AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Noctis Lucis Caelum : Prince rebelle [terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Noctis Lucis Caelum
Prince rebelle


Messages : 18
Triomphe : 6
Date d'inscription : 29/02/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Récupérer le Crystal de Lucis et le protéger // Défendre son peuple et les autres

MessageSujet: Noctis Lucis Caelum : Prince rebelle [terminée]   Dim 6 Mar - 21:29



Noctis Lucis Caelum ~ 25 ans Résistants Humain
Prince Rebelle


Noctis est un jeune homme méfiant envers les gens qu'il croise. Dès son jeune âge, on lui a transmis de ne pas croire tout ce que les gens disent, de leur laisser le bénéfice du doute et voir si ces gens sont réellement honnêtes ou pas. Ce n’est pas par once de méchanceté, être l’héritier d’un trône et d’un royaume comporte une éducation spéciale et l’homme n’a pas pu y échapper. Peu de gens savent que sous cette méfiance, le garçon est d’un naturel loquace. Le prince est en effet peu enclin à parler de lui-même ou bien de pouvoir libérer ses émotions comme il l’entend… À vrai dire, on ne se doute pas de sa grande timidité et de sa sensibilité lors de décisions importantes sous sa carapace d'acier.

Par son éducation, Noctis connait les étiquettes d’usage à son rang et toutes celles qui sont inférieures à son statut. Il déteste qu’on doute de sa personne, qu’on le sous-estime dans ses capacités mentales ou intellectuelles à cause qu’il est un prince… D’où son arrogance, ses petites piques mesquines et en cas d’un ultime et dernier recours à hausser le ton si la conversation s’envenime.

D’un caractère trempé, le jeune homme ne se laisse pas facilement impressionner, ni n’aime qu’on le remet à sa place. Plutôt strict (voir rancunier) et droit dans ses décisions, il préfère ne laisser personne décider ou prendre des décisions pour lui, à moins que Noct leur accorde son droit d’agir en son nom. En plus d’être distant, le brunet semble avoir une opinion sur ce qu'il sait et ne peut pas savoir. Il est certes froid, arrogant et méfiant, mais cela ne l'empêche pas de dire tout ce qui lui passe par la tête avec une certaine franchise qui fait froid dans le dos. En fait, on a l’impression qu’il se fout de savoir si les gens souffrent à cause de ses paroles. Qu'elles soient vérités ou mensonges, Noctis cherche à bouger les choses, les discussions et ça lui permet d'avancer vers les objectifs qu’il s’est fixé. De plus, il le fera avec un visage si sérieux qu'il est difficile de ne pas le croire... D'ailleurs, il est déconseillé de se moquer de ses opinions, le prince le fera savoir en tournant les talons et en ignorant la personne concernée pendant un certain temps.

Mis à part son caractère de Ceberus, ça ne l'empêche pas de vouloir aller vers les autres. Du moins, de tisser des liens avec des gens qu’il estime et auxquels, il s’ouvre lentement. Bien qu’il soit encore froid ou parfois autoritaire avec les personnes à qui il a confié sa confiance, le jeune homme sait se réchauffer au contact de ceux-ci. Oubliant même parfois son rang social et agissant comme il l’entend être. Un brin, je m’en foutisme comme toujours, sauf doublé d’une oreille attentive, Noct sera là pour les soutenir et à se battre avec eux dans leurs propres combats. Ce qui étonne c’est son amitié qui semble inébranlable. En effet, se croyant être l’homme qui doit sauver les siens ou ses compagnons, Noct a une fâcheuse manie de se croire plus fort que tout, de surestimer ses forces… Ce qui peut mener à des embrouilles ou des situations délicates au combat. Même s’il a la chance d’être tenu à l’écart d’un combat à cause de ses blessures, le jeune homme se redresserait contre les insultes et contre les propos de ses partenaires... Pour lui, tenir à ses valeurs et ses promesses est aussi primordiales que de mourir pour elles, quitte à se faire hurler dessus et tabasser par ses compagnons d'aventures après coup. Une chose qui étonne, c'est la fidélité qu'a l'homme lorsqu'il a appris à faire confiance et il ne faut pas la trahir.

Le jeune homme s’avère être le plus redoutable des adversaires : une trahison est pour lui, un acte qui signifie la mort et s'il le doit, il ira tuer en personne celui qui commis cet affront qu'elle lui soit adressée ou non. Il faut avoir de très bonnes explications pour sauver sa peau, Noctis reste impitoyable à moins que ces raisons l'empêche de commettre l'impardonnable. Il se fait justicier à sa manière, quitte à devoir enfreindre des règles établies autant pour ses ennemis que pour ses amis. Parfois, la justice n'est pas noire ou blanche, parfois une zone grise et c'est qu'applique Noct lors de ses représailles. En somme, trouver la meilleure solution possible, même s'il doit se salir les mains, sa réputation ou laisser la vie sauve à quelqu'un qui n'aurait jamais dû avoir cette chance...


L’apparence de Noctis contraste avec son rang social. En effet, il est difficile de croire qu’il est l’héritier d’un royaume en péril. Ayant une taille moyenne, autour du 1 m 67 et possédant une musculature fine. Cette musculation est celle d’un athlète débutant, il reste donc fragile aux yeux des autres, mais il compense ce manque de muscles avec agilité, rapidité et des mouvements précis.

Une chevelure noire aux reflets bleus, encadre un faciès sérieux. Noctis la hérisse dans tous les sens avec du gel ou une substance similaire qui lui permet de retenir ces mèches rebelles. Ça lui donne plus un air de délinquant qu'un air princier. Au niveau de son minois, le prince a des traits sérieux. Il possède un regard bleu sombre presque noir : ils brillent d’une lueur déterminée et froide. Comme dit précédemment, le jeune homme n’aime pas qu’on puisse lire en lui, alors il fait tout son possible pour que ses yeux ne reflètent pas ses émotions intérieures. Il n’en reste pas moins que si on l’étudie assez longtemps on finit par découvrir quelques sentiments dans son regard. Lorsque Noctis invoque ses armes, utilise son don de télépathie, de la magie ou voit l’âme d’une personne mourante,  la couleur de ses yeux change pour une teinte rouge écarlate. Il lui arrive de ne pas totalement contrôler ses pouvoirs à son réveil ou s’il est fatigué et son regard change en cette deuxième couleur plus longtemps que d’habitude avant de retourner à sa nuance première. Il suffit d'ajouter une bouche finement dessinée, un nez droit et un menton volontaire pour compléter l'austère visage du prince.

Au niveau de ses vêtements, Noct ne porte que du noir, car seules les personnes ayant du sang royal s’habillent de cette couleur pour se différencier des gens du peuple. Le jeune homme préfère revêtir quelques fringues disons moins conservatrices que les images qu’on a de ces jeunes nobles. Une veste de cuir ornée d’une lampe de poche circulaire et à manches courtes, lui arrivant aux hanches, surmonte un t-shirt orné d’un motif de crânes dans la partie supérieure. Un pantalon en cuir de style militaire  où il utilise les poches pour garder différents objets pour les revendre et des bottes d’allures militaires aux semelles rouges complète le tout. Le garçon a également un gant de moto autour de son poignet gauche pour embellir son image. Bref, rien qui ne laisse supposer qui il est réellement...

Style de combat
De mêlée et à distance avec de la magie, agressive et offensive.L'invocation de ses armes est un don royal passé de génération en génération de roi en fils.

L'objectif de votre personnage
Récupérer le Crystal de Lucis et le protéger. / Défendre son peuple et les autres.
Histoire

ACTE I : PROPHÉTIE

«Dans un pays isolé, dirigé par une ancienne lignée de rois, vit une civilisation moderne protégée par un ordre de guerriers et de magiciens obéissants au Cristal.

Ce royaume solitaire se bat pour empêcher l'autre monde d'imposer sa loi hérétique.
Le combat pour le dernier Cristal n'est que le prologue aux histoires d'une nouvelle ère.»


En réalité, le royaume de Lucis est le seul des derniers royaumes à avoir ce fameux Crystal divin. Le seul royaume parmi les cinq qu'on qualifie de monde extérieur à tenir debout dans cette guerre froide. Cette guerre qui dure depuis des décennies. Une guerre qui allait prendre un nouveau tournant lorsque la Reine de Lucis donnait naissance à un enfant lors d'une pluie d'étoiles filantes. L'enfant fut nommé Noctis Lucis Caelum en hommage à La lumière parmi les ténèbres. Cette fameuse pluie mystérieuse fut le premier événement qui annonçait que ce jeune prince allait changer le monde et tout lui présageait une vie magnifique.

Ça… C’est tout ce qu’on m’a dit lors de ma naissance. J’ai fini par oublier mon enfance après toutes ces années. Non.

Tout me semble flou, lointain.

Ignis m’avait averti d’écrire avant que j’oublie quelque chose d’important. Je gratte le papier avec l’encre. Je n’ai jamais été malheureux… Enfin, je ne pense pas. Je ne désirai pas être prince, je ne voulais pas assister à mes cours. Je crois même que c’était pour m’évader dans mes rêveries, à force de courir dans les rues des quartiers, à goûter ce que je désirai sans qu’on me reconnaisse, à passer inaperçu parmi le peuple, je me suis plu à ce monde de vie errante. Oubliant mes véritables priorités en tant qu’héritier au trône… Bien sûr, j’étais sermonné à table maintes fois, mais je ne voulais être libre. Jusqu’à ce jour où ils ont décidés que je sois privé de dessert.

Et bien évidemment, quand un enfant salive et désire quelque chose, ce n’était pas ce que je justifiais d’une punition équitable du haut de mes 7 ans.

Un dur dilemme surtout quand mère vous regarde les larmes aux yeux et que père semble plus imposant que jamais malgré ses cheveux grisonnants à l'autre bout de la grande table et qu'il continue à manger ce fameux dessert. J'ai eu la brillante idée de gonfler mes joues et bouder. Rien que pour la forme, mais je me sentais minuscule pour la première fois de ma vie et je finis par m'excuser en promettant de mieux étudier. J’ai appris une leçon cette soirée-là : que je devais rester campé sur mes idées… ou apprendre à accepter mes erreurs... La deuxième option reste parfois la meilleure, je suppose... Mais ce n'est pas toujours facile de résister à ses pulsions, et à peine 3 jours après cette promesse, je la brisais à nouveau pour suivre un garçon aux cheveux bruns courts qui s'était infiltré dans le palais. Enfin, c'est ce que je pensais, parce qu'il courait rapidement en tenant des livres... mais quand j'ai réussi à le rattraper dans un café... Ça a été plutôt un choc qu'il me lance derrière ses lunettes :

«Le prince ne devrait pas étudier ?»

Sans rien dire, je me suis laissé tomber sur la chaise devant lui et j'ai tout simplement répliqué :

«Et tu es qui ?»

Ça l'avait fait rire tandis qu'il ouvrait ses cahiers. Je m'étais penché pour voir l'écriture... Histoire. J'avais dû faire une grimace de dégoût, car son rire augmentait. Il se présentait, il se nommait Ignis Scientia. Un jeune érudit, on l'avait désigné pour être mon prochain conseiller. Je ne sais plus comment j'ai fait la conversation avec lui, mais ça avait du être autour de l'histoire d'Imsomnia, la capitale. J'avais demandé le soir même lors d'une nouvelle dispute avec mon père et ma mère qu'Ignis m'accompagne désormais dans la ville pour m'enseigner l'histoire et toutes les autres notions que je devais apprendre. C'est comme ça que je connus l'un de mes premiers amis. Quant à mon second ami d'enfance... Gladiolus Amicitia... Je dépose le crayon. C'était quoi déjà ? Il ne serait pas content si je lui disais que j'avais oublié comment je l'avais rencontré... Ça devait être surement une bêtise.

.... On va dire que je l'ai rencontré... J'y reviendrai surement plus tard, si ça me revient. Gladiolus, c'était le grand frère que je n'avais jamais eu, le grand bagarreur au coeur tendre. Le type qui souriait et essayait de me décoincer en m'assénant de grandes tapes dans le dos. Bref, je n'ai pas été malheureux. J'étais un brin aventurier, mais ma famille et mes amis étaient ce que je chérissais sous mes dehors timides. Je ne comprenais pas toujours ce qu'on attendait de moi, mais j'ai finis par le comprendre ce fameux jour...  C’est juste… Qu’il y a des choses que je ne préfère pas me replonger.

C'est vers mes 9 ans que j'ai commencé à avoir peur. Peur de quelque chose que je ne comprenais pas... Je voyais des étoiles s'éteindre dans le ciel et ça m'effrayait. J'avais demandé à Ignis si les étoiles mourraient, il m'avait répondu qu'elles mourraient et renaissaient en de plus petites étoiles, mais toutes celles que j'ai vu mourir, je ne les ait jamais vu renaître. J'avais préféré taire cette conversation en gardant mon angoisse. Et c'est lors d'une promenade avec ma mère dans la nature que c'est arrivé. Je crois qu'elle voulait me montrer du haut d'une falaise, un lac géant et les étoiles qui s'y reflétaient. Une mère... ça sait des choses et même si je ne désirais pas lui faire part de mes doutes, elle avait dû deviner ce qui m'effrayait. J'avais accepté par curiosité et parce que je ne désirai pas la blesser. Si j'avais su... mais j'étais trop jeune pour savoir ce qui aurait pu se passer. Tout ce que je me rappelle, c'est qu'en s'avançant dangereusement vers le rebord du ravin, nous avions perdus pied. À mon réveil, j'avais mal et je sanglotais. En fait, j'étais sous des gravats et j'avais atterri sur une corniche. J'avais pu repousser les roches les moins lourdes, mais j'avais peur et au fond du ravin... ... une masse, une respiration sifflante. Je compris que ma mère allait mourir et que je ne pouvais rien faire pour l'aider. Personne ne sait ce que j'ai vu ce soir-là et j'ai jamais voulu en parler à quiconque.

«Hey Noct ?»

Flûte ! Je referme les cahiers rapidement. Je relève la tête. C'est Gladio, tout sourire avec deux tasses à la main.

«Tiens, une tasse de café.»

Je reste silencieux et je la prends. La chaleur me brûle presque les mains.

«Merci»

Je remarque une lueur intriguée dans son regard lorsqu'il fixe mes papiers tandis qu'il sirote son café.

«C'est quoi ?»

Je réfléchis, je lance la première idée qui me vient en tête :

«Une lettre d'amour.»

Il s'étouffe avec son breuvage.

«Une lettre d'amour ? Je ne te savais pas romantique.»

Cette fois-ci c'est moi qui s'étouffe dans mon café. Il éclate de rire et j'ai un mince sourire en coin. Le géant se tire une chaise et me regarde dans les yeux en croisant ses mains contre ses jambes.

«Tu sais, si tu as besoin de conseils, on est là.»

«Je sais.»

«Alors tu écris quoi ? Les fleurs sont roses et le ciel est bleu ?»

«... Pas vraiment.»

«... Mouais, de toute façon, tu n'as jamais été un grand littéraire comme Ignis.»

«J'ai entendu ! Vous disiez quoi ?»

«....Rien.»

«Noctis s'essaye à la poésie.»

Je me passe une main nerveusement dans ma chevelure et j'essaie d'éviter le regard sévère de mon conseiller en buvant le café.  

«Hey ! Vous n'allez pas y croire. J'ai trouvé quelque chose de fabuleux... J'ai manqué quelque chose ?»

«Quelque chose à manger Prompto ? On meurt de faim...»

«Oh... S'il n'a rien trouvé, on va manger du Prompto grillé.»

Je m'étouffe à nouveau avec mon café. Sérieusement... Entre quelques tintes de toux j’articule : «J'ais ien» et je m’essuie la bouche avec le bout de mes doigts. Gladio me frictionne le dos et Ignis s'approche pour voir si je n'ai vraiment rien.

«uis di ai rien...»

«Bien sûr, tu saignes.»

Maintenant qu'il me le dit, je sens une énorme brûlure sur ma langue et je trépigne tout en grognant de douleur. Super, je me suis mordu à sang... J'attends qu'on me tends une serviette d'eau froide, Prompto prépare le repas avec Ignis et Gladio me surveille tout en buvant sa tasse.

«...En tout cas, tu pourras dire à Luna que tu saignes d'amour pour elle.»

Je lui fais un doigt d'honneur parce que je ne veux pas parler. Enfin, je peux, mais ça fait mal et avec une serviette en bouche, ce n’est pas vraiment agréable. Je l'entends éclater de rire. Je me cale contre le dossier de la chaise. Dire, que je voulais écrire tout ça dans le calme...

ACTE II : IL Y A DES CHOSES EN CE MONDE QU’ON NE PEUT PAS COMPRENDRE.

Comme je l’écrivais, je n’aie pas parlé à quiconque de ce que j’ai vu cette nuit-là. À peine remit de mes fractures, je devais assister à l’enterrement de ma mère. Tout le royaume devait se soumettre à 1 semaine de deuil. Alors que je fixais le cercueil, je voyais une lumière blanche planer au-dessus et qui l’entourait. Parfois, elle prenait la silhouette de ma mère et cette apparition me souriait tristement. C’était cette même lueur que j’avais vu scintiller au-dessus du corps de ma mère. Je ne désirai pas que mon entourage sache que j’ai ce don. Ce don inusité que je ne pouvais pas comprendre. Je ne savais pas comment je l’avais eu, mais je l’avais désormais avec moi. J’eus de nombreuses nuits agitées depuis l’apparition de ce pouvoir. Je rêvais de tous ceux que je connaissais, de ces lumières et des étoiles. Un monde terne, envahi par les noirceurs et des lumières… Des esprits. Des cris d’angoisse, des sanglots… Bref, des choses que je ne veux pas me rappeler…

Je pris conscience que je devais assumer mes responsabilités d'héritier après ce décès. Le roi vieillissait de plus en en plus rapidement sous mes yeux. À l’aide de mes fidèles compagnons, je continuais cette promesse que je m’étais fixée : celle d’avoir les connaissances si un jour, je devais monter sur le trône. Bien sûr, le roi s’opposait à cette idée, selon lui, le règne de son royaume et des monarques devrait se terminer à sa mort. J’étais contre, mais même si je m’opposais à cette idée, je ne désirai pas vraiment devenir un roi. Je ne désirai pas vraiment m’impliquer dans les questions politiques que devaient prendre mon père.

Je voulais savoir pourquoi j’avais reçu ces pouvoirs, ce qu’ils signifiaient, parce que je ne le comprenais pas et pas plus que mes deux compagnons. Je m’efforçais donc à manier différentes armes, Gladio me servait d’entraîneur personnel, puis plus tard, je m’entraînais avec l'invocation des armes. Ignis pendant tout ce temps, essayait de récolter le plus d’informations pour satisfaire ma curiosité sur l'histoire, sur les divinités... C’est en cherchant dans l’histoire des royaumes que je trouvais cette information : qu’il s’agissait des yeux qui peuvent voir les âmes et que ceux qui avaient ce don était choisis par Etro. Donc, j’en concluais qu’il y avait d’autres personnes comme moi qui pouvais voir ces âmes. De plus, je ne voulais pas incomber à mon paternel quelque chose qu’il ne pouvait pas contrôler ou voir… Il y avait la guerre et les pourparlers s’intensifiait. La seule consolation que j’avais c’était que la vie semblait belle avec mes trois compagnons à faire les 400 coups et les gens du peuple vaquaient insouciants…

Ah oui, j’ai écrit les trois. J’ai oublié de mentionner Prompto… Un charmant hors-la-loi que j’ai sauvé la vie lors d’une bagarre dans un bar. Il fallait dire que sa tête valait une charmante somme, mais j’ai décidé par le prendre sous ma protection, parce qu'il m'avait juré de m’être fidèle tout comme mes deux autres amis. C'est d'ailleurs le clown de service du groupe, mais il sait être utile avec ses tirs précis et ses boutades enfantines... En somme, je me jouais encore les bretelles même adolescent... Comme quoi on ne change pas son caractère.

«Alors comment va la lettre d’amour ?»

Je sursaute et je camoufle les tracés avec mon bras, l’encre s’y accumule. Ignis se penche par-dessus mon épaule.

«Je ne voulais pas te faire peur Noct.»

J’avoue que mon geste est protecteur, j’espère qu’il n’est pas capable de lire les mots que je n’arrive pas à couvrir de mon bras et de ma main. J’essaie de me détendre. Ma blessure est moins sévère, je peux donc parler. Prompto et Gladiolus sont partis chasser pour le repas et je regarde mon conseiller.

«… Peux-tu me dire les raisons de l’unification du royaume de Lucis et celui de Niflheim ?»

«Historiquement le royaume de Lucis et le royaume de Niflheim ont toujours été en guerre avec cette prophétie d’une nouvelle ère. Si les deux héritiers du trône s’unissent, un traité de cessation de guerre sera émis.»

Je soupire, refermant mon cahier.

«Quoi ?»

«Ce n'est pas plutôt une sorte de pendaison à long terme, le mariage ? J’ai de la difficulté à croire ceci que tout ira bien et qu’on s’enverra des fleurs sans songer à tout ce sang….»

Il me fusille du regard. Je préfère échapper à ce sort du destin. Un traité de non-guerre, ça ne dure jamais et je ne fais pas confiance aux autres royaumes. Je sais que ce monde est gouverné par des imbéciles… Ceux qui s’accordent de l’importance à cause de leur richesse, de leur pouvoir et tout ça… Ça m’horripile.

ACTE 3 : SUR LA ROUTE DE LA GUERRE.

«Père !» «Oui ?» «Tu seras toujours avec moi.» «Oui, mon fils»

S’il savait que je regrette ces souvenirs... Non. Ce n'est pas un regret, mais une pointe d'amertume tandis que la voix de la présentatrice de nouvelles crachote dans la radio.

«Nouvelle de dernière heure, la capitale Insomnia est en deuil. Le roi Regnis Lucis, le prince héritier au trône, Noctis Caelum Lucis et la princesse de Niflheim ont péris lorsque la résidence du monarque fut prise d’assauts par des milices ennemis. Aucune revendication des royaumes étrangers…»

Ça doit faire déjà 2 jours... Le poste grince et la voix s’éteint graduellement dans la statique. Le soleil est radieux. La brise s’emmêle dans mes cheveux. Je détourne le regard. Je n’arrive pas à croire ce qui s’est passé. La température est trop radieuse pour une journée de fuite. Une large plaine et un lac bordé d’une forêt défile sous mon regard. Regalia, la voiture préférée de mon père, file sur le gravier. J'entends quelques mots... Quelque chose comme Prompto qui s'émerveille et Ignis raconte quelque chose au sujet de ces plaines... Je me coupe d'eux. Je me dis... Non, plutôt je n'arrive pas à me souvenir si j'étais heureux dans les bras de mon père. Si je me réconfortais en me disant qu’il pouvait me défendre... Et pourtant, je n'aie même pas pu voir son dernier souffle. Le grand roi d’Insomnia a du se sentir seul, misérable devant la mort qui l'attendait. Mon père a du penser à moi, alors que je ne savais même pas qu’il agonisait. Alors que j’approchais de la capitale de Niflheim pour des fiançailles… Je n'aurais même pas eu la chance de voir son rictus de vieillard. Celui qui s'interpose dans ma mémoire, c'est celui où je lui avais dit ces quelques mots innocents… Quelques mois après la mort de ma mère. Un sourire doux qui se transformait en un de tristesse.

«Hey Princesse !»

Une large tape dans le dos. J'émets un grognement, dérangé dans mes pensées.

«Oh Princesse ne s'est pas réveillée de bonne humeur.»

Et c'est reparti, j'ai un soupir tandis que Prompto essaie d'attirer mon regard avec un tour de magie trop élémentaire. Un simple truc avec un élastique qui sautille entre les doigts et qui… revole dans le visage de mon garde du corps. En fait, c’est tellement con que Gladio se met à rire et essaie de me bousculer un peu sur mon siège pour me forcer à réagir.

«Ignis arrête la voiture.»

«Quoi ? On est au beau milieu des collines !»

«Mais t'es cinglé.»

«Arrête, la voiture, Ignis»

«J'ai entendu, votre Majestée. Sauf que je peux demander pourquoi ?»

Ouais ? Pourquoi ? Parce que je vais tous vous sortir de la bagnole et je partirai avec pour réfléchir tranquille. Ce n’est pas trop demandé quand on est en deuil... Un peu de calme. C'était peut-être amusant de relever les jupes des filles à l'aide de cannes à pêches quand on était à l'école, ou de réciter à l'envers des mots, ou bien de savoir qui pouvait courir le plus vite, mais présentement ce n'est pas la même chose. Nous ne sommes plus des jeunes gamins, mais des jeunes adultes…
Regalia ralentit, ses pneus faisant craquer le gravier sous elle. Je descends de la voiture. Une pente… Une courbe. Je m’approche des clôtures délimitant le gravier et les ravins. Je fixe la forêt en contrebas : morose. J’entends les portières se claquer derrière-moi avec violence, puis les pas sur l’asphalte. Chacun de mes compagnons me rejoignent.

J’entends les bâillements, les articulations craquer, puis la voix de mon conseiller.

«Il fait un temps magnifique pour se balader.»

Se promener ? Non. J’ai envie d’être seul pendant un moment, mais ils finiront toujours par me suivre comme mon ombre. Je secoue rapidement ma tête. Prompto éclate de rire et revient se vautrer dans la voiture, actionnant par la même occasion le klaxon qui résonne dans le silence. Instinctivement, je me retourne tout comme Gladio et mon serviteur.

«Désolé !»

«Descend de là. Sinon, je vais venir te chercher.»

«Noct ?»

Je me retourne vers le visage inquiet de mon conseiller. Je sais bien que Gladio et Prompto vont en venir aux mains. De façon amicale. Je sais en réalité qu’ils attendent tous impatiemment mon ordre. Une nouvelle aventure… J’ai cependant ce vague pressentiment comme si cet endroit me disait quelque chose. Comme si j’ai déjà été ici…

«Ce n’est rien. La fatigue, Ignis.»

Je fus pris d’une nausée. Mes entrailles se nouèrent et je m’asseyais doucement contre l’asphalte. Le goût de la bile en bouche que j’avale à nouveau. La fatigue ou les nerfs… Peut-être les deux. Aussitôt, mes compagnons se regroupent autour moi, me secouant, me parlant. Je ne répondis rien. Si je parle, je le sens, je vais vomir. Je prends de longues respirations pour me calmer, je remarque que je tremble, j’attends que ça passe sous le regard et l’énervement de mes partenaires. Je n’ai qu’une envie plus que tous les autres… Pouvoir pleurer comme un stupide gamin. Revoir mon paternel… Le venger…

«Fais les payer, Ignis.»

«Noctis ?»

«Qui qu’il soit, fais leur payer leur souffrance fois mille. Je m’en fous, fais ce qui te plaira, je veux qu’ils crèvent pour ce qu’ils ont fait.»

«De quoi il parle ?»

«Du royaume de Niflheim.»

«Nous n’avons pas la confirmation que ce sont eux»

Je reste silencieux. Il venait de marquer un point. Jusqu’à ce que je me souviens que ma ‘’fiancée’’ voulait me montrer quelque chose sans préciser de quoi il s’agissait.

«Lunafreya voulait me montrer quelque chose… Peut-être était-ce un plan pour infiltrer le royaume»

«De plus, pour le moment, nous ne pouvons qu’agir comme mercenaires. La capitale des deux royaumes doivent être en étroite surveillance militaire… et Noct, tu as vraiment besoin de repos»

Pas faux… J’ai surement envie de pleurer, de vomir et tout ça, parce que je suis sur les nerfs depuis ces deux jours où l’on a dû fuir la capitale de ce royaume… Apprendre la mort de mon père et que ma fiancée a disparu sans laisser de traces… Je soupire et lentement, je regagne la voiture, aidé par mes compagnons. Je ne remarque même pas mes larmes tandis que je sombre dans mes songes tourmentés.

Ce que j’y vois, c’est un monde ravagé par des créatures. De plus en plus nombreuses, chacun de mes coups d’épée passe à travers elle… De grands nuages gris couvrent le ciel… Les gens hurlent, les créatures les tuent… Le sol est noirci par le sang… Un monde sans espoir… Un monde que je ne désire pas voir… Un monde avalé par le chaos et la mort.

Quoiqu’il en était lorsque j’ouvrais à nouveau les yeux. Regalia avait disparue, mes compagnons avaient disparus et je me demandais où j’étais… J’avais froid et tout ce que je pouvais voir c’était ce ciel menaçant et une sorte de château au loin… Je me relève, me tâtant : aucune blessure. Je fouille dans mes vêtements, un papier et un modèle réduit de Regalia : intrigué, je déplie le papier. Une note qui semblait avoir l’écriture de mon père :

Choisir la bonne voie, Noctis

Je regarde aux alentours et je marmonne entre mes dents :

«… Comme si ça allait m’aider…»[/color]

Test-Rp


Devant moi s’érigeait cette lourde porte en bois, je la pousse. La pièce est illuminée par les rayons du soleil : le sol de marbre brille, les colonnes de marbre ombragent le carrelage et la longue table en bois. Mes bottes crispent sur le plancher. Cette silhouette de vieillard au corps carré. Je reste surpris : j’ai l’impression de manquer d’air. Je l’observe, mon père avec sa barbe grisonnante et ses yeux déterminés qui se penche pour prendre son verre d’eau. Le bruit a dû l’avertir, car il s’arrête dans son geste pour me regarder de ses yeux perçants.

«Allons mon fils… prend place»

M’asseoir ? Mon regard fait la circonférence de la table. Hors de question que je m’assois au bout de la table. Mon père est mort, alors comment ça se fait qu’il est là devant moi… Je secoue la tête et je m’avance indécis. Je prends la chaise et je la dépose à ses côtés et je le regarde. Perplexe. Il passe une main froide contre la mienne et m’offre un sourire en coin.

«Je sais à quoi tu penses, mon fils»

Je ne peux soutenir son regard, je déplace ma main et je laisse mon regard errer vers les fenêtres donnant sur le jardin d’été aux couleurs embrumées. Je ne sais pas quoi répondre. Ce n’est pas la première fois qu’il me disait ces mots. Habituellement, c’était pour me faire part de ce que j’avais commis ou pour me donner des conseils, mais maintenant… Je le savais plus et pourtant, il était là, bien vivant devant moi comme s’il défiait la mort elle-même.

«Quel père ne peut pas le savoir»

«Tu as de sombres pensées, Noctis. Je sais que tu es en colère contre nos ennemis.»

Je serre la mâchoire, je ferme les paupières et je me cale dans la chaise dans un soupir. Je tapote des ongles sur la table pour passer mon énervation. Ainsi, il avait su voir juste. J’ouvre mes paupières et je croise mon regard dans le sien.

«Cette discussion ne mènera à rien, père…»

Je grogne de colère à l’intérieur. Je le sais, mais je ne veux pas l’entendre. Je ne veux pas qu’il me dévoile ma vulnérabilité de l’avoir perdu, je ne veux pas qu’il lit dans mon cœur.

«Au contraire, mon fils.»

Je le vois joindre les mains et me regarder avec tant de sérieux que je baisse mon armure temporairement. J'attends qu’il m’en dise plus, je vois les rides autour de sa bouche trembler…

«Je sais que tu t’es toujours opposé à devenir le prochain roi, mais tu ne pourras pas fuir à tes responsabilités, Noctis.»

J’allais ouvrir ma bouche pour lui dire qu’en discuter ne servait à rien, mais je la referme lorsque je vis son regard me dire d’arrêter.

«C’est une lourde responsabilité et je sais que tu veux pas l’être. Cependant, crois-tu que te venger de ma mort est ce qu’on attend d’un roi ? Ce que je te demande, c’est est-ce que tu penses que l’avenir de notre royaume et de ses citoyens doit être régit par une poigne de fer et du sang des innocents ? »

Je pousse la chaise et je me lève. Je savais. Non, je le sais. Je sais qu’il allait prononcer ces mots. Je secoue la tête et je me dirige vers la porte d’un pas rapide.

«RÉPONDS-MOI !»

Son cri résonne dans la pièce et je m’arrête. Je tremble. J’ai un sanglot qui résonne dans le silence. Ce silence qu'on pourrait couper au couteau. Ce lourd silence.

«J’EN AI ASSEZ. TU N'AS JAMAIS COMPRIS PÈRE !»

Je me retourne vers lui. Lui qui s'était levé, les poings sur la table. Deux visages qui se ressemblaient tellement, l'un déformé par la colère et l'autre par les pleurs.

«Que vais-je devenir sans toi... que... QUE DOIS-JE FAIRE POUR MENER UN TEL ROYAUME, SEUL ?! J'AI JAMAIS VOULU DIRIGER...»

Ma voix qui se déforme atrocement, saccadée, comme un enfant qui essaie de paraitre plus fort qu'il ne l'est. Je vois la déception dans son regard et il s'avance vers les fenêtres.

«Réponds-moi avec honnêteté, Noctis. Ce royaume doit-t-il souffrir plus qu'il ne l'a déjà été avec cette guerre qui dure trop longtemps ainsi que tous les autres.»

Je me sens minable. Pourquoi remuer l'épée dans la plaie. Je détourne le visage et je laisse mes pleurs inonder mes joues. Je sais où tu veux en venir, mais je refuse de voir la vérité en face. Parce que je ne suis pas prêt à l’assumer.

«Noctis, sacrifierais-tu la vie de ta fiancée, de tes amis, des gens de ton peuple pour assouvir un sombre dessein dont tu n'as même pas conscience de l'ampleur ?»

J'entends ses pas résonner et s'arrêter devant moi. Je relève mon visage vers le sien.

«Je ne te demande pas de devenir un homme ravagé par la haine. Je ne te demande pas de devenir ce roi que tout le monde désire, je te demande si tu penses que cette vengeance est la solution à ma mort... et que tu prends conscience qu'il y a d'autres solutions possibles que celle de la souffrance, mon fils.»

Je reste silencieux. La colère, la honte, les pleurs… Qu’est-ce que ça changerait ? Je m’éclipse à cette main qui se pose sur mon épaule.

«… Il y aura toujours une pointe de vengeance quelque part au fond de moi, père. Une partie qui ne veut pas laisser l'autre vaincre, même si j'ai tort. Je ne peux pas rester les bras croisés et accepter qu'on salisse ton nom et le mien.»

Je soupire et je baisse la tête.

«… Je ne veux pas sacrifier des vies innocentes, seulement celles qui m’empêchent de trouver les coupables et les coupables eux-mêmes. Je dois aussi apprendre à... épargner et à pardonner... mais je ne me sens pas encore prêt à faire ce geste.»

Je dis ça… mais, je doute de mes dires. Je sens sa main contre mon épaule.

«Tu as encore le temps. Saches que je ne serais jamais mort tant que je vis en ton cœur et en tes pensées. Vas.»

Il me sourit et j’eus la sensation que mon corps se réchauffait. Il me faisait confiance… J’eus un sourire en retour, mais il s’éclipsait graduellement. Je vis de longs viscères blancs fourmiller à travers les veines, déchirant la peau, libérant des jets de lumière qui finirent par l’envelopper. Voir mon père devenir cette lumière que je redoutais me blessait. Son corps explosait en de milliers d’éclats lumineux, suspendus dans l’air.

À peine je commence à l’accepter, je me retrouve à nouveau suspendu au-dessus de ce vide. Le sol tremble, quelque chose résonne entre ces murs. Non, les fait bouger. Je vois au ralenti les colonnes éclater dans la pièce. Je cours sans me retourner. Je tire sur la porte de toutes mes forces, mais elle ne s’ouvre pas. Tout devient flou, je me sens étourdi, j’ai froid…

«Ouvre-toi !»

Je me réveille. Sur du sable… Je cligne des paupières. J’enlève les grains sur mes vêtements en me relevant. Mais que ? L’océan qui fracasse ses vagues contre la berge, le cri lointain des goélands qui surfent dans le vent… La nuit… Mais que fais-je ici ? Ça ne fait aucun sens…

«Noctis ?»

J’ai même l’impression que tout est trop grand pour moi. Une voix féminine. Je me retourne. Une fillette se tient là. Une petite fille blonde, elle me tend une main et c’est en allongeant la mienne que je comprends que je suis redevenu enfant. Je dois avoir une mine perdue, car elle éclate de rire. J’émets un grognement et je passe devant elle sans lui serrer la main.

«On va se trouver un endroit pour regarder les étoiles ?»

«Les étoiles ?»

Je m’arrête et je l’attends. Je ne sais même plus qui elle est. Je scrute son visage qui me semble familier et lointain. Les étoiles ?  Je lève les yeux au ciel. Myriade d’étoiles scintillantes. Je me mords les lèvres.

«Il va y avoir une pluie d’étoiles ce soir.»

Je frisonne. Je revois cette lueur fantomatique. La dame en blanc… La silhouette de fumée qui me fait signe à travers les étoiles. Un fantôme du passé. Je ne veux pas voir. Je tourne les talons et je m’éloigne. Je l’entends courir et elle me retient le bras.

«Tu ne vas pas te défiler ! Tu me l’avais promis !»

Et son prénom me revient furtivement. Lunafreya. La princesse Lunafreya… Et le visage de ma mère s’interpose sur celui de cette enfant. J’esquisse une grimace car ses ongles entrent dans ma peau et son regard est furieux. Je la vois trembler de tout son corps et j’eus un soupir.

«Tu as peur»

«Non, Luna.»

Mon regard s’assombrit autant que le sien. Je la sens relâcher mon bras et elle s’empare de ma main. Non Lunafreya. Je détourne la tête. Pardonner à nos ennemis ? Je secoue la tête. Non. Je sens la colère, je sens que j'implose de douleur, de chagrin à ses côtés.

«Lunafreya, est-ce que tu es une amie ?»

Je sens sa main fantomatique contre ma main, hésitante et qui se veut rassurante.

«Je le suis»

J'esquisse un sourire en coin.

«Pourquoi me caches-tu des choses Noctis ?»

La lumière de la nuit l'éblouit et je passe ma main contre sa joue avant de la retirer.

«Je ne te cache rien»

Un bref silence. J'aimerais tellement le croire. Croire à nous. Je n'y arrive pas. J'aimerais tellement croire qu'elle n'y est pour rien dans la mort et la chute de mon royaume. J’aimerai tellement de choses…

«Depuis que ta mère est morte, tu ne veux plus regarder les étoiles avec moi.»

Non, car elles m'effrayent. Si elles sont l'âme des humains comme je l'ai toujours pensé, alors un jour viendra où toutes ces lumières s'éteindront. C'est pour cela que je ne veux plus les regarder. Et ce soir... Non, cette nuit-là, j'avais cru voir deux étoiles qui se sont éteintes. J’aimerai tellement vaincre cette cicatrice. Mais, j'ai peur et la fillette l'avait compris. En fait, elle l'a surement toujours du le comprendre, car elle a le même pouvoir que moi... J'eus un soupir et je fixais le visage de la blondinette.

J’aimerais parfois lui dire des choses, en discuter, avoir son avis, mais je ne le dis pas. Cette guerre nous a obligés à assumer des responsabilités, à refouler nos souvenirs... Parfois, j'en oublie à quel point nous avions été ami avant.

«Est-ce que tu crois que je suis responsable de la mort de ma mère ?»

Elle retire sa main, ses sandales faisant craquer le sable et elle lève la tête vers les étoiles songeuse. Je la regarde douloureusement. J'attends et je viens prendre l'une de ces mains.

«Non. Tout être doté d'une vie peut mourir...»

Elle se retourne vers moi...

«Tu as changé. Nous avons changés depuis que nous avons ce don, mais, je n'aie jamais compris, Noctis...»

Parce que j'ai toujours cru que j'aurai pu éviter sa mort si j'avais refusé de la suivre. Que je n'aurai pas eu ce don si particulier. Que ma vie aurait eu une autre signification... mais au fond, j'ai peur. Serais-je vraiment capable de contrôler quelque chose qui est hors d'atteinte ? Serais-je capable d'accepter de voir les gens mourir autour de moi... Je ne dis rien et je la serre contre moi. Jusqu'à quel point je serai capable de... surmonter ces deuils. Surement, mais avec du temps et de la détermination.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noctis Lucis Caelum
Prince rebelle


Messages : 18
Triomphe : 6
Date d'inscription : 29/02/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Récupérer le Crystal de Lucis et le protéger // Défendre son peuple et les autres

MessageSujet: Re: Noctis Lucis Caelum : Prince rebelle [terminée]   Ven 22 Avr - 21:26

J'informe que ma fiche de présentation est terminée ainsi que celle des techniques.

Bonne lecture. =]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abnegatio
Capitaine de l'Arche


Messages : 125
Triomphe : 667
Date d'inscription : 25/06/2014

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Indiquez en résumé l'objectif du personnage.

MessageSujet: Re: Noctis Lucis Caelum : Prince rebelle [terminée]   Ven 22 Avr - 23:29

Personnellement je n'ai rien à redire à ta fiche alors je la valide.

Bienvenue parmi nous de façon officielle ! Tu pourras continuer à nous mettre la misère au jeu où il faut deviner le film !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.kh-memento.com
Noctis Lucis Caelum
Prince rebelle


Messages : 18
Triomphe : 6
Date d'inscription : 29/02/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Objectif de Triomphe: Récupérer le Crystal de Lucis et le protéger // Défendre son peuple et les autres

MessageSujet: Re: Noctis Lucis Caelum : Prince rebelle [terminée]   Ven 22 Avr - 23:35

Merci beaucoup ~

On va essayer d'être gentil à ce jeu. Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Noctis Lucis Caelum : Prince rebelle [terminée]   Aujourd'hui à 3:00

Revenir en haut Aller en bas
 
Noctis Lucis Caelum : Prince rebelle [terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Noctis Lucis Caelum~
» Noctis Lucis Caelum
» (M) AU CHOIX ★ Noctis Lucis Caelum. Final Fantasy XV/ Kingsglaives.
» Noctis Lucis Caelum
» Noctis Lucis Caelum [ Finit !]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts Memento :: Tutoriel :: Fichiers de sauvegarde :: Fiche de présentation :: Fiches validées-
Sauter vers: