ses pieds. Blanche resta interdite, n’ayant même pas le réflexe d’invoquer son arme pour se défendre contre une potentielle attaque. Elle ne se sentait pas en danger, d’ailleurs cette créature lui était vaguement familière. L’avait-elle déjà rencontré auparavant ? Elle avait tellement voyagé ces dernières années…

-Grr Bonjourr...
-Bonjour, répéta-t-elle, légèrement incrédule.


Ses yeux se posèrent sur le vaisseau, puis sur la petite chose. Non, vraiment, comment avait-elle fait pour porter ça ?!

-Est-ce que… c’est ton vaisseau ? Comment es-tu arrivé là ?

Un regard plus attentif autour d’elle lui permit de voir où ils se trouvaient. Même en travaux pour être rénovée et dépouillée de la plupart de ses sans-cœurs et similis, la Forteresse Oubliée ne lui inspirait pas de très bons souvenirs… Artis avait eu raison de les faire apparaître en dehors de la ville, leur arrivée attirerait moins l’attention. A moins qu’il ne l’ait tout simplement pas fait exprès ? Cela dit, ils allaient devoir marcher un peu pour rejoindre le lieu de chute du comité de restauration de la Forteresse Oubliée. Comment allaient ils réagir en la voyant ? Elle avait rompu tout contact avec eux, et plus particulièrement Yen Sid a qui elle donnait fréquemment des nouvelles, suite au coup d’Etat de sa belle-mère. Pour eux, cela ne faisait que quatre mois, pour elle c’était il y a trois ans. S’étaient-ils inquiétés pour elle ? La croyaient-ils morte ? Ou bien s’en moquaient-ils… ?

-Nous sommes à la Forteresse Oubliée, il va falloir marcher un peu. Nous devrions…

La jeune femme tiqua. L’espace d’un instant il lui semblait que l’air s’était troublé et qu’une forme floue en était sortie. Puis plus rien. Lorsque soudain…

-Feather attention !!

Une créature venait d’apparaître derrière l’écrivain et s’apprêtait à l’embrocher avec ses longs bras tranchants. La créature devait avoisiner les 1m50 et semblait redoutable. Celui qui s’y connaissait en discordians aurait pu reconnaître un Coupe-seconde, équivalent du Reflet ou de l’Ombre. (voir Bestiaire ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Mer 4 Nov - 22:06

Il entrouvrit les yeux au contact de la brise sur sa peau. Seulement, tout ce qu'il perçut fut la dizaine de mètres qui les séparaient du sol. Déployant ses ailes, il offrit la meilleure réception possible à ses compagnons en les relâchant le plus près possible de la terre ferme. Malgré cela, ils s’écrasèrent successivement à proximité. Artis fut le plus malchanceux, et chuta bien plus loin que le reste du groupe. Son unique réflexe fut de placer ses avants bras devant lui, protégeant ainsi son visage. L'impact fut si violent que le porteur roula sur plusieurs mètres, crispé de douleur. Mais dès lors qu'il tenta de se relever, il fut prit de vertiges et subit un abondant saignement du nez. Foutue téléportation...

Feather braillait dors et déjà souffrir d'une terrible foulure de la cheville. Etrangement, il était le moins mal en point. A sa droite, Eren venait tout juste de s'éclater contre la parois d'une vaisseau. A sa gauche, Blanche semblait lutter pour rester consciente. L'écrivain se décida à leur venir en aide et se redressa d'un bond, cependant son corps lui fit rapidement changer d'avis. Deux secondes plus tard, l'auteur régurgitait le contenu de son estomac sur le sol avant de tomber à genoux, blanc comme un linge. Il s'inquiéta très sérieusement de son état lorsque ses yeux lui donnèrent à voir une boule bleue jeter Eren au loin, puis soulever le vaisseau qui se trouvait devant eux. Prit d'un élan d’héroïsme, Feather se mit à ramper en direction la princesse, jusqu'à ce que la boule bleue ne le devance et ne vienne se poser aux pieds de la jeune femme.  

-Grr Bonjourr...

Dans le genre insolite, ça se posait là.

Artis s'appuya pas à pas contre la parois d'un mur pour pouvoir avancer malgré son état. Sa perception était toujours aussi altérée, et son corps peinait à se remettre du voyage. Pendant un court instant, il regretta presque de s'être débarrassé de ses ténèbres. Il avait toujours détesté la téléportation, aussi y avait il recours le plus rarement possible. Il se stoppa pour plisser les yeux, apercevant au loin des formes indistinctes s'agiter.

-Feather attention !!

L'écrivain se retourna sans demander son reste, ce qui lui sauva très certainement la vie. Une étrange créature se jeta sur lui et le loupa de peu, et cela uniquement grâce à l'avertissement de Blanche. L'auteur rampa à vive allure pour fuir le monstre, qui semblait l'avoir dors et déjà désigné pour cible attitrée. L'ennemi le rattrapa toutefois sans difficultés et arma son bras pour en découdre.  

-A L'AAAAAIDE !!!

Si la créature avait été munie de dents, nulle doute qu'elle les auraient déployées dans un large sourire empreint de sadisme. Néanmoins, le monstre releva la tête en constatant que quelque chose de brillant tournoyait en sa direction. In-extremis, elle comprit qu'il s'agissait là d'une arme et l'esquiva d'un pas de côté des plus gracieux. Le Voiel pesta en apercevant sa keyblade s'écraser près du vaisseau et non sur le Discordian. Essoufflé, il fit quelques pas en avant tout en analysant la situation. Ce qu'il n'aurait pu prévoir, c'est que le Coupe-Seconde allongerait ses deux bras armés en sa direction. Surpris, le mi-simili mi-sans cœur se jeta sur le côté, non sans se faire entailler la cuisse. Il effectua une roulade avant de rappeler sa keyblade à lui, ignorant la douleur.

Peinant à tenir debout, il se précipita pourtant en direction de la créature, qui n'eut aucun mal à esquiver les assauts du porteur. Ce dernier finit par bondir en arrière, reprenant quelques instants son souffle. Le Discordian combinait à la fois les talents d'un simili et d'un sans cœur, ce qui faisait de lui un adversaire coriace. Non seulement il frappait vite, mais il frappait fort, et il se déplaçait comme un vrai petit diable. Comme si ça ne suffisait pas, les jambes du jeune homme se mirent à fléchir. Ce dernier jeta un rapide coup d’œil sur la plaie et constata que du sang s'en écoulait abondement. Mal lui en pris, car le Coupe-Seconde profita de cette seconde d'inattention pour le marteler d'attaques. Parant du mieux qu'il le pouvait les assauts répétés de son adversaire, Artis perdit rapidement le fil et se laissa dépasser par la situation.

Face à un tel spectacle, Feather commença à paniquer. Toujours affalé par terre, il balaya son regard à travers la zone à la recherche d'un miracle. Ses yeux finirent par se poser sur l'étrange boule bleue. Puisqu'il était doter de la parole, autant essayer...

-Eh petit ! Petit ! Va aider mon ami, je t'en supplie !

La keyblade du mi-simili mi-sans cœur s'envola au loin suite à une frappe particulièrement brutale de la part du Discordian. Le temps se figea l'espace d'une seconde, seconde à laquelle Artis comprit qu'il avait perdu l'affrontement.

-Et merde...

Le Coupe-Seconde planta ses deux bras dans le sol et s'en servie pour basculer ses jambes vers l'avant, frappant le jeune homme en plein thorax. Il bascula en arrière, le souffle coupé. La créature frotta ensuite ses lames l'une contre l'autre avec entrain, prête à rendre son coup final.

_________________


Dernière édition par Artis le Mar 24 Nov - 1:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eren Illyrio



Messages : 180
Triomphe : 77
Date d'inscription : 29/03/2015
Age : 22

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Survivre le plus longtemps possible en honorant la mémoire de Milly

MessageSujet: Re: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Ven 6 Nov - 0:16

La jeune femme salua Stitch, l'air de ne pas trop comprendre la situation. Elle semblait observer tout ce qui se passait autour d'elle en tentant de reprendre ses esprits. Lorsque l'extra-terrestre entendit un bruit derrière lui, ses oreilles commencèrent à bouger avant qu'il ne regarde dans la direction du bruit. Il aperçut un homme à terre, rampant en direction de la jeune fille et un autre un peu plus éloigné, s'appuyant à une paroi.

En vérité tous avaient l'air relativement secoué, ce qui était plus ou moins normal puisqu'ils venaient littéralement de tomber du ciel. Instinctivement la boule bleu leva les yeux aux ciel et chercha le vaisseau, le trou noir ou n'importe quelle raisons pouvant justifier leur présence mais il ne vit rien du tout. Il commença alors à se poser de sérieuse question. La jeune femme s'adressa alors à lui :

-Est-ce que… c’est ton vaisseau ? Comment es-tu arrivé là ?

-Oui, Stitch veux rentrer à la maison mais vaisseau cassé...

La créature avait beau réfléchir plus vite qu'un super-ordinateur, il avait toujours eu du mal avec la langue commune et ne s’embarrassait généralement pas de finir ses phrases.

Pendant ce temps, Eren se remettait difficilement de ses émotions. Il venait d'échapper à l'écrasement sous un vaisseau après avoir effectué le pire voyage qu'il n'eut jamais fait. Il regarda la petite boule bleue discuter avec Blanche, son cerveau refusant de croire qu'elle disposait d'une force aussi colossale. C'était tout bonnement impossible et pourtant.

Le prince extirpa de son fourreau son épée longue et la planta dans le sol pour s'en servir comme d'une canne pour se relever. Il chancelait énormément, son corps agité de tremblement et menaçant de répandre sur le sol le contenu de son estomac. Blanche intervint pour indiquer le lieu où ils se trouvaient à ce moment. La Forteresse Oubliée, même le nom n'inspirait pas confiance et l'état du lieu n'arrangeait rien.

C'est alors qu'une créature apparue derrière Feather, menaçant visiblement d'emporter sa tête d'un coup de lame/Bras. Blanche le prévint tout juste à temps pour qu'il puisse l'éviter. La créature revint néanmoins très vite à la charge, voulant s'en prendre à l'écrivain. S'en suivi un combat entre Artis et le monstre.

Eren aurait voulu se précipiter et prêter main forte mais il ne fit qu'un pas avant de mettre un genoux à terre, incapable d'avancer plus et encore moins de combattre. L'affrontement tournait à l'avantage du monstre et Artis se retrouva alors acculé et ensanglanté à la jambe.

Stitch, durant l'affrontement, ne sut réellement que faire. Il restait là, bras ballant. Il avait, à de nombreuses reprises, aidé les autres porteurs de clé mais celui-ci était différent, il n'aurait su dire en quelles circonstances. Feather se tourna enfin vers la créature, lui demandant d'aider son ami. Stitch observait cet homme dont les yeux rayonnaient de peur.

C'est alors que le déclic se produisit. Artis reçut un coup violent à la poitrine qui l'éjecta au sol. Alors que la créature approchait de sa proie, frottant ses lames l'une contre l'autre, Stitch fonça en direction de son vaisseau, se glissa dans le cockpit. Assis sur son siège, il mit ses doigts dans sa bouche pour siffler très fort afin d'attirer l'attention du monstre. Celui-ci se retourna vers Stitch lui tirait déjà la langue. La créature voulu répondre à la provocation mais l'extra-terrestre fut plus rapide et appuya sur un bouton.

Une trappe s'ouvrit alors sur la carrosserie et en sortit un énorme canon façon Gatlin monté sur un bras métallique. Le canon se trouvait à quelques mètres à peine de la créature, aucune chance de le rater. Sans reproche, Stitch pressa une gâchette en éclatant de rire et un boulet de plasma énorme s'éjecta du canon et s'écrasa sur la créature, faisant rayonner l'air d'un éclat vert fluorescent.

Lorsque la lumière se dissipa, Eren put constater un petit cratère où jadis se trouvait la créature qui avait failli réduire leur groupe. La force de frappe de cette créature était réellement époustouflante. Il remercia intérieurement le fait que Blanche, bien qu'elle n'ai rien fait, ai pu calmer cette petite chose bleue. Puis il s'écroula sur le dos devant l'impossibilité de se relever dans l'instant.

Stitch, lui, sorti très fièrement de son vaisseau, et s'approcha de l'homme blessé dont il avait sauvé la vie. Il lui sourit puis désigna le cratère :

"-Facile... dit il simplement et nonchalamment.

"-Je propose de ne pas énervé la peluche pour l'instant, elle me fait un peu peur j'avoue..." enchérit Eren d'une voix las, toujours allongé sur le dos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Mar 10 Nov - 3:35

La créature passa à l’attaque et il s’en fallut d’un cheveu pour qu’elle ne plante Feather, mais ce dernier parvient à esquiver et recula précipitamment. Blanche-Neige réfléchit à toute vitesse à l’attitude à adopter. Elle était armée, contrairement à Feather. Le problème c’est que ses bras et ses jambes étaient en coton et tremblaient violemment. Elle sut très vite qu’elle ne serait pas capable de faire preuve d’assez de précision pour toucher le monstre sans prendre le risque de faucher Feather en même temps. Et ce dernier qui ne semblait plus capable de marcher… si personne ne faisait rien il serait mort dans quelques secondes.

Artis intervient en jetant sa keyblade sur le Discordian qui esquiva. Si l’espoir revient un instant, la suite du duel tourna très vite en faveur de leur ennemi. Ce voyage les avaient définitivement tous  rendu vulnérables et ils le payaient très cher. Une fois encore, le discordian était beaucoup trop proche d’Artis pour qu’elle tire. Si ses bras n’avaient pas tremblés, elle l’aurait touché sans problèmes, mais là… quant au fait d’aller se battre au corps à corps, c’était impensable. Il n’était cependant pas question d’abandonner Artis sans rien tenter. 

-Eh petit ! Petit ! Va aider mon ami, je t'en supplie !

Alors que Blanche s’apprêtait à tirer en l’air pour tenter de capter l’attention du Coupe Seconde, Stitch fit une action pour le moins insolite en sautant dans son vaisseau et en bombardant l’ennemi qu’il désintégra. La jeune femme en resta bouche bée.

-Facile...

-Je propose de ne pas énerver la peluche pour l'instant, elle me fait un peu peur j'avoue...

Elle acquiesça, les yeux toujours écarquillés.

-Est-ce que ça va ? Demanda-t-elle à Eren en posant ses yeux sur lui pour chercher la trace d'une éventuelle blessure.


Il avait l’air d’être un peu sonné, mais rien d’insurmontable. Elle attendit toutefois sa réponse avant de s’éloigner. Un coup d’œil vers Feather lui apprit qu’il n’était guère trop amoché. La priorité était donc Artis dont le pantalon commençait à s’imbiber de sang. Elle tremblait toujours, mais son corps reprenait doucement le contrôle, aussi n’eut elle pas trop de mal à rejoindre l’élu auprès duquel elle se laissa tomber. Blanche entendait la respiration sifflante de son ami : recroquevillé sur lui-même, il suffoquait. Le monstre l’avait frappé dans la poitrine, lui coupant le souffle. Il devait souffrir le martyre. Le voir dans cet état lui fit mal au cœur. Elle ne savait pas jusqu’à quel point elle pouvait le soigner, mais elle allait faire de son mieux pour le remettre sur pieds.

- Accroche-toi, je vais te soigner.

Aussi délicatement que possible, elle glissa une main contre sa poitrine et la maintient fermement pour empêcher Artis de bouger. Son pouvoir se diffusa, rependant une douce lumière contre son cœur. Blanche sut qu’elle avait réussi en entendant son ami reprendre peu à peu une respiration normale. Elle poursuivit son œuvre et s’assura de réparer un maximum de lésion. Artis était le plus combatif d’entre eux et c’était sur lui qu’elle comptait le plus en cas d’attaque, aussi n’avait-elle pas hésité à s’affaiblir pour le remettre sur pied. La jeune femme sentit ses membres s’engourdir aussitôt qu’elle interrompit sa magie. Elle n’était déjà pas très fraiche à Traverse, et ça n’allait pas s’arranger avec ce genre de soins.

-Ca va aller ? Comment tu te sens ?

Blanche se releva et lui tendit la main pour l’aider à faire de même.

-Je pense que nous avons tout intérêt à rejoindre la ville le plus vite possible, lança-t-elle au groupe en se dirigeant droit vers Feather.


Le pauvre garçon semblait avoir le plus grand mal à marcher et elle avait bien l’intention de jeter un coup d’œil à ses blessures avant de repartir. Elle n’était plus à ça près. 

-Asseyez-vous, laissez-moi regarder votre cheville.

Elle suivit le geste et s’installa près de lui.

-Montrez-moi où vous avez mal… vous pouvez bouger le pied ? Tant mieux ce sera plus facile à réparer. Je vais faire de mon mieux pour vous soigner, d’accord ? N’hésitez pas à me dire si vous je vous fais mal.

La jeune femme posa sa main sur la cheville de Feather et utilisa à nouveau ses pouvoirs de guérison. Profitant d’être à l’écart du groupe, elle se remit à parler en baissant la voix, non sans avoir auparavant plongé ses yeux dans ceux de son voisin.

-Je sais que mon statut vous intimide et que ma présence vous mets mal à l’aise. Pour autant, il semblerait que nous allions passer un certain temps ensemble alors pourquoi ne pas nous tutoyer et apprendre à nous connaitre ? Vous savez, la plupart des princesses de cœur sont des femmes simples. Certaines ont un caractère bien trempé, je l’admets, mais il ne faut pas vous laisser impressionner par cela. Quant à la question du rang, il est vrai que j’ai jadis été reine, mais ce temps est révolu. Vous voyez, il n’y a pas de raisons de me craindre !

Elle lui sourit, espérant qu’il comprenne le message qu’elle essayait de lui faire passer. Feather avait fait preuve de courage et d’une force de caractère étonnante en décidant de les suivre au Jardin Radieux, malgré son inexpérience en combat et dans ce genre d’aventure. Il ne savait surement pas dans quoi il mettait les pieds, et il aurait tout le temps de regretter son choix, pour autant il fallait admettre qu’il avait du cran.

-Ca va aller ? Demanda-t-elle en se relevant, plus par courtoisie que par réelle interrogation. Elle ne doutait pas de sa capacité à soigner une simple entorse.


La jeune femme jeta un coup d’œil autour d’eux, pour s’assurer qu’aucun nouveau discordian ne pointait le bout de son nez, avant de rejoindre Eren qui semblait très las mais sauf. Elle utilisa toutefois sa magie sur lui, comme elle l’avait fait avec les deux autres, juste au cas où… et écarquilla les yeux devant l’inefficacité totale de son pouvoir. 

 -Ton corps est trop imprégné par les ténèbres. Il rejette ma magie… ‘manquait plus que ça ! Oh Eren, je suis totalement impuissante… la seule personne qui est capable de repousser tes ténèbres n’est autre que toi-même. C’est ta volonté qui va faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre… J’espérais pouvoir t’aider, mais si ton corps rejette à ce point ma lumière…

Elle lui lança un regard inquiet.

-Soit très prudent. Les ténèbres sont attirantes mais tu ne dois pas les laisser prendre le dessus ou tu perdras le contrôle. Et si ça arrive tu deviendras comme ces créatures à Traverse, un sans-cœur. Si tu te sens partir, raccroche toi de toutes tes forces à un ancrage dans le présent, quelque chose qui te rend heureux et te donne envie de vivre. Et si tu ressens le besoin de parler… je suis là, d’accord ? N’hésite surtout pas à venir me voir.


Cette histoire commençait à devenir inquiétante. Si Eren était un allié aujourd’hui, rien ne prouvait que ce serait toujours le cas demain. Elle ne s’était pas doutée que la situation était si grave….

-Il faut y aller maintenant. Stitch, tu devrais venir avec nous. Là où nous allons il y a un homme très compétent dans la construction et la réparation de vaisseaux gummies. Il pourra surement t’aider.

Il fallait compter une bonne demi-heure de marche pour rejoindre la ville. Rien qu’à y penser, elle était déjà découragée. Elle regretta de ne pas pouvoir utiliser son solum pour esquiver la marche. Hélas, sa moto volante ne supporterait pas le poids de quatre personnes... Elle avait les muscles raidis comme après une séance d’entrainement alors qu’elle n’avait pas fait de sport depuis au moins deux semaines. Si Sia savait ça d’ailleurs… Enfin, si l’on oubliait les combats avec les discordians, les voyages dans le temps, et tout ce bordel qui constituait son quotidien depuis qu’elle avait quitté TerraNostra.

La jeune femme replaça correctement son sac sur son épaule et sorti ses lunettes rouges pour protéger ses yeux las du soleil avant de se mettre en marche, suivi par tout le groupe. Une petite trentaine de minutes plus tard, ils purent apercevoir les remparts et les premières maisons. Ils n’avaient croisés aucuns ennemis en route. C’est en pénétrant dans la ville qu’ils tombèrent nez à nez avec une personne qu’elle connaissait bien. Par réflexe, elle faillit faire demi-tour et prendre ses jambes à son cou avant de se rappeler qu’elle avait justement prit la décision d’arrêter de fuir ses vieilles connaissances.

Cid n’avait pas changé d’un poil depuis la dernière fois qu’elle l’avait vu. Il ne sembla pas la reconnaitre, mais pouvait elle lui en tenir rigueur ? Ses vêtements n’avaient plus rien à voir avec les robes qu’elle portait jadis, et ses lunettes dissimulaient une partie de son visage.  Cid leur jeta un regard scrutateur avant de s’arrêter sur Artis.

-Toi ! S’exclama t-il. Espèce de p’tit con ! Tu m’as bien roulé dans la farine la dernière fois avec ta p’tite copine ! Une princesse de cœur, hein ? Mon cul ouais !

Effectivement, Cid n’avait pas changé. Toujours égal à lui-même avec sa grossièreté légendaire. Par contre, c’était quoi cette histoire de princesse de cœur ?
Il s'attarda un long moment sur Eren, ne sachant pas si ce "truc" était un ennemi ou pas. Il estima qu'il avait vraiment une sale gueule. Quant à la peluche bleue... bah, ce groupe était vraiment bizarre. Les seuls gens à peut près normaux étaient le roux et la fille (super bien roulée d'ailleurs, dommage qu'elle porte des lunettes, il aurait aimé voir si le visage était à la hauteur du reste).


-Qu’est-ce que vous êtes venu faire dans le coin ? C’est vraiment pas le moment… comme si on avait pas assez d’emmerdes à gérer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Sam 21 Nov - 5:05

Artis se replia sur lui même, incapable de respirer. Mais un sifflement vint soudainement retentir aux tympans de la créature, qui stoppa son assaut pour se concentrer sur la provenance du son. Mal lui en prit, car la seule chose qu'il parvint à percevoir fut la bestiole bleue s'agiter, suivi d'une lumière des plus intense. Le discordian fut désintégrer sur le coup, ce qui arracha un sursaut de victoire à l'écrivain, avant que celui-ci ne se remette accroupi tant son estomac continuait à faire des siennes. La boule de poils se dirigea ensuite au niveau du porteur, et lui annonça d'un air triomphant :

-Facile !

-Je propose de ne pas énerver la peluche pour l'instant, elle me fait un peu peur j'avoue...

Le Voiel étant du même avis, il tenta d'élever la voix pour répondre. Or, le seul son qui s'échappa de ses lèvres fut un souffle court interrompu par un toussotement. Décidément, l'ennemi avait visé bigrement juste. Non seulement respirer s’avérait être un véritable calvaire, mais la douleur qui s'en accompagnait était à s'arracher les cheveux. Aussi, après s'être assurée qu'Eren était indemne, Blanche rejoignit notre keybladeur pour constater son état.

- Accroche-toi, je vais te soigner.

De son côté, Feather s'efforça de boiter jusqu'à leur nouvel ami, et tapota sans peur la tête de ce dernier.

-Bien joué mon gaillard, cet imbécile te doit la vie ! Comment tu as dis que tu t’appelais déjà ? Stitch, c'est ça ? Eh bien petit Stitch, tu as toute ma reconnaissance !

L'auteur se laissa ainsi porté par son monologue, bien décidé à se faire apprécier de la créature. Quant à Artis, la princesse se démenait tant bien que mal pour le maintenir et soigner ses blessures. Le porteur ne prit alors conscience de la situation que lorsqu'une lumière réparatrice s'insinua dans sa poitrine, lui retirant progressivement l'affliction qui l'entravait. Au bout d'un certain temps, sa respiration se stabilisant, tout comme sa vue. En conséquence, la première chose qu'il vit en revenant à lui fut le visage de Blanche.

-Hmm...salut ? Balbutia le jeune homme.

-Ca va aller ? Comment tu te sens ?

-Mieux, je crois. Déclara-t-il en saisissant la main tendue par la jeune femme.

Il lui fallut un certain temps pour pouvoir retrouver l'équilibre, mais il y parvint sans trop d'efforts, la magie de sa comparse ayant été particulièrement efficace. Cette dernière s'adressa au groupe pour leur suggérer de se mettre en mouvement, ce à quoi le mi-simili mi-sans cœur acquiesça aussitôt. L'écrivain s'était pour sa part adossé à une paroi et se pliait en deux pour parvenir à masser sa cheville endolorie. Il releva brusquement la tête en comprenant que la princesse s’adressait à lui, et s'assit sans faire d'histoires.

-Montrez-moi où vous avez mal… vous pouvez bouger le pied ?

-...Moui.

-Tant mieux ce sera plus facile à réparer. Je vais faire de mon mieux pour vous soigner, d’accord ? N’hésitez pas à me dire si vous je vous fais mal.

-...Moui.

Il était plus qu'évident qu'elle l'intimidait toujours autant. Lui qui avait passé sa vie (ou plutôt, le reste de sa vie depuis son amnésie) à écrire des histoires sur des princesse qu'il fallait secourir, il se sentait des plus bête. Sa gêne s'intensifia brusquement lorsque les yeux de la jeune femme pointèrent en direction des siens.

*Mince, elle me regarde ! Dis quelque chose de cool ! Non...c'est une princesse quand même. Et si je me moquais de la raclée qu'a pris Artis ? Non...non elle l'a soignée elle va mal le prendre... Et si...BORDEL DIS QUELQUE CHOSE ELLE VA CROIRE QUE T'ES ATTARDE !!!*

-Je sais que mon statut vous intimide et que ma présence vous mets mal à l’aise.

-Ha ha, mais non quelle idée !

-Pour autant, il semblerait que nous allions passer un certain temps ensemble alors pourquoi ne pas nous tutoyer et apprendre à nous connaitre ?

-Vous tutoyer !? S’étouffa l'auteur.

-Vous savez, la plupart des princesses de cœur sont des femmes simples. Certaines ont un caractère bien trempé, je l’admets, mais il ne faut pas vous laisser impressionner par cela.

*Facile à dire, je parie qu'elles ont plus de force que moi !*

-Quant à la question du rang, il est vrai que j’ai jadis été reine, mais ce temps est révolu.

-Reine ? Oh ! Oh !!! Je n'avais même pas fait le rapprochement ! *OH NON FAIS GAFFE A CE QUE TU DIS !!!*

-Vous voyez, il n’y a pas de raisons de me craindre !

Il secoua énergiquement la tête pour lui répondre, et ce en affichant un sourire des plus forcé. Il aurait beau essayé, la franche camaraderie risquait de se faire attendre. Il faut dire que malgré son discours, elle lui imposait beaucoup trop le respect pour qu'il puisse la considérer comme une "une femme simple", et ce même en ignorant son rang. Toujours est il qu'une fois sa cheville en état, la jeune femme ne tarda pas à se relever en lui demandant comment il se portait, ce à quoi il répondit en se relevant d'un bond, tout sourire dehors.

-Impec' !

Leur soigneuse en chef alla ensuite s’enquérir du cas d'Eren, ce qui offrit à l'auteur et son ami l'occasion de pouvoir échanger quelques mots à l'abri du reste du groupe. Aussi, Feather gambada littéralement jusqu'au keybladeur et désigna Stitch du doigt.

-Tu dois des remerciements à ce petit gars, j'espère que t'en as conscience !

-Si tu le dis... Lança le Voiel en levant les yeux au ciel.

-Oh allé, soit pas si rabat joie !

-J'te trouve bien jouasse pour quelqu'un qui hurlait à l'aide y a pas 10 minutes.

-Ha ha, ouais, c'est nerveux. Ahem, entre nous...son "état", t'inquiètes pas un peu ? Demanda l'écrivain en désignant au loin Eren d'un mouvement de tête. Attention je doute pas que ce soit un type bien ! Mais j'ai pas vraiment l'habitude de fréquenter des êtres de ténèbres...Il pourrait...je sais pas, péter un câble à n'importe quel moment !

Artis le toisa sévèrement du regard.

-Tu fais ami-ami avec une bestiole au commande d'un laser, et tu te permet de le juger ?

-Mais non, c'est pas ça !  

-J'te rappel qu'il n'y a pas si longtemps, moi aussi je me baladais avec des ténèbres. Pour autant, je n'ai jamais "péter un câble" et tué tout le monde.  

-Mouais...J'espère que t'as raison.

Notre petit groupe se rassembla ensuite et ne perdit pas une minute de plus pour se rendre en ville. Artis ne put s'empêcher d'observer Blanche le long de leur trajet. Il était clair qu'à force de devoir utiliser son pouvoir pour soigner tout le monde, elle se confrontait à ses limites. Cela lui déplaisait de la voir ainsi s'épuiser pour eux en mettant de côté sa propre personne. Toutefois, il était hors de question qu'il lui signale son inquiétude, car si quelqu'un avait l'habitude de jouer avec ses propres limites, c'était bien lui. Une grosse demi-heure plus tard, ils aperçurent enfin les remparts. Peu habitué à la marche, Feather ne manqua pas de témoigner son enthousiasme tant les ampoules qu'il avait au pied l'exaspérait déjà.

La chance sembla tourner en leur faveur, puisqu'à peine avaient ils franchis l'entrée de la ville que le mi-simili mi-sans cœur et la princesse aperçurent Cid, qui s'efforçait tant bien que mal de rallumer son mégot de cigarette. Le vieux grincheux releva la tête et ne tarda pas à reconnaitre le Voiel, sur lequel il lança un regard inquisiteur.

-Toi ! Espèce de p’tit con ! Tu m’as bien roulé dans la farine la dernière fois avec ta p’tite copine ! Une princesse de cœur, hein ? Mon cul ouais !

Le jeune homme se gratta la joue, un peu perplexe que son interlocuteur se soit finalement rendu compte de la supercherie. En guise de réponse, il se contenta de lui adresser un petit sourire crispé traduisant sa gêne. Cid dévisagea ensuite chaque membre du groupe, ce qui ne manqua pas de déplaire au porteur, notamment en ce qui concernait Blanche. En observant le regard bourru du mécanicien scruter les formes de la jeune femme sans aucune gêne, l'élu s'en mordit les lèvres et détourna les yeux pour tenter de garder son calme. Feather ne manqua pas de le remarquer, et croisa les bras en arborant un petit rictus moqueur. Finalement, le blond leur brailla :

-Qu’est-ce que vous êtes venu faire dans le coin ? C’est vraiment pas le moment… comme si on avait pas assez d’emmerdes à gérer !

-C'est là où tu vas rire...Lança Artis en remettant en place son attelle. Il nous faut un vaisseau.

Etant donné la grimace qu'il affichait, Cid venait d'être victime d'une attaque cardiaque. Il vira au rouge, une énorme veine gonflant à vue d’œil sur son front.

-Non mais tu te payes ma gueule !? Beugla-t-il en postillonnant les cendres de sa cigarette au visage de son interlocuteur.

-Ecoute...Déclara le jeune homme en s'essuyant la figure. Princesse de cœur ou pas, elle a pu s'en aller grâce ça toi. C'est tout ce qui compte, non ?

Heureusement pour le keybladeur, Cid avait laissé ses clés anglaises dans son atelier. Car au vu des vaisseaux sanguins qui éclataient un peu partout sur son visage, il se serait fait un malin plaisir à lui marteler le crâne.

-Quoi ? Tu crois que j'ai qu'ça à faire, fabriquer des vaisseaux pour les gamines perdues !?

-Bon, tu comptes nous aider ou pas ?

-Ou pas !

Affligé, le mi-simili mi-sans cœur passa sa main contre son visage. Pas le choix, il allait devoir à nouveau jouer la carte de la princesse de cœur. Mais c'était sans compter sur Feather, qui, passé maître dans l'art du baratinage, sentit son heure de gloire arrivée. Il se mit brusquement à feindre le désespoir, le tout dans un jeu des plus théâtral.

-Enfin monsieur ! Vous ne pouvez pas l'abandonner à son triste sort !

-Qu'est ce que tu me baragouine toi ? Qui ?

-Stitch enfin ! Ne voyez vous pas la peur dans son regard ? Ne ressentez vous pas l'incompréhension dont cette pauvre créature est victime ? Si ce n'est pas le cas, laissez moi vous dire que vous êtes un monstre monsieur !

-Hola, j'ai rien dis moi.

-Laissez moi vous dire, "Cid". Ce petit être que vous voyez là a tout perdu, ses amis, sa famille, tout ! Le pauvre s'évertue depuis des mois à regagner son monde, parce qu'il ne supporte plus de vivre entouré par des fachos de votre espèce ! Et vous, vous voudriez le laisser croupir ici !?

-Mais non, j'voulais pas...Balbutia Cid en essuyant une petite larme.

-Alors s'il vous reste une once d'humanité, je vous en conjure : allez chercher un vaisseau, que ce petit bonhomme puisse enfin rentrer à la maison...

-Ca va, ca va. J'vais voir c'que j'peu faire, pas la peine d'en rajouter...

L'écrivain prit alors une pose pleine d'assurance, on ne peu plus fier d'être parvenu à berner le vieux grincheux. Discrètement, Artis en profita pour lui murmurer :

-Tu sais, il suffisait de lui dire pour Blanche...

-Ah toi ne ruines pas mon moment !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eren Illyrio



Messages : 180
Triomphe : 77
Date d'inscription : 29/03/2015
Age : 22

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Survivre le plus longtemps possible en honorant la mémoire de Milly

MessageSujet: Re: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Lun 23 Nov - 23:32

Eren se tenait toujours couché sur le dos. Son regard était perdu dans le vide, comme s'il scrutait des mondes dont il ignorait l'existence par delà le ciel. En réalité, il était simplement dans un de ces moments de repos tellement intense que même le cerveau cesse de fonctionner pour quelques instants, ce qui n'était pas plus mal au vue des circonstances.

Le jeune prince sentait tout son corps être endolori. Il osait à peine songer aux endroits où il ne souffrait pas de peur d'être déçu. Il ne pensait pas avoir quelque chose de fracturé ni même broyé ou pire, simplement de grosses contusions et des ecchymoses en veux tu en voilà. Toutefois Eren ne s'inquiétait pas pour cela, sa peau ayant prit une teinte des plus sinistres et sombre, il ne doutait pas qu'ils passeraient inaperçue.

Blanche s'inquiéta de l'état d'Eren, couché sur le sol. Pour toute réponse il leva une main vers le ciel, tandis un pouce douloureux, même son pouce lui faisait mal c'est pour dire, puis laissa choir l’entièreté de cet colonne branlante au sol.

Stitch, pendant ce temps, se tenait debout au milieu des blessés. Il faisait presque tâche au milieu de ces personnes totalement déboussolées et diminuée physiquement. Tandis que la princesse soignait les blessures du plus mal en point, l'autre homme commença à s'adresser à Stitch. L'extra-terrestre l'écoutait que d'une oreille distraite, occupé à tendre l'oreille pour savoir si d'autres étaient en approche.

Après une minute d'écoute, il conclut que le danger était désormais écarté, pour l'instant en tout cas et qu'il pouvait se détendre. Il commença alors à s'approcher du plus intriguant du groupe de nouveaux arrivant, le garçon de ténèbres allongé au sol. Sans s'inquiéter outre mesure, il se savait capable de le maîtriser, Stitch se rendit au dessus du visage d'Eren, le scrutant d'un air inquisiteur. Il croisa les bras en se demandant si cette chose était un ennemi ou un ami.

Eren, quant à lui, remarquait à peine la présence de cette chose bleue dans son champ de vision. De toute façon il n'avait aucun envie de l'énerver. Il se contentait d'observer le ciel sans bouger, se reposant de façon zen. Du moins jusqu'à ce que Stitch ne commence à se poser des questions sur les cornes du prince et ne se mettent à tirer dessus. Adieu le zen, j'étais content de te connaître...

Le pire était les voix dans la tête qui commençait à revenir tout doucement, comme des chuchotements mais il savait que c'était une question de temps avec qu'elles ne retrouvent un peu de force. Le prince chassa l'extra-terrestre d'un geste de la main qui n'eut pour effet que de chasser l'air. Stitch s'écarta néanmoins en observant cet homme si étrange.

Blanche arriva alors pour essayer de s'occuper du prince. Elle approcha sa main du jeune homme et une lumière blanche apparue. La pauvre semblait tout essoufflée de l'effort de soin qu'elle déployait. Toutefois sa magie n'eut aucun effet sur le prince, pire encore elle semblait entrer en conflit intérieur avec les ténèbres qui étaient présent dans son corps.

-Ton corps est trop imprégné par les ténèbres. Il rejette ma magie… ‘manquait plus que ça ! Oh Eren, je suis totalement impuissante… la seule personne qui est capable de repousser tes ténèbres n’est autre que toi-même. C’est ta volonté qui va faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre… J’espérais pouvoir t’aider, mais si ton corps rejette à ce point ma lumière…

Elle semblait inquiète, ça ne faisait aucun doute. S'en était presque touchant car peu de gens l'estimait encore au point de s'inquiéter pour lui. Cette pensée lui réchauffa un peu le coeur mais la suite du discours de Blanche lui glaça instantanément.

-Soit très prudent. Les ténèbres sont attirantes mais tu ne dois pas les laisser prendre le dessus ou tu perdras le contrôle. Et si ça arrive tu deviendras comme ces créatures à Traverse, un sans-cœur. Si tu te sens partir, raccroche toi de toutes tes forces à un ancrage dans le présent, quelque chose qui te rend heureux et te donne envie de vivre. Et si tu ressens le besoin de parler… je suis là, d’accord ? N’hésite surtout pas à venir me voir.

Il ne dit rien, restant muet tout en plongeant ses yeux dans les siens. Quelque chose qui le rendait heureux ? Pour Eren, il était mort le jour ou son frère lui avait planté cette épée dans la poitrine alors pourquoi se raccrocher à la vie après tout ? Il garda le silence face à la situation et entreprit de se relever péniblement.

Blanche proposa ensuite à Stitch de se joindre au groupe, ce qu'il accepta avec beaucoup d'entrain. S'il parvenait à réparer son vaisseau, il pourrait rejoindre Kauai, d'autant qu'il avait affaire à une princesse de coeur. Le groupe entama alors sa longue marche, hormis Stitch qui, au bout de quelques minutes, décida qu'il était pénible de marcher et s'agrippa au dos d'Eren malgré ses essais pour le faire chuter.

La douleur du prince commençait à se calmer lorsqu'ils arrivèrent à une petite ville, en face de personne qui, visiblement, se trouvait être littéralement importante. Ces retrouvailles auraient sans doute pu être très chaleureuse si un type avec une cigarette n'avait pas aboyé sur le groupe fraîchement arrivé.

Cet homme connaissait Artis, c'était certain et avait visiblement quelque chose contre lui. Le prince se demanda la raison de cette haine mais décida de ne pas y réfléchir, préférant repousser les voix de plus en plus forte de sa tête.

Stitch était toujours sur le prince mais était monté jusqu'à son épaule gauche. Assis sur ce nouveau perchoir des plus inconfortable, il observa la scène et quel ne fut pas sa surprise lorsqu'on commença à se servir de lui pour amadouer l'homme à la cigarette.

L'extra-terrestre observait la scène avec des yeux rond comme des ballons. Le pire était que le plan de Feather semblait marcher. Mais lorsque Cid regarda vers Stitch, celui-ci venait de sortir sa langue de sa bouche et de l'enfoncer dans ses nasaux. Découvrant le regard de Cid, il immobilisa cette langue une seconde avant de la faire revenir dans sa poche, une crotte de nez harponnée à son bout. C'était une habitude qu'il avait prit au fil du temps et ça ne le dérangeait pas lui. Il conclut ce mouvement par un grand sourire tout en dent tandis qu'Eren réprimait une nausée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Mer 25 Nov - 18:48

Blanche-Neige alterna les regards entre Cid et Artis pendant la durée de leur échange et elle se demanda qui était la mystérieuse femme qu’Artis avait tenté de faire passer auprès de Cid pour une princesse de cœur. Un instant elle songea avec regret au fait qu’elle ne savait presque rien de la vie d’Artis, et pourtant, parmi ses nouveaux compagnons c’était le seul avec lequel elle commençait à partager une certaine forme d’amitié. Le mot était peut-être mal choisi –ils n’étaient pas assez intimes pour être amis- pourtant, les récents évènements l’y aidant, il était le seul à avoir réussi à percer une partie de la carapace qu’elle avait composé autour d’elle et à glaner des informations sur son douloureux passé. Qu’importe le nom que l’on pouvait attribuer à leur relation, elle le considérait comme un allié de poids et elle était heureuse de le compter dans son camp, pour ses qualités de guerrier mais aussi pour le soutien moral qu’il lui offrait sans le savoir. Peut-être pourrait-elle bientôt en dire autant de ses nouveaux camarades, lorsqu’elle aurait appris à mieux les connaitre ? Si Eren arrivait à rejeter ses ténèbres et Feather à se détendre en sa présence…

La jeune femme s’étonnait qu’Artis ait réussi à tromper Cid. Il connaissait pourtant les princesses par leur nom, il les avait déjà rencontrés quelques années auparavant. Elle y comprit d’ailleurs (il lui avait même offert un vaisseau à l’époque), mais il ne l’avait pas encore reconnu. D’ailleurs, le regard appuyé qu’il lui avait jeté l’avait mise mal à l’aise. Elle savait comment était Cid, mais son comportement était un peu gênant… Elle assista à une performance étonnante, mais très amusante de Feather qui montra des talents d’orateur tout à fait inattendue pour tenter de convaincre le constructeur du bienfondé de leur demande. Comme quoi, quand il arrivait à se lâcher, le jeune homme devenait un tout autre personnage. Cependant, elle se désintéressa assez vite des réactions de Cid. Qu’il finisse par céder ou non, elle savait quoi faire pour le faire changer d’avis.

-Ca va, ca va. J'vais voir c'que j'peux faire, pas la peine d'en rajouter...

Il soupira.

-Mais pas maintenant, j’ai du boulot. Des fois que vous soyiez pas au courant, la ville menace de s’effondrer d’un jour ou l’autre… (il regarda Artis) Sinon t’as qu’à demander à ta p’tite copine de te passer son vaisseau, il squatte toujours mon hangar –contrairement à ce que tu penses elle est jamais venue le chercher. Me semble l’avoir vue trainer avec Sam et Mateo mais elle m’a pas reconnu. Apparemment elle est amnésique. Enfin bref’.

« La ville menace de s’effondrer d’un jour à l’autre… c’est quoi ces histoires ?! »

Elle avait bien senti que Cid était tourmenté, mais elle avait mis cela sur le compte de l’altercation avec Artis. Est-ce que le Jardin Radieux avait été attaqué ? Et qui était la fameuse amie d’Artis ?

-Cid…
-Trainez pas trop du côté du grand vallon c’est dangereux par là-bas. On se verra plus tard faut que j’y aill…
-Cid ! Reprit-elle plus fort en retirant ses lunettes teintées.


L’interpellé tourna la tête vers la fille en se demandant ce qu’elle lui voulait. Il lui fallut plusieurs secondes pour reconnaitre la femme qui lui faisait face et une expression totalement incrédule s’afficha sur son visage.

-BLANCHE-NEIGE C’EST TOI ?! S’écria-t-il-en en laissant tomber son mégot de surprise. Merde ! Mais c’est quoi ces fringues ?! … attends, on s’en fout des fringues ! T’es portée disparue depuis des mois ! On espérait plus te revoir en vie !!

« Ça fait plaisir… »

Bon… si elle avait réussi à conserver un semblant d’anonymat ces dernières semaines, c’était finit. Maintenant que Cid était au courant tout le comité allait savoir. Revoir ses anciennes connaissances ne la dérangeait pas, au contraire, ça lui faisait chaud au cœur. En revanche, les questions qui ne manqueraient pas de survenir ensuite l’ennuyaient d’avantage.

-Mais où étais-tu passée ? Pourquoi as-tu rompu le contact d’un coup ?

La jeune femme se  força à inspirer à fond pour se détendre. Elle aurait aimé s’enterrer à vingt pieds sous terre et y rester.

« Parce que ma mère adoptive a envahi mon royaume, tué mon fils, mon maris et le reste de ma belle-famille et m’a condamné à mort, puis que j’ai atterri dans un monde futuriste et surréaliste où je suis restée coincée pendant des années ? », songea-t-elle ironiquement.

-Bonjour Cid. C’est une longue histoire, et nous sommes tous fatigués. Est-il possible de rejoindre les autres et de poser nos affaires quelque part le temps de trouver un hôtel ?

« Comme ça Artis pourra rejoindre sa "p’tite copine" », pensa-t-elle avec une pointe de sarcasme avant de se gifler mentalement pour cette réaction stupide.  

L’homme parut hésiter un instant, partagé entre ses objectifs premiers et le revirement de situation qui s’était imposé avec cette rencontre inattendu.

-Un hôtel ? Et puis encore ! Manquerait plus de faire payer l’hôtel à une reine… maugréa-t-il.

Il râlait, comme d’habitude, mais Blanche-Neige sentit une nette amélioration dans l’humeur de l’homme.

-Me permets-tu de te présenter mes compagnons ? Répondit Blanche sans se préoccuper de la dernière tirade. Tu connais déjà Artis apparemment ? C’est un maitre de la Keyblade. Voici son ami Feather, qui est écrivain ; Eren, que j’ai rencontré récemment, au Pays des Merveilles juste avant que… enfin, tu dois savoir… Et Stitch, qui vient de… mh, je ne sais pas vraiment en fait. Son vaisseau s’est écrasé dans les ruines de la Forteresse.


-Vous formez une drôle d’équipe. Chui rassuré de voir que tu vas bien, Blanche-Neige, mais c’était pas vraiment le meilleur moment pour venir. Ca sent pas bon du tout ici. Je sais pas si vous savez ce qu’est un paradoxe ? … ok, bon, et ben y a un énorme paradoxe qui menace de faire s’effondrer la ville. Jusqu’à  présent il était localisé au grand vallon, mais il est en train de s’étendre. A cette vitesse il touchera la ville basse dans une quinzaine de jours grand max’. On essaie de trouver une solution pour l’arrêter, mais pour l’instant on tâtonne dans le vent. 

Il leur fit signe de le suivre et se mit à marcher rapidement vers la ville, dans la direction opposée d’où il venait lorsqu’ils l’avaient croisé.

-On a retapé une vieille baraque abandonnée. On y a installé une partie du QG au rez-de-chaussée, et les autres étages ont été aménagés en chambres pour accueillir du monde. Vous pourrez vous installer là-bas.

Après une bonne vingtaine minutes de déambulation, Cid finit par ouvrir la porte d’une maison et les fit rentrer. S’il était difficile d’évaluer la taille du bâtiment de l’extérieur, il fut évident que l’intérieur était beaucoup plus grand que ce qu’ils auraient pu imaginer. Il les fit monter un escalier face à la porte d’entrée, sans plus de cérémonies, et leur montra des chambres.

-Posez vos affaires et installez-vous. Je sais pas si y a quelqu’un en bas, m’enfin doit y avoir quelques trucs à grailler dans le frigo, servez-vous.

Nos héros purent donc poser leurs affaires et redescendre pour découvrir enfin la salle principale. Cette dernière se divisait en deux parties : d’un côté, contre un mur, étaient disposés quelques ordinateurs qui affichaient d’ailleurs des signes d’activité récentes avec des courbes et autres outillages incompréhensibles, un peu plus loin étaient disposés quelques canapés et une grande table basse et tout au fond à gauche, une cuisine ouverte et une table haute pour manger. Aerith se tenait tranquillement installée sur la table et étudiait des feuilles. Lorsqu’elle les aperçut elle se leva et vient à leur rencontre. La jeune femme marqua un temps de surprise en découvrant Blanche, mais sa réaction se fit nettement plus sobre que celle de Cid.

-Je suis heureuse de voir que tu vas bien, dit-elle sourire aux lèvres, en lui tendant les bras.

Blanche-Neige lui rendit volontiers son câlin, et elles se séparèrent quelques instants plus tard. Aerith se tourna vers le reste du groupe et les regarda avec une certaine curiosité.

-Bonjour, nous n’avons pas été encore présentés je crois. Je m’appelle Aerith.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Ven 27 Nov - 16:52

-Bonjour, nous n’avons pas été encore présentés je crois. Je m’appelle Aerith.

-Feather mademoiselle, ravis de faire votre connaissance. Répondu l'écrivain en pratiquant un baise main des plus hors sujet.

Artis, qui s'était déjà écroulé dans un l'un des canapés, la salua d'un simple signe de la main.

-'lu, Artis.

Feather, très contrarié par le comportement abrupte de son ami, se rua en sa direction.

-Tu pourrais faire un effort ! Toi et l'hospitalité ça fait vraiment deux ! Lui adressa l'auteur à voix basse.

-Arrêtes un peu, ils font ça parce qu'on est avec Blanche. Poses toi un peu au lieu de venir me casser les pieds.

Vexé comme un poux, le rouquin partit bouder dans un coin dans la pièce. Il délogea son ordinateur portable de sa sacoche, et se mit en tête de rédiger ses dernières aventures. De son côté, le porteur remettait à nouveau son attelle en place. Difficile de s'habituer à ce genre de contraintes, aussi fallait-il y mettre un terme le plus rapidement possible. Car s'il avait juste, le paradoxe dont parlait Cid n'était autre que celui auquel Blanche et lui avait précédemment eut affaire. Et il était sacrément vorace, ce paradoxe. Ajoutant à cela le fait qu'Elsa n'était jamais partie et souffrait d'amnésie, nulle doute que le keybladeur allait devoir se tenir prêt à combattre, et vite. Yen Sid étant toujours porté disparue, notre Voiel n'avait d'autre choix que de rendre visite à un vieil ami. D'un bond, il s'extrait du canapé et s'adressa au reste du groupe.

-Faut que j’aille voir quelqu'un, c'est assez urgent. Je vous retrouverais dès que possible.

-Tu pars déjà ?

-C'est ce que je viens de dire, oui.

Ni une ni deux, le jeune homme salua ses comparses d'un hochement de tête et se dirigea vers la sortie. Penaud, l'écrivain préféra se réfugier derrière son ordinateur plutôt que de devoir discuter avec ses nouveaux compagnons. Le seul avec qui il oserait papoter étant Stitch, il ne risquait pas d'aller bien loin.

Trois quarts d'heures plus tard, on frappa à la porte de Merlin. Ce dernier pesta en devant poser sa théière et se glissa vers l'entrée. Il tira une mine déconfite à la vue d'Artis, un sourire crispé sur le visage.

-Tiens...tu as appris à frapper au moins. Qu'est ce que tu veux ?

-J'ai besoin d'un coup de main.

-Pff, comme toujours ! Entre, j'ai fais du thé, tu en veux ?

-Pourquoi pas.

L'enchanteur se traina jusqu'à sa cuisine et agita sa baguette en direction de la théière. Cette dernière se mit à léviter au rythme des coups de baguettes du magicien, et s'envola jusqu'à la table. Elle s'abaissa avec parcimonie au dessus des tasses, leur transférant ainsi son contenu. Une fois l'opération achevée, l'enchanteur vint s'asseoir et invita le porteur à faire de même. Ce dernier s’exécuta lentement, baladant son regard à travers l'habitat. Il y avait eut du changement par rapport à sa dernière visite. Etais-ce de sa faute ?

-Dis moi, qu'est devenue Elsa depuis sa dernière visite ?

-J'ai justement pensé que tu pourrais m'éclairer à ce sujet. Cid dit l'avoir croisée, accompagnée d'un certain Sam et de Matéo. Apparemment, elle souffre d'amnésie.  

-Je vois...nous vivons des heures sombres jeune homme, j'espère que tu en es conscient. Tu sais qu'au début...j'ai songé à te faire repartir dans l'un des mondes en ma possession, pour être certain que tu ne nuise à personne. Après tout, c'est ce pourquoi tu étais venu me voir à la base. Mais quand tu es revenu, accompagné par la reine...je me suis dis que tu avais peut être finit par trouver ta voie.

-C'est la vraie raison de ma visite. Il détacha son attelle et laissa son bras choir sur la table. Suivi de quoi, il retroussa sa manche de manière à exposer clairement l'état de sa peau. J'ai enfin pu m'en débarrasser. Mais mes nerfs ont aussi sautés pendant le processus, et comme tu peux le voir ça a laissé mon bras dans un état...peu fiable. Ta magie doit bien pouvoir y faire quelque chose ?

Merlin marqua une pause, les sourcils écarquillés. Il attrapa l'avant bras du keybladeur et fit avancer ses doigts à taton sur la peau. Cette dernière était tellement endommagée qu'elle semblait appartenir à un vieillard, ce qui fit grimacer les deux hommes. L'enchanteur prit ensuite un certain temps pour se rassurer en contemplant ses propres mains, satisfait de voir qu'elles étaient en meilleur était que celle du mi-simili mi-sans cœur.

-Je peu t'aider à ressouder les nerfs, et à raffermir la peau, oui. Mais...tu vas au moins devoir mordre dans quelque chose.

-Tss, c'est si douloureux que ça ?

-Un nerf qui s'active alors même qu'il est entrain de se reformer, oui, tu peux me croire, c'est désagréable.

-J'suis paré.

L'enchanteur rouspéta dans sa barbe face à tant d'indifférence se empoigna sa baguette avant de l'incliner contre la paume du Voiel. Tout deux échangèrent un regard complice avant de hocher la tête simultanément. Artis hurla aussitôt.

Deux bonnes heures plus tard, Feather s'était déjà mit à tourner en rond au sein du QG. Artis et Blanche n'étaient toujours pas revenus, et il n'avait aucune idée de où pouvait se trouver Eren. Il se contentait de faire les cents pas à travers la pièce, attisant le regard intrigué de Aerith à mesure qu'il marchait. Après mûres réflexions, l'auteur finit par conclure qu'un effort de sa part pour sociabiliser ne serait pas de refus. Etant donné les événements récents, tout le monde semblait tirer une mine de déterré. Désireux de pouvoir se rendre utile, l'écrivain se mit une nouvelle idée en tête. Puisqu'il était inutile au combat, et approximatif en persuasion, il allait devoir entretenir du moral des troupes. Il empoigna vivement son PC et alla le brancher jusqu'à l'une des enceinte accrochées au mur, et ouvrit sa dernière playlist. Il fit volte face en direction et d'Aerith, et s'adressa à elle, la voix pleine de conviction.

-On pourrait très bien êtres tous morts demain, alors je ne vois pas de meilleure raison de faire la fête ! En plus vous devez tout le temps êtres sous pression avec votre comité, et ceux que j’accompagne en ont gros sur la patate. Allé, faut relâcher la pression !

Aerith observa ainsi l'écrivain s'agiter dans tout les sens pour pouvoir préparer faire une fête digne de ce nom, un peu perplexe.

Le visage crispé d'Artis ruissellerait de sueur. Affalé par terre, il s'efforçait malgré tout de maintenir son bras à plat sur la table. Merlin, également épuisé, continuait de faire glisser sa baguette sur la peau toujours abimée du porteur. Ce dernier dé-sera enfin les dents pour crier sur l'enchanteur.

-Mais Pu..! Qu'est c'qui te prend autant de temps !?

-Je ne sais pas ! Il doit malgré tout rester des résidus de ténèbres, ton bras a été trop marqué !

-Alors...il faut le purifier ? ARGH !

-Oui, mais ça ce n'est pas dans mes cordes.

-Je...Je peu peut être...essayer...

Le keybladeur fit de son mieux pour ignorer la douleur et se redressa au niveau de la table. Il reprit progressivement son souffle, après quoi ses yeux s'illuminèrent brusquement. Deux ailes de lumière jaillirent depuis le dos du Voiel et vinrent enveloppé son bras, le baignant dans une douce chaleur angélique. D'un coup, l'énergie contenue dans les ailes se concentra à l'intérieur de son bras, comblant les creux causés par les ténèbres. A bout de force, Merlin se précipita pour achever son sort, continuant ainsi à répandre sa magie dans le corps du porteur. Ce dernier chuta à nouveau sur le sol, les yeux révulsés. Il leur fallut presque une heure pour que son bras soit enfin guérit.

-M...merci vieux. C'est..Woaw !? C'est quoi cette couleur !? Pourquoi...pourquoi mon bras est métissé ?

-Je l'ignore...peut être est-ce du à tes pouvoirs ?

-Tu te fous de moi ? Au bout d'un moment, t'es enchanteur ou tu fais seulement sembl...

De manière on ne peut plus inattendue, son bras se mit à briller d'une lumière encore plus pur que celle qui recouvrait habituellement ses yeux. Son avant bras s'enflamma d'énergie angélique, recouvert d'un halo or/orangé. Merlin et le mi-simili mi-sans cœur échangèrent un regard d'incompréhension.

Un quart d'heure plus tard, les deux hommes sirotaient à nouveau un thé en échangeant quelques paroles. A dire vrai, Artis détestait cette boisson.

-C'est quoi ton problème ? Je suis toujours pas assez bien pour rentrer dans tes petits papiers, même après m'être défait de mes ténèbres ?

-Jeune homme, la question n'est pas là. De ce que tu m'as donné à voir...tu es une porte ouverte aux ténèbres. Inutile de te féliciter si c'est pour que tu reviennes pire encore dans deux mois.

Le keybladeur frappa du poing sur la table, provoquant la chute de la théière.

-Il y a quelque chose que personne ne semble piger, ici...Tu crois vraiment qu'on va venir à bout d'Abnegatio de manière conventionnel ? La lumière, c'est bien beau, mais on ne survivra pas uniquement grâce à elle !

Le magicien fronça fortement les sourcils.

-Si tu en es réduit à penser de la sorte, les Justes ont déjà gagnés.

-Tu vois pas que c'est exactement le cas !? Artis se releva brusquement, indigné. Ecoute vieillard, Abnegatio et ses petits potes, ils ont déjà la main mise sur nos mondes. Le seul moyen de les arrêter, c'est de se battre. On doit êtres prêts à tout, et si ça t'effraie tu n'as qu'à continuer à rester cacher, comme Yen Sid. Allez y, laissez nous mener ce combat à votre place, comme toujours. Vous me faites pitié...

-Je ne te permet pas !

-La ferme !

Le Voiel quitta en trombe le repère de l'enchanteur, traversant les rues du Jardin Radieux de manière on ne peut plus déterminée, la rage, la colère et la frustration s'accumula en son cœur. Si bien qu'après un bon quart d'heure de marche, il fut contraint de stopper, une douleur s'élançant dans sa poitrine.

Une demi heure plus tard, le jeune homme rentra enfin à bon port au quartier général du comité. Quelle ne fut pas sa surprise en apercevant Feather, un tablier sur les épaules, entrain de s’atteler à la création de crêpes, son fessier se trémoussant au rythme de la musique. Artis bugea quelques instants devant un tel spectacle.

-Titis !

-M'appelle pas comme ça...

-Tu tombes bien, Blanche viens de rentrer aussi, tout le monde est là ! Eclatez vous un peu !

L'élu glissa longuement une main contre son visage, abasourdi. Dès lors qu'il vit Blanche, son regard se posa sur cette dernière sans la lâcher. Il marqua plusieurs secondes de silence, visiblement inquiet. Après quoi, il se décida enfin à la rejoindre.

-Princesse, on peut parler en privé ? J'aurais...une faveur à te demander.

Il semblait ailleurs. Aussi, c'est le regard dans le vague qu'il écouta la réponse prononcée par la jeune femme. Quelques minutes plus tard, il monta à l'étage, s'assurant en premier lieu que personne n'y était resté. Il s'adossa ensuite au mur et patienta jusqu'à ce que la reine ne le rejoigne quelques minutes plus tard. Sans plus de cérémonies, il jeta son manteau au sol et exécuta soudainement quelques pas en avant, se retrouvant au plus près de Blanche.

-Je veux que tu me dises dans quel état est mon cœur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eren Illyrio



Messages : 180
Triomphe : 77
Date d'inscription : 29/03/2015
Age : 22

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Survivre le plus longtemps possible en honorant la mémoire de Milly

MessageSujet: Re: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Dim 29 Nov - 23:01

Eren et Stitch suivirent le groupe en silence, le petit extra-terrestre toujours suspendu sur le prince, à un endroit ou un autre. A force, Eren commençait à s'habituer à cette petite chose qui ne se gênait pas pour se faire porter. Il ne cherchait plus à le déloger et ne faisait qu'avancer, mettant de côté les voix dans sa tête qui semblaient lui chuchoter des choses dans une langue étrange. En ce concentrant, elles n'étaient plus rien qu'un bruit de fond très légèrement dérangeant.

Le groupe arriva à une maison dont on ouvrit la porte, révélant la taille impressionnante de l'intérieur. Pour peu, Eren se serait cru revenu à son château mais en plus petit et Stitch siffla d'admiration. On pouvait y trouver quelques canapés, Artis ne se gênant pas pour s'en accaparer l'un d'entre eux. Il salua à peine la femme qui venait de les accueillir chaleureusement.

Eren, quant à lui, se contenta d'un hochement de tête en guise de salutation puis se présenta en s'inclinant :

-Mon nom est Eren, mercenaire et épée lige de Blanche.

Aussitôt Stitch sauta à terre, devant le prince et reprit le même genre de salut que le prince, s'inclinant bas dans une parodie :

"-Stitch..."

Dès les présentations faîtes, le petite extra-terrestre fonça en direction des placards et les ouvrit les uns après les autres en quête de nourriture ou mieux. Il ne tarda pas à trouver des restes gisant dans le frigo. Avant même que quelqu'un ne puisse dire quelque chose, Stitch goba tout entier les restes sans même en proposer aux autres.

Eren resta dans un coin de la pièce et extirpa de son fourreau la lame qu'il avait trouvé dans la ville de Traverse. Le choc de sa réception dans ce monde avait malheureusement éméché la lame sur le bord et elle était voilée. Elle restait une arme mortelle, mais très fragilisée. Ne voulant pas empirer les choses, Eren décida de ne pas toucher d'avantage sa lame. Elle s'assit alors à même le sol, fermant les yeux presque instinctivement, et tenta de faire le vide dans son esprit se remplissant de voix.

Artis s'extirpa soudain de son canapé, extirpant par la même occasion le prince de ses pensées et quitta la maison. Cet homme avait réellement la bougeotte. L'esprit d'Eren s'embrumant de minutes en minutes, il décida de se lever à son tour et de partir afin de prendre l'air. Il ouvrit la porte sans même un regard en arrière ni une parole pour ses compagnons. Il ressassait les paroles de la princesse de coeur. Il allait sombrer dans les ténèbres s'il ne parvenait à s'accrocher au bonheur, ce qui signifiait qu'un jour ou l'autre il sombrerait. Il marcha longtemps, errant au hasard des ruelles, cherchant à prendre un maximum de hauteur. La hauteur avait toujours su le calmer.

Au bout de quelques minutes, il arriva au plus haut point de la ville, observant le désert absolu qui jouxtait la ville. Il s'assit alors au bord du vide, prenant sa tête dans ses mains, en refusant ce destin funeste qui semblait lui ouvrir les bras. Il avait des ténèbres en lui, aucun doute, il était une partie des ténèbres et bientôt ne formerait plus qu'un avec elle.

Combien de temps s'écoula, il n'aurait pas su le dire. Eren observait la lente course du soleil de ce monde, le même soleil qu'il observait avec Milly. La seule chose pouvant encore le pousser à survivre était l'espoir de la revoir en manipulant le cours du temps. Encore fallait-il savoir comment s'y prendre. Un battement d'aile derrière lui le fit soudain sursauter. Il se retourna, un main sur la garde de sa lame, leva légèrement la lourde épée, mais c'était trop tard. Une épée gigantesque se trouvait à quelques millimètres de sa gorge. Son porteur était un homme grand, aux longs cheveux blancs et possédant une seule aile d'ange dans le dos.

"-Qu'y a-t'il ? Aurais-tu peur ?"

Eren ne répondit pas. Il observait son interlocuteur, ne sachant trop si celui-ci était réellement un ennemi ou s'il était un allié l'ayant pris pour un monstre.

"-Ton monde se meurt, autant que le mien. Obéis aux ténèbres, elles sont la seule voie viable

-Les ténèbres ont fait de moi ce que je suis, pourquoi leur obéirais-je ?

-Quelle insolence ! Les ténèbres t'ont donné le pouvoir d'accomplir de grande chose pour les mondes et toi tu ne vois rien"

Eren lâcha la garde de son épée, la laissant choir dans son étui dans un bruit de fer, et saisit la lame se trouvant à proximité de sa gorge de sa main droite. Il la serra tout en l'éloignant, se coupant et se mettant à saigner. Très vite de longues traînées de sang coulèrent le long de son bras droit. Il regardait les yeux de cet homme qui le menaçait lorsqu'il lui lança :

"-C'est peut-être justement les ténèbres qui me brouillent la vue !"

L'homme ne broncha pas. Il retira simplement son épée de la main d'Eren et, de son expression toujours aussi neutre, le prévint :

-C'est ta destinée ! Un jour tu ne fera qu'un avec les ténèbres, ange sans coeur !"

Sur ces mots, l'homme s'approcha du vide et se lança dans les airs. Il disparut quelques mètres plus bas dans un torrent de plumes blanche. Eren resta là à observer la situation, faisant le bilan de sa rencontre avec ce drôle de personnage.

Devant le jour déclinant, Eren jugea bon de rentrer jusqu'à la maison où devait l'attendre tous les autres. Les voix dans sa tête, depuis sa rencontre avec cet individu, s'était calmée. Elle restait tout de même perceptible mais de l'ordre de l'infiniment petit. Il poussa la porte, s'efforçant de cacher sa main ensanglantée et tomba sur Feather préparant des crêpes, un Stitch suspendu au plafond et tentant d'attraper toutes les crêpes passant à portée mais aucun trace des deux "amoureux". L'extra-terrestre avait passé quant à lui son temps à chercher de la nourriture ou du café et à dormir sur l'un des canapés.

Ne cherchant pas à s'inviter à cette petit sauterie, Eren se dirigea vers les escaliers et atteint le premier étage. Ne cherchant pas du tout cela, il surprit néanmoins Artis et Blanche discutant en privée dans le couloir. Il était trop avancée pour repartir et décida de passer outre leur intimité afin d'aller jusqu'à la salle de bain. Il regarda ses deux alliés et leur dit simplement :

"-Loin de moi l'idée d'écouter aux portes mais j'ai une affaire urgente m'attendant à la salle de bain. Vous pourrez continuer vos messes basses lorsque je serai parti."

Il y avait dans ce que disait Eren un fond de critique. Il ne se sentait pas à sa place, créature de ténèbres, dans un groupe luttant contre la destruction des mondes. Ajouté à cela les entretiens en privée d'Artis avec d'autres personnes du groupe ou encore le fait de faire une fête en l'oubliant visiblement et l'isolement du prince était palpable. Il observa les deux personnes avant de les dépasser, non sans une pointe de haine, ou de paranoïa dans le coeur.

"Il veulent se débarrasser de toi..." lui murmura très distinctement la voix d'une petite fille dans sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Mer 2 Déc - 17:00

-Feather mademoiselle, ravis de faire votre connaissance.

Bien qu’étonnée par son baisemain, Aerith parut apprécier la politesse de Feather et lui renvoya un sourire. Elle se dit qu’il venait peut-être d’un monde de gentlemans. La guérisseuse fut un peu plus surprise par la brusquerie d’Artis et de Stitch, mais ne s’en offusqua pas. Elle avait l’habitude avec Léon. Quant au fait que ce petit animal bleu parlant soit en train de vider le frigo ? Bah… tant pis… ils devaient faire des courses, justement. C’était l’occasion ou jamais.

-Arrêtes un peu, ils font ça parce qu'on est avec Blanche. Poses toi un peu au lieu de venir me casser les pieds.

La dite Blanche lui jeta un regard réprobateur mais ne dit rien, gardant ses pensées pour elle seule.

-Mon nom est Eren, mercenaire et épée lige de Blanche.

-Epée lige ? Commenta Aerith, avec sa douceur habituelle. C’est une noble mission ! Comment vous êtes-vous rencontré ?

-Bon, c’est pas tout ça mais je dois filer ! A plus tard ! Maugréa Cid en tournant les talons et en s’éloignant.

-A plus tard, répondit Blanche-Neige, machinalement. OOH ! Cid, attend ! S’écria t-elle en lui courant après et en disparaissant dans le hall d’entrée. J’ai besoin de retourner dans mon monde en urgence, il me faut un vaisseau.

C’est le moment que choisi Artis pour sortir de la maison. Il passa devant eux et s’éloigna sans plus de cérémonies. La jeune femme se demanda où il partait déjà, sans un mot ni une explication. Elle l’appréciait, sincèrement, mais sa manie de partir sans dire où il allait ni pour combien de temps était exaspérante. Heureusement qu’elle n’avait pas eu ce genre d’hommes sous son commandement pendant la guerre entre Belfort et Lystera, d’un point de vue stratégique elle s’y serait arraché les cheveux.

-Chui désolé princesse, mais je peux pas te donner de vaisseau. Pas avec la pagaille actuelle. Tu comprends, si on a besoin d’évacuer le Jardin Radieux en catastrophe on aura besoin de tous les vaisseaux dispos. Mais comment vous êtes arrivés jusqu’ici ?

Blanche digéra la nouvelle avec beaucoup de mal. Elle comprenait totalement les arguments de Cid, mais cela signifiait qu’elle ne pourrait pas quitter le Jardin Radieux avant plusieurs semaines, et ça c’était totalement inconcevable. Elle pouvait toujours demander à Artis d’utiliser ses pouvoirs pour les envoyer là-bas, mais elle n’avait pas vraiment envie de reconduire l’expérience et encore moins d’y confronter son fils de deux ans sur le retour… sans compter que ce moyen de transport les rendait dépendants d’Artis et de son bon vouloir… s’il se faisait tuer là-bas elle ne pourrait pas repartir. Non, il lui fallait absolument un vaisseau.

-La magie… mais je préfèrerai éviter de retenter l’expérience…

« Ressaisis toi, Blanche, tu vas trouver une solution. »

-Patiente un peu, je t’offrirai un vaisseau dès qu’on aura réglé ce problème de paradoxe, c’est promis.

Blanche-Neige le remercia et le laissa s’en aller. Elle eut tout juste le temps de retourner dans la salle de vie avant qu’Eren ne se décide à s’en aller à son tour.

« Décidément, qu’est-ce qu’ils ont tous à partir sans un mot ?! »

Elle s’écarta cependant pour le laisser passer, se forçant à se calmer. Ils avaient tous les nerfs à vif entre les récents évènements, leur arrivée plus que mouvementée et la fatigue liée au décalage horaire, mieux valait laisser faire et prendre le temps de faire un debrieff quand ils seraient tous reposés et plus calmes. Et puis, de toute façon, ils étaient coincés ici pour un moment alors bon…

Mais il fallait bien avouer qu’elle aurait aimé partager ses craintes et rechercher une solution avec Artis, le seul ici à être vraiment au courant de ses intentions quant au fait d’aller dans son monde pour chercher son fils. Il allait falloir qu’elle mette Eren à jour aussi, s’il persistait à vouloir la suivre malgré le danger. Elle n’avait pas le droit de lui cacher les choses, s’il devait les accompagner ce serait en pleine connaissance de cause. Pour autant, en le brieffant complètement, elle allait devoir aborder des éléments de sa vie personnelle qu’elle répugnait à mentionner – la situation n’était vraiment pas facile pour elle.

Enfin bon, ils étaient partis tous les deux, au moins ça réglait la situation. Pour l’instant.

Feather était sur son ordinateur, Aerith au téléphone et Stitch en train de se reposer sur un canapé. La jeune femme observa la petite créature bleue avec curiosité. Pourquoi lui était-elle familière ? Un instant elle se demanda si elle ne pourrait pas tenter de convaincre Stitch de lui prêter son vaisseau, pour peu que Cid arrive à le réparer… puis elle se rappela de la taille de l’engin – beaucoup trop petit pour tous les accueillir. A moins que le constructeur arrive à l’agrandir ? La jeune femme se frotta les yeux pour tenter d’en chasser la fatigue. Si ça n’avait tenu qu’à elle, elle serait partie se réfugier dans une chambre pour se reposer et s’isoler. Elle n’avait pas beaucoup eut d’intimité ces derniers jours et cela lui manquait. Mais elle avait également et avant tout le devoir, en tant que princesse de cœur, de rendre des comptes à Yen Sid. Si toutefois il se trouvait au Jardin Radieux.

« Pile ou face. S’il est là je vais à sa rencontre maintenant, sinon je m’accorde une heure de repos avant d’interroger le comité sur sa stratégie anti-paradoxe ».

Blanche-Neige s’installa sur une chaise (quel bonheur après toute cette marche et cette tension !) et observa les relevés sur les ordinateurs, attendant patiemment qu’Aerith raccroche. Des chiffres et des lignes, elle avait déjà vu ce genre de relevés à TerraNostra quand l’armée tentait d’étudier les paradoxes. Même si elle n’était pas la meilleure dans les matières scientifiques, l’expérience lui avait appris à lire ce genre de tableau. Mais il était évident qu’il lui manquait des données pour bien le comprendre. De toute évidence, le Comité tentait d’analyser le paradoxe. L’avantage de les avoir étudié ces trois dernières années sur le terrain et en théorie, c’est qu’elle pourrait peut-être les aider en leur apportant des éléments d’observation qu’elle avait récupéré à TerraNostra. En écoutant distraitement la conversation d’Aerith, elle comprit que la jeune femme avait été désignée pour assurer une permanence au QG ce jour-là, ce qui expliquait pourquoi elle était seule.

Voyant qu’il n’y avait rien à faire sinon attendre, elle se leva (ouch les jambes !) et se rapprocha de Feather qui semblait très concentré sur son ordinateur.

« Va-t-il paniquer lorsque tu vas lui adresser  la parole ? »

-Tu écris ? Lui demanda Blanche-Neige avec un sourire bienveillant. De quoi cela parle ?

« Et voilà c’est reparti, il stresse. Il ne va quand même pas m’obliger à utiliser mes pouvoirs sur lui pour l’apaiser ? Qu’est-ce que tu as bien pu lui faire pour tellement l’intimider ? », Se demanda-t-elle, désespérée.

Elle tira la chaise pour s’installer entre Stitch et lui, et écouta sa réponse avec attention, espérant lui prouver en lui témoignant de la gentillesse qu’elle n’était pas la femme inaccessible qu’il croyait. Faisait-elle si peur que cela ? C’est sûr qu’elle avait changé depuis qu’elle avait intégré l’armée de TerraNostra, physiquement et mentalement, m’enfin…

-Est-ce que tu voyages souvent d’un monde à l’autre ? Comment es-tu arrivé à Traverse ? (elle marqua un temps d’arrêt) C’est une question personnelle, ne t’oblige pas à me répondre si tu ne le souhaite pas, d’accord ?

 « Bravo Blanche, tu as posé LA question idéale pour le détendre… »

Habiter Traverse était souvent signe d’avoir perdu son monde natal. Qui sait, le sujet était peut-être douloureux ? Cela dit elle était curieuse d’en savoir plus à propos de ses nouveaux compagnons, et comment aurait-elle pu se rapprocher d’eux sans jamais leur poser de questions ? Un coup d’œil vers Aerith lui apprit qu’elle avait raccroché. Mais son téléphone se remit à sonner et elle décrocha aussitôt. Quel succès…

Une fois encore elle écouta la réponse de Feather avec attention, à ceci près qu’elle décida d’utiliser son pouvoir sur lui pour le tranquilliser. Cela ne lui demandait pas beaucoup d’effort, et si ça pouvait l’aider à se détendre… l’essentiel c’est qu’il ne réalise pas ce qu’elle était en train de faire. Les gens n’aimaient généralement pas savoir que l’on manipulait leurs sentiments, même si c’était pour les aider.


-Oh… j’y pense… tu as décidé d’entrer dans la lutte mais tu n’as pas d’armes, si ? C’est dangereux de ne compter que sur ses poings dans un combat. (Elle sourit) A moins de s’appeler Tifa. Je devrais pouvoir remédier à ça, le temps que tu t’en procure une qui te corresponde vraiment. J’espère que tu n’auras jamais à t’en servir, mais par sécurité…

La jeune femme décrocha la taser et la matraque rétractable qui étaient accrochés à sa taille et les tendit à Feather, puis elle se pencha et glissa deux doigts dans sa botte dont elle extirpa un poignard.

-Ce taser m’a sauvé la vie il y a trois semaines, c’est très efficace pour envoyer un ennemi au tapis quand on est coincé au corps à corps. La matraque peut également envoyer des décharges mais elles seront moins puissantes, en revanche tu peux frapper avec. Le poignard… et bien, inutile de revenir sur la fonction d’un poignard.

« Déjà que je lui fais peur, il va me prendre pour un monstre maintenant qu’il a vu les engins que je trimballe en permanence avec moi ! »

-C’est ça d’intégrer une brigade d’intervention pendant près de trois ans, on finit par devenir un arsenal ambulant, se justifia-t-elle. Choisi bien ton arme, elle te sauvera peut-être la vie un jour. Prends le temps de réfléchir. (elle se tourna vers Stitch pour laisser à Feather le temps de choisir) Et toi Stitch, d’où viens-tu ? Comment es-tu arrivé au Jardin Radieux ?

Au moins maintenant elle en savait plus sur son entourage. Et puis, parler de la vie des autres avait un avantage : pendant ce temps elle ne pensait pas à la sienne. Elle n’avait pas encore eu le temps de faire le point sur les récents évènements. L’enchainement des actions et la compagnie forcée des autres l’avait forcé à reléguer ses sentiments au second plan et c’était tant mieux car elle ne tolérait pas la perte de contrôle devant ses compagnons d’arme. Pas question de montrer ses faiblesses, elle était là pour pousser et encourager les autres. C’était sa mission en tant que princesse de cœur : repousser les ténèbres et guider la lumière pour s’assurer qu’elle domine toujours. Pour autant, elle sentait un poids peser sur son cœur. Entre la disparition du Pays des Merveilles et la mort potentielle de l’une de ses amies proches, Alice, celle de Lynn, le retour dans le passé et la rencontre avec son fils bébé, puis adulte, pour le reperdre à nouveau peu après… ce poids devenait plus lourd à chaque nouvelle perte, nouvel évènement dramatique, et elle se savait sur le point d’exploser. Intérieurement elle remerciait le Comité de lui offrir un espace de solitude. Cette nuit elle pourrait enfin penser à elle et arrêter de faire semblant.    

Aerith finit par raccrocher et Blanche sauta sur l’occasion pour lui demander des nouvelles de Yen-Sid. Elle apprit qu’il avait survécut aux évènements de la tour et qu’il s’était retranché ici, au Jardin Radieux pour rejoindre ses alliés et préparer une contre-attaque. Elle n’était pas supposée en parler car la position de Yen Sid était censée demeurer secrète, aussi leur demanda elle de rester discret à ce sujet. Le sorcier s’était installé dans les hauteurs du château, près de l’ancienne Chapelle, et tentait, avec l’aide de Merlin, de fabriquer un sortilège assez puissant pour isoler la ville des paradoxes. Comprenant que la princesse avait l’intention de s’y rendre, elle lui recommanda un chemin sécurisé.

-Depuis peu, notre système de sécurité s’attaque aussi aux discordians. Mais il n’est pas effectif partout, nous sommes en train de travailler dessus pour augmenter la distance de son champ d’action et son efficacité.   

Blanche-Neige accueillit la nouvelle avec bonne humeur et la remercia. Elle se tourna alors vers les garçons pour les prévenir qu’elle allait s’absenter un moment pour aller parler à Yen-Sid et s’éclipsa. Ses bonnes résolutions flanchèrent aussitôt qu’elle mit les pieds dehors. Etait-elle vraiment obligée d’y aller maintenant ? Elle était tellement fatiguée, et elle n’avait pas envie de raconter ses dernières aventures au mage… surtout pas celle qui justifiait qu’elle ait coupé le contact pendant quatre mois. A contrecœur, elle retira l’anneau qu’elle portait au majeur droit et le jeta dans le vide. En un instant, le solum apparut et Blanche-Neige se félicita d’avoir emporté avec elle ce trésor. Elle enfourcha sa moto et se mit en route, ne s’accordant une pause que pour s’acheter un sandwich sur le chemin. Un long moment plus tard, elle arrivait chez Yen-Sid…

De longues heures plus tard, Blanche-Neige sortie de son entrevue le cœur en miette. Elle avait finalement craqué. En la voyant, Yen-Sid avait interrompu ses activités et avait pris le temps de l’écouter, dirigeant de temps à autre le récit avec une question. Elle lui avait raconté l’attaque du château, le sacrifice auquel elle avait consenti lorsqu’elle avait refusé de fuir le château avec son fils  pour pouvoir détruire tous les documents traitant des autres mondes conservés au château et empêcher sa marâtre de mettre la main dessus, la perte de sa famille, le paradoxe qui l’avait projeté à TerraNostra, puis son amnésie, son intégration dans l’armée et son retour au Jardin Radieux, ainsi que les évènements qui avaient suivi. Yen-Sid avait alors tenté de la réconforter en lui assurant qu’elle n’était pas responsable des drames survenus, mais aucune de ses paroles n’avait réussi à diminuer la culpabilité qu’elle ressentait. La seule chose qui lui avait apporté du réconfort était d’apprendre que les autres princesses de cœur étaient en vie (excepté Alice qui était portée disparue). Malgré ses nombreuses questions, Yen-Sid avait refusé de lui en dire plus, lui intimant d’aller se reposer et de ne revenir lui parler qu’après avoir dormi quelques heures.

La reine déchue avait fait durer le trajet de retour au maximum, ruminant ses sombres pensées et tentant de les enfouir à nouveau pour pouvoir se confronter à ses compagnons la tête haute. Arrivée à proximité du QG, elle fit disparaitre son solum et inspira à fond. Devait-elle mettre ses lunettes pour dissimuler ses yeux rougies ? Non, inutile, ça ne ferait que renforcer l’attention des autres sur cette partie-là de son visage. De toute façon, ils ne feraient certainement pas la différence avec les cernes qu’elle avait déjà.

« Inspire à fond, détend toi. » S’ordonna t-elle.


Ce n’est qu’après avoir repris le contrôle total de son corps et de sa voix qu’elle entra. La première chose qui la frappa fut la musique, la seconde, Feather qui dansait en cuisinant. Aerith semblait s’être prise au jeu et assistait le garçon de son mieux en souriant. Il se dégageait une telle chaleur de la scène que Blanche-Neige se surprit à sourire. De toute évidence Artis et Eren n’étaient pas rentrés. La jeune femme se rapprocha de la cuisine pour se manifester auprès de ses amis et leur fit coucou de la main. Elle s’apprêtait à leur annoncer qu’elle allait se reposer dans sa chambre lorsqu’Artis fit son entrée. Elle lui jeta à peine un regard, plus concentrée sur la musique qu’elle trouvait un peu trop bruyante et qui lui donnait mal au crâne. Ce soir, elle aspirait plus au calme qu’à la fête.


-Princesse, on peut parler en privé ? J'aurais...une faveur à te demander.

Pour une fois elle eut envie de faire preuve d’égoïsme et de lui demander de revenir plus tard mais l’expression d’Artis l’en empêcha.

-Que se passe-t-il ?

Elle le regarda partir et lui emboita le pas quelques instants plus tard, inquiète. Etait-il arrivé quelque chose de grave ? Une attaque soudaine ? Quelqu’un avait été blessé ? Etait mort ? Un discordian avait frappé ? Il retira sa veste et se rapprocha d’elle. La princesse bugua légèrement. Oula, qu’est-ce qu’il était en train de faire là ?

-Je veux que tu me dises dans quel état est mon cœur.

-Quoi ?

Le mot lui avait échappé. Il fallait dire qu’elle s’attendait à beaucoup de chose mais pas à ça. Qu’est-ce qui lui prenait tout à coup, à lui parler de son cœur ?

-Euh… je ne comprends pas bien. Que veux-tu savoir au juste ? … Oh ! Ton bras. Tu peux le bouger à nouveau ?

Eren choisi ce moment pour passer dans le coin.

-Loin de moi l'idée d'écouter aux portes mais j'ai une affaire urgente m'attendant à la salle de bain. Vous pourrez continuer vos messes basses lorsque je serai parti.

Blanche le suivi des yeux jusqu’à ce qu’il disparaisse dans la salle de bains d’un air complètement sidéré. En voilà un qui avait choisi son moment pour exprimer sa mauvaise humeur. Mais qu’est-ce qu’ils avaient tous aujourd’hui ? Elle soupira.

-Bon… allons faire des "messes basses" dans la chambre tu veux ? Nous y serons plus tranquilles.

La jeune femme n’attendit pas sa réponse et ouvrit la porte de sa nouvelle chambre provisoire avant de balancer son sac dans un coin. Elle n’avait aucune envie de se confronter à la mauvaise humeur des autres ce soir, elle n’aurait pas la patience d’écouter leurs pics sans réagir, et accessoirement, ça lui faisait une excuse pour reprendre une distance physique plus acceptable avec Artis.

Blanche se laissa tomber sur le lit et s’installa en tailleur après avoir retiré ses chaussures. Maintenant qu’ils étaient au calme, elle allait pouvoir se concentrer. D’abord refouler ses sentiments, puis se focaliser sur ceux de son voisin. D’habitude elle le faisait instinctivement, ce soir c’était plus difficile.

-Assied toi Artis. Qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi me demandes-tu cela ?

Inutile de regarder son cœur pour sentir la frustration et la colère qui émanait de lui. Ses yeux se portèrent néanmoins sur sa poitrine. Excepté la disparition de ténèbres contenues dans son bras, il n’y avait pas grand-chose de nouveau…

-Ton cœur est plus lumineux que la plupart des gens que j’ai eu l’occasion de rencontrer, c’est encore plus fort maintenant que tu t’es débarrassé de tes ténèbres. Je pourrai te faire une analyse plus poussée mais il faudrait que je lise dans ton cœur en renforçant notre connexion. Est-ce cela que tu veux ? Je perçois les sentiments des autres, c’est vrai, mais je ne suis pas psychologue tu sais ?

Blanche-Neige comprit qu’Artis attendait plus de sa part et finit par accepter à contrecœur de creuser plus. Elle espérait que les sentiments négatifs de son interlocuteur ne viendraient pas renforcer les siens. Ce soir, elle ne se sentait pas de gérer une surdose de déprime. Mais elle savait bien comme ça se passait… elle n’y échapperait pas. Elle se concentra donc sur le cœur d’Artis et n’eut pas beaucoup de mal à y établir un pont. Les sentiments du garçon la heurtèrent de plein fouet et elle dû faire appel à toute sa concentration pour faire le tri et reprendre le contrôle – heureusement qu’elle avait un peu d’expérience dans ce domaine. Il lui était tout à coup beaucoup plus facile de comprendre la nature de ses sentiments, elle les ressentait à l’état brut.

-Tu ressens de la colère et de la frustration face à la situation.  L’univers tout entier est menacé mais nous ne sommes qu’une poignée à tenter de le sauver… c’est bien cela ? Tu fais tout ton possible pour le cacher, mais au fond tu es terrifié à l’idée de perdre les gens que tu aimes, tu ne veux plus être seul. Tu es prêt à tout pour arrêter les Justes, quitte à rechercher à nouveau le soutien des ténèbres…

Elle marqua un arrêt.

-C’est ça qui t’effraie ? Tu as peur de rechuter ? Écoute-moi bien Artis, toutes les personnes qui ont souffert une fois dans leur vie ont tendance à se rapprocher des ténèbres, c’est naturel. Les sentiments positifs nous poussent à aller de l’avant tandis que la douleur nous fait couler. Risques-tu de sombrer ? Bien sûr, la vie est un combat perpétuel entre le bien et le mal, le bonheur et la souffrance. Ton état d’esprit actuel fait de toi une cible facile. Mais je ne doute pas de ta capacité à te relever… tu as un esprit combattif… J’ai confiance en toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Jeu 3 Déc - 2:39

-Loin de moi l'idée d'écouter aux portes mais j'ai une affaire urgente m'attendant à la salle de bain. Vous pourrez continuer vos messes basses lorsque je serai parti.

Ce n'est qu'en entendant la remarque d'Eren que le porteur réalisa sa proximité physique avec la princesse. En conséquence, il recula d'un pas pour laisser passer ce dernier, qui leur lança une regard lourd de sous entendues.

-Bon… allons faire des "messes basses" dans la chambre tu veux ? Nous y serons plus tranquilles.

S'il n'avait été aussi préoccupé, Artis aurait presque pu rire tant cette phrase pouvait porter à confusion. Il n'en fit rien, et se contenta de suivre Blanche, le regard dans le vague. Il referma la porte derrière lui avant de s'adosser contre elle, croisant les bras le temps que son interlocutrice ne finisse de s'installer sur le lit.

-Assied toi Artis. Qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi me demandes-tu cela ?

-Disons simplement que je voudrais être fixé. Déclara le jeune homme en s'asseyant sur le lit, légèrement gêné. Après tout ce que j'ai pu lui faire subir, j'aimerais savoir s'il ne risque pas de me lâcher en cours de route.

- ... Je pourrai te faire une analyse plus poussée mais il faudrait que je lise dans ton cœur en renforçant notre connexion. Est-ce cela que tu veux ? Je perçois les sentiments des autres, c’est vrai, mais je ne suis pas psychologue tu sais ?

Il lui adressa un petit sourire cynique, comprenant que sa propre proposition était loin de la ravir.

-L'idée ne me plaît pas non plus, mais je me dois d'insister. Je te force à rien, mais on a déjà le cas d'Eren à gérer. Si je suis sur le point de replonger...j'aimerais autant le savoir.

La jeune femme écouta ce qu'il avait à dire avant d'accepter, visiblement avec un certain à priori. Elle établit rapidement une connexion entre eux, ce qui chamboula assez violemment le mi-simili mi-sans cœur. Lui qui avait pour habitude de ne laisser personne s'approcher d'un peu trop près, il lui était difficile de pouvoir ouvrir son cœur aussi librement à quelqu'un. Déjà qu'il détestait qu'elle utilise son empathie sur lui...

-Tu ressens de la colère et de la frustration face à la situation.  L’univers tout entier est menacé mais nous ne sommes qu’une poignée à tenter de le sauver… c’est bien cela ?

-Ah ouais...efficace. Bredouilla le Voiel, surpris qu'elle puisse lire en lui comme dans un livre ouvert.

-Tu fais tout ton possible pour le cacher, mais au fond tu es terrifié à l’idée de perdre les gens que tu aimes, tu ne veux plus être seul. Tu es prêt à tout pour arrêter les Justes, quitte à rechercher à nouveau le soutien des ténèbres…

Il fut à deux doigts de lui demander d'arrêter. Etrangement, entendre la vérité d'une autre bouche que la sienne lui était insoutenable. Tout les sentiments qu'il avait jusqu'à là reniés lui revenaient désormais en pleine figure, et autant dire qu'il le gérait assez mal. Le contrôle de son corps lui échappa, et ses mains se mirent à trembler. Il faut dire que chaque sentiment que la princesse faisait remonter à la surface lui nouait l'estomac, tant il avait cherché à les repousser tout ce temps.

-C’est ça qui t’effraie ?

*Arrêtes...*

-Tu as peur de rechuter ?

*Je t'en supplie arrêtes...*

-Écoute-moi bien Artis, toutes les personnes qui ont souffert une fois dans leur vie ont tendance à se rapprocher des ténèbres, c’est naturel. Les sentiments positifs nous poussent à aller de l’avant tandis que la douleur nous fait couler. Risques-tu de sombrer ? Bien sûr, la vie est un combat perpétuel entre le bien et le mal, le bonheur et la souffrance. Ton état d’esprit actuel fait de toi une cible facile. Mais je ne doute pas de ta capacité à te relever… tu as un esprit combattif…

Les mots de la jeune femme parvinrent à légèrement apaiser son mal être, sans pour autant lui remonter le moral. Il hésita à reprendre la parole et à lui exposer son passé. Elle l'avait certes connu ivre et rongé par le chagrin, mais elle était loin de l'avoir vue sous son jour le plus sombre. Mais pouvait elle comprendre ? Pouvait elle seulement l'accepter ? Elle qui clamait si facilement sa capacité à pouvoir se relever, se doutait elle seulement à quel point avait il pu plonger auparavant ? Les ténèbres l'avait profondément marqué, et pour cause. Elles avaient été son unique compagnie il y a des années.

-J’ai confiance en toi.

-Tant mieux, parce que moi je n'en suis plus capable.

Il s'était planté tellement de fois...comment aurait-il pu continuer à croire en lui même ? Sans un mot de plus, le keybladeur se releva brusquement du lit, espérant ainsi rompre leur connexion. Il plaqua ses paumes contre sa figure sans un bruit, s’efforçant d'arrêter les tremblements que son corps lui infligeait. Quelques secondes s'écoulèrent avant qu'il ne se tourne à nouveau vers sa comparse.

-Mais...si jamais je perd pied, dis le moi. En tout cas, merci.

Il adressa un signe de tête accompagné d'un petit sourire forcé pour lui témoigner sa reconnaissance, avant de tourner les talons et de se diriger vers la porte. Il ne se stoppa qu'une fois celle-ci ouverte.

-Au fait...je me doute que tu dois en avoir ras-le-bol qu'on te dise quoi faire. Mais j'me fais du soucis pour toi, alors penses un peu à te ménager, ok ?

Il referma ensuite la porte derrière lui, avant de se laisser glisser contre cette dernière. Une fois assit, il prit sa tête entre ses mains et retint un cri de rage. Il devait désormais encaisser toutes les émotions qu'il avait accumulé tout ce temps, et même plus. Car ce qu'il s'était bien gardé de dire, c'est que leur connexion avait fonctionné dans les deux sens. Si Blanche était parvenue à voir les sentiments que le porteur refoulait, il s'était pour sa part confronté à ceux que son interlocutrice ressentait. Et quel bordel...  

En bas, Feather continuait de se trémousser au rythme de la musique, alignant les crêpes les unes après les autres. Aerith l'accompagnant dans sa tâche, il s'accorda une pause amplement méritée et retira son tablier. Accoudé contre le plan de travail il rêvassa quelques instants avant de sentir son couteau glisser de sa ceinture, faute de l'avoir mit correctement. Il s'empara alors de l'objet et le contempla sous tout les angles. Il n'affectionnait pas particulièrement les armes, mais force est de reconnaitre que celle-ci était d'excellente facture. En y repensant à deux fois, Blanche avait peut être eut raison d'insister...

-Tu écris ? De quoi cela parle ?

-Of...rien de b-bien intéressant ! Bégaya l'auteur. Je croyais que notre escapade au grand vallon m'aurait inspiré, mais non.

-Est-ce que tu voyages souvent d’un monde à l’autre ?

-Oh ça non, c'est bien trop dangereux ! Ca devait bien faire deux ans que je n'avais pas quitté Traverse...

-Comment es-tu arrivé à Traverse ? C’est une question personnelle, ne t’oblige pas à me répondre si tu ne le souhaite pas, d’accord ?

-Euh...j'y ai simplement emménagé, votre majesté. Bredouilla l'écrivain en baissant la tête. Après quoi, il sentit soudain une bouffée de bien être l'envahir. Profitant de cet excès de confiance aussi bienvenue qu'inattendue, l'auteur reprit soudain la parole. Pardon, ce que je voulais dire c'est que j'ai d'abord vécu ici, au Jardin Radieux. Mais après qu'Artis ait décidé de s'exiler eh bien...J'ai un peu perdu l'inspiration, alors je me suis dis que changer d'air aiderait surement.

-Oh… j’y pense… tu as décidé d’entrer dans la lutte mais tu n’as pas d’armes, si ? ... Je devrais pouvoir remédier à ça, le temps que tu t’en procure une qui te corresponde vraiment. J’espère que tu n’auras jamais à t’en servir, mais par sécurité…

-Vous êtes sure !? Je ne voudrais pas...Il se tut lorsqu'elle lui tendit le poignard.

- ... Choisi bien ton arme, elle te sauvera peut-être la vie un jour. Prends le temps de réfléchir.

Evidemment, son choix s'était porté sur le taser. N'ayant aucune expérience martial, une arme aussi efficace lui sembla être le meilleur compromis. Toutefois, Blanche insista rigoureusement pour qu'il prenne aussi le poignard. Après une successions de refus polis, elle obtint gain de cause, puisque l'écrivain finit par céder. Il engouffra alors l'arme dans son étui avant de la ranger à sa ceinture (correctement cette fois ci) et se mit à fixer le plafond, agacé que ses compagnons continuent à s'isoler de la sorte. Puisqu'aucun n'appréciait ses efforts, il se résigna et lança une crêpe à la manière d'un frisbee en direction de Stitch.

-Tiens bonhomme ! Toi au moins tu sais apprécier les bonnes choses...

L'écrivain fut ravit que des bruits de pas lui parvienne enfin. Il fixa les escaliers avec impatience, jusqu'à ce qu'il ne reconnaisse enfin le prince. Il le salua vivement d'un signe de main et s'adressa à lui à travers la pièce.

-Hey ! Tu veux une crêpe ? Artis et la princesse ont même pas voulus y gouter...

La réponse d'Eren provoqua la surprise générale, ce dernier leur affirma que tout deux s'étaient dors et déjà enfermés dans une chambre, non sans un certain sous entendu. Feather et Aerith échangèrent alors un regard des plus circonspect, ne sachant pas quoi en penser.

Comment avait-il pu être à ce point aveugle ? Obsédé par sa propre souffrance, il n'avait même pas réalisé à quel point elle allait mal. Cette femme forte et indépendante qu'il admirait tant était entrain de se briser. Et pourtant, elle avait sut trouver la force de se soucier de chacun d'entre eux, et ce sans jamais formuler la moindre plainte. Il se ressassa les paroles de la jeune femme à Traverse, et de comment elle avait assistée impuissante au massacre de sa famille. Puis il se rappela de ce qu'il lui avait répondu, et se gifla mentalement. Au rythme où allaient les choses, ils allaient tous y laissés leur santé mentale...

Le jeune homme prit alors un certain temps pour se relever en s'appuyant contre la porte. Mais un détail le chiffonna. En y regardant de plus près, il y avait une trace. Une trace de sang. Le mi-simili mi-sans cœur frotta alors ses doigts contre l'hémoglobine, constatant que celle-ci était des plus fraiche. Il recula de quelques pas en essayant d'y voir plus clair, jusqu'à ce que cela fasse tilt. La salle de bain. L'expression du porteur se modifia brusquement, arborant un air des plus froid. Il descendit en trombe vers le rez de chaussée, où Feather et Aerith dansaient en riants. Mais son regard se posa instinctivement sur Eren, auprès du quel il se rendit sans attendre. L'écrivain tenta alors d'arrêter son ami pour l'inviter à danser, mais ce dernier l'ignora totalement. Il se figea à un mètre du prince, et plongea ses yeux dans les siens. Le bandage qu'il portait confirma la théorie du keybladeur...

-Tu peux me dire à quoi tu joues ?

Sentant la tension naissante entre les deux hommes, Aerith tenta de calmer le jeu tandis que l'auteur se ruait vers son plat de crêpes. Il voulut le donner au Voiel, qui frappa nonchalamment dedans sans même un regard, les yeux toujours rivés sur Eren.

-Nan mais ca va pas !? Faut te détendre vieux !

Artis ne formula aucune réponse, affichant toujours un air froid et détaché. Mais contrairement aux apparences, il ne s'agissait pas d'un simple duel de regard entre deux mâles en rûtes. Il s'agissait de savoir à quel point le Prince s'était déjà abandonné aux ténèbres. Le rouquin tenta alors une tape amicale pour faire émerger son ami, mais il ne fit que brasser de l'air, le porteur esquivant le geste et se redirigeant vers les escaliers.

-'vais me coucher.

Feather voulu s'arracher les cheveux tant le comportement du Voiel était insupportable, mais il tenait trop à sa tignasse. A défaut de quoi il se contenta de ramasser le plat de crêpes, donnant à Stitch celles qui avaient touchées le sol. Il alla ensuite couper sa musique, comprenant que sa petite fête improvisée n'aurait jamais lieu. Faute de quoi, il s'adressa à Aerith et Eren.

-Vraiment désolé pour lui, ce n'est qu'un sauvage...

Artis claqua la porte derrière lui avant de se jeter sur le lit. Ce n'est qu'une fois allongé de la sorte qu'il constata enfin la fatigue nerveuse dont il était victime, et ce depuis bien trop longtemps. Il était temps pour lui de s'accorder un peu de répit, d'arrêter de réfléchir. Peu à peu, ses yeux se fermèrent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eren Illyrio



Messages : 180
Triomphe : 77
Date d'inscription : 29/03/2015
Age : 22

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Survivre le plus longtemps possible en honorant la mémoire de Milly

MessageSujet: Re: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Dim 6 Déc - 13:49

Eren sut immédiatement qu'il venait d'interrompre quelque chose d'important en s'adressant au couple qui commençait à se former. De lourds regards ponctuèrent la remarque que le prince fit avant de passer entre Artis et Blanche pour se diriger vers la salle de bain. S'ils voulaient discutailler entre eux et se rapprocher l'un de l'autre très bien, il n'en avait cure. Il poussa la porte de la salle de bain et la referma sur le silence ambiant du couloir.

Il actionna ensuite le robinet et fit couler un filet d'eau froide et pure qui se changea immédiatement en une couleur noirâtre à son contact. Son sang lui-même avait une couleur noire de mauvaise augure. Le miroir face à lui lui rendit son reflet, le reflet d'un monstre à corne et au teint pâle, plus le temps passait et plus il avait l'impression de ressemblait au sans-coeur qui les avaient aidé aux pays des merveilles. Il ne remarqua même pas son poing se fermer intensément, serrant la plaie et empêchant son sang de couleur. Qu'est-ce qui lui prenait de s'en prendre à Blanche, sans doute une des seules personnes à pouvoir l'aider.

Il finit de rincer sa main puis saisit un bandage qui traînait. Sans réellement prendre soin de ses gestes, Eren entoura sa main de la fine bande. Il colmata très mal le bandage mais peu lui importait, il se doutait que ce n'était pas une petite coupure, bien qu'un peu profonde, qui pourrait avoir raison de lui, surtout si les ténèbres le désirait autant.

Les chuchotements dans sa tête continuaient, toujours aussi faible mais désormais tout à fait compréhensible : Ils veulent se débarrasser de toi ou encore rappelle toi qui est le prince du royaume étaient légions. Il remémorait aussi sa rencontre avec cet homme à la lame si longue. Il avait prédit qu'Eren sombrerait, c'était son destin. Que devait-il faire ? L'accepter ou bien refuser cela comme lui avait dit Blanche.

Confus de son comportement, Eren s'extirpa de la salle de bain et voulut redescendre mais en pensant à côté d'une porte les voix attirèrent son attention. Ce n'était pas les voix dans sa tête mais celle d'Artis. Il attrapa la conversation en cours, sans vraiment le vouloir :

-...Je te force à rien, mais on a déjà le cas d'Eren à gérer. Si je suis sur le point de replonger...j'aimerais autant le savoir.

Eren entendit cela comme une sorte de trahison. Elle fut, par ailleurs, renforcée par les voix dans sa tête affluant dans ce sens. Il s'approcha de la porte et posa, sans même s'en rendre compte, sa main bandée sur celle-ci. Il écouta un peu du reste de la conversation jusqu'à ce qu'Artis prévienne qu'il n'avait plus confiance en lui. Cette remarque fit grincer des dents au prince. Ce n'était pas lui qui se tapait une apparence de monstre.

Il en avait déjà trop entendu. Il s'éloigna de la porte, laissant sur celle-ci une trace de sang venant de sa main sans s'en rendre compte puis redescendit les escaliers. Il était encore moins d'humeur à faire la fête qu'auparavant.

Stitch quant à lui, continuait à essayer d'attraper le plus possible de crêpes au vole, se remplissant la panse des parts des personnes qui n'étaient pas présente. Pour lui les absents avaient toujours tort, il était donc normal de prendre leur part.

Il se demandait par la même occasion si la princesse se souvenait de lui. Au vue de la conversation qu'ils avaient eut dans la journée, il en doutait sérieusement. La scène repassa dans sa tête dans les moindres détails. Il était allongé, son biberon de café dans les mains lorsque la princesse de coeur s'était tournée vers lui et lui avait demandée :

Et toi Stitch, d’où viens-tu ? Comment es-tu arrivé au Jardin Radieux ?

-Stitch accompagnait Sora. Son monde a été détruit. Je suis perdu... Je cherche ma Ohana.

Une larme avait faillie couler le long de sa joue mais il était parvenue à la retenir en inspirant de grandes gorgés de café. Depuis le temps qu'il recherchait sa Ohana, il n'avait toujours aucune piste et commençait même à se demander si son monde existait toujours.

Le retour au présent surgit en même temps que l'homme qui lui servait de perchoir. Il arriva au moment où Feather décidait de jouer au frisbee avec l'extra-terrestre. L'écrivain proposa alors une crêpe au prince mais celui-ci refusa d'un geste, toujours en proie à la colère. Il poursuivit ce que disait Feather sur Blanche et Artis

-Ils se sont isolés dans une chambre pour avoir un peu d'intimité. Je crois qu'ils préfèrent autre chose que des crêpes en ce moment.

Eren se rendit compte immédiatement qu'il avait parlé trop vite au vue des expressions qui se tournait vers lui. Visiblement ce qu'il disait portait à confusion. Il voulut se reprendre mais décida qu'il s'agissait d'une petite vengeance acceptable pour le "Cas d'Eren". Le prince alla se placer contre le mur opposé et resserra le bandage qui maintenait sa plaie. Il vit alors qu'un peu de sang s'en échappait.

Il n'eut pas réellement le temps de se poser des questions ou d'imaginer les endroit où son sang avait pu couler qu'un Artis déboula dans la pièce en furie. Il s'adressa au prince de manière brutale avant d'envoyer voler un plat de crêpe.

-Tu peux me dire à quoi tu joue ?

-Ca ne se voit pas, je m'éclate à cette fête pendant que tu batifole.

Les yeux d'Eren étaient fixés sur ceux d'Artis, ne le lâchant pas. Il sentait toute la tension de l’événement et se demandait s'il avait besoin de sortir son arme ou non. Aerith tenta de calmer la situation, de même pour Feather. Stitch, quant à lui, ne comprenait pas bien tout ce qui se jouait devant ses yeux.

Artis lâcha finalement le regard alors qu'il décidait de partir se coucher. L'assistance le regarda partir et le prince serra les poings. Cette histoire n'allait sûrement pas rester en suspend. Feather s'adressa à Aerith et à Eren, traitant Artis de sauvage et s'excusant pour lui. Il ne savait pas encore ce qu'allait faire le prince.

Il observa les autres et leurs mine déconfite devant ce qui venait de se passer. Puis il fonça dans les escaliers, gravit les marches deux à deux et déboucha dans le couloir où il avait surprit Blanche et Artis. Il chercha la chambre d'Artis, découvrit la porte fermée, prit son élan et fracassa son pied avec violence contre le bois. Avant même qu'Artis n'essaye d'esquisser un geste, le prince fondit sur lui, le prit à la gorge et le jeta hors de son lit au sol.

Le prince sentait toute la rancœur qu'il avait à l'égard d'Artis l'envahir. Cet homme et lui avait un gros différent à régler. Il se jeta sur Artis au sol et plaqua son tibia contre sa gorge. Eren savait ce qu'il faisait, il étouffait Artis à petit feu et l'immobilisait. Il pourrait parler tranquille. Il lui cracha alors :

-Je ne suis pas un cas à régler, une chose que tu peux balancer comme ça. Mon nom est Eren Illyrio, prince déchu et mercenaire en proie aux ténèbres. Plus rien ne m'attache à ce monde ! Toi as la chance d'avoir à tes côtés une raison de lutter et tu doute ?! Alors peut-être vaudrait-il mieux que tu crève maintenant de ma main !

La main bandée d'Eren s'éleva alors dans les airs, une lueur noire s'en échappait. Des rainures noires s'étaient créée sur son visage. Il sombrait il le sentait mais la colère l'empêchait de réfléchir. Les vois le poussaient : "Fait le" criait-elle toute. Alors, de toutes ses forces, il abattit cette main...

Qui s'écrasa juste à côté du visage d'Artis, fissurant le sol et explosant littéralement la peau des jointures de son poing. Avec le peu de conscience qu'il avait encore, il avait choisi de ne pas frapper cet homme. Il se releva, libérant ainsi le souffle d'Artis, et marcha vers la porte. Qu'avait-il était sur le point de faire ? Et s'il n'avait pas su s'arrêter à temps ? Sans même prendre la peine de se retourner, Eren lança à Artis :

-Toi et moi on est pas si différent. On lutte simplement sans disposer des mêmes armes ni des mêmes chances. J'espère pour toi que tu es meilleur que tu le parait.

Le prince sortit alors de la chambre, dans le couloir où tous le monde s'étaient rassemblés à cause des bruits de lutte. Des regards de toutes sortes le constellait. Celui de Stitch, entre autre, était un regard plein de méfiance. Dans quel camp était le prince ? Lui-même commençait sérieusement à en douter. Il s'arrêta devant Aerith qui le regardait sans parler. Le prince s'inclina alors devant elle et lui dit :

-Je suis désolé pour votre porte Aerith. Je la rembourserais lorsque j'aurais récolté assez d'argent.

Puis le prince s'éclipsa à nouveau sous les yeux de tout ce beau monde. Il se dirigea vers la porte, l'ouvrit et sortit à l'air frais de la soirée. Il fit ensuite le tour de la maison et s'assit dos à un arbre. Son action allait entraîner des conséquences à son égards. Méfiance, rejets, tout ça il ne le connaissait que trop bien. Il passa les mains sur son visage, conscient que cette soirée pouvait être la dernière qu'il passerait avec toutes ces personnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu



Messages : 37
Triomphe : 52
Date d'inscription : 17/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Lun 7 Déc - 16:08

~ Intervention du Maitre du Jeu ~


 
A l’instant où Eren rentra dans la salle de bains et commença à nettoyer le sang de ses mains, le garçon pu sentir un regard braqué sur lui, comme si quelqu’un l’épiait. Pourtant, il n’y avait personne dans la pièce. Cette sensation ne le quitta pas pendant tout le reste de son voyage jusqu’au salon et devient nettement plus forte lors de l’altercation entre Artis et lui (tous les gens présents dans la pièce purent le sentir à ce moment-là). L’impression qu’une présence le suivait se renforça lorsqu’il monta les brutalement les escaliers avec une intention néfaste. La présence n’avait maintenant plus rien d’amical…

Un feulement de colère retentit brusquement lorsqu’il défonça la porte et s’attaqua à Artis. L’hostilité devient évidente, quelle que soit la chose présente, Eren venait de se  la mettre à dos. Bien qu’Eren soit trop occupé par l’altercation pour le remarquer vraiment, les murs de la maison se mirent à trembler légèrement.

Lorsqu’Aerith entendit le vacarme de la porte fracassée retentir, elle sursauta et bondit de sa chaise.

-Non non non, s’écria-t-elle soudain, il est avec nous, ne le tue pas !

D’un point de vu extérieur, la jeune femme donnait l’impression de parler dans le vide. Sans attendre, elle se précipita vers les escaliers. Quelque chose grognait à l’étage, sans qu’il puisse être possible de le localiser. Ça avait l’air très énervé.  

Aerith eut une expression horrifiée en découvrant les dégâts depuis le couloir et plus encore en constatant l’agression dont était victime Artis. Hélas, elle le savait, elle n’aurait pas la force de l’arrêter. Elle demeura donc passive.

-Eren arrêtez, la Maison va vous tuer !

L’homme abattit son poing sur le sol, broyant plusieurs lattes et faisant un trou. A nouveau, un feulement de rage retentit, nettement plus fort cette fois. Eren sorti de la chambre, son corps lui parut soudain plus lourd  comme si ses muscles étaient fatigués. La guérisseuse risqua un coup d’œil à l’intérieur et sembla rassurée en voyant qu’Artis allait bien.

-Je suis désolé pour votre porte Aerith. Je la rembourserais lorsque j'aurais récolté assez d'argent.

-C’est auprès de la Maison qu’il faut vous excuser. Sortez, vite !

Alors qu’il descendait les escaliers pour rejoindre le hall, Eren pu constater que la porte d’entrée demeurait close. De son côté, Aerith se tourna vers le mur et lui fit un câlin comme s’il s’agissait d’un animal.

-Laisse le partir, s’il te plait. C’est finit maintenant…

Les tremblements cessèrent. Eren pu ouvrir la porte mais cette dernière lui donna l’impression de peser une tonne. Il était évident que la Maison y mettait de la mauvaise volonté. La porte se referma en claquant derrière lui et tout le monde dans la Maison pu entendre un bruit de verrou qui se mettait en place.

-Merci, lança Aerith en gratouillant le mur. Tu es une gentille Maison.

Un ronronnement raisonna tout à coup. Aerith se tourna alors vers les protagonistes restants.

-Désolé, j’avais oublié de vous le dire mais je ne pensais pas que l’un d’entre vous serait… enfin bref. Merlin a ensorcelé la Maison pour qu’elle repousse de manière systématique toute personne entrant avec des intentions mauvaises… On peut dire qu’elle est vivante, en quelque sorte, et elle est allergique aux ténèbres.

Un éternuement retentit soudain.

-N’en fait pas trop non plus !

Aerith jeta un coup d’œil à la chambre pour constater les dégâts.

-Il est en train de se changer en sans-cœur, n’est-ce pas Blanche ? Je ne crois pas que la Maison le laissera à nouveau rentrer… il est trop dangereux. Qu’allez-vous faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Mar 8 Déc - 17:20

En acceptant la requête d’Artis, Blanche lui avait finalement révélé son talent d’empathie qu’elle cachait d’ordinaire. Mieux valait taire ce genre de capacités. Les gens préféraient croire avoir à faire à une personne très observatrice qu’à quelqu’un capable de savoir exactement ce qu’ils ressentaient sans avoir besoin de parler. Lorsqu’ils apprenaient la vérité, ils devenaient souvent distants. Une manière comme une autre de tenter de préserver leur intimité et leur vie privée. Cette capacité, Blanche ne l’avait pas demandé, elle était restée latente jusqu’à son enlèvement et sa rencontre avec les autres princesses de cœur. Le jour de son réveil, après le passage de Sora, elle avait appris qui elle était et ses pouvoirs s’étaient soudain réveillés. La raison n’était pas bien difficile à comprendre, elle était infiniment plus forte en présence des six autres et la rencontre avait fait sauter un verrou psychologique. Dès lors, ses pouvoirs n’avaient cessés de devenir plus puissants au fil des années… jusqu’à aujourd’hui où elle commençait à en perdre le contrôle. Depuis quelques semaines ses visions se faisaient plus nombreuses et plus intenses, son empathie plus difficile à refouler, et elle sentait qu’elle perdait la maitrise de quelque chose d’important. Tout ça était peut-être lié au choc provoqué par le retour de son ancienne vie et à tous les souvenirs que ça lui avait rappelés… Ou pas. Impossible à savoir.

-Ah ouais...efficace, bredouilla son compagnon.

Blanche se demanda s’il allait éprouver de la méfiance à son égard ou prendre de la distance maintenant qu’il savait. Elle espéra de tout son cœur que non. L’idée de perdre son seul allié   dans la mission qu’elle souhaitait entreprendre lui était insupportable. Elle refusait de l’admettre, mais elle savait au fond d’elle qu’elle ne pourrait pas demander à Eren de l’accompagner dans son monde natal. Le jeune homme était trop proche des ténèbres, il pouvait perdre le contrôle à tout moment. Elle ne pouvait pas risquer de compromettre la mission, encore moins de mettre en danger son fils. Quant à Feather… il ne savait pas se battre, elle ne l’enverrait pas à une mort certaine. Elle était déjà quasi sure de perdre elle-même la vie là-bas, depuis qu’elle avait entrevu son avenir… c’était du suicide. Qu’arriverait-il alors à Chris ? Non, il lui faudrait faire promettre à Artis de le sortir de son monde coute que coute et de le faire adopter par une famille aimante… une famille qui lui offrirait l’avenir heureux qu’elle ne pourrait probablement pas lui donner.


Malgré ses craintes, elle poursuivi son analyse. De toute façon il était trop tard pour regretter, elle avait trop parlé.

-Tant mieux, parce que moi je n'en suis plus capable.

Elle interpréta le geste qui accompagna cette déclaration comme une volonté de sa part de clore la conversation et mit fin à la connexion avec un certain soulagement. Il tremblait. Le voir dans cet état lui fit mal au cœur, elle n’aimait pas voir ses proches souffrir. Et pourtant, comment aurait-il pu en être autrement avec la récente disparition de Lyn ? Mais ce soir elle ne se sentait pas capable de consoler qui que ce soit… elle n’aspirait qu’à la solitude, aussi fut elle soulagée de le voir se diriger vers la porte. Demain serait différent. Demain elle pourrait remettre son masque et jouer au psychologue avec chacun d’entre eux pour essayer de les aider –surtout Eren. Mais pas ce soir. Ce soir elle ressentait le besoin de se cacher bien au chaud sous une couverture et de craquer un bon coup, encore plus depuis que les sentiments dépressifs d’Artis étaient venus se greffer aux siens.

-Mais...si jamais je perd pied, dis le moi. En tout cas, merci.

La brune lui renvoya un faible sourire en guise de réponse, triste de ne pas pouvoir lui offrir plus.

-Au fait...je me doute que tu dois en avoir ras-le-bol qu'on te dise quoi faire. Mais j'me fais du souci pour toi, alors penses un peu à te ménager, ok ?

Elle le regarda d’abord avec étonnement, puis acquiesça de la tête. Il avait remarqué ? Peut-être qu’elle n’était pas si bonne comédienne que ça finalement. Elle fut toutefois touchée de savoir qu’il s’inquiétait pour elle. A quand remontait la dernière fois que quelqu’un lui avait demandé si elle se sentait bien ?

Longtemps.

Aussitôt qu’il sorti, Blanche fouilla son sac et en sorti un survêtement noir et un sweat blanc et se changea, délaissant sans regrets ses vêtements usuels. Quitte à se reposer, autant le faire en pyjama. Elle défit sa tresse et constata que ses cheveux étaient maintenant bouclés, alluma la lampe de chevet et éteignit la grande lumière, attrapa son mp3 et s’enroula dans une couette. D’ordinaire, la musique avait un pouvoir apaisant sur elle, ce soir, elle lui permettait de s’isoler des bruits de la maison.

Confortablement installée et loin des autres, la musique à fond, elle se sentit soudain mieux. Elle allait enfin pouvoir réfléchir et faire le point…

Aussitôt ses pensées la ramenèrent vers Chris. Par quelle ironie du destin Lyn avait-elle bien pu choisir le pire jour de sa vie pour la ramener dans le passé ? Si elle avait cru en dieu, elle aurait pensé avec certitude que ce dernier se moquait d’elle. Lui offrir un cœur incorruptible et la harceler jour après jour pour faire de sa vie un enfer en lui enlevant ses proches les uns après les autres… la mort et la guerre faisaient partie de son quotidien depuis ses dix-sept ans, mais il y avait une différence entre voir périr des inconnus et voir mourir les gens que l’on aimait plus que tout au monde. Comme si voyager dans le passé ne suffisait pas, elle avait rencontré son fils adulte, elle lui avait parlé… et Lyn l’avait tué en se sacrifiant. La seule chose qui l’empêchait aujourd’hui de se tirer une balle dans la tête était la certitude que son fils était bien vivant, quelque part dans son monde natal. C’était à cette affirmation qu’elle se raccrochait. C’était cela qui lui donnait la force de se battre, qui l’avait motivé à renouer avec le Comité. La guerre faisait rage et elle aurait voulu se couper en quatre pour aider le Jardin Radieux, partir à la recherche d’Alice et aller retrouver les autres princesses de cœur, faire des recherches sur les Artefacts… mais chaque jour qui passait était un risque supplémentaire que Catherine mette la main sur Chris et cela ne devait pas arriver. Oui il y avait de nombreuses batailles à mener, mais sa seule et unique priorité était de sauver son fils… à moins qu’il ne soit déjà mort… les larmes se mirent à couler sans qu’elle ne cherche à les retenir. Que ferait-elle s’il était déjà mort ? Elle n’aurait qu’à se jeter corps et âme dans la guerre, elle finirait bien par devenir une victime elle aussi. Au moins elle aurait la satisfaction de ne pas être morte pour rien. Qu’il devait être bon d’être mort… ne plus avoir à souffrir. Un repos définitif.

La jeune femme essuya ses yeux avec la manche de son pull et changea la musique pour mettre quelque chose de plus dynamique. Elle devait se ressaisir ! La situation n’était pas si dramatique ! La fin du monde approchait, le pays des Merveilles était détruit, son amie passablement morte, elle se sentait plus seule que jamais loin de Sia et du monde qu’elle avait fini par adopter, elle ne pouvait pas rentrer dans son monde natal sans risquer sa vie, un assassin la traquait partout où elle allait, elle avait prédit sa propre mort, l’un de ses alliés était en train de devenir un sans-cœur et l’autre passait son temps à boire, lancer des piques agressives ou s’enfuir dehors sans jamais dire où il allait… Mais son fils était peut-être en vie et cet espoir éclairait son avenir sous un tout nouveau jour.

Perdue dans ses sombres pensées, elle sursauta violemment lorsqu’un bruit sourd raisonna à l’étage. Elle eut l’impression qu’un boulet de canon avait dévasté la maison et qu’un animal sauvage avait hurlé. Une ambiance malsaine flottait dans l’air, comme si quelqu’un chose de mauvais s’était réveillé.  

« On nous attaque ?! »

La jeune femme arracha ses écouteurs et bondit de son lit. Elle était pieds nus, cheveux détachés et en pyjama, s’il fallait se battre elle serait désavantagée mais elle n’avait pas le temps de se rééquiper. Heureusement que son arme symbiotique, bijoux de la science, ne quittait jamais sa main. Elle invoqua son arme de prédilection et risqua un coup d’œil hors de sa chambre avec un soupçon d’angoisse : elle ne savait pas du tout à quoi s’attendre de l’autre côté de la porte. Le calme plat dans le couloir, excepté de la poussière volante et des débris de bois provenant d’une chambre. Le toit était intact, ce qui les avait attaqués s’était donc infiltré dans la maison. Elle aurait pu attendre que ses compagnons la rejoignent pour éviter de trop exposer sa vie, mais rien ne lui affirmait qu’ils ne fussent pas déjà en train de se battre. Elle fit donc la chose la plus stupide qu’il lui était donné de faire dans la situation et décida de se jeter dans la gueule du loup en tentant d’esquiver les débris de bois avec ses pieds nus.

-…Toi as la chance d'avoir à tes côtés une raison de lutter et tu doute ?! Alors peut-être vaudrait-il mieux que tu crève maintenant de ma main !

C’est en se rapprochant qu’elle entendit la voix d’Eren s’élever. Son cœur ne fit qu’un tour dans sa poitrine lorsqu’elle comprit ce qui était en train de se passer. Il avait craqué, il s’était abandonné aux ténèbres. Une peur vive s’empara d’elle. Elle ne gardait pas un très bon souvenir de sa dernière rencontre avec un sans cœur majeur mais cette fois c’était pire, l’ennemi était l’un de ses compagnons de voyage. Et quel que soit la personne à qui il était en train de parler, il risquait de la tuer. Elle se précipita sans plus se préoccuper de se blesser avec les débris du sol et rentra dans la chambre.

Artis était au sol, le presque sans-cœur au-dessus de lui. La main d’Eren se leva, prête à frapper. Blanche-Neige su qu’elle devait tirer… elle braqua son arme sur lui.


-Eren arrête ça ! Ne m’oblige pas à tirer !!

Incapable. Elle en était tout simplement incapable. Si elle éprouvait toujours de la culpabilité à abattre un ennemi, ce n’était rien à côté du fait de s’attaquer à un allié. Elle était complètement tétanisée.

Dans le couloir, elle entendit Aerith s’exclamer :

-Eren arrêtez, la Maison va vous tuer !

Elle ne comprit pas  à quoi elle faisait allusion, en revanche elle eut l’impression que l’air était plus lourd… mais ce sentiment venait sans aucun doute de son ressenti vis-à-vis de la scène qui était en train de se jouer sous ses yeux.

Eren abattit finalement son poing et  défonça le sol. A nouveau un feulement retentit et Blanche frissonna sans comprendre d’où venait ce son. C’était effrayant…

En revanche, Eren avait frappé à côté. Blanche-Neige ressentit un intense soulagement en le voyant se relever et s’éloigner.

-Toi et moi on est pas si différent. On lutte simplement sans disposer des mêmes armes ni des mêmes chances. J'espère pour toi que tu es meilleur que tu le parais.


Elle le suivi des yeux alors qu’il s’excusait auprès d’Aerith et qu’il partait. Elle ne se sentait vraiment pas capable de lui courir après pour tenter de le ramener dans le droit chemin. Pas maintenant. Pas après ce qu’elle venait de voir. Eren lui faisait peur. Elle se gifla intérieurement pour se forcer à reprendre le contrôle et esquissa un mouvement vers Artis. Il ne semblait pas blessé, pas gravement du moins.

-Je suis désolée… j’ai été incapable de tirer… murmura-t-elle, les larmes aux yeux. Est-ce que ça va ?

La culpabilité lui étreignait le cœur. Elle n’avait pas su protéger son compagnon de la menace. Sia lui aurait dit qu’elle faisait preuve de faiblesse et que ce comportement était inapproprié pour un soldat. Dans une guerre il n’y avait pas de place pour les sentiments. Maintenant que le danger était parti, un tas de solutions lui venait en tête : elle aurait pu lui tirer dans le pied ou la jambe, par exemple, pour le neutraliser sans le tuer… mais elle ne l’avait pas fait. Et elle s’en voulait terriblement.

L’air sembla redevenir sain, le vrombissement des murs et du sol cessèrent…

-Merci. Tu es une gentille Maison.

Un ronronnement raisonna alors. Blanche-Neige jeta un regard incrédule à Aerith.

-Désolé, j’avais oublié de vous le dire mais je ne pensais pas que l’un d’entre vous serait… enfin bref. Merlin a ensorcelé la Maison pour qu’elle repousse de manière systématique toute personne entrant avec des intentions mauvaises… On peut dire qu’elle est vivante, en quelque sorte, et elle est allergique aux ténèbres.

Ah ouais… quand même. Plutôt efficace comme système de défense. Donc Eren n’avait eu la vie sauve que grâce à l’intervention d’Aerith pour convaincre la maison de rester calme ? Au final elle n’était pas la seule à avoir fait preuve de faiblesse envers Eren…
La Maison éternua et Blanche-Neige ouvrit des yeux ronds. Non, vraiment, c’était super bizarre. Mais au moins ça avait le mérite de détendre l’atmosphère. Légèrement.

-Merlin me surprendra toujours…

-Il est en train de se changer en sans-cœur, n’est-ce pas Blanche ? Je ne crois pas que la Maison le laissera à nouveau rentrer… il est trop dangereux. Qu’allez-vous faire ?

La douleur de la réalité lui revient en pleine face. Adieu la distraction qu’offrait la Maison. Il allait maintenant falloir prendre une décision, et de cette dernière dépendrait le futur d’Eren. Aerith semblait s’attendre à ce qu’elle ait la réponse, à croire qu’il était tout naturel pour une princesse de cœur de savoir quel comportement adopter devant une personne qui était en train de sombrer dans les ténèbres. Mais comment aurait-elle pu sauver qui que ce soit alors qu’elle était incapable de se sauver elle-même ? D’un geste maladroit, elle essuya les larmes qui avaient roulées sur sa joue un peu plus tôt.

-Tu devrais prévenir Léon et Youffie… il est encore tôt, il doit y avoir des gens dans les rues… je ne veux pas prendre le risque qu’il blesse quelqu’un. Je suis responsable de sa présence ici, je vais régler le problème… d’une manière ou d’une autre.

Une phrase lourde de sens. Elle prit une grande inspiration et se mit à tortiller l’une de ses mèches de cheveux entre ses doigts.

-Il n’a pas encore perdu son cœur… il y a forcément un moyen de le ramener à la raison… 

« Si seulement je le connaissais mieux ! »

La solution était peut-être d’aller le voir et d’engager le dialogue. Si toutefois elle le trouvait et s’il acceptait de parler, ce qui n’était pas gagné vu la crise de fureur qu’il venait de faire. Voilà longtemps qu’elle ne s’était pas sentie aussi démunie face à un problème.  Comment aider quelqu’un à remonter la pente sans rien savoir de lui ? Il lui semblait vaguement avoir compris au Pays des Merveilles qu’il était issu de la royauté… c’était plutôt maigre comme information.

Aerith s’éclipsa en bas et entreprit de passer des coups de téléphone. Quant à Blanche, elle se tourna vers Artis.

-Pourquoi t'a t-il agressé ? Vous vous étiez disputé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Jeu 10 Déc - 2:50

Ses yeux s’écarquillèrent au son émis par la porte. Cette dernière s’expulsa hors du mur, avant de s'écrouler aux côtés de notre porteur. Une ombre bondit sur lui et le propulsa hors du lit avec violence, Eren. Artis tenta brièvement de reprendre ses esprits, mais son assaillant fut plus rapide. Il bloqua le mi-simili mi-sans cœur, l’étouffant à petit feu. Sa respiration coupée, les yeux du Voiel se mirent également à vaciller, sa vue se floutant à mesure que son attaquant lui hurlait dessus.

-Je ne suis pas un cas à régler, une chose que tu peux balancer comme ça. Mon nom est Eren Illyrio, prince déchu et mercenaire en proie aux ténèbres. Plus rien ne m'attache à ce monde ! Toi as la chance d'avoir à tes côtés une raison de lutter et tu doute ?! Alors peut-être vaudrait-il mieux que tu crève maintenant de ma main !

Des hurlements lui parvenaient également du couloir, mais le jeune homme était déjà au bord de l'évanouissement. Pourtant, il puisa dans ses dernières forces pour gorger son bras gauche d'énergie angélique. Toutefois, n'ayant qu'une compréhension limitée de ses nouveaux pouvoirs, il fit partir la quasi totalité de son énergie au creux de ses doigts. Conséquence de quoi, il était désormais incapable de bouger son bras, risquant à tout moment de le faire imploser. Il vit alors le poing d'Eren se dresser au dessus de sa tête, prêt à en découdre.

*Si tu fais ça, je t'emporte avec moi !*

Le poing chargé de ténèbres s'abattant tel un marteau en direction de son visage, le porteur crispa les doigts, tentant vainement de relâcher toute l'énergie qu'il avait concentré dans son bras. Malheureusement pour lui, cela n'eut pas l'effet escompté. La lumière émanant de sa peau s'éteignit brusquement, tout comme l'énergie qui s'en accompagnait. Au final, le poing d'Eren siffla aux oreilles de notre keybladeur, qui exprima un sursaut tant il ne s'attendait pas à cette conclusion. Le prince finit par se relever et ainsi défaire son étreinte, laissant enfin Artis respirer. Ce dernier laissa s'échapper de violents toussotements répétitifs, avant d'appliquer sa main droite contre sa gorge en vue de la soigner.

-Toi et moi on est pas si différent. On lutte simplement sans disposer des mêmes armes ni des mêmes chances. J'espère pour toi que tu es meilleur que tu le parais.

Toujours endolori, le porteur se tassa contre le mur en reprenant progressivement son souffle. Feather, qui avait suivi Aerith, se scandalisa face aux excuses d'Eren, qui prit aussitôt la poudre d'escampette. L'auteur sembla choqué par le fait que personne ne prenne le temps de l'arrêter. Certes, "la maison le menaçait", mais sa seule existence en menaçait beaucoup d'autres. Les yeux humides, Blanche se tourna alors en direction de son compagnon d'armes et lui présenta des excuses pour n'avoir rien fait. Toujours sous le choc, ce dernier se gratta vivement la gorge en affirmant, les yeux rivés vers le plafond :

-J'suis vivant, t'as rien à te reprocher.

Aerith prit alors le temps d'expliquer la situation à notre petit groupe, notamment en ce qui concernait l'ensorcellement de la maison. Feather n'en crut pas ses oreilles. Tout de même, une maison vivante... même avec un effort considérable de sa part, il n'aurait pu l'inventer. C'est à ce moment que l'édifice éternua, arrachant un cri strident à l'écrivain, qui bondit par réflexe dans les bras de Stitch. Tout deux échangèrent un long regard avant que l'auteur ne se décide à descendre, présentant ses excuses les plus plates à la créature. La princesse et son hôte échangèrent ensuite quelques mots quant à la marche à suivre, jusqu'à ce que la première ne conclut par :

-Je suis responsable de sa présence ici, je vais régler le problème… d’une manière ou d’une autre.

Artis fixa les deux femmes en silence, conscient des enjeux. Tout partait déjà à vau-l'eau, et si Eren s'abandonnait définitivement aux ténèbres, le Jardin Radieux allait avoir un autre problème sur les bras. Pas étonnant que Blanche se montre aussi déterminé...Toutefois, le porteur était d'être d'un autre avis, et il manqua pas de le faire savoir.

-Il n’a pas encore perdu son cœur… il y a forcément un moyen de le ramener à la raison…  

-Laisse moi essayer, je suis déjà passé par là.

Le jeune homme se releva péniblement avant de ramasser son manteau, puis s’avança vers son interlocutrice tandis qu'Aerith descendait les escaliers et que Feather tentait de jouer avec Stitch.

-Pourquoi t'a t-il agressé ? Vous vous étiez disputé ?

-Ouais...plus ou moins. Ecoute...

Voyant le visage humide de sa comparse, Artis fit l'effort d'une tentative de contact physique. Il posa difficilement ses mains contre les épaules de la jeune femme, les abaissant délicatement en constatant à quel point elles étaient tendues. Bien qu'il ne soit pas empathe, il espéra que ce petit geste avait au moins eut pour effet de l'apaiser.

-Détends toi, je peu m'en occuper. Je vais aller voir s'il est raisonnable, et dans le cas contraire je ferais ce qui doit être fait. Tu as dis que tu me faisais confiance non ?

L'écrivain poussa brusquement un cri qui interrompu la conversation. A vue de nez, Stitch venait de le mordre. Le keybladeur leva les yeux aux ciels et rangea ses mains dans ses poches.

-Ca va aller, il faut bien que tu fasses une pause de temps en temps. Tu peux pas toujours porter tout le poids du monde sur tes épaules, si ?

Après ce bref échange, le jeune homme souhaita une bonne nuit à sa partenaire et prit la direction des escaliers, rejoint pas son ami Feather. Tout deux parcoururent les marches les séparant du rez-de-chaussée, trajet au cours duquel l'écrivain en profita pour glisser discrètement quelques mots.

-T'es sur que ça va ? T’étouffais y a pas deux minutes !

-J'ai connu pire.

-Tu t’arrêtes jamais hein ?

-'me déconcentre pas...

-Au fait ! C'est vrai pour toi et...? Hé ! Ne m'ignore pas !

Le Voiel dépassa rapidement son ami et sortie de la maison sans dire un mot, ce qui était entrain de devenir une fâcheuse habitude. Une fois à l'air libre, il se figea une bonne minute, le temps de localiser Eren. Il faut dire qu'il n'eut aucun mal à le faire, et pour cause, sa cible empestait les ténèbres un kilomètre à la ronde. De plus, ce dernier n'était pas partit bien loin, puisqu'il s'était contenté de faire le tour de la maison. Ressentant déjà les effets du manque, le keybladeur s'autorisa une exception et alluma une vieille cigarette qu'il venait de retrouver dans la poche intérieure de son manteau.

Adossé contre un arbre, Eren semblait tailler des bouts de bois en vue d'en faire des flèches. Il ne tarda pas à repérer Artis, le visage noyé dans la fumée. Le prince décocha instinctivement la flèche qu'il avait en main aux pieds du porteur, avant de braquer ce dernier avec son arme. Impassible, le mi-simili mi-sans cœur se contenta de tirer de longues bouffées de nicotine en fixant les yeux du presque sans cœur.

-Si tu voulais vraiment me tuer, tu l'aurais déjà fait.

Sur ces mots, le jeune homme s'avança sans craintes en direction de son interlocuteur, adaptant la cadence de sa marche au rythme de ses paroles.

-T'as raison sur un point, on est pas si différents. Et pourtant...

Il lâcha sa cigarette, et propulsa son poing gauche contre le visage du prince, ce qui le projeta au sol.

-Pourtant, tu es faible. Tellement faible que t'en remet aux ténèbres...La vérité, c'est qu'elles ne te serviront à rien d'autre qu'à détruire.

Sans prévenir, le Voiel fit jaillir sa keyblade et la planta brutalement dans le sol, à quelques centimètres à peine du visage d'Eren.

-Soyons clair, "Prince". Je me contrefous que tu ais été déchu, ou même que tu ais perdu ton précieux monde. Il désigna sa keyblade du regard.Tout ce qui compte, c'est que si tu t'abandonnes aux ténèbres, je te tue. Idem si tu essayes de t'enfuir.

D’aucun aurait pu qualifier le comportement du porteur comme étant odieux, voir antipathique. Néanmoins, tout ceci était calculé. Il savait mieux que quiconque à quel point le choix de la facilité pouvait être tentant, puisqu'il y avait autrefois cédé. Aussi, il se devait de faire sortir le prince de ses gonds, de manière à le confronter à sa propre impuissance. Il souhaitait lui faire comprendre que les ténèbres n'étaient pas un allié fiable, qu'elles ne l'aideraient en rien à devenir plus puissant. Pour se faire, il prit modèle sur sa récente agression, et immobilisa Eren en s'en prenant à sa blessure. En effet, le keybladeur n'eut aucun scrupule à abattre son pied contre la main de son compagnon. Il s'empara ensuite de sa keyblade et agita cette dernière contre la gorge de son interlocuteur.

-Bien, cette fois ci je vais au moins avoir la chance de pouvoir m'exprimer. Alors écoute...à l'heure qu'il est, je suis probablement le seul encore prêt à prendre ta défense pour qu'on ne t'enferme pas, et ça tu ne l'as visiblement pas compris. Mais pour ce qui est de la suite...ça, ça ne dépend que de toi. Si tu crois que les ténèbres sont la réponse, alors je t'en prie. Laisses les s'emparer de ton être et deviens encore plus faible que tu ne l'es déjà, deviens ce que tu as toujours combattu, et là je te tuerais. Ou alors, tu te met dans le crâne que c'est à toi de les dominer et je t'emmènerais voir Merlin. Il m'a déjà aidé pour ce genre de problèmes.

Le mi-simili mi-sans cœur marqua soudain une pause, tant le sujet suivant s'avérait délicat à aborder.

-Et pour ce qui est..."d'elle", laisses tomber. Il n'y a rien entre elle et moi, je ne l'intéresse pas. J'ai appris à mettre mes sentiments de côté, et crois moi tu devrais faire de même. Elle a déjà trop souffert...

La jeune homme adoucie alors son regard et retira son pied de la main du prince.

-Donc, qu'est ce que tu en dis ? On rentre dans le calme, on va se coucher et on oublie toute cette histoire, ou on en fini ici et maintenant ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eren Illyrio



Messages : 180
Triomphe : 77
Date d'inscription : 29/03/2015
Age : 22

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Survivre le plus longtemps possible en honorant la mémoire de Milly

MessageSujet: Re: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Sam 12 Déc - 14:54

Toutes les personnes présente dans la maison avait vu l'agression d'Eren sur Artis puis sa fuite hors de la maison. Ils étaient tous regroupés dans le couloir, écoutant l'explication d'Aerith à propos de la maison. Une maison qu'il ne fallait pas énerver si on ne voulait pas être mangé, Stitch commençait à se dire qu'il n'était pas au bout de ses surprises.

Lorsque la maison éternua, le brave Feather hurla de peur en se jetant dans les bras de l'extra-terrestre, tout comme une princesse dans les bras d'un chevalier servant. La créature rit de la situation, siffla le "beau" Feather et mima bruyamment des baisers en rapprochant sa bouche. Inutile de dire qu'il se moquait ouvertement de l'écrivain.

La créature finit par le laisser descendre et tenta de s'intéresser à ce que se disait la princesse et Artis. Toutefois, tandis qu'il essayait de suivre les paroles, l'écrivain ne trouvait rien de mieux que de le pousser gentiment ou bien de lui ébouriffer les poils. A bout de nerf, et voulant poursuivre le jeu de Feather, il tourna soudainement sa tête et fit claquer sa mâchoire sur une main un peu trop proche. Toute la main entra dans sa bouche jusqu'au poignet, comme si elle disparaissait dans l'estomac d'un monstre. Stitch n'avait jamais été très fort pour contrôler sa force et cette fois ne fit pas exception. Feather cria de douleur et tenta de retirer sa main de cette bouche vorace mais Stitch tenait bon. En véritable cartoon, Stitch restait accroché à ce bras se débattant vigoureusement. Au bout du compte, il finit par lâcher, se retrouvant repoussé au loin mais laissant un long filet de bave sur le bras de son partenaire.

Stitch suivit ensuite Feather qui courait après Artis et vit celui-ci sortir avec l'intention de parler avec l'autre dangereux. Grognant à l'idée de voir revenir cet homme, Stitch voulut faire part de ses soupçons auprès de la seule personne qu'il croyait en mesure de régler ça : La princesse de coeur. Il la retrouva dans le salon, attendant visiblement le retour des deux autres. Il s'approcha et put voir la fatigue et la tristesse qui se lisait sur son visage. Il décida de contourner cette personne, s'approchant furtivement dans son angle mort et se jeta sur son dos, dans une sorte de câlin digne des FaceHugger de Aliens. Il savait que les êtres humains faisait cela pour se consoler et imaginait que cela pouvait avoir un certain pouvoir sur elle. Il entreprit ensuite d'escalader ladite princesse jusqu'à son épaule et lui dit :

-C'est un sans-coeur. Dangereux. Mais Stich te protège !

La fière créature bleue aimait bien cette personne importante et pourtant si simple. Elle pouvait être sûre qu'avec cette petite boule de poil, rien ne pouvait lui arriver. Même sans vaisseau à écraser sur Eren, Stitch se dit qu'il y avait toujours dans la maison de quoi le ratatiner rapidement. Il resta là, contre cette princesse de coeur pendant tout le temps où elle attendait puis, lorsque la porte allait s'ouvrir, il escalade le plafond et se mit en embuscade au dessus d'une porte. Il allait sauter sur le sans-coeur par surprise et en débarrasser la princesse.

Dès qu'il vit un bout de tête dépasser, il se jeta sur elle les crocs en avant puis enserra ses petites mains autour de la tête qu'il tentait de croquer. C'est alors qu'il vit les yeux du sans-coeur, qui se trouvait juste derrière sa victime et le regardait avec curiosité. Stitch se rendit alors compte de son erreur et cessa de mâchouiller le crâne d'Artis avant de revenir sur l'épaule de Blanche, les bras croiser pour écouter, intransigeant, ce qui allait se raconter. Pour un soir, il devenait garde du corps et oubliait presque Kauai mais certainement pas Lilo.

Eren Illyrio

Adossé contre son arbre, Eren entendit le verrou de la maison l'enfermer dehors. Inutile de dire que même lui comprenait ce geste. Il souhaitait de toute façon rester seul pour méditer sur ses actes. Par la même occasion lui vint l'idée de renouveler son stock de flèche, épuisé depuis le pays des Merveille. Il récupéra alors quelques branches lui semblant convenir puis les affina à l'aide de son épée.

N'étant pas à son coup d'essai, il allait relativement vide et précisément. Il termina une première flèche en quelques minutes et fut déçu à l'idée de ne pouvoir la perfectionner avec des plumes, permettant un meilleur aérodynamisme. Il rangea cette flèche dans son carquois puis commença à sculpter une seconde sans répit.

Il voyait, tout en taillant, l'état lamentable de sa main dont il avait littéralement fait exploser la peau en frappant le sol. La peau de la jointure était à vif et sanglante. Sa main, encore sous le choc, tremblait sous le bandage qu'il s'était fait. Il avait eu tort de laminer à ce point sa main, pour un archer c'était un comportement stupide mais il savait qu'il accumulait les comportements stupide en ce moment.

Les voix de sa tête tentaient de le raisonner, de lui faire entendre que son geste n'était stupide que dans le fait qu'il n'avait pas tué Artis mais Eren les repoussaient. Il devenait littéralement fou. Un bruit le ramena soudain à la réalité, des pas s'approchant et au vue de la démarche ce n'était pas la personne qu'il attendait. Il avait parié avec lui-même que c'était Blanche qui viendrait le retrouver, éventuellement le tuer d'avoir porté la main sur la personne qui semblait l'attirer. Il fut déçu de la démarche, comprenant très vite qu'il s'agissait d'Artis.

D'un geste vif, il bandit son arc avec la flèche qu'il avait dans les mains et, malgré les tremblements de sa main blessée ou le côté non finie de la flèche, lâcha la corde et libéra ainsi le projectile qui se planta au pied du nouveau venu. Ce geste n'était en aucun cas un geste agressif mais plutôt, comme un animal, un signe montrant le territoire de cette créature d'ombre. Il bandit une nouvelle fois son arc et visa cette fois cet homme qui se tenait à quelques pas. Il n'aurait jamais tiré, il n'était pas de ce genre, malgré les hurlements dans sa tête. Artis le remarqua d'ailleurs, lui signifiant que s'il voulait le tuer, il l'aurait déjà fait. Ce n'était pas faux, au contraire même. Eren salua néanmoins ce courage qui faisait avancer son adversaire malgré la menace.

-Tu es bien présomptueux...

Artis ne sembla même pas réagir à sa remarque. Eren détendit la corde et rangea la flèche. A quoi bon garder cet homme en joue s'il savait que le prince ne lui ferait rien ? Il l'écouta en le voyant se rapprocher. Il se doutait de ce qui allait se produire, comment cela pouvait-il en être autrement, mais il l'acceptait. Il le méritait sans doute. Il ferma les yeux lorsqu'Artis fut à portée, acceptant ce qui se produisit. Le poing de son adversaire heurta sa joue avec violence, entaillant sa lèvre et l'expulsant au sol.

Eren savait qu'il méritait ce geste. L'homme fit alors apparaître son arme et la planta à côté de la tête du prince. Le schéma était le même que lorsque les rôles étaient inversés, à ceci près qu'Eren pouvait respirer.

-Soyons clair, "Prince". Je me contrefous que tu ais été déchu, ou même que tu ais perdu ton précieux monde.Tout ce qui compte, c'est que si tu t'abandonnes aux ténèbres, je te tue. Idem si tu essayes de t'enfuir.

Prince ? Eren se souvint alors avoir lâcher son titre un peu vite. Il l'avait abandonné et ne savait même pas pourquoi il avait ramené cela sur le tapis. Ses actions étaient sans doute aussi douteuse que ses paroles. Artis était la première personne depuis des années à l'appeler prince et ce n'était pas pour lui rappeler de bons souvenirs. Les voix continuaient de pousser Eren à la révolte, au meurtre même, mais il n'en fit rien et continua d'écouter Artis sans bouger.

Néanmoins il trouva d'une lâcheté extrême ce que fit ensuite Artis, écrasant de sa chaussure la main déjà blessée et sanglante d'Eren. Le prince serra les dents et gémissant. Il n'était pas question de laisser à cette enflure la joie de le faire hurler de douleur. Il sentit les muscles de son bras se contracter et se mit à se battre avec la douleur autant qu'il se battait contre les voix devenant de plus en plus forte.

-Bien, cette fois ci je vais au moins avoir la chance de pouvoir m'exprimer. Alors écoute...à l'heure qu'il est, je suis probablement le seul encore prêt à prendre ta défense pour qu'on ne t'enferme pas, et ça tu ne l'as visiblement pas compris. Mais pour ce qui est de la suite...ça, ça ne dépend que de toi. Si tu crois que les ténèbres sont la réponse, alors je t'en prie. Laisses les s'emparer de ton être et deviens encore plus faible que tu ne l'es déjà, deviens ce que tu as toujours combattu, et là je te tuerais. Ou alors, tu te met dans le crâne que c'est à toi de les dominer et je t'emmènerais voir Merlin. Il m'a déjà aidé pour ce genre de problèmes.

Eren écoutait ce que disait Artis, non sans émettre quelques réserves. Il se souvenait de cet homme qui voulait le pousser à se laisser prendre par les ténèbres, révélant ainsi sa vraie puissance. Une chose fit alors Echo dans son esprit. Artis le menaçait et voulait le tuer, soit qu'il le fasse et Eren serait libéré des voix et de son passé. Son "Merlin" ne pourrait rien pour Eren, le prince le savait car même Blanche n'aurait rien pu faire pour lui. D'ailleurs la princesse vint soudain sur le tapis de la conversation.

-Et pour ce qui est..."d'elle", laisses tomber. Il n'y a rien entre elle et moi, je ne l'intéresse pas. J'ai appris à mettre mes sentiments de côté, et crois moi tu devrais faire de même. Elle a déjà trop souffert...

Alors enfin Artis relâcha sa pression sur la main du prince, qui poussa un souffle de soulagement. Il resta allongé au sol, sentant les tremblements terribles émanant de sa main endolorie. Il avait l'impression qu'elle n'était plus qu'un morceau de viande à vif.

-Donc, qu'est ce que tu en dis ? On rentre dans le calme, on va se coucher et on oublie toute cette histoire, ou on en fini ici et maintenant ?

Eren aurait bien fait subir milles tortures à cet homme capable de s'en prendre à une blessure pour faire capituler son adversaire. Toutefois, n'ayant aucunement envie d'entrer dans un cercle vicieux de vengeance allant jusqu'à entraîner la mort de deux parties, il préféra lui répondre calmement, serrant à la fois les dents et sa main contre sa poitrine.

-Tu es faible Artis et si tu voulais vraiment me tuer, tu l'aurais déjà fait toi aussi. Et en plus d'être faible, tu es aveugle et stupide !

Eren prit sur lui pour se relever doucement, constatant le sang coulant depuis sa lèvre et le picotement de sa joue. Il n'était plus à une blessure près. Alors qu'il était debout, face à Artis, il reprit le cheminement de sa pensée.

-Tu es aveugle car Blanche a besoin de toi et s'inquiète pour toi, tout le monde le remarque je pense mais toi non. Tu ne t'intéresse qu'à ta petite personne. Il fallait que quelqu'un comme moi te remette les idées au clair.

Eren lui crachait limite au visage toutes ces paroles. Pour la suite de son discours, le prince enleva d'un geste brusque ce qui couvrait le haut de son corps, découvrant à Artis la grosse cicatrice présente sur sa poitrine d'où s'échappaient de nombreuses nervures noires. Puis il s'approcha d'Artis et lui leva son arme à hauteur de cette cicatrice affreuse. Il retenait la Keyblade, qu'il pensait être une sorte d'épée, collée contre cette marque. La sensation que ressentait le prince était extrêmement dérangeante, comme une sorte de brûlure et se demanda qu'elle était cette magie qui influait sur son corps. Il reprit néanmoins son discours :

-Tu es stupide parce que tu crois me faire peur en me menaçant de mort. Crois moi je n'ai qu'une envie c'est que tu me libère des ténèbres, des voix, de mon passé et de la mort. Tu veux le faire ? Eren hurlait presque sur Artis. Alors vas-y, enfonce ton arme ici et j'espère bien que cette fois ça sera la bonne. Cette fois, je veux pouvoir crever en paix et ne pas me réveiller !

La main d'Eren lâcha instinctivement la Keyblade, ne pouvant plus soutenir ce pouvoir. Il laissa sur celle-ci le sang provenant de sa main. Il récupéra alors son haut et l'enfila de nouveau. Il était prêt à revenir avec ses compagnons, à défendre les mondes quitte à y laisser la vie s'il le fallait. Comme certains combattant, Eren préférait mourir de façon digne. Il souhaitait une belle mort.

"-Rentrons, j'imagine qu'on doit nous attendre. Il vont être ravi de savoir qu'on s'est pas entre-tué..."

Il fallait comprendre par là que les autres seraient probablement déçu de voir revenir le prince en un seul morceau. Il ne savait pas comment le voyait réellement les autres mais il se sentait comme le vilain petit canard. Il laissa passer Artis devant lui, le laissant pénétrer dans la maison avant lui. Il se sentait épié mais il n'aurait su dire par quoi. Il avait l'impression que le regard venait de la maison.

Le salon était droit devant eux. Artis franchit la porte en premier et reçut sur la tête une monstre venu du plafond et commençant à lui mâchonner le crâne. Eren reconnut Stitch mais cette bestialité ne lui ressemblait pas. Ses yeux ronds dévisageaient l'extra-terrestre qui remarqua alors son geste, cessa ses attaques et alla se mettre sur l'épaule d'une princesse de coeur qui semblait les attendre.

"Ca va être ma fête" pensa Eren en la voyant.
"Ca va être ta fête !" dirent toutes les voix en la découvrant. Au moins Eren était d'accord avec elles cette fois. Il se mit alors devant Blanche, la regardant dans les yeux et la trouvant fatiguée. Il se désarma alors devant elle, retirant arc, carquois, épée et fourreau. Il était sans défense hormis sa facheuse tendance à se laisser emporter par les ténèbres.

"-Je me doute que tu as des questions à poser et que tu t'inquiètes pour la survie des membres du groupe tant que je suis présent. Si tu me le demande je partirais sans délai. Si tu juge ça nécessaire alors tu peux m'enfermer ou bien me tuer. Je me doute que j'ai ébranlé le peu de confiance qui régnait à mon égard..."

C'était l'heure du procès pour Eren Illyrio.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Mar 15 Déc - 0:47

-Ouais...plus ou moins. Ecoute...

Artis posa ses mains sur les épaules de Blanche. Elle le laissa faire, légèrement étonnée par ce contact. Artis n’était pas du genre tactile d’habitude.

- Détends-toi, je peux m'en occuper. Je vais aller voir s'il est raisonnable, et dans le cas contraire je ferais ce qui doit être fait.

Cette nouvelle proximité et ses paroles la réconfortèrent un peu. C’est vrai, Artis était aussi un élu, cela faisait partie de ses prérogatives de combattre les ténèbres. Elle avait tendance à l’oublier. Pour son excuse, il fallait bien avouer qu’Artis était fort différent de Sora, avec son caractère distant et sa froideur habituelle, sans oublier les ténèbres qu’il hébergeait en lui jusqu’à il y a peu… Il ne se comportait pas vraiment comme un défenseur de la veuve et de l’orphelin. Pour autant, savoir qu’elle n’était pas seule dans le groupe à pouvoir prendre des initiatives et agir lui fit du bien.

-Tu as dit que tu me faisais confiance non ?

Blanche acquiesça. C’est vrai, elle lui avait dit ça… était-ce la vérité ? C’était difficile de compter sur les autres quand on les connaissait à peine, on ne savait jamais jusqu’à quel point on pouvait leur faire confiance. Artis était-il fiable ? Il avait érigé une barrière mentale entre lui et les autres, mais il n’avait jamais fui le danger aux pires moments. Oui, elle lui faisait confiance. Elle s’en voulait de se décharger sur lui et elle avait peur de l’issu de la confrontation mais si quelqu’un ici avait le pouvoir d’arrêter Eren c’était bien lui. D’autant qu’il semblait avoir retrouvé la maitrise de son bras (elle aurait aimé savoir comment il avait fait- encore des mystères ! ). Au fond d’elle, elle fut soulagée de savoir qu’elle n’aurait pas à porter le coup final si jamais les choses dérapaient trop. Feather poussa un cri et Blanche tourna la tête pour savoir ce qu’il lui arrivait. Constatant qu’il se faisait simplement mâchouiller par Stitch, elle reporta son attention sur Artis qui avait rangé ses mains dans ses poches.

-Ca va aller, il faut bien que tu fasses une pause de temps en temps. Tu peux pas toujours porter tout le poids du monde sur tes épaules, si ?

Elle eut envie de le prendre dans ses bras pour le remercier… ou bien peut-être tout simplement pour chercher du réconfort dans une étreinte, elle en avait vraiment besoin ce soir. Naturellement elle n’en fit rien. Ce n’était pas le moment et elle n’était pas assez proche d’Artis pour se permettre ce genre de familiarités, son geste aurait probablement été mal perçu. La jeune femme effleura la gorge d’Artis du bout des doigts et entreprit d’utiliser sa lumière pour éradiquer les dernières blessures, même si la magie de l’élu avait déjà bien mâché le travail.

-Merci, dit-elle simplement.

 Elle le regarda partir en souhaitant du fond du cœur qu’il arrive à le ramener vivant. N’étais-ce pas dangereux d’envoyer Artis alors qu’il venait de se faire agresser ? Serait-il impartial ? De toute façon c’était trop tard pour regretter. Les choses étaient faites. Tout le monde descendit et Blanche se retrouva seule à l’étage. Son regard se porta naturellement sur les gravats.

« Quel bazar… »

Elle eut une petite pensée pour la Maison et se demanda si Merlin pourrait réparer ça d’un coup de baguette magique. Savoir que les murs autour d’elle étaient vivants lui donnait une étrange sensation, elle se demanda jusqu’à quel point la Maison était consciente de son environnement. Laisserait-elle rentrer Eren sans lui faire de mal ? Désireuse de l’apaiser, elle décida de partir en quête d’un balai et fouilla méthodiquement les placards pour commencer à nettoyer le couloir, d’autant que cela occupait son esprit et l’empêcher de se focaliser sur ce qui était en train de se passer dehors. Ne sachant pas quoi faire des gros débris, Blanche-Neige décida de les pousser dans un coin de la chambre avec le reste. Mieux valait tout laisser à l’intérieur, des fois que Merlin puisse réutiliser les morceaux pour les réparer. L’espace d’un instant elle eut l’impression d’être revenu des années plus tôt chez les nains. Elle songea avec nostalgie à la première fois de sa vie où elle avait tenté de faire cuire de la nourriture… et à l’incendie qu’elle avait provoqué. Après ça, les nains ne lui avaient plus jamais demandé de faire la cuisine. Aerith la rejoint un moment plus tard et lui fit un résumé de sa conversation téléphonique avec Cid avant de l’aider à ranger. Apparemment, Léon et Youffie étaient sur le terrain en train d’enquêter activement sur le paradoxe et Merlin et Yen Sid étaient injoignables. Cid lui avait conseillé de contacter Matéo et Sam, que Blanche ne connaissait pas. A présent, Aerith demandait son avis à Blanche sur ce qu’il convenait de faire. La jeune reine avait bien une idée en tête, et elle la partagea avec Aerith…

***

Blanche-Neige s’installa sur le canapé, sa tasse de café fumante entre les mains. Aerith était parti un peu plus tôt en lui laissant la liste des numéros de téléphone des membres du Comité en cas d’urgence et elle n’avait aucune idée de l’endroit où se cachaient Feather et Stitch. En même temps, la maison était tellement grande… elle ne l’avait toujours pas explorée dans son ensemble d’ailleurs. Toujours aucune nouvelle des garçons. La jeune femme était en train de se faire violence pour ne pas courir dans sa chambre se rhabiller et partir à leur recherche, elle ne supportait pas de demeurer passive. Les habitudes avaient la vie dure. Du coup, elle tentait de calmer ses nerfs en sirotant son café (oui oui, du café !). Elle resongea à sa précédente conversation avec Aerith. Comme elle le pensait, une résistance avait commencé à se mettre en place au Jardin Radieux, mais son activité avait nettement diminué à cause de la propagation du paradoxe. Tout le monde se focalisait dessus pour l’arrêter. En tant que stratège, Blanche se dit qu’il n’y aurait pas eu de meilleure diversion possible…  les Justes préparaient peut-être un très mauvais coup. Et pendant ce temps, les membres de son groupe se tapaient dessus… Si Eren revenait, il faudrait impérativement mettre les points sur les I. S’il ne revenait pas aussi d’ailleurs, Artis était trop imprévisible, son comportement pouvait mettre en danger le reste de l’équipe. Dans tous les cas de figures, une discussion s’imposait.

Plongée dans ses pensées, elle n’entendit pas la petite créature approcher et poussa un petit cri de surprise lorsqu’elle lui sauta dessus. Heureusement que sa tasse n’était pas pleine, autrement elle en aurait renversé la moitié sur le canapé et sur ses jambes ! Elle fut rassurée en constatant qu’il ne s’agissait que de Stitch. Ce dernier l’escalada ensuite pour venir s’installer à hauteur de son épaule.


-C'est un sans-coeur. Dangereux. Mais Stich te protège !

La réaction de la boule de poils fit sourire la demoiselle. Elle le prit délicatement par la taille et le serra doucement dans ses bras, comme un doudou. Il était trop mignon !

-Nous nous sommes déjà rencontré, n’est-ce pas ? Il m’a fallu un peu de temps pour m’en souvenir. Sais-tu où est Sora en ce moment ?

Apparemment pas. Elle fut un peu déçue, mais elle s’y attendait. Elle se leva pour se servir une nouvelle tasse de café et se réinstalla à sa place, tendant les bras à Stitch pour qu’il revienne s’y installer. Son contact et la chaleur qu’il dégageait lui offrait du réconfort. Elle ne savait pas s’il était une sorte d’animal parlant ou une race allien intelligente, comme les humains, mais elle l’aimait bien. Feather finit par les rejoindre. Le silence s’installa bien vite, personne n’avait l’air d’avoir envie de faire la conversation.
Stitch réagit vivement lorsque le bruit de quelqu’un pénétrant dans la maison parvint jusqu’à eux. Il grimpa au plafond avec une agilité hallucinante et se posa au-dessus de l’entrée de la pièce. Aussi, lorsqu’Artis entra, la peluche bleue se laissa tomber et entreprit de lui mâchouiller la tête. Le regard de Blanche-Neige se porta sur Eren, derrière Artis, et elle parut soulagée. Lorsqu’Artis se mit à gesticuler en essayant de se débarrasser de Stitch, la belle se mit à sourire. Tout n’était pas perdu finalement, elle était rassurée. Elle ne bougea pas de son canapé et garda ses mains, bien au chaud, contre sa tasse de café. Si elle avait imaginé des dizaines de réactions possibles cette dernière heure, elle se sentit soudain démunie face à cet ancien ( ?) allié qui était de retour dans la Maison. Contre toute attente, il s’avança vers elle et déposa les armes, au sens littéral du terme. Blanche-Neige le regarda faire, sans un mot. Intérieurement, elle était heureuse. Ils n’étaient pas à l’abri d’une rechute, mais le comportement d’Eren laissait entendre qu’il avait retrouvé la maitrise de ses pensées et de ses actes.

-Je me doute que tu as des questions à poser et que tu t'inquiètes pour la survie des membres du groupe tant que je suis présent. Si tu me le demande je partirais sans délai.

« Me considère-t-il comme la chef de ce groupe ? », se demanda-t-elle, réalisant qu’il avait l’air de se moquer de l’avis des autres.


-Si tu juges ça nécessaire alors tu peux m'enfermer ou bien me tuer. Je me doute que j'ai ébranlé le peu de confiance qui régnait à mon égard...

Une lueur de colère brilla dans les yeux de la jeune femme.

-Je ne t’ai pas abattu tout à l’heure et tu me pense capable de le faire maintenant alors que tu es désarmé et que tu t’es calmé ? Entendons-nous bien, je n’oublie pas ce que tu viens de faire. Il est clair qu’il est nécessaire de prendre des mesures. Tu perds le contrôle Eren ! Explosa t-elle. Tu te rends compte que tu es en train de devenir un sans-cœur ? Laisse-moi refaire ta culture pour que tu saches à quoi tu t’expose. Un sans-cœur est un être vivant qui a sombré dans les ténèbres. Il peut devenir une créature primaire, comme tu as pu le voir dans le monde d’Alice, ou conserver son apparence humaine. Dans tous les cas, ces monstres n’ont de cesse que de rependre le chaos. Partout. Ce sont des tueurs sans scrupules, ils envahissent les mondes et les ravage. Maintenant laisse-moi te raconter une histoire. Il y a des années, le Jardin Radieux a servi de repère à des sans-cœurs supérieurs. Ils ont rassemblé leurs forces pour déchainer les ténèbres sur les mondes. Ca a été mon premier contact avec les autres mondes : une prison sordide pendant des semaines jusqu’à ce qu’ils ne se décident à m’utiliser pour essayer de devenir encore plus fort. Tu crois être meilleur qu’eux ? Retire-toi cette idée de la tête Eren. Si tu sombres, si tu deviens un sans-cœur, tu perdras ta lucidité. Excepté la destruction, plus rien d’autres ne comptera.

Blanche marqua une pause et avala une gorgée de café pour se forcer à se calmer. Le condamner ne servait à rien, mais il fallait lui faire comprendre. La situation était trop grave ! Elle inspira un grand coup et reprit sur un ton plus calme.

-J’ai vu celui que tu étais vraiment au Pays des Merveilles. Tu as un bon fond Eren, ne te laisse pas sombrer. Je sais que tu veux combattre les Justes, mais les ténèbres ne sont pas la solution. Tu détruirais plus que tu n’aiderais !

Elle soupira. C’était bien de le disputer, mais l’état de sa main lui faisait mal au cœur.

-Va rincer ta main sous l’eau. Que personne ne quitte cette pièce, nous n’avons pas fini de parler. Je reviens.

La jeune femme se leva et s’éclipsa à l’étage. Sous la colère, elle avait spontanément fait preuve d’autorité envers ses camarades. Elle espéra ne pas en avoir vexé certain. Après tout, ici, elle n’était ni reine ni chef de groupe. Cela dit, la situation partait complètement en live et il était nécessaire de faire quelque chose. Elle attrapa une trousse de soin dans la salle de bains (il était fort possible et logique que le Comité en possède une en bas, mais si c’était le cas elle ignorait où elle se trouvait) et redescendit.

-Artis, peux-tu soigner sa main s’il te plait ? Lança-t-elle en retournant s’installer dans le salon.

Comme elle s’en doutait, Artis ne parvient pas à réparer totalement les chaires. Elle ouvrit donc la trousse de secours et fit signe à Eren de s’assoir et de lui tendre la main. Tout en bandant sa blessure, elle reprit la parole.

-Autant que tu le sache de suite, tu es parti avant qu’Aerith n’ait le temps de nous le dire. Cette Maison a été ensorcelée pour détruire le mal. Aerith t’as certainement sauvé la vie en convainquant la Maison de ne pas te tuer tout à l’heure. Il n’y aura pas de seconde chance. Considère cette demeure comme ta prison pour le moment. Elle ne te laissera pas sortir sans la présence de l’un d’entre nous et sans de bonnes raisons. Ce n’est pas personnel Eren, seulement je préfère d’abord penser à la sécurité des habitants du Jardin Radieux. Cette situation est provisoire. La Maison sert de QG aux membres du Comité de Restauration de la Forteresse et par extension à la résistance, ce sont eux qui décideront si nous pourrons rester après ça...

Elle marqua une pause pour voir si quelqu’un voulait parler. Tout le monde semblait fatigué, elle la première. Pour autant, la situation l’obligeait à imposer le debrieffing qu’elle voulait organiser le lendemain plus tôt que prévu. Que ferait-elle si le Comité décidait de prendre des mesures contre Eren ? Ce soir, ils avaient l’occasion de parler alors mieux valait en profiter.

« Comment en sommes-nous arrivés là ? Une dispute entre Artis et Eren et tout a explosé… »

Le manque de communication avait sa part de responsabilité, c’était clair. Il existait une rivalité entre les deux hommes, surement dû aux circonstances de leur rencontre. Il allait falloir crever l’abcès rapidement.

-Bon

Elle glissa une main dans ses cheveux et ramena une mèche derrière son oreille.

-Maintenant j’aimerai qu’on parle de la suite. En oubliant ce qu’il s’est passé ce soir, il est évident que nous ne savons rien les uns des autres et que nous avons tous des objectifs différents. La seule chose qui nous rassemble est notre volonté de combattre les Justes. Alors je peux vous l’annoncer maintenant, un noyau de résistance est en train de se mettre en place ici, avec le Comité. Je suis convaincue qu’ils apprécieraient votre aide, surtout avec ce qui est en train de se passer actuellement au Jardin Radieux. Ils sont débordés. Notre groupe n’a plus lieu d’être maintenant, si vous voulez joindre vos forces aux leurs, allez-y.

Il lui en coutait de dire ça, mais le fait est qu’elle pensait chaque mot qu’elle venait de prononcer.

-En ce qui me concerne, j’ai une quête personnelle à mener. Ça n’a rien à voir avec les Justes. Dès que possible je quitterai ce monde pour retourner dans mon pays natal. Avec un peu de chance, je reviendrai ensuite…

« Sinon je mourrai là-bas. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Jeu 17 Déc - 1:27

Feather avait mit la main sur une vieille bouteille de bourbon (appartenant surement à Cid) qu'il sirotait allégrement à l'étage, confortablement installé dans sa nouvelle chambre. La journée l'avait véritablement éreinté, mais tel était le prix de l'aventure. Il s'autorisa en conséquence à picoler à mesure que la déprime le gagnait. Il n'était pas très fier de lui, et se laisser ainsi aller à la boisson n'était pas dans ses habitudes. Toutefois, il avait passé la journée accompagné d'étrangers, trimballé d'un endroit à un autre, à se taire et à se terrer dans son coin. En y réfléchissant à deux fois, il regrettait de ne pas s'être ouvert davantage. Car avec tout les non-dits qui les avaient conduits à se battre entres eux, tenter d'organiser une fête était insuffisant. Il aurait du faire plus. Il aurait dû parler. Il aurait dû leur dire leurs quatre vérités. A tous. C'est ça, c'est ça qu'il aurait dû faire. Néanmoins, il abandonna ses réflexions alcoolisées en entendant la porte d'entrée claquer, et tituba jusqu'aux escaliers. Il descendit quelques marches avant de s'appuyer contre le mur, veillant à ne pas être trop visible tout en gardant un bon angle de vue.

Artis avait à peine eut le temps de franchir le seuil de la maison que Stitch se jeta littéralement sur son crâne, lui bavant nonchalamment sur le cuir chevelu. Le porteur se mit alors à gesticuler comme un possédé tout en essayant de saisir la créature, sans réel succès.

-Rah ! Mais dégages saleté !

Du point de vue de l'écrivain, le spectacle était hilarant, aussi se força-t-il à ne pas rire. Ce n'est qu'après plusieurs secondes de bataille acharnée que l'extra terrestre compris enfin son erreur, et fila aussitôt aux côtés de Blanche comme si de rien n'était. La jeune homme émit alors un succession de grimaces en nettoyant la matière visqueuse qui recouvrait ses cheveux, armé d'un chiffon qu'il avait trouvé par terre. Blanche arborait un regard inquisiteur, surement à l'attention d'Eren. Ce dernier s'avança sans défaillir, retirant ses armes les unes après les autres.

-Je me doute que tu as des questions à poser et que tu t'inquiètes pour la survie des membres du groupe tant que je suis présent. Si tu me le demande je partirais sans délai. Si tu juges ça nécessaire alors tu peux m'enfermer ou bien me tuer. Je me doute que j'ai ébranlé le peu de confiance qui régnait à mon égard...

-Je ne t’ai pas abattu tout à l’heure et tu me pense capable de le faire maintenant alors que tu es désarmé et que tu t’es calmé ? Entendons-nous bien, je n’oublie pas ce que tu viens de faire. Il est clair qu’il est nécessaire de prendre des mesures. Tu perds le contrôle Eren !

Blanche se lança alors dans un sermon autoritaire, sermon au cours duquel le mi-simili mi-sans cœur en profita pour suivre exemple sur la jeune femme et partit se servir une café. Quant à l'auteur, il capta attentivement chacun des mots provenant de la bouche de blanche, jusqu'à ce que ses derniers ne le fasse soudain sursauter.

-Va rincer ta main sous l’eau. Que personne ne quitte cette pièce, nous n’avons pas fini de parler. Je reviens.

Désireux de garder sa présence masquée (du moins, pour le moment), le roux se précipita à l'étage et ferma sa porte à double tour. Il posa alors son oreille contre la porte et perçut des bruits de pas en provenance des escaliers. Il se fit alors le plus discret possible, suivant les déplacement de la princesse à travers l'étage. L'écrivain dut alors prendre son mal en patience, le temps que cette dernière se munisse d'une trousse de soin. Du côté d'Artis, le salon était on ne peu plus silencieux. Eren nettoyait sa main tant bien que mal, épié par Stitch ainsi que le Voiel.

-S'il faut amputer, hésites pas à demander. Déclara le jeune homme en affichant un sourire narquois.

Il n'avait toujours pas digéré le comportement du prince, notamment ce qu'il s'était permis de lui dire à l’extérieur. Stupide, il l'était probablement. Aveugle, il l'était même surement. Mais qu'un être résolue à mourir se permette de le traiter de "faible", ça il ne pouvait pas le supporter. Si son passé lui avait bien enseigné quelque chose, c'est que les faibles abandonnent les premiers. Or malgré l'adversité, même sans aucune raison valable, il avait toujours lutté pour sa survie. Au final, leur "entrevue" à l'extérieur n'avait pas réellement fait avancées les choses, si ce n'est que les deux hommes avaient chacun leur tour put se défouler sur l'autre. Toutefois, mieux valait en rester là. Eren n'était plus maitre de lui même, et une remarque un peu trop déplacée était susceptible de le faire enrager à tout instant. Ajoutiez à cela le sale caractère du mi-simili mi-sans cœur, et vous obteniez un cocktail des plus explosif. Blanche choisit ce moment pour faire irruption dans la pièce.

-Artis, peux-tu soigner sa main s’il te plait ?

Etonnement, il s’exécuta sans faire d'histoire. Ce qu'il fallait comprendre, c'est que malgré l'animosité qui les animaient toujours, le Voiel était pourtant encore prêt à prendre la défense du prince. Malgré son caractère atypique, il était en mesure de faire la part des choses. Ou peut être avait il simplement une raison qui lui était propre...Toujours est il qu'il rejoignit silencieusement son rival et employa au mieux ses pouvoirs angéliques à reconstruire la chaire de la main qu'il avait broyée auparavant. Or, le résultat fut peu convaincant et ne fit guère plus que mettre la blessure sur la voie de la guérison.

Blanche prit alors le relais avant de poursuivre son discours, expliquant au prince que non seulement la maison était vivante, mais qu'elle lui ferait en plus office de prison. Après quoi, elle marqua une légère pause avant de surenchérir :

-Maintenant j’aimerai qu’on parle de la suite. En oubliant ce qu’il s’est passé ce soir, il est évident que nous ne savons rien les uns des autres et que nous avons tous des objectifs différents. La seule chose qui nous rassemble est notre volonté de combattre les Justes. Alors je peux vous l’annoncer maintenant, un noyau de résistance est en train de se mettre en place ici, avec le Comité. Je suis convaincue qu’ils apprécieraient votre aide, surtout avec ce qui est en train de se passer actuellement au Jardin Radieux. Ils sont débordés. Notre groupe n’a plus lieu d’être maintenant, si vous voulez joindre vos forces aux leurs, allez-y. En ce qui me concerne, j’ai une quête personnelle à mener. Ça n’a rien à voir avec les Justes. Dès que possible je quitterai ce monde pour retourner dans mon pays natal. Avec un peu de chance, je reviendrai ensuite…

Artis se contenta de hocher la tête en signe d'approbation, l'air songeur. Quant à Feather, qui était évidemment retourné se poster dans les escaliers (emportant cette fois ci sa bouteille de bourbon), il afficha un large sourire à l'idée qu'une véritable résistance voit enfin le jour. Finalement, ce n'est qu'après plusieurs secondes de réflexions que le keybladeur se décida à prendre la parole, entrecoupant régulièrement ses phrases d'une gorgée de café.

-Je suis loin d'être une vrai résistant, mais ça me va. De toute façon, les justes ne sont pas étrangers aux paradoxes que subit le Jardin Radieux, souviens toi qu'on a croisé Celsia au grand vallon. Alors qui sait...peut être qu'Abnegatio profitera de l'occasion pour revenir parader.

Son regard s'assombrit à cette pensée. Il avait bien conscience qu'il ne lui suffirait pas de foncer l'arme au poing pour venir à bout de son adversaire, même avec une keyblade. Toutefois, il mourrait d'envie de le détruire, de lui faire payer chacune des morts dont il s'apprêtait à être responsable. S'il s'était toujours pas convaincu d'entrer dans la résistance, le Voiel s'était toutefois promis une chose : Il lutterait jusqu'à son dernier souffle pour empêcher l'avenir qu'il avait aperçu de voir le jour. Néanmoins, ils avaient toujours besoin d'une tactique, d'un plan d'attaque, de n'importe quoi qui puisse freiner l'ascendant des justes sur ce monde. Mais ils verraient ça demain. Pour le moment, le porteur était bien trop fatigué pour pouvoir penser clairement. Aussi, il avala une énième gorgée de café avant de déclarer :

-Dans tout les cas, on ferait mieux d'en reparler demain. Je crois qu'aucun d'entre nous n'a les idées claires à cette heure-ci.

Comprenant que son ami était sur le point d'aller se coucher, Feather ingurgita une bonne rasade de bourbon en vue de se donner du courage, lâcha sa bouteille et se précipita au rez de chaussée.

-Pense pas que tu vas t'en sortir aussi facilement !

-Allons bon, qu'est ce que tu me veux encore ? Demanda le jeune homme en se retournant en direction de l'auteur.

-Je vous écoute depuis un moment figures toi, et c'est clair que vous avez un plus gros problème que les Justes. J'ai rien dis tout ce temps, mais là bon sang faut pas pousser ! Vous voulez sauvez le monde !? Mais sauvez vous vous même pour commencer !

L'écrivain se tourna brusquement vers Eren.

-Vous par exemple ! On avait pas quitté mon appartement que me disiez avoir peur d'être de trop, donc qu'est ce que vous faites ? Vous tabassez Artis ! Vous savez quoi ? Si vous succombez aux ténèbres, alors Oui, vous êtes de trop !

Le roux fit soudain volte face et s'adressa cette fois-ci à Blanche.

-Et vous, avez tout le respect que je vous dois, vous souhaitiez que je m'exprime non ? Bien. Vous ne réalisez pas que c'est vous la leadeuse de ce groupe ? C'est vous que ces deux gros nigauds suivent, pas "leur volonté de combattre les justes" ! Et là, vous nous annoncez de but en blanc qu'on a qu'à rejoindre la résistance, que de toute façon vous serez bientôt partie...Vous pouvez pas la jouer comme ça, vous êtes plus toute seule dans cette histoire !

Enfin, Feather pointa du doigt sa dernière victime et prit sa voix la plus grave.

-Et toi...

-Je te le déconseille. Déclara le keybladeur en tournant désormais le dos à son interlocuteur.

-Ho ho, mais je n'ai pas besoin de tes conseils figures toi. Je m'en suis très bien sortie sans toi ces trois dernières années. Il désigna Eren. J'te l'avais bien dis ! Je t'avais dis qu'il pèterait un câble à un moment donné, et toi tu m'as presque insulté ! T'en a tué pour moins que ça j'te signale ! Mais non, prenons la défense du pauvre petit opprimé qui s'adonne aux ténèbres, c'est vrai qu'il doit te rappeler quelqu’un. T'es nostalgique, c'est ça ?

Artis rongeait son frein en silence, les yeux clos.

-Feather...Comment te dire... Il bu calmement une gorgée. Si tu n'étais pas mon meilleur ami, je t’assommerais volontiers.

-Ah ça, quel ami tu fais ! Tu disparais on ne sait où toute la journée en me laissant ici tout seul, et quand tu rentres tu vas t'envoyer en l'air avec ta princesse sans même un bonjour ! Artis recracha son café. Tout ça pour revenir gueuler sur Eren pour t'avoir balancé, non mais tu parles d'un ami !

Son fameux coup de gueule passé, l'écrivain se sentit libéré d'un poids. Il apposa ses mains sur ses hanches, et, fier de lui, lança à l'attention de tous :

-Sur ce, je vous laisse y méditer ! Bonne nuit !

Feather rejoignit alors l'étage tandis qu'Artis se retenait de ne pas l'étrangler. A défaut de quoi, le porteur posa brutalement sa tasse sur la table et ajouta :


-Mais qu'est ce qui m'a pris de l'emmener avec nous...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Mar 22 Déc - 1:51

[HRP : A la demande d’Eren, on inverse les tours de jeu.]
 

Eren semblait accepter les remontrances sans broncher. De toute évidence, il avait retrouvé un semblant de raison. La tension commençait à retomber, la fatigue prenait le dessus. Les gens réunis dans cette pièce avaient vécu des choses difficiles ces derniers jours, il semblait donc logique qu’ils ressentent le besoin de l’exprimer d’une manière ou d’une autre. C’était dommage que ce soit en se tapant les uns sur les autres, m’enfin bon… au moins le problème était réglé pour ce soir. Enfin c’est ce qu’elle croyait. Mais c’était sans compter sur l’intervention de Feather qui ne s’était pas encore exprimé. Il les prit à parti, chacun leur tour, leur balançant leur quatre vérités en face.

-…Vous pouvez pas la jouer comme ça, vous êtes plus toute seule dans cette histoire.


Blanche-Neige apprécia qu’il s’exprime enfin librement sans avoir peur d’elle. La jeune femme l’écouta sans l’interrompre. Bien qu’elle ait envie de se justifier, elle comprit qu’il n’avait pas fini de parler lorsqu’il se tourna vers Artis. Il ne la regardait déjà plus, concentré sur la suite de sa tirade. Il reprocha ouvertement à son ami d’avoir pris la défense d’Eren, ce qu’elle comprenait. Après ce qu’il avait fait, il était naturel que certains ressentent de la colère contre lui.

- Mais non, prenons la défense du pauvre petit opprimé qui s'adonne aux ténèbres, c'est vrai qu'il doit te rappeler quelqu’un. T'es nostalgique, c'est ça ?

« De quoi parle-t-il ? »

Artis n’apprécia guère et parut faire un effort pour garder son calme… du moins c’est l’impression qu’eut Blanche. 

-Ah ça, quel ami tu fais ! Tu disparais on ne sait où toute la journée en me laissant ici tout seul, et quand tu rentres tu vas t'envoyer en l'air avec ta princesse sans même un bonjour !

-Pardon ?!

C’est une expression pleine de stupeur qu’elle adressa à Artis et elle fut rassurée en constatant qu’il semblait aussi désappointé qu’elle. De toute évidence la calomnie ne venait pas de lui.

- Tout ça pour revenir gueuler sur Eren pour t'avoir balancé, non mais tu parles d'un ami !

Ah. C’était donc Eren. La princesse de cœur darda des yeux en colère sur lui. Il avait intérêt à se justifier très vite…

-Qu’est-ce que c’est que cette histoire ?

Son ton n’avait plus rien d’amical, elle était en colère. Passe encore que le quasi sans-cœur explose le mobilier, mais le fait qu’il tente de semer la zizanie au sein du groupe en diffamant sur son compte n’était pas acceptable. Elle n’appréciait vraiment pas le manque de respect dont venait de faire preuve Feather. « …Tu vas t'envoyer en l'air avec ta princesse », sérieusement ?! Il la prenait pour une prostitué, ou bien ? Artis semblait tout aussi en colère.

-Mais qu'est ce qui m'a pris de l'emmener avec nous...

Eren entreprit alors de se justifier, prétextant qu’il s’agissait d’un malentendu et s’excusa, ce qui calma un peu la jeune femme. Elle soupira, encore plus blasée qu’elle ne l’était jusqu’à présent.

-Quelle soirée pourrie, lâcha-t-elle en allant nettoyer sa tasse de café dans le lavabo et en la rangeant à sa place dans le placard.

Il n’était pas dans ses habitudes de se plaindre, mais là elle commençait à en avoir ras-le-bol. Elle retourna auprès des garçons.

-Loin de moi l’idée de jouer à la leadeuse avec les deux gros nigauds… mh, navrée je deviens sarcastique. Bref, je crois que nous avons tous besoin de dormir. Je vais aller toucher deux mots à Feather et je vais ensuite me coucher. Ah, et Artis, nous avons transféré tes affaires dans la chambre face à la mienne – il nous a paru évident que tu ne pouvais plus dormir dans l’autre, au moins le temps que Merlin répare ça. Bonne nuit les garçons.

Blanche s’éclipsa alors et grimpa les escaliers. Elle hésita un moment, puis frappa à la porte de Feather. C’est un jeune homme mal à l’aise qui vient lui ouvrir, ce qui paraissait logique après les précédentes tirades qu’il avait lâché avant de partir. Maintenant qu’elle était près de lui, elle s’aperçu qu’il sentait l’alcool et elle comprit son soudain excès de zèle. Mais il n’était pas question de le laisser en paix après ce qu’il venait de dire. Il était surement en colère et fatigué, comme tout le monde, mais il lui avait aussi manqué de respect. Elle lui demanda l’autorisation d’entrer et s’exécuta lorsqu’il la lui donna, refermant la porte derrière elle.

-Je pense qu’il est nécessaire d’éclaircir quelques malentendus.

Elle s’accouda à la porte, bras croisés. Si sa voix restait calme, il était clair qu’elle était plus que lassée de la situation. Elle aurait préférée faire comme les autres et aller se coucher plutôt que de jouer à la médiatrice de groupe pour tenter de rétablir un semblant d’unité.

-J’ignore ce qu’Eren t’as dit exactement tout à l’heure sous le coup de la colère mais il semble t’avoir mis de fausses idées en tête alors permets moi de restaurer la vérité. Artis est venu me demander mon secours tout à l’heure, il voulait savoir…

« Est-ce que je fais bien de trahir l’intimité d’Artis de la sorte ? Mais si je ne le fais pas, Feather continuera à s’imaginer des absurdités… »

Elle opta finalement pour une demi-vérité.

-…S’il restait des ténèbres en lui. Je peux voir ce genre de choses… Tu sais ce qu’il s’est produit avec Lyn, je pense que ça l’a plus ébranlé qu’il ne le laisse paraitre. Tu connais certainement son passé, pas moi, tu es donc mieux placé pour le comprendre. Je ne peux que te conseiller de réfléchir d’avantage la prochaine fois avant de tirer des conclusions hâtives et de porter un jugement de valeur, les mots peuvent être plus douloureux qu’un poignard lorsqu’ils sont employés pour blesser… consciemment ou inconsciemment.

A ce titre, la jeune femme avait volontairement utilisé des mots moralisateurs pour le faire culpabiliser. Si ça pouvait le faire réfléchir… et puis, elle avait toujours du mal à digérer le « tu vas t'envoyer en l'air avec ta princesse ... ! ». 

-Je te respecte et je t’apprécie Feather, et je me pense assez ouverte d’esprit pour entendre les opinions des autres, y compris la tienne. Sache cependant que je place le respect au-dessus de beaucoup de choses. Alors non, « Artis ne s’est pas envoyé en l’air avec sa princesse » et je ne veux plus être prise à parti de la sorte à l’avenir. Je ne suis pas un objet, et quand bien même je déciderai de fréquenter quelqu’un, j’apprécierai que l’on respecte ma vie privée. Est-ce que c’est clair ?

Elle n’avait pas élevé la voix, conservant ce même ton calme, presque monocorde, qu’elle employait depuis le début. Elle était tellement fatiguée qu’elle ne se sentait même plus capable de se mettre en colère. Le décalage horaire l’avait épuisé, les évènements récents l’avaient achevé. La jeune femme marqua une pause pour le laisser s’exprimer s’il le souhaitait, avant de reprendre la parole.

-Ce groupe n’a plus de raison d’être maintenant que nous avons rejoint la résistance, il n’est pas viable. Eren et Artis me suivent et toi tu suis Artis, et ensuite ? Il est temps pour chacun de s’interroger sur les vraies raisons qui l’ont poussé à venir ici et d’arrêter de me faire confiance aveuglément. Je ne suis pas une leadeuse, je ne veux pas être une leadeuse. Pas d’un tel groupe du moins. Regarde Artis et Eren : ils n’ont rien à faire ensemble ! Nous perdons plus de temps à essayer de recoller les morceaux qu’à agir. Je n’abandonne personne Feather, je n’ai jamais eu l’intention de m’attarder au Jardin Radieux. Parce que j’ai réussi à changer le cours du temps, je sais que mon fils est vivant, quelque part dans mon monde natal.

Ses yeux se posèrent sur le sol et y demeurèrent fixés. C’était un peu plus facile d’aborder le sujet puisqu’elle l’avait déjà fait un peu plus tôt avec Yen Sid, mais ça n’en restait pas moins douloureux. Faire cet aveu, c’était admettre ce qu’elle considérait comme l’une de ses plus grandes erreurs. Elle avait honte et elle s’en voulait.

-Je n’ai pas pu le sauver la première fois, j’ai sacrifié mon devoir de mère pour empêcher cette femme de mettre la main sur des informations qui lui aurait permis d’atteindre les autres mondes. Je ne referai pas deux fois la même erreur. Peu importe la situation, mon fils passe avant tout. Je ne te demande pas de me comprendre, seulement de l’accepter.

Les choses étaient décidées de toute façon, elle ne changerait pas d’avis.

-Bonne nuit Feather, conclut-elle. Repose toi bien, demain sera probablement une grosse journée.

Puis elle s’éclipsa de la chambre et parti se coucher pour ne pas se laisser le temps de regretter d’avoir mentionné des détails si personnels de sa vie. Ce soir-là, fait exceptionnel, elle dormi d’un sommeil profond, sans rêves. Lorsqu’elle se réveilla le lendemain, vers six heures du matin, elle se sentait fraiche et reposée. Elle resta au lit une dizaine de minutes, profitant du calme ambiant et du confort que lui offrait la chaleur d’une bonne couverture. Il n’y avait pas un bruit dans la maison et dans la rue. A 6h15 elle se leva et décida d’enfiler des vêtements de sport. L’occasion était trop belle, elle avait envie d’en profiter pour aller courir un peu avant que tout le monde ne se réveille. Elle s’équipa et sorti de la maison sans bruits, savourant ce moment exceptionnel de tranquillité. Trois quart d’heures plus tard, la jeune fille se trouvait en haut des remparts, essoufflée. Elle observait avec une véritable fascination le nuage de fumée que soulevait l’effondrement de sol provoqué par le paradoxe. De là où elle était-elle arrivait vaguement à voir une partie des conséquences du tremblement de terre. Elle regretta de ne pas avoir de jumelles pour en voir plus.

« Quand je pense que j’ai failli mourir à cause de ce paradoxe », songea Blanche-Neige en repensant à sa rencontre avec Artis. Elle lui devait la vie.

Cette pensée en entraina une autre et elle songea qu’avec ses ailes, Artis pourrait aller étudier le phénomène de plus près sans courir de danger. Bien sûr, il y avait toujours le risque que cette peste de Celsia soit dans les parages, mais bon… si elle en trouvait le courage, elle lui demanderait peut-être de la faire voler au-dessus du paradoxe. Les dernières expériences de vol qu’elle avait eu avec lui ne s’était pas très bien passée et elle craignait un peu de renouveler l’expérience mais peut-être qu’elle arriverait à glaner des informations intéressantes pour le Comité. Et puis… il fallait bien avouer que la sensation d’être dans les airs était grisante. C’est sur cette pensée qu’elle se remit en route vers la maison et rentra une heure plus tard, non sans avoir fait un crochet par la boulangerie pour acheter le petit déjeuner. Elle se fit discrète au moment de rentrer et comprit au silence général que la maisonnée ne s’était pas encore réveillée. Elle entreprit donc d’aller prendre une douche et se rhabilla dans sa tenue usuelle. Courir l’avait défoulé, elle se sentait calme… et affamée ! Elle descendit dans le salon en grignotant un pain au chocolat et eut la surprise de découvrir Eren sur le canapé.

-Bonjour Eren, déjà réveillé ?

Hum, à voir sa tête il n’avait pas du beaucoup dormir.

-Tu as faim ? Demanda-t-elle en lui tendant le gros sac de viennoiseries. Sers toi, il y en a largement pour tout le monde.

Tout en parlant, elle partit dans la cuisine pour préparer du café et en proposa une tasse à Eren avant de s’en servir une. Elle jeta alors un coup d’œil autour d’elle.

-Nous n’avons pas encore eut le temps d’explorer la Maison… que dirais-tu d’aller jeter un coup d’œil avant que les membres du Comité n’arrivent ? Lança-t-elle avec bonne humeur en ouvrant une porte qui donnait sur des escaliers.

Elle lui fit un clin d’œil et entreprit de descendre les escaliers. La cave semblait immense et divers objets y étaient entreposés, mais ce qui attira son attention fut les anneaux et les chaines accrochés aux murs.

-De toute évidence cette pièce a ou avait une autre fonction que d’entreposer du matériel…

Un frisson la parcourut et elle se sentit soudain mal. Cet endroit était beaucoup trop similaire à différents lieux qu’elle avait visité par le passé, jamais dans de bonnes circonstances.

-Je remonte, cet endroit me met mal à l’aise.

Et elle s’exécuta sans attendre et retourna s’assoir dans le salon, son enthousiasme douché.

-Dis… c’est une question personnelle mais je me demandais ce qui avait bien pu se produire pour que tu sois obligé de quitter ton monde. Tu es de noble naissance n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eren Illyrio



Messages : 180
Triomphe : 77
Date d'inscription : 29/03/2015
Age : 22

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Survivre le plus longtemps possible en honorant la mémoire de Milly

MessageSujet: Re: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Mar 22 Déc - 22:42

[HRP : Merci beaucoup Blanche pour ce post Smile ]

Eren se tenait désormais face à la princesse de coeur, l'observant droit dans les yeux. Il n'y avait pas à dire, les yeux de cette fille avaient quelque chose de réellement magique, ils donnaient l'impression de pouvoir lire à l'intérieur de quelqu'un et pouvoir tout apaiser. En réalité, malgré ce moment de grande tension, Eren parvenait presque à être détendu en observant ses yeux.

Les remontrances ne se firent pas attendre, comme il l'avait attendu. Il les écouta attentivement et surtout silencieusement. Il savait qu'ouvrir la bouche pouvait avoir comme conséquence d'envenimer une situation déjà chaotique. Blanche commença relativement calmement, lui expliquant qu'elle ne l'avait pas tué auparavant et ne comptait pas le faire maintenant qu'il était désarmé. Il savait qu'elle ne ferait pas une telle chose, il avait confiance en son sens de l'honneur, mais avait paré à toutes éventualités.

C'est ensuite qu'elle explosa, laissant entrevoir la colère qui régnait désormais en elle. Le prince en prenait pour son grade mais ne bronchait pas, ne parlait pas, ne la dévisageait pas mais l'observait intensément au fond de ses yeux dans lesquels il se noyait. Il n'aurait su dire pourquoi. Blanche expliquait qu'il commençait à devenir un sans-coeur, une chose sans raison avide de destruction mais il savait que tant qu'elle serait là, il ne craindrait pas cette éventualité. Il comprit pourquoi son corps réagissait bizarrement à son contact : Les ténèbres aiment rarement la lumière.

Puis elle raconta brièvement l'histoire qu'elle avait liée à ce monde, une histoire de princesse prisonnière comme on en trouve dans les histoires a ceci près que cette fois tout semblait vrai. Cette histoire aurait sans doute donné froid dans le dos à bien des personnes, Eren comprit, s'il n'avait pas eu la preuve devant les yeux que tout s'était bien terminé.

La princesse but une gorgée de café avant de reprendre plus calmement. Elle évoqua alors leur expérience commune au pays des Merveilles, leur rencontre. Elle semblait même sincère lorsqu'elle dit qu'Eren semblait être une personne de bien, presque inquiète à l'idée qu'il sombre. Cette façon de se soucier d'autrui lui rappela Milly et une vague de nostalgie s'installa dans son coeur un court instant, imaginant la jeune fille de ses souvenirs à la place de la princesse le temps d'un flash.

Blanche demande ensuite au prince de rincer sa main sous l'eau afin de la soigner convenablement. Le prince s’exécuta, toujours prostré dans son mutisme en s'approchant de l'évier. La sensation de l'eau fraîche foulant les chairs à vif lui firent serrer les dents et pousser un gémissement mais il se convainquit qu'il méritait tout ça. Il coupa alors l'eau et s'approcha du canapé où la discussion pourrait reprendre. Artis soigna, autant que faire ce peut, la main blessé du prince mais le résultat ne fut visiblement pas à la hauteur des espérances du jeune combattant. Eren observa la main un peu rétablie remercia simplement Artis. C'est Blanche qui finit de lui bander la main avec une douceur infinie. Elle ne pouvait pas savoir les sensations désagréables que produisait l'effleurement de ses doigts sur la peau du prince. Il la remercia elle aussi avant qu'elle ne reprenne la parole.

La suite fut, pour le moins, déconcertante. Blanche expliqua à Eren qu'il était, en quelque sorte, déjà prisonnier et que la maison dans laquelle ils se trouvaient était ensorcelée. Une maison mangeuse d'homme, le prince n'était vraiment pas au bout de ses surprises mais il était près à croire n'importe quoi sur parole désormais. Après tout la princesse ne lui avait jamais, ou presque, menti.

Enfin Blanche évoqua la suite des événements. Un groupe de résistant se créait dans ce monde et semblait déjà être débordé. Ils avaient besoin de soutien de toute urgence et considéra que chacun allait répondre favorablement à l'appel pourtant la princesse prévint qu'elle ne resterait pas sur place et qu'elle quitterait le monde dès que possible pour raison personnelle. Pour la première fois depuis qu'il était rentré, Eren parla à son tour :

"-Je suppose que rien ne pourra t'empêcher de partir alors soit prudente... Mais aide la ville avant de partir."

Il espérait sincèrement qu'elle prendrait soin d'elle durant son voyage. Mine de rien, Blanche était une personne en qui il avait confiance et qui commençait à compter à ses yeux, non pas que par son importance de princesse de coeur mais comme amie. Le prince avait faillit tuer Artis et pourtant elle l'avait soigné et avait décidé de lui laisser la vie sauve. Elle avait un grand coeur, c'était le moins que l'on pouvait dire.

Le groupe s'apprêtait à aller se coucher lorsqu'un Feather sauvage apparu. Prit d'une poussée de courage, il prit la parole devant tout le monde et commença à donner à chacun la monnaie de sa pièce. Tout d'abord il s'en prit à Eren :

-Vous par exemple ! On avait pas quitté mon appartement que me disiez avoir peur d'être de trop, donc qu'est ce que vous faites ? Vous tabassez Artis ! Vous savez quoi ? Si vous succombez aux ténèbres, alors Oui, vous êtes de trop !

Feather n'avait pas réellement tort néanmoins Eren s'était isolé car, selon lui, les autres avaient quelque chose à lui reprocher : Le fait de sombrer dans les ténèbres. D'autant que tabasser Artis n'était pas tout à fait juste puisque le prince avait sans doute beaucoup plus souffert que l'ami de l'écrivain.

Chacun en prit pour son grade les uns après les autres hormis Stitch qui demeurait proche de la princesse de coeur. Sa taille aura sans doute eu une importance dans le fait que Feather ne l'oublie ou bien le fait qu'il ne les connaissaient pas depuis très longtemps.

C'est alors que Feather lança une bombe nucléaire sur la situation d'accord de paix qui était en train de se mettre en place :

-Ah ça, quel ami tu fais ! Tu disparais on ne sait où toute la journée en me laissant ici tout seul, et quand tu rentres tu vas t'envoyer en l'air avec ta princesse sans même un bonjour. Tout ça pour revenir gueuler sur Eren pour t'avoir balancé, non mais tu parles d'un ami !

-Pardon ?!

Eren était suspendu entre le fait d'arracher la tête de Feather à la petite cuillère, le décapiter, le pendre, le jeter dans le vide, l’immoler, le démembrer, l'écorcher puis il se demanda si quelqu'un tenterait d'arrêter son geste s'il saisissait son arc afin de tirer une flèche entre les yeux de Feather.

Visiblement la maison comprit les attentions du prince car elle émit un petit vrombissement. Eren prit alors sur lui pour calmer ses intentions. Il remarqua alors le regard de Blanche, plus assassin que jamais.

-Qu’est-ce que c’est que cette histoire ?

-Ce n'est pas ce que j'ai voulu dire. J'ai dis que vous cherchiez de l'intimité et que non les crêpes n'étaient pas ce que vous vouliez le plus en ce moment. Je n'ai pas cherché à te nuire Blanche tu peux me faire confiance. Je te présente toutefois toutes mes excuses.

Eren espéra que la princesse accepte à nouveau de se calmer et de croire en son histoire car c'était la stricte vérité. Heureusement pour lui, cela sembla être le cas. Elle rinça sa tasse puis revint voir les garçons.

-Loin de moi l’idée de jouer à la leadeuse avec les deux gros nigauds… mh, navrée je deviens sarcastique. Bref, je crois que nous avons tous besoin de dormir. Je vais aller toucher deux mots à Feather et je vais ensuite me coucher. Ah, et Artis, nous avons transféré tes affaires dans la chambre face à la mienne – il nous a paru évident que tu ne pouvais plus dormir dans l’autre, au moins le temps que Merlin répare ça. Bonne nuit les garçons.

Eren regarda la princesse partir de la pièce en lui souhaitant bonne nuit, et ajouta "pour deux" intérieurement. Il savait dors et déjà qu'il ne pourrait pas dormir énormément à cause des voix qui le hantaient. Ce ne serait pas la première fois qu'il manquerait de sommeil.

Avant qu'Artis ne le quitte à son tour, Eren remarqua que la main du jeune homme n'était plus dans une attelle. Lorsqu'il décida de partir se coucher, le prince lui saisit son poignet précédemment retenu et pesa ses mots avant de lui lancer :

-Si t'es capable de cogner à main nu sur moi alors c'est que ton bras doit être remis. Demain je te donne rendez-vous pour t'entraîner à combattre avec cette main. Vois-ça comme une excuse de ma part pour le mal entendu...

Lorsqu'il fut seul sur le canapé dans le salon, Eren tenta tant bien que mal à plusieurs reprises de dormir mais à chaque fois les voix semblaient s'amplifier et s'étendre à tout son espace mental. Il devenait littéralement fou. Il décida finalement de poursuivre la construction de ses flèches avec le bois que contenait maintenant son carquois. Il y passa une partie de la nuit, et l'autre lui permit de se calmer vis à vis des autres. Il parvint presque à trouver la paix intérieur, seul dans son canapé. Il se prit même à chantonner un air de son monde à voix haute, ceci n'étant plus arrivé depuis très longtemps.

Le lendemain, il entendit la porte se claquer relativement tôt. Tout le monde semblait encore dormir sauf lui et une autre personne. Le prince souleva son bandage et observa la plaie sur la voie de la guérison. Son entraînement ne serait pas trop éprouvant.

Du temps s'écoula, long ou court à force Eren ne pouvait plus le savoir après sa nuit blanche à ne rien faire, lorsque la personne revint dans la maison. Elle monta directement à l'étage puis redescendit quelques minutes plus tard. Il s'agissait de la princesse de coeur.

-Bonjour Eren, déjà réveillé ?

-Bonjour princesse, oui j'ai entendu dire que les plus grand génie de mon monde ne dormait pas, de peur de gaspiller de bonnes idées alors je suis leur exemple ça me fait du bien...

Blanche lui proposa ensuite de manger et de boire un peu ce qu'elle avait préparé ou acheté. Le prince ne put refuse tant l'eau lui montait à la bouche. Il mangeât en silence après avoir remercié la princesse.

-Nous n’avons pas encore eut le temps d’explorer la Maison… que dirais-tu d’aller jeter un coup d’œil avant que les membres du Comité n’arrivent ?

-Quitte à ce que cette maison soi ma cellule, autant savoir ce qu'elle contient. Répondit il avec entrain.

Ils descendirent ensemble un escalier menant à une sorte de cave lugubre. Ils y découvrirent des chaînes accrochés au mur. La vision de cela fit soudain jaillir un chuchotement lugubre : "Tu vois ce qui t'attend, prince ?"

Eren secoua la tête en sentant un frisson lui parcourir le dos. Non, il ne pensait pas que Blanche, ou même Artis malgré l’événement de la veille ne laisserait faire une chose pareille.

-De toute évidence cette pièce a ou avait une autre fonction que d’entreposer du matériel…

-A chaque guerre son lot de barbarie... Répliqua Eren à voix basse. Pour lui la fin justifiait les moyens.

-Je remonte, cet endroit me met mal à l’aise.


Eren ne se fit pas prier pour remonter à la suite de Blanche, toutefois il s'agenouilla auparavant auprès des chaînes et remarqua quelques traces au sol. Il les effleura du bout des doigts. Sèche et visiblement ancienne mais leur nature ne faisait aucun doute. Il quitta ensuite la pièce et rejoignit la princesse.

-Dis… c’est une question personnelle mais je me demandais ce qui avait bien pu se produire pour que tu sois obligé de quitter ton monde. Tu es de noble naissance n’est-ce pas ?

On en était là, il fallait désormais avouer ce qu'Eren fuyait depuis pas mal de temps, son passé. Il trouvait cela néanmoins normal que ses compagnons, et principalement Blanche, sachent à quoi s'attendre pour lui. Mais lui même ne savait rien sur eux. Il sourit et répondit :

-On va jouer à un petit jeu, princesse, puisque tu n'es pas la seule à te poser des questions. Chacun pose une question à tourde rôle et l'autre doit y répondre. Si on y répond pas le jeu s'arrête immédiatement. Pour te montrer que je joue franc-jeu je vais répondre à tes deux questions : Oui je suis noble, prince d'un royaume pour être exact. J'étais destiné à être roi puisque mon frère aîné était mort quelques années plus tôt. J'avais un autre frère mais plus jeune.

Il marqua une pause, cherchant comment aborder l'autre partie de la question de Blanche. Puis finalement il inspira en fermant les yeux puis trouva son courage, en les ouvrant, en fixant ceux de la princesse :

-Je n'ai pas quitté mon monde de mon plein gré, bien qu'à mon avis j'aurais tenté de fuir le plus loin possible. Disons que j'ai perdu connaissance et qu'à mon réveil j'étais visiblement autre part. Tout ce dont je me souviens c'est d'avoir vu quelque chose tuer des gardes, et je voyais par les yeux de cette chose, après c'est le trou noir.

Le prince laissa un temps à la jeune princesse pour assimiler ses paroles. Il avait le sentiment que ce jeu ne pouvait être que bénéfique pour eux. La dernière personne avec qui il avait joué ainsi était Milly. Autant dire qu'il savait tout sur elle à l'époque et que la réciproque était vraie aussi. Il retrouvait une petite part de Milly dans la princesse de coeur. Prit au jeu, il énonça alors sa question :

-C'est à mon tour maintenant. Qu'est-ce qui poussa une princesse de coeur à devenir une combattante ? Serait-ce pour protéger un être cher ? Rappelle toi que si tu ne veux pas y répondre, alors notre jeu s'arrêtera...

Eren avait prit les armes pour sauver Milly, trop tard. Il espérait que si c'était le cas pour la princesse, et que si sa mission personnelle avait un rapport avec ceci, elle pourrait réussir ce qu'elle comptait entreprendre et arriver à temps.

Et surtout revenir vivante... A cette pensée, le coeur du prince s'obscurcit de sombres images.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artis
Keybladeur Déchu


Pseudo Heaven : A ton avis ?
Messages : 245
Triomphe : 78
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 22
Localisation : Y'a de la place chez toi ?

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Détruire Abnegatio

MessageSujet: Re: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Mar 29 Déc - 22:14

[Hrp : Vraiment désolé pour le mini post, mais je pouvais pas trop faire avancer les choses]

7h du matin. Il se réveilla la gorge enrouée. Pas étonnant, étant donné l'altercation de la nuit dernière...Toujours est il que le porteur s'accorda un repos supplémentaire et demeura dans son lit, soucieux de la journée qui l'attendait. Malgré la fatigue, se rendormir était un véritable calvaire. Faute de quoi, il passa une bonne demi-heure à ressasser ce qu'il avait appris la veille. Il en était alors venu à la décision de retrouver Elsa en priorité, les pouvoirs de cette dernière étant les seuls capables de venir à bout de Celsia. De plus, le keybladeur et ses compagnons se devaient d'agir le plus rapidement possible s'ils espéraient pouvoirs venir à bout des Justes dans le combat qui s'annonçait, mais ils étaient trop peu nombreux. Ils devaient trouver d'autres alliés, des personnes prêtes à prendre les armes contre le paradoxe qui dévorait le grand vallon. Après tout, la résistance était entrain de prendre racine...

Ne parvenant aucunement à se rendormir, le Voiel se décida enfin à se lever. Le jeune homme changea alors le bracelet des trois fées en un haut épais qu'il recouvrit aussitôt par son manteau, avant de se traîner à pas lents en direction de la salle de bain. Il fut surpris d'y retrouver Feather, en plein brossage de dent. C'est les lèvres recouvertes d'une épaisse mousse blanchâtre que l'écrivain se tourna vers son ami, avant de retourner à son frottage acharné sans un mot. Le mi-simili mi-sans cœur emprunta le second lavabo et entreprit de se nettoyer la figure. Ce n'est qu'après un long silence que l'auteur se décida enfin à fouiller sa trousse de toilette pour en extraire une seconde brosse à dent, neuve, qu'il tendit à Artis. Ce dernier fronça les sourcils, interloqué.

-T'avais tout ça dans ta sacoche ?

-Je voyage jamais sans le minimum, tu me connais.

-Houla, j'espère que t'as pensé à prendre ton maquillage.

-Aha, aha, aha...toquard.

-A part ça...t'y es allé un peu fort hier.

-Ouais, Blanche est venue me le faire remarquer.

-Je sais, et ça m’étonnes pas d'elle.

-D'ailleurs, je suppose que t'étais au courant pour son fils ?

-En effet.

-Tu comptes l'aider ou... ?

-Quand le moment sera venu, oui. Si ça peut donner un sens au sacrifice de Lyn...

-Ah, ok. Tant mieux.

Les deux hommes continuèrent à se brosser les dent en silence, les yeux rivés sur la glace entreposée devant chacun d'entre eux. Mais contre toute attente, l'écrivain se décida enfin à crever l'abcès.

-Au fait, t'étais pas sérieux quand tu parlais de me boxer ?

-Bien sur que si. Déclara le jeune homme, suivi d'un léger rire moqueur de sa part.

-Excuse moi, mais admet au moins que tu défends Eren uniquement parce qu'il te fait penser...

-A Yaminato ? Coupa le jeune homme. T'es décidément à côté de la plaque mon pauvre. Je suis pas prêt de reproduire la même erreur, crois moi.

-Admettons. Mais promets moi que tu feras le nécessaire si jamais...

-Ca va sans dire. Bon, on ferait mieux de les rejoindre, tu crois pas ?
 
Feather approuva avec le sourire, mais laissa toutefois son compagnon entamer la marche. Etant donné son coup de gueule de la veille, les autres ne devaient pas mourir d'impatience à l'idée de le revoir. Aussi, il se cacha péniblement derrière le porteur à mesure que ce dernier descendait les marches de l'escalier. Artis salua alors ses compagnons d'un signe de la main et se dirigea aussitôt vers la cafetière, tandis que Feather leur adressait de petits signes de tête gênés. Le Voiel remplit alors sa tasse à ras-bord et prit aussitôt la parole.

-Eh bien, parlons peu, parlons bien.

Il quitta la cuisine pour revenir en direction de ses comparses.

-Le paradoxe du grand vallon continue à s'étendre, et je pense qu'on devrait enquêter là dessus. Après tout, s'il été crée volontairement comme l'a laissé entendre Celsia, je doute qu'ils aient le pouvoir de le maintenir en permanence. Alors qui sait...il peut peut être être stoppé.

Il engloutit alors une énorme gorgée de café, cette dernière lui donnant un brusque coup de fouet.

-Pour ma part, je vais tâcher de nous trouver des alliés.

Il se tourna vers Blanche.

-Tu te souviens de la fille qu'à mentionné Cid, hier ? Il s'agit d'Elsa. Etant donné ses pouvoirs, je n'aime pas la savoir amnésique et livrée à elle même, elle pourrait détruire un monde à elle seule. Enfin, il a bien mentionné un certain Sam et un autre dont j'ai oublié le nom qui l'accompagnaient. Mais j'espère pouvoir lui évoquer quelques souvenirs, peut être même la convaincre de se se joindre à la résistance.

Le keybladeur s'adressa soudainement à Eren.

-On dirait qu'on va devoir reporter notre entraînement toi et moi, à moins que tu ne souhaites m'accompagner. Ceci dit, la fille que je recherche risque de paniquer en te voyant, les habitants aussi...On devrait peut te trouver une capuche ou quelque chose comme ça, pour que tu puisse te déplacer incognito.

-Le forgeron du coin fait des épées de très bonnes factures, si vous en cherchez toujours une...

Feather regretta aussitôt sa remarque. Le prince était déjà bien assez dangereux sans armes, alors qu'est ce qu'il lui prenait de vouloir l'aider... Malheureusement pour lui, l'auteur avait simplement la fâcheuse habitude de parler trop vite.

-Et toi alors, qu'est ce que tu comptes faire ?

-Moi ? Mais je compte bien aider le comité aussi ! Je sais pas encore comment, mais une paire de bras en plus ça peut pas leur faire de mal.  

-Si tu le dis...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blanche-Neige
Princesse de coeur


Messages : 191
Triomphe : 110
Date d'inscription : 19/10/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Découvrir ce qui provoque les dérèglements temporels. Secondaire : rencontrer Elsa et/ou Celsia

MessageSujet: Re: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Mar 5 Jan - 19:14

Blanche sembla réfléchir un instant. La requête d’Eren était légitime, elle ne savait cependant pas jusqu’à quel point elle pourrait répondre à ses questions. Rien que pour celle-ci, impossible de répondre de but en blanc, elle allait devoir lui expliquer le contexte.

-J’ai ignoré pendant la majeur partie de ma vie que j’en étais une. Je suis née princesse, comme toi. Fille unique, ma génitrice est morte en couche en me donnant la vie et mon père s’est remarié quelques années plus tard à une femme qui prit très vite le rôle de mère dans ma vie. J’avais quatorze ans lorsque mon père fut empoisonné, après cela cette femme commença à montrer son vrai visage et gouverna le royaume d’une main de fer. Je mis cela sur le deuil et espérait qu’elle finirait par redevenir la femme aimante qu’elle était jadis. Cela n’arriva jamais. Trois années plus tard elle tenta de me faire assassiner en secret et échoua. Je fus contrainte de me réfugier dans la forêt auprès des hommes qui m’avaient sauvé puisqu’elle m’avait accusé de haute trahison et d’ennemie du royaume. (elle eut un sourire amer). Il a fallu que je m’adapte à ma nouvelle condition et que je me terre pour sauver ma vie. Quelques mois plus tard, j’appris que Catherine avait déclaré la guerre au royaume de Belfort et les troupes de ce dernier étaient en train de marcher sur nos frontières. Je ne supportai plus de voir mon peuple souffrir à cause de l’oppression de ma belle-mère, alors je suis allée voir le prince de Belfort qui commandait les troupes à la frontières Est et je l’ai… disons « forcé » à accepter mon aide. Voilà comment j’ai rejoint mon premier champ de bataille, bien qu’il y en ait eu beaucoup d’autres derrière.

Elle le laissa absorber les informations avant de reprendre.

-C’est mon tour de poser une question ! Je n’ai pas bien compris, tu étais l’héritier de ton royaume jusqu’à ce que des créatures l’envahisse c’est ça ? Et ensuite tu t’es réveillé ailleurs… Tu peux m’en dire plus là-dessus ? Quand étais-ce, de quoi te souviens-tu exactement ? Ça ne m’étonnerait pas que ton monde ait été attaqué par les sans-cœurs ou les similis, comme beaucoup d’autres, mais ça ne veut pas dire pour autant qu’il a été détruit.

Ce petit jeu n’était finalement pas une si mauvaise idée pour apprendre à se connaitre. Il est vrai qu’elle cheminait avec des hommes qu’elle connaissait à peine, d’autant que ces derniers vivaient à cent à l’heure et avait du mal à tenir en place. Peut-être devrait-elle tenter une expérience similaire avec Artis pour essayer de le faire parler de son passé ? Il était si refermé sur lui-même qu’elle craignait de l’interroger – elle ne voulait pas qu’il prenne encore plus de distance avec elle que maintenant. Quant à Eren, il est clair qu’elle pourrait plus facilement l’aider en le connaissant mieux. Le problème c’est que c’était donnant donnant et qu’elle n’avait pas tellement envie d’aborder les détails de sa vie ces quatre dernières années. Le plus fort dans tout ça c’est qu’elle reprochait intérieurement aux garçons d’être distants alors qu’elle était surement pire qu’eux. Qu’elle belle équipe de bras cassés ils faisaient… Le petit jeu ne dura pas bien longtemps car Artis et Feather entrèrent dans la pièce. Peu loquace, comme d’habitude, Artis leur fit signe et parti se servir un café dans la cuisine tandis que Feather semblait faire son possible pour fuir leur regard. Quelle bonne ambiance de bon matin !

-Eh bien, parlons peu, parlons bien.

-Yep… petit dej’ ? Répondit Blanche-Neige en tendant à Feather le sac de viennoiseries qu’elle avait ramené de la boulangerie.

Elle se demanda si les garçons avaient mangé la veille. Bah, c’étaient de grands garçons, ils pouvaient se débrouiller. Artis revient s’installer près d’eux.

-Le paradoxe du grand vallon continue à s'étendre, et je pense qu'on devrait enquêter là-dessus. Après tout, s'il été créé volontairement comme l'a laissé entendre Celsia, je doute qu'ils aient le pouvoir de le maintenir en permanence. Alors qui sait...il peut peut être être stoppé.

-Vraiment ? L’interrompit Blanche. Ce n’est pas ce que j’avais compris. Je me rappelle assez clairement que Celsia nous avait dit que les paradoxes n’obéissaient pas à une logique précise et qu’ils étaient là, tout simplement… sauf quand ils les provoquaient sciemment. Si elle a dit vrai, cela signifie que les Justes n’ont pas un contrôle total des paradoxes et que ces derniers apparaissent de manière aléatoire… ça concorde avec ce que Lyn m’a dit… Abnegatio subit autant les paradoxes que nous. Les Juste ne sont peut-être pas que des bourreaux… mais tu as raison, peut-être qu’ils sont à l’origine de celui-ci, ça expliquerait que nous ayions rencontré Celsia là-bas l’autre jour. (elle tourna la tête vers Eren) Tu te souviens de la femme aux cheveux noirs et aux yeux rouges qui nous a parlé de l’Artefact juste avant que le Pays des Merveilles ne se disloque ? Cette femme maitrise l’élément glace et les ténèbres et elle est forte. Elle a failli me faire mourir de froid une fois, littéralement. Dans les geôles de l’ancien château de Maléfique, elle avait fait chuter la température en négatif. (cette fois c’est vers Artis qu’elle se tourna) C’est Hadès qui m’a sauvé. Etonnant n’est-ce pas ? Quand je te disais qu’il avait changé… Bref… le Comité a surement des informations qui pourraient compléter nos maigres connaissances. Nous devrions aller voir Léon…

-Pour ma part, je vais tâcher de nous trouver des alliés. Tu te souviens de la fille qu'à mentionné Cid, hier ? Il s'agit d'Elsa.

…. Wait, what ?! Elsa était la fameuse fille ? Comment avait-elle fait pour ne pas faire le rapprochement avant ? Mais quelle nulle ! Mais si elle était au Jardin Radieux et qu’elle était amnésique… avait-elle jamais quitté ce monde avec ses amis ? Que lui était-il arrivé ?

-Etant donné ses pouvoirs, je n'aime pas la savoir amnésique et livrée à elle-même, elle pourrait détruire un monde à elle seule. Enfin, il a bien mentionné un certain Sam et un autre dont j'ai oublié le nom qui l'accompagnaient. Mais j'espère pouvoir lui évoquer quelques souvenirs, peut être même la convaincre de se se joindre à la résistance.

-Elsa était censée quitter le Jardin Radieux avec Hadès et ses amis… il a forcément du lui arriver quelque chose ! Pourquoi ne pas m’en avoir parlé hier ? Imagine ce que Celsia pourrait lui faire si elle tombe sur elle alors qu’elle est amnésique !

Pourquoi fallait-il que tout tombe en même temps ? Quel bordel ! Elle écouta distraitement Artis parler à Eren en réfléchissant. Il est clair que leur groupe allait devoir se séparer pour pouvoir être efficace. Dire qu’elle voulait partir le plus vite possible… allait-elle seulement pouvoir le faire ? Elle jeta un regard désapprobateur à Feather lorsqu’il mentionna le forgeron. Sérieusement, après l’altercation de la veille il proposait à Eren d’investir sur une arme de meilleure facture ?

-Il est encore un peu tôt pour ça, lâcha Blanche en réponse à la proposition de Feather.

-…Moi ? Mais je compte bien aider le comité aussi ! Je sais pas encore comment, mais une paire de bras en plus ça peut pas leur faire de mal.

Blanche piocha dans son sachet de viennoiserie et en sorti un croissant.

- Séparons-nous. Feather, tu devrais contacter Aerith par téléphone, je suis sure qu’elle saura te dire où aller pour te rendre utile. Je vais essayer de trouver Merlin ou Léon pour glaner des informations à propos du paradoxe et des Justes. J’ai cru comprendre que Léon et Youffie était parti plusieurs jours en repérage au Grand Vallon, ils ont dû voir des choses. Artis… Elsa sera plus en sécurité dans cette maison puisque Celsia ne peut pas y entrer… à toi de la convaincre de venir. Et toi Eren… je pense que tu devrais m’accompagner. Qu’en pensez-vous ? Quoi qu'il arrive on se retrouve ici ce soir pour debrieffer.


Alors que le groupe finissait de se mettre d'accord et commençait à se disperser pour vaquer à ses diverses occupations, Blanche attrapa le bras d'Artis avant qu'il n'ait le temps de s'échapper et l'entraina dans un coin pour lui chuchoter à l'oreille, de sorte à ce que personne d'autre que lui ne puisse entendre.

-Nous n'avons pas eut l'occasion de reparler de Lyn... ne t'enferme pas dans ta bulle, tu n'es pas tout seul, d'accord ? Je compte sur toi pour m'aider mais cette alliance fonctionne dans les deux sens, je ne te laisserai pas sombrer. Ce soir nous prendrons le temps de parler un peu tous les deux, et tant pi si cela alimente des ragots, conclut-elle avec un sourire amusé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE   Aujourd'hui à 15:01

Revenir en haut Aller en bas
 
Une aide tombée du ciel [PV Artis, Blanche, Stich, Eren] [EVENT] - TERMINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» une plume qui tombe du ciel
» une plume tombe du ciel....
» Quand le soleil illumine ton visage et que tu ressembles à une ange tombée du ciel
» Le Fossoyeur - La Couleur tombée du Ciel - Hobbits - Zquigbowl
» La jeune fille tombée du ciel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts Memento :: EVENEMENT MAJEUR :: Jardin Radieux :: Les ruines de la Forteresse-
Sauter vers: